Rappels

Histoire de l'appareil

Un des derniers biplans employés dans l'aviation militaire allemande, le He 51 est issu d'une longue lignée d'appareils biplaces, conçus par la firme du génial ingénieur Ernst Heinkel, la Ernst Heinkel Flugzeugwerke. Heinkel avait fait ses preuves dès avant la Première Guerre Mondiale, notamment par sa contribution à la conception de l'Albatros type B d'observation. Par la suite, Heinkel devait se révéler un producteur prolifique, se spécialisant notamment dans les hydravions.

Vers le milieu des années 1920, Heinkel lança plusieurs études, qui donnèrent lieu à une série de biplaces bien conçus débutant avec le He 23 avant d'évoluer vers les He 37 et He 43. En novembre 1932, le He 49 apparut, conçu par deux ingénieurs récemment embauchés, Walter et Siegfried Günther. D'une grande élégance, le He 49 contribua à apporter une touche plus esthétique dans les créations Heinkel.

Il fut présenté comme un appareil d'entraînement civil : mais ses performances proches de nombreux appareils de combat de première ligne, notamment une vitesse d'environ 320 km/h, en faisaient un appareil militaire potentiel. Les frères Günther travaillèrent leur projet et en tirèrent une version supérieure, le He 51, qui fit son apparition en mai 1933. Le He 51 fit partie des dernières générations de biplans de chasse, au même titre que des appareils aussi importants pour l'histoire aéronautique que l'Avia B-534 tchécoslovaque (premier vol en mai 1933), le Polikarpov I-15 soviétique (premier vol à la fin 1933) ou le Fiat CR-32 italien (premier vol en 1933).

De conception classique, le He 51 était un biplan sesquiplan. La voilure reprenait les concepts déjà développés par Heinkel durant la Première Guerre Mondiale, avec des haubans en forme de X entre chaque aile. Il avait une structure mixte faite de bois et de métal, avec des revêtements en toile. Il fit forte impression par la qualité de ses équipements, très complets et de bonne qualité. De construction robuste, l'appareil conservait un cockpit ouvert et un train d'atterrissage fixe, comme sur les chasseurs plus anciens.

Le moteur choisi était un moteur en ligne BMW, à refroidissement liquide, développant 750 ch. Il entraînait une hélice bipale, et propulsait le Heinkel à plus de 300 km/h. L'autonomie pouvait être portée à 700 kilomètres, grâce à l'installation d'un réservoir auxiliaire ventral, sous le cockpit (surtout sous les He 51B et He 51C). L'armement resta le même pour toutes les versions, à savoir deux mitrailleuses Rheinmetall MG-17, de calibre 7,92 mm, montées sur le moteur et tirant à travers le rayon de l'hélice.

Avec l'arrivée des nazis au pouvoir, on commença à évoquer en secret, mais de façon sérieuse, le réarmement et la recréation d'une armée de l'air. En 1934, le pouvoir passa commande de He 51, qui furent les premiers chasseurs commandés de manière officielle en Allemagne et le premier type de chasseur de premier ligne que reçut la nouvelle Luftwaffe. L'officialisation de la création de la Luftwaffe accrut le rythme des livraisons. La première grande unité pourvue de He 51 fut le Jagdgeschwader (JG) 132 Richtofen, qui fut doté de He-51A-1.

Au début de 1936, une version un peu plus perfectionnée, le He 51B-1, entra en production. Il était doté d'un réservoir supplémentaire largable qui accroissait l'autonomie de l'appareil. Les B-1 furent aussi livrés au JG 132, notamment au 2. Staffel basé à Döberitz. Le He 51B-2 était doté de flotteurs et pouvait être catapulté de gros navires, mais certains appareils furent affectés à la défense côtière. Le Küstenjagdgruppe 136 de la Luftwaffe basé à Kiel-Holtenau en était équipé.

Le He 51B-3 fut une version expérimentale dotée de deux jeux de mâts d'entre-plans différents, que l'on retrouva sur au moins un hydravion He 51D qui possédait aussi une voilure modifiée. La dernière version produite fut le He 51C, qui pouvait emporter 6 bombes de 10 kg, et qui était destiné aux missions d'appui en Espagne. Une variante destinée à mener des missions à haute altitude, le He 51E n'entra pas en production.

Au total, entre 700 à 800 appareils, toutes versions confondues, furent produits par Heinkel, mais aussi par les firmes Arado, Erla et Fieseler.

Plusieurs dizaines d'appareils, de diverses versions, furent envoyés en Espagne, soutenir les forces nationalistes, soit au sein de l'aviation nationaliste (He 51C), soit au sein de la Légion Condor (He 51B). Les He 51 prirent d'abord le dessus sur les appareils hétéroclites engagés par les forces républicaines, même s'ils se montraient inférieurs aux magnifiques Fiat CR-32. En revanche, le rapport de forces s'inversa brutalement dès lors que les républicains eurent reçu des chasseurs soviétiques Polikarpov.

Au combat, les He 51 s'avérèrent incapables de soutenir la comparaison avec les Polikarpov I-15, capables de virer plus serré et de monter plus vite, et plus rapides. Les I-16 monoplans firent encore plus de dégâts et conduisirent les militaires allemandes à reléguer les He 51 aux missions d'appui au sol, à partir du printemps 1937.

A partir de 1937 et de 1938, bien conscients des limites du He 51, les responsables de la Luftwaffe entreprirent de les remplacer par le plus moderne Messerschmitt Bf-109. Les He 51 furent alors affectés à l'instruction, et y restèrent jusqu'à 1943. Il semble cependant que plusieurs He 51C aient été engagés dans des missions d'attaque au sol, lors de la campagne allemande en Pologne,en 1939.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, les appareils survivants trouvèrent un nouvel emploi sur le Front de l'Est, dans des escadrons de harcèlement nocturne, qui engageaient des appareils dépassés mais qui rendirent des services plus qu'appréciables. Fin 1942, la Luftwaffe organisa des Befehlskampfstaffeln, qui furent renommés en novembre de la même année Störfkampfstaffeln (escadrilles de harcèlement). Les He 51 furent ainsi affectés à des attaques de nuit sur les arrières du front. Une des cibles favorites des pilotes de ces escadrons étaient les parcs de camions soviétiques, faciles à détruire et dont la perte était préjudiciable à l'Armée Rouge. Ils y côtoyèrent d'autres appareils vieillissants et hétéroclites, allant du Gotha Go 145 au Bücker Bü 131, en passant par les Ju-87B.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Heinkel He 51a : Prototype, dérivé du He 49. La dérive, les ailes, le train d'atterrissage et le radiateur sont modifiés.
  • Heinkel He 51A-0 : Présérie de 9 exemplaires.
  • Heinkel He 51A-1 : Version initiale de série, 150 exemplaires.
  • Heinkel He 51B-0 : Présérie de la version He 51B, 12 exemplaires.
  • Heinkel He 51B-1 : Version à la structure renforcée, dotée d'un réservoir supplémentaire.
  • Heinkel He 51B-2 : Version hydravion de reconnaissance, 46 exemplaires.
  • Heinkel He 51B-3 : Version expérimentale dotée de deux jeux de mâts d'entre-plans différents.
  • Heinkel He 51C-1 : Version d'appui au sol.
  • Heinkel He 51C-2 : Version avec une radio modifiée, 21 exemplaires.
  • Heinkel He 51D : Hydravion à l'aile modifiée. Est resté au stade de prototype.
  • Heinkel He 51E : Version de haute altitude. N'est pas entrée en production.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Heinkel He 51B-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 900 kg (4 189 lbs)
  • Masse à vide : 1 473 kg (3 247 lbs)
  • Surface alaire : 27,2 m² (292,778 sq. ft)
  • Hauteur : 3,2 m (10,499 ft)
  • Envergure : 11 m (36 ft)
  • Longueur : 8,4 m (27,559 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 280 km/h (174 mph, 151 kts)
  • Distance franchissable : 700 km (435 mi, 378 nm)
  • Plafond opérationnel : 7 700 m (25 262 ft)
  • Vitesse maximale BA : 330 km/h (205 mph, 178 kts)
  • Charge alaire, au décollage : 69,853 kg/m² (14,307 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, à vide : 54,154 kg/m² (11,092 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en V BMW VI 7,3Z
  • Puissance unitaire : 552 kW (750 ch, 740 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Heinkel He-51 à 19/10/2007 12:12 Vigi

Ciders a écrit

Les Russes ont engagé pas mal de femmes dans des missions analogues en effet.

Pour les Allemands, je n'en ai pas entendu parler.[/quote:a1ec7]

Oui, pour les Russes, je me souviens d'article là dessus.

Pour les Allemands, j'ais un gros doute, je sais que des pilotes féminins faisaient de la mise au point sur des proto et/ou des campagnes d'évaluation de nouveaux matériels sur des appareils de série…
Il me semblait qu'elles (les pilotes Allemandes) avaient fait des opérations similaires, mais je ne retrouve rien dessus…donc je dois me tromper.
Re: Avions de la Seconde Guerre mondiale (chasseurs de l'axe) à 14/10/2007 21:24 ciders
Les Russes ont engagé pas mal de femmes dans des missions analogues en effet.

Pour les Allemands, je n'en ai pas entendu parler.
Re: Avions de la Seconde Guerre mondiale (chasseurs de l'axe) à 14/10/2007 17:50 Vigi
Mais si, ça nous interesse, le Cosaque de Koursk :wink:

Perso, j'avais souvenir de He-51 son utilisation dans les Störfkampfstaffeln.
A ce propos, il n'y avait pas des femmes comme pilotes dans ces Staffel? (ou je confond avec les Russes pour les memes types d'opérations)
Re: Avions de la Seconde Guerre mondiale (chasseurs de l'axe) à 14/10/2007 17:43 ciders
Ben alors, ça intéresse personne ? :shock:
Heinkel He-51 à 13/10/2007 21:16 ciders
Un chasseur allemand ancien, certes plus en première ligne au moment de la guerre, mais toujours utilisé. Et puis, ça change des Bf et des Fw. ^^

[u:3f412][b:3f412]Historique :[/b:3f412][/u:3f412]

Un des derniers biplans employés dans l'aviation militaire allemande, le He 51 est issu d'une longue lignée d'appareils biplaces, conçus par la firme du génial ingénieur Ernst Heinkel, la [i:3f412]Ernst Heinkel Flugzeugwerke[/i:3f412]. Heinkel avait fait ses preuves dès avant la Première Guerre Mondiale, notamment par sa contribution à la conception de l'Albatros type B d'observation. Par la suite, Heinkel devait se révéler un producteur prolifique, se spécialisant notamment dans les hydravions.

Vers le milieu des années 1920, Heinkel lança plusieurs études, qui donnèrent lieu à une série de biplaces bien conçus débutant avec le He 23 avant d'évoluer vers les He 37 et He 43. En novembre 1932, le He 49 apparut, conçu par deux ingénieurs récemment embauchés, Walter et Siegfried Günther. D'une grande élégance, le He 49 contribua à apporter une touche plus esthétique dans les créations Heinkel.

Il fut présenté comme un appareil d'entraînement civil : mais ses performances proches de nombreux appareils de combat de première ligne, notamment une vitesse d'environ 320 km/h, en faisaient un appareil militaire potentiel. Les frères Günther travaillèrent leur projet et en tirèrent une version supérieure, le He 51, qui fit son apparition en mai 1933. Le He 51 fit partie des dernières générations de biplans de chasse, au même titre que des appareils aussi importants pour l'histoire aéronautique que l'Avia B-534 tchécoslovaque (premier vol en mai 1933), le Polikarpov I-15 soviétique (premier vol à la fin 1933) ou le Fiat CR-32 italien (premier vol en 1933).

De conception classique, le He 51 était un biplan sesquiplan. La voilure reprenait les concepts déjà développés par Heinkel durant la Première Guerre Mondiale, avec des haubans en forme de X entre chaque aile. Il avait une structure mixte faite de bois et de métal, avec des revêtements en toile. Il fit forte impression par la qualité de ses équipements, très complets et de bonne qualité. De construction robuste, l'appareil conservait un cockpit ouvert et un train d'atterrissage fixe, comme sur les chasseurs plus anciens.

Le moteur choisi était un moteur en ligne BMW, à refroidissement liquide, développant 750 ch. Il entraînait une hélice bipale, et propulsait le Heinkel à plus de 300 km/h. L'autonomie pouvait être portée à 700 kilomètres, grâce à l'installation d'un réservoir auxiliaire ventral, sous le cockpit (surtout sous les He 51B et He 51C). L'armement resta le même pour toutes les versions, à savoir deux mitrailleuses Rheinmetall MG-17, de calibre 7,92 mm, montées sur le moteur et tirant à travers le rayon de l'hélice.

Avec l'arrivée des nazis au pouvoir, on commença à évoquer en secret, mais de façon sérieuse, le réarmement et la recréation d'une armée de l'air. En 1934, le pouvoir passa commande de He 51, qui furent les premiers chasseurs commandés de manière officielle en Allemagne et le premier type de chasseur de premier ligne que reçut la nouvelle [i:3f412]Luftwaffe[/i:3f412]. L'officialisation de la création de la Luftwaffe accrut le rythme des livraisons. La première grande unité pourvue de He 51 fut le [i:3f412]Jagdgeschwader[/i:3f412] (JG) [i:3f412]132 Richtofen[/i:3f412], qui fut doté de He-51A-1.

Au début de 1936, une version un peu plus perfectionnée, le He 51B-1, entra en production. Il était doté d'un réservoir supplémentaire largable qui accroissait l'autonomie de l'appareil. Les B-1 furent aussi livrés au JG 132, notamment au [i:3f412]2. Staffel[/i:3f412] basé à Döberitz. Le He 51B-2 était doté de flotteurs et pouvait être catapulté de gros navires, mais certains appareils furent affectés à la défense côtière. Le [i:3f412]Küstenjagdgruppe 136[/i:3f412] de la [i:3f412]Luftwaffe[/i:3f412] basé à Kiel-Holtenau en était équipé.

Le He 51B-3 fut une version expérimentale dotée de deux jeux de mats d'entre-plans différents, que l'on retrouva sur au moins un hydravion He 51D qui possédait aussi une voilure modifiée. La dernière version produite fut le He 51C, qui pouvait emporter 6 bombes de 10 kg, et qui était destiné aux missions d'appui en Espagne. Une variante destinée à mener des missions à haute altitude, le He 52E n'entra pas en production.

Au toal, entre 700 à 800 appareils, toutes versions confondues, furent produits par Heinkel, mais aussi par les firmes Arado, Erla et Fieseler.

Plusieurs dizaines d'appareils, de diverses versions, furent envoyés en Espagne, soutenir les forces nationalistes, soit au sein de l'aviation nationaliste (He 51C), soit au sein de la Légion Condor (He 51B). Les He 51 prirent d'abord le dessus sur les appareils hétéroclites engagés par les forces républicaines, même s'ils se montraient inférieurs aux magnifiques Fiat CR-32. En revanche, le rapport de forces s'inversa brutalement dès lors que les républicains eurent reçu des chasseurs soviétiques Polikarpov.

Au combat, les He 51 s'avérèrent incapables de soutenir la comparaison avec les Polikarpov I-15, capables de virer plus serré et de monter plus vite, et plus rapides. Les I-16 monoplans firent encore plus de dégâts et conduisirent les militaires allemandes à reléguer les He 51 aux missions d'appui au sol, à partir du printemps 1937.

A partir de 1937 et de 1938, bien conscients des limites du He 51, les responsables de la [i:3f412]Luftwaffe[/i:3f412] entreprirent de les remplacer par le plus moderne Messerschmitt Bf-109. Les He 51 furent alors affectés à l'instruction, et y restèrent jusqu'à 1943. Il semble cependant que plusieurs He 51C aient été engagés dans des missions d'attaque au sol, lors de la campagne allemande en Pologne,en 1939.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, les appareils survivants trouvèrent un nouvel emploi sur le Front de l'Est, dans des escadrons de harcèlement nocturne, qui engageaient des appareils dépassés mais qui rendirent des services plus qu'appréciables. Fin 1942, la Luftwaffe organisa des [i:3f412]Befehlskampfstaffeln[/i:3f412], qui furent renommés en novembre de la même année [i:3f412]Störfkampfstaffeln[/i:3f412] (escadrilles de harcèlement). Les He 51 furent ainsi affectés à des attaques de nuit sur les arrières du front. Une des cibles favorites des pilotes de ces escadrons étaient les parcs de camions soviétiques, faciles à détruire et dont la perte était préjudiciable à l'Armée Rouge. Ils y côtoyèrent d'autres appareils vieillissants et hétéroclites, allant du Gotha Go 145 au Bücker Bü 131, en passant par les Ju-87B.

………………………………………………………………………………………

[u:3f412][b:3f412]Caractéristiques :[/b:3f412][/u:3f412]

[u:3f412]Version :[/u:3f412]

Heinkel He 51B-1

[u:3f412]Type : [/u:3f412]

Biplan monoplace de chasse

[u:3f412]Moteur : [/u:3f412]

Un BMW VI 7,3z à 12 cylindres en V et refroidissement par eau, de 750 ch

[u:3f412]Performances :[/u:3f412]

Vitesse maximale : 330 km/h (au niveau de la mer)
Vitesse de croisière : 280 km/h (au niveau de la mer)
Temps de montée à 2 000 mètres : 3 minutes 5 secondes
Plafond pratique : 7 700 mètres
Autonomie : 700 km (à la vitesse de croisière économique et avec un réservoir largable)

[u:3f412]Poids :[/u:3f412]

A vide : 1 473 kg
Maximal au décollage : 1 900 kg

[u:3f412]Dimensions :[/u:3f412]

Envergure : 11 mètres
Longueur : 8,40 mètres
Hauteur : 3,20 mètres
Surface alaire : 27,20 mètres carrés

[u:3f412]Armement : [/u:3f412]

Deux mitrailleuses Rheinmetall MG-17 de 7,92 mm, au dessus du fuselage

………………………………………………………………………………………

[u:3f412][b:3f412]Photos :[/b:3f412][/u:3f412]

:arrow: He 51 A-1[/url:3f412]

:arrow:
He 51 B-1[/url:3f412]

:arrow:
He 51 B-2[/url:3f412]
Re: Heinkel He-51 à 25/08/2012 10:40 Clansman
La fiche sur le site

Intéressant, ce topo sur le premier chasseur de la Luftwaffe. Au passage, mais c'est un détail, le réarmement était déjà envisagé sérieusement avant même l'arrivée des nazis au pouvoir. Ils ont largement amplifié le phénomène, bien entendu.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires