Rappels

Histoire de l'appareil

En 1955, la firme Hughes estima qu'il y avait un marché potentiel pour un hélicoptère biplace léger et utilitaire. Aussi commença-t-elle à construire le prototype de son Model 269 en septembre. Celui-ci se présentait comme un hélicoptère monomoteur à pistons, avec habitacle fermé et patins d'atterrissage. Le rotor principal était tripale et le rotor de queue bipale. Les commandes de vol sont directement liées aux gouvernes, il n'y a donc pas de commandes hydrauliques.

Le prototype effectua son vol inaugural le 2 octobre 1956. Cependant, la certification ne fut obtenue que le 9 avril 1959. La première version de série, le 269A, voyait son cockpit réaménagé et sa poutre de queue modifiée. Les livraisons commencèrent en 1961. Hughes se focalisa sur le marché civil et en 1964, 314 exemplaires avaient été construits.

En 1964, Hughes introduisit une version triplace, le Model 269B qui fut commercialisé sous la désignation Hughes 300. La même année, le Hughes 269 battit un record d'endurance de 101 heures. Deux personnes pilotaient à tour de rôle et se ravitaillaient en profitant de l'effet de sol. Afin de prouver qu'il ne se posait pas, des œufs avaient été attachés sous les patins d'atterrissage.

Le Hughes 300C (parfois appelé 269C) vola pour la première fois le 6 mars 1969 et fut certifié en mai 1970. Il disposait d'un moteur Lycoming HIO-360-D1A de 190 hp, plus puissant que celui d'origine, et d'un rotor plus grand. Cela se traduisait par une charge utile augmentée de 45% (soit 475 kg sous élingue) et le Hughes 300C allait rester la version définitive et la plus populaire.

McDonnell Douglas acquit Hughes en 1984, mais ne s'intéressa manifestement pas au Hughes 269. Schweizer, qui avait construit des 300C sous licence pour Hughes, lui racheta les droits du Hughes 300C uniquement en 1986, puis le certificat de la FAA. Bien que Schweizer apporta quelques 250 modifications mineures, le concept de base resta le même. L'appareil fut donc connu un temps sous le nom de Schweizer 300C. Ensuite, Schweizer fut lui-même racheté par Sikorsky en 2004. En février 2009, l'ancien Hughes 300 devint Sikorsky S-300C.

Il fut construit sous licence en Italie et au Japon, à partir de sous-ensembles construits aux États-Unis. Hughes lui-même construisit 2800 exemplaires du Model 269 jusqu'en 1984. Le chiffre dépasse désormais les 3400 exemplaires, y compris militaires. Il a largement fait la preuve de sa robustesse, de sa facilité de vol et de son faible prix. Il est toujours en production. S'il fut principalement destiné au marché civil (notamment pour des tâches agricoles ou de police), il eut aussi du succès auprès de forces aériennes.

On peut noter parmi elles l'US Army et le Japon (TH-55 Osage), l'Algérie, les garde-côtes argentins, le Brésil, la Colombie, la Grèce, Haiti, le Honduras, l'Inde, l'Espagne, le Salvador, l'Indonésie, le Nigéria, le Paraguay, le Sierra Leone, la Suède, Taïwan, la Thailande, la Turquie et peut-être au Costa Rica, au Ghana, au Kenya et au Nicaragua.

Versions référencées

  • Hughes 269 : Prototypes motorisés par un Lycoming O-360-A de 180hp. 2 exemplaires.
  • Hughes 269A : Version initiale biplace.
  • Hughes 269A-1 : Version de transport VIP. Aussi désignée Hughes 200.
  • Hughes 269B : Version triplace motorisée par un Lycoming HIO-360-A1A de 190hp. Aussi désignée Hughes 300.
  • Hughes 300C : Version triplace aux rotors plus grands. Aussi désignée Hughes 269C.
  • Hughes TH-300C : Version d'entraînement militaire.
  • Schweizer 300CB : Version bi ou triplace conçue par Schweizer.
  • Schweizer 300CBi : Version du 300CB équipée d'un moteur à injection.
  • Schweizer 300CQ Sky Knight : Version plus silencieuse destinée aux opérations de police.
  • Sikorsky S-300C : Désignation des Hughes 300C après reprise de la production par Sikorsky.
  • Hughes HKP 5A : Désignation du Hughes 269A dans l'armée de terre suédoise. 2 exemplaires.
  • Hughes HKP 5B : Désignation du Hughes 300C dans l'armée de terre suédoise. 28 exemplaires.
  • Hughes IH-2 : Désignation du Hughes 269A dans l'aéronavale brésilienne.
  • Hughes IH-2A : Désignation du Hughes 269A-1 dans l'aéronavale brésilienne.
  • Breda-Nardi NH-300C : Désignation des Hughes 300C construits sous licence en Italie.
  • Hughes XH-42 YHO-2 : Désignation des Hughes 269A d'observation testés par l'US Army.
  • Hughes TH-55A Osage : Désignation des Hughes 269A d'entraînement dans l'US Army. 792 exemplaires.
  • Kawasaki TH-55J : Désignation des Hughes 269A d'entraînement construits sous licence au Japon. 38 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Hughes 300C voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 930 kg (2 050 lbs)
  • Masse à vide : 499 kg (1 100 lbs)
  • Surface du rotor : 52 m² (565 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 7,955 m (26,1 ft)
  • Hauteur : 2,71 m (8,9 ft)
  • Longueur : 9,174 m (30,1 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 159 km/h (99 mph, 86 kts)
  • Distance franchissable : 361 km (224 mi, 195 nm)
  • Vitesse ascensionnelle : 3,82 m/s (12,533 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 176 km/h (109 mph, 95 kts)
  • Charge alaire, à vide : 9,506 kg/m² (1,95 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 17,715 kg/m² (3,63 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Lycoming HIO-360-D1A
  • Puissance unitaire : 142 kW (193 ch, 190 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • perte d'un hélicoptère de l'armée de l'air péruvienne le 25 février 2013

    • Lieu : Pisco (drapeau Pérou, 13° 42’ 48”S, 75° 56’ 1”O)
    • Nombre de blessés : 2
    Un hélicoptère de type Schweizer 300C de la Fuerza Aérea del Perú immatriculé FAP-667 s'est écrasé lors d'un vol d'entraînement (militaire) sur les collines de Centro Poblado Camacho.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Hughes 269/300/TH-55 Osage à 08/07/2013 09:07 Clansman
En 1955, la firme Hughes estima qu'il y avait un marché potentiel pour un hélicoptère biplace léger et utilitaire. Aussi commença-t-elle à construire le prototype de son Model 269 en septembre. Celui-ci se présentait comme un hélicoptère monomoteur à pistons, avec habitacle fermé et patins d'atterrissage. Le rotor principal était tripale et le rotor de queue bipale. Les commandes de vol sont directement liées aux gouvernes, il n'y a donc pas de commandes hydrauliques.

Le prototype effectua son vol inaugural le 2 octobre 1956. Cependant, la certification ne fut obtenue que le 9 avril 1959. La première version de série, le 269A, voyait son cockpit réaménagé et sa poutre de queue modifiée. Les livraisons commencèrent en 1961. Hughes se focalisa sur le marché civil et en 1964, 314 exemplaires avaient été construits.

En 1964, Hughes introduisit une version triplace, le Model 269B qui fut commercialisé sous la désignation Hughes 300. La même année, le Hughes 269 battit un record d'endurance de 101 heures. Deux personnes pilotaient à tour de rôle et se ravitaillaient en profitant de l'effet de sol. Afin de prouver qu'il ne se posait pas, des œufs avaient été attachés sous les patins d'atterrissage.

Le Hughes 300C (parfois appelé 269C) vola pour la première fois le 6 mars 1969 et fut certifié en mai 1970. Il disposait d'un moteur Lycoming HIO-360-D1A de 190 hp, plus puissant que celui d'origine, et d'un rotor plus grand. Cela se traduisait par une charge utile augmentée de 45% (soit 475 kg sous élingue) et le Hughes 300C allait rester la version définitive et la plus populaire.

McDonnell Douglas acquit Hughes en 1984, mais ne s'intéressa manifestement pas au Hughes 269. Schweizer, qui avait construit des 300C sous licence pour Hughes, lui racheta les droits du Hughes 300C uniquement en 1986, puis le certificat de la FAA. Bien que Schweizer apporta quelques 250 modifications mineures, le concept de base resta le même. L'appareil fut donc connu un temps sous le nom de Schweizer 300C. Ensuite, Schweizer fut lui-même racheté par Sikorsky en 2004. En février 2009, l'ancien Hughes 300 devint Sikorsky S-300C.

Il fut construit sous licence en Italie et au Japon, à partir de sous-ensembles construits aux États-Unis. Hughes lui-même construisit 2800 exemplaires du Model 269 jusqu'en 1984. Le chiffre dépasse désormais les 3400 exemplaires, y compris militaires. Il a largement fait la preuve de sa robustesse, de sa facilité de vol et de son faible prix. Il est toujours en production. S'il fut principalement destiné au marché civil (notamment pour des tâches agricoles ou de police), il eut aussi du succès auprès de forces aériennes.

On peut noter parmi elles l'US Army et le Japon (TH-55 Osage), l'Algérie, les garde-côtes argentins, le Brésil, la Colombie, la Grèce, Haiti, le Honduras, l'Inde, l'Espagne, le Salvador, l'Indonésie, le Nigéria, le Paraguay, le Sierra Leone, la Suède, Taïwan, la Thailande, la Turquie et peut-être au Costa Rica, au Ghana, au Kenya et au Nicaragua.


Versions :

Hughes 269 : Prototypes, 2 exemplaires. Moteur Lycoming O-360-A de 180 hp.

Hughes 269A : Version initiale de série, biplace.

Hughes 200 (269A-1) : Version de luxe.

Hughes 300 (269B) : 1ere version triplace, moteur Lycoming HIO-360-A1A de 190 hp. 1er vol en 1964.

Hughes 300C (269C) : Version définitive triplace, rotors plus grands.

NH-300C : Hughes 300C construit sous licence par Breda-Nardi.

TH-300C : Version d'entraînement militaire.

Hughes 300CQ Sky Knight : Version plus silencieuse destinée aux opérations militaires.

Schweizer 300CB : Version conçue par Schweizer, disponible en configuration bi ou triplace. Moteur Textron Lycoming HO-360-C1A de 180 hp. 1er vol le 28 mai 1993, certifié en août 1995.

Schweizer 300CBi : Version du 300CB avec moteur à injection.

TH-55 : Hughes 269A en service dans l'US Army, 792 exemplaires.

L'US Army acquit 5 Hughes 269 de présérie en 1958, avant la certification. L'US Army avait besoin d'un hélicoptère léger d'observation pour remplacer ses OH-13 Sioux et OH-23 Raven. Désigné d'abord YHO-2HU, puis peut-être XH-42, il ne fut pas choisi, soit pas manque de fonds soit parce qu'il était inadapté aux missions de combat. Leurs recommandations permirent cependant l'élaboration de nouvelles versions. En 1964, il fut sélectionné afin de remplacer le TH-23 dans des missions d'entraînement. Les 792 exemplaires furent livrés jusqu'en mars 1969 et il resta en service jusqu'en 1988, date à laquelle il fut remplacé par le UH-1H. Plus de 60000 pilotes ont appris à voler dessus.

TH-55J : Hughes 269A construits sous licence par Kawasaki. 38 exemplaires entrés en service dans l'armée de terre japonaise.

IH-2 : Désignation du Hughes 269A dans l'aéronavale brésilienne.

IH-2A : Désignation du Hughes 269A-1 dans l'aéronavale brésilienne.

Hkp 5A : Désignation suédoise du Hughes 269A.

Hkp 5B : Désignation suédoise du Hughes 300C.




http://www.cielquebecois.com/aeronefs/helicopteres/1950-le-schweiser-269c

http://jn.passieux.free.fr/html/Hughes269.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Sikorsky_S-300

http://en.wikipedia.org/wiki/TH-55_Osage

http://www.airliners.net/aircraft-data/stats.main?id=350

http://www.aviastar.org/helicopters_eng/mcdonnel-200.php

http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_269_en.php

http://www.bush-planes.com/Schweizer300Helicopter.html

http://www.helis.com/database/model/360/
Re: Hughes 269/300/TH-55 Osage à 01/08/2013 07:02 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires