Rappels

Histoire de l'appareil

Dans les années 1990, le Royaume-Uni est à la recherche d’un appareil qui remplacera ses PANAVIA Tornado à partir de 2017. Une étude appelée FOAS (Future Offensive Air System) retient plusieurs concepts, parmi lesquels on trouve des missiles de croisières comme le Storm Shadow, des drones de combat comme les BAE Corax ou Tanaris, le développement des capacités d’attaque au sol de l’Eurofighter Typhoon et un nouvel appareil désigné HALO (High Altitude Low Observability).

Ce dernier appareil, étudié par le constructeur BAE Systems de Warton, doit être un avion furtif capable de pénétrer l’espace aérien ennemi en profondeur sans être repérer par les radars et autres systèmes antiaériens. Les 20 millions de £ nécessaires sont financés par BAE Systems et le ministère britannique de la Défense. Le projet de développement d’un démonstrateur nommé Replica est lancé vers 1994, mais aucune information n’a filtré durant de nombreuses années. En effet, ce n’est qu’en 2003 qu’une première image déclassifiée permet à la presse spécialisée d’en connaître un peu plus sur ce projet. En 1999, une maquette grandeur nature est terminée, permettant les essais de furtivité. Par contre, contrairement à d’autres appareils plus anciens, il est décidé dès le début du programme que le Replica doit avoir un bon équilibre entre furtivité et performances.

Le Replica est un avion dont le dessin de la cellule, créé sur ordinateur grâce à des programmes 3D, est particulièrement soigné pour éviter les angles et autres cassures : l’emplanture des ailes et les dérives sont au maximum noyées dans le fuselage. L’assemblage des différents panneaux en composites et fibres de carbone de la cellule doit également être assisté par ordinateur avec des systèmes laser pour une plus grande précision.

Le cockpit semble être équipé de deux places en tandem. Les ailes sont en position médiane, dans le prolongement de l’apex protégeant les entrées d’air en forme de losange, avec un bord d’attaque en flèche. Le bord de fuite forme une sorte de cassure faisant un angle d’environ 90° qui permet d’obtenir une corde importante près du fuselage, alors que la moitié extérieure de l’aile est parallèle au bord d’attaque. Le Replica est muni de deux dérives en flèche penchées vers l’extérieur avec une configuration proche de celles de l’YF-23. Les tuyères des réacteurs sont de forme rectangulaire et semblent être à poussée vectorielle. Le train d’atterrissage tricycle en évidemment entièrement escamotable.

Le radar AESA prévu n’a que peu de place pour une antenne de taille importante dans le nez de l’appareil, qui est de petite taille. Cela laisse à penser que les antennes doivent être installées sur différentes parties de la cellule, comme le bord d’attaque des ailes par exemple. Des soutes ventrales permettent l’emport de missiles air-air à courte portée d’autoprotection ASRAAM et de bombes guidées de 454 ou 907kg, de missiles air-sol ou antiradar qui devraient représenter la charge offensive ordinaire.

Depuis 2005, l’étude du FOAS (Future Offensive Air System) est abandonnée, le gouvernement britannique ayant effectué ses choix. Rien ne filtre alors concernant l’éventuelle continuation du projet Replica, mais en 2014 d’autres images sont révélées lorsque l’appareil est sorti de son hangar pour pour effectuer une nouvelle fois des essais de furtivité. Sur ces nouvelles images, on le voit légèrement modifié, mais surtout muni d’une nouvelle livrée basse visibilité.

Jusque-là, peu de choses ont été révélées sur le Replica. Selon certaines sources, le programme est déjà abandonné et n’aboutira jamais à un avion de série, et que ces nouveaux essais serviront principalement aux futurs projets européens d’avions ou de drones de combat. Pour d’autres spécialistes, le projet continue et des vols, s’ils n’ont pas encore eu lieu, pourraient être imminents.

Versions référencées

  • BAE Systems Replica : Démonstrateur dans le cadre du programme HALO (High Altitude Low Observability).

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
BAE Systems Replica à 14/04/2018 00:08 Jericho
Le BAE Systems Replica est un projet d’avion de combat furtif biréacteur, muni d’ailes en flèche en position médiane, d’une double dérive penchée vers l’extérieur et un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Dans les années 1990, le Royaume-Uni est à la recherche d’un appareil qui remplacera ses PANAVIA Tornado à partir de 2017. Une étude appelée FOAS (Future Offensive Air System) retient plusieurs concepts, parmi lesquels on trouve des missiles de croisières comme le Storm Shadow, des drones de combat comme les BAE Corax ou Tanaris, le développement des capacités d’attaque au sol de l’Eurofighter Typhoon et un nouvel appareil désigné HALO (High Altitude Low Observability).

Ce dernier appareil, étudié par le constructeur BAE Systems de Warton, doit être un avion furtif capable de pénétrer l’espace aérien ennemi en profondeur sans être repérer par les radars et autres systèmes antiaériens. Les 20 millions de £ nécessaires sont financés par BAE Systems et le ministère britannique de la Défense. Le projet de développement d’un démonstrateur nommé Replica est lancé vers 1994, mais aucune information n’a filtré durant de nombreuses années. En effet, ce n’est qu’en 2003 qu’une première image déclassifiée permet à la presse spécialisée d’en connaître un peu plus sur ce projet. En 1999, une maquette grandeur nature est terminée, permettant les essais de furtivité. Par contre, contrairement à d’autres appareils plus anciens, il est décidé dès le début du programme que le Replica doit avoir un bon équilibre entre furtivité et performances.

Le Replica est un avion dont le dessin de la cellule, créé sur ordinateur grâce à des programmes 3D, est particulièrement soigné pour éviter les angles et autres cassures : l’emplanture des ailes et les dérives sont au maximum noyées dans le fuselage. L’assemblage des différents panneaux en composites et fibres de carbone de la cellule doit également être assisté par ordinateur avec des systèmes laser pour une plus grande précision.

Le cockpit semble être équipé de deux places en tandem. Les ailes sont en position médiane, dans le prolongement de l’apex protégeant les entrées d’air en forme de losange, avec un bord d’attaque en flèche. Le bord de fuite forme une sorte de cassure faisant un angle d’environ 90° qui permet d’obtenir une corde importante près du fuselage, alors que la moitié extérieure de l’aile est parallèle au bord d’attaque. Le Replica est muni de deux dérives en flèche penchées vers l’extérieur avec une configuration proche de celles de l’YF-23. Les tuyères des réacteurs sont de forme rectangulaire et semblent être à poussée vectorielle. Le train d’atterrissage tricycle en évidemment entièrement escamotable.

Le radar AESA prévu n’a que peu de place pour une antenne de taille importante dans le nez de l’appareil, qui est de petite taille. Cela laisse à penser que les antennes doivent être installées sur différentes parties de la cellule, comme le bord d’attaque des ailes par exemple. Des soutes ventrales permettent l’emport de missiles air-air à courte portée d’autoprotection ASRAAM et de bombes guidées de 454 ou 907kg, de missiles air-sol ou antiradar qui devraient représenter la charge offensive ordinaire.

Depuis 2005, l’étude du FOAS (Future Offensive Air System) est abandonnée, le gouvernement britannique ayant effectué ses choix. Rien ne filtre alors concernant l’éventuelle continuation du projet Replica, mais en 2014 d’autres images sont révélées lorsque l’appareil est sorti de son hangar pour pour effectuer une nouvelle fois des essais de furtivité. Sur ces nouvelles images, on le voit légèrement modifié, mais surtout muni d’une nouvelle livrée basse visibilité.

Jusque-là, peu de choses ont été révélées sur le Replica. Selon certaines sources, le programme est déjà abandonné et n’aboutira jamais à un avion de série, et que ces nouveaux essais serviront principalement aux futurs projets européens d’avions ou de drones de combat. Pour d’autres spécialistes, le projet continue et des vols, s’ils n’ont pas encore eu lieu, pourraient être imminents.


Caractéristiques :
Equipage : 1 ou 2
Moteurs : deux turboréacteurs.
Armement : missiles air-air d’autoprotection, bombes guidées de 454kg et 900kg, missiles air-surface et missiles antiradar.



Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/BAE_Replica
https://theaviationist.com/2014/02/25/mysterious-bae-replica/
https://theaviationist.com/tag/bae-replica/
https://warisboring.com/britains-defunct-stealth-jet-design-makes-surprise-reappearance-901f811e018c#.bhrpxdr7l
https://www.newscientist.com/article/dn3590-secret-uk-stealth-plane-project-revealed/
Re: BAE Systems Replica à 16/04/2018 20:17 Nico2
Hop index màj

Merci Jericho !
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 11 mars 2018 11:51, modifié le . ©AviationsMilitaires