Rappels

Histoire de l'appareil

Hunting avait eu l'ambition de transformer son Jet Provost en avion d'attaque au sol, mais n'avait pas eu les moyens de le faire. Lorsque BAC reprit Hunting, elle ressortit le projet des cartons. Il s'agissait d'en faire un avion polyvalent, apte tant à l'entraînement avancé qu'à la lutte anti-guérilla, ou à la reconnaissance, d'un faible prix.

On prit pour base la version T5 de l'appareil, et en l'armant on obtint le BAC 145. En lui ajoutant un blindage, une aile renforcée avec 4 points d'emport et faisant office de réservoir de carburant, un réacteur plus puissant, on arriva au BAC 167. L'armement était complété par deux mitrailleuses de 7.62 mm, chacune avec 525 coups, et une avionique dédiée. Il disposait de deux sièges éjectables Mk PB4 utilisables à basse altitude, d'un train d'atterrissage abaissé pour les terrains peu et mal préparés.

Le prototype effectua son premier vol le 26 octobre 1967. Uniquement destiné à l'exportation, il connut un succès immédiat. Chaque version était spécifique à l'utilisateur.

L'Arabie Saoudite, le client de lancement, reçut 25 exemplaires de la version Mk 80, qui entrèrent en service en 1968, puis 20 Mk 80A, et enfin 2 avions supplémentaires. Les livraisons prirent fin en 1977.
Le Sud Yémen reçut 4 exemplaires de la version Mk 81, livrés en 1969.

Le Sultanat d'Oman mit en service 12 Mk 82, à partir de 1969, puis 12 Mk 82A. Ceux-ci furent engagés dans la Guerre du Dhofar, de 1970 à 1975. 3 avions auraient été perdus. Ils furent retirés du service en 2001.

Le Koweït reçut 12 Mk 83, qui furent en service de 1970 à 1985. Ils furent alors remis à BAe pour reconditionnement et furent reversés à d'autres forces aériennes (Équateur, Botswana).

Singapour fut équipée de 16 Mk 84 depuis 1969, et récupéra 5 avions ex-Omanais en 1975. Ils furent retirés en 1984.
Le Kenya reçut 6 Mk 87.

La Nouvelle-Zélande utilisa 16 Mk 88 de 1972 à 1992 au sein du Squadron N° 14. Ils eurent des problèmes de fatigue structurelle au point d'être interdits de vol en 1985. Malgré le montage de nouvelles ailes, ils finirent par être remplacés par les MB-339. Il y fut appelé "Blunty".

L’Équateur reçut 14 Mk 89 depuis le 4 octobre 1972, où ils équipèrent les Escuadrons 2113, puis 2313 "Halcones", puis 6 Mk 89A en 1987-1988. Ils participèrent au conflit du Cenepa en 1995. L'un d'eux s'écrasa le 25 mars 2009. Deux exemplaires furent reçus en janvier 2007.

Le Soudan commanda 10 Mk 90, qui furent les derniers produits en 1984. Seuls 3 furent livrés à cause d'un embargo. 3 ou 6 autres furent vendus à l’Équateur et le dernier au Sultanat d'Oman.
Le Botswana utilisa des Strikemaster ex-koweïtiens et ex-kényans de 1987 à 1997. 2 d'entre eux furent versés à la Côte d'Ivoire en 2003.

146 exemplaires furent construits. L'Escuadron de combate 2311 "Dragones" équatorien fut la dernière unité au monde à l'utiliser, et une douzaine d'exemplaires est utilisée par des opérateurs privés. Ses combats lui donnèrent une excellente réputation de robustesse. On peut le comparer au A-37 Dragonfly. En 2009, une patrouille anglaise appelée Team Viper utilise 4 Strikemaster.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • BAC Strikemaster Mk 80 : Version destinée à l'Arabie Saoudite, 25 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 80A : Version destinée à l'Arabie Saoudite, 20 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 81 : Version destinée au Yemen du Sud, 4 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 82 : Version destinée au Sultanat d'Oman, 12 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 82A : Version destinée au Sultanat d'Oman, 12 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 83 : Version destinée au Koweït, 12 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 84 : Version destinée à Singapour, 16 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 87 : Version destinée au Kenya, 6 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 88 : Version destinée à la Nouvelle-Zélande, 16 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 89 : Version destinée à l'Equateur, 22 exemplaires.
  • BAC Strikemaster Mk 89A : Version destinée à l'Equateur.
  • BAC Strikemaster Mk 90 : Version destinée au Soudan, 10 exemplaires.
  • BAe P.101 : Projet de développement d’une version Gunship du Strikemaster dont l’étude commence le 3 juillet 1978.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

BAC Strikemaster Mk 88 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 5 215 kg (11 497 lbs)
  • Masse à vide : 2 810 kg (6 195 lbs)
  • Surface alaire : 19,85 m² (213,664 sq. ft)
  • Hauteur : 3,34 m (10,958 ft)
  • Envergure : 11,23 m (36,844 ft)
  • Longueur : 10,27 m (33,694 ft)

Performances

  • Vitesse critique (VNE) : 833 km/h (518 mph, 450 kts)
  • Vitesse de décrochage : 158 km/h (98 mph, 85 kts)
  • Rayon d'action Lo-Lo-Lo : 233 km (145 mi, 126 nm)
  • Distance franchissable : 2 222 km (1 381 mi, 1 200 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 192 m (40 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 26,7 m/s (87,598 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 774 km/h (481 mph, 418 kts)
  • Charge alaire, à vide : 141,562 kg/m² (28,994 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 262,72 kg/m² (53,809 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Rolls-Royce Viper Mk535
  • Puissance unitaire : 1 424 kgp (14 kN, 3 140 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
BAC 167 Strikemaster à 21/07/2010 17:43 Clansman
Hunting avait eu l'ambition de transformer son Jet Provost en avion d'attaque au sol, mais n'avait pas eu les moyens de le faire. Lorsque BAC reprit Hunting, elle ressortit le projet des cartons. Il s'agissait d'en faire un avion polyvalent, apte tant à l'entraînement avancé qu'à la lutte anti-guérilla, ou à la reconnaissance, d'un faible prix.

On prit pour base la version T5 de l'appareil, et en l'armant on obtint le BAC 145. En lui ajoutant un blindage, une aile renforcée avec 8 points d'emport et faisant office de réservoir de carburant, un réacteur plus puissant, on arriva au BAC 167. L'armement était complété par deux mitrailleuses .303, chacune avec 525 coups, et une avionique dédiée. Il disposait de deux sièges éjectables Mk PB4 utilisables à basse altitude, d'un train d'atterrissage abaissé pour les terrains peu et mal préparés.

Le prototype effectua son premier vol le 26 octobre 1967. Uniquement destiné à l'exportation, il connut un succès immédiat. Chaque version était spécifique à l'utilisateur.

L'Arabie Saoudite, le client de lancement, reçut 25 exemplaires de la version Mk80, qui entrèrent en service en 1968, puis 20 Mk80A, et enfin 2 avions supplémentaires. Les livraisons prirent fin en 1977.
Le Sud Yémen reçut 4 exemplaires de la version Mk81, livrés en 1969.

Le Sultanat d'Oman mit en service 12 Mk82, à partir de 1969, puis 12 Mk82A. Ceux-ci furent engagés dans la Guerre du Dhofar, de 1970 à 1975. 3 avions auraient été perdus. Ils furent retirés du service en 2001.

Le Koweït reçut 12 Mk83, qui furent en service de 1970 à 1985. Ils furent alors remis à BAe pour reconditionnement.
Singapour fut équipée de 16 Mk84 depuis 1969, et récupéra 5 avions ex-Omanais en 1975. Ils furent retirés en 1984.
Le Kenya reçut 6 Mk87.

La Nouvelle-Zélande utilisa 16 Mk88 de 1972 à 1992 au sein du Squadron N° 14. Ils eurent des problèmes de fatigue structurelle au point d'être interdits de vol en 1985. Malgré le montage de nouvelles ailes, ils finirent par être remplacés par les MB-339. Il y fut appelé "Blunty".

L'Equateur reçut 14 Mk89 depuis le 4 octobre 1972, où ils équipèrent les Escuadrons 2113, puis 2313 "Halcones", puis 6 Mk89A en 1987-1988. Ils participèrent au conflit du Cenepa en 1995. L'un d'eux s'écrasa le 25 mars 2009. Ils ne sont plus que 4 actuellement, dont deux reçus en janvier 2007, mais pourraient être rejoints par 2 exemplaires en provenance peut-être du Bostwana. Ils devraient être remplacés par des EMB-314.

Le Soudan commanda 10 Mk90, qui furent les derniers produits en 1984. Seuls 3 furent livrés à cause d'un embargo. 3 ou 6 autres furent vendus à l'Equateur et le dernier au Sultanat d'Oman.
Le Bostwana utilisa des Strikemaster ex-koweitiens et ex-kenyans de 1987 à 1997. 2 d'entre eux furent versés à la Côte d'Ivoire en 2003.

146 exemplaires furent construits. Il sert encore en Equateur au sein de ll'Escuadron de combate 2311 "Dragones", la dernière unité au monde à l'utiliser, et une douzaine d'exemplaires est utilisée par des opérateurs privés. Ses combats lui donnèrent une excellente réputation de robustesse. On peut le comparer au A-37 Dragonfly. En 2009, une patrouille anglaise appelée Team Viper utilise 4 Strikemaster.

Strikemaster Mk88

Dimensions
Longueur : 10,27 m
Envergure : 11,23 m
Hauteur : 3,34 m
Surface alaire : 19,85 m²

Masses
A vide : 2810 kg
maximale : 5215 kg

Motorisation
Moteur : 1 Rolls-Royce Viper Mk.535
Poussée : 15.2 kN

Performances
Vitesse maximale : 774 km/h
Plafond : 12200 m
Distance franchissable : 2224 km

Equipage : 1 pilote et 1 copilote

Armement : 2 mitrailleuses de 7,62 mm avec 550 coups chacune, 1364 kg sous 4 points d'emport.

Pays utilisateurs : Arabie Saoudite, Bostwana, Equateur, Kenya, Koweït, Nouvelle-Zélande, Oman, Soudan, Yemen du Sud.

http://fr.wikipedia.org/wiki/BAC_Strikemaster

http://www.avionslegendaires.net/bac-strikemaster.php

http://en.wikipedia.org/wiki/BAC_Strikemaster

http://www.warbirdalley.com/strike.htm

http://www.bacstrikemaster.co.uk/
Re: BAC 167 strikemaster à 21/07/2010 18:49 Polo

Clansman a écrit

Le Bostwana utilisa des Strikemaster ex-koweitiens et ex-kenyans de 1987 à 1997. 2 d'entre eux furent versés à la Côte d'Ivoire en 2003.

Clans, Ce que mentionne Wikipédia n'est pas correct.

Pour être plus précis, les 2 Strikemaster vendus à la Côte d'Ivoire sont en fait des appareils ayant appartenu à un privé/collectionneur Britannique qui les a revendus de façon illégale en vertus des accords internationaux de vente d'armes à Abidjan via l'ile de Malte où ils ont fait un court séjour avant de rejoindre le pays acquéreur, les FANCI (Forces Armées de la Côte d'Ivoire) les ont utilisés à des fins de reconnaissance et de localisation des positions rebelles dans la zone nord du pays tenue par les forces nouvelles.
Il semble que ils n'ont pas survécus à la riposte française.
Mes sources font état, que il s'agirait de 2 ex-kenyans.
Dernier truc le Strikemaster n'a que 4 points d'emport, pas 8.

Sources: WAF.com

A bientôt un vacancier. ;)
Re: BAC 167 strikemaster à 21/07/2010 19:01 Clansman
Quelles sont tes sources, futur vacancier ? :mrgreen:

Pour les points d'emport, la plupart des sources mentionnent 8, la dernière 4, ce qui me semble effectivement plus crédible.
Re: BAC 167 strikemaster à 21/07/2010 19:07 ciders
Il en a 4 sous voilure, c'est certain. Après, sous le fuselage, ça semble trop étroit.

Concernant les appareils équatoriens :

- 8 Mk.89A livrés en 1972
- 8 autres en 1974
- 6 Mk.90 en 1987
- 2 Mk.83 ex-botswanais livrés en 2007 ( par l'intermédiaire de la société britannique Global Aviation Ltd )

Il y en aurait encore 9 opérationnels.
Re: BAC 167 Strikemaster à 23/07/2010 22:08 Clansman
Bon, j'ai changé le nombre de points d'emport. Pour les appareils de Côte d'Ivoire, j'attends le lien direct vers la source, c'est la règle. ;)

Pour l'Equateur : Air fan de janvier 2008 me donne les chiffres suivants :

8 en 1972, 6 en 1976. Pas de précisions de versions, mais on se doute que les premiers, tout du moins, sont des Mk89.
6 exemplaires en lot égaux en 1987 et 1988, dont 3 ex-soudanais (donc des Mk90)

Aujourd'hui, il y aurait 4 Mk89/89A opérationnels, dont deux appareils reçus en janvier 2007. 2 appareils ex-bostwanais ont été commandés.
Re: BAC 167 Strikemaster à 23/07/2010 22:11 ciders
Le coup des points d'emport continue de m'intriguer. L'Encyclopédie des Armes de chez Atlas donne aussi 8 points d'emport. Mais je ne trouve pas de photos avec 8 points équipés. :interr:
Re: BAC 167 Strikemaster à 23/07/2010 22:23 Clansman
Pareil pour moi, je ne vois que 4 points. :S
Re: BAC 167 Strikemaster à 09/09/2010 16:13 Clansman
Le Strikemaster en ligne

Quelqu'un saurait quelles mitrailleuses sont installées sur l'appareil ?
Re: BAC 167 Strikemaster à 09/09/2010 17:02 d9pouces
des FN de 7,62 mm, je devrais pouvoir t'obtenir la référence exacte dans mon Christopher Chant ce soir.

Mais je pense qu'il n'y a que la MAG 58 60 30 qui corresponde à ce critère :)

edit : http://rnzaf.proboards.com/index.cgi?board=Postwar&action=print&thread=1508


« The guns were 7.62mm (not .303) M032 machine guns. Basically the L7 GPMG (MAG 58). They were used extensively in RNZAF service for gunnery training.

As far as I know (it was a bit before my time) the luggage pods were modified rocket launchers. They certainly were on the A4.
»
Re: BAC 167 Strikemaster à 09/09/2010 18:32 Clansman
OK, merci. Même si la L7 serait plus exacte, j'ai entré la MAG-58. :)
Re: BAC 167 Strikemaster à 09/09/2010 18:49 d9pouces

Clansman a écrit

OK, merci. Même si la L7 serait plus exacte, j'ai entré la MAG-58. :)
Oui, c'est nickel ainsi :)
BAC 167 Strikemaster Mk87 G-UVNR à 04/10/2010 17:49 stanak
avion de 1971 qui a servi dans les forces du Bostwana et du Kenya
Fairford (UK) 2010
Image
Re: BAC 167 Strikemaster à 28/02/2011 07:10 foxkilo02

Clansman a écrit

…et une douzaine d'exemplaires est utilisée par des opérateurs privés.

Malheureusement un peu moins maintenant …
Un strikemaster se crash dans l'Hudson
Au vu des photos de l'épave, ça ne ressemble pas à un amerrissage. :(
Re: BAC 167 Strikemaster à 26/08/2016 09:24 stanak
Strikemaster Mk82A
RAF of Oman colors
Image
j'adore son immat civile :)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires