Histoire de l'appareil

En juillet 1936, la Lufthansa demanda un appareil de 26 places, capable de remplacer ses Ju-52, de concurrencer le DC-3 et de relier l'Amérique latine. Le projet fut mené par Kurt Tank sous la direction de Wilhelm Bansemir, qui s'inspira d'un ancien modèle. Le développement ne prit qu'un an. Il se présenta comme un quadrimoteur de construction entièrement métallique. Il est d'abord motorisé par 4 Pratt & Whitney Hornet S1E-G de 750 hp, qui seront remplacé par leur copie sous licence le BMW 132. Il emporte 4360 litres de carburant.

Le prototype vola le 27 juillet 1937, entre les mains de Kurt Tank lui-même. Il fut le premier avion à faire la liaison Berlin-New York, le 10 août 1938. Plus tard dans la même année, il joindra Tokyo en 3 étapes, sous la désignation Fw 200S-1. La version B, purement civile, fut vendue non seulement à la Luft Hansa (10 exemplaires livrés à partir de la fin 1938) mais aussi à la Det Danske Luftfartselskab (Danemark, 2 exemplaires livrés en 1938) et Serviços Aéreos Condor, une filiale de la Lufthansa (Brésil, 2 exemplaires). Un exemplaire danois se réfugiera en Grande-Bretagne lors de l'invasion de 1940, où il sera utilisé par la BOAC puis par la RAF. Il sera endommagé en 1941, au point d'être irréparable.

La marine japonaise se montra intéressée par le Fw 200 et demanda en 1939 une version militarisée, apte à remplir des missions de patrouille maritime. Kurt Tank conçut alors le prototype V10 : le fuselage fut renforcé et agrandi afin de contenir une soute à bombes, des points d'emport furent placés sous les ailes, des postes de tir furent ajoutés, ainsi que la nacelle ventrale "Bola" typique des bombardiers allemands. La guerre éclatant, il ne sera jamais livré aux Japonais. En revanche, il servira de base aux versions utilisées par la Luftwaffe. Il entra en service au sein du Kampfgruppe 40. Les exemplaires civils furent réquisitionnés par la Luftwaffe et utilisés comme avions de transport. Leur premier déploiement remonte à la campagne de Norvège.

Celle-ci utilise le Kondor en soutien à la Kriegsmarine, en patrouillant au-dessus de la mer du Nord puis dans l'Océan Atlantique après la défaite de la France. Il fut basé à Bordeaux-Mérignac. Il servit à la patrouille maritime et à la reconnaissance, indiquant aux U-boot des cibles potentielles. Il emportait aussi 900 kg de bombes et de mines pour la lutte anti-navires. De juin 1940 à février 1941, il coulera 331122 tonnes de navires, et Churchill le surnommera "le fléau de l'Atlantique" (Scourge of the Atlantic en VO). Son attaque consistait à voler à très basse altitude afin d'être sûr de placer ses 3 bombes.

A la mi-1941, il dut éviter le combat sur ordre, afin d'économiser le petit nombre de Fw 200 construits : les navires étaient équipés d'une DCA de plus en plus efficace. En août, il subit sa première perte face à un Sea Hurricane. Il sera aussi le premier avion de la Luftwaffe à tomber face à l'USAAF, au-dessus de l'Islande le 14 août 1942.

Il fut également utilisé comme avion de transport et ravitailla notamment la poche de Stalingrad en 1942. Il sera cantonné dans ce rôle à partir de la fin-1943, étant remplacé par le Ju-290 dans le rôle de reconnaissance. La France libérée, toute patrouille maritime au-dessus de l'Atlantique devint impossible. Sa production s'arrêtera en 1944 avec 276 exemplaires construits (263 livrés à la Luftwaffe).

La version C avait constamment évoluée au cours de la guerre : les premiers modèles étaient fragiles, mal armés, lents. Le fuselage avait tendance à se casser derrière les ailes, défaut qui ne fut jamais vraiment réparé à cause de la surcharge. Son taux de disponibilité fut également souvent inférieur à 50%. Les dernières versions furent équipées d'un radar, voire de missiles Hs 293.

Des Fw 200 endommagés atterrirent en Espagne. Au début de la guerre, ils furent autorisés à rejoindre le Reich, mais après l'opération Torch, 4 seront internés par l'Espagne. Un exemplaire fut réellement utilisé jusqu'en 1950, tandis que les autres furent cannibalisés. Ils furent ferraillés. Quelques exemplaires furent capturés par les Soviétiques.

Sur recommandation de son pilote Hans Baur, Hitler choisit un Fw 200 modifié comme avion personnel, en remplacement de son Ju 52. L'appareil, le Fw 200V3, fut réaménagé en 2 cabines, avec un siège blindé pour Hitler. L'appareil sera détruit le 18 juillet 1944 à Berlin, dans un bombardement. Himmler et Dönitz utilisèrent également un Fw 200.

Aucun Kondor n'est actuellement exposé. Un exemplaire est en cours de restauration au musée de la technologie allemande de Berlin, après avoir été récupéré en Norvège.

Versions référencées

  • Focke-Wulf Fw 200A-0 : Version de présérie, 6 exemplaires.
  • Focke-Wulf Fw 200B-1 : Version de transport motorisée par 4 BMW 132Dc.
  • Focke-Wulf Fw 200B-2 : Version de transport motorisée par 4 BMW 132H.
  • Focke-Wulf Fw 200C-0 : Version de présérie militarisée à l'envergure accrue. 10 exemplaires.
  • Focke-Wulf Fw 200C-1 : 1ere version de série militaire. 4 BMW 132H, 4 bombes de 250 kg. 10 exemplaires.
  • Focke-Wulf Fw 200C-2 : Nacelles redessinées pour réduire la traînée. Livrée à partir de mars 1941. 6 exemplaires.
  • Focke-Wulf Fw 200C-3 : Structure renforcée, moteurs Bramo 323 R-2 de 1200 ch.
  • Focke-Wulf Fw 200C-4 : Emporte un radar FuG Rostock, FuG 200 Hohentwiel pour les derniers exemplaires.
  • Focke-Wulf Fw 200C-6 : Appareils modifiés pour emporter le système de contrôle FuG 203 Kehl et des missiles Hs 293.
  • Focke-Wulf Fw 200C-8 : Version équipée du radar maritime Telefunken FuG 200 Hohentwiel.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Focke-Wulf Fw 200C-3 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 24 520 kg (54 057 lbs)
  • Masse à vide : 17 005 kg (37 490 lbs)
  • Surface alaire : 119,85 m² (1 290,055 sq. ft)
  • Hauteur : 6,3 m (20,669 ft)
  • Envergure : 32,85 m (107,776 ft)
  • Longueur : 23,45 m (76,936 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 335 km/h (208 mph, 181 kts)
  • Endurance maximale : 14 h
  • Distance franchissable : 3 560 km (2 212 mi, 1 922 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 000 m (19 685 ft)
  • Vitesse maximale HA : 360 km/h (224 mph, 194 kts)
  • Charge alaire, à vide : 141,886 kg/m² (29,061 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 204,589 kg/m² (41,903 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 moteurs à cylindres en étoile Bramo 323R-2
  • Puissance unitaire : 883 kW (1 200 ch, 1 184 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Fw 200 Condor, le rapace des mers à 13/05/2010 21:48 Vigi
Lorsque la WWII débute, l'Allemagne ne dispose pas d'appareils de patrouille maritime à long rayon d'action et, le Xème Fliegerkorps ne dispose que de quelques He-111 et Ju-88, l'Amiral Donitz s'en inquiète auprès d'Hitler mais, l'amiral se heurte à un refus de Göring qui gère l'ensemble de l'aviation de l'Allemagne (comme beaucoup de nation à cette époque, il n'existait pas un commandement aérien dépendant de la Marine).
Cette carence va être comblé par l'idée d'un officier de navigation du Xème Fliegerkorps, Edgar Petersen. Cet officier pense que le Fw-200, un appareil civil de transport serait parfait pour assurer la fonction de patrouille maritime, d'autant que le Japon a acquis six Fw-200 dont un transformé en appareil de reconnaissance.
Le rapport de Petersen est transmis et, Donitz obtient gain de cause grâce au Chef d'Etat Major de la Luftwaffe, le Général Jeschonnek qui passe commande à Focke-Wulf d'une version militaire de son Fw-200.

Le prototype du futur appareil de patrouille maritime est le Fw-200 V11 qui subit plusieurs modifications:
-afin de supporter l'emport de charge militaire, le train principal reçoit des roues en diabolo.
-la partie inférieure du fuselage est équipé d'une gondole pour le poste du navigateur-bombardier.
-Les nacelles des moteurs externes sont équipés d'un point d'emport pour des bombes.
-La capacité en carburant passe de 7 350 litres à 8 060 litres.
-Une capacité d'emport de 2 060 kg.

Les quatre premiers Fw-200 à être livré, sont des versions B1 civils, ils ne peuvent être militarisé selon les standards du prototype. La Luftwaffe reçoit encore deux autres Condor qui restent affecté au transport.
Les six appareils suivants de cette série sont aux même standard que le V10.
Ces dix premiers appareils prennent la désignation Fw-200 C1.

Avec cette militarisation le Fw-200 voit sa masse considérablement augmenter, en charge il passe de 17 000 kg à 20 500 kg sans que Focke-Wulf modifie la structure, il en résultera une fragilité du cadre de fuselage au niveau du bord de fuite de la voilure, ce défaut restera tout au long de la carrière opérationnelle du Condor.

En Mars 1941, commence la livraison de la version C2 dont l'emport de charge est passé à 5 400 kg.
La structure est renforcé sans pour autant résoudre le problème de fragilité du cadre de fuselage.
L'accroissement de l'emport de charge permet au Condor d'emporter deux torpilles de 1 800 kg sous les rateliers de voilure et des bombes de 1 400 kg sous les nacelles moteurs externes.
La version C2 n'étant qu'un modèle de transition, elle ne fut produite qu'à six exemplaires.

La version C3 reçoit de nouveaux moteurs, des Bramo 323 R-2 de 1 200 ch avec injection d'eau-méthanol.

Le Fw-200 C4 entre en service en Février 1942, ces appareils reçoivent une nouvelle tourelle HDL 151 équipé d'une MG 151 de 15 mm, le poste arrière est équipé avec une MG 131 de 13mm. une MG 151 en pointe avant de gondole.
Les C4 reçoivent également un viseur Lotfe 7H.
La masse en charge est également portée à 22 680 kg.

Début 1943, la version C5 est versé aux unités, elle a été produite à 22 exemplaires, elle ne diffère de la C4 que par un armement défensif et un équipement amélioré.

La version C6 est équipé pour la reconnaissance longue distance avec un radar FFO FuG 216 Neptun-S, qui sera remplacé ensuite par le Lorenz FuG 200 Hohentwiel.
L'ensemble des postes défensif est équipé avec des mitrailleuses MG 131 de 13mm.

Le Fw-200 C7 restera au stade de projet, cette version devait pouvoir franchir 6 000 km.

La version C8 est produite à 22 exemplaires.

Au total, il sera produit 276 exemplaires de Fw-200 Condor.
Les Fw-200 seront utilisés dans les opérations de pont aériens, a Stalingrad, en Afrique ou encore pour ravitailler les iles Grecs. Les Condor écriront leurs lettres de noblesse en Océan Atlantique en guidant les U-Boot ou en attaquant les navires.
Durant la bataille de l'Atlantique, les Fw-200 couleront 99 navires représentant 450 230t.


Le Fw-200 C4 en chiffres:

Équipage: 7 hommes
Envergure: 32,84 m
Longueur: 23,85 m
Hauteur: 6,30 m
Surface alaire: 118 m²

Masse à vide: 14 100 kg
Masse maximale: 22 680 kg

Motorisation: 4x BMW-Bramo 323 R-2G-1 de 1 200 ch avec injection d'eau (1000 ch au niveau de la mer en régime normal)
Vitesse maximale: 330 km/h à 4 600m / 280 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique: 4 600 m
Distance franchissable: 4 000 km ou 17,1 heures de patrouille

Armement:
1x mitrailleuse MG 151 de 15mm en tourelle dorsale HD 151
1x mitrailleuse MG 151 de 15mm en poste de tir dorsal
1x mitrailleuse MG 151 de 15mm en position avant de gondole ventrale
1x mitrailleuse MG 15 de 7,62mm sur chaque poste de tir latéral, supérieur et arrière de gondole
5 400kg de charges en gondole ventrale (500 kg), en emport sur deux points sous voilure (1800kg par point) et un point sous chaque nacelle externe (1 400kg)



Sources: Aero Journal N°14
Re: Fw 200 Condor, le rapace des mers à 17/05/2010 12:08 Flavien
Belle fiche vigi :)


Mais n'oublions pas le petit sobriquet que lui avait donné le très flegmatique W.Churchill " The scourge of the Atlantic" soit, "le fléau de l'Atlantique". Faut dire qu'il en a coulé et repéré des navires !

Je suis en train (enfin… pour le moment elle est un peu à l'arrêt.) de monter une maquette du FW200. Très belle bête.
Re: Fw 200 Condor, le rapace des mers à 23/09/2012 07:51 Clansman
En juillet 1936, la Lufthansa demanda un appareil de 26 places, capable de remplacer ses Ju-52, de concurrencer le DC-3 et de relier l'Amérique latine. Le projet fut mené par Kurt Tank sous la direction de Wilhelm Bansemir, qui s'inspira d'un ancien modèle. Le développement ne prit qu'un an. Il se présenta comme un quadrimoteur de construction entièrement métallique. Il est d'abord motorisé par 4 Pratt & Whitney Hornet S1E-G de 750 hp, qui seront remplacé par leur copie sous licence le BMW 132. Il emporte 4360 litres de carburant.

Le prototype vola le 27 juillet 1937, entre les mains de Kurt Tank lui-même. Il fut le premier avion à faire la liaison Berlin-New York, le 10 août 1938. Plus tard dans la même année, il joindra Tokyo en 3 étapes, sous la désignation Fw 200S-1. La version B, purement civile, fut vendue non seulement à la Luft Hansa (10 exemplaires livrés à partir de la fin 1938) mais aussi à la Det Danske Luftfartselskab (Danemark, 2 exemplaires livrés en 1938) et Serviços Aéreos Condor, une filiale de la Lufthansa (Brésil, 2 exemplaires). Un exemplaire danois se réfugiera en Grande-Bretagne lors de l'invasion de 1940, où il sera utilisé par la BOAC puis par la RAF. Il sera endommagé en 1941, au point d'être irréparable.

La marine japonaise se montra intéressée par le Fw 200 et demanda en 1939 une version militarisée, apte à remplir des missions de patrouille maritime. Kurt Tank conçut alors le prototype V10 : le fuselage fut renforcé et agrandi afin de contenir une soute à bombes, des points d'emport furent placés sous les ailes, des postes de tir furent ajoutés, ainsi que la nacelle ventrale "Bola" typique des bombardiers allemands. La guerre éclatant, il ne sera jamais livré aux Japonais. En revanche, il servira de base aux versions utilisées par la Luftwaffe. Il entra en service au sein du Kampfgruppe 40. Les exemplaires civils furent réquisitionnés par la Luftwaffe et utilisés comme avions de transport. Leur premier déploiement remonte à la campagne de Norvège.

Celle-ci utilise le Kondor en soutien à la Kriegsmarine, en patrouillant au-dessus de la mer du Nord puis dans l'Océan Atlantique après la défaite de la France. Il fut basé à Bordeaux-Mérignac. Il servit à la patrouille maritime et à la reconnaissance, indiquant aux U-boot des cibles potentielles. Il emportait aussi 900 kg de bombes et de mines pour la lutte anti-navires. De juin 1940 à février 1941, il coulera 331122 tonnes de navires, et Churchill le surnommera "le fléau de l'Atlantique" (Scourge of the Atlantic en VO). Son attaque consistait à voler à très basse altitude afin d'être sûr de placer ses 3 bombes.

A la mi-1941, il dut éviter le combat sur ordre, afin d'économiser le petit nombre de Fw 200 construits : les navires étaient équipés d'une DCA de plus en plus efficace. En août, il subit sa première perte face à un Sea Hurricane. Il sera aussi le premier avion de la Luftwaffe à tomber face à l'USAAF, au-dessus de l'Islande le 14 août 1942.

Il fut également utilisé comme avion de transport et ravitailla notamment la poche de Stalingrad en 1942. Il sera cantonné dans ce rôle à partir de la fin-1943, étant remplacé par le Ju-290 dans le rôle de reconnaissance. La France libérée, toute patrouille maritime au-dessus de l'Atlantique devint impossible. Sa production s'arrêtera en 1944 avec 276 exemplaires construits (263 livrés à la Luftwaffe).

La version C avait constamment évoluée au cours de la guerre : les premiers modèles étaient fragiles, mal armés, lents. Le fuselage avait tendance à se casser derrière les ailes, défaut qui ne fut jamais vraiment réparé à cause de la surcharge. Son taux de disponibilité fut également souvent inférieur à 50%. Les dernières versions furent équipées d'un radar, voire de missiles Hs 293.

Des Fw 200 endommagés atterrirent en Espagne. Au début de la guerre, ils furent autorisés à rejoindre le Reich, mais après l'opération Torch, 4 seront internés par l'Espagne. Un exemplaire fut réllement utilisé jusqu'en 1950, tandis que les autres furent cannibalisés. Ils furent ferraillés. Quelques exemplaires furent capturés par les Soviétiques.

Sur recommandation de son pilote Hans Baur, Hitler choisit un Fw 200 modifié comme avion personnel, en remplacement de son Ju 52. L'appareil, le Fw 200V3, fut réaménagé en 2 cabines, avec un siège blindé pour Hitler. L'appareil sera détruit le 18 juillet 1944 à Berlin, dans un bombardement. Himmler et Dönitz utilisèrent également un Fw 200.

Aucun Kondor est actuellement exposé. Un exemplaire est en cours de restauration au musée de la technologie allemande de Berlin, après avoir été récupéré en Norvège.


Versions :

Fw 200A-0 : Version de présérie, 6 exemplaires.

Fw 200B-1 : Version de transport motorisée par 4 BMW 132Dc.

Fw 200B-2 : Version de transport motorisée par 4 BMW 132H.

Fw 200C-0 : Version de présérie militarisée, à l'envergure accrue. Les 4 premiers sont des avions de transport à la structure renforcée, les 6 autres reçoivent de l'armement et sont destinés à la patrouille maritime.

Fw 200C-1 : 1ere version de série militaire. 4 BMW 132H, 4 bombes de 250 kg. 10 exemplaires.

Fw 200C-2 : Nacelles redessinées pour réduire la traînée. Livrée à partir de mars 1941. 6 exemplaires.

Fw 200C-3 : Structure renforcée, moteurs Bramo 323 R-2 de 1200 ch. Se décompose en sous-versions C-3/U-1 à U-4, qui voient l'armement défensif nettement renforcé.

Fw 200C-4 : Emporte un radar FuG Rostock, FuG 200 Hohentwiel pour les derniers exemplaires. Les sous-versions U-1 et U-2, construites à un exemplaire chacun, étaient des versions de transport de VIP rapides, avec une nacelle ventrale raccourcie et sans soute à bombes.

Fw 200C-6 : Appareils modifiés pour emporter le système de contrôle FuG 203 Kehl et des missiles Hs 293.

Fw 200C-8 : Version équipée du radar maritime Telefunken FuG 200 Hohentwiel. Certains exemplaires furent dotés du système FuG 203b Kehl III et de missiles Hs 293. 22 exemplaires.



Flavien a écrit

très flegmatique W.Churchill

Euh, à ce que j'en ai lu, flegmatique n'est pas le terme que j'emploierai pour parler de Churchill. :sygus:

La fiche sur le site



http://fr.wikipedia.org/wiki/Focke-Wulf_Fw_200

http://www.avionslegendaires.net/focke-wulf-fw-200-condor.php

http://www.bourse-des-vols.com/appareil-Focke-Wulf_Fw_200-93.php

http://jn.passieux.free.fr/html/Fw200.php

http://fandavion.free.fr/fockewulf200.htm

<!– l –><a class="postlink-local" href="http://forum.aviationsmilitaires.net/viewtopic.php?f=35&t=1814">viewtopic.php?f=35&t=1814</a><!– l –>

http://en.wikipedia.org/wiki/Focke-Wulf_Fw_200

http://www.uboat.net/technical/fw200.htm

http://www.lufthansa-ju52.de/en/Projects/Focke-Wulf-Condor/index.php

http://www.warbirdsresourcegroup.org/LRG/condor.html

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=237

http://www.aviastar.org/air/germany/fw-200.php
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires