Rappels

Histoire de l'appareil

Au début des années 1980, Deng Xiaoping lui-même demanda un avion de supériorité aérienne de conception moderne, capable de Mach 2,5. Il devait être comparable aux meilleurs appareils du moment, tels que le F-16 ou le MiG-23. Un budget de 500 millions de yuans fut débloqué. Parmi 3 projets proposés, celui de Chengdu, qui avait reprit la configuration delta-canards du J-9, fut choisi en mai 1984.

Le projet, alors désigné 8610, ne démarra réellement qu'en 1986 sous la férule de Song Wen-Cong. Le programme évolua alors clairement vers un appareil multirôle, capable de remplacer tant les J-6 et J-7 que les Q-5, et de contrer les MiG-29 et Su-27 soviétiques.

C'est en 1987 que les Chinois bénéficièrent de l'aide des Israéliens, qui leur firent profiter de l'expérience acquise avec le Lavi nouvellement abandonné. Ce fait a toujours été nié par la Chine, en particulier son concepteur, mais les Israéliens eux-même le reconnaissent. La rumeur veut aussi que le Pakistan aurait prêté un F-16A.

Cependant, le manque de moteurs, le massacre de la place Tiananmen, et les problèmes révélés en soufflerie (à basse vitesse ou à grande incidence en subsonique) en 1993 firent que le programme prit du retard. C'est grâce au nouveau dessin de la cellule et du moteur russe AL-31FN que le projet put vraiment décoller, fin 1995.

Le premier prototype, codé 1001, aurait effectué son premier vol au début de l'été 1996. Le second prototype aurait été perdu fin 1997 avec son pilote, nécessitant une révision complète des CDVE. Mais peut-être ne s'agit-il que d'une rumeur.

Le premier vol officiel eut lieu le 23 mars 1998 avec Lei Qiang aux commandes. On ne sait donc toujours pas si ce fut le 1001 ou le prototype 003. 4 autres prototypes étaient prévus, mais 2 appareils supplémentaires furent nécessaires. Certains de ces appareils étaient équipés du WS-10. En 2001, 54 exemplaires furent commandés par l'armée chinoise.

Six exemplaires de présérie furent livrés le 23 février 2003 pour évaluation opérationnelle. Cependant, le retard pris dans le développement du moteur WS-10A et du radar firent qu'ils étaient équipés d'AL-31FN et dépourvus de radar.

La version opérationnelle J-10A entra en service opérationnel en juillet 2004, au sein du 132e régiment de chasse de la 44e division aérienne. Les premiers exemplaires étaient dépourvus de perche de ravitaillement en vol. Elle est proposée à l'exportation sous la dénomination FC-20.

La version biplace, le J-10S, fut conçue par Yang-Wei à partir de 2000. Son fuselage est allongé, et il dispose d'une bosse contenant probablement des équipements électroniques et du carburant. 2 prototypes furent construits. Son premier vol eu lieu le 26 décembre 2003 et elle entra en service en 2005. Le J-10S conserve les capacités de combat du J-10 et peut être employé dans des missions air-sol, le pilote à l'arrière devenant un NOSA.

L'existence de l'appareil ne fut dévoilée officiellement qu'en novembre 2008. Sa parenté avec le J-9 est flagrante, mais les données du Lavi ont certainement permis d'affiner le programme. L'appareil a donc une configuration delta-canard, avec une seule dérive et une entrée d'air ventrale à géométrie variable. Sa cellule fait appel à des matériaux composites et peut encaisser de 9G à -3G.

Il est toujours équipé du moteur AL-31FN, le WS-10A connaissant de gros problèmes de développement. Il est équipé de CDVE à quadruple redondance et le cockpit dispose d'une manette HOTAS, de 3 écrans multifonctions, d'un siège Zero-Zero. Le pilote bénéficie d'un excellent champ de vision et d'un viseur de casque. Son radar est un Type 1473 (KLJ-1) à impulsion Doppler, d'une portée de 100 km. Il peut suivre 10 cibles et en engager 4. Il nécessite une nacelle FLIR et un désignateur laser externe.

Le J-10 possède un canon jumelé de 23 mm, emporte 6000 kg de charges offensives sous 11 points d'emport (dont 3 humides) et 5000 litres de carburant. Il peut emporter des missiles air-air à courte portée (PL-8, PL-9 et R-73), à moyenne portée (PL-11, PL-12 et R-77), des missiles anti-navires (YJ-8K ou YJ-9K), ou anti-radar (PJ-9, Kh-31), des bombes à guidage laser ou sans guidage.

Des photos d'une nouvelle version, le J-10B, furent dévoilées en mars 2009. Celle-ci semble avoir été étudiée depuis 2004. Le design a été revu, en particulier celui de l'entrée d'air de type DSI (Diffuser Supersonic Inlet). Le J-10B est équipé d'un IRST, d'ECM dans le sommet de la dérive, d'un nez redessiné comme s'il contenait un radar AESA ou à balayage électronique. Son épine dorsale est également plus proéminente. Il aurait volé en décembre 2008. Une nouvelle version vole depuis 2013 : le J-10C. Celle-ci est bien dotée d'un radar AESA et serait équipée de la poussée vectorielle. Plusieurs exemplaires ont déjà été construits.

Les besoins pour la Chine étaient estimés à 400 exemplaires, soit 330 J-10 pour la force aérienne et 70 pour l'aéronavale. 250 J-10 ont été livrés en décembre 2014 à la force aérienne chinoise, dont 200 J-10A. 24 J-10 ont été livrés à l'aéronavale chinoise, dont au moins 6 J-10A(H). La cadence serait de 25 exemplaires par an. Le chiffre de 400 exemplaires est atteint en 2016. Le J-10B est entré en service en janvier 2014 et a du remplacer le J-10A sur les chaînes de montage.

Pour l'heure, il n'a pas été exporté. Seul le Pakistan a officiellement commandé 36 exemplaires du FC-20, mais les livraisons n'ont pas été faites. D'autres pays ont montré un intérêt, tels que l'Indonésie, le Sri Lanka et la Thaïlande. L'Iran est souvent cité comme un client potentiel, avec une cible variant entre 24 et 150 exemplaires. Son coût modeste pour des capacités certainement très honorables sont des atouts à l'export.

Avec le J-10, l'industrie aéronautique chinoise a réellement connut un grand bond en avant, même si elle reste dépendante d'aides extérieures sur tous les aspects de la conception d'un avion de combat. Mais le résultat est là, et le J-10, même s'il demeure secret à bien des égards, a une maniabilité comparable aux F-16C ou MiG-29SMT. Cependant, s'il est moderne, on ne connaît pas le degré de fiabilité de ses différents systèmes.

Versions référencées

  • Chengdu J-10 : Version initiale.
  • Chengdu J-10A : Version monoplace de série.
  • Chengdu J-10AH : Version du J-10A destinée à l'aéronavale chinoise.
  • Chengdu J-10AY : Version du J-10A destinée à la Formation du 1er Août.
  • Chengdu J-10B : Version aux capacités améliorées du J-10A.
  • Chengdu J-10C : Version améliorée dotée d'un radar AESA.
  • Chengdu J-10D : Projet de version à l'avionique et à la motorisation améliorées.
  • Chengdu J-10S : Version biplace du J-10A.
  • Chengdu J-10SH : Version du J-10S destinée à l'aéronavale chinoise.
  • Chengdu J-10SY : Version du J-10S destinée à la Formation du 1er Août.
  • Chengdu F-10 Vanguard : Version export du J-10A.
  • Chengdu FC-20 : Version export du J-10B destinée au Pakistan.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Chengdu J-10A voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 19 278 kg (42 500 lbs)
  • Masse à vide : 9 750 kg (21 495 lbs)
  • Surface alaire : 39 m² (420 sq. ft)
  • Hauteur : 4,78 m (15,682 ft)
  • Envergure : 9,7 m (31,824 ft)
  • Longueur : 15,5 m (50,853 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 550 km (342 mi, 297 nm)
  • Plafond opérationnel : 18 000 m (59 055 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 1,9
  • Charge alaire, à vide : 250 kg/m² (51 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 494,299 kg/m² (101,24 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbofan Lyulka AL-31FN
  • Puissance unitaire : 7 670 kgp (75 kN, 16 909 lbf), 12 950 kgp (127 kN, 28 550 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture
picture

Forum

Sujet complet »
Chengdu J-10 à 12/01/2011 20:48 Clansman
On avait un topic dans le temps, je crois. Mais il faut bien repartir…

Le Dragon vigoureux sur le site

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chengdu_J-10

http://www.avions-militaires.net/fiches/j10.php

Air Fan n°375, février 2010.

http://en.wikipedia.org/wiki/Chengdu_J-10

http://www.ausairpower.net/APA-Sinocanard.html

http://www.sinodefence.com/airforce/fighter/j10.asp

http://www.fighter-planes.com/info/j10.htm

http://www.air-attack.com/page/42/Chengdu-J-10.html

http://www.globalsecurity.org/military/world/china/j-10.htm

http://www.milavia.net/aircraft/j-10/j-10.htm
Re: Chengdu J-10 à 28/01/2011 10:39 sefianiy
Exercices de communication autour du J-10 en Chine: http://www.zigonet.com/top-gun/quand-la-tele-chinoise-fait-passer-top-gun-pour-un-exercice-militaire_art19392.html

Hélas, je ne suis pas parvenu à trouver la vidéo !
Re: Chengdu J-10 à 28/01/2011 18:04 Paxwax

sefianiy a écrit

Exercices de communication autour du J-10 en Chine: http://www.zigonet.com/top-gun/quand-la-tele-chinoise-fait-passer-top-gun-pour-un-exercice-militaire_art19392.html

Hélas, je ne suis pas parvenu à trouver la vidéo !

La voilà. Mort de rire! La séquence en question à lieu à partir de 1'08.
Re: Chengdu J-10 à 28/01/2011 19:36 Pilou
Sont forts ces chinois :bonnet: Cela apporte du crédit à leur "tout nouvel appareil qui tue la mort et qui est furtif et qui va tuer plein d'avions occidentaux parce que les chinois ils ne rigolent pas" :bonnet:
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 08:57 Jericho
Une petite pioche, une pelle, un sot… euh… un seau et hop un petit déterrage de topic ! :hehe:

Il semble que les premiers J-10B soient prêts à entrer en service. Il semble qu'ils soient équipés d'un IRST et d'un radar AESA.
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 15:23 Cinétic
Euh, c'est moi qui suis débile ou l'auteur de l'article?
"Il semble équipé d'un radar AESA car la section du nez est ovale et non plus ronde" :interr:

Un radar AESA est composé de milliers de composants (modules)émetteurs-récepteurs cotes-à-cotes. Donc on lui donne la forme que l'on veut (du moment que c'est plat). si vous regardez les images surGoogle des antennes AESA, vous verrez que la plupart sont rondes.
Les exceptions sont pour les avions qui sont upgradés à l'AESA, qui avaient une antenne ovale avant, donc pour rentrer dans le nez, celui-ci était ovale.
Par contre, un radar traditionnel avec sa grosse antenne incurvée doit être ronde ou à la rigueur ovale si on veut garder son efficacité. Cela oblige à avoir un nez ovale. Quand on passe à l'AESA, on lui met un antenne ovale pour maximiser le nombre de modules installés puisque qu'on se fout de la forme.

Il n'est nul besoin de passer d'un nez rond à ovale pour avoir l'AESA, sauf, si le seul radar AESA disponible (sur étagère) est un upgrade d'une antenne ovale d'un autre type d'avion. Ca veut dire que les chinois ont de grosse difficultés à construire des AESA adaptés au J-10. Ils sont obligés de prendre un autre radar, d'élargir ou avaliser le nez du J-10 pour le faire rentrer.
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 15:39 Paxwax
Je pense que ce que veut dire l'auteur de l'article, c'est que puisque le nez est ovale, il n'est plus rond. Or, un radar PESA est obligatoirement rond (puisque l'antenne est tournee mecaniquement, donc la zone de rotation doit etre circulaire - une rotation, ca decrit un cercle).
On est donc sur qu'il n'y a pas un PESA dedans. Donc, soit il n'y a pas de radar du tout (ce qui serait assez dur a croire), soit c'est un AESA.
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 16:40 glwpatton
Comme le dis Cinétic il est quand même possible de mettre un radar classique dans un nez ovale : un cercle dans un ovale ça tient…

Le F-16 c'est le cas, non ?
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 16:58 Paxwax
Tu as un point, un radar rond pourrait etre inclus dans l'ovale. Je pense juste que c'est ce qu'impliquait l'auteur de l'article, sans aller jusqu'au bout de son explication.
Par exemple, on peut supposer que la section du nez ovale actuel a peut-etre une surface approximativement egale a celle du nez precedent? Ca impliquerait qu'un eventuel PESA, rond, inclus dans cet ovale, serait plus petit (et donc moins efficace) que le precedent radar. L'hypothese etant absurde, c'est donc que les chinois n'y ont pas mis un PESA, donc AESA probable.

Simple supposition, mais si elle est vraie, ca pourrait expliquer les propos du journaliste.

PS: je n'ai jamais vu de F-16 en realite, mais sur les photos, la section du nez me semble circulaire?
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 17:23 Jericho

Paxwax a écrit

PS: je n'ai jamais vu de F-16 en realite, mais sur les photos, la section du nez me semble circulaire?
Su ces images, on voit bien que le nez n'est pas circulaire, il est même presque plat en dessous.

Fiche AMN

Image 2 (désolé, mais je trouve plus visible sur celle-là. :roll:


Paxwax a écrit

Par exemple, on peut supposer que la section du nez ovale actuel a peut-etre une surface approximativement egale a celle du nez precedent? Ca impliquerait qu'un eventuel PESA, rond, inclus dans cet ovale, serait plus petit (et donc moins efficace) que le precedent radar. L'hypothese etant absurde, c'est donc que les chinois n'y ont pas mis un PESA, donc AESA probable.
J'avais pensé la même chose que toi… :?
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 18:39 Paxwax

Jericho a écrit

Sur ces images, on voit bien que le nez n'est pas circulaire, il est même presque plat en dessous.

Wow, en effet, c'est sacrement applati par en-dessous. Merci pour le lien vers cet excellent site :mrgreen: [/size:3a7qemff].
Re: Chengdu J-10 à 14/01/2015 19:53 d9pouces

Paxwax a écrit

Je pense que ce que veut dire l'auteur de l'article, c'est que puisque le nez est ovale, il n'est plus rond. Or, un radar PESA est obligatoirement rond (puisque l'antenne est tournee mecaniquement, donc la zone de rotation doit etre circulaire - une rotation, ca decrit un cercle).
On est donc sur qu'il n'y a pas un PESA dedans. Donc, soit il n'y a pas de radar du tout (ce qui serait assez dur a croire), soit c'est un AESA.
Un PESA est un radar électronique à antenne passive, comme le RBE-2 1ère génération. Il n'y a pas besoin de faire bouger l'antenne, au contraire d'un balayage mécanique comme l'antenne du Typhoon.

Sur un PESA, il y a un seul générateur d'onde en dehors de l'antenne (d'où l'antenne « passive »), et l'antenne se contente de déformer l'onde initiale pour la diriger. Sur un AESA, chaque composant de l'antenne émet une onde, c'est beaucoup plus pratique.
Re: Chengdu J-10 à 15/01/2015 09:13 Paxwax
Oh, je vois, merci pour la rectification d9. Je voulais effectivement parler d'un radar à antenne active actionnée mécaniquement.
Du coup, dans le cas du PESA, la déformation (et donc je suppose l'orientation) de l'onde par l'antenne est-elle faite électroniquement?
Re: Chengdu J-10 à 15/01/2015 20:47 d9pouces
Oui, c'est électronique (d'ailleurs, on voit bien que le RBE-2 ne peut pas bouger).

Dans un AESA, chaque module émet l'onde un peu décalée (et c'est les variations du décalage qui permettent l'orientation), dans un PESA, l'onde est émise par un générateur et traverse chaque module, qui va plus ou moins retarder l'onde (et à nouveau, ce sont les variations du décalage qui orientent l'onde finale).
Re: Chengdu J-10 à 19/01/2015 11:50 Clansman
Le J-10B sur le site

http://en.wikipedia.org/wiki/Chengdu_J-10

http://www.popsci.com/blog-network/eastern-arsenal/j-10b-%E2%80%9Cvigorous-dragon%E2%80%9D-fighter-jets-are-full-set-soon-be-regiment

http://www.janes.com/article/45809/j-10b-crashes-near-chengdu

http://www.ausairpower.net/APA-Sinocanard.html

http://www.globalsecurity.org/military/world/china/j-10.htm

http://www.military-today.com/aircraft/j10.htm


http://www.apl-chine.com/aplair/avions/chasseurs/apl_air_chasseurs_j10.html

http://info-aviation.com/?p=16626
Re: Chengdu J-10 à 11/07/2016 10:45 ciders
On devrait mettre un coup de polish sur cette fiche qui vieillit vite. Enlever les références au contrat pakistanais (qui ne se fera visiblement pas, du moins pas tout de suite) et évoquer le J-10C.
Re: Chengdu J-10 à 11/07/2016 11:28 Clansman
Je le note pour mon retour de vacances. :)
Re: Chengdu J-10 à 11/07/2016 21:39 Ansierra117
Par contre contre concernant les chiffres donnés pour les J-10 en service dans la force aérienne chinoise, ils sont exacts.
Je les ai actualisés en avril donc ne les modifiez pas (sauf si vous arrivez à compter ce qui a été livré et perdu depuis).
J'ai dû aller les chercher loin, un forum que fréquente Ciders pour ne pas le citer et un blog que j'ai déjà posté ici à plusieurs reprises je crois.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires