Rappels

Histoire de l'appareil

Le CT.20 est un drone-cible français à réaction qui vola pour la première fois en 1955. Il fut conçu pour remplacer le CT.10 dont les performances étaient assez limitées.

Il trouve son origine dans un projet d'Arsenal, où il était alors désigné Ars 5510, projet ensuite repris par la SFECMAS. Nord Aviation le construisit après avoir absorbé la SFECMAS. Il s'agit d'un drone subsonique, capable de voler à 900 km/h, assez proche du Ryan Firebee de première génération.

Il est lancé sur une catapulte de 10 mètres inclinée à 5 degrés, grâce à un chariot utilisant deux fusées, et propulsé par un Turbomeca Marbore II. Une autre version est motorisée avec un Marboré VI légèrement plus puissant. Il est contrôlé du sol par radio. Bien que prévu pour être récupéré sur terre au moyen d'un parachute, il est construit en matériaux suffisamment léger pour flotter sur l'eau.

La partie avant contient l'avionique, l'électronique et le parachute. La partie centrale contient carburant et comburant, kérosène compris. La partie arrière contient le réacteur et le parachute de freinage.

Le CT.20 dispose d'ailes en flèche médianes de 30°, avec à leur extrémité des déflecteurs d'ondes radar. Il remorque au moins une cible pour le tir air-air au canon.

Le CT.20 est entré en service en 1957 ou 1958 et a énormément servi à la mise au point des missiles français d'après-guerre. 1569 exemplaires furent construits jusqu'en 1984 et vendus à 5 pays (Égypte, France, OTAN, Italie et Suède), et il fut le drone-cible standard de l'OTAN en Crête pour les exercices avec le missile sol-air Hawk. Il commencera à être remplacé au début des années 1980 par l'Aérospatiale C.22, et définitivement retiré du service soit à la fin des années 1980, soit dans les années 2000.

Il fut également décliné en une version de reconnaissance, le R20, dont 62 exemplaires ont été vendus à l'armée de terre française. Le R20 vola pour la première fois en 1963 et entra en service en 1966. Il était lancé à partir d'une rampe sur camion. Ce fut le premier drone de reconnaissance à entrer en service en Europe. Les R20 furent remplacés par le drone canadien CL-89 à partir de 1981.

Il fut également décliné en version marine avec le SM20.

Le CT.20 fut également vendu à la marine suédoise. La version drone-cible fut utilisée sous la désignation Rb 02 de 1964 à 1979. Saab coopéra avec Nord-Aviation entre 1959 et 1965 pour le développement d'un missile anti-navires dérivé, le contrat s'élevant à 86 millions de couronnes. Le Rb 08 qui en résulta entra en service en Suède en 1967. La Suède utilisa 96 CT.20, dont 68 Rb 08.

Versions référencées

  • Nord-Aviation CT.20 : Version de base, servant de drone-cible.
  • Nord-Aviation R.20 : Version de reconnaissance pour l'armée de terre, 62 exemplaires.
  • Nord-Aviation SM.20 : Version pour la marine française.
  • Nord-Aviation Rb 02 : Désignation suédoise du CT.20

Nord-Aviation CT.20 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 687 kg (1 515 lbs)
  • Masse à vide : 523 kg (1 153 lbs)
  • Surface alaire : 3,2 m² (34,445 sq. ft)
  • Envergure : 3,16 m (10,367 ft)
  • Longueur : 5,44 m (17,848 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 250 km (155 mi, 135 nm)
  • Plafond opérationnel : 11 200 m (36 745 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 0,76
  • Vitesse maximale HA : 900 km/h (559 mph, 486 kts)
  • Charge alaire, à vide : 163,438 kg/m² (33,475 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 214,688 kg/m² (43,972 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Turbomeca Marboré II
  • Puissance unitaire : 400 kgp (3,92 kN, 882 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Nord Aviation CT.20 à 10/07/2014 12:33 Clansman
Le CT.20 est un drone-cible français à réaction qui vola pour la première fois en 1955. Il fut conçu pour remplacer le CT.10 dont les performances étaient assez limitées.

Il trouve son origine dans un projet d'Arsenal, où il était alors désigné Ars 5510, projet ensuite repris par la SFECMAS. Nord Aviation le construisit après avoir absorbé la SFECMAS. Il s'agit d'un drone subsonique, capable de voler à 900 km/h, assez proche du Ryan Firebee de première génération.

Il est lancé sur une catapulte de 10 mètres inclinée à 5 degrés, grâce à un chariot utilisant deux fusées, et propulsé par un Turbomeca Marbore II. Il est contrôlé du sol par radio. Bien que prévu pour être récupéré sur terre au moyen d'un parachute, il est construit en matériaux suffisamment léger pour flotter sur l'eau.

La partie avant contient l'avionique, l'électronique et le parachute. La partie centrale contient carburant et comburant, kérosène compris. La partie arrière contient le réacteur et le parachute de freinage.

Le CT.20 dispose d'ailes en flèche médianes de 30°, avec à leur extrémité des déflecteurs d'ondes radar. Il remorque au moins une cible pour le tir air-air au canon.

Le CT.20 est entré en service en 1957 ou 1958 et a énormément servi à la mise au point des missiles français d'après-guerre. 1569 exemplaires furent construits jusqu'en 1984 et vendus à 5 pays (Égypte, France, OTAN, Italie et Suède), et il fut le drone-cible standard de l'OTAN en Crête pour les exercices avec le missile sol-air Hawk. Il commencera à être remplacé au début des années 1980 par l'Aérospatiale C.22, et définitivement retiré du service soit à la fin des années 1980, soit dans les années 2000.

Il fut également décliné en une version de reconnaissance, le R20, dont 62 exemplaires ont été vendus à l'armée de terre française. Le R20 vola pour la première fois en 1963 et entra en service en 1966. Il était lancé à partir d'une rampe sur camion. Ce fut le premier drone de reconnaissance à entrer en service en Europe. Les R20 furent remplacés par le drone canadien CL-89 à partir de 1981.

Il fut également décliné en version marine avec le SM20.

Le CT.20 fut également vendu à la marine suédoise en version missile anti-navires, sous la désignation Rb 08a. Saab coopéra avec Nord-Aviation entre 1959 et 1965 pour le développement, le contrat s'élevant à 86 millions de couronnes. Il entra en service en Suède en 1967 et 96 exemplaires furent construits.




http://fr.wikipedia.org/wiki/Nord_Aviation_CT.20

http://www.caea.info/index.php?option=com_content&view=article&id=286:nord-ct20&catid=43:engins&lang=fr

http://www.aviafrance.com/nord-aviation-ct-20-iv-aviation-france-9955.htm

http://www.aviafrance.com/nord-aviation-ct-20-vii-aviation-france-9956.htm

http://www.aviafrance.com/nord-aviation-r-20-aviation-france-9957.htm

http://basart.artillerie.asso.fr/article.php3?id_article=1110

http://en.wikipedia.org/wiki/Nord_Aviation_CT20

http://www.vectorsite.net/twdrn_12.html#m4

https://productforums.google.com/forum/#!topic/gec-military-moderated/RWSJGF1pxk8
Re: Nord Aviation CT.20 à 10/07/2014 13:54 ciders
Il me semble en avoir posté des photos il y a quelques années. C'était un exemplaire visible à Biscarosse.
Re: Nord Aviation CT.20 à 10/07/2014 17:52 Clansman
La fiche sur le site

Bon ben, si on arrive à retrouver les photos en question, ça peut être intéressant. :D
Re: Nord Aviation CT.20 à 11/07/2014 22:10 Nico2
Merci pour cette fiche Clans.

Chaque jour la liste se complète. :hehe:
Re: Nord Aviation CT.20 à 12/07/2014 08:20 Clansman
Ouais ben, elle s'allonge aussi chaque jour. :-?
Re: Nord Aviation CT.20 à 12/07/2014 08:58 Jericho

Clansman a écrit

Ouais ben, elle s'allonge aussi chaque jour. :-?
Même que j'en connais qui rajoutent des appareils "bout de bois"… :bonnet:
Re: Nord Aviation CT.20 à 12/07/2014 11:56 Clansman
Rhoh… Y'en a qui font ça ? :bonnet:
Re: Nord Aviation CT.20 à 14/07/2014 17:44 Nico2

Clansman a écrit

Ouais ben, elle s'allonge aussi chaque jour. :-?

La rançon du succès ? :D
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires