Rappels

Histoire de l'appareil

Dès 1945, la RAF publie la spécification B3/45 destinée à lui procurer un bombardier à réaction et à remplacer le Mosquito. Il en reprenait d'ailleurs la philosophie de bombardier rapide, capable d'esquiver la chasse ennemie. Une équipe formée autour d'un ancien ingénieur de Westland, W. E. W. Petter, propose un biréacteur inspiré du Meteor, mais en plus grand. Le nom Canberra est choisi en référence à la capitale du premier client, l'Australie.

4 prototypes B1 sont construits, 132 exemplaires sont déjà commandés et le prototype A1 décolle dès le 13 mai 1949 aux mains de Roland P. "Bee" Beamont. Ses essais révélèrent un appareil très performant et il entra en service en octobre 1950.

La première version de série, nommée B2, vole dès le 21 avril 1951 et entre en service en mai 1951 au 101 Sqn. 416 exemplaires sont construits. La guerre de Corée accélère alors la production.
Le PR 3 de reconnaissance vole dès le 19 mars 1951. 35 exemplaires furent livrés.
Le T4 d'entraînement décolle pour la première fois le 12 juin 1952. 66 exemplaires furent construits.
Le B5 est resté un prototype unique.

Le B6 et le PR7 sont respectivement des B2 et des PR3 remotorisés par des Rolls Royce Avon, construits à 97 et 74 exemplaires. Le B(I).8 qui fait son premier vol le 23 juillet 1954 est un appareil conçu pour l'attaque au sol avec l'ajout d'une nouvelle verrière et de 4 canons. Mais surtout, il est le premier à emporter une bombe atomique. Il fut construit à 82 exemplaires.

Les PR9, construits à 29 exemplaires, survolèrent également l'URSS à haute altitude. Les Suédois en utilisèrent deux secrètement pour espionner les transmissions du Pacte de Varsovie. Les Canberra battirent pas moins de 22 records, dont un vol sans escale de 22h entre Londres et Darwin, les 27 et 28 janvier 1953.

L'appareil fut construit à 925 exemplaires en Grande-Bretagne et 49 exemplaires en Australie, et exporté dans une quinzaine de pays. Les USA eux-même le construiront sous licence sous la dénomination B-57, que nous verrons par ailleurs.

Il participa à nombre de conflits : lors de la crise de Suez, au cours de laquelle un seul appareil fut abattu par un Meteor syrien. Il fut également présent en Malaisie, au Congo, en Erythrée, en Somalie, en Rhodésie, en Afrique du Sud. Un équipage éthiopien déserta d'ailleurs en Somalie en 1974, mais l'appareil ne vola sans doute jamais pour la Somalie. Il fut l'épine dorsale de l'IAF lors des conflits indo-pakistanais de 1965 et 1971. On le retrouvera au Viet-Nam, les Australiens perdant 2 de leurs avions. Enfin il participera à la guerre des Malouines, pendant laquelle l'Argentine en perdit 2 et même lors du conflit du Cenepa en 1995 sous les couleurs péruviennes.

Capable de remplir nombre de missions variées telles que le bombardement, l'attaque au sol, la reconnaissance photographique ou électronique, le remorquage de cible, ou de servir comme banc d'essais volant comme au CEV de Brétigny, il ne fut définitivement retiré du service que le 23 juin 2006 par la RAF. Auparavant, il venait de servir encore en Irak et en Afghanistan. Le Pérou fut le dernier pays à le retirer du service, en 2008.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • English Electric Canberra B.1 : Prototypes, 4 exemplaires.
  • English Electric Canberra B.2 : 1ere version de série, 422 exemplaires dont 2 prototypes.
  • English Electric Canberra PR.3 : Version de reconnaissance, 36 exemplaires dont 1 prototype.
  • English Electric Canberra T.4 : Variante d'entraînement, 79 exemplaires dont 1 prototype.
  • English Electric Canberra B.5 : Prototype, un exemplaire.
  • English Electric Canberra B.6 : B2 remotorisés, 104 exemplaires.
  • English Electric Canberra B (I) 6 : Version d'interim en attendant le B (I) 8 d'interdiction, 24 exemplaires.
  • English Electric Canberra B.6RC : Version de guerre électronique, 4 exemplaires.
  • English Electric Canberra PR.7 : PR.3 remotorisé, 82 exemplaires.
  • English Electric Canberra B (I) 8 : Destiné à l'attaque au sol et à la frappe nucléaire. 164 exemplaires.
  • English Electric Canberra PR.9 : Version de reconnaissance, 23 exemplaires.
  • English Electric Canberra D.10 : Appareils transformés en drônes-cibles, 17 exemplaires.
  • English Electric Canberra T.11 : Version d'entraînement à l'utilisation d'un radar, 9 exemplaires.
  • English Electric Canberra B (I) 12 : Version du B(I)8 spécifique à l'Afrique du Sud et à la Nouvelle-Zélande, 17 exemplaires.
  • English Electric Canberra T.13 : Version du T.4 spécifique à la Nouvelle-Zélande, 2 exemplaires.
  • English Electric Canberra D.14 : Drône-cible dérivé du D.10.
  • English Electric Canberra B.15 : Version armée de bombes et de roquettes, 39 B.6 modifiés.
  • English Electric Canberra B.16 : Equivalent du B.15 pour l'Allemagne, 19 B.6 modifiés.
  • English Electric Canberra T.17 : Version d'entraînement à la guerre électronique, 24 B.2 modifiés.
  • English Electric Canberra TT.18 : Version de remorquage de cibles spécifique à la Royal Navy, 22 B.2 modifiés.
  • English Electric Canberra T.19 : T.11 modifié.
  • English Electric Canberra B.20 : Version du B.2 spécifique à l'Australie, 48 exemplaires.
  • English Electric Canberra T.21 : Version d'entraînement, 7 B.2 et B.20 modifiés.
  • English Electric Canberra T.22 : Version destinée à l'entraînement des équipages de Buccaneer, 7 PR.7 convertis.
  • English Electric Canberra Mk 52 : Version spécifique à l'Ethiopie, 4 B.2 modifiés.
  • English Electric Canberra T.54 : Version d'entraînement spécifique à l'Inde, 9 exemplaires.
  • English Electric Canberra Mk 56 : Version du B(I)6 destinée au Pérou, 6 exemplaires.
  • English Electric Canberra PR.57 : Version tropicalisée du PR.7 pour l'Inde, 11 exemplaires.
  • English Electric Canberra B (I) 58 : Version du B(I)8 pour l'Inde, 70 exemplaires.
  • English Electric Canberra Mk 62 : Version spécifique à l'Argentine, 10 B.2 modifiés.
  • English Electric Canberra Mk 64 : Version d'entraînement pour l'Argentine, 2 T.4 modifiés.
  • English Electric Canberra Mk 66 : B (I)6 modifiés pour l'Inde, 6 exemplaires.
  • English Electric Canberra Mk 67 : PR.7 modifiés pour l'Inde, 2 exemplaires.
  • English Electric Canberra Mk 68 : B(I) 8 modifié pour le Pérou, 12 exemplaires.
  • English Electric Tp 52 : Désignation du Canberra en Suède, 2 exemplaires.
  • English Electric P.12 : Projet de chasseur nocturne biréacteur directement dérivé du Canberra

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

English Electric Canberra B.6 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 25 000 kg (55 116 lbs)
  • Masse à vide : 9 820 kg (21 649 lbs)
  • Surface alaire : 89 m² (958 sq. ft)
  • Hauteur : 4,77 m (15,65 ft)
  • Envergure : 19,51 m (64,009 ft)
  • Longueur : 19,96 m (65,486 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 1 300 km (808 mi, 702 nm)
  • Plafond opérationnel : 15 000 m (49 213 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 17 m/s (56 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 933 km/h (580 mph, 504 kts)
  • Charge alaire, à vide : 110,337 kg/m² (22,599 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 280,899 kg/m² (57,533 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Rolls-Royce Avon 109
  • Puissance unitaire : 3 670 kgp (36 kN, 8 090 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - supprimé après changements du code sportif 3

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
English Electric Canberra à 23/04/2010 15:52 Clansman
Dès 1945, la RAF publie la spécification B3/45 destinée à lui procurer un bombardier à réaction et à remplacer le Mosquito. Il en reprenait d'ailleurs la philosophie de bombardier rapide, esquivant la chasse ennemie. Une équipe formée autour d'un ancien ingénieur de Westland, W. E. W. Petter, propose un biréacteur inspiré du Meteor, mais en plus grand. Le nom Canberra est choisi en référence à la capitale du premier client, l'Australie.

4 prototypes B1 sont construits, 132 exemplaires sont déjà commandés et le prototype A1 décolle dès le 13 mai 1949 aux mains de Roland P. "Bee" Beamont. Ses essais révélèrent un appareil très performant et il entra en service en octobre 1950.

La première version de série, nommée B2, vole dès le 21 avril 1951 et entre en service en mai 1951 au 101 Sqn. 416 exemplaires sont construits. La guerre de Corée accélère alors la production.
Le PR 3 de reconnaissance vole dès le 19 mars 1951. 35 exemplaires furent livrés.
Le T4 d'entraînement décolle pour la première fois le 12 juin 1952. 66 exemplaires furent construits.
Le B5 est resté un prototype unique.

Le B6 et le PR7 sont respectivement des B2 et des PR3 remotorisés par des Rolls Royce Avon, construits à 97 et 74 exemplaires. Le B(I).8 qui fait son premier vol le 23 juillet 1954 est un appareil conçut pour l'attaque au sol avec l'ajout d'une nouvelle verrière et de 4 canons. Mais surtout, il est le premier à emporter une bombe atomique. Il fut construit à 82 exemplaires.

Les PR9, construits à 29 exemplaires, survolèrent également l'URSS à haute altitude. Les Suédois en utilisèrent deux secrètement pour espionner les transmissions du Pacte de Varsovie. Les Canberra battirent pas moins de 22 records, dont un vol sans escale de 22h entre Londres et Darwin, les 27 et 28 janvier 1953.

L'appareil fut construit à 925 exemplaires en Grande-Bretagne et 49 exemplaires en Australie, et exporté dans une quinzaine de pays. Les USA eux-même le construiront sous licence sous la dénomination B-57, que nous verrons par ailleurs.

Il participa à nombre de conflits : lors de la crise de Suez, au cours de laquelle un seul appareil fut abattu par un Meteor syrien. Il fut également présent en Malaisie, au Congo, en Erythrée, en Somalie, en Rhodésie, en Afrique du Sud. Il fut l'épine dorsale de l'IAF lors des conflits indo-pakistanais de 1965 et 1971. On le retrouvera au Viet-Nam, les Australiens perdant 2 de leurs avions. Enfin il participera à la guerre des Malouines, pendant laquelle l'Argentine en perdit 2 et même lors du conflit du Cenepa en 1995 sous les couleurs péruviennes.

Capable de remplir nombre de missions variées telles que le bombardement, l'attaque au sol, la reconnaissance photographique ou électronique, le remorquage de cible, ou de servir comme banc d'essais volant comme au CEV de Brétigny, il ne fut définitivement retiré du service que le 23 juin 2006 par la RAF. Auparavant, il venait de servir encore en Irak et en Afghanistan. Il serait toujours en service au Pérou.

Canberra B6

Dimensions

Longueur : 19,96 m
Envergure : 19,51 m
Hauteur : 4,77 m
Surface alaire : 89 m²

Masses

A vide : 9820 kg
maximale : 25000 kg

Motorisation

Moteur : 2 Rolls-Royce Avon R.A.7 Mk.109
Poussée : 7200 kgP

Performances

Vitesse maximale : 933 km/h
Plafond : 15000 m
Distance franchissable : 2600 km

Equipage : 3 personnes

Armement : 2700 kg de charges offensives en soute et 900 kg de charge en externe.

Pays utilisateurs : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Chili, Equateur, Ethiopie, France, Inde, Nouvelle-Zélande, Pérou, Rhodésie, Suède, Venezuela.

http://fr.wikipedia.org/wiki/English_Electric_Canberra

http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ever/Pages/canberra.htm

http://www.avionslegendaires.net/english-electric-canberra.php

http://en.wikipedia.org/wiki/English_Electric_Canberra

http://www.bywat.co.uk/canframes.html

http://www.warbirdalley.com/canberra.htm

http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/canberra-pr9.htm

http://www.vectorsite.net/avcanbra.html
Re: English Electric Canberra à 12/09/2010 22:26 Clansman
Le Canberra sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires