Rappels

Histoire de l'appareil

Dès 1948, le pionner de l'aviation française Louis Breguet s'intéressa aux avions ADAC (Avion à Décollage et Atterrissage Courts) et développa le concept dit de "l'aile soufflée". Il s'agissait d'utiliser le souffle des hélices (de grand diamètre, près de 4 mètres) de 4 turbopropulseurs, disposés sur le bord d'attaque tout le long de l'aile, afin d'agir directement sur des volets doubles parcourant toute l'envergure et inclinables à 97°. Le souffle, dirigé vers le bas par les volets, entraîne de la sustentation.

Les essais en souffleries, débutées en 1954, montrèrent qu'il fallait que les 4 hélices (des Ratier-Figeac) tournent en même temps pour assurer un soufflage régulier, de même que les volets doivent fonctionner simultanément. Un vérin unique mis au point par Jacottet-Leduc est utilisé pour les volets. Hispano-Suiza créa donc un système de transmission connectant tous les moteurs pour assurer la rotation des 4 hélices même en cas de panne. Les moteurs intérieurs tournent dans le sens des aiguilles d'une montre et les moteurs en sens inverse, afin d'éliminer l'effet de couple.

Un démonstrateur de 7 tonnes fut construit à partir de 1957, le Breguet 940 "Intégral". Celui-ci était propulsé par 4 Turbomeca Turmo II de 400 cv chacun et effectua son vol inaugural le 21 mai 1958 entre les mains de Bernard Witt. Les essais montrèrent d'excellentes capacités ADAC, ce qui conduisit à un contrat pour la construction d'un nouveau prototype, capable cette fois d'emporter une charge utile : 48 passagers ou 7 tonnes de fret. Ce contrat fut signé le 23 février 1960.

Le nouveau prototype, le Br.941, effectua son vol inaugural le 1er juin 1961, avec 4 turbopropulseurs Turbomeca Turmo IIID de 1250 cv. Par rapport au Br.940, il s'en distinguait par une dérive unique, et non plus un empennage en H. Il fut intensivement évalué aussi bien en France qu'aux États-Unis. Il fut testé au CEV de Brétigny à partir du 21 août 1962 et les 2 exemplaires, les Br 940 et 941 furent présentés au salon du Bourget en 1963.

Aux USA, MacDonnell s'intéresse à cet appareil et signe un accord de coopération le 6 juin 1962. L'appareil, nommé MacDonnell 188 puis MacDonnell Douglas 188, fut testé du 9 juin 1964 au 16 avril 1965 par la NASA et l'armée américaine pendant plus de 117 heures de vol. Il porta également les livrées d'American Airlines et d'Eastern Airlines. Malgré tout, aucune commande ne fut passée aux États-Unis. Il faut dire qu'une erreur de pilotage du colonel Lindgard avait accidenté l'avion, qui dû être réparé pendant 8 mois dans les ateliers de MacDonnell. Les techniciens américains en ont peut-être profité pour découvrir les secrets du Br 941, qui seront peut-être réutilisés notamment sur l'YC-15.

En France par contre, les tests débouchèrent sur la commande de 4 avions de série, les Br 941S. Le Br 941S était allongé d'un mètre 52 et motorisé par 4 Turbomeca Turmo IIID3 de 1450 hp. En outre, la porte arrière de chargement fut modifiée pour permettre le parachutage de fret. Le premier appareil de série (62-NA) vola pour la première fois le 19 avril 1967. Il fut suivi par les 62-NB, NC et ND. Le Br.941S entra en service dans l'armée de l'air française la même année au sein de la 03.062 « Ventoux », basée à Reims, et fut retiré du service le 19 août 1974. Dès 1973, l’État-major estimait que l'entretien de ces appareils revenait trop cher.

Le deuxième Br.941S fut également envoyé aux USA de juillet 1968 à juin 1969 pour être évalué comme avion de transport régional à capacités ADAC à partir des terrains des petites villes. Une fois de plus, aucune commande ne fut passée.

Breguet envisageait une version civile, le Br.942. Celui-ci conservait les ailes, l'empennage et les moteurs du Br.941, mais disposait d'un fuselage pressurisé de 3,1 mètres de diamètre, lui permettait d'accueillir 60 passagers en classe économique ou 40 en première classe. Cependant, l'échec commercial du Br 941 fit craindre des coûts de développement très élevés, et l'étude fut abandonnée.

Pour la même raison, l'étude du Br.945 fut abandonnée. Celui-ci se présentait comme une version réduite du Br.942, mais destiné à un usage militaire. Il aurait été propulsé par 2 Turmo IIID3 de 1450 cv, aurait emporté 1500 kg de fret sur 1450 km à 390 km/h. Il aurait été capable d'opérer à partir de terrains de 300 mètres même en conditions Hot & High.

Le Breguet 941 ne fut construit qu'à 6 exemplaires : le Breguet 940, le Breguet 941 (ou MD 188 pour les Américains), et les 4 Br 941S utilisés par l'Armée de l'air. Seuls les 2 derniers Br 941S ont été conservés : le troisième Br 941S est conservé dans un parc d'attraction vers Aubenas dans l'Ardèche, Parc Avenue (anciennement AeroCity). Le quatrième (62-ND), est conservé par le musée du Bourget, dans ses réserves à Dugny. Les 2 autres Br 941S furent ferraillés.  En 2014, Le Br 941 du parc d'attraction d'Ardèche intéresse l'association Ailes Anciennes de Toulouse, qui veut le sauver en l'achetant et en le restaurant.

Malgré son manque de succès commercial et donc les coûts prohibitifs qui en découlent, le Br 941 avait des capacités ADAC inégalés, qui le faisaient décoller en moins de 200 mètres malgré un tonnage de 20 tonnes.

Versions référencées

  • Breguet Br.940 : Démonstrateur de 7 tonnes, un exemplaire.
  • Breguet Br.941 : Prototype, un exemplaire.
  • Breguet Br.941S : Version de série pour l'Armée de l'Air, 4 exemplaires.
  • Breguet Br.942 : Projet d'une version civile capable d'accueillir jusqu'à 60 passagers. Non construite.
  • Breguet Br.945 : Projet d'une version bimoteur du Br.942, non construite.
  • Breguet MD 188 : Désignation du prototype Br.941 aux Etats-Unis.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Breguet Br.941S voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 26 500 kg (58 423 lbs)
  • Masse à vide : 13 460 kg (29 674 lbs)
  • Surface alaire : 83,78 m² (901,8 sq. ft)
  • Hauteur : 9,65 m (31,66 ft)
  • Envergure : 23,4 m (76,772 ft)
  • Longueur : 23,73 m (77,854 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 425 km/h (264 mph, 229 kts)
  • Vitesse de décrochage : 50 km/h (31 mph, 27 kts)
  • Distance de décollage : 185 m (607 ft)
  • Distance d'atterrissage : 120 m (394 ft)
  • Distance franchissable : 1 000 km (621 mi, 540 nm)
  • Plafond opérationnel : 9 500 m (31 168 ft)
  • Vitesse maximale HA : 520 km/h (323 mph, 281 kts)
  • Charge alaire, à vide : 160,659 kg/m² (32,906 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 316,305 kg/m² (64,784 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 turbopropulseurs Turbomeca Turmo IIID3
  • Puissance unitaire : 1 066 kW (1 450 ch, 1 430 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 05/02/2008 02:02 Ex-Mijou
c'etait en effet le 1er avion tactique STOL grace a 1 systeme de volets qui dévient le flus des turboprop ce systeme avait des avantager opérationnels évidents pour l'époque car il pouvait attérir sur nimpote quelle piste meme un aire de péage lui aurait suffi!!!
dommage que la carriere des 4 exemplaires n'a duré que quelque années pour un retrait en 1974
Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 21/11/2007 11:27 pennan
STOL est un acronyme qui revient de temps en temps sur ce forum.
Saviez-vous que l'origine est 100% française ?
J'ai eu la chance de voir évoluer cet incroyable bréguet 941 (sur la BA 102 bien sûr)
Imaginez un (petit) quadrimoteur (de 20 tonnes quand même) en finale.
Vu du sol, on avait l'impression que l'appareil s'arrêtait littéralement en l'air, descendait come un ascenseur, pour se poser sur une centaine de mètres.
Pour ceux qui ne savaient pas , lisez ici[/url:76b3b]son incroyable et trop courte histoire.
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 21/11/2007 17:38 Ex-redge
Très impressionnantes les photos en milieu urbain.
Un pareil avion aurait résolu pas mal de problème de circulation en période de grève.
Imaginez : décollage des champs élysées et atterrisage à la défense. Bien des parisiens auraient été content aujourd'hui.
Mais comme on dit RATP (rentre avec tes pieds) :lol:

Ah, qu'on est bien à la campagne…
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 23/11/2007 19:38 PCmax
En gros, encore un avion Français victime de son avance technologique !

Comme Concorde , Mirage 4000, rafale…etc…

:)
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 23/11/2007 21:05 TMor

PCmax a écrit

rafale…etc…

:)[/quote:ff8be]
Tssss…. :drill:


:lol:
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 23/11/2007 22:41 Clansman

PCmax a écrit

En gros, encore un avion Français victime de son avance technologique !

Comme Concorde , Mirage 4000, rafale…etc…

:)[/quote:fc6cd]

:mrgreen:
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 08:52 Clansman
Le Bréguet 941 était un avion de transport quadrimoteur français à capacités ADAC des années 1960.

Dès 1948, le pionner de l'aviation française Louis Bréguet s'intéressa aux avions ADAC (Avion à Décollage et Atterrissage Courts) et développa le concept dit de "l'aile soufflée". Il s'agissait d'utiliser le souffle des hélices (de grand diamètre, près de 4 mètres) de 4 turbopropulseurs, disposés sur le bord d'attaque tout le long de l'aile, afin d'agir directement sur des volets doubles parcourant toute l'envergure et inclinables à 97°. Le souffle, dirigé vers le bas par les volets, entraîne de la sustentation.

Les essais en souffleries, débutées en 1954, montrèrent qu'il fallait connecter les 4 moteurs pour assurer un soufflage régulier, de même que les volets doivent fonctionner simultanément. Un vérin unique mis au point par Jacottet-Leduc est utilisé pour les volets, Hispano-Suiza créé un système de transmission pour les hélices Ratier-Figeac même en cas de panne d'un des moteurs. les moteurs intérieurs tournent dans le sens des aiguilles d'une montre et les moteurs en sens inverse, afin d'éliminer l'effet de couple.

Un démonstrateur de 7 tonnes fut construit à partir de 1957, le Bréguet 940 "Intégral". Celui-ci était propulsé par 4 Turbomeca Turmo II de 400 cv chacun et effectua son vol inaugural le 21 mai 1958 entre les mains de Bernard Witt. Les essais montrèrent d'excellentes capacités ADAC, ce qui conduisit à un contrat pour la construction d'un nouveau prototype, capable cette fois d'emporter une charge utile : 48 passagers ou 7 tonnes de fret. Ce contrat fut signé le 23 février 1960.

Le nouveau prototype, le Br.941, effectua son vol inaugural le 1er juin 1961, avec 4 turbopropulseurs Turbomeca Turmo IIID de 1250 cv. Il fut intensivement évalué aussi bien en France qu'aux États-Unis. Il fut testé au CEV de Brétigny à partir du 21 août 1962 et les 2 exemplaires, les Br 940 et 941 furent présentés au salon du Bourget en 1963.

Aux USA, MacDonnell s'intéresse à cet appareil et signe un accord de coopération le 6 juin 1962. L'appareil, nommé MacDonnell 188 puis MacDonnell Douglas 188, fut testé du 9 juin 1964 au 16 avril 1965 par la NASA et l'armée américaine pendant plus de 117 heures de vol. Il porta également les livrées d'American Airlines et d'Eastern Airlines. Malgré tout, aucune commande ne fut passée aux États-Unis. Il faut dire qu'une erreur de pilotage du colonel Lindgard avait accidenté l'avion, qui dû être réparé pendant 8 mois dans les ateliers de MacDonnell. Les techniciens américains en ont peut-être profité pour découvrir les secrets du Br 941, qui seront peut-être réutilisés notamment sur l'YC-15.

En France par contre, les tests débouchèrent sur la commande de 4 avions de série, les Br 941S. Le Br 941S était allongé d'un mètre 52 et motorisé par 4 Turbomeca Turmo IIID3 de 1450 hp. En outre, la porte arrière de chargement fut modifiée pour permettre le parachutage de fret. Le premier appareil de série (62-NA) vola pour la première fois le 19 avril 1967. Il fut suivi par les 62-NB, NC et ND. Le Br.941S entra en service dans l'armée de l'air française la même année au sein de la 03.062 « Ventoux », basée à Reims, et fut retiré du service le 19 août 1974. Dès 1973, l’État-major estimait que l'entretien de ces appareils revenait trop cher.

Le deuxième Br.941S fut également envoyé aux USA de juillet 1968 à juin 1969 pour être évalué comme avion de transport régional à capacités ADAC à partir des terrains des petites villes. Une fois de plus, aucune commande ne fut passée.

Bréguet envisageait une version civile, le Br.942. Celui-ci conservait les ailes, l'empennage et les moteurs du Br.941, mais disposait d'un fuselage pressurisé de 3,1 mètres de diamètre, lui permettait d'accueillir 60 passagers en classe économique ou 40 en première classe. Cependant, l'échec commercial du Br 941 fit craindre des coûts de développement très élevés, et l'étude fut abandonnée.

Pour la même raison, l'étude du Br.945 fut abandonnée. Celui-ci se présentait comme une version réduite du Br.942, mais destiné à un usage militaire. Il aurait été propulsé par 2 Turmo IIID3 de 1450 cv, aurait emporté 1500 kg de fret sur 1450 km à 390 km/h. Il aurait été capable d'opérer à partir de terrains de 300 mètres même en conditions Hot & High.

Le Bréguet 941 ne fut construit qu'à 6 exemplaires : le Bréguet 940, le Bréguet 941 (ou MD 188 pour les Américains), et les 4 Br 941S utilisés par l'Armée de l'air. Seuls les 2 derniers Br 941S ont été conservés : le troisième Br 941S est conservé dans un parc d'attraction vers Aubenas dans l'Ardèche, Parc Avenue (anciennement AeroCity). Le quatrième (62-ND), est conservé par le musée du Bourget, dans ses réserves à Dugny. Les 2 autres Br 941S furent ferraillés.

Malgré son manque de succès commercial et donc les coûts prohibitifs qui en découlent, le Br 941 avait des capacités ADAC inégalés, qui le faisaient décoller en moins de 200 mètres malgré un tonnage de 20 tonnes.





http://fr.wikipedia.org/wiki/Breguet_941

http://aerostories.free.fr/appareils/Br941/

http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-breguet-940-941-integral-122102857.html

http://www.parachutiste-train.com/rtp-pat/galerie/avions/breguet941/b941.htm

http://aernav.free.fr/Naviplane/N300/Technique/Breguet941.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Breguet_941

http://www.aviastar.org/air/france/breguet-941.php

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraftsearch=Breguet%20941S&distinct_entry=true
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 09:16 glwpatton
Sympa comme avion !

Clansman a écrit

Hispano-Suiza créé un système de transmission pour les hélices Ratier-Figeac même en cas de panne d'un des moteurs

Heu… j'ai pas compris… :interr:

Et la phrase juste après : il manque une majuscule !

Clansman a écrit

une erreur de pilotage du colonel Lindgard avait accidenté l'avion, qui dû être réparé pendant 8 mois dans les ateliers de MacDonnell. Les techniciens américains en ont peut-être profité pour découvrir les secrets du Br 941

Et qui dit que ce Lindgard n'a pas fait exprès d'accidenter l'avion pour avoir l'excuse de le dépecer ? hein !
Prism avant l'heure ! Encore un complot de l'impérialisme capitaliste :evil:
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 09:26 Clansman
Heu… j'ai pas compris

Euh ouais, je vais m'exprimer plus clairement :

Pour que le système marche, il fallait que les 4 hélices (des Ratier-Figeac) tournent, même en cas de panne d'un des moteurs. Hispano-Suiza créa donc un système de transmission connectant tous les moteurs.

C'est mieux comme ça ?
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 09:32 glwpatton
Affirmatif !

(peut être en remplaçant "marcher" par "fonctionner")
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 09:42 Clansman
La fiche sur le site

La formulation est encore différente, dis-moi si ça colle stp.

Quelques mots sur le parc Avenue où est exposé l'autre exemplaire restant : j'y suis allé quand j'étais gosse et que ça s'appelait encore AeroCity (bien avant 2002), c'était un parc dédié à l'aéronautique. Et bien, c'était complètement nul et depuis que ça a rouvert, il semble que c'est pas mieux. En gros, le seul intérêt de ce parc est de pouvoir prendre le 941 en photo sous toutes les coutures. Et je me demande dans quel état il est maintenant…

STOL est un acronyme qui revient de temps en temps sur ce forum.
Saviez-vous que l'origine est 100% française ?

L'expression (du moins en français), pourquoi pas. Mais le Fieseler Storch par exemple était déjà un avion ADAC.
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 10:09 glwpatton

Clansman a écrit

La fiche sur le site

La formulation est encore différente, dis-moi si ça colle stp.

Je dirai non…
Je mettrai le "même en cas de panne" à la fin de la phrase :
Hispano-Suiza créa donc un système de transmission connectant tous les moteurs pour assurer la rotation des 4 hélices même en cas de panne
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 19:23 Cinétic

Clansman a écrit

les moteurs intérieurs tournent dans le sens des aiguilles d'une montre et les moteurs * en sens inverse, afin d'éliminer l'effet de couple.

* "extérieurs" manque dans la phrase non?
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 20:55 cachée dans les pins
bin moi je découvre l'oiseau et je découvre le terme ADAC entre autres, merci Clansman

quand à la fin il est dit que l'Armée en a "conservé" 2, ça veut dire qu'ils peuvent encore voler?
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 21:24 Nico2
Merci pour cette fiche cet avion du passé. :)
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 21:31 cachée dans les pins
t'as oublié un 2.

:love:
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 07/07/2014 22:50 Jericho

cachée dans les pins a écrit

t'as oublié un 2.

:love:
6 nétic, sors de ce corps!… :bonnet:
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 10/11/2014 16:55 cachée dans les pins
les "ailes anciennes" démontent en ce moment le Bréguet 941 qu'ils ont acheté au "Park Avenue" pour le ramener à Toulouse.

on peut aider un peu sur My major company où il y a une collecte participative, j'ai personnellement donné la kollossale somme de 15€.

un décollage sur 200m avec 20T, j'en ai rêvé du coup dans mon film (où il faut se barrer très vite d'une Terre en péril).
Re: Bréguet 941, ça vous dit quelque chose ? à 29/12/2014 21:29 cachée dans les pins
j'y reviens..

encore quelques jours si vous voulez aider avec 5, 10 ou plus d'euros cette association de passionnés.
sur leur page FB, des photos à gogo du démontage du Bréguet 941, et du chargement puisque une grande partie de la mission est accomplie.

mission de branques, au sens le plus chouet du terme :oui:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires