Rappels

Histoire de l'appareil

Les premières études portant sur le remplaçant du Tu-4 commencèrent en 1949. Il s'agissait surtout d'obtenir un vecteur pour la bombe atomique soviétique, avec une autonomie de 14000 km afin d'effectuer un aller-retour aux USA. On commença par une version agrandie du Tu-4, le Tu-85, pour aboutir finalement à un appareil profondément remanié : le Type 95. Celui-ci n'avait pas encore l'aval de l'Etat soviétique, qui donna son accord le 11 juillet 1951.

Le prototype Tu-95/1 effectua son vol inaugural le 12 novembre 1952 entre les mains d'Alexey Perelet. Il se présentait comme un appareil gigantesque à l'époque, et a la particularité d'être le seul appareil à combiner aile en flèche (35°) et moteurs à hélices (de 5,6 m). Cela lui confère une vitesse à peine inférieure aux bombardiers à réaction de l'époque et une formidable autonomie. Des réacteurs avaient été envisagés, mais seuls des turbopropulseurs permettaient d'obtenir l'autonomie désirée. Le prototype était équipé de 8 Kouznetsov 2-TV-F de 6000 ch, les TV-12 prévus nécessitant une mise au point sur plusieurs années. Il fut détruit le 11 mai 1953 à son 17e vol à cause d'un moteur en feu, tuant le pilote Perelet et l'ingénieur naviguant. Cet accident, mettant en cause Kouznetsov, failli stopper le programme, et priver l'URSS d'un bombardier stratégique.

Le deuxième prototype Tu-95/2 effectua son premier vol le 16 février 1955. Il était propulsé par 4 turbines Kouznetsov TV-12 de 12000 ch équipées de deux hélices contrarotatives, afin d'éliminer l'effet de couple. Ces turbopropulseurs restent les plus puissants du monde.

Les premiers appareils de série, les Tu-95 (l'Occident lui prêtait la dénomination militaire Tu-20, qui semble avoir été peu utilisée en URSS) volèrent en octobre 1955. Nommés Bear-A par l'OTAN, ils entrèrent en service en 1956 au sein de la 106 TBAD en Ukraine et furent présentés en vol à Tushino la même année. Ils étaient équipés d'un radar de bombardement Short Horn et d’un détecteur d’alerte radar Bee Hind. Les Tu-95 furent construits à 31 exemplaires, tandis que les Tu-95M, dotés de NK-12M plus puissants et moins gourmands, furent construits à 19 exemplaires à partir de 1957. Quand aux Tu-95A ou Tu-95MA, reconnaissables à leur intrados peint en blanc, ils étaient spécifiquement destinés à la frappe nucléaire. A la fin des années 1980, les survivants furent reconfigurés en Tu-95U ou Tu-95MU d'entraînement.

Ils furent suivies par le Tu-95K équipé d'un radar YaD, d'un système de guidage PRS-1 Argon, et d'un missile Kh-20 (un MiG-21 modifié). Le Tu-95K fut conçu à partir de 1954 et vola en janvier 1956. Il fut construit à 47 exemplaires à partir de 1958, et déclaré opérationnel en 1960. Le Tu-95KD, ravitaillable en vol, ne fut construit qu'à un seul exemplaire, entré en service. Ces versions furent nommées Bear-B par l'OTAN. Les Tu-95KM (Bear-C) emportent un radar "Crow Drum" plus puissant, des missiles PRS-4 Krypton et sont ravitaillables en vol. Ils furent construits à 23 exemplaires de 1962 à 1965, et 28 Tu-95K furent portés à ce standard. Ils entrèrent en service en 1963. Ils furent modernisés en Tu-95K-22 (Bear-G), le prototype effectuant son premier vol le 30 octobre 1975. Les Bear-G peuvent emporter jusqu'à 2 missiles Kh-22 et sont équipés d'un radar "Down Beat". Ils furent en service de 1981 jusqu'au début des années 1990.

En 1960, on considéra que son autonomie en faisait un appareil potentiellement apte à la reconnaissance stratégique et photographique. 4 Tu-95M furent convertis en Tu-95MR (Bear-E) à partir de 1964. Un seul d'entre eux ne fut pas équipé de perche de ravitaillement en vol.

Les Tu-95RT (Bear-D) fit son apparition afin d'identifier des cibles potentielles pour les sous-marins soviétiques. Un Tu-95M fut modifié en 1962 pour servir de prototype, et 53 exemplaires furent produits de 1963 à 1969. Il était équipé d'un radar Ouspekh. Ils entrèrent en service en 1964, et furent retirés en 1993.

Le Tu-142 (Bear-F), est une version spécialement conçue pour l'aéronavale soviétique, à partir de 1963. Elle est dédiée à la neutralisation des sous-marins et se distingue du Tu-95Rt par une aile de plus grande envergure. Elle effectua son premier vol le 18 juillet 1968 et est équipée du radar Berkout. Son fuselage est allongé de 2 mètres et son train d'atterrissage modifié. Elle entra en service dans l'AV-MF en 1972 et fut construite à 40 exemplaires. Le Tu-142M vola à partir du 4 novembre 1975. Il disposait d'un radar Korchoune-K et d'un magnétomètre Ladoga. Construit à 25 exemplaires de 1978 à 1980 (plus 2 prototypes), il entra en service en 1979. La dernière version fut le Tu-142MZ, équipé d'un radar Korchoune-N, de bouées acoustiques RGB-16 et d'un système CME Sayany. Le prototype décolla en 1985 et l'avion fut produit de 1988 à 1994. Le Tu-142 est encore en service.

Le Tu-95MS (Bear-H), effectua son premier vol en octobre 1979. Elle est équipée du radar Obzor et peut emporter jusqu'à 6 missiles Kh-55 (AS-15A). Elle entra en service en 1983 et fut construite à 88 exemplaires de 1981 à 1992. C'est la seule version à rester en service aujourd'hui, au sein du 184 TBAP à Engels et des 182 et 79 TBAP à Oukraïnka. Il sera modernisé en Tu-95MSM, capable d'emporter 8 missiles Kh-101. Celui-ci a entamé ses essais en 1995 et a été accepté en 2008.

Le Tu-142MR (Bear-J) servit d'avion-relais pour les communications entre le gouvernement et les sous-marins nucléaires. Il fut construit à 12 exemplaires dans les années 1980 et disposait d'une antenne déroulable de 7680 m.

D'autres version virent le jour : une version d'entraînement, une version AWACS, le Tu-126 et même une version civile, le Tu-114. Le Tu-95K devait larguer un MiG-19 en vol et le Tu-95N, un avion-fusée. Le Tu-95V servit à tester la plus puissante bombe atomique du monde, la Tsar Bomba. C'était une bombe H de 58 mégatonnes, qui fut testée le 30 octobre 1961 et endommagea même l'appareil. Le Tu-142LL servit de banc d'essais de moteur et le Tu-95M-55 servit à transporter des missiles. Le Tu-96, un bombardier stratosphérique, vola à partir de l'été 1956, mais ne fut pas construit en série. Deux Tu-95 furent modifiés en Tu-116, une version de transport VIP. Le Tu-119, à propulsion nucléaire, ne vit pas le jour.

Dès son entrée en service en 1956, le Tu-95 a pris l'alerte nucléaire. Mais c'est surtout dans son rôle de reconnaissance lointaine qu'il devint célèbre. Il était présent à chacune des manoeuvres navales de l'OTAN. Il fut fréquemment intercepté et accompagné par la plupart des chasseurs de l'OTAN, le mitrailleur de queue ayant coutume de lever ses mitrailleuses en l'air. Environ 500 exemplaires furent construits jusqu'en 1991 dans une vingtaine de versions différentes, et cinquante exemplaires sont toujours en service. Il fut également utilisé par l'Inde (8 patrouilleurs maritimes) et l'Ukraine. Il pourrait être utilisé par la Russie jusqu'à l'horizon 2040, ce qui est comparable au B-52 américain.

Les Tu-95MS effectuèrent leurs premières missions de guerre en Syrie, peu après les attentats à Paris du 13 novembre 2015. Conjointement avec les Tu-22M et les Tu-160, ils larguèrent notamment des missiles de croisières afin de frapper Daech.

Versions référencées

  • Tupolev Tu-95 Izdelye V (OTAN : Bear-A) : Version de série initiale. 31 exemplaires.
  • Tupolev Tu-95K Izdelye VK (OTAN : Bear-B) : Version capable d'emporter le missile Kh-20. 48 exemplaires.
  • Tupolev Tu-95KD (OTAN : Bear-B) : Version du Tu-95K ravitaillable en vol. 1 exemplaire modifié.
  • Tupolev Tu-95KM (OTAN : Bear-C) : Version modernisée du Tu-95K capable d'emporter le missiles Krypton. 23 exemplaires.
  • Tupolev Tu-95K22 Izdelye VK-22 (OTAN : Bear-G) : Version du Tu-95KM capable d'emporter le missile Kh-22.
  • Tupolev Tu-95LAL : Désignation d'un Tu-95 modifié pour servir de banc d'essais à la propulsion nucléaire d'un avion.
  • Tupolev Tu-95M55 : Désignation d'un Tu-95M servant de banc d'essai au missile AS-6.
  • Tupolev Tu-95MR (OTAN : Bear-E) : Version de reconnaissance stratégique du Tu-95M. 4 exemplaires modifiés.
  • Tupolev Tu-95MS (OTAN : Bear-H) : Version de série lourdement modernisée capable d'emporter le missile Kh-55. 88 exemplaires.
  • Tupolev Tu-95MS16 (OTAN : Bear-H) : Version de série du Tu-95MS capable d'emporter 16 missiles au lieu de 6. 56 exemplaires.
  • Tupolev Tu-95MSM : Version modernisée des Tu-95MS16 encore en service capable d'emporter le missile Kh-101/102.
  • Tupolev Tu-95N : Désignation d'un Tu-95 modifié pour larguer en vol le Tsybin RS.
  • Tupolev Tu-95PLO : Projet de version de patrouille maritime.
  • Tupolev Tu-95RT (OTAN : Bear-D) : Version de reconnaissance pour désigner des cibles aux SNA. 53 exemplaires.
  • Tupolev Tu-95U (OTAN : Bear-T) : Version d'entraînement du Tu-95M.
  • Tupolev Tu-95V : Désignation d'un Tu-95 modifié pour larguer la Tsar Bomba.
  • Tupolev Tu-116 : Version de transport de passagers sur le modèle du Tu-114. 2 exemplaires modifiés.
  • Tupolev Tu-119 : Projet de version propulsée à la fois par des réacteurs nucléaires et des réacteurs alimentés au kérosène.
  • Tupolev Tu-142 (OTAN : Bear-F Mod. 1) : Version de patrouille maritime. 18 exemplaires.
  • Tupolev Tu-142LL : Désignation de deux Tu-142 servant de banc d'essai moteurs.
  • Tupolev Tu-142M (OTAN : Bear-F Mod. 2) : Version légèrement améliorée du Tu-142. 25 exemplaires modifiés.
  • Tupolev Tu-142MK (OTAN : Bear-F Mod. 3) : Version à l'avionique lourdement modernisée du Tu-142M. 43 exemplaires modifiés.
  • Tupolev Tu-142MK-E : Version légèrement dégradée du Tu-142MK destinée à l'Inde. 8 exemplaires.
  • Tupolev Tu-142MP : Désignation d'un Tu-142M modifié pour servir de banc d'essai de systèmes électronique.
  • Tupolev Tu-142MR (OTAN : Bear-J) : Version servant de relais de communication pour les sous-marins. 12 exemplaires.
  • Tupolev Tu-142MZ (OTAN : Bear-F mod 4) : Version de série lourdement modernisée du Tu-142.
  • Tupolev Tu-142MZ-K : Version cargo du Tu-142MZ dépourvue d'équipement ASM.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Tupolev Tu-95MS (OTAN : Bear-H) voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 188 000 kg (414 469 lbs)
  • Masse à vide : 90 000 kg (198 416 lbs)
  • Surface alaire : 310 m² (3 337 sq. ft)
  • Hauteur : 12,12 m (39,764 ft)
  • Envergure : 50,1 m (164,37 ft)
  • Longueur : 46,2 m (151,575 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 15 000 km (9 321 mi, 8 099 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 716 m (45 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 10 m/s (33 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 920 km/h (572 mph, 497 kts)
  • Charge alaire, à vide : 290,323 kg/m² (59,463 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 606,452 kg/m² (124,211 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 turbopropulseurs Kuznetsov NK-12M
  • Puissance unitaire : 11 000 kW (14 956 ch, 14 751 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré 58
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 2
Enregistré - supprimé après changements du code sportif 1

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Tu-95 et Tu-142 Bear à 02/02/2011 14:57 Clansman
Comment ? Pas de topic sur un des avions les plus emblématiques de la guerre froide ?

Texte :

Les premières études portant sur le remplaçant du Tu-4 commencèrent en 1949. Il s'agissait surtout d'obtenir un vecteur pour la bombe atomique soviétique, avec une autonomie de 14000 km afin d'effectuer un aller-retour aux USA. On commença par une version agrandie du Tu-4, le Tu-85, pour aboutir finalement à un appareil profondément remanié : le Type 95. Celui-ci n'avait pas encore l'aval de l'Etat soviétique, qui donna son accord le 11 juillet 1951.

Le prototype Tu-95/1 effectua son vol inaugural le 12 novembre 1952 entre les mains d'Alexey Perelet. Il se présentait comme un appareil gigantesque à l'époque, et a la particularité d'être le seul appareil à combiner aile en flèche (35°) et moteurs à hélices (de 5,6 m). Cela lui confère une vitesse à peine inférieure aux bombardiers à réaction de l'époque et une formidable autonomie. Des réacteurs avaient été envisagés, mais seuls des turbopropulseurs permettaient d'obtenir l'autonomie désirée. Le prototype était équipé de 8 Kouznetsov 2-TV-F de 6000 ch, les TV-12 prévus nécessitant une mise au point sur plusieurs années. Il fut détruit le 11 mai 1953 à son 17e vol à cause d'un moteur en feu, tuant le pilote Perelet et l'ingénieur naviguant. Cet accident, mettant en cause Kouznetsov, failli stopper le programme, et priver l'URSS d'un bombardier stratégique.

Le deuxième prototype Tu-95/2 effectua son premier vol le 16 février 1955. Il était propulsé par 4 turbines Kouznetsov TV-12 de 12000 ch équipées de deux hélices contrarotatives, afin d'éliminer l'effet de couple. Ces turbopropulseurs restent les plus puissants du monde.

Les premiers appareils de série, les Tu-95 (l'Occident lui prétait la dénomination militaire Tu-20, qui semble avoir été peu utilisée en URSS) volèrent en octobre 1955. Nommés Bear-A par l'OTAN, ils entrèrent en service en 1956 au sein de la 106 TBAD en Ukraine et furent présentés en vol à Tushino la même année. Ils étaient équipés d'un radar de bombardement Short Horn et d’un détecteur d’alerte radar Bee Hind. Les Tu-95 furent construits à 31 exemplaires, tandis que les Tu-95M, dotés de NK-12M plus puissants et moins gourmands, furent construits à 19 exemplaires à partir de 1957. Quand aux Tu-95A ou Tu-95MA, reconnaissables à leur intrados peint en blanc, ils étaient spécifiquement destinés à la frappe nucléaire. A la fin des années 1980, les survivants furent reconfigurés en Tu-95U ou Tu-95MU d'entraînement.

Ils furent suivies par le Tu-95K équipé d'un radar YaD, d'un système de guidage PRS-1 Argon, et d'un missile Kh-20 (un MiG-21 modifié). Le Tu-95K fut conçu à partir de 1954 et vola en janvier 1956. Il fut construit à 47 exemplaires à partir de 1958, et déclaré opérationnel en 1960. Le Tu-95KD, ravitaillable en vol, ne fut construit qu'à un seul exemplaire, entré en service. Ces versions furent nommées Bear-B par l'OTAN. Les Tu-95KM (Bear-C) emportent un radar "Crow Drum" plus puissant, des missiles PRS-4 Krypton et sont ravitaillables en vol. Ils furent construits à 23 exemplaires de 1962 à 1965, et 28 Tu-95K furent portés à ce standard. Ils entrèrent en service en 1963. Ils furent modernisés en Tu-95K-22 (Bear-G), le prototype effectuant son premier vol le 30 octobre 1975. Les Bear-G peuvent emporter jusqu'à 2 missiles Kh-22 et sont équipés d'un radar "Down Beat". Ils furent en service de 1981 jusqu'au début des années 1990.

En 1960, on considéra que son autonomie en faisait un appareil potentiellement apte à la reconnaissance stratégique et photographique. 4 Tu-95M furent convertis en Tu-95MR (Bear-E) à partir de 1964. Un seul d'entre eux ne fut pas équipé de perche de ravitaillement en vol.

Les Tu-95RT (Bear-D) fit son apparition afin d'identifier des cibles potentielles pour les sous-marins soviétiques. Un Tu-95M fut modifié en 1962 pour servir de prototype, et 53 exemplaires furent produits de 1963 à 1969. Il était équipé d'un radar Ouspekh. Ils entrèrent en service en 1964, et furent retirés en 1993.

Le Tu-142 (Bear-F), est une version spécialement conçue pour l'aéronavale soviétique, à partir de 1963. Elle est dédiée à la neutralisation des sous-marins et se distingue du Tu-95Rt par une aile de plus grande envergure. Elle effectua son premier vol le 18 juillet 1968 et est équipée du radar Berkout. Son fuselage est allongé de 2 mètres et son train d'atterrissage modifié. Elle entra en service dans l'AV-MF en 1972 et fut construite à 40 exemplaires. Le Tu-142M vola à partir du 4 novembre 1975. Il disposait d'un radar Korchoune-K et d'un magnétomètre Ladoga. Construit à 25 exemplaires de 1978 à 1980 (plus 2 prototypes), il entra en service en 1979. La dernière version fut le Tu-142MZ, équipé d'un radar Korchoune-N, de bouées acoustiques RGB-16 et d'un système CME Sayany. Le prototype décolla en 1985 et l'avion fut produit de 1988 à 1994. Le Tu-142 est encore en service.

Le Tu-95MS (Bear-H), effectua son premier vol en octobre 1979. Elle est équipée du radar Obzor et peut emporter jusqu'à 6 missiles Kh-55 (AS-15A). Elle entra en service en 1983 et fut construite à 88 exemplaires de 1981 à 1992. C'est la seule version à rester en service aujourd'hui, au sein du 184 TBAP à Engels et des 182 et 79 TBAP à Oukraïnka. Il sera modernisé en Tu-95MSM, capable d'emporter 8 missiles Kh-101. Celui-ci a entamé ses essais en 1995 et a été accepté en 2008.

Le Tu-142MR (Bear-J) servit d'avion-relais pour les communications entre le gouvernement et les sous-marins nucléaires. Il fut construit à 12 exemplaires dans les années 1980 et disposait d'une antenne déroulable de 7680 m.

D'autres version virent le jour : une version d'entraînement, une version AWACS, le Tu-126 et même une version civile, le Tu-114. Le Tu-95K devait larguer un MiG-19 en vol et le Tu-95N, un avion-fusée. Le Tu-95V servit à tester la plus puissante bombe atomique du monde, la Tsar Bomba. C'était une bombe H de 58 mégatonnes, qui fut testée le 30 octobre 1961 et endommagea même l'appareil. Le Tu-142LL servit de banc d'essais de moteur et le Tu-95M-55 servit à transporter des missiles. Le Tu-96, un bombardier stratosphérique, vola à partir de l'été 1956, mais ne fut pas construit en série. Deux Tu-95 furent modifiés en Tu-116, une version de transport VIP. Le Tu-119, à propulsion nucléaire, ne vit pas le jour.

Dès son entrée en service en 1956, le Tu-95 a pris l'alerte nucléaire. Mais c'est surtout dans son rôle de reconnaissance lointaine qu'il devint célèbre. Il était présent à chacune des manoeuvres navales de l'OTAN. Il fut fréquemment intercepté et accompagné par la plupart des chasseurs de l'OTAN, le mitrailleur de queue ayant coutume de lever ses mitrailleuses en l'air. Environ 500 exemplaires furent construits jusqu'en 1991 dans une vingtaine de versions différentes, et cinquante exemplaires sont toujours en service. Il fut également utilisé par l'Inde (8 patrouilleurs maritimes) et l'Ukraine. Il pourrait être utilisé par la Russie jusqu'à l'horizon 2040.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-95

http://www.avions-militaires.net/fiches/tu95.php

http://www.avionslegendaires.net/tupolev-tu-95-bear.php

http://www.red-stars.org/spip.php?article84

http://stef76.chez.com/aviation/urss/tu95.htm

http://avionique.free.fr/spip.php?article1608

http://avions-de-combat.com/tu95.html

http://www.krasnayazvezda.com/VVS/appareils/avions/tu95.html

http://fr.rian.ru/defense/20100729/187147228.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-95

http://www.fas.org/nuke/guide/russia/bomber/tu-95.htm

http://www.globalsecurity.org/wmd/world/russia/tu-95.htm

http://www.aerospaceweb.org/aircraft/bomber/tu95/

http://www.airforceworld.com/bomber/eng/tu95.htm

http://www.globalaircraft.org/planes/tu-95_bear.pl


Donc tu vois, D9, on parlait un jour de la dénomination Tu-20. Je l'ai retrouvé dans certaines sources, et il semble bien qu'il fut connu sous cette appelation en Occident du moins.
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 02/02/2011 15:17 ciders
Je confirme pour la désignation Tu-20.

Concernant les moteurs, qui firent un temps considérer par les services de renseignement états-uniens que l'URSS, faute d'avoir les compétences pour développer des réacteurs valables, avait dû revenir en arrière, il me semble qu'ils ont été développées avec une importante assistance allemande. Assistance pas tellement volontaire, puisqu'elle provenait de scientifiques et de techniciens, ramenés en URSS après la fin de la guerre.
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 02/02/2011 20:22 d9pouces
Pour le Tu-20, d'après Yefim Gordon (j'ai son bouquin sur la bête), Tu-20 était bien la désignation officielle, alors que modèle 95 était la dénomination interne. Au final, tout le monde a peu à peu utilisé Tu-95, qui est resté, alors que l'Occident conservait Tu-20.

Je ne connaissais pas l'anecdote pour les moteurs, merci ^^
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 02/02/2011 21:53 ciders
Je ne sais plus où j'avais trouvé cette info. Gordon n'en parle pas ?
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 02/02/2011 21:55 d9pouces

ciders a écrit

Je ne sais plus où j'avais trouvé cette info. Gordon n'en parle pas ?
Je n'ai peut-être pas tout lu en détail :bonnet:
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 02/02/2011 22:07 ciders
On peut commencer par zyeuter l'article du Wikipedia anglophone.
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 03/02/2011 10:13 Clansman

ciders a écrit

Je ne sais plus où j'avais trouvé cette info. Gordon n'en parle pas ?

Sur krasnayazvezda.com, ils en parlent.
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 03/02/2011 19:27 ciders
Yep. Une bonne source d'ailleurs. :)
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 03/02/2011 20:54 Clansman
Pour moi, la meilleure source francophone sur les avions russo-soviétiques. Ils en font peu, mais la qualité compense largement, dans la mesure où il s'agit plus d'un article complet que d'une fiche. Bien mieux que Redstars, par exemple, voire mieux que la plupart des sources anglophones.
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 03/02/2011 22:38 ciders
En même temps, Redstars n'est plus tellement actif, et les mises à jour sont rares.

Est-ce que Krasnya Zvesda figure dans la liste des sites-sources pour les fiches ?
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 03/02/2011 22:54 Clansman
Est-ce que Krasnya Zvesda figure dans la liste des sites-sources pour les fiches ?

Oui, il y est. Mais je sais pas s'il est mis à jour plus régulièrement.

N'empêche que le Tu-95 a une belle carrière. Il aura été accompagné par toutes les générations de chasseurs, du Lightning au F-22.
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 04/02/2011 19:08 ciders
Le site est assez récent, et il subit une évolution majeure en ce moment. Il va revenir tout beau tout neuf. :)
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 04/02/2011 20:14 d9pouces
Ils ont des photos sympa, faudrait voir si on peut les réutiliser (et mettre un lien vers leur site, au passage)
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 06/02/2011 17:25 Clansman
Le Bear est sur le site
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 20/02/2015 00:12 d9pouces
Une vidéo prise de l'intérieur du nounours :
http://theaviationist.com/2015/02/19/video-inside-tu-95-bear/

J'aime bien la façon dont on peut voir les hélices tourner au ralenti (j'imagine que c'est lié au rafraîchissement de la caméra)
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 09/11/2016 16:55 stanak
Tu-142MZ
ex Soviet AF
Image
Re: Tu-95 et Tu-142 Bear à 16/03/2017 22:28 Cinétic
Puisqu'il n'y a pas de sujet sur la marine indienne, je publie ici. ;)

La Marine Indienne met un terme à la carrière des avions de patrouille maritime Tu-142ME Albatros
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires