Rappels

Histoire de l'appareil

Encouragée par les succès des avions d’affaires Falcon, Dassault développe sur fonds propres le Mystère-Falcon 50 pour répondre à de nouveaux besoins identifiés : traverser l'Atlantique Nord ou les États-Unis sans escale et en toute sécurité. À cette époque, seuls les quadrimoteurs ou quadriréacteurs et trimoteurs ou triréacteurs étaient autorisés à traverser l'Atlantique avec des passagers à bord, d'où la formule triréacteur adoptée pour le Falcon 50.

Extrapolation du Mystère 20, il portera brièvement au stade de prototype le nom de Falcon 20-3. Dassault Aviation avait déjà lancé d'autres projets tel que le Falcon 30 ou le Falcon 40, aussi il opta finalement pour la désignation Falcon 50A.

Après dix vols d'essais satisfaisants, l'avion sera mis en chantier pour une évolution de voilure. Il s'agissait d'une modification de profil conseillée par les aérodynamiciens pour monter une voilure à profil dit supercritique qui inaugura le Falcon 50B. Cette avancée technologique considérable offrit de nouvelles perspectives : augmentation de la vitesse de croisière, économie de carburant (environ 10%) et capacité accrue des réservoirs. La décision d'en équiper tous les nouveaux avions Dassault sera d’ailleurs prise par la suite, donnant naissance aux incontournables Falcon 900 et Falcon 2000.
A noter également que le Falcon 50 fut le premier avion avec une structure conçue par une méthode informatisée en 3D, et le premier avion fabriqué en partie en matériaux composites (ailerons en fibre de carbone).

2 prototypes et 1 appareil de présérie furent construits :

Le Falcon 50 numéro 1, immatriculé F-WAMD, sorti d'usine le 4 septembre 1976, effectua son premier vol le 7 novembre 1976. Il a été utilisé pour la mise au point générale, l'exploration du domaine de vol, l'étude des pannes moteur, les mesures de bruit, les mesures de performances. C'est d'ailleurs le seul Falcon à avoir été équipé de sièges éjectables.
Baptisé "Spirit of Lindbergh", il a battu deux records du monde pour avions d'affaires :

- Distance parcourue en ligne droite.

- Vitesse sur parcours reconnu , de Teterboro (New Jersey) au Bourget en 6h35 à 895 km/h, avec 6 personnes à bord plus 500 kg de matériels d'essais.

Le Falcon 50 numéro 2 immatriculé F-BINR fit son premier vol le 18 février 1978 et fut essentiellement utilisé pour la validation de l’avionique.

Le Falcon 50 numéro 3 immatriculé F-GBIZ. Premier et unique pré-série, il fit son premier vol le 13 juin 1978. Lors de son 65eme vol en septembre 1978, il traversa l’Atlantique de Chicago à Paris le Bourget sans escale.

La production :

La fabrication de la structure était répartie entre l'Aérospatiale (fuselage) et Dassault-Bréguet avec la participation de sous-traitants : Latécoère, Reims Aviation, Hurel-Dubois, Potez. Le train était fabriqué par Messier-Hispano.
L'assemblage, les essais et premiers vols furent assurés par Dassault à Mérignac.
Une fois la certification de l’appareil obtenue le 27 février 1979, le premier client obtint son appareil en juillet 1979.
La chaîne de montage augmenta ensuite de cadence jusqu’à atteindre un rythme maximal de 7 appareils par mois.
En avril 1996, le modèle de base sera remplacé par le 50EX (Extended range) motorisé par des moteurs Honeywell TFE731-40-1C .

La production finale aura été de :

- 2 prototypes
- 1 appareil de pré-série
- 244 Falcon 50B
- 4 Falcon 50 Surmar réalisés à partir de Falcon 50B
- 101 Falcon 50EX.

Le dernier Falcon 50 produit a quitté l'usine de Mérignac le 14 juin 2007 et porte le numéro 352. Il laissera la place au Falcon 900, extrapolation du Falcon 50 doté d'un fuselage élargi.


Les différentes versions du Falcon 50 :

Le Falcon 50 B : Falcon 50 de base, premier tri-réacteur lancé par la société en 1976. Il était une extrapolation du Mystère 20 avec un troisième réacteur placé en pied de dérive et une voilure à profil dit supercritique.

Le Falcon 50M 'Surmar' Surveillance maritime. Appareil obtenu à partir du Falcon 50 de base spécialement modifié pour la surveillance maritime. Le premier des quatre avions pour la Marine Nationale Française a été livré le 23 décembre 1999. Les modifications et équipements spéciaux sont l'ouverture de baies d'observation comme sur le Guardian, une trappe de largage, un radar Thomson-CSF OM 100 et un FLIR Chlio.

Le Falcon 50 EX (Extended range). Depuis 1997, le Falcon 50 n’est plus produit que dans sa version 50EX équipée de réacteurs Allied Signal TFE731-40 et d'une avionique modernisée. Annoncé par Dassault Aviation le 26 avril 1995, le Falcon 50EX effectue son premier vol le 10 avril 1996 à Bordeaux Mérignac. Par rapport à son prédécesseur, le Falcon 50EX permet notamment de franchir des distances plus importantes, soit 6.050 km à Mach 0,75 et 5.605 km à Mach 0,80. L'accroissement de la distance franchissable de cet avion se fait sans augmentation de carburant embarqué mais grâce à l'amélioration de la consommation spécifique de 7% de ses nouveaux moteurs.La nouvelle motorisation permet également à l’appareil d’atteindre son altitude de croisière en 23 minutes, avec une altitude portée à 12.500 m.

La vie opérationnelle :

Le Falcon 50 est exploité par des compagnies d'affaires, des gouvernements pour le transport de personnalité et par la Marine nationale française dans le cadre des missions de surveillance maritime dans une version légèrement modifiée (Falcon 50M)

France : L'Armée de l'Air française a utilisé le Falcon 50 à partir de 1979 avec un parc de 4 appareils (c/n 5, 27, 34 et 78). Ses principales missions étaient des missions de transports de matériel, de personnalités voir du transport sanitaire. Le dernier exemplaire affecté à l'ETEC de Villacoublay a été retiré du service en mai 2011.

Suite au retrait des derniers Nord 262E en 2009, la marine a décidé de récupérer ces 4 appareils et de les transformer en version de surveillance maritime. 49 millions d’euros sont ainsi prévus et le premier appareil transformé est prévu pour une livraison à l'Aéronautique navale début 2012. Un second appareil est également prévu pour le second semestre 2012. Enfin les 2 derniers exemplaires seront livrés respectivement en 2013 et 2014. En définitive, cette version désignée Falcon 50MS a commencée à être livrée début 2014.

La marine Nationale utilise également un parc de 4 appareils au sein de la flottille 24F depuis la fin des années 90. Le 26 novembre 1998, le Falcon 50 Surmar n°36 effectuait son premier vol. Depuis les quatre Falcon 50M de la marine ont franchi le cap symbolique des 20.000 heures de vol. Il s’agit des c/n 7, 30, 36 et 132.

Équipements pour Falcon SurMar :
Un radar Thalès Ocean Master 100.
Une tourelle infrarouge et thermique FLIR Chlio (Thalès)
Un système de communication par satellite Inmarsat Charlie.
Une trappe de largage de chaînes SAR/SECMAR (de 6 à 8 chaînes SAR)

Début 2009, une nouvelle version Falcon 50M-2 a été qualifiée par la DGA. Cette modernisation comprend notamment l’intégration d’un système de communication par satellite AVIASAT, l'ajout d'une désignation d'objectif FLIR et d'un interrogateur décodeur IFF.

Initialement conçu pour le sauvetage maritime, le Falcon 50M réalise aujourd'hui de multiples missions. Le triréacteur assure la surveillance des Zones Economiques Exclusives (Z.E.E.), la surveillance des pêches, la lutte contre les pollutions et les trafics illicites, et depuis peu la lutte contre la piraterie.

Les missions du Falcon 50M couvrent des zones qui s'étendent:
• En Atlantique: du nord Irlande au Liberia et du Brésil à Miami
• En Méditerranée : l'ensemble de la Méditerranée
• Le canal du Mozambique
• L’Océan Indien : 1200 nautique autour de la Réunion et Mayotte.
• La Guyane en soutien aux zones aérospatiales


Afrique du Sud : L’Afrique du Sud possède 2 Falcon 50B au sein de la Saaf. Depuis 1982 et 1985, les N° 91 et 133 opèrent au sein du Squadron 21 pour des missions de transport VIP.

Bulgarie : A possédé le Falcon 50 CN 97 entre 1999 et août 2001 pour le transport gouvernemental. Il fut remplacé par la suite par un Falcon 2000 en décembre 2001. A noter que la Bulgarie aurait également possédé brièvement le CN 88 sans jamais l’utiliser (de juin à octobre 1999)

Burundi : Le Falcon 50 CN 66 fut acheté comme appareil présidentiel en septembre 1992 et revendu dans des conditions occultes en mai 2006 à une société privée.

Espagne : L’Espagne a utilisé le Falcon 50 N°84 de 1979 à 2003 dans l’escadron 451 du Groupe 45 basé à Torrejón près de Madrid, pour le transport VIP.

Irak : L’Irak posséda jusqu’à 4 Falcon 50B (N°71, 101, 120 et 122). Durant la guerre Iran-Irak, 2 missiles Exocet sont tirés sur la frégate américaine « USS SHARK » entraînant de gros dégâts et surtout la mort de 37 marins. Des récits sur cet épisode évoquent un Falcon 50 modifié à l’origine de cette attaque. Cependant la plupart des récits, tendent plus vers le tir d’une paire de Mirage F1.
Lors de la première guerre du Golfe, l’ensemble de la flotte de Falcon 50 se réfugie sur le territoire iranien. Ils ne seront jamais rendus.

Iran : L’Iran à récupéré les Falcon 50 irakiens lors de la première guerre du Golfe et utilise toujours 2 d’entre eux (N°120 et 122) pour le transport gouvernemental.

Italie : L’Italie a possédé les Falcon 50 N°151, 193 et 211. Elle ne gère plus que les N°193 et 211 au sein du 31 Stormo du 93º Gruppo pour des missions de transport gouvernemental et peuvent être convertis rapidement en avion de transport sanitaire (medevac).

Jordanie : La Jordanie posséda 2 Falcon 50 gouvernementaux (CN 52 et CN 60) entre 1981 et 1986.

Libye : Le Falcon 50 CN 68 est opéré par le gouvernement libyen depuis 1981.

Maroc : Le Falcon 50 CN 12 est opéré par le gouvernement marocain depuis 1980 dans le VIP squadron de Rabat-Salé.

Portugal : Le Portugal possède 3 Falcon 50 (CN 195, CN 198 et CN 221) opérés sur l’aéroport de Lisbonne comme transport VIP au sein de l’escadron 504.

Rwanda : Acheté d’occasion puis offert par la France au président Habyarimana en mai 1990, le Falcon N°6 fut abattu par un SAM en approche de l’aéroport de Kigali le 6 avril 1994. Cet attentat contre l’avion présidentiel fut l’élément déclencheur du génocide rwandais.

Serbie : La Serbie utilise le Falcon 50 CN 53 au sein du 675 ème escadron de Transport basé à Surcin dans la banlieue de Belgrade pour le transport de VIP.

Soudan : Le Soudan possède depuis 1983 le Falcon 50 CN 114 pour des missions de transport gouvernemental.

Suisse : La Swiss Air Force gère depuis le 31 janvier 1996 un unique Falcon 50 utilisés par les membres du Conseil fédéral. Il s’agit du CN 67.

Venezuela : La force aérienne Vénézuelienne gère 3 Falcon 50 (CN 4, CN 22 et CN 136) rattachés au Groupe Aérien 4 mais également utilisés par la société d’état « Petróleos de Venezuela » pour des missions de transport de personnalité.


Texte de Foxkilo02, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Dassault Falcon 50B : Première version. 244 exemplaires.
  • Dassault Falcon 50EX : Seconde version motorisée par des réacteurs Allied Signal TFE731-40. 101 exemplaires.
  • Dassault Falcon 50MI SurMar : Version modifiée pour la surveillance maritime basée sur le Falcon 50B. 4 exemplaires.
  • Dassault Falcon 50MS : Version modifiée pour la surveillance maritime basée sur des Falcon 50B ex-AdA. 4 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Dassault Falcon 50MI SurMar voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 18 500 kg (40 786 lbs)
  • Masse à vide : 9 150 kg (20 172 lbs)
  • Surface alaire : 46,83 m² (504,074 sq. ft)
  • Hauteur : 6,97 m (22,867 ft)
  • Envergure : 18,9 m (62,008 ft)
  • Longueur : 18,8 m (61,68 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 685 km/h (426 mph, 370 kts)
  • Distance de décollage : 1 524 m (5 000 ft)
  • Distance d'atterrissage : 1 112 m (3 648 ft)
  • Distance de convoyage : 2 700 km (1 678 mi, 1 458 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 716 m (45 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 17,42 m/s (57,152 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 888 km/h (552 mph, 479 kts)
  • Charge alaire, à vide : 195,388 kg/m² (40,019 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 395,046 kg/m² (80,912 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 3 réacteurs Honeywell TFE731-3-1C
  • Puissance unitaire : 1 681,957 kgp (16,5 kN, 3 708,084 lbf)
  • Consommation : 1,1 tonne /heure

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré 19
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 6
Annulé par la FAI 5

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture
picture
picture
picture
picture

Forum

Sujet complet »
Dassault Falcon 50 à 22/07/2011 10:32 foxkilo02
Bon finalement j’aurais mis un peu plus de 2 semaines pour cette fiche mais c’est toujours mieux que les 4 mois du Super Frelon. :mrgreen:


Origine du Falcon 50 :
Encouragée par les succès des avions d’affaires Falcon, Dassault développe sur fonds propres le Mystère-Falcon 50 pour répondre à de nouveaux besoins identifiés : traverser l'Atlantique Nord ou les États-Unis sans escale et en toute sécurité.
À cette époque, seuls les quadrimoteurs ou quadriréacteurs et trimoteurs ou triréacteurs étaient autorisés à traverser l'Atlantique avec des passagers à bord, d'où la formule triréacteur adoptée pour le Falcon 50.
Extrapolation du Mystère 20 il portera brièvement au stade de prototype le nom de Falcon 20-3. Dassault Aviation avait déjà lancé d'autres projets tel que le Falcon 30 ou le Falcon 40 aussi il opta finalement pour la désignation Falcon 50A
Après dix vols d'essais satisfaisants, l'avion sera mis en chantier pour une évolution de voilure. Il s'agissait d'une modification de profil conseillée par les aérodynamiciens pour monter une voilure à profil dit supercritique qui inaugura le Falcon 50B. Cette avancée technologique considérable offrit de nouvelles perspectives : augmentation de la vitesse de croisière, économie de carburant (env. 10%) et capacité accrue des réservoirs. La décision d'en équiper tous les nouveaux avions Dassault sera d’ailleurs prise par la suite, donnant naissance aux incontournables Falcon 900 et Falcon 2000.
A noter également que le Falcon 50 fut le premier avion avec une structure conçue par une méthode informatisée en 3D, et le premier avion fabriqué en partie en matériaux composites (ailerons en fibre de carbone).

Les prototypes :

2 prototypes et 1 appareil de présérie furent construits :

:arrow: Le Falcon 50 numéro 1, immatriculé F-WAMD, sorti d'usine le 4 septembre 1976 effectua son premier vol le 7 novembre 1976. Il a été utilisé pour la mise au point générale, l'exploration du domaine de vol, l'étude des pannes moteur, les mesures de bruit, les mesures de performances. C'est d'ailleurs le seul Falcon à avoir été équipé de sièges éjectables.
Baptisé "Spirit of Lindbergh", il a battu deux records du monde pour avions d'affaires :
- Distance parcourue en ligne droite.
- Vitesse sur parcours reconnu , de Teterboro (New Jersey) au Bourget en 6h35 à 895 km/h, avec 6 personnes à bord plus 500 kg de matériels d'essais

:arrow: Le Falcon 50 numéro 2 immatriculé F-BINR fit son premier vol le 18 février 1978 et fut essentiellement utilisé pour la validation de l’avionique.

:arrow: Le Falcon 50 numéro 3 immatriculé F-GBIZ. Premier et unique pré-série, il fit son premier vol le 13 juin 1978. Lors de son 65eme vol en septembre 1978, il traversa l’Atlantique de Chicago à Paris le Bourget sans escale.

La production

La fabrication de la structure était répartie entre l'Aérospatiale (fuselage) et Dassault-Bréguet avec la participation de sous-traitants : Latécoère, Reims Aviation, Hurel-Dubois, Potez. Le train était fabriqué par Messier-Hispano.
L'assemblage, les essais et premiers vols furent assurés par Dassault à Mérignac.
Une fois la certification de l’appareil obtenue le 27 février 1979, le premier client obtint son appareil en juillet 1979.
La chaîne de montage augmenta ensuite de cadence jusqu’à atteindre un rythme maximal de 7 appareils par mois.
En avril 1996, le modèle de base sera remplacé par le 50EX (Extended range) motorisé par des moteurs Honeywell TFE731-40-1C .

La production finale aura été de :
- 2 prototypes
- 1 appareil de pré-série
- 244 Falcon 50B
- 4 Falcon 50 Surmar réalisés à partir de Falcon 50B
- 101 Falcon 50EX.
Le dernier Falcon 50 produit a quitté l'usine de Mérignac le 14 juin 2007 et porte le numéro 352. Il laissera la place au Falcon 900 extrapolation du Falcon 50 doté d'un fuselage élargi.


Les différentes versions du Falcon 50:

:arrow: Le Falcon 50 B: Falcon 50 de base, premier tri-réacteur lancé par la société en 1976. Il était une extrapolation du Mystère 20 avec un troisième réacteur placé en pied de dérive et une voilure à profil dit supercritique.
:arrow: Le Falcon 50M 'Surmar' Surveillance maritime. Appareil obtenu à partir du Falcon 50 de base spécialement modifié pour la surveillance maritime. Le premier des quatre avions pour la Marine Nationale Française a été livré le 23 décembre 1999. Les modifications et équipements spéciaux sont l'ouverture de baies d'observation comme sur le Guardian, une trappe de largage, un radar Thomson-CSF OM 100 et un FLIR Chlio.
:arrow: Le Falcon 50 EX (Extended range). Depuis 1997, le Falcon 50 n’est plus produit que dans sa version 50EX équipée de réacteurs Allied Signal TFE731-40 et d'une avionique modernisée. Annoncé par Dassault Aviation le 26 avril 1995, le Falcon 50EX effectue son premier vol le 10 avril 1996 à Bordeaux Mérignac. Par rapport à son prédécesseur, le Falcon 50EX permet notamment de franchir des distances plus importantes, soit 6.050 km à Mach 0,75 et 5.605 km à Mach 0,80. L'accroissement de la distance franchissable de cet avion se fait sans augmentation de carburant embarqué mais grâce à l'amélioration de la consommation spécifique de 7% de ses nouveaux moteurs.La nouvelle motorisation permet également à l’appareil d’atteindre son altitude de croisière en 23 minutes, avec une altitude portée à 12.500 m.


La vie opérationnelle :

Le Falcon 50 est exploité par des compagnies d'affaires, des gouvernements pour le transport de personnalité et par la Marine nationale française dans le cadre des missions de surveillance maritime dans une version légèrement modifiée (Falcon 50M)

France
L'Armée de l'Air française a utilisé le Falcon 50 à partir de 1979 avec un parc de 4 appareils (CN 5, 27, 34 et 78). Ses principales missions étaient des missions de transports de matériel, de personnalités voir du transport sanitaire.
Le dernier exemplaire affecté à l'ETEC de Villacoublay a été retiré du service en mai 2010. Suite au retrait des derniers Nord 262E en 2009, la marine a décidé de récupérer ces 4 appareils et de les transformer en version de surveillance maritime. 49 millions d’euros sont ainsi prévus et le premier appareil transformé est prévu pour une livraison à l'Aéronautique navale début 2012. Un second appareil est également prévu pour le second semestre 2012. Enfin les 2 derniers exemplaires seront livrés respectivement en 2013 et 2014.

La marine Nationale utilise également un parc de 4 appareils au sein de la flottille 24F depuis la fin des années 90. Le 26 novembre 1998, le Falcon 50 Surmar n°36 effectuait son premier vol. Depuis les quatre Falcon 50M de la marine ont franchi le cap symbolique des 20.000 heures de vol. Il s’agit des CN 7, 30, 36 et 132.
Début 2009, une nouvelle version Falcon 50M-2 a été qualifiée par la DGA. Cette modernisation comprend notamment l’intégration d’un système de communication par satellite AVIASAT, l'ajout d'une désignation d'objectif FLIR et d'un interrogateur décodeur IFF
Initialement conçu pour le sauvetage maritime, le Falcon 50M réalise aujourd'hui de multiples missions. Le triréacteur assure la surveillance des Zones Economiques Exclusives (Z.E.E.), la surveillance des pêches, la lutte contre les pollutions et les trafics illicites, et depuis peu la lutte contre la piraterie.
Les missions du Falcon 50M couvrent des zones qui s'étendent:
• En Atlantique: du nord Irlande au Liberia et du Brésil à Miami
• En Méditerranée : l'ensemble de la Méditerranée
• Le canal du Mozambique
• L’Océan Indien : 1200 nautique autour de la Réunion et Mayotte.
• La Guyane en soutien aux zones aérospatiales

Afrique du Sud
L’Afrique du Sud possède 2 Falcon 50B au sein de la Saaf. Depuis 1982 et 1985, les N° 91 et 133 opèrent au sein du Squadron 21 pour des missions de transport VIP.


Bulgarie
A possédé le Falcon 50 CN 97 entre 1999 et août 2001 pour le transport gouvernemental. Il fut remplacé par la suite par un Falcon 2000 en décembre 2001.
A noter que la Bulgarie aurait également possédé brièvement le CN 88 sans jamais l’utiliser (de juin à octobre 1999)

Burundi
Le Falcon 50 CN 66 fut acheté comme appareil présidentiel en septembre 1992 et revendu dans des conditions occultes en mai 2006 à une société privée.

Espagne
L’Espagne a utilisé le Falcon 50 N°84 de 1979 à 2003 dans l’escadron 451 du Groupe 45 basé à Torrejón près de Madrid, pour le transport VIP.

Irak
L’Irak posséda jusqu’à 4 Falcon 50B (N°71, 101, 120 et 122).
Durant la guerre Iran-Irak, 2 missiles Exocet sont tirés sur la frégate américaine « USS SHARK » entraînant de gros dégâts et surtout la mort de 37 marins. Des récits sur cet épisode évoquent un Falcon 50 modifié à l’origine de cette attaque. Cependant la plupart des récits, tendent plus vers le tir d’une paire de Mirage F1.
Lors de la première guerre du Golfe, l’ensemble de la flotte de Falcon 50 se réfugie sur le territoire iranien. Ils ne seront jamais rendus.

Iran
L’Iran à récupéré les Falcon 50 irakiens lors de la première guerre du Golfe et utilise toujours 2 d’entre eux (N°120 et 122) pour le transport gouvernemental.

Italie
L’Italie a possédé les Falcon 50 N°151, 193 et 211. Elle ne gère plus que les N°193 et 211 au sein du 31 Stormo du 93º Gruppo pour des missions de transport gouvernemental et peuvent être convertis rapidement en avion de transport sanitaire (medevac).

Jordanie
La Jordanie posséda 2 Falcon 50 gouvernementaux (CN 52 et CN 60) entre 1981 et 1986.

Libye
Le Falcon 50 CN 68 est opéré par le gouvernement libyen depuis 1981.

Maroc
Le Falcon 50 CN 12 est opéré par le gouvernement marocain depuis 1980 dans le VIP squadron de Rabat-Salé.

Portugal
Le Portugal possède 3 Falcon 50 (CN 195, CN 198 et CN 221) opérés sur l’aéroport de Lisbonne comme transport VIP au sein de l’escadron 504.

Rwanda
Acheté d’occasion puis offert par la France au président Habyarimana en mai 1990, le Falcon N°6 fut abattu par un SAM en approche de l’aéroport de Kigali le 6 avril 1994. Cet attentat contre l’avion présidentiel fut l’élément déclencheur du génocide rwandais.

Serbie
La Serbie utilise le Falcon 50 CN 53 au sein du 675 ème escadron de Transport basé à Surcin dans la banlieue de Belgrade pour le transport de VIP.

Soudan
Le Soudan possède depuis 1983 le Falcon 50 CN 114 pour des missions de transport gouvernemental.

Suisse
La Swiss Air Force gère depuis le 31 janvier 1996 un unique Falcon 50 utilisés par les membres du Conseil fédéral. Il s’agit du CN 67.

Venezuela
La force aérienne Vénézuelienne gère 3 Falcon 50 (CN 4, CN 22 et CN 136) rattachés au Groupe Aérien 4 mais également utilisés par la société d’état « Petróleos de Venezuela » pour des missions de transport de personnalité.

Caractéristiques:

Rôle : Transport VIP, surveillance maritime (Surmar).
Constructeur: Dassault Aviation
Date du premier vol : 07 novembre 1976
Date de mise en service : 27 février 1979
Équipage : 2-3 ou 1 pilote + 1 commandant d'aéronef + 1 observateur largueur + 1 observateur inmarsat + 1 opérateur radar/ flir (Falcon 50 Surmar)
Capacité passagers : 8-9
Motorisation : Trois réacteurs à double flux General Electric Garrett TFE 731-3-1C ou 3 moteurs AlliedSignal TFE 731-40 (Falcon 50EX)
Puissance unitaire : 16.5 kN
Longueur : 18,52 m
Hauteur: 6,98 m
Envergure : 18,86 m
Masses a vide : 9.150 kg
Masse max. 17.600 kg ou 18.008 kg (50EX)
Capacité Carburant : 7 040 kg
Consommation : 1,1 tonne /heure

Performances
Vitesse maximale :Mach 0.82 ou Mach 0.83 (50EX) ou Mach 0.85 (masse plus faible sur Falcon 50 SurMar)
Plafond : 13 720 m ou 14 900 m (50EX)
Vitesse de croisière : 685 km/h
Vitesse ascensionnelle : 920m/min ou 1 045 m/min (50EX)
Distance franchissable : 5 830 km ou 6 045 km (50EX) ou 6480 km (Falcon 50 SurMar)

Armement:
Aucun armement

Equipements pour Falcon SurMar :
Un radar Thalès Ocean Master 100.
Une tourelle infrarouge et thermique FLIR Chlio (Thalès)
Un système de communication par satellite Inmarsat Charlie.
Une trappe de largage de chaînes SAR/SECMAR (de 6 à 8 chaînes SAR)


Sources :
French Fleet Air Arm
Wikipedia
Dassault-Aviation
Re: Dassault Falcon 50 à 22/07/2011 12:14 ovni73
Bonjour.
Monsieur X, dans l'émission 'Rendez-vous avec X' sur France Inter la Samedi à 13h20, a consacré l'un de ses récit au F50 Irakien avec Exocet.
Je l'indique pour information, pas comme une vérité, je ne suis pas en mesure de juger.
Re: Dassault Falcon 50 à 22/07/2011 12:38 stanak
joli travail !

foxkilo02 a écrit

France
L'Armée de l'Air française a utilisé le Falcon 50 à partir de 1979 avec un parc de 4 appareils (CN 5, 27, 34 et 78). …
Le dernier exemplaire affecté à l'ETEC de Villacoublay a été retiré du service en mai 2010.
c'est pas plutôt mai 2011 ?
j'ai trouvé des photos sur le net du 34 et du 78 en vol en début d'année.

illustrations
Image
1 des 4 anciens F50 de l'AdlA
Image

Image
1 des 4 SURMAR
Image

Image
l'exemplaire marocain
Image

Image
l'un des 3 portugais
Image

Image
l'Helvète
Image
Re: Dassault Falcon 50 à 22/07/2011 17:07 foxkilo02
J'avais trouvé cette information sur le site d'airmil.
Maintenant , effectivement je n'ai trouvé que 2 livraisons de Falcon 7X qui doivent remplacer les Falcon 50 de l'AdlA…Donc il resterait, à ce jour, 2 Falcon 50 dans l'inventaire de L'ETEC 65 :interr:.
Re: Dassault Falcon 50 à 22/07/2011 18:11 stanak
ils sont peut-être retirés aujourd'hui.
au G8 en mai, quand les Falcon 7X ont été cloués au sol, ce sont deux Falcon 900 qui ont été dépêchés.
Re: Dassault Falcon 50 à 23/07/2011 15:14 foxkilo02

ovni73 a écrit

Bonjour.
Monsieur X, dans l'émission 'Rendez-vous avec X' sur France Inter la Samedi à 13h20, a consacré l'un de ses récit au F50 Irakien avec Exocet.
Je l'indique pour information, pas comme une vérité, je ne suis pas en mesure de juger.
Oui effectivement j'avais lu ça, mais je vois mal un Falcon 50 unique lancer 2 exocet. :interr:
Sinon bon anniversaire ovni73 !!! :bieres:
Re: Dassault Falcon 50 à 23/07/2011 15:42 Clansman

foxkilo02 a écrit

ovni73 a écrit

Bonjour.
Monsieur X, dans l'émission 'Rendez-vous avec X' sur France Inter la Samedi à 13h20, a consacré l'un de ses récit au F50 Irakien avec Exocet.
Je l'indique pour information, pas comme une vérité, je ne suis pas en mesure de juger.
Oui effectivement j'avais lu ça, mais je vois mal un Falcon 50 unique lancer 2 exocet. :interr:
Sinon bon anniversaire ovni73 !!! :bieres:

Y'avait un article à ce sujet dans le Fana de l'aviation. Faudra que je le retrouve et que je fasse un résumé.
Re: Dassault Falcon 50 à 24/07/2011 09:52 Clansman
La fiche sur le site

Beau travail, foxkilo. ;)

Pour le Falcon irakien armé d'Exocet, voilà ce que j'ai trouvé dans le Fana de l'aviation n°470 de janvier 2009. L'article est signé Gal Ahmad Sadik et Tom Cooper, traduit par Michel Bénichou.

A l'origine, il s'agissait de mener discrètement vis-à-vis des Iraniens des missions de reconnaissance au dessus du golfe Persique, entre l'île de Kharg et l'île de Sirri. Un avion civil comme le Falcon 50 semblait pouvoir faire l'affaire. Un Falcon 50 immatriculé en Suisse fut essayé avec succès, mais le secret fut vite éventé.

C'est finalement la direction de la force aérienne irakienne qui proposa de monter un Cyrano IVM, le radar du Mirage F1EQ-5, sur un Falcon 50, avec la modification du nez nécessaire. L'appareil choisi était celui immatriculé YI-ALE, et surnommé Suzanne. Mais ce sont les Français, semble-t-il, qui ont effectué les modifs en question. Le Falcon modifié fut essayé à Istres en février 1987 par une délégation de pilotes irakiens. Son poste de pilotage était en 2 parties : d'un coté le cockpit normal, de l'autre le cockpit d'un Mirage F1, avec capacité de tir d'Exocet.

Après une semaine de tests et de modifications, le Falcon 50 fut acquis par l'Irak le 9 février et livré au squadron 84, spécialisé dans la lutte anti-navires. Il fut opérationnel dès le 17 mars 1987 et fut grosso modo chargé de détruire les pétroliers iraniens. C'est un tel navire qu'il cherchait le 17 mai 1987, mais il s'avéra qu'il s'agissait du Stark… Les 2 Exocet tuèrent 37 marins Etatsuniens. Ce fut sa dernière mission et il fut vite reconfiguré au standard d'origine. Depuis 1991, il est réfugié en Iran, mais son statut opérationnel est incertain.
Re: Dassault Falcon 50 à 24/07/2011 14:04 HB-JVR II
Sympa le concept,

J'ai été chercher quelques photos de la bête par curiosité,

Désolé de la qualité de celle-ci

Photo

Vue d'artiste

L'USS Stark

Les dégâts fait par le missile

A noter que pas mal de sites parlent de tir d'Exocet effectué par, non pas le Falcon en question, mais par un Mirage F1
Re: Dassault Falcon 50 à 24/07/2011 14:54 ciders
Je connaissais la version du Mirage F-1, pas celle du Falcon. :journal:
Re: Dassault Falcon 50 à 26/07/2011 08:00 Clansman
La version du Mirage F1 était la version officielle, à l'époque. Cette histoire a été rendue publique il y a peu. Ce qui me gênait, c'était de ne voir aucune photo du Falcon transformé dans l'article, ce qui me faisait encore douter de la véracité de cette version.

Le fait d'avoir vu la photo de HB-JVR la rend un peu plus crédible à mes yeux.
Re: Dassault Falcon 50 à 26/07/2011 10:45 foxkilo02
oui mais il y a un hic… Comme on le voit sur la photo (merci HB-JVR !) le point d'emport est ventral et ne permet donc d'avoir qu'un seul missile exocet sur le Falcon 50. Or l'USS Stark a été touché par 2 missiles… Une paire de Falcon , donc ? Falcon 20 ou 50 ?

Analyses et hypothèses ici ?
Re: Dassault Falcon 50 à 26/07/2011 10:57 Clansman
Je crois me souvenir que d'après les profils couleurs de Tom Cooper, le point ventral était destiné à un bidon RP-35 (modif cachée aux Français), et les points d'emport destinés aux Exocet placés sous voilure. A vérifier ce soir.

Mais bon, une fois de plus, j'ai pas de preuves formelles.
Re: Dassault Falcon 50 à 24/08/2011 21:43 Stef
Les 50B de l'ETEC vont revenir à la marine. Le premier est à Bâle en check C. Puis viendront quelques modifications "marine" et le dessin d'une ancre dans la cocarde….
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires