Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Chasse
  • Constructeur : drapeau Nanchang
  • 9 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

La rupture entre l'Union Soviétique et la Chine populaire au début des années 1960 porta un coup sévère à l'industrie militaire chinoise, et notamment à son secteur aéronautique. Privés de l'assistance technique et du concours des ingénieurs soviétiques, les Chinois eurent beaucoup de difficultés à progresser dans les années qui suivirent. Toutefois, ils s'obstinèrent et tentèrent de lancer plusieurs programmes de développement par eux-mêmes.

A la fin des années 1960, l'armée de l'air chinoise (Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Kōngjūn, plus connue sous son acronyme anglophone PLAAF) émit un besoin pour un petit chasseur léger, supersonique, capable de se poser et de décoller sur de courtes distances, simple à l'usage et performant à basse altitude. La PLAF souhaitait remplacer ses MiG-19 de conception soviétique, qui avaient semblé bien peu efficaces durant la Guerre de Six Jours (1967). Le concept initial se rapprochait un peu de celui du Northrop F-5 Tiger. Deux entreprises publiques proposèrent chacun un projet : le J-11 de Shenyang et le J-12 de Nanchang.

Le projet soumis par Nanchang à la PLAAF était celui d'un avion très léger (à peine 4,5 tonnes au décollage à pleine charge), à voilure en flèche en position basse et entrée d'air frontale. Le J-12 n'était motorisé que par un unique réacteur Wopen WP-6Z avec postcombustion, dérivé du Wopen WP-6 lui-même issu du Toumansky RD-9 soviétique. Son développement fut très rapide (moins de dix-huit mois), ce qui entraîna certainement une partie des problèmes ultérieurs du J-12.

Nanchang construisit trois prototypes, dont le premier vola en décembre 1970. Ils s'avérèrent très décevants, notamment du fait de leurs performances réduites. Il fallut procéder à des modifications importantes, portant notamment sur l'aérodynamique et le fuselage. Ainsi modifié, le nouveau J-12 revola en juillet 1975 et s'avéra bien meilleur. Lors d'un de ses vols d'essais, le J-12 dépassa Mach 1,3, ce qui le rendait plus rapide que le J-6 (MiG-19) alors en service, atteignant aussi un plafond supérieur à celui du J-6. Il pouvait aussi décoller avec seulement 500 mètres de piste, ce qui répondait aux exigences de la PLAAF. Nanchang reçut alors l'autorisation de produire six appareils de présérie, ce qui laissait augurer d'un déploiement dans les escadrilles chinoises, et poursuivit les essais.

Cependant, au début de l'année 1977, le programme J-12 fut abandonné. Il semble que la PLAAF ait considéré que le développement du J-7 (MiG-21), fabriqué par le constructeur Chengdu, se révélait finalement plus intéressant. Les principaux reproches adressés au J-12 concernaient son manque de puissance, et une puissance de feu réduite. Pourtant, le J-12 aurait dû être équipé d'un canon de calibre 30 mm et d'un autre de calibre 23 mm, dans les racines d'ailes, et de trois points d'emport (un sous chaque aile, le dernier sous le fuselage). Seuls deux appareils ont été conservés, et sont exposés.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Nanchang J-12 : 3 prototypes et au moins 6 appareils de pré-série.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Nanchang J-12 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 530 kg (9 987 lbs)
  • Masse à vide : 3 172 kg (6 993 lbs)
  • Surface alaire : 16 m² (172 sq. ft)
  • Hauteur : 3,73 m (12,238 ft)
  • Envergure : 7,2 m (23,622 ft)
  • Longueur : 10,3 m (33,793 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 688 km (428 mi, 371 nm)
  • Plafond opérationnel : 16 900 m (55 446 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 180 m/s (591 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 1 300 km/h (808 mph, 702 kts)
  • Charge alaire, à vide : 198,25 kg/m² (40,605 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 283,125 kg/m² (57,989 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Shenyang WP-6Z
  • Puissance unitaire : 2 500 kgp (25 kN, 5 512 lbf), 4 050 kgp (40 kN, 8 929 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Nanchang J-12 à 09/05/2010 22:25 ciders
Historique :

La rupture entre l'Union Soviétique et la Chine populaire au début des années 1960 porta un coup sévère à l'industrie militaire chinoise, et notamment à son secteur aéronautique. Privés de l'assistance technique et du concours des ingénieurs soviétiques, les Chinois eurent beaucoup de difficultés à progresser dans les années qui suivirent. Toutefois, ils s'obstinèrent et tentèrent de lancer plusieurs programmes de développement par eux-mêmes.

A la fin des années 1960, l'armée de l'air chinoise (Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Kōngjūn, plus connue sous son acronyme anglophone PLAAF) émit un besoin pour un petit chasseur léger, supersonique, capable de se poser et de décoller sur de courtes distances, simple à l'usage et performant à basse altitude. La PLAAF souhaitait remplacer ses MiG-19 de conception soviétique, qui avaient semblé bien peu efficaces durant la Guerre de Six Jours (1967). Le concept initial se rapprochait un peu de celui du Northrop F-5 Tiger. Deux entreprises publiques proposèrent chacun un projet : le J-11 de Shenyang et le J-12 de Nanchang.

Le projet soumis par Nanchang à la PLAAF était celui d'un avion très léger (à peine 4,5 tonnes au décollage à pleine charge), à voilure en flèche en position basse et entrée d'air frontale. Le J-12 n'était motorisé que par un unique réacteur Wopen WP-6Z avec postcombustion, dérivé du Wopen WP-6 lui-même issu du Toumansky RD-9 soviétique. Son développement fut très rapide (moins de dix-huit mois), ce qui entraîna certainement une partie des problèmes ultérieurs du J-12. Nanchang construisit trois prototypes, dont le premier vola le 26 décembre 1970 (certaines sources évoquent le 26 décembre 1969). Ils s'avérèrent très décevants, notamment du fait de leurs performances réduites. Il fallut procéder à des modifications importantes, portant notamment sur l'aérodynamique et le fuselage. Ainsi modifié, le nouveau J-12 revola en juillet 1975 et s'avéra bien meilleur. Lors d'un de ses vols d'essais, le J-12 dépassa Mach 1,3, ce qui le rendait plus rapide que le J-6 (MiG-19) alors en service, atteignant aussi un plafond supérieur à celui du J-6. Il pouvait aussi décoller avec seulement 500 mètres de piste, ce qui répondait aux exigences de la PLAAF. Nanchang reçut alors l'autorisation de produire six appareils de présérie, ce qui laissait augurer d'un déploiement dans les escadrilles chinoises, et poursuivit les essais.

Cependant, au début de l'année 1977, le programme J-12 fut abandonné. Il semble que la PLAAF ait considéré que le développement du F-7 (MiG-21), fabriqué par le constructeur Chengdu, se révélait finalement plus intéressant. Les principaux reproches adressés au J-12 concernaient son manque de puissance, et une puissance de feu réduite. Pourtant, le J-12 aurait dû être équipé d'un canon de calibre 30 mm et d'un autre de calibre 23 mm, dans les racines d'ailes, et de trois points d'emport (un sous chaque aile, le dernier sous le fuselage). Seuls deux appareils ont été conservés, et sont exposés.

………………………………………………………………………………………

Caractéristiques :

Version :

Nanchang J-12

Type :

Chasseur

Equipage :

1 pilote

Motorisation :

1 réacteur Wopen WP-6Z, de 2 500 kg de poussée à sec, et 4 050 kg avec postcombustion

Poids :

Masse à vide : 3 172 kg
Masse maximale au décollage : 4 530 kg

Performances :

Vitesse maximale : 1 300 km/h
Vitesse ascensionnelle : 180 m/s
Plafond pratique : 16 900 m
Distance franchissable maximale : 688 km

Dimensions :

Envergure : 7,2 m
Hauteur : 3,73 m
Longueur : 10,3 m
Surface alaire : 16 mètres carrés

Armement :

1 canon de 30 mm
1 canon de 23 mm
3 points d'emport (2 sous chaque aile, 1 sous le fuselage)

………………………………………………………………………………………

Sources :

- http://en.wikipedia.org/wiki/Nanchang_J-12
- http://www.globalsecurity.org/military/world/china/j-12.htm
- http://cloud.prohosting.com/hud607/uncommon/aircraft/j-12/
- http://www.china-defense.com/aviation/chinese_fighter_development/chinese_fighter_development-3.html

………………………………………………………………………………………

Images :

:arrow: Plan trois vues du J-12
:arrow: L'un des deux J-12 existants
:arrow: Maquette (?) présente au musée de Datangshan
:arrow:
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 22:41 Clansman
J'ai une notice sur ce chasseur dans mon livre Le grand livre des chasseurs, de William Green. Voyons ce que je peux rajouter :

l'équipe était mené par un certain Lu Xiao-Pcheng.
Le premier vol eut le 26 décembre 1970.
Les modifications apportées aux prototypes : application de la loi des aires au fuselage, modification du dessin de l'entrée d'air, allégement et simplification de la structure, recul de la place des canons, et les dispositifs hypersustentateurs très complexes furent remplacés par des volets jumelés simples.

Apparemment, les 6 appareils de présérie ont bien été produits, avec les 2 canons évoqués, celui de 23 mm et celui de 30 mm.

Il a effectué 135 vols d'essais, et 61 h 12 de vol. Le J-7 équipait déjà l'armée de l'air chinoise et était supérieur, ce qui causa l'abandon du programme.
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 22:48 PCmax
Comment se faisait-il qu'un chaseur de ce (petit) poids (4530 kg maxi) équipé d'un réacteur de 2500 kg de poussée à sec et 4050 kg avec PC n'ait pas été plus rapide ? Défaut(s) de conception ? :?
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 22:51 ciders
On a eu les mêmes sources Clans. Mais j'ai simplifié. :journal:

Clans a écrit

Apparemment, les 6 appareils de présérie ont bien été produits, avec les 2 canons évoqués, celui de 23 mm et celui de 30 mm.

On parle parfois de 6 appareils au total. Ca doit provenir d'une erreur de traduction, ou d'une désinformation chinoise. :interr:

PCMax a écrit

Comment se faisait-il qu'un chaseur de ce (petit) poids (4530 kg maxi) équipé d'un réacteur de 2500 kg de poussée à sec et 4050 kg avec PC n'ait pas été plus rapide ? Défaut(s) de conception ?

Aucune idée. L'aérodynamique était peut-être en cause. Là, faudrait l'avis d'un spécialiste.
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 22:53 PCmax

ciders a écrit

PCMax a écrit

Comment se faisait-il qu'un chaseur de ce (petit) poids (4530 kg maxi) équipé d'un réacteur de 2500 kg de poussée à sec et 4050 kg avec PC n'ait pas été plus rapide ? Défaut(s) de conception ?

Aucune idée. L'aérodynamique était peut-être en cause. Là, faudrait l'avis d'un spécialiste.

Et alors, c'est à toi que je m'adressais ! :D
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 22:55 ciders
Ma spécialité, ce sont les casseroles, pas leur aérodynamique. :bonnet:
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 23:11 d9pouces
Question de béotien : le J-11 n'est-il pas le Su-27SK made in China ? Ils réutilisent les mêmes noms pour des modèles différents ? Ils n'ont vraiment aucune pitié pour les amateurs d'aéronautique :(
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 23:18 Clansman
Il y a effectivement eu un J-11 avant le Flanker. Et des dénominations réattribuées dans l'histoire de l'aviation, y'en a eu plusieurs, notamment en URSS : 2 Il-18, 2 Su-9, 2 Su-7… :)
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 23:21 d9pouces
Oh mais de la part des Soviétiques, je m'attends à tout, et surtout au pire à ce niveau-là :bonnet:
Re: Nanchang J-12 à 09/05/2010 23:40 Clansman
Elle était facile, hein ? :bonnet:
Re: Nanchang J-12 à 10/05/2010 12:15 ciders
La dénomination J-12 a aussi été reprise par la suite, d'ailleurs. Pour le Su-33 sinisé me semble t-il.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires