Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Chasse
  • Constructeur : drapeau Helwan
  • 3 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

Le Helwan 300 constitua la tentative égyptienne de se doter d’une industrie aéronautique propre. L’ingénieur allemand Willy Messerschmitt partit en Espagne en 1951  et fut employé par la société Hispano Aviation, où il conçut successivement le HA-100 et le HA-200, des appareils d'entraînement.

Il se lança dans la construction d’un avion de combat léger pour l’armée de l’air espagnole, dès le 26 octobre 1951. L'appareil devait être capable de Mach 1,5, de défendre une zone par temps clair, de ne pas être trop cher à construire. L'appareil,  nommé P.300 en 1953, fut testé en soufflerie en Suisse à partir de 1954. Diverses solutions furent envisagées, tant pour les entrées d'air (frontale, latérale) que pour les ailes (en flèche, delta), voire pour les empennages (haut ou bas). Le choix du moteur posait déjà problème, mais l'Orpheus fut envisagé. Les tests finirent en 1955 et l'appareil prit la dénomination de HA-300, parfois surnommé par dérision Me-300. En 1956, l'Egypte commença à s'intéresser au projet, mais l'Espagne changea ses spécifications, qui en faisaient un chasseur-bombardier doté d'un rayon d'action de 500 km, avec une masse maximale de 4 tonnes. Une maquette volante, le HA-300P, vola une unique fois le 25 juin 1959, mais se révéla totalement instable.

Ce projet, abandonné en 1959 par manque de fonds et de temps, est repris par l’Égypte, qui en achète la documentation. C'est un petit appareil, plus petit encore que le Gnat, et sa légèreté lui donne un excellent ratio poids/poussée. L'appareil doit avoir un masse de 4 tonnes, et une vitesse de Mach 2,2.

L’Égypte ne veut pas du réacteur Orpheus BR.12 prévu à l’origine, car les Britanniques, qui veulent l'abandonner, exigeaient des conditions inacceptables par les Egyptiens.  Elle se lance dans la fabrication de son propre réacteur. Celui-ci est conçu par un ingénieur autrichien, Ferdinand Brandner, qui avait participé aux travaux sur le NK-12 du Tu-95, qui reste le plus puissant turbopropulseur du monde. Le réacteur est désigné Brandner E-300. L’Inde, qui cherchait à l’époque un réacteur pour son Hal Marut, participe financièrement au programme. Le réacteur E-300 est mis en marche pour des tests statique en juillet 1963, puis testé sur un An-12 à partir de juin 1966. Il délivre 32.4kN à sec et 47.2 kN avec la PC, mais connait des difficultés de mise au point. Un HF-24 prêté par les Indiens sera équipé d'un E-300 à la place de l'un de ses Orpheus 703. Nommé IBX, il effectua 150 vols d'essais.

Le premier HA-300, nommé V-1, ou 001, sortit d'usine au début de 1963. Les Egyptiens n'avaient pas de pilotes d'essais et les pilotes européens n'étaient pas disponibles.  Les Indiens proposèrent un pilote à eux, Kapil Bhargava. Celui-ci effectua des roulages au sol dès juin 1963, et demanda 19 modifications (entre autres réservoir, roulette de nez, lubrification du moteur) avant même le premier vol.

L'appareil effectua son vol inaugural le 7 mars 1964 avec un réacteur Orpheus 703 S-10, avec le pilote d’essai indien Kapil Bhargava qui est aux commandes. Un second exemplaire, nommé V-2 ou 002, équipé du même réacteur, volera le 22 juillet 1965. Il se distinguait par un nez différent et des commandes améliorées. Il devint supersonique et atteignit la vitesse de Mach 1,13. Au total, les deux appareils effectuèrent 135 vols d’essais. Quand à Messerschmitt, revenu en Allemagne, il fut remplacé par Kurt Tank.

La défaite de l’Égypte durant la guerre des six jours l'obligea à concentrer ses moyens au renouvellement de sa flotte aérienne anéantie. De plus, l’URSS ne voyait pas d’un très bon œil ce projet, qui avait également des opposants en Egypte même. Il est abandonné en mai 1969. 135 millions de livres égyptiennes avaient été dépensées dans le cadre du programme. Le troisième prototype équipé du réacteur E-300 devait voler à l'été 1969. Il effectua malgré tout quelques essais de roulage jusqu'à la vitesse de décollage. On espérait qu'il puisse atteindre Mach 2 et l'altitude de 12000 m, et ce 2 minutes et demie après le décollage. Kapil Bhargava lui-même estimait qu'il pouvait y arriver. L'armement prévu était de 2 canons Hispano, ou 4 canons NR-23, et de 4 missiles air-air à guidage infrarouge. Le réacteur E-300 fut remis aux Indiens pour leur programme Marut.

L'avion, bien que petit, était performant, et pouvait se comparer aux MiG-21 de 1ere génération. Le premier prototype fut restauré en 1991 et est désormais exposé à Munich.


Texte de Trident, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Helwan HA-300 : Prototypes dotés du Orpheus 703, 2 exemplaires.
  • Helwan HA-300V-3 : Prototype doté du moteur E-300, un exemplaire.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Helwan HA-300 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 5 443 kg (12 000 lbs)
  • Masse à vide : 2 100 kg (4 630 lbs)
  • Surface alaire : 16,7 m² (179,757 sq. ft)
  • Hauteur : 3,15 m (10,335 ft)
  • Envergure : 5,84 m (19,16 ft)
  • Longueur : 12,4 m (40,682 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 1 400 km (870 mi, 756 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 000 m (39 370 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 203 m/s (666 ft/s)
  • Mach maximal HA : Mach 1,7
  • Charge alaire, à vide : 125,749 kg/m² (25,755 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 325,934 kg/m² (66,757 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Bristol-Siddeley Orpheus 703
  • Puissance unitaire : 2 200 kgp (22 kN, 4 850 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Helwan Ha 300 à 24/03/2011 22:27 Trident
Dommage que je n'ai pas le coté archiveur de certains membres… il faut tout recommencer.

Le Helwan 300 constituait la tentative égyptienne de se doter d’une industrie aéronautique propre.
L’ingénieur allemand Willy Messerschmitt part en Espagne après la seconde guerre mondiale et crée la société Hispano Aviation, il se lance dans la construction d’un avion de combat léger pour l’armée de l’air espagnole, c’est ce projet abandonné en 1960 et repris par l’Égypte qui sera dénommé désormais Helwan HA 300.
L’Égypte qui ne veut pas du réacteur Orpheus BOR 12 prévu à l’origine se lance dans la fabrication de son propre réacteur désigné Brandner E-300, l’Inde qui cherchait à l’époque un réacteur pour son Hal Marut participe financièrement au programme.
Le réacteur E-300 est mis en marche pour des tests statique en juillet 1963, n’étant pas encore au point le premier HA-300 effectua son vol le 7 mars 1964 avec un réacteur Orpheus Mk 703-S-10, c’est le pilote d’essai indien Kapil Bhargava qui est aux commandes, un second exemplaire équipé avec le même réacteur volera le 22 juillet 1965, au total les deux appareils ont effectués 135 vols d’essai.

La défaite de l’Égypte durant la guerre des six jours oblige l’égypte à concentrer ses moyens au renouvellement de sa flotte aérienne décimée, l’URSS ne voyait pas d’un très bon œil ce projet qui est abandonné en mai 1969 alors que le troisième prototype équipé du réacteur E-300 effectuait ses essais au sol ce dernier sera remis aux indiens.
Sources

http://en.wikipedia.org/wiki/Helwan_HA-300
http://www.angelfire.com/nb/eaf/ha300.html
http://www.aviastar.org/air/egypt/helwan_h-300.php
http://www.bharat-rakshak.com/IAF/History/1960s/Kapil-HA300.html à lire un bon document du pilote d’essai indien.
http://www.bharat-rakshak.com/IAF/History/1960s/Images/HA300Saqqara.jpg image rare de l'appareil en vol
Caractéristiques :

Équipage : 1
Envergure : 5.84 m
Longueur : 12.40 m
Hauteur : 3.15 m
Surface alaire : 16.70 m²
Poids à vide : 2 100 kg
Poids maxi au décollage : 5 443 kg
Vitesse ascensionnelle : 203 m/s
Plafond : 12 000 m
Autonomie : 1 400 km
Armement : Deux canons Hispano de 30 mm ou quatre canons Nudelmann-Suranov NS-23 de 23 mm
Re: Helwan Ha 300 à 25/03/2011 15:59 Clansman
Le HA-300 sur le site

C'est vrai qu'il était pas mal, cet appareil. A peine plus de 2 tonnes à vide et être malgré tout supersonique… Joli.
Re: Helwan Ha 300 à 25/03/2011 18:31 Trident

Clansman a écrit

Le HA-300 sur le site

J'espère que personne ne m'en voudra d'avoir copié la fiche :mrgreen:
Re: Helwan Ha 300 à 25/03/2011 22:39 Clansman
C'est vrai que c'est pas super discret, sur ce coup-là. :mrgreen:
Re: Helwan Ha 300 à 17/02/2013 17:09 ciders
Il me paraît avoir une allure très moderne. On dirait presque un F-1, vu de côté.

Quelques images en plus :

:arrow: Ha-300 au sol, vu de trois-quarts arrière
:arrow: A priori, au moins un des prototypes aurait survécu
:arrow: Ha-300 et Antonov An-12
Re: Helwan Ha 300 à 18/02/2013 09:51 JFF
oui, un petit engin sympathique
un joli avion de sport, qui devait bien décoiffer, et être amusant à piloter
Par contre, en faire un avion de combat, ……. c'est une autre histoire
Ce genre d'engin est caractéristique d'une époque, où, devant la complexité, le cout et le poids croissant des avions de combat, beaucoup de pays s'orientèrent vers des chasseurs "légers", tel le MD 550 Mirage I, ou le Folland Gnat.
Seul le Gnat révéla quelques qualités en combat, mais d'une façon générale, ce genre d'engin fut un échec, car pour en faire un appareils valable, il fallait considérablement l'alourdir (armement, blindage, un poil d'électronique aussi), donc avoir un réacteur plus puissant pour garde les mêmes performances (ou tout au moins ne pas trop dégrader la chose), donc plus de carburant. D'où la nécessité d'une cellule plus grande pour loger plus de carburant, impliquant encore plus de poids. Et on se retrouve pris dans une spirale inflationniste.

Tom Cooper, dans le 2eme volume de "Arab Migs" indique que ce programme fut très rapidement abandonné par les autorités égyptienne (largement avant le premier vol), mais qu'il maintenu en vie uniquement comme monnaie d'échange pour que les soviétiques livrent rapidement, et sans trop broncher, leurs Mig 21. En effet, au début des années 60', les soviétiques (tout comme les USA) ne voulaient aps entrer dans une course aux armements au Moyen Orient, et trainaient des pieds pour livrer du matériel de pointe (ce n'est qu'en 1966 que les USA acceptent de livrer des F 4 Phantom à Israel). Donc en poursuivant un programme indigène, l'Egypte montrait qu'elle avait la volonté et les moyens de se doter de sa propre industrie aéronautique.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires