Rappels

Histoire de l'appareil

En 1938, la firme Consolidated fut approchée par l'USAAC afin de construire le B-17, dont les cadences de production étaient encore faibles. Sauf que Consolidated ne se voyait pas en sous-traitant, encore moins pour un appareil qui montrait déjà ses limites au bout de 4 ans d'existence. La firme préféra donc concevoir son propre bombardier, plus performant.

Le nouvel appareil, le Model 32, était un quadrimoteur qui combinait une aile conçue par David Davis, la double dérive du Consolidated 31 et un nouveau fuselage. Ce dernier fut conçu par Isaac M. Laddon autour de deux soutes à bombes, chacune d'entre elle ayant la capacité de celle d'un B-17.

L'USAAC, intéressée, émit la spécification C-212 invitant Consolidated à lui soumettre un projet de bombardier dépassant le B-17 en plafond, vitesse et autonomie, le 1er février 1939. Le 30 mars 1939, le Consolidated 32 fit l'objet d'un contrat pour un prototype, qui fut désigné XB-24.

Le B-24 apportait son long d'innovations. Il fut le premier bombardier américain à disposer d'un train d'atterrissage tricycle. Il était propulsé par 4 Pratt & Whitney R-1830 de 1000 hp. Bien que plus court que le B-17, il avait une masse au décollage de 32 tonnes, ce qui en faisait un des appareils les plus lourds de l'époque. Avant même que le prototype ne vola, il fut commandé à 36 exemplaires par l'USAAC, 120 par la France et 164 par la RAF.

Le XB-24 vola pour la première fois le 29 décembre 1940. Celui-ci se montra trop lent par rapport aux spécifications requises et il fallut, entre autres modifications, changer de moteurs pour des R-1830-41. Ces modifications entraînèrent un changement de désignation, le prototype devenant XB-24B. 7 YB-24 furent commandés en avril 1939, mais ils étaient construits à la main et inaptes au combat. 6 d'entre eux furent cédés à la RAF sous la désignation LB-30A, tandis que le septième fut testé avec des blindages et des réservoirs auto-obturants. Les LB-30A furent livrés en décembre 1940 et désignés "Liberator" par la RAF. Le surnom allait rester, mais les appareils furent décevants et vite relégués à des missions de transport.

Les premiers B-24 à voir le combat furent ceux du Coastal Command, des Liberator GR.I (pour General Reconnaissance) modifiés pour la patrouille maritime et la lutte contre les sous-marins. Ils furent livrés dès mars 1941 et déployés à partir de juin. 5 sous-marins furent coulés et 4 endommagés. Quand aux B-24 français, ils arrivèrent trop tard et furent versés à la RAF. La RAF le déploya dans le Pacifique, à Java plus précisément, à partir de janvier 1942. Ils furent également employés au Moyen-Orient en 1942.

L'USAAF reçut ses premiers B-24A en 1941. Un unique B-24 était à Pearl Harbor et fut détruit lors de l'attaque japonaise. Le 6 juin 1942, sa première attaque, visant l'île de Wake, se solda par un échec. Le 12 du même mois, des B-24 basés en Egypte attaquèrent les installations pétrolières de Ploesti, en Roumanie.

A partir de là, et jusqu'à la fin de la guerre, le B-24 serait employé sur tous les théâtres de la seconde guerre mondiale, que ce soit en Afrique du Nord, en Italie, en Europe, dans l'Atlantique et dans le Pacifique, en Birmanie. Il remplaça dans le Pacifique le B-17 au trop faible rayon d'action.

La première perte au-dessus de l'Allemagne remonte au 26 février 1943. Le B-24 se rendit célèbre pour son raid au-dessus de Ploesti le 1er août 1943 : pas moins de 177 B-24 décollèrent de Libye pour attaquer ces installations pétrolières, précieuses pour l'effort de guerre allemand. Cependant, le raid fut un désastre car l'ennemi fut sous-estimé et pleinement alerté, alors que les attaquants étaient désorganisés. Le B-24 fut utilisé dans bien des rôles, comme la guerre électronique, et un B-24 modifié servit d'avion personnel pour Churchill. Il donnera naissance à un dérivé pour l'US Navy, le PB4Y Privateer, et à des versions de transport, comme le C-87.

La RAF utilisa 2100 B-24 et l'USAAF, pas moins de 12000. Il constitua à lui seul le tiers de la force de frappe de la 8e Air Force (le B-17 constituant les deux autres tiers). Le Canada reçut 1200 B-24J. Il fut l'unique bombardier stratégique de l'Australie, qui en posséda 287. La Nouvelle-Zélande en aurait aussi possédé. L'Afrique du Sud engagea 16 B-24, notamment lors de l'insurrection de Varsovie en 1944. Les pilotes tchéques et polonais en exil au Royaume-Uni l'utilisèrent au sein de la RAF. Un seul B-24 fut officiellement livré à l'URSS, mais 73 exemplaires furent forcés d'y atterrir au cours de raids. 30 furent remis en état de vol.

La Luftwaffe en captura un certain nombre, qui furent réutilisés pour des missions de transport. La Regia Aeronautica captura un B-24D en février 1943, qui fut testé avant d'être transféré à la Luftwaffe. La Roumanie en captura un lors de l'opération Tidal Wave (l'attaque sur Ploesti). D'autres furent capturés et la Roumanie envisagea de créer une escadrille de B-24. Seuls 3 B-24D et un B-24J étaient en état de vol lors du coup d'Etat par le roi Michel le 23 août 1944. Le projet fut alors abandonné.

Des exemplaires contraints d'atterrir furent internés par le Portugal (6 B-24D) et la Turquie (11 B-24D, lors de l'opération Tidal Wave).

A la fin de la guerre, le B-24 fut rapidement considéré comme obsolète par l'USAAF. Un seul B-24D fut conservé et préservé dès 1950.

Il fut également utilisé par la Chine nationaliste (37 B-24J et M de 1944 à 1958), et la Chine communiste en captura 3 exemplaires (utilisés de 1946 à 1949). Israël essaya d'obtenir 25 exemplaires auprès de l'Australie, mais sans succès : les appareils étaient en trop mauvais état. C'est en Inde que le B-24 accomplit sa carrière d'après-guerre : 42 exemplaires furent remis en état de vol par HAL en 1947. Ils furent retirés du service en 1968, et 5 des B-24 qui existent encore viennent de la force aérienne indienne.

18482 B-24 furent construits jusqu'en septembre 1945, ce qui en faisait (et en fait toujours) l'appareil militaire américain le plus produit, devant le B-17 qui ne possède que la 2e place. Le pari de Consolidated fut payant, même si le B-24 est moins connu que la Forteresse volante. Il fut une étape importante dans la conception de bombardiers stratégiques intercontinentaux comme les B-29 ou B-36. Très peu ont survécu : 9 appareils sont exposés complets, et 3 autres sont en état de vol, dont… un B-24A, "Diamond Lil", appartenant à la Commemorative Air Force. Un B-24M est en cours de restauration en Australie.

Versions référencées

  • Consolidated XB-24 : Prototype, un exemplaire.
  • Consolidated YB-24 : Présérie, 7 exemplaires.
  • Consolidated B-24A Liberator B I : 1ere version de série, commandée avant le vol inaugural.
  • Consolidated XB-24B : XB-24 modifié avec des moteurs R-1830-41, se distinguant par les fameux capots de forme elliptiques pour loger les turbocompresseurs.
  • Consolidated B-24C : 9 B-24A modifiés avec les moteurs R-1830-41. Tourelle de queue A-6 disposant d'une mitrailleuse jumelée de 12,7 mm.
  • Consolidated B-24D Liberator B IIIA : 1ere version de série construite en masse.
  • Consolidated B-24E : Version construite par Ford, avec des moteurs R-1830-65.
  • Consolidated XB-24F : 1 B-24D modifié pour tester des dégivreurs thermiques.
  • Consolidated B-24G : 25 B-24D construits par North American, avec une tourelle Sperry.
  • Consolidated B-24G-1 : 405 B-24H construits par North American.
  • Consolidated B-24H Liberator B VI : Version à l'armement défensif amélioré.
  • Consolidated B-24J Liberator B VIII : Version la plus produite.
  • Consolidated XB-24K : 1 B-24D modifié par Ford avec la dérive unique du B-23 Dragon.
  • Consolidated B-24L : Version plus légère, dotée de tourelles plus simples (M-6A), afin de contrebalancer le poids excessif du B-24J.
  • Consolidated B-24M : Dernière version construite en série.
  • Consolidated B-24N : Modification majeure du B-24J, 8 prototypes.
  • Consolidated XB-24P : Un B-24D modifié et utilisé par Sperry pour tester des systèmes de contrôle de tir.
  • Consolidated XB-24Q : Un B-24L modifié par General Electric pour tester une tourelle de queue dirigée par radar, destinée au B-47.
  • Consolidated XF-7 : Version de reconnaissance dérivée du B-24D.
  • Consolidated F-7 : Version de reconnaissance dérivée du B-24H.
  • Consolidated F-7A : Version de reconnaissance dérivée du B-24J : 3 appareils photographiques dans le nez et autant dans la soute à bombes.
  • Consolidated F-7B : Version de reconnaissance dérivée du B-24J : 6 appareils photographiques dans la soute à bombes.
  • Consolidated LB-30A : Désignation des YB-24 destinés au transport.
  • Consolidated BQ-8 : B-24 transformés en bombes volantes.
  • Consolidated PB4Y-1 : B-24D cédés à l'US Navy, 976 ou 997 exemplaires.
  • Consolidated PB4Y-1P : Version de reconnaissance photographique du PB4Y-1.
  • Consolidated Liberator B II : Version spécifique à la RAF, proche du B-24C.
  • Consolidated Liberator B III : B-24D cédés à la RAF avec des armements britanniques (tourelle de queue Boulton-Paul, mitrailleuse Browning de 7,7 mm dans le nez).
  • Consolidated Liberator B V : B-24D modifiés avec une capacité en carburant supplémentaire. Même armement que le B III.
  • Consolidated Liberator C I : 3 Liberator I puis les 12 Liberator GR.I furent modifiés pour des missions de transport.
  • Consolidated Liberator C VIII : B-24J modifiés pour le transport.
  • Consolidated Liberator GR I : Liberator B I transférés au Coastal Command.
  • Consolidated Liberator GR V : B-24D modifiés pour la patrouille maritime et utilisés par le Coastal Command.
  • Consolidated Liberator GR VI : B-24G et H modifiés pour la patrouille maritime et utilisés par le Coastal Command.
  • Consolidated Liberator GR VIII : B-24J modifiés pour la lutte contre les sous-marins.

Consolidated B-24J Liberator B VIII voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 29 483 kg (65 000 lbs)
  • Masse normale au décollage : 24 948 kg (55 000 lbs)
  • Masse à vide : 16 556 kg (36 500 lbs)
  • Surface alaire : 97 m² (1 048 sq. ft)
  • Hauteur : 5 m (18 ft)
  • Envergure : 34 m (110 ft)
  • Longueur : 20,665 m (67,8 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 346 km/h (215 mph, 187 kts)
  • Vitesse de décrochage : 153 km/h (95 mph, 83 kts)
  • Distance franchissable : 3 380 km (2 100 mi, 1 825 nm)
  • Distance de convoyage : 5 955 km (3 700 mi, 3 215 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 534 m (28 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 5,2 m/s (17,06 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 467 km/h (290 mph, 252 kts)
  • Charge alaire, à vide : 170,046 kg/m² (34,828 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 256,234 kg/m² (52,481 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 302,822 kg/m² (62,023 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 moteurs à cylindres en étoile Pratt & Whitney R-1830-35
  • Puissance unitaire : 895 kW (1 217 ch, 1 200 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Consolidated B-24 Liberator à 21/10/2012 07:21 Clansman
En 1938, la firme Consolidated fut approchée par l'USAAC afin de construire le B-17, dont les cadences de production étaient encore faibles. Sauf que Consolidated ne se voyait pas en sous-traitant, encore moins pour un appareil qui montrait déjà ses limites au bout de 4 ans d'existence. La firme préféra donc concevoir son propre bombardier, plus performant.

Le nouvel appareil, le Model 32, combinait une aile conçue par David Davis, la double dérive du Consolidated 31 et un nouveau fuselage. Ce dernier fut conçu par Isaac M. Laddon autour de deux soutes à bombes, chacune d'entre elle ayant la capacité de celle d'un B-17.

L'USAAC, intéressée, émit la spécification C-212 invitant Consolidated à lui soumettre un projet de bombardier dépassant le B-17 en plafond, vitesse et autonomie, le 1er février 1939. Le 30 mars 1939, le Consolidated 32 fit l'objet d'un contrat pour un prototype, qui fut désigné XB-24.

Le B-24 apportait son long d'innovations. Il fut le premier bombardier américain à disposer d'un train d'atterrissage tricycle. Il était propulsé par 4 Pratt & Whitney R-1830 de 1000 hp. Bien que plus court que le B-17, il avait une masse au décollage de 32 tonnes, ce qui en faisait un des appareils les plus lourds de l'époque. Avant même que le prototype ne vola, il fut commandé à 36 exemplaires par l'USAAC, 120 par la France et 164 par la RAF.

Le XB-24 vola pour la première fois le 29 décembre 1940. Celui-ci se montra trop lent par rapport aux spécifications requises et il fallut, entre autres modifications, changer de moteurs pour des R-1830-41. Ces modifications entraînèrent un changement de désignation, le prototype devenant XB-24B. 7 YB-24 furent commandés en avril 1939, mais ils étaient construits à la main et inaptes au combat. 6 d'entre eux furent cédés à la RAF sous la désignation LB-30A, tandis que le septième fut testé avec des blindages et des réservoirs auto-obturants. Les LB-30A furent livrés en décembre 1940 et désignés "Liberator" par la RAF. Le surnom allait rester, mais les appareils furent décevants et vite relégués à des missions de transport.

Les premiers B-24 à voir le combat furent ceux du Coastal Command, des Liberator GR.I (pour General Reconnaissance) modifiés pour la patrouille maritime et la lutte contre les sous-marins. Ils furent livrés dès mars 1941 et déployés à partir de juin. 5 sous-marins furent coulés et 4 endommagés. Quand aux B-24 français, ils arrivèrent trop tard et furent versés à la RAF. La RAF le déploya dans le Pacifique, à Java plus précisément, à partir de janvier 1942. Ils furent également employés au Moyen-Orient en 1942.

L'USAAF reçut ses premiers B-24A en 1941. Un unique B-24 était à Pearl Harbor et fut détruit lors de l'attaque japonaise. Le 6 juin 1942, sa première attaque, visant l'île de Wake, se solda par un échec. Le 12 du même mois, des B-24 basés en Egypte attaquèrent les installations pétrolières de Ploesti, en Roumanie.

A partir de là, et jusqu'à la fin de la guerre, le B-24 serait employé sur tous les théâtres de la seconde guerre mondiale, que ce soit en Afrique du Nord, en Italie, en Europe, dans l'Atlantique et dans le Pacifique, en Birmanie. Il remplaça dans le Pacifique le B-17 au trop faible rayon d'action.

La première perte au-dessus de l'Allemagne remonte au 26 février 1943. Le B-24 se rendit célèbre pour son raid au-dessus de Ploesti le 1er août 1943 : pas moins de 177 B-24 décollèrent de Libye pour attaquer ces installations pétrolières, précieuses pour l'effort de guerre allemand. Cependant, le raid fut un désastre car l'ennemi fut sous-estimé et pleinement alerté, alors que les attaquants étaient désorganisés. Le B-24 fut utilisé dans bien des rôles, comme la guerre électronique, et un B-24 modifié servit d'avion personnel pour Churchill. Il donnera naissance à un dérivé pour l'US Navy, le PB4Y Privateer, et à des versions de transport, comme le C-87.

La RAF utilisa 2100 B-24 et l'USAAF, pas moins de 12000. Il constitua à lui seul le tiers de la force de frappe de la 8e Air Force (le B-17 constituant les deux autres tiers). Le Canada reçut 1200 B-24J. Il fut l'unique bombardier stratégique de l'Australie, qui en posséda 287. La Nouvelle-Zélande en aurait aussi possédé. L'Afrique du Sud engagea 16 B-24, notamment lors de l'insurrection de Varsovie en 1944. Les pilotes tchéques et polonais en exil au Royaume-Uni l'utilisèrent au sein de la RAF. Un seul B-24 fut officiellement livré à l'URSS, mais 73 exemplaires furent forcés d'y atterrir au cours de raids. 30 furent remis en état de vol.

La Luftwaffe en captura un certain nombre, qui furent réutilisés pour des missions de transport. La Regia Aeronautica captura un B-24D en février 1943, qui fut testé avant d'être transféré à la Luftwaffe. La Roumanie en captura un lors de l'opération Tidal Wave (l'attaque sur Ploesti). D'autres furent capturés et la Roumanie envisagea de créer une escadrille de B-24. Seuls 3 B-24D et un B-24J étaient en état de vol lors du coup d'Etat par le roi Michel le 23 août 1944. Le projet fut alors abandonné.

Des exemplaires contraints d'atterrir furent internés par le Portugal (6 B-24D) et la Turquie (11 B-24D, lors de l'opération Tidal Wave).

A la fin de la guerre, le B-24 fut rapidement considéré comme obsolète par l'USAAF. Un seul B-24D fut conservé et préservé dès 1950.

Il fut également utilisé par la Chine nationaliste (37 B-24J et M de 1944 à 1958), et la Chine communiste en captura 3 exemplaires (utilisés de 1946 à 1949). Israël essaya d'obtenir 25 exemplaires auprès de l'Australie, mais sans succès : les appareils étaient en trop mauvais état. C'est en Inde que le B-24 accomplit sa carrière d'après-guerre : 42 exemplaires furent remis en état de vol par HAL en 1947. Ils furent retirés du service en 1968, et 5 des B-24 qui existent encore viennent de la force aérienne indienne.

18482 B-24 furent construits jusqu'en septembre 1945, ce qui en faisait (et en fait toujours) l'appareil militaire américain le plus produit, devant le B-17 qui ne possède que la 2e place. Le pari de Consolidated fut payant, même si le B-24 est moins connu que la Forteresse volante. Il fut une étape importante dans la conception de bombardiers stratégiques intercontinentaux comme les B-29 ou B-36. Très peu ont survécu : 9 appareils sont exposés complets, et 3 autres sont en état de vol, dont… un B-24A, Diamond Lil, appartenant à la Commemorative Air Force. Un B-24M est en cours de restauration en Australie.


Versions :

YB-24 : 7 exemplaires, désignés aussi LB-30A. 6 livrés à la RAF.

B-24 : 7 exemplaires commandés avant le 1er vol du XB-24, modifications mineures. 1 seul fut réellement testé.

B-24A : 1ere version de série, commandée avant le vol inaugural. Améliorations aérodynamiques. Désignés également LB-30B. 20 exemplaires cédés à la RAF sous l'appellation Liberator B I.

XB-24B : XB-24 modifié avec des moteurs R-1830-41, se distinguant par les fameux capots de forme elliptiques pour loger les turbocompresseurs.

B-24C : 9 B-24A modifiés avec les moteurs R-1830-41. Tourelle de queue A-6 disposant d'une mitrailleuse jumelée de 12,7 mm.

B-24D : 1ere version de série construite en masse. Moteurs R-1830-43. Tourelle ventrale Bendix rétractable sur les 287 premiers exemplaires, qui sera remplacée par une tourelle Sperry. 2696 exemplaires au total. Cédés à la RAF sous l'appellation Liberator B IIIA.

B-24E : Version construite par Ford, avec des moteurs R-1830-65. Fut surtout utilisé pour l'entraînement. 801 exemplaires. L'appellation Liberator B IV lui fut réservé, mais ne fut pas utilisée.

XB-24F : 1 B-24D modifié pour tester des dégivreurs thermiques.

B-24G : 25 B-24D construits par North American, avec une tourelle Sperry.

B-24G-1 : 405 B-24H construits par North American.

B-24H : Version dotée d'une tourelle de nez Emerson A-15 actionnée électriquement. 50 autres modifications furent apportées, afin d'améliorer la défense en particulier. 3100 exemplaires, en majorité construits par Ford. Cédés à la RAF sous l'appellation Liberator B VI (tourelles Boulton-Paul).

B-24J : Similaire au B-24H, mais avec une tourelle Consolidated A-6 pour pallier la pénurie de tourelles Emerson A-15. Autopilote C-1 et viseur M-1. 6678 exemplaires. La RAF l'utilisa sous l'appellation Liberator B VIII.

XB-24K : 1 B-24D modifié par Ford avec la dérive unique du B-23 Dragon. Les essais montrèrent qu'il était plus stable que les versions précédentes et une dérive unique sera montée sur les B-24N et PB4Y-2.

B-24L : Version plus légère, dotée de tourelles plus simples (M-6A), afin de contrebalancer le poids excessif du B-24J. 1667 exemplaires.

B-24M : Dernière version construite, avec d'autres mesures pour alléger le poids de l'appareil. Ces mesures concernaient souvent les postes de mitrailleurs. 2593 exemplaires furent construits, mais certains ne volèrent qu'une fois, directement de l'usine au ferrailleur.

B-24N : Modification majeure du B-24J, avec une unique dérive, une tourelle Emerson 128 dans le nez, et une mitrailleuse fixe dans le poste arrière. 5168 exemplaires furent commandés, puis furent annulés avec la fin de la guerre. 1 prototype XB-24N et 7 avions de présérie YB-24N furent construits.

XB-24P : Un B-24D modifié et utilisé par Sperry pour tester des systèmes de contrôle de tir.

XB-24Q : Un B-24L modifié par General Electric pour tester une tourelle de queue dirigée par radar, destinée au B-47.

XF-7 : Version de reconnaissance dérivée du B-24D.

F-7 : Version de reconnaissance dérivée du B-24H.

F-7A : Version de reconnaissance dérivée du B-24J : 3 appareils photographiques dans le nez et autant dans la soute à bombes.

F-7B : Version de reconnaissance dérivée du B-24J : 6 appareils photographiques dans la soute à bombes.

BQ-8 : B-24D et J transformés en bombes volantes contrôlées à distance, afin d'attaquer des cibles allemandes. Joseph P. Kennedy Jr., le frère aîné de JFK, fut tué dans l'explosion prématurée de son BQ-8 le 12 août 1944.

PB4Y-1 : 976 B-24 cédés à l'US Navy.

PB4Y-1P : Version de reconnaissance photographique du PB4Y-1.

Liberator GR.I : 12 Liberator I modifiés pour la patrouille maritime avec un radar et 4 canons Hispano de 20 mm. Certains furent dotés d'un projecteur et de 8 roquettes de 76 mm. Ils furent utilisés de juin 1941 à décembre 1943.

Liberator C.I : 3 Liberator I puis les 12 Liberator GR.I furent modifiés pour des missions de transport.

Liberator B II : Version spécifique à la RAF, proche du B-24C. Version allongée, avec des équipements et armements britanniques. 165 exemplaires.

Liberator B III : B-24D cédés à la RAF avec des armements britanniques (tourelle de queue Boulton-Paul, mitrailleuse Browning de 7,7 mm dans le nez). 156 exemplaires.

Liberator B V : B-24D modifiés avec une capacité en carburant supplémentaire. Même armement que le B III.

Liberator GR V : B-24D modifiés pour la patrouille maritime et utilisés par le Coastal Command.

Liberator GR VI : B-24G et H modifiés pour la patrouille maritime et utilisés par le Coastal Command.

Liberator GR VIII : B-24J modifiés pour la lutte contre les sous-marins.

Liberator C VIII : B-24J modifiés pour le transport.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Consolidated_B-24_Liberator

http://www.avionslegendaires.net/consolidated-b-24-liberator.php

http://www.dday-overlord.com/boeing_b24.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Preproduction_B-24

http://en.wikipedia.org/wiki/Consolidated_Liberator_I

http://en.wikipedia.org/wiki/Consolidated_B-24_Liberator

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_B-24_Liberator_operators

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_surviving_B-24_Liberators

http://www.aviation-history.com/consolidated/b24.html

http://www.nationalmuseum.af.mil/factsheets/factsheet.asp?id=494

http://www.bharat-rakshak.com/IAF/History/Aircraft/Liberator.html
Re: Consolidated B-24 Liberator à 21/10/2012 08:39 Clansman
La fiche sur le site
Re: Consolidated B-24 Liberator à 21/10/2012 10:45 JFF
très belle fiche,

j'ai toujours trouvé que le B 24 avait plus de "gueule" que le B 17, un look plus agressif,

Quand à "Diamond Lily" il fut construit comme B 24A, transformé en C 87 de transport, et après guerre servit d'avion VIP à une compagnie pétrolière mexicaine, qui le revendit à la Confederated Air Force en 1967.

Je me souvient avoir vu un C 87, presque intact (à part un moteur) sur l'aéroport de El Alto, à La Paz, en mars 1980. Visiblement, ça ne devait pas faire très longtemps qu'il ne volait plus. Il appartenait à Fri Reyes une boite de frigorifiques, qui s'en servait pour transporter de la viande entre les basses terres de l'amazonie et la Paz. Fri Reyes employait aussi à cette même époque 2 B 17, dans le même role, dont un rarissime C 108, version VIP du B 17E, et ex appareil de Mac Arthur !
El Centro (CA, USA) à 11/06/2013 11:51 stanak
le dernier Privateer en état de vol

il vient de changer de camo, il est tout alu avec une cocarde US
Image
Re: Consolidated B-24 Liberator à 11/06/2013 12:57 PCmax
Ben tant mieux parce que, comme ça, il fait pas trop guerrier !
Re: Consolidated B-24 Liberator à 11/06/2013 14:14 Clansman
Guerrier du feu, alors. :)
Barksdale 2014 à 29/11/2014 08:04 stanak
B-24J (seul exemplaire préservé construit par Ford)
Image
Re: Consolidated B-24 Liberator à 29/11/2014 10:50 pennan
Au musée de la RAF, d'autres vues sur mon flickr.

ImageConsolidated B-24J Liberator by pennan13, on Flickr
Re: Consolidated B-24 Liberator à 30/11/2014 18:01 Nico2
Merci pour vos photos. :)
Re: Consolidated B-24 Liberator à 21/07/2016 11:23 fanaviation
L'ENCYCLOPEDIE ILLUSTREE DE L’AVIATION AIRCRAFT N°49 LE LIBERATOR B-24J

[Pièces-jointes supprimées]
Re: Consolidated B-24 Liberator à 24/07/2016 10:06 Nico2
Désolé mais conformément au règlement du forum et aux règles afférentes aux droits d'auteur, nous ne pouvons laisser publier directement sur le forum le contenu d'un ouvrage non libre de droit.
Re: Consolidated B-24 Liberator/Pima à 05/04/2018 17:36 stanak
B-24J
ex USAAF
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires