Histoire de l'appareil

Le Beriev Be-200 est un hydravion amphibie conçu d'abord pour la lutte contre les incendies, mais plusieurs versions en cours de développement en font un appareil polyvalent. Son étude commença en 1989 sous la responsabilité d'Alexander Yavkin, qui se basa sur le Beriev A-40 Albatross tout en en réduisant les dimensions. Le projet fut approuvé par le gouvernement russe le 8 décembre 1990. Une maquette fut exposée au salon du Bourget en 1991.

Beriev et Irkoutsk s'associèrent, le premier pour la conception et les essais des prototypes, le second pour la fabrication des machines-outils puis des prototypes. Le nom d'Altaïr fut choisi en 2003 à la suite d'une compétition entre les deux firmes : il ne représente pas seulement l'étoile de la constellation de l'Aigle, mais est aussi l'acronyme d'ALbatross, TAganrog, IRkoutsk.

Beriev développa un équipement de lutte contre le feu unique pour le Be-200, qui lui permet d'écoper de l'eau à une vitesse équivalente à 90 ou 95 % de sa vitesse de décollage. Ce système fut testé sur un Be-12 modifié, le Be-12P, qui servit aussi à valider les doctrines d'utilisation du Be-200.

Le Be-200 dispose de 8 réservoirs d'eau en alliage d'aluminium situés sous le plancher, et de 4 écopes rétractables qui lui permettent d'écoper 12 tonnes d'eau en 14 secondes. Ces réservoirs peuvent être enlevés afin d'aménager le Be-200 en transport de fret. Il peut aussi emporter 1,2 mètres cube de retardants chimiques. Il est propulsé par 2 D-436TP placés sur pylones à l'arrière. Le D-436TP est une version du D-436 capable de résister à la corrosion.

Le Be-200 dispose aussi de commandes de vol électriques, d'une navigation par GPS, d'un radar météo et d'une avionique ARIA 200-M (conçue en collaboration avec AlliedSignal) comportant 6 écrans à cristaux liquides pour ses 2 membres d'équipage. Il est à ailes hautes, construit en alliage d'aluminium-lithium traités contre la corrosion et son fuselage est pressurisé. Certaines parties sont en titane ou en composites. Pas moins de 2300 mètres lui sont nécessaires pour décoller à partir d'un plan d'eau, avec une profondeur minimale de 2,5 mètres et des vagues d'une hauteur maximale de 1,3 mètres.

Le vol inaugural du Be-200, prévu pour 1997, n'eut finalement lieu que le 24 septembre 1998. Il fut dévoilé au salon du Bourget en 1999. Le premier décollage à partir de l'eau eut lieu le 10 septembre 1999 à Taganrog. Le deuxième prototype vola le 27 août 2002. Il fut construit au standard Be-200ES (ou Be-200ChS), correspondant aux spécifications demandées par le ministère russe des situations d'urgence, son client de lancement.

Afin de promouvoir son dernier-né, Beriev le fit participer à plusieurs exhibitions en Malaisie et en Corée du Sud en 2001, puis en France et en Grèce en 2002. Dès mai 2002, une lettre d'intention fut signée entre Beriev et EADS afin de promouvoir une version occidentalisée propulsée par des Rolls-Royce BR715, le Be-200RR. Une étude de marché avait révélée que 320 appareils pourraient être vendus sur 20 ans.

Le premier appareil de série, un Be-200ES, vola pour la première fois le 17 juin 2003. Il fut livré au ministère des situations d'urgence le 31 juillet 2003. Il fut également évalué en 2003 par la Sécurité civile, afin de remplacer les Canadair. Le Dash-8 lui fut finalement préféré.

Sa première utilisation officielle eut lieu du 20 août au 30 septembre 2004 en Italie. 4 incendies furent éteints et 324 tonnes d'eau larguées par un Be-200ES piloté par un équipage mixte russo-italien. Il y fut de nouveau utilisé en 2005, puis au Portugal et en Indonésie en 2006, de nouveau au Portugal et en Grèce en 2007. En 2010, il fut utilisé en Russie et en Israël.

Le Be-200 reçut sa certification européenne le 7 septembre 2010, alors qu'elle était espérée pour 2008. Depuis, Le ministère des situations d'urgence a commandé en tout 13 appareils dont 5 sont en service, l'Azerbaïdjan un Be-200ES en 2008 (devenant ainsi son premier client export). En juin 2012, la firme américaine TTE commandait 10 exemplaires de cet appareils, destinés à être loués à des opérateurs dans des missions de lutte contre le feu. Son premier utilisateur militaire est le ministère de la défense russe, qui a commandé 2 Be-200ES et 4 Be-200PS en mai 2013. Ils sont certainement destinés à la marine.

Plusieurs versions sont prévues, dont le Be-210 destiné au transport de passagers et le Be-220 de patrouille maritime. Mais le Be-200 en lui-même peut être configuré de différentes manières : pour le transport de fret (7,5 tonnes), de passagers (72), de blessés (30 civières et 7 personnels médicaux), pour la recherche et le sauvetage (avec des senseurs, des phares, un radeau gonflable : il peut recueillir 45 personnes). Il peut aussi accomplir des missions de patrouille maritime (y compris surveillance des côtes et lutte contre la pollution) et de lutte contre les sous-marins. Des versions de transport de VIP ou même de veille aérienne sont envisagées.

Le Be-200, grâce à ses réacteurs, est un des bombardiers d'eau les plus efficaces. Ses vitesses et sa capacité d'emport lui permettent de larguer 270 tonnes d'eau en un vol, y compris dans des zones montagneuses.

Versions référencées

  • Beriev Be-200 : Prototype. 1 exemplaire.
  • Beriev Be-200ChS : Version multirôle destinée au Ministère des situations d'urgence russe.
  • Beriev Be-200E : Projet de version du Be-200ChS dotée d'une avionique anglophone.
  • Beriev Be-200ES : Désignation internationalisée du Be-200ChS.
  • Beriev Be-200P : Projet de version de lutte ASM dotée du système Novella Sea Dragon.
  • Beriev Be-200PS : Version Search & Rescue.
  • Beriev Be-200RR : Projet de version dotée de moteurs Rolls-Royce.
  • Beriev Be-210 : Projet de version de transport de passagers.
  • Beriev Be-220 : Projet de version de patrouille maritime.
  • Beriev Be-250 : Projet de version AWACS.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Beriev Be-200ChS voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 41 000 kg (90 390 lbs)
  • Masse à vide : 27 600 kg (60 848 lbs)
  • Surface alaire : 117,4 m² (1 263,683 sq. ft)
  • Hauteur : 8,9 m (29,199 ft)
  • Envergure : 32,78 m (107,546 ft)
  • Longueur : 31,43 m (103,117 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 560 km/h (348 mph, 302 kts)
  • Vitesse de décrochage : 157 km/h (98 mph, 85 kts)
  • Vitesse de décollage : 220 km/h (137 mph, 119 kts)
  • Distance de décollage : 1 800 m (5 906 ft)
  • Vitesse d'atterrissage : 200 km/h (124 mph, 108 kts)
  • Facteur de charge maximal : 3,5 G
  • Distance franchissable : 2 100 km (1 305 mi, 1 134 nm)
  • Distance de convoyage : 3 300 km (2 051 mi, 1 782 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 000 m (26 247 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 17 m/s (56 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 700 km/h (435 mph, 378 kts)
  • Charge alaire, à vide : 235,094 kg/m² (48,151 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 349,233 kg/m² (71,529 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Ivchenko-Progress D-436TP
  • Puissance unitaire : 7 500 kgp (74 kN, 16 535 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Beriev Be-200 à 31/05/2013 13:53 Clansman
Bon, ben, puisqu'on en parlait l'autre jour…


Le Beriev Be-200 est un hydravion amphibie conçu d'abord pour la lutte contre les incendies, mais plusieurs versions en cours de développement en font un appareil polyvalent. Son étude commença en 1989 sous la responsabilité d'Alexander Yavkin, qui se basa sur le Beriev A-40 Albatross tout en en réduisant les dimensions. Le projet fut approuvé par le gouvernement russe le 8 décembre 1990. Une maquette fut exposée au salon du Bourget en 1991.

Beriev et Irkoutsk s'associèrent, le premier pour la conception et les essais des prototypes, le second pour la fabrication des machines-outils puis des prototypes. Le nom d'Altaïr fut choisi en 2003 à la suite d'une compétition entre les deux firmes : il ne représente pas seulement l'étoile de la constellation de l'Aigle, mais est aussi l'acronyme d'ALbatross, TAganrog, IRkoutsk.

Beriev développa un équipement de lutte contre le feu unique pour le Be-200, qui lui permet d'écoper de l'eau à une vitesse équivalente à 90 ou 95 % de sa vitesse de décollage. Ce système fut testé sur un Be-12 modifié, le Be-12P, qui servit aussi à valider les doctrines d'utilisation du Be-200.

Le Be-200 dispose de 8 réservoirs d'eau en alliage d'aluminium situés sous le plancher, et de 4 écopes rétractables qui lui permettent d'écoper 12 tonnes d'eau en 14 secondes. Ces réservoirs peuvent être enlevés afin d'aménager le Be-200 en transport de fret. Il peut aussi emporter 1,2 mètres cube de retardants chimiques. Il est propulsé par 2 D-436TP placés sur pylones à l'arrière. Le D-436TP est une version du D-436 capable de résister à la corrosion.

Le Be-200 dispose aussi de commandes de vol électriques, d'une navigation par GPS, d'un radar météo et d'une avionique ARIA 200-M (conçue en collaboration avec AlliedSignal) comportant 6 écrans à cristaux liquides pour ses 2 membres d'équipage. Il est à ailes hautes, construit en alliage d'aluminium-lithium traités contre la corrosion et son fuselage est pressurisé. Certaines parties sont en titane ou en composites. Pas moins de 2300 mètres lui sont nécessaires pour décoller à partir d'un plan d'eau, avec une profondeur minimale de 2,5 mètres et des vagues d'une hauteur maximale de 1,3 mètres.

Le vol inaugural du Be-200, prévu pour 1997, n'eut finalement lieu que le 24 septembre 1998. Il fut dévoilé au salon du Bourget en 1999. Le premier décollage à partir de l'eau eut lieu le 10 septembre 1999 à Taganrog. Le deuxième prototype vola le 27 août 2002. Il fut construit au standard Be-200ES (ou Be-200ChS), correspondant aux spécifications demandées par le ministère russe des situations d'urgence, son client de lancement.

Afin de promouvoir son dernier-né, Beriev le fit participer à plusieurs exhibitions en Malaisie et en Corée du Sud en 2001, puis en France et en Grèce en 2002. Dès mai 2002, une lettre d'intention fut signée entre Beriev et EADS afin de promouvoir une version occidentalisée propulsée par des Rolls-Royce BR715, le Be-200RR. Une étude de marché avait révélée que 320 appareils pourraient être vendus sur 20 ans.

Le premier appareil de série, un Be-200ES, vola pour la première fois le 17 juin 2003. Il fut livré au ministère des situations d'urgence le 31 juillet 2003. Il fut également évalué en 2003 par la Sécurité civile, afin de remplacer les Canadair. Le Dash-8 lui fut finalement préféré.

Sa première utilisation officielle eut lieu du 20 août au 30 septembre 2004 en Italie. 4 incendies furent éteints et 324 tonnes d'eau larguées par un Be-200ES piloté par un équipage mixte russo-italien. Il y fut de nouveau utilisé en 2005, puis au Portugal et en Indonésie en 2006, de nouveau au Portugal et en Grèce en 2007. En 2010, il fut utilisé en Russie et en Israël.

Le Be-200 reçut sa certification européenne le 7 septembre 2010, alors qu'elle était espérée pour 2008. Depuis, Le ministère des situations d'urgence a commandé en tout 13 appareils dont 5 sont en service, l'Azerbaïdjan un Be-200ES en 2008 (devenant ainsi son premier client export). En juin 2012, la firme américaine TTE commandait 10 exemplaires de cet appareils, destinés à être loués à des opérateurs dans des missions de lutte contre le feu. Son premier utilisateur militaire est le ministère de la défense russe, qui a commandé 2 Be-200ES et 4 Be-200PS en mai 2013. Ils sont certainement destinés à la marine.

Plusieurs versions sont prévues, dont le Be-210 destiné au transport de passagers et le Be-220 de patrouille maritime. Mais le Be-200 en lui-même peut être configuré de différentes manières : pour le transport de fret (7,5 tonnes), de passagers (72), de blessés (30 civières et 7 personnels médicaux), pour la recherche et le sauvetage (avec des senseurs, des phares, un radeau gonflable : il peut recueillir 45 personnes). Il peut aussi accomplir des missions de patrouille maritime (y compris surveillance des côtes et lutte contre la pollution) et de lutte contre les sous-marins. Des versions de transport de VIP ou même de veille aérienne sont envisagées.

Le Be-200, grâce à ses réacteurs, est un des bombardiers d'eau les plus efficaces. Ses vitesses et sa capacité d'emport lui permettent de larguer 270 tonnes d'eau en un vol, y compris dans des zones montagneuses.


Versions :

Be-200 : Version de base, multirôle.

Be-200ChS : Désignée aussi Be-200ES. Version multirôle destinée au ministère des situations d'urgence.

Be-200E : Be-200ES doté d'un cockpit en anglais.

Be-200P : Projet de version de lutte ASM, avec le système Novella Sea Dragon. Proposée à la Chine et l'Inde.

Be-200PS : Version SAR, avec une endurance de 6 h 30.

Be-200RR : Version projetée avec des moteurs Rolls-Royce.

Be-210 : Projet de version destinée au transport de passagers.

Be-220 : Projet de version de patrouille maritime.

Be-250 : Projet de version AWACS.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Beriev_Be-200

http://red-stars.org/spip.php?article99

http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/beriev-be-200/

http://en.wikipedia.org/wiki/Beriev_Be-200

http://www.airliners.net/aircraft-data/stats.main?id=84

http://en.ria.ru/military_news/20130524/181331305/Russian-Military-Orders-6-Be-200-Amphibious-Planes.html

http://www.beriev.com/eng/Be-200_e/Be-200_e.html

http://www.irkutseaplane.com/be200.html

http://www.irkutseaplane.com/be210.html

http://en.rian.ru/business/20120620/174141864.html
Re: Beriev Be-200 à 31/05/2013 18:22 Clansman
Le Be-200 sur le site

Donc, d'après Red Stars qui était de loin la fiche la plus actualisée de mes sources, les 6 appareils commandés par la Russie sont destinés à la marine (ils avaient déjà fait l'objet d'une lettre d'intention en 2011 ou 2012). 2 sont en version Be-200ES (ou ChS), donc destinés à la lutte contre les incendies. Les 4 derniers sont en version PS, c'est-à-dire à priori pour des missions SAR.

Le Be-200 semble être configurable en lutte ASM et une version dédiée est prévue.
Re: Beriev Be-200 à 31/05/2013 23:12 Nico2
Ah, enfin un zinc Russe autre que le Su-27 que j'ai pu apercevoir en vrai :)

Image

Au Bourget, au salon 2011 :)
Re: Beriev Be-200 à 01/06/2013 09:49 glwpatton

Clansman a écrit

Be-200PS : Version SAR, avec une endurance de 6 h 30.

Pas mal un hydravion pour les missions SAR, si il n'y a pas trop de vagues il peut récupérer les "rescapés" tout seul après les avoir repéré, sans attendre un bateau, et avec plus d'allonge qu'un ventillo !
Re: Beriev Be-200 à 01/06/2013 11:27 Clansman
Beaucoup d'hydravion ont servi à des missions SAR, le plus célèbre d'entre eux était le Catalina (quoique trop fragile). Les Be-6 et 12 ont aussi du servir à ses missions (vais relire nos fiches dessus), le HU-16 Albatross, et je pense que les CL-215 et 415 servent aussi à ça.
Re: Beriev Be-200 à 01/06/2013 12:48 Cinétic

Clansman a écrit

Le Be-200 dispose de 8 réservoirs d'eau en alliage d'aluminium situés sous le plancher, et de 4 écopes rétractables qui lui permettent d'écoper 12 tonnes d'eau en 14 secondes.

Le Be-200, grâce à ses réacteurs, est un des bombardiers d'eau les plus efficaces. Ses vitesses et sa capacité d'emport lui permettent de larguer 270 tonnes d'eau en un vol, y compris dans des zones montagneuses.

Bon, 270t en un vol, c'est en plusieurs largages, vu qu'il emporte 12t max.
*Fait le calcul….* 270:12=22,5 le pilote a à moitié raté une passe d'écopage? :mrgreen:
N’empêche, 22 aller-retours en un vol, ça doit bien fatiguer le pilote.
Re: Beriev Be-200 à 01/06/2013 12:53 Clansman
T'as oublié de compter la vodka, ça donne du coeur au ventre. :bonnet:
Re: Beriev Be-200 à 03/06/2013 12:13 Jericho

Cinétic a écrit

Bon, 270t en un vol, c'est en plusieurs largages, vu qu'il emporte 12t max.
*Fait le calcul….* 270:12=22,5 le pilote a à moitié raté une passe d'écopage? :mrgreen:
N’empêche, 22 aller-retours en un vol, ça doit bien fatiguer le pilote.
Ou qu'il écope en moyenne trois à quatre nageurs par passages… :bonnet:
Re: Beriev Be-200 à 03/06/2013 20:02 d9pouces

glwpatton a écrit

Clansman a écrit

Be-200PS : Version SAR, avec une endurance de 6 h 30.

Pas mal un hydravion pour les missions SAR, si il n'y a pas trop de vagues il peut récupérer les "rescapés" tout seul après les avoir repéré, sans attendre un bateau, et avec plus d'allonge qu'un ventillo !
Bin oui, ça sert aussi à ça les écopes !
Re: Beriev Be-200 à 02/11/2016 16:44 Ansierra117
La Chine vient d'acheter 4 Be-200ChS sans que l'on sache exactement qui est l'acheteur

Edit : l'acheteur est Leader Energy Aircraft Manufacturing Co
Re: Beriev Be-200 à 05/11/2016 14:13 d9pouces
Tiens, pour quel usage ?

(au passage, sur le twitter il y a une bien belle photo du T50)
Re: Beriev Be-200 à 05/11/2016 16:17 Ansierra117

d9pouces a écrit

(au passage, sur le twitter il y a une bien belle photo du T50)

Oui mais on a pas le droit de s'en servir :roll: :mrgreen: :lol: (je plaisante Clans tkt)

ABSOLUMENT aucune idée, c'est un spécialiste de l'aviation russe qui a sorti l'info en creusant un documents de Beriev
Re: Beriev Be-200 à 31/08/2017 23:59 Ansierra117
Le contrat des 6 Beriev Be-200 prévus pour la marine russe est tout simplement annulé. Beriev doit rembourser le ministère de la défense. C'est un constructeur dont la santé financière est déjà très douteuse. Les appareils auraient dû être livrés sur l'exercice 2014-2016.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires