Rappels

Histoire de l'appareil

Alors que Dassault venait tout juste de fusionner avec Bréguet, les Allemands et les Français se rapprochèrent afin de concevoir un appareil en commun. Celui-ci devait être, au départ, un simple avion d'entraînement. Dassault-Bréguet et Dornier élaborèrent donc un projet en commun, le TA(Training Attack) 501, baptsié Alpha Jet. Celui-ci fut conçu en 1968 à partir des projets Bréguet 126 et Dornier P.375 (d'où le 501, somme de 126 et 375) : il reprend comme base le projet français mais Dornier améliora son aérodynamique et devint maître d’œuvre. Le programme franco-allemand est officiellement lancé le 22 juillet 1969. Le 23 juillet 1970, l'Alpha Jet est choisi face au E-650 d'Aérospatiale et MBB, et au T-291 de VFW et Fokker.

Cependant, les spécifications, du côté allemand, évoluèrent. La France, désireuse de remplacer ses T-33, ses Mystère IV et Fouga Magister, s'en tenait à la version d'entraînement qui allait donner naissance à l'Alpha Jet E. L'Allemagne, elle, ressentait davantage le besoin d'un appareil léger de frappe au sol pour remplacer le G-91R-3, qui allait donner naissance à l'Alpha Jet A.

C'est ainsi que le projet pris forme en avril 1971, l'Allemagne finançant le coût supplémentaire lié à ses propres exigences. Les missions d'entraînement et d'appui devaient pouvoir être accomplies par le même appareil. L'avion devait avoir une excellente visibilité, de bonnes qualités de vol à basse altitude, une cellule robuste capable d'encaisser de forts facteurs de charges, des réacteurs économiques et une maintenance simple. Les Allemands, d'abord séduits par le General Electric J85, acceptent le Larzac 04 proposé par la France.

Le prototype 01 effectua son vol inaugural le 26 octobre 1973 à Istres, aux mains de Jean-Marie Saget. 4 prototypes furent construits en tout, 2 par Dassault-Bréguet et 2 par Dornier. Le premier prototype allemand décolla le 9 janvier 1974, suivi par les 2 derniers prototypes dans l'année.

Il d'agit d'un appareil biplace en tandem, biréacteur, à ailes hautes, et avec des entrées d'air latérales. L'habitacle arrière est surélevé afin d'améliorer la visibilité de l'instructeur. L'appareil se révèle très manoeuvrant, même en vitesse transsonique. De fait, sa formule générale inspirera nombre de concepteurs pour leurs propres appareils d'entraînement. Il peut emporter un canon Mauser de 27 mm ou DEFA 553 de 30 mm dans un pod ventral avec 150 obus, des lance-roquettes RL F4, des bombes BAT-120.

La France et l'Allemagne ont commandé chacune 175 exemplaires (la France prévoyait 200 exemplaires au départ). L'Alpha Jet E (pour Ecole) effectue son premier vol le 4 novembre 1977 à Istres. Il entre en service le 30 janvier 1979, et les 8 premiers exemplaires sont livrés au GE 314 de Tours (Ecole de Chasse) le 4 mai 1979. Dès 1981, il remplace les Magister au sein de la Patrouille de France, qui l'utilise toujours aujourd'hui. Leur pod ventral contient un fumigène à la place du canon, ils possèdent un phare de nez et le viseur a été enlevé.

L'Alphajet E a été exporté en Côte d'Ivoire (7 exemplaires), au Maroc (24 exemplaires), au Nigéria (24), au Qatar (6 Alpha Jet C), au Togo (5).

L'Alpha Jet A (pour Appui Tactique) effectue son vol inaugural le 12 avril 1978 et entre en service en Allemagne en 1980. Il se distingue au premier coup d'oeil de l'Alphajet E par son nez pointu. Il dispose de 4 points d'emport sous les ailes au lieu de 2 pour l'Alpha Jet E. Il fut utilisé en monoplace, à des fins d'attaque au sol et de reconnaissance. Il commença à être retiré en 1992 et aujourd'hui, l'Allemagne a entièrement retiré les siens du service depuis 1998. Ils ont été revendus au Portugal (50 exemplaires en 1993), à la Thaïlande (25 exemplaires en 1999). Enfin, des sociétés civiles utilisent des Alpha Jet A à des fins d'entraînement : Top Aces au Canada (16), QinetiQ au Royaume-Uni (12), et la patrouille acrobatique Flying Bulls en Autriche (3). La patrouille portugaise Asas de Portugal en utilise 2 exemplaires depuis 1997.

La Belgique a reçut 33 Alpha Jet, nommés 1B et construits sous licence par SABCA entre 1978 et 1980. Ils sont entrés en service le 13 décembre 1978. Les Belges en ont fait moderniser 29 au standard 1B+ en 2000, qui sont ainsi équipés d'une centrale de navigation inertielle, d'un GPS, d'une manette HOTAS et d'un viseur tête haute. Ils devraient rester en service jusqu'en 2015.

L'Egypte reçut 4 Alpha Jet MS1, un standard proche de l'Alpha Jet E. 26 autres furent assemblés à Hélouan par AOI en Egypte. La version MS2 reçut une avionique destinée à améliorer les capacités d'attaque au sol, dont un viseur Thomson-CSF VE-110 et un désignateur laser TMV630. Elle effectua son premier vol le 9 avril 1982. L'Egypte a reçut 4 MS2 et en a assemblé 11, et le Cameroun 7.

L'Alpha Jet MS2 a servi de base à l'Alpha Jet 2 ou NGEA (Nouvelle Génération Ecole Appui). Il est équipé de moteurs Larzac 04-C20 plus puissants, de Magic 2, d'un désignateur laser, d'un viseur tête haute, d'une centrale de navigation inertielle.

L'Alphajet 2 donnera lui-même naissance à l'Alphajet 3 "Lancier". Lancé en 1989, il était équipé d'un FLIR, d'écrans multifonctions, des radars Agave ou Anémone, de CME modernes. Il avait une capacité anti-navires et emportait un Exocet.

L'Alpha Jet fut présenté au concours VTX-TS, destiné à fournir un nouvel avion d'entraînement embarqué à l'US Navy et à remplacer les T-2 et TA-4. Associés à Lockheed dès le 24 juillet 1978, Dassault-Bréguet et Dornier espèraient construire 350 exemplaires d'un Alpha Jet A navalisé. L'Alpha Jet A-58 fut essayé aux Etats-Unis et effectua 100 heures en 88 vols. Las, c'est le Hawk qui gagnera le concours et donnera naissance au T-45 en 1983.

Afin de remplacer les Zéphyr vieillissants, Dassault étudia dès 1986 une version navalisée de l'Alpha Jet. Un Alpha Jet effectua des simulations d'appontage en juin 1990. L'Alpha Jet M, qui aurait été construit à 40 exemplaires, aurait eu un train d'atterrissage renforcé, une crosse d'appontage et des réacteurs Larzac 04-C6/20 plus puissants. Le projet fut abandonné en faveur d'une délocalisation de l'entraînement aux Etats-Unis.

Le 31 décembre 2007, un contrat fut signé afin de moderniser 20 Alphajet français à un standard proche des Alphajet 1B+ belges. La France compte conserver les siens jusqu'en 2020. 512 exemplaires furent construits jusqu'en 1991, dont 329 exportés et 303 Alpha Jet E. Des collectionneurs américains en possèdent également.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Dassault/Dornier Alpha Jet E voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 5 000 kg (11 023 lbs)
  • Masse à vide : 3 345 kg (7 374 lbs)
  • Surface alaire : 17,5 m² (188,368 sq. ft)
  • Hauteur : 4,19 m (13,747 ft)
  • Envergure : 9,11 m (29,888 ft)
  • Longueur : 12,29 m (40,322 ft)

Performances

  • Vitesse de décrochage : 204 km/h (127 mph, 110 kts)
  • Distance de décollage : 340 m (1 115 ft)
  • Vitesse d'atterrissage : 216 km/h (134 mph, 117 kts)
  • Distance d'atterrissage : 500 m (1 640 ft)
  • Rayon d'action : 427 km (265 mi, 231 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 750 m (45 112 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 61 m/s (200 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 900 km/h (559 mph, 486 kts)
  • Charge alaire, à vide : 191,143 kg/m² (39,149 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 285,714 kg/m² (58,519 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs SNECMA, Turbomeca Larzac 04-C6
  • Puissance unitaire : 1 350 kgp (13 kN, 2 976 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture
picture
picture
picture
picture
picture
picture

Forum

Sujet complet »
Alpha Jet à 04/03/2011 18:17 Clansman
Tiens ? Rien sur le Gadjet ? Et hop.

Je l'ai mis ici non seulement parce qu'il s'agit d'une coopération franco-allemande, mais aussi parce qu'il apparaît qu'il est basé sur un projet de Dornier, donc fondamentalement allemand…



Alors que Dassault venait tout juste de fusionner avec Bréguet, les Allemands et les Français se rapprochèrent afin de concevoir un appareil en commun. Celui-ci devait être, au départ, un simple avion d'entraînement. Dassault-Bréguet et Dornier élaborèrent donc un projet en commun, le TA501. Celui-ci fut conçu en 1968 à partir des projets Bréguet 126 et Dornier P.375, et s'inspire beaucoup de ce dernier. Le 23 juillet 1970, il est choisi face au E-650 d'Aérospatiale et MBB, et au T-291 de VFW et Fokker.

Cependant, les spécifications, du côté allemand, évoluèrent. La France, désireuse de remplacer ses T-33, ses Mystère IV et Fouga Magister, s'en tenait à la version d'entraînement qui allait donner naissance à l'Alpha Jet E. L'Allemagne, elle, ressentait davantage le besoin d'un appareil léger de frappe au sol pour remplacer le G-91R-3, qui allait donner naissance à l'Alpha Jet A.

C'est ainsi que le projet pris forme en avril 1971, l'Allemagne finançant le coût supplémentaire lié à ses propres exigences. Les missions d'entraînement et d'appui devaient pouvoir être accomplies par le même appareil. L'avion devait avoir une excellente visibilité, de bonnes qualités de vol à basse altitude, une cellule robuste capable d'encaisser de forts facteurs de charges, des réacteurs économiques et une maintenance simple. Les Allemands, d'abord séduits par le General Electric J85, acceptent le Larzac 04 proposé par la France.

Le prototype 01 effectua son vol inaugural le 26 octobre 1973 à Istres, aux mains de Jean-Marie Saget. 4 prototypes furent construits en tout, 2 par Dassault-Bréguet et 2 par Dornier. Le premier prototype allemand décolla le 9 janvier 1974, suivi par les 2 derniers prototypes dans l'année.

Il d'agit d'un appareil biplace en tandem, biréacteur, à ailes hautes, et avec des entrées d'air latérales. L'habitacle arrière est surélevé afin d'améliorer la visibilité de l'instructeur. L'appareil se révèle très manoeuvrant, même en vitesse transsonique. De fait, sa formule générale inspirera nombre de concepteurs pour leurs propres appareils d'entraînement. Il peut emporter un canon Mauser de 27 mm ou DEFA 553 de 30 mm dans un pod ventral avec 150 obus, des lance-roquettes RL F4, des bombes BAT-120.

La France et l'Allemagne ont commandé chacune 175 exemplaires (la France prévoyait 200 exemplaires au départ). L'Alpha Jet E (pour Ecole) effectue son premier vol le 4 novembre 1977 à Istres. Il entre en service le 30 janvier 1979, et est livré au GE 314 de Tours le 1er juin 1979. Dès 1981, il remplace les Magister au sein de la Patrouille de France, qui l'utilise toujours aujourd'hui. Leur pod ventral contient un fumigène à la place du canon, ils possèdent un phare de nez et le viseur a été enlevé.

L'Alphajet E a été exporté en Côte d'Ivoire (7 exemplaires), au Maroc (24 exemplaires), au Nigéria (24), au Qatar (6 Alpha Jet C), au Togo (5).

L'Alpha Jet A (pour Appui Tactique) effectue son vol inaugural le 12 avril 1978 et entre en service en Allemagne en 1980. Il se distingue au premier coup d'oeil de l'Alphajet E par son nez pointu. Il dispose de 4 points d'emport sous les ailes au lieu de 2 pour l'Alpha Jet E. Il fut utilisé en monoplace, à des fins d'attaque au sol et de reconnaissance. Il commença à être retiré en 1992 et aujourd'hui, l'Allemagne a entièrement retiré les siens du service depuis 1998. Ils ont été revendus au Portugal (50 exemplaires en 1993), à la Thaïlande (25 exemplaires en 1999). Les Emirats Arabes Unis auraient reçus 32 exemplaires. Enfin, des sociétés civiles utilisent des Alpha Jet A à des fins d'entraînement : Top Aces au Canada (16), QinetiQ au Royaume-Uni (12), et la patrouille acrobatique Flying Bulls en Autriche (3).

La Belgique a reçut 33 Alpha Jet, nommés 1B et construits sous licence par SABCA entre 1978 et 1980. Ils sont entrés en service le 13 décembre 1978. Les Belges en ont fait moderniser 29 au standard 1B+ en 2000, qui sont ainsi équipés d'une centrale de navigation inertielle, d'un GPS, d'une manette HOTAS et d'un viseur tête haute. Ils devraient rester en service jusqu'en 2015.

L'Egypte reçut 4 Alpha Jet MS1, un standard proche de l'Alpha Jet E. 26 autres furent assemblés à Hélouan par AOI en Egypte. La version MS2 reçut une avionique destinée à améliorer les capacités d'attaque au sol, dont un viseur Thomson-CSF VE-110 et un désignateur laser TMV630. Elle effectua son premier vol le 9 avril 1982. L'Egypte a reçut 4 MS2 et en a assemblé 11, et le Cameroun 7.

L'Alpha Jet MS2 a servi de base à l'Alpha Jet 2 ou NGEA (Nouvelle Génération Ecole Appui). Il est équipé de moteurs Larzac 04-C20 plus puissants, de Magic 2, d'un désignateur laser, d'un viseur tête haute, d'une centrale de navigation inertielle.

L'Alphajet 2 donnera lui-même naissance à l'Alphajet 3 "Lancier". Lancé en 1989, il était équipé d'un FLIR, d'écrans multifonctions, des radars Agave ou Anémone, de CME modernes. Il avait une capacité anti-navires et emportait un Exocet.

L'Alpha Jet fut présenté au concours VTX-TS, destiné à fournir un nouvel avion d'entraînement embarqué à l'US Navy et à remplacer les T-2 et TA-4. Associés à Lockheed dès le 24 juillet 1978, Dassault-Bréguet et Dornier espèraient construire 350 exemplaires d'un Alpha Jet A navalisé. L'Alpha Jet A-58 fut essayé aux Etats-Unis et effectua 100 heures en 88 vols. Las, c'est le Hawk qui gagnera le concours et donnera naissance au T-45 en 1983.

Afin de remplacer les Zéphyr vieillissants, Dassault étudia dès 1986 une version navalisée de l'Alpha Jet. Un Alpha Jet effectua des simulations d'appontage en juin 1990. L'Alpha Jet M, qui aurait été construit à 40 exemplaires, aurait eu un train d'atterrissage renforcé, une crosse d'appontage et des réacteurs Larzac 04-C6/20 plus puissants. Le projet fut abandonné en faveur d'une délocalisation de l'entraînement aux Etats-Unis.

Le 31 décembre 2007, un contrat fut signé afin de moderniser 20 Alphajet français à un standard proche des Alphajet 1B+ belges. La France compte conserver les siens jusqu'en 2020. 512 exemplaires furent construits jusqu'en 1991, dont 329 exportés et 303 Alpha Jet E. Des collectionneurs américains en possèdent également.




http://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/alpha-jet.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alpha_Jet

http://www.avions-militaires.net/fiches/alphajet.php

http://www.avion-de-combat.com/Avion-de-combat/alphajet/Alphajet.html

http://www.avionslegendaires.net/dassault-breguet-dornier-alpha-jet.php

http://www.alphajet-solodisplay.com/

http://www.ixarm.com/-Alpha-Jet-

http://www.caea.info/fr/coll/alphajet.php

http://cargolade.free.fr/alphajet.htm

http://www.aviation-fr.info/guide/aj.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Alphajet
Re: Alpha Jet à 05/03/2011 07:46 stanak
Alphajet 1B+ belge de la 11e Smaldeel à l'atterrissage
Image

Alphajet E du "Côte d'Or" en remise de gaz
Image

Alphajet A portuguais, déco spé des 50 ans de l'EICPAC (école de chasse)
Image

Alphajet A britannique utilisé par Qinetiq
Image
Re: Alpha Jet à 05/03/2011 12:10 Clansman
Jolies photos. :)

La fiche sur le site
Re: Alpha Jet Précision 1ière livraison à Tours à 02/03/2014 12:26 petitjean
Pour être précis, les premiers "Gadjets" ont été livrés à l'école de chasse de Tours le 4 mai 1979
en provenance de Mont de Marsan (CEAM); la patrouille de 7 Alpha Jet (5 CEAA + 2 CEAM en renfort) était leadée par le LCL GAILLARD, commandant l'école de chasse(Appellation de l'époque). Cette livraison a été précédée la veille par l'arrivée d'un premier avion convoyé par le Colonel CASSAGNE, Commandant la BA 705.





Clansman a écrit

Tiens ? Rien sur le Gadjet ? Et hop.

Je l'ai mis ici non seulement parce qu'il s'agit d'une coopération franco-allemande, mais aussi parce qu'il apparaît qu'il est basé sur un projet de Dornier, donc fondamentalement allemand…



Alors que Dassault venait tout juste de fusionner avec Bréguet, les Allemands et les Français se rapprochèrent afin de concevoir un appareil en commun. Celui-ci devait être, au départ, un simple avion d'entraînement. Dassault-Bréguet et Dornier élaborèrent donc un projet en commun, le TA501. Celui-ci fut conçu en 1968 à partir des projets Bréguet 126 et Dornier P.375, et s'inspire beaucoup de ce dernier. Le 23 juillet 1970, il est choisi face au E-650 d'Aérospatiale et MBB, et au T-291 de VFW et Fokker.

Cependant, les spécifications, du côté allemand, évoluèrent. La France, désireuse de remplacer ses T-33, ses Mystère IV et Fouga Magister, s'en tenait à la version d'entraînement qui allait donner naissance à l'Alpha Jet E. L'Allemagne, elle, ressentait davantage le besoin d'un appareil léger de frappe au sol pour remplacer le G-91R-3, qui allait donner naissance à l'Alpha Jet A.

C'est ainsi que le projet pris forme en avril 1971, l'Allemagne finançant le coût supplémentaire lié à ses propres exigences. Les missions d'entraînement et d'appui devaient pouvoir être accomplies par le même appareil. L'avion devait avoir une excellente visibilité, de bonnes qualités de vol à basse altitude, une cellule robuste capable d'encaisser de forts facteurs de charges, des réacteurs économiques et une maintenance simple. Les Allemands, d'abord séduits par le General Electric J85, acceptent le Larzac 04 proposé par la France.

Le prototype 01 effectua son vol inaugural le 26 octobre 1973 à Istres, aux mains de Jean-Marie Saget. 4 prototypes furent construits en tout, 2 par Dassault-Bréguet et 2 par Dornier. Le premier prototype allemand décolla le 9 janvier 1974, suivi par les 2 derniers prototypes dans l'année.

Il d'agit d'un appareil biplace en tandem, biréacteur, à ailes hautes, et avec des entrées d'air latérales. L'habitacle arrière est surélevé afin d'améliorer la visibilité de l'instructeur. L'appareil se révèle très manoeuvrant, même en vitesse transsonique. De fait, sa formule générale inspirera nombre de concepteurs pour leurs propres appareils d'entraînement. Il peut emporter un canon Mauser de 27 mm ou DEFA 553 de 30 mm dans un pod ventral avec 150 obus, des lance-roquettes RL F4, des bombes BAT-120.

La France et l'Allemagne ont commandé chacune 175 exemplaires (la France prévoyait 200 exemplaires au départ). L'Alpha Jet E (pour Ecole) effectue son premier vol le 4 novembre 1977 à Istres. Il entre en service le 30 janvier 1979, et est livré au GE 314 de Tours le 1er juin 1979. Dès 1981, il remplace les Magister au sein de la Patrouille de France, qui l'utilise toujours aujourd'hui. Leur pod ventral contient un fumigène à la place du canon, ils possèdent un phare de nez et le viseur a été enlevé.

L'Alphajet E a été exporté en Côte d'Ivoire (7 exemplaires), au Maroc (24 exemplaires), au Nigéria (24), au Qatar (6 Alpha Jet C), au Togo (5).

L'Alpha Jet A (pour Appui Tactique) effectue son vol inaugural le 12 avril 1978 et entre en service en Allemagne en 1980. Il se distingue au premier coup d'oeil de l'Alphajet E par son nez pointu. Il dispose de 4 points d'emport sous les ailes au lieu de 2 pour l'Alpha Jet E. Il fut utilisé en monoplace, à des fins d'attaque au sol et de reconnaissance. Il commença à être retiré en 1992 et aujourd'hui, l'Allemagne a entièrement retiré les siens du service depuis 1998. Ils ont été revendus au Portugal (50 exemplaires en 1993), à la Thaïlande (25 exemplaires en 1999). Les Emirats Arabes Unis auraient reçus 32 exemplaires. Enfin, des sociétés civiles utilisent des Alpha Jet A à des fins d'entraînement : Top Aces au Canada (16), QinetiQ au Royaume-Uni (12), et la patrouille acrobatique Flying Bulls en Autriche (3).

La Belgique a reçut 33 Alpha Jet, nommés 1B et construits sous licence par SABCA entre 1978 et 1980. Ils sont entrés en service le 13 décembre 1978. Les Belges en ont fait moderniser 29 au standard 1B+ en 2000, qui sont ainsi équipés d'une centrale de navigation inertielle, d'un GPS, d'une manette HOTAS et d'un viseur tête haute. Ils devraient rester en service jusqu'en 2015.

L'Egypte reçut 4 Alpha Jet MS1, un standard proche de l'Alpha Jet E. 26 autres furent assemblés à Hélouan par AOI en Egypte. La version MS2 reçut une avionique destinée à améliorer les capacités d'attaque au sol, dont un viseur Thomson-CSF VE-110 et un désignateur laser TMV630. Elle effectua son premier vol le 9 avril 1982. L'Egypte a reçut 4 MS2 et en a assemblé 11, et le Cameroun 7.

L'Alpha Jet MS2 a servi de base à l'Alpha Jet 2 ou NGEA (Nouvelle Génération Ecole Appui). Il est équipé de moteurs Larzac 04-C20 plus puissants, de Magic 2, d'un désignateur laser, d'un viseur tête haute, d'une centrale de navigation inertielle.

L'Alphajet 2 donnera lui-même naissance à l'Alphajet 3 "Lancier". Lancé en 1989, il était équipé d'un FLIR, d'écrans multifonctions, des radars Agave ou Anémone, de CME modernes. Il avait une capacité anti-navires et emportait un Exocet.

L'Alpha Jet fut présenté au concours VTX-TS, destiné à fournir un nouvel avion d'entraînement embarqué à l'US Navy et à remplacer les T-2 et TA-4. Associés à Lockheed dès le 24 juillet 1978, Dassault-Bréguet et Dornier espèraient construire 350 exemplaires d'un Alpha Jet A navalisé. L'Alpha Jet A-58 fut essayé aux Etats-Unis et effectua 100 heures en 88 vols. Las, c'est le Hawk qui gagnera le concours et donnera naissance au T-45 en 1983.

Afin de remplacer les Zéphyr vieillissants, Dassault étudia dès 1986 une version navalisée de l'Alpha Jet. Un Alpha Jet effectua des simulations d'appontage en juin 1990. L'Alpha Jet M, qui aurait été construit à 40 exemplaires, aurait eu un train d'atterrissage renforcé, une crosse d'appontage et des réacteurs Larzac 04-C6/20 plus puissants. Le projet fut abandonné en faveur d'une délocalisation de l'entraînement aux Etats-Unis.

Le 31 décembre 2007, un contrat fut signé afin de moderniser 20 Alphajet français à un standard proche des Alphajet 1B+ belges. La France compte conserver les siens jusqu'en 2020. 512 exemplaires furent construits jusqu'en 1991, dont 329 exportés et 303 Alpha Jet E. Des collectionneurs américains en possèdent également.




http://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/alpha-jet.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alpha_Jet

http://www.avions-militaires.net/fiches/alphajet.php

http://www.avion-de-combat.com/Avion-de-combat/alphajet/Alphajet.html

http://www.avionslegendaires.net/dassault-breguet-dornier-alpha-jet.php

http://www.alphajet-solodisplay.com/

http://www.ixarm.com/-Alpha-Jet-

http://www.caea.info/fr/coll/alphajet.php

http://cargolade.free.fr/alphajet.htm

http://www.aviation-fr.info/guide/aj.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Alphajet
Re: Alpha Jet à 03/03/2014 07:42 Clansman
Bonjour et bienvenue sur le forum, Petitjean.

Merci pour la précision, je vais corriger directement sur le site. Tu peux te présenter dans la section qui va bien, si tu veux. ;)
Re: Alpha Jet à 03/03/2014 20:35 Nico2
Bienvenue parmi nous, et belle entrée en matière. :)
Marrakesh 2014 à 29/04/2014 19:15 stanak
Image
Alphajet H
Image
Re: Alpha Jet à 29/04/2014 23:32 cachée dans les pins
des fois, j'aimerai bien être la casquette de Stanak.. des voyages, des avions, des spots, :oui: des voyages, des avions..
Re: Alpha Jet à 27/07/2014 23:07 Nico2
Petite vidéo de la Patrouille de France au-dessus de Paris ce jour :

Lien

En l'honneur de l'arrivée du Tour de France à Paris. :)

{Précision : la vidéo est de moi ;) }.[/size:3rnemgle]
Re: Alpha Jet à 28/07/2014 08:43 Jericho

Nico2 a écrit

Petite vidéo de la Patrouille de France au-dessus de Paris ce jour :
Merci! :top:

ça me change des statiques… [/size:1eim9guw];)
Re: Alpha Jet à 29/07/2014 21:45 Nico2
De rien Jer' ;)

J'avais loupé mon coup au 14.07 dernier, c'était une sorte de session de rattrapage, improvisée d'ailleurs, je ne savais pas que la PAF allait passer !!

De même que je ne savais pas que j'allais me retrouver là à assister à l'arrivée du Tour de France (authentique).[/size:343c1rca] :mrgreen:
Re: Alpha Jet à 31/07/2014 21:20 d9pouces
aerial patrol ? je crois qu'on dit aerobatic team ;)

Au passage, je croyais que la PAF évoluait avec 8 appareils !
Re: Alpha Jet à 09/08/2014 17:40 Jericho

d9pouces a écrit

Au passage, je croyais que la PAF évoluait avec 8 appareils !
Juste, bien vu.
Mais c'est vrai que 3 appareils par couleurs c'est plus beau et peut-être que le pilote remplaçant n'avait pas envie de rester là à se croiser les bras? Sérieusement, pour ce genre de "simple" passage avec les couleurs ils volent peut-être à 9 : l'entrainement ne devrait pas nécessiter autant d'heures que pour le programmes de démonstration lors des meeting aériens ?

Si quelqu'un à une info là-dessus où les a vu passer (hors meeting) simplement pour montrer les couleurs… je serai assez intéressé. ;)
Re: Alpha Jet à 09/08/2014 23:43 Tyreann
Je regarde mes photos tout de suite. C'est vrai que c'est plus joli avec trois couleurs par avion !

EDIT :
J'ai eu deux opportunités de ne les voir que pour un passage (je crois).

Lors du meeting de la Ferté Alais cette année : 8 appareils.
2012, commémoration du débarquement au Dramont (83) : 8 appareils.

Sur le site de mon École, une photo qui doit dater de l'inauguration il y a 20 ans, 8 appareils également.

Voilà ce que je peux apporter pour ma part.
Re: Alpha Jet à 10/08/2014 01:03 Jericho
Après des recherches de photographies sur le net, je peux dire que sur les images du défilé du 14 juillet, la Patrouille de France défile avec 9 appareils depuis au moins l'an 2000… Je creuserai peut-être demain pour avoir une date plus exacte si j'ai le temps.
Re: Alpha Jet à 11/08/2014 20:44 Nico2

d9pouces a écrit

aerial patrol ? je crois qu'on dit aerobatic team ;)

Corrigé, merci. :hehe:

Je n'avais jamais eu l'occasion d'utiliser le terme, et je n'ai pas eu (pris ?) le temps de chercher.

d9pouces a écrit

Au passage, je croyais que la PAF évoluait avec 8 appareils !

Faut croire que non. :mrgreen:
Re: Alpha Jet à 02/03/2017 07:43 Clansman
Alpha Jet VTX :


Dans les années 1970, l'US Navy commence à envisager de remplacer ses T-2 Buckeye et TA-4F Skyhawk d'entraînement avancé. Les études sont entamées en 1975 et débouchent en septembre 1977 sur le programme VTX-TS (Heavier Than Air-Training Aircraft). Il est réaménagé dès avril 1978.

Le T-2 en version améliorée, le MB-339, le BAe Hawk, l'Alpha Jet sont mis sur les rangs, ainsi que des projets présentés par General Dynamics, Grumman/Beechcraft et Northrop/Vought. Dans le cas de l'Alpha Jet, Dassault-Breguet et Dornier s'associent à Lockheed le 24 juillet 1978 pour présenter une version navalisée de l'Alpha Jet A.

Le projet est confié à Peter Kania (Dornier), Jacques Bonnet et Pierre Lasala (Dassault-Breguet). Raymond Derimay s'occupe de la coordination avec Lockheed à l'aide de Steve Myers.

Les modifications semblent peu nombreuses : elles concernent surtout le train d'atterrissage, renforcé et doté d'un diabolo à l'avant. Cela a pour but d'être compatible avec les catapultes américaines. Le nez est également allongé, en conséquence de ce diabolo. L'Alpha Jet A possédant déjà une crosse d'arrêt, cela semble résoudre le problème de la crosse d’appontage.

Si l'Alpha Jet l'emporte, il sera construit à 350 exemplaires par Lockheed tandis que Teledyne CAE construira les réacteurs Larzac. Lockheed prévoit de construire pour l'US Navy 261 exemplaires, 39 simulateurs et un système automatisé de gestion de la formation.

Très vite, ne restent plus en lice que l'Alpha Jet et le Hawk. Un Alpha Jet A*, le n°58 (F-ZVAB) est revêtu d'une livrée bleue blanche jaune pour être présenté aux États-Unis. Patrick Experton et Brad Spahr, pilote d'essais de Lockheed, le convoie de France.

Du 8 au 25 septembre 1980, il effectue 88 vols pour une centaine d'heures de vol, soit 4 à 5 vols quotidiens. Les démonstrations sont effectuées notamment à Pensacola, Meridian, Andrews et au Texas. 67 pilotes américains ont pu le tester.

Ceux-ci constatent par exemple que l'Alpha Jet consomme deux fois moins de carburant que le T-2 ou le TA-4, qu'il a de bonnes performances en appontage simulé, en remise des gaz et en vol monomoteur. De son côté, Lockheed estime que l'avion peut être mis en service dès 1986 et qu'il permettrait une économie de 600 millions de dollars par rapport à n'importe quel concurrent.

Mais bien que l'US Navy ait réclamé un biréacteur, c'est le Hawk monoréacteur qui est sélectionné pour être produit sous la désignation "T-45 Goshawk", en août 1983, pour des raisons de politique industrielle. Peut-être que Lockheed avait déjà une charge de travail conséquente et que ce n'était pas le cas pour McDonnell Douglas, chargé de produire le T-45…


* Construit en Allemagne, mais les photos montrent qu'il a plutôt un nez d'Alpha Jet E…


https://fr.wikipedia.org/wiki/Alpha_Jet#Le_projet_VTX_pour_l.27US_Navy_.281977-1983.29

http://www.ffaa.net/projects/alphajet/alphajet_fr.htm

http://www.ffaa.net/projects/alphajet/caracteristiques.htm

https://www.flightglobal.com/FlightPDFArchive/1980/1980%20-%203081.PDF

http://winglets.over-blog.com/article-29455331.html

http://voughtf4u.over-blog.com/pages/Breve_Histoire_de_lAlphajet-1486623.html
Re: Alpha Jet à 02/03/2017 07:50 Clansman
La fiche sur le site
Re: Alpha Jet à 03/03/2017 07:09 Clansman
Alpha Jet Marine :

Dans les années 1980, les Fouga Zéphyr (version navalisée du Magister) sont déjà anciens et la Marine Nationale envisage leur remplacement. Or, depuis 1979, les élèves pilotes de la Marine Nationale effectuent une partie de leur cursus sur le nouvel Alpha Jet, qui a remplacé le Magister au sein de l'Armée de l'Air.

C'est donc assez logiquement que Dassault propose une version navalisée de l'Alpha Jet, qui a d'ailleurs déjà été présentée à l'US Navy pour le programme VTX.

L'étude se fait entre 1986 et 1988 : 40 exemplaires sont envisagées. Les modifications nécessaires sont un renforcement du train d'atterrissage, l'ajout d'une crosse d'appontage et une remotorisation avec des Snecma/Turbomeca Larzac 04-C6/20, fournissant 13% de poussée supplémentaire. 3 variantes sont étudiées, les Alpha Jet M1, M2 et M3.

Du 18 au 29 juin 1990, un Alpha Jet effectue des appontages simulés sur le porte-avions Clemenceau, à la demande de la Marine Nationale. Mais dès juin 1991, la Marine Nationale s'intéresse également au T-45, le vainqueur du concours VTX.

En définitive, la Marine Nationale décide d'entraîner ses pilotes aux États-Unis et aucun appareil ne remplace le Zéphyr en 1994, le programme risquant d'être trop cher.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Alpha_Jet#Le_projet_d.27Alpha_Jet_M_pour_la_Marine_nationale_fran.C3.A7aise_.281990-1994.29

http://www.ffaa.net/projects/alphajet/alphajet_fr.htm
Re: Alpha Jet à 03/03/2017 07:13 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires