Rappels

Histoire de l'appareil

Le Sopwith Camel fut conçu par Herbert Smith afin de remplacer le Sopwith Pup, et fut d'ailleurs surnommé "Big Pup" dans les premiers temps de son développement. Il se distinguait par une faible distance entre les ailes et les empennages, ce que les Britanniques appellent "Short-coupled Aircraft". Cela introduit des oscillations plus ou moins volontaires lors des efforts sur les commandes, et en définitive un appareil instable mais très manœuvrant. De plus, la majeure partie du poids (moteur, pilote, mitrailleuses et réservoir d'essence) était située très en avant de l'avion. Couplé au moteur rotatif, cela créait un appareil dont la vrille était dangereuse. Enfin, l'appareil tournait mieux à droite, au point que certains pilotes préféraient faire un 270° à droite plutôt qu'un 90° à gauche.

Le prototype était propulsé par un moteur rotatif Clerget 9Z de 110 hp, puissant pour l'époque. Le capot du moteur était en aluminium, le cockpit protégé par des panneaux de contreplaqué. Il fut le premier chasseur britannique à disposer de deux mitrailleuses synchronisées tirant vers l'avant, en l'occurrence des Vickers de 7,7 mm. Un capot destiné à protéger les mitrailleuses du froid formait une bosse qui lui valut le surnom de "Chameau". Le surnom surclassa largement la désignation officielle de Sopwith Biplane F.1.

Le vol inaugural du F.1 eut lieu le 22 décembre 1916 entre les mains d'Harry Hawker, à Brooklands. Il fut suivi par les prototypes F.1/1 avec des ailes modifiés, F.1/2 et F.1/3 (moteur Clerget 9B de 130 hp, 1er vol en mars 1917), ainsi que 2 prototypes pour la RNAS. Le Camel entra en service en juin 1917, au sein du No. 4 Squadron du Royal Naval Air Service, puis le mois suivant au sein du Royal Flying Corps. En février 1918, 13 squadrons étaient équipés de Camel.

L'appareil fut réputé difficile à piloter à cause de sa conception, surtout pour des débutants. Mais des pilotes confirmés pouvaient en tirer une incroyable maniabilité. Ceci explique qu'il fut le chasseur allié le plus performant avec 1294 appareils abattus à son actif (soit une moyenne de 76 victoires par mois). Cependant, 798 pilotes trouvèrent la mort à bord de cet appareil, dont 413 au combat. Les autres subirent des accidents, notamment lors du décollage.

A la fin de la guerre, lorsqu'il commença à être surclassé par les chasseurs adverses, il opéra sa reconversion vers des missions d'attaque au sol.

Plus performant et mieux armé que les Sopwith Pup et Triplane, il était supérieur aux Albatross D.III et D.IV. Avec le SE5 et le Spad XIII, il permit de rétablir la supériorité aérienne alliée jusqu'en 1918. Les équipages avaient coutume de plaisanter en disant de lui qu'il offrait le choix entre une croix de bois, la Red Cross ou la Victoria Cross. Le 21 avril 1918, le canadien Roy Brown, volant à bord d'un Sopwith Camel, fut crédité de la victoire sur le fameux "Baron Rouge". Un exemplaire, le B6313, fut crédité du plus grand nombre de victoires pour un appareil allié : 46 avions et ballons ennemis descendus entre septembre 1917 et septembre 1918.

Le Camel fut déployé sur le front de l'ouest, mais servit également à la défense des îles britanniques, notamment pour contrer les raids de bombardiers Gotha en juillet 1917. Des Camel initialement destinés à la France furent alors redirigés. Lorsque les bombardements se firent de nuit, les Camel furent modifiés en chasseurs de nuit (notamment avec des mitrailleuses Lewis placées au-dessus des ailes, libérant le champ de vision, et le cockpit déplacé en arrière pour faciliter le chargement des mitrailleuses). Ils furent alors surnommés Sopwith "Comic". En août 1918, 7 squadrons de défense territoriale furent équipés de Camel.

C'est à partir de mars 1918, lors de l'offensive allemande, que le Camel fut utilisé dans des missions d'attaque au sol et de harcèlement à très basse altitude. Pour cela, ils recouraient au straffing et au largage de 4 bombes Cooper de 11 kg. Ils firent subir de lourdes pertes, mais eurent à souffrir de grandes pertes également.

A l'été 1918, le Camel devenait obsolète, car trop lent et souffrant de performances médiocres à 3650 m d'altitude (12000 pieds). C'est à cette époque qu'un exemplaire fut utilisé comme "avion parasite" avec le R23, un dirigeable britannique. Il resta malgré tout en service jusqu'à la fin de la guerre, et ne fut retiré du service qu'en janvier 1920.

5490 exemplaires furent construits. Tout au long de la production, il fut équipé de divers moteurs, notamment des Le Rhone 9J. Il servit non seulement au sein de la RFC et du RNAS, mais également en Australie, en Belgique, au Canada, en Estonie, aux États-Unis, en Géorgie, au sein de la marine grecque, de la Lettonie, des Pays-Bas, de la Pologne, de la Russie impériale et de l'URSS. Il reste 8 exemplaires originaux (5 Camel F1 et 3 Camel 2F1), dont un seul construit par Sopwith (le B6291) et un certain nombre de répliques. Le Camel est l'avion que s'imagine piloter Snoopy dans la bande dessinée "Peanuts".

Versions référencées

Sopwith Camel F1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 660 kg (1 455 lbs)
  • Masse à vide : 422 kg (930 lbs)
  • Surface alaire : 21 m² (231 sq. ft)
  • Hauteur : 2,59 m (8,497 ft)
  • Envergure : 9 m (28 ft)
  • Longueur : 5,71 m (18,734 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 185 km/h (115 mph, 100 kts)
  • Vitesse de décrochage : 77 km/h (48 mph, 42 kts)
  • Distance franchissable : 483 km (300 mi, 261 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 401 m (21 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 5,5 m/s (18,045 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 19,657 kg/m² (4,03 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 30,753 kg/m² (6,299 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur rotatif Clerget 9B
  • Puissance unitaire : 96 kW (130 ch, 128 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Sopwith Camel à 17/12/2014 11:59 stanak
chasseur biplan de construction britannique
mis en service en 1917 et produit à 5490 eemplaires

l'US Navy utilisa 6 avions après guerre
Image
Re: Sopwith Camel à 17/12/2014 12:16 Clansman
Ah. Bon. Ben alors, OK.

T'en as marre des drones, toi, pas vrai ? :bonnet:
Re: Sopwith Camel à 17/12/2014 12:27 stanak
t'as lu dans mes pensées :salut:
c'est quand même un sujet nettement plus intéressant
la fiche risque d'être plus chargée :mrgreen:
Re: Sopwith Camel à 17/12/2014 12:31 Clansman
Bah, dès courant février nous reviendrons aux avions normaux. ;)
Re: Sopwith Camel à 17/12/2014 12:49 Jericho

Clansman a écrit

Bah, dès courant février nous reviendrons aux avions normaux. ;)
Ouaip! Au rythme d'une fiche par jour, si vous êtes sages et que tout se passe bien, on devrait pouvoir repasser à autre chose que ces drones aux alentours des 29 ou 30 février… Mais va falloir nous tenir les pouces. :D
Par contre les Camel, je te les laisse Clans: j'ai arrêté… :mrgreen:
Re: Sopwith Camel à 17/12/2014 13:49 Clansman
Ca tombe bien, j'ai déjà commencé la fiche. :D
Re: Sopwith Camel à 28/05/2015 07:41 Clansman
Le Sopwith Camel était un avion de chasse biplan britannique de la première guerre mondiale.

Il fut conçu par Herbert Smith afin de remplacer le Sopwith Pup, et fut d'ailleurs surnommé "Big Pup" dans les premiers temps de son développement. Il se distinguait par une faible distance entre les ailes et les empennages, ce que les Britanniques appellent "Short-coupled Aircraft". Cela introduit des oscillations plus ou moins volontaires lors des efforts sur les commandes, et en définitive un appareil instable mais très manœuvrant. De plus, la majeure partie du poids (moteur, pilote bien nourri, mitrailleuses et réservoir d'essence) était située très en avant de l'avion. Couplé au moteur rotatif, cela créait un appareil dont la vrille était dangereuse. Enfin, l'appareil tournait mieux à droite, au point que certains pilotes préféraient faire un 270° à droite plutôt qu'un 90° à gauche.

Le prototype était propulsé par un moteur rotatif Clerget 9Z de 110 hp, puissant pour l'époque. Le capot du moteur était en aluminium, le cockpit protégé par des panneaux de contreplaqué. Il fut le premier chasseur britannique à disposer de deux mitrailleuses synchronisées tirant vers l'avant, en l'occurrence des Vickers de 7,7 mm. Un capot destiné à protéger les mitrailleuses du froid formait une bosse qui lui valut le surnom de "Chameau". Le surnom surclassa largement la désignation officielle de Sopwith Biplane F.1.

Le vol inaugural du F.1 eut lieu le 22 décembre 1916 entre les mains d'Harry Hawker, à Brooklands. Il fut suivi par les prototypes F.1/1 avec des ailes modifiés, F.1/2 et F.1/3 (moteur Clerget 9B de 130 hp, 1er vol en mars 1917), ainsi que 2 prototypes pour la RNAS. Le Camel entra en service en juin 1917, au sein du No. 4 Squadron du Royal Naval Air Service, puis le mois suivant au sein du Royal Flying Corps. En février 1918, 13 squadrons étaient équipés de Camel.

L'appareil fut réputé difficile à piloter à cause de sa conception, surtout pour des débutants. Mais des pilotes confirmés pouvaient en tirer une incroyable maniabilité. Ceci explique qu'il fut le chasseur allié le plus performant avec 1294 appareils abattus à son actif (soit une moyenne de 76 victoires par mois). Cependant, 798 pilotes trouvèrent la mort à bord de cet appareil, dont 413 au combat. Les autres subirent des accidents, notamment lors du décollage.

A la fin de la guerre, lorsqu'il commença à être surclassé par les chasseurs adverses, il opéra sa reconversion vers des missions d'attaque au sol.

Plus performant et mieux armé que les Sopwith Pup et Triplane, il était supérieur aux Albatross D.III et D.IV. Avec le SE5 et le Spad XIII, il permit de rétablir la supériorité aérienne alliée jusqu'en 1918. Les équipages avaient coutume de plaisanter en disant de lui qu'il offrait le choix entre une croix de bois, la Red Cross ou la Victoria Cross. Le 21 avril 1918, le canadien Roy Brown, volant à bord d'un Sopwith Camel, fut crédité de la victoire sur le fameux "Baron Rouge". Un exemplaire, le B6313, fut crédité du plus grand nombre de victoires pour un appareil allié : 46 avions et ballons ennemis descendus entre septembre 1917 et septembre 1918.

Le Camel fut déployé sur le front de l'ouest, mais servit également à la défense des îles britanniques, notamment pour contrer les raids de bombardiers Gotha en juillet 1917. Des Camel initialement destinés à la France furent alors redirigés. Lorsque les bombardements se firent de nuit, les Camel furent modifiés en chasseurs de nuit (notamment avec des mitrailleuses Lewis placées au-dessus des ailes, libérant le champ de vision, et le cockpit déplacé en arrière pour faciliter le chargement des mitrailleuses). Ils furent alors surnommés Sopwith "Comic". En août 1918, 7 squadrons de défense territoriale furent équipés de Camel.

C'est à partir de mars 1918, lors de l'offensive allemande, que le Camel fut utilisé dans des missions d'attaque au sol et de harcèlement à très basse altitude. Pour cela, ils recouraient au straffing et au largage de 4 bombes Cooper de 11 kg. Ils firent subir de lourdes pertes, mais eurent à souffrir de grandes pertes également.

A l'été 1918, le Camel devenait obsolète, car trop lent et souffrant de performances médiocres à 3650 m d'altitude (12000 pieds). C'est à cette époque qu'un exemplaire fut utilisé comme "avion parasite" avec le R23, un dirigeable britannique. Il resta malgré tout en service jusqu'à la fin de la guerre, et ne fut retiré du service qu'en janvier 1920.

5490 exemplaires furent construits. Tout au long de la production, il fut équipé de divers moteurs, notamment des Le Rhone 9J. Il servit non seulement au sein de la RFC et du RNAS, mais également en Australie, en Belgique, au Canada, en Estonie, aux États-Unis, en Géorgie, au sein de la marine grecque, de la Lettonie, des Pays-Bas, de la Pologne, de la Russie impériale, de l'URSS et de la Suède. Il reste 8 exemplaires originaux (5 Camel F1 et 3 Camel 2F1), dont un seul construit par Sopwith (le B6291) et un certain nombre de répliques. Le Camel est l'avion que s'imagine piloter Snoopy dans la bande dessinée "Peanuts".


Versions :

Camel F.1 : Version de base, la principale produite. Moteur Clerget 9B de 130 hp.

Camel 2F.1 : Version navalisée, avec une mitrailleuse Lewis au-dessus de l'aile. Généralement propulsée par un Bentley BR1 de 150 hp, le moteur le plus puissant monté sur un Camel.

Camel "Comic" : Version de chasse de nuit.

Camel TF.1 : Version d'attaque au sol, blindée. (TF pour Trench Fighter). Resté à l'état de prototype, il disposait de mitrailleuses de 7,7 mm tirant en oblique à travers le plancher.




http://fr.wikipedia.org/wiki/Sopwith_Camel

http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/sopwith-f-1-camel/

http://en.wikipedia.org/wiki/Sopwith_Camel

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=109

http://www.sopwithcamel.com/

http://www.historylearningsite.co.uk/sopwith_camel.htm

http://www.theaerodrome.com/aircraft/gbritain/sopwith_camel.php

http://www.nationalmuseum.af.mil/factsheets/factsheet.asp?id=276

http://acepilots.com/wwi/sop_camel.html

http://www.classicwings.net/sopwith_camel.html

http://www.vintageaviation.net/Original%20Sopwith%20Camel.htm
Re: Sopwith Camel à 28/05/2015 10:38 Jericho
Merci Clansman. J'imagine que le problème de centre de gravité très en avant concerne principalement les Camel exportés, parce que je ne suis pas sûr qu'un sujet de Sa gracieuse Majesté puisse être "bien nourri" à ce point… :hehe:
Re: Sopwith Camel à 28/05/2015 12:07 Clansman
Heureusement que t'en parles, je l'avais oubliée celle-ci. :shock:
Re: Sopwith Camel à 28/05/2015 14:02 Jericho

Clansman a écrit

Heureusement que t'en parles, je l'avais oubliée celle-ci. :shock:
Zut, je regrette presque de l'avoir soulignée… :bonnet:
Re: Sopwith Camel à 28/05/2015 18:12 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 décembre 2014 19:56, modifié le . ©AviationsMilitaires