Rappels

Histoire de l'appareil

Historique :

L’Interstate TDR est généralement reconnu comme le premier drone de combat de l’US Navy. En effet, dès 1936, le Lt-Col Delmar S. Fahrney soumet l'idée à l'US Navy d'un appareil se passant de pilote puisque piloté à distance et capable d'effectuer des missions de combat.
Le projet de Fahrney reçoit un accueil plutôt froid de la part de l'US Navy, peu convaincue, principalement en raison des limites qu'imposait la technologie à l'époque (radio, liaisons à distance…). Le projet ne fut pas refusé mais cependant placé dans la catégorie des projets à faible priorité.

Ce n'est qu'en 1940 avec l'arrivée de systèmes plus évolués (altimètres et radios notamment) que les drones commencent à susciter de l'intérêt. La plupart du temps, ces projets restaient de simples avions classiques radiocommandés sans leur pilote et ne servaient qu'à l'entrainement au tir sur cible, aussi bien pour les servants de DCA que pour les chasseurs.

En avril 1942, Interstate Aircraft reçoit une réponse positive de l'US Navy après les premiers essais d'un premier drone, et le projet de drone de combat TDR-1 est accepté suite au succès des essais.
La Navy passe alors commande pour 2 prototypes et pose une option d'achat pour 100 appareils supplémentaires.
Le TDR-1 se présente comme un bimoteur mono-dérive à aile basse et à train fixe de type tricycle qui est largué après le décollage.
La structure de la cellule était de type tubulaire recouvert d’un revêtement en bois contreplaqué.
Même s'il n'était pas équipé d'un poste de pilotage à proprement parler, un emplacement était quand même aménagé à l'avant du fuselage, pour recevoir un cockpit sommaire, l’appareil devenait alors pilotable. Cet aménagement permettait d’effectuer des vols d’essais ou de convoyage sans avoir à subir les contraintes d’un radio-pilotage. En effet, pour accomplir sa mission, un TBF Avenger spécialement équipé devait accompagner le TDR-1 pour assurer son guidage.

Le pilote du drone à bord de l'Avenger disposait d’une sorte d' écran de télévision qui recevait les images d’une caméra placée dans le nez du drone, ainsi que les informations du radioaltimètre.
La mise en œuvre était par conséquent assez complexe, l'équipement coûteux, et la plupart du temps, le vol devait s’effectuer à vue et surtout à une distance raisonnable pour maintenir une parfaite liaison radio, ce qui rendait son emploi en opération contraignant.

A la fin d’essais qui donnèrent satisfaction, l’US Navy décida de se doter d’une première unité de drone de combat. Ce programme étant classé comme ultra-secret, il ne donna pas lieu à une commande officielle mais prit le nom de code Opération Option.
En fait, ce sont au total 1 000 drones TDR-1 et 162 TBF Avenger modifiés pour le guidage qui sont regroupés sous ce camouflage, pour équiper environ 18 squadrons d'attaque.

Cependant le programme prend du retard, et ceci pour plusieurs raisons.
Premièrement, l’US Navy donnait priorité à l'achat d’avions de combat « classiques » et deuxièmement, le TDR-1 rencontrait des problèmes de mise au point dans son développement.
Avec la guerre du Pacifique qui mobilisait d'importantes ressources, la commande fut revue à la baisse avec 300 exemplaires de TDR-1.

Ce n'est qu'en 1944 que les premiers TDR-1 sont engagés au combat dans le Pacifique Sud.
Le 27 Septembre 1944, le Special Air Task Group 1 fut mis en œuvre pour bombarder des navires japonais avec ses TBF Avenger et ses TDR-1.
L’opération fut une réussite, mais pour diverses raisons, le contrat fut tout simplement annulé et l’US Navy ne garda que les 189 exemplaires déjà livrés.
Les raisons principalement évoquées sont le manque de confiance dans ce genre d'armes, encore tâtonnantes à l'époque, et la situation stratégique nettement améliorée sur le théâtre pacifique, qui ne nécessitait plus le développement d'armes de ce type.

Le Special Air Task Group 1 effectua une deuxième et dernière mission de combat le 27 Octobre avec 50 TDR-1. 31 atteignirent leurs cibles et aucun Avenger de guidage ne fut perdu au cours de la mission.

L’USAAF émit également un intérêt pour l'appareil et en acquit un exemplaire sous la désignation de XBQ-4, mais elle ne donna pas suite à ce programme, pour les mêmes raisons que la Navy, invoquant la mise en œuvre trop complexe.

Deux autres versions furent étudiées, mais elles restèrent au stade de prototype et ne donnèrent pas suite :
Le XTD2R-1 était un appareil doté de deux moteurs Franklin O-805. Les deux prototypes furent annulés au profit du XTD3R-1 avec deux moteurs Wright R-975 qui fut produit à trois exemplaires, suivi du XTD3R-2 qui resta un prototype unique.
La version de série TD3R-1 fut commandée à hauteur de 40 exemplaires, avant d’être finalement totalement annulée.

Un seul exemplaire de ce drone avant-gardiste fut préservé, témoin d'une époque où le temps de mise en œuvre opérationnelle était restreint.
Il se trouve au musée national de l’aviation navale de Pensacola, en Floride.


Texte de KiloBravo, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Interstate XTDR-1 : Prototypes de la version de série. 2 exemplaires.
  • Interstate TDR-1 : Version de série du XTDR-1 destinée à l'US Navy. 189 exemplaires.
  • Interstate XTD2R-1 : Prototype motorisé par deux Franklin O-805-2.
  • Interstate XTD3R-1 : Prototype motorisé par deux Wright R-975. 3 exemplaires.
  • Interstate TD3R-1 : Version de série du XTD3R-1.
  • Interstate XTD3R-2 : Version du XTD3R-1. 1 exemplaire.
  • Interstate XBQ-4 : Désignation USAAF du TDR-1. 1 exemplaire modifié.
  • Interstate XBQ-5 : Désignation USAAF du XTD2R-1. Jamais construit.
  • Interstate XBQ-6 : Désignation USAAF du XTD3R. Jamais construit.
  • Interstate BQ-6A : Désignation USAAF du TD3R-1. Jamais construit.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Interstate TDR-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 676 kg (5 900 lbs)
  • Envergure : 15 m (48 ft)
  • Longueur : 11 m (37 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière maximum : 225 km/h (140 mph, 122 kts)
  • Distance franchissable : 684 km (425 mi, 369 nm)

Motorisation

  • 2 moteurs à pistons Lycoming O-435-2
  • Puissance unitaire : 164 kW (223 ch, 220 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Interstate TDR à 21/11/2015 22:04 KiloBravo
Caractéristiques (pour le TDR-1) :
Rôle : Drone "d'assaut"
Pays : États-Unis
Constructeur : Interstate Aircraft
Premier vol : 1942
Mise en service : Septembre 1944
Retrait : Octobre 1944
Utilisateur principal : United States Navy
Exemplaires fabriqués : 195
Équipage: 0-1 (pilote en option)
Envergure: 15m (48 ft)
Masse maximale: 2,676 kg (5,900 lb)
Motorisation : 2 × Lycoming O-435-2 de 220 chevaux (160 kW) chacun
Vitesse de croisière : 225km/h (122 kn; 140 mph)
Autonomie : 684 km (369 nmi; 425 mi)
Armement : Une unique bombe de 910 kg (2 000 lb) ou une torpille


Historique :
L’Interstate TDR est généralement reconnu comme le premier drone de combat de l’US Navy. En effet, dès 1936, le Lt-Col Delmar S. Fahrney soumet l'idée à l'US Navy d'un appareil se passant de pilote puisque piloté à distance et capable d'effectuer des missions de combat.
Le projet de Fahrney reçoit un accueil plutôt froid de la part de l'US Navy, peu convaincue, principalement en raison des limites qu'imposait la technologie à l'époque (radio, liaisons à distance…). Le projet ne fut pas refusé mais cependant placé dans la catégorie des projets à faible priorité.

Ce n'est qu'en 1940 avec l'arrivée de systèmes plus évolués (altimètres et radios notamment) que les drones commencent à susciter de l'intérêt. La plupart du temps, ces projets restaient de simples avions classiques radiocommandés sans leur pilote et ne servaient qu'à l'entrainement au tir sur cible, aussi bien pour les servants de DCA que pour les chasseurs.

En Avril 1942, Interstate Aircraft reçoit une réponse positive de l'US Navy après les premiers essais d'un premier drone, et le projet de drone de combat TDR-1 est accepté suite au succès des essais.
La Navy passe alors commande pour 2 prototypes et pose une option d'achat pour 100 appareils supplémentaires.
La TDR-1 se présente comme un bimoteur mono-dérive à aile basse et à train fixe de type tricycle qui est largué après le décollage.
La structure de la cellule était de type tubulaire recouvert d’un revêtement en bois contreplaqué.
Même s'il n'était pas équipé d'un poste de pilotage à proprement parler, un emplacement était quand même aménagé à l'avant du fuselage, pour recevoir un cockpit sommaire, l’appareil devenat alors pilotable. Cet aménagement permettait d’effectuer des vols d’essais ou de convoyage sans avoir à subir les contraintes d’un radio-pilotage. En effet, pour accomplir sa mission, un TBF Avenger spécialement équipé devait accompagner le TDR-1 pour assurer son guidage.
Le pilote du drone à bord de l'Avenger disposait d’une sorte d' écran de télévision qui recevait les images d’une caméra placée dans le nez du drone, ainsi que les informations du radioaltimètre.
La mise en œuvre était par conséquent assez complexe, l'équipement coûteux, et la plupart du temps, le vol devait s’effectuer à vue et surtout à une distance raisonnable pour maintenir une parfaite liaison radio, ce qui rendait son emploi en opération contraignant.

A la fin d’essais qui donnèrent satisfaction, l’US Navy décida de se doter d’une première unité de drone de combat. Ce programme étant classé comme ultra-secret, il ne donna pas lieu à une commande officielle mais prit le nom de code Opération Option.
En fait, ce sont au total 1 000 drones TDR-1 et 162 TBF Avenger modifiés pour le guidage qui sont regroupés sous ce camouflet, pour équiper environ 18 squadrons d'attaque.

Cependant le programme prend du retard, et ceci pour plusieurs raisons.
Premièrement, l’US Navy donnait priorité à l'achat d’avions de combat « classiques » et de plus, le TDR-1 rencontrait des problèmes de mise au point dans son développement.
Avec la guerre du Pacifique qui mobilisait d'importantes ressources, la commande fut revue à la baisse avec 300 exemplaires de TDR-1.

Ce n'est qu'en 1944 que les premiers TDR-1 sont engagés au combat dans le Pacifique Sud.
Le 27 Septembre 1944, le Special Air Task Group 1 fut mis en œuvre pour bombarder des navires japonais avec ses TBF Avenger et ses TDR-1.
L’opération fut une réussite, mais pour diverses raisons, le contrat fut tout simplement annulé et l’US Navy ne garda que les 189 exemplaires déjà livrés.
Les raisons principalement évoquées sont le manque de confiance dans ce genre d'armes, encore tâtonnantes à l'époque, et la situation stratégique nettement améliorée sur le théâtre pacifique, qui ne nécessitait plus le développement d'armes de ce type.

Le Special Air Task Group 1 effectua une deuxième et dernière mission de combat le 27 Octobre avec 50 TDR-1. 31 atteignirent leurs cibles et aucun Avenger de guidage ne fut perdu au cours de la mission.

L’USAAF émit également un intérêt pour l'appareil et en acquit un exemplaire sous la désignation de XBQ-4, mais elle ne donna pas suite à ce programme, pour les mêmes raisons que la Navy, invoquant la mise en œuvre trop complexe.

Deux autres versions furent étudiées, mais elles restèrent au stade de prototype et ne donnèrent pas suite :
Le XTD2R-1 était un appareil doté de deux moteurs Franklin O-805. Les deux prototypes furent annulés au profit du XTD3R-1 avec deux moteurs Wright R-975 qui fut produit à trois exemplaires, suivi du XTD3R-2 qui resta un prototype unique.
La version de série TD3R-1 fut commandée à hauteur de 40 exemplaires, avant d’être finalement totalement annulée.

Un seul exemplaire de ce drone avant-gardiste fut préservé, témoin d'une époque où le temps de mise en œuvre opérationnelle était restreint.
Il se trouve au musée national de l’aviation navale de Pensacola, en Floride.

Versions :
United States Navy (USN)
• XTDR-1 - deux prototypes
• TDR-1 - version de série du XTDR-1, 189 appareils produits.
• XTD2R-1 - Variante motorisée avec deux Franklin O-805-2, deux prototypes commandés, puis annulés en faveur du TD3R.
• XTD3R-1 - Variante motorisée avec deux Wright R-975, trois prototypes produits.
• XTD3R-2 - Variante du XTD3R-1, un prototype.
• TD3R-1 - version de série du XTD3R-1, 40 appareils commandés puis annulés.
United States Army Air Forces (USAAF)
• XBQ-4 - Désignation USAAF pour le TDR-1. Un appareil converti depuis un TDR-1.
• XBQ-5 - Désignation USAAF pour le XTD2R-1. Désignation réservée mais appareil jamais commandé.
• XBQ-6 - Désignation USAAF pour le XTD3R. Pas d'exemplaire(s)fabriqués.
• BQ-6A - Désignation USAAF pour le TD3R-1. Pas d'exemplaire(s) fabriqués.

Sources :

https://en.wikipedia.org/wiki/Interstate_TDR
http://www.airwar.ru/enc/bpla/tdr1.html
http://www.designation-systems.net/dusrm/app1/bq-4.html
http://www.aviastar.org/air/usa/interstate_tdr-1.php

Livres :
Unmanned Aerial Vehicles: Robotic Air Warfare 1917-2007, Laurence R. Newcome


Voilà pour lui, ça faisait quelques temps qu'il traînait dans mes trucs à faire…
Si quelqu'un trouve plus d'infos sur ses dimensions ou ses performances, je suis preneur, on ne trouve pas d'infos à foison à ce sujet.
Re: Interstate TDR à 23/11/2015 09:20 Jericho
Merci KiloBravo pour cette fiche. ;)
Re: Interstate TDR à 23/11/2015 10:17 Clansman
La fiche sur le site

Airwar.ru donne une longueur de 11,3 mètres. Pour le reste, c'est souvent qu'il y a peu d'infos concernant les drones.

Greg Goebel (Air Vectors) et le TDR
Re: Interstate TDR à 24/11/2015 23:07 Nico2
Super fiche, bravo et merci de cette contribution. :)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Nov. 23, 2015, 9:28 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires