Rappels

Histoire de l'appareil

Le 26 octobre 2001, à la suite de quatre années de compétition acharnée, le X-35 fut déclaré vainqueur du concours JSF face au X-32 de Boeing et le contrat SDD (System Development and Demonstration) fut alors signé. C’est à ce moment que la dénomination F-35 du futur chasseur fut choisie, à la surprise de Lockheed Martin qui avait, en interne, référencé son appareil F-24 ; c’est le 7 juillet 2006 que l’appareil fut définitivement baptisé Lightning II, nom que porta également le prototype du F-22 Raptor, et en référence à la fois au P-38 Lightning américain et au BAC Lightning britannique.

Le programme JSF devait déboucher sur la production de trois variantes d’un même appareil, ayant environ 80% de la structure et des pièces en commun et pratiquement 100% au niveau avionique : Le F-35A destiné à l'USAF, le F-35B destiné à l'USMC et le F-35C destiné à l'US Navy.

Ces trois versions ont pour points communs d’être furtives, l’appareil possédant une soute à armements capable de loger principalement deux bombes guidées et deux missiles air-air AMRAAM. A noter que le F-35 peut recevoir de nombreux armements sur 7 pylônes externes, sacrifiant la furtivité au profit de la capacité d’emport, qui peut aller jusqu’à 9 tonnes de charges diverses (réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air).

Le F-35, toutes versions confondues, a été conçu pour bénéficier d'une autonomie importante, d'une manœuvrabilité comparable aux F-16 de première génération, pour être relativement léger (20 tonnes en ordre de combat) et compétitif en prix (entre 60 et 100 millions de dollars selon les estimations et les variantes), dont la production devait atteindre plus de 3000 exemplaires rien que pour les États-Unis et le Royaume-Uni.

Bien que ce soit à l’origine un programme américain, de nombreux pays étrangers (et surtout européens) sont impliqués financièrement et techniquement dans son développement ; ces pays sont le Royaume-Uni (unique partenaire de niveau 1), l’Italie et les Pays-Bas (partenaires de niveau 2), l'Australie, le Canada, le Danemark, la Norvège et la Turquie (partenaires de niveau 3).

Le partenariat de niveau 1 correspond à la conception et à la fabrication du fuselage arrière par BAe Systems, ainsi que de la conception d'une partie de l'électronique de bord. Le partenariat de niveau 2 correspond pour l'Italie à l’assemblage des F-35 européens et à la construction pour moitié des ailes. Cette usine, située à Cameri, est prévue pour construire 200 exemplaires, mais seuls 127, soit les 90 exemplaires italiens et les 37 exemplaires néerlandais, sont actuellement prévus. Cette usine, qui construira peut-être les avions britanniques, sera également en charge de la maintenance des F-35 européens. Le partenariat de niveau 3 correspond au financement de la conception et à la participation aux tests.

Israël et Singapour ont rejoint le programme comme coopérants en 2003. D'autres pays en ont déjà commandé, comme la Corée du Sud et le Japon, ou sont intéressés, comme l'Arabie saoudite, la Belgique, la Finlande (afin de remplacer ses F-18, décision attendue en 2015), la Pologne (de 48 à 64 exemplaires) et la Roumanie.

Taïwan et les Émirats Arabes Unis se sont également montrés intéressés par l'appareil. Mais leur demande semble avoir été rejetée, pour des raisons politiques vis-à-vis de la Chine pour Taïwan. Quand aux Émirats Arabes Unis, qui n'ont pas encore reçu de réponse, on ignore pourquoi.

Le F-35 fut proposé à l'Inde dans le cadre de l'appel d'offres MMRCA (126 appareils), après l'échec du F-16, et rejeté car entré trop tardivement dans la compétition. Il fut présenté au Brésil et également rejeté. Il est proposé à la Grèce afin de remplacer les F-4E et les F-16C Block 30.

Doté de capacités air-air, le F-35 est toutefois un appareil destiné en priorité à l’attaque. Son avionique est basée sur un processeur central à très haute capacité de calcul, capable de centraliser et de restituer les informations fusionnées des différents capteurs (radar AN/APG-81 AESA, désignateur/télémétrie laser/FLIR/caméra TV EOTS, détecteurs IR AN/AAQ-37 DAS ainsi que les brouilleurs ALQ-214 et autres ECM) via un écran (MFDS) Rockwell-Collins tactile de très grande taille (20 x 51 cm). Le pilote dispose en complément d’un casque HMDS (Helmet Mounted Display System) aux fonctionnalités extrêmement évoluées, remplaçant le HUD classique, et lui permettant aussi bien de désigner des cibles, de se passer de JVN pour la navigation, ou encore de littéralement voir « à travers » le plancher de son appareil (pendant les manœuvres d’atterrissage vertical par exemple).

Le F-35 est motorisé par un réacteur à double flux Pratt & Whitney F135 de la classe des 20 tonnes de poussée avec postcombustion, dérivé du F119 du F-22 Raptor, mais sans la vectorisation. A noter qu’il n’a pas été souhaité de doter le F-35 d’une capacité de super-croisière.

Le développement du F136 de Rolls-Royce et General Electric fut un temps maintenu pour des raisons politiques et économiques, ce deuxième propulseur devant permettre de garder une pression sur les coûts de production du F135, tout en offrant une alternative aux futurs clients export. Il a finalement été annulé en février 2011, afin d'économiser 450 millions de dollars.

Au niveau de la structure et du design de l’appareil, les formes générales font penser à un F-22. Le F-35 est monomoteur et monoplace, son fuselage a une forme ramassée et compacte. L’aile est en diamant, et son envergure sera plus grande sur la version C, autorisant une autonomie supérieur, tout en permettant à l’appareil d’apponter avec un plus grand nombre de charges externes le cas échéant.

Le premier appareil à voler, l'exemplaire de présérie de la version F-35A (dénommé AA-1) a effectué son vol inaugural le 15 décembre 2006. En mai 2007, il a d'ailleurs connu un court-circuit électrique qui a handicapé les commandes de vol de stabilisation horizontale. En tout, 13 prototypes et 8 appareils de présérie ont été construits.

Cependant, le programme en lui-même souffre de nombreux problèmes et retards. Dès janvier 2006, le Pentagone envisageait de supprimer l'une des versions afin de financer la guerre en Irak. Le 21 avril 2009, le Wall Street Journal révélait qu'un piratage informatique avait entraîné le vol de données confidentielles (système électronique embarquée et des systèmes de furtivité).

Il a fallu repenser l’intégralité de la structure ; au départ ailes et fuselage ne devaient être qu’une seule et même pièce, mais des problèmes de complexité de fabrication, de contraintes structurelles et de maintenance à long terme ont eu raison de cette conception révolutionnaire.

De plus, un chantier vital a été entrepris ces dernières années afin de respecter le devis de masse de l’appareil, plus de 1200 kg ayant été gagnés, au prix parfois de profondes modifications, comme par exemple la limitation de la capacité d’emport en soute de la version B du F-35.

Les F-35 ont été plusieurs fois cloués au sol : les F-35B dès novembre 2009 suite à un problème de valve carburant, et de nouveau en octobre 2010 toujours à cause des pompes de carburant. Le problème réapparaît dans un rapport de janvier 2013.

Les F-35A ont été cloués au sol 2 fois entre octobre 2010 et mars 2011, d'abord à cause d'une panne de deux génératrices puis d'une fuite d’huile lors d’un vol d’essai.

En janvier 2012, ce sont les F-35C qui sont cloués au sol à cause de… parachutes mal emballés.

L'ensemble de la flotte des F-35 fut clouée au sol en août 2011 à cause de l'IPP (Integrated Power Package), qui combine la fonction de groupe auxiliaire de puissance et celle de gestion d'air, pour le refroidissement des systèmes électroniques. Cet IPP s'est éteint sans raison connue en plein milieu d'un essai au sol.

Elle fut clouée au sol une deuxième fois en février 2013 à cause d'une aube fissurée sur une turbine du moteur F-135 d'un F-35A, encore une fois en juin 2014 à cause d'une fuite d'huile, et de nouveau le mois suivant à cause d'un incendie à l'arrière de l'appareil dont la cause n'est toujours pas identifiée. Depuis le crash d'un F-35B en septembre 2018, la flotte mondiale de F-35 est de nouveau interdite de vol.

Le F-35 a été source de brouille entre les États-Unis et le Royaume-Uni : outre l'annulation du réacteur conçu par Rolls-Royce, il faut ajouter le refus des États-Unis de l'accès complet aux logiciels aux Britanniques décidé en novembre 2009.

Les logiciels eux-mêmes ont entraîné bien des problèmes : en novembre 2010, 20 millions de lignes de code étaient à réécrire. En septembre 2012, le problème persiste. Le rapport du Pentagone en janvier 2013 indique que le Block 1 est insuffisant, il manque 20% du code ce qui empêche livraison et tests, et que le Block 2A est incomplet à plus de 50%. La version Block 2B, qui aurait dû être livrée en octobre 2014, ne l'était toujours pas en janvier 2015, ce qui rend les F-35 du Marine Corps non fiables et difficiles à entretenir.

Le réacteur lui-même pose bien des problèmes : en décembre 2010, on réalise qu'il est trop gros pour être transporté sur un porte-avions en mer. En octobre 2010, on constate qu'il est plus bruyant que les 2 réacteurs du F-15 au décollage, ce qui oblige à concevoir de nouveaux casques anti-bruit.

Le vide-vite se montre capricieux dès décembre 2011, et même défini comme dangereux en janvier 2012.

Le viseur de casque, sensé remplacer un HUD classique, a posé des problèmes dès décembre 2011 : le système d'affichage des données ne fonctionne pas. En octobre 2012, les problèmes signalés sont plus précis : les images projetées tremblotent, et il y a un temps de latence quand le pilote tourne la tête trop rapidement. Le rapport du Pentagone en janvier 2013 évoque une image fluctuante et se modifiant par à-coups, ainsi qu'un nouveau souci : de nuit, une lueur verte, due a la contamination lumineuse de l'affichage du casque par les lumières des écrans du tableau de bord, vient polluer la vision du pilote. En octobre 2013, ce viseur de casque est abandonné. Mais dès novembre, le casque alternatif de BAE System présente un bug d'affichage survenant au delà de 1000 mph. Un excès d'informations aurait rendu l'affichage verdâtre et flou.

En octobre 2012, on ignore encore comment la structure en composites du F-35 se comporterait face à un coup de foudre et l'appareil n'est pas autorisé à s'approcher à moins de 35 km d'un orage, ni même à voler par temps de pluie. En janvier 2013, on sait : le réservoir de carburant pourrait exploser s'il était touché par la foudre. En juin 2014, il est interdit de vol de nuit par la FAA, à cause de …feux de positions non réglementaires. Mal positionnés, ils ne représentent pas l'enveloppe complète de l'appareil.

Le rapport du Pentagone de janvier 2013 signale que les vols à hautes altitude et haute vitesse induisent un échauffement plus important que prévu des surfaces de vol horizontales. Le matériau de celles-ci s'en trouve érodé et présente des marques de brûlure.

En décembre 2014, l'USAF découvre que le F-35 a un seuil de température lors du réapprovisionnement au-delà duquel il ne peut pas fonctionner correctement. En conséquence, elle repeint ses camions citernes en blanc pour réapprovisionner les F-35 en carburant à la bonne température…

Les premiers doutes sur la furtivité réelle du F-35 semblent apparaître en décembre 2011. En avril 2014, un colonel de l'USAF estime que cette furtivité n'a rien de garantie, et laisse en effet à désirer face aux radars russes et chinois.

L'armement lui-même pose de nombreux problèmes au F-35 : en janvier 2012, on réalise que la soute est trop petite pour les missiles anglais ! En janvier 2015, le logiciel gérant le canon du F-35A n'est pas prêt et ne le sera pas avant 2019. Cela impacte également les autres versions B et C. En mars 2015, la soute interne du F-35B n'est même pas assez grande pour contenir les 8 bombes SDB II prévus. De façon plus générale, en mars 2015, le F-35 s'était révélé incapable de délivrer son armement de façon précise à cause notamment de son système de navigation déficient.

Quand aux performances, elles s'avèrent très décevantes : dès mai 2011, on lui trouve des performances en vol similaires à celle du F/A-18. Le rayon d'action du F-35A est de 584 miles nautiques au lieu des 590 demandés. En mai 2012, c'est la distance de décollage du F-35B qui se trouve allongée de 50 mètres par rapport à ce qui est prévu. Le rapport du Pentagone de janvier 2013 indique que les facteurs de charge en virage sont inférieurs à ce qui est prévu. Pour le F-35A, on passe de 5,3 G à 4,6 G. La vitesse d'accélération pour passer de Mach 0,8 à Mach 1,2 passe à 43 secondes pour le F-35C. Le passage du mur du son s'accompagne d'un fort roulis et de vibrations sur les F-35B et C.

En octobre 2012, le F-35 est déjà considéré comme inférieur à chacun des appareils qu'il doit remplacer, pris isolément. En avril 2014, ses performances sont même jugées inférieures à celles de la génération précédente en terme de rayon d'action, de vitesse, de charge militaire… En juin 2014, Pierre Sprey, l'un des concepteurs du F-16, va jusqu'à le juger inférieur à un MiG-21 en combat rapproché, entre autres critiques. Le rapport du Pentagone de janvier 2015 déclare que pour les 3 versions, l’adéquation de l'appareil avec ses missions n'est pas satisfaisante. Même les pneus s'usent 3 à 4 fois plus vite que prévus.

Tout cela a entraîné des retards dans les essais : en janvier 2010, seuls 16 vols sur 168 prévus avaient été effectués. En mai la même année, 60 vols d'essais furent effectués en 4 mois, alors qu'on prévoyait 42 vol d'essais par mois. En octobre 2010, le F-35B avait effectué 141 vols sur 181 prévus. En janvier 2015, les essais OUE (Operationnal Utility Evaluation) sont purement et simplement abandonnés afin d'éviter des retards trop importants, au risque que de graves problèmes ne soient révélés qu'en cours de mission…

En mai 2010, la communauté entre les diverses versions, censée être de 80%, ne serait plus que de 25%. En décembre 2011, Lockheed devait procéder à 577 modifications, soit l'équivalent de 18 à 24 mois de travail, avant de régler 8 autres défauts majeurs et 5 défauts mineurs de conception (problèmes de vibration, viseur de casque, furtivité, vide-vite, groupe auxiliaire de puissance, crosse d'appontage…).

En 2014, un tiers des 100 F-35 construits était capable de voler. En janvier 2015, le rapport du Pentagone indique que la fiabilité et la maintenance des F-35 déjà déployés dépendent lourdement des techniciens de Lockheed, ainsi que de "bidouillages inacceptables".

Tout cela a entraîné retards de livraison et donc d'entrée en service, ainsi que surcoûts, et réduction des commandes. Le F-35 est de plus en plus controversé aux États-Unis même et est devenu le programme d'armement le plus cher de l'histoire : le GAO (l'équivalent de la Cour des Comptes aux États-Unis) estimait le programme à 950 milliards de dollars pour l'achat et l'utilisation des 2443 appareils prévus sur 55 ans en mars 2008, chiffre passé à 1550 milliards de dollars en avril 2012 sur le même nombre d'appareils. Les coûts unitaires, eux, varient énormément d'une source à l'autre : on peut aller de 99 millions de dollars au double, soit 182 millions, pour le F-35A.

Le 100e exemplaire fut construit en décembre 2013. En septembre 2018, la production atteignait 320 exemplaires.

Le F-35 a accompli sa première mission de combat le 27 septembre 2018. Il s'agissait d'un F-35B des Marines, en mission en Afghanistan. Le lendemain, un autre exemplaire s'écrasait en Caroline du Sud.


Il est encore trop tôt pour juger de la valeur réelle du F-35. Peut-être résoudra-t-il ses problèmes de jeunesse et se montrera un appareil performant en opération, même s'il n'en prend pas le chemin. Nombre de passionnés d'aviation, en France tout du moins, comparent les caractéristiques du F-35 et du Rafale.

Les deux appareils partagent en effet une même philosophie de conception : capables d'une large gammes de missions avec une dominante air-sol, devant remplacer une large gamme d'appareils très différents, des versions les plus proches possibles dont au moins une navalisée. Jusqu'en 2009 à peu près, les soutiens du F-35 voyaient les appareils européens, en particulier le Rafale, comme des appareils médiocres et largement inférieurs au F-35 qui était le summum. Quand aux soutiens du Rafale, ils voyaient (et voient toujours) le F-35 comme un cheval de Troie destiné à réduire toute concurrence industrielle en matière d'avion de combat, en particulier européen.

Mais depuis, en 2015, le Rafale a fait ses preuves au combat, alors que l'entrée en service du F-35 est sans cesse retardée.

Le Rafale ne semble avoir souffert d'aucun défaut de conception majeur et son principal problème vient plutôt d'un échelonnement du budget du à la crise économique.

Le Rafale remplit plus qu'honorablement les missions qui lui sont confiées et remplace très avantageusement ses prédécesseurs. Le F-35 est pour l'instant inférieur à tous les appareils qu'il doit remplacer. On ne l'imagine pas par exemple remplacer le A-10 dans des missions de lutte anti-chars.

Ses avantages sur le Rafale sont sensés être la furtivité, mais elle est remise en cause. Son prix, mais il est de plus en plus élevé et il commence tout juste en mars 2015 à baisser, et les prix officiels restent légèrement supérieurs. Sa capacité ADAV, mais elle alourdit l'appareil et le rend très complexe et peu manœuvrant. La connaissance de son environnement du à la fusion des données de ses capteurs, mais elle est sans doute difficile à gérer pour un homme seul, sans compter les problèmes de logiciel.

Le seul réel avantage qui lui reste semble être sa future production en masse, qui finira sans doute par réduire le prix de l'appareil. Il n'y a de toute évidence pas d'autres solutions pour les États-Unis que de continuer le programme.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

Lockheed-Martin F-35B voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Envergure de l'empennage : 6,645 m (21,8 ft)
  • Masse maxi au décollage : 27 216 kg (60 000 lbs)
  • Masse à vide : 14 651 kg (32 300 lbs)
  • Surface alaire : 43 m² (460 sq. ft)
  • Hauteur : 4,36 m (14,3 ft)
  • Envergure : 11 m (35 ft)
  • Longueur : 15,606 m (51,2 ft)

Performances

  • Facteur de charge maximal : 7 G
  • Rayon d'action : 833 km (518 mi, 450 nm)
  • Distance franchissable : 1 667 km (1 036 mi, 900 nm)
  • Mach maximal HA : Mach 1,6
  • Charge alaire, à vide : 342,831 kg/m² (70,217 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 636,838 kg/m² (130,435 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbofan Pratt & Whitney F-135-PW-600
  • Puissance unitaire : 11 340 kgp (111 kN, 25 000 lbf), 18 144 kgp (178 kN, 40 000 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Re: F-35 news à 31/01/2019 20:42 Jericho

d9pouces a écrit

Rien sur les avions de l'USAF ? même si les contraintes ne sont pas totalement les mêmes, elles ont quand même des similitudes…
Pas forcément, ou en tous cas pas autant. Je ne crois pas qu'ils aient autant insistés pour alléger les versions A et C. J'imagine que c'est aussi pour ça que les F-35B ont désormais une durée d'utilisation si courte.
Re: F-35 news à 31/01/2019 21:24 d9pouces
Je me demande tout de même si on ne risque pas d'avoir le même souci sur les autres versions.
Re: F-35 news à 31/01/2019 21:37 Jericho
C'est possible, mais pour l'instant ils n'en parlent pas. Il semblerait aussi qu'à la fin 2018, seuls 15% des F-35C sont réellement opérationnels… comme en décembre 2017, ce qui voudrait dire qu'il n'y a pas d'amélioration à ce niveau-là.
Re: F-35 news à 31/01/2019 22:02 d9pouces
c'est mauvais, mais ça reste un avion opérationnel depuis peu et je n'ai pas trop de repère sur ce que sont les taux habituels dans ces cas-là.
Re: F-35 news à 31/01/2019 22:16 Jericho
Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'en une année, il ne semble y avoir eu d'amélioration. Alors que justement, pour un avion récemment mis en service (quoi que…), on pourrait espérer une progression.
Re: F-35 news à 14/03/2019 19:40 d9pouces
http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/03/13/f-35-ca-chauffe-entre-rome-et-washington-867093.html

Le torchon brûlerait entre l'Italie (qui ne veut plus payer pour des F-35) et les États-Unis. Je n'ai pas d'autre source, et pour l'instant c'est encore un peu tôt pour en déduire grand-chose.
Re: F-35 news à 14/04/2019 21:37 d9pouces
http://www.opex360.com/2019/04/13/lenquete-sur-le-f-35a-japonais-qui-sest-abime-en-mer-sannonce-tres-compliquee/

Un F-35 japonais s'est perdu en mer. À ma connaissance, pas de nouvelles du pilote :/ Et les causes sont inconnues, bien sûr.
Re: F-35 news à 30/04/2019 21:25 d9pouces
Pas plus d'infos sur le F-35 perdu en mer :( (ne serait-ce que sur ce qui a pu être retrouvé)

http://www.opex360.com/2019/04/27/les-problemes-de-logistique-affectent-la-disponibilite-des-avions-f-35/

Des soucis sur les stocks de pièces de F-35, au moins en partie de la faute du Pentagone semble-t-il.
Re: F-35 news à 03/08/2019 15:21 Cinétic
Les données des F-35 norvégiens transmises aux USA !
Après tout le fric qu'ils ont dépensé, ils ne s'en aperçoivent que maintenant alors que cela fait des années que cela fait polémique dans les médias :interr:
Re: F-35 news à 03/08/2019 16:57 d9pouces
Je n’ai pas vu ça dans l’article, qui ne parle que des problèmes de disponibilité
Re: F-35 news à 05/08/2019 22:35 Cinétic

d9pouces a écrit

Je n’ai pas vu ça dans l’article, qui ne parle que des problèmes de disponibilité
Désolé, mauvais lien :hehe:
C'est celui-là le bon : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/08/01/les-donnees-des-f-35-norvegiens-transmises-aux-usa%C2%A0-867771.html
Re: F-35 news à 05/08/2019 22:39 Jericho

Cinétic a écrit

d9pouces a écrit

Je n’ai pas vu ça dans l’article, qui ne parle que des problèmes de disponibilité
Désolé, mauvais lien :hehe:
C'est celui-là le bon : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/08/01/les-donnees-des-f-35-norvegiens-transmises-aux-usa%C2%A0-867771.html
Un fonctionnement qui interpelle beaucoup en Suisse… même si LM aurait essayer de rassurer les responsables militaires et politiques durant la première présentation du F-35. Plus que les performances et les coûts, c'est très probablement le gros handicap de cet appareil dans la compétition helvétique. :roll:
Re: F-35 news à 19/09/2019 08:58 d9pouces
Cinetic > merci pour le nouveau lien :)

Oui, j'imagine qu'il y a de quoi se poser des questions… mais comme tu dis, ces questions auraient dû être posées (et obtenir une réponse) il y a longtemps tant c'était évident :/

http://www.opex360.com/2019/09/17/lus-air-force-veut-remonter-le-temps-pour-faire-voler-ses-futurs-avions-de-combat-dici-cinq-ans/

Finalement, le F-35 ne serait pas l'avion rêvé pour les ÉU :D et la façon de le construire non plus, manifestement :bonnet:
Re: F-35 news à 27/09/2019 21:52 Jericho
Il semblerait que les F-35 de l'US Navy et de l'USAF ratent l'objectif de taux de capacité de mission de 80% conformément à la directive établie, contrairement aux appareils de la génération précédente (F-15; F-16 et F/A-18 SH).
Re: F-35 news à 30/09/2019 09:21 d9pouces
Par contre, ils ne disent pas de combien, si c'est de seulement quelques pour-cents ou si c'est de beaucoup plus :(

En revanche, ils disent que le prix du casque a encore augmenté, pour s'approcher des 800 000$ :ouch:
Re: F-35 news à 01/10/2019 11:06 Jericho

d9pouces a écrit

Par contre, ils ne disent pas de combien, si c'est de seulement quelques pour-cents ou si c'est de beaucoup plus :(
Il suffisait de demander… :mrgreen:
Il semblerait que, selon le Pentagone, les F-35 US auraient un taux de capacité de 49%, soit 3% de moins qu'en 2017… L'avantage, c'est qu'ils ont encore une marge de progression avant d'atteindre l'objectif de 80% ! :bonnet:
Re: F-35 news à 01/10/2019 14:17 Clansman
Ben là, la progression est négative… :mrgreen:
Re: F-35 news à 01/10/2019 15:39 Jericho
Progression négative, peut-être, mais au moins le programme ne stagne pas… :bonnet:
Re: F-35 news à 01/10/2019 19:07 d9pouces
Toujours sur le F-35 : https://www.meta-defense.fr/2019/09/30/lallemand-hensoldt-a-montre-que-f35-etait-detectable-par-un-radar-passif/

Il ne serait pas si furtif que ça, apparemment… :)
Re: F-35 news à 08/11/2019 06:44 Nico2
Un article d'Opex 360 qui n'a pas été cité sur ce fil :

Les problèmes de logistique affectent la disponibilité des avions F-35

Le 26 avril, le Government Accountability Office [GAO], c’est à dire l’équivalent au États-Unis de la Cour des comptes, a publié un rapport dans lequel il met en lumière les problèmes d’approvisionnement en pièces détachées destinées au maintien en condition opérationnelle [MCO] des avions de combat F-35 en service au sein des forces américaines. Et cela, malgré le logiciel ALIS [Autonomic Logistics Information System], qui, justement, est censé améliorer la maintenance de ces avions produits par Lockheed-Martin.

Ainsi, entre mai et novembre 2018, le GAO a déterminé que les F-35 ont été cloués au sol pendant 30% du temps en raison d’une pénurie de pièces de rechange, ce qui n’a pu que limiter les opérations de maintenance. En cause? La chaîne d’approvisionnement (…)

____________________________________________________________________________________________________________________

Et celui-ci :D

La bourde d'un pompier gâche la fête de l'arrivée du premier chasseur F-35 aux Pays-Bas

L'arrivée en grande pompe du premier avion de combat F-35 de la force aérienne néerlandaise a été marquée, jeudi après-midi, par une bourde, quand un camion des pompiers de la base de Leeuwarden (nord-ouest des Pays-Bas) a, apparemment par mégarde, aspergé l'avion flambant neuf de mousse de lutte anti-incendie au lieu d'eau. (…)

A - les pompiers ont anticipé un éventuel incendie du zinc ? :) (ah la réputation du zinc l’aura précédé…)

B - les pompiers marquent leur désapprobation quant au choix de l’avion (on peut difficilement leur en vouloir :hehe: )

La réflexion est ouverte
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires