Rappels

Histoire de l'appareil

Au début des années 1960, le Royaume-Uni et la France collaborent au développement de deux avions de combat. Le premier, développé par SEPECAT (avec Breguet comme maître d’oeuvre), est un avion d’entrainement avancé et d’appui au sol. Le second, désigné AFVG (Anglo-French Variable Geometry aircraft), est un avion de combat muni d’ailes à géométrie variable destiné aux missions de bombardement et de reconnaissance, avec des capacités secondaires pour l’engagement air-air. Dassault, qui travaille sous la direction de la British Aircraft Corporation (BAC) sur ce deuxième appareil, préfère développer discrètement les Mirage G4 et G8 de son côté et, en juin 1967, la France annonce son retrait du programme AFVG. Elle préfère en effet une solution nationale et, suite à son retrait de l’OTAN, cherche en priorité à s’équiper de chasseurs.

Dès le mois suivant, le gouvernement britannique décide de continuer seul le projet et de nouvelles spécifications sont demandées. L’appareil doit voler à Mach 0,9 au niveau de la mer et entre Mach 2 et 2,2 à haute altitude avec postcombustion. Son rayon d’action avec quatre bombes de 454kg doit être de 1’852km à haute altitude et 741km à basse altitude.

Egalement en juillet 1967, McDonnell Douglas propose un F-4(FV)S muni d’ailes hautes à géométrie variable et motorisé par deux turboréacteurs RB. 168-27R Spey pour remplacer l’AFVG. Mais le projet est rapidement abandonné, car le gouvernement américain ne désire pas contribuer au développement de cet appareil.

BAC propose, le 5 septembre de la même année, son P.51 : un biplace en tandem muni d’ailes hautes à géométrie variable qui reprend en grande partie les travaux déjà effectués sur l’AFGV. Le dispositif d’articulation des ailes étant dans le fuselage, en flèche maximale la partie intérieure du bord de fuite s’encastre dans le fuselage. Les ailes sont équipées de becs de bord d’attaque et de volets à double fentes. L’empennage horizontal en flèche est conventionnel et il est utilisé pour le contrôle en tangage et en roulis. La dérive, également en flèche, est de grande taille. Les entrées d’air, situées sur les côtés du fuselage, sont de forme semi-circulaire et équipées de souris permettant de régler le débit d’air, comme celles du TSR-2. Elles alimentent en air les deux turboréacteurs RB.153-67-02, ou des nouveaux BS.143. Le train d’atterrissage tricycle est entièrement escamotable dans le fuselage. Deux aérofreins sont installés entre les empennages horizontaux et la dérive. Le carburant est réparti dans des réservoirs situés dans le fuselage, les ailes et la dérive. L’électronique est principalement installée dans le nez de l’appareil et sous le plancher du poste de pilotage. Le dessous du fuselage est plat et il est muni de trois points d’emport de charge offensive et un point supplémentaire pour un réservoir de carburant largable. Sous les ailes sont installés quatre autres points d’attache pivotant, ce qui permet de modifier leur flèche en vol malgré les charges emportées.

Le 25 octobre 1967, le projet UKVG est présenté à des responsables ouest-allemands sans rencontrer un intérêt de leur part. En décembre, le gouvernement britannique demande à BAC de travailler sur l’installation d’une électronique modernisée et de turboréacteurs récents quitte à ce que l’appareil soit plus gros. La RAF a besoin d’un appareil de bombardement et de reconnaissance, d’autant plus que le programme d’acquisition des General Dynamics F-111K vient d’être annulé le mois précédent.

L’UKVG présenté ensuite par BAC est désormais un peu plus volumineux, avec deux turboréacteurs Rolls-Royce/MAN Turbo RB153. Le financement par le gouvernement britannique reste toutefois insuffisant et il est décidé de rechercher des partenaires au sein des membres de l’OTAN. En juillet 1968, un mémorandum d’accords est signé entre la Grande-Bretagne, l'Allemagne de l'Ouest, l'Italie, les Pays-Bas, la Belgique et le Canada.

En 1969, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie créent le consortium PANAVIA pour développer le programme MRCA (Multi-Role Combat Aircraft) qui donnera ensuite naissance au Tornado.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

BAC UKVG voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Surface alaire, ailes repliées : 27,9 m² (300,313 sq. ft)
  • Surface des ailes déployées : 34,8 m² (374,584 sq. ft)
  • Masse maxi au décollage : 26 465 kg (58 345 lbs)
  • Hauteur : 5,8 m (19,029 ft)
  • Envergure maximale : 14 m (46 ft)
  • Envergure minimale : 8,2 m (26,903 ft)
  • Longueur : 17,5 m (57,415 ft)

Performances

  • Altitude de vol maximale : 23 774 m (77 999 ft)
  • Vitesse de croisière maximum : Mach 0,8
  • Plafond opérationnel : 17 678 m (57 999 ft)
  • Mach maximal BA : Mach 1,05
  • Mach maximal HA : Mach 2,3
  • Charge alaire, ailes repliées, au décollage : 948,566 kg/m² (194,282 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, ailes déployées, au décollage : 760,489 kg/m² (155,76 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Rolls-Royce RB.153 de 6000 kgp
  • Puissance unitaire : 6 000 kgp (59 kN, 13 228 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Il n'y a pas encore de sujet dédié. En attendant d'en créer un, voici les derniers messsages de la catégorie Europe hors France.
Voir la catégorie complète » Créer un nouveau sujet »
Re: Dornier LA-2000 à 09/10/2018 09:41 Clansman
Bien vu, on ignore pourquoi ce projet par exemple a été lancé. Peut-être un remplaçant de l'Alpha Jet A, ou encore simplement un travail en interne pour maintenir les compétences du bureau d'études.
Re: Dornier LA-2000 à 09/10/2018 10:06 Jericho
Il n'aurait pas eu plus de chance d'intéresser les forces aériennes s'il avait été un peu plus gros pour emporter une charge offensive et une autonomie plus grandes? Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que la furtivité est plus importante pour un bombardier moyen que pour un avion d'attaque ou que pour un bombardier léger…
Re: Projets d'avions Martin Baker à 09/10/2018 21:21 d9pouces
Merci pour ces fiches :)

Pour l'anecdote, je suis tombé sur la page wikipedia du MB-3 en cherchant bêtement MB-3 sur Google (alors que je cherchais plutôt cette page-ci :bonnet: ).
Re: Projets d'avions Martin Baker à 09/10/2018 22:17 Jericho

d9pouces a écrit

Merci pour ces fiches :)
De rien! Elles étaient en attente, de toutes façons. ;)


d9pouces a écrit

Pour l'anecdote, je suis tombé sur la page wikipedia du MB-3 en cherchant bêtement MB-3 sur Google (alors que je cherchais plutôt cette page-ci :bonnet: ).
Google a bon goût de te diriger sur la page du MB-3 (un bien bel appareil je trouve, comme le MB-5) plutôt que sur ta page de charabia à vapeur… :mrgreen:
Re: Projets d'avions Martin-Baker à 10/10/2018 09:30 Clansman
Le MB.6 sur le site

J'savais pas que Martin-Baker avait fait des projets après le MB.5…

On en parle ici aussi :

https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,3600.0.html
Re: Projets d'avions Martin-Baker à 10/10/2018 09:43 Jericho

Clansman a écrit

Le MB.6 sur le site
Merci!


Clansman a écrit

J'savais pas que Martin-Baker avait fait des projets après le MB.5…
Beh… j'avoue qu'avant de faire ces fiches, je ne savais même pas qu'ils avaient fait des avions et ce n'est qu'ensuite que j'ai connu les MB.3 et MB.5 … :oops:
Re: Projets d'avions Martin-Baker à 10/10/2018 09:58 Clansman
Et le Delta Jet Fighter sur le site

Avec une autre source ici :

https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=1217.0

Oui, bah, je connais un peu le MB.5 car comme le CAC CA-15, c'était le meilleur avion de chasse à hélice au moment où on passait au moteur à réaction. :mrgreen:

A creuser, mais en plus le proto du MB.5 a mystérieusement disparu…
Re: Projets d'avions Martin-Baker à 10/10/2018 19:52 d9pouces
Perso, je ne connaissais que les sièges éjectables.
Re: CN-235, C-295 : transporteurs tactique Ibériques à 13/10/2018 10:45 ouakamois
Madagascar, le Congo et le Soudan sur les rails
Manifestement, Madagascar, le Congo et le Soudan souhaitent acquérir des produits PTDI CN235, N219 et en étudient la possibilité.
Des maquettes de ces avions sont exposés au pavillon de l'Indonésie à Nusa Dua (Bali) à l'occasion du congrès annuel du FMI : cela a été annoncé par le Président directeur de PTDI Elfien Goentoro.
Re: Alpha Jet à 29/10/2018 07:27 stanak
les Alphajet de la RAF ont été retirés du service en février 2018
Image
8 en service de 2000 à 2018, plus 4 pour pièces (tous ex Luftwaffe)
Re: Alpha Jet à 29/10/2018 19:29 d9pouces
Tiens, je ne savais pas qu'Ils avaient des Alpha Jet, en fait.
Quel intérêt par rapport aux Hawk ?
Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 12:17 Clansman
En juillet 2017, les gouvernements allemand et française annoncèrent leur intention de développer ensemble un système de défense aérienne commun, le SCAF ou Système de Combat Aérien Futur.

Il ne s'agit pas seulement de développer un nouvel avion de combat, mais aussi tout un réseau faisant appel à l'intelligence artificielle et s'appuyant également sur des drones de combat et de reconnaissance voire en essaim, ainsi que des multiplicateurs de force tel qu'avions de veille aérienne, ravitailleurs, avions de commandement, et enfin missiles de croisières. C'est en fait un "système de systèmes" incluant des éléments interconnectés. *

Le projet est confié à Dassault en France et Airbus en Allemagne. Ce projet doit d'abord déboucher sur des démonstrateurs à partir de 2025, puis sur des appareils opérationnels à l'horizon 2035-2040. Bien sûr, l'élément principal de ce SCAF est le futur avion de combat, NGF ou New Generation Fighter.**

Lors du salon de Berlin (ILA 2018), le 25 avril, Airbus et Dassault annoncent avoir signé un accord initial de coopération. Une lettre d'intention entre ministres de la Défense est signée le lendemain. Le 19 juin 2018, la France est désignée maître d’œuvre du futur avion de combat.Il faut savoir que dans le même temps, un accord similaire entre les 2 pays a également été signé pour la conception d'un futur char d'assaut, le maître d’œuvre étant cette fois l'Allemagne.

Ce futur avion de combat doit compléter, puis remplacer les Rafale français et Typhoon allemands, ainsi que les Mirage 2000 et Tornado s'ils sont toujours en service en 2040. Les missions qu'on attend de lui sont à la fois la supériorité aérienne et l'attaque de cibles en surface. Il doit également être furtif et être interopérable avec l'OTAN. L'accent est mis sur la vitesse et la survivabilité. Enfin, pour répondre à un besoin français, une version embarquée sur porte-avions sera étudiée.

On note donc que le NGF devra être capable de faire face à un conflit de haute intensité, crainte qui préoccupe la plupart des États-majors depuis quelques années. Il s'agit aussi, pour l'Europe en général, de conserver des compétences en matière d'industrie aéronautique. *** Ce projet reste donc ouvert à d'autres pays européens.

En novembre 2018, les premiers désaccords apparurent : s'il est à peu près acquis que c'est bien Dassault qui pilotera la conception du futur avion de combat, les choses semblent moins claires concernant le système SCAF dans son ensemble, qu'Airbus se verrait apparemment bien diriger à la place de Thalès. De leur côté, les Britanniques ont dévoilé dès juillet 2018 une maquette du Tempest II, qui se pose en projet concurrent du NGF.

Une première maquette du NGF est dévoilée lors du salon Euronaval d'octobre 2018. A l'échelle 1/10e, elle se présente comme un appareil piloté, bimoteur avec des entrées d'air en trapèze et des tuyères vectorielles (comme le F-22). Il n'a ni plans canards ni dérive, comme sur le nEUROn. L'aile, médiane et placée très en arrière, est de type delta sur la maquette, en diamant dans une vidéo promotionnelle. L'appareil est manifestement furtif et devrait disposer d'une soute à armement.

Sa présentation à l'Euronaval et sa disposition devant une photo de porte-avions montrent la volonté d'en dériver une version navale. A noter qu'il y avait également une maquette du futur drone, nommé UCAS (Unmanned Combat Air System), qui ressemble beaucoup au nEUROn.

Il est évidemment bien trop tôt pour tirer quelque conclusion que ce soit sur ce programme, sans même parler de comparaison avec le Tempest ou tout autre appareil. Avec l'Allemagne et Airbus, ce peut être aussi bien un incident de parcours (et il y en aura sans doute d'autres) que les prémices de quelque chose de plus grave. Il y aura peut-être au bout du compte deux avions européens concurrents, ou peut-être qu'ils se fondront en un seul projet. Le futur avion définitif ne ressemblera pas forcément à la maquette présentée en octobre 2018. Rappelons que l'échéance est l'horizon 2040.

Quelques éléments sont tout de même à peu près certains : le successeur du Rafale sera français, du moins en partie, et devra être à même d'affronter des appareils de la classe des Su-57, J-20 et F-22.


* La Liaison 16 à très très grande échelle si j'ai bien tout compris.
** Sauf erreur de ma part, c'est la première fois que Dassault utilise un acronyme en anglais.
*** en particulier face à un certain F-35, n'est-ce pas…


http://www.air-cosmos.com/berlin-ila-2018-un-accord-entre-dassault-et-airbus-sur-le-scaf-110163

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_combat_a%C3%A9rien_futur

https://www.dassault-aviation.com/fr/groupe/presse/press-kits/dassault-aviation-airbus-sassocient-developper-systeme-de-combat-aerien-futur/

https://www.usinenouvelle.com/article/qui-de-dassault-ou-d-airbus-pilotera-l-avion-de-combat-du-futur.N711774

https://www.challenges.fr/entreprise/defense/scaf-menaces-sur-le-futur-avion-de-combat-franco-allemand_623719

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/programme-scaf-la-france-tient-bon-le-manche-794348.html

https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/l-allemagne-confirme-que-france-dassault-seront-leaders-l-avion-combat-148671

https://www.lesechos.fr/20/07/2018/lesechos.fr/0302009353898_avions-de-combats-----deux-equipes---dans-le-ciel-europeen-selon-le-pdg-de-dassault.htm

https://www.aerobuzz.fr/defense/dassault-devoile-le-remplacant-du-rafale/

http://www.opex360.com/2018/07/10/voici-a-quoi-pourrait-ressembler-successeur-rafale/

https://www.dassault-aviation.com/fr/groupe/actualites/euronaval-2018/

http://www.paxaquitania.fr/2018/10/dassault-aviation-va-devoiler-un.html
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 12:25 Clansman
La fiche sur le site

Enfin, moins une fiche qu'un point d'étape.
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 14:39 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci pour ces précisions!



Clansman a écrit

Enfin, moins une fiche qu'un point d'étape.
Ben s'il devait y avoir beaucoup d'étapes comme celles-là, je me réjouis de voir la fiche finale… :D
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 15:37 Clansman
Ben s'il devait y avoir beaucoup d'étapes comme celles-là, je me réjouis de voir la fiche finale…

Rendez-vous en 2080 au moment de son retrait du service. :sygus:
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 16:21 Jericho

Clansman a écrit

Rendez-vous en 2080 au moment de son retrait en service. :sygus:
Euh… je crois que tu t'es trompé: tu as écrit "retrait" au lieu d' "entrée en service"… :mrgreen:
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 17:25 Clansman
Mais alors, le retrait du service, ça serait pour quand ? 2140 ? :mrgreen:
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 16/11/2018 19:17 d9pouces
J'ai en effet l'impression que le projet n'est pas très bien parti…
Connaissant les Allemands, ils refuseront de participer à un projet dans lequel ils n'auraient pas la meilleure part du gâteau.
Et connaissant les dernières réussites Airbus, je n'ai pas spécialement envie qu'ils récupèrent le système de combat :S
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 17/11/2018 08:07 Clansman
Connaissant les Allemands, ils refuseront de participer à un projet dans lequel ils n'auraient pas la meilleure part du gâteau.

Après tout ce que j'ai vu en faisant certaines fiches, j'ai peur qu'on soit mal placé pour dire ce genre de choses. :mrgreen:

De toute façon, la plupart des coopérations ont presque toujours donné lieu à des querelles, mais parfois ça a marché.
Re: Airbus/Dassault SCAF/NGF à 19/11/2018 02:19 Deltafan
Bonne idée l'ouverture de ce topic :)

Clansman a écrit

L'aile, médiane et placée très en arrière, est de type (…) en diamant dans une vidéo promotionnelle.
Je me permets de donner également le lien de la vidéo en question, qui avait été postée par D9pouces sur le topic des projets Dassault.

On y voit le projet SCAF/NGF vu par Dassault, de 3'06" à 3'23".

Cette vidéo Dassault avait été postée sur le site du constructeur français le 3 mai dernier. Mais elle n'a été réellement "découverte" par le net et les médias qu'en juillet dernier. Pour des raisons inconnues, Dassault l'a supprimée de son site environ deux semaines plus tard. Mais, si ça avait été une fuite par erreur, c'était un peu inutile de la supprimer, dans la mesure où elle avait largement fait le buzz et avait été copiée sur de nombreux sites (notamment étrangers).

https://www.youtube.com/watch?v=G3UtJ6u0QL0
Texte de , créé le 19 novembre 2017 00:03, modifié le . ©AviationsMilitaires