Rappels

Histoire de l'appareil

Le Tu-22 Blinder avait tellement déçu par ses piètres performances que Tupolev se mit rapidement à étudier un successeur. Les forces aériennes, elles, misaient avant tout sur un appareil destiné à contrer les forces navales ennemies, supersonique et à grand rayon d'action, et capable de changer facilement d'équipements en fonction des missions, comme la lutte anti-navire, la reconnaissance ou la guerre électronique. L'aspect stratégique était devenu secondaire du fait de l'apparition des missiles balistiques.

En 1965, le projet retenu fut le Samolet 145, qui reprenait des éléments du Tu-22, du Tu-98, avec une aile à flèche variable qui répondait également aux exigences de l'armée de l'air quand au régime subsonique et transsonique à basse altitude, ainsi qu'à des vitesses de décollage et d'atterrissage adaptés à des terrains peu ou mal préparés. Le projet fut officiellement lancé en 1967, avec les spécifications suivantes : l'appareil devait atteindre 2300 km/h, et avoir une autonomie de 7000 km sans ravitaillement en vol.

Bien que le projet n'avait plus rien à voir avec le Tu-22, A. N. Tupolev le proposa aux Soviétiques comme étant le Tu-22M (pour Modernizirovannyï), afin de leur faire croire qu'il ne s'agissait que d'une modification du Blinder, donc que le projet lui-même serait moins cher. Les Soviétiques eux-même réutilisèrent cette dénomination dans les négociations. Les Occidentaux crurent longtemps qu'il portait la dénomination Tu-26, qui est complètement fausse. Une blague au sein du bureau d'étude disait qu'on avait conservé du fuselage du Tu-22 originel que l'axe longitudinal…

L'appareil avait donc un fuselage élargi, des ailes dont la flèche adopte 4 positions : 20°, 30°, 50° et 60°. Les réacteurs sont placés dans le fuselage, à l'arrière, et sont alimentées par des entrées d'air variables très à l'avant. Enfin, l'habitacle est redessiné. Il était propulsés par des NK-144-22 de 20000 kgp. L'ensemble du projet fut alors confié à D. S. Markov.

Le premier appareil 45-00 ou Tu-22KM fut construit à partir de décembre 1967, et effectua son premier vol le 30 août 1969 aux mains de V. P. Borissov. Il est suivi par 9 autres prototypes, dont un réservé aux essais statiques, tous baptisés Tu-22M0 et sortis d'usine en 1972. Ils furent livrés au 43e TsBP i PLS le 9 février 1973. Ils possédaient des brouilleurs dans un carénage caudal, qui seront remplacés par un canon à la lumière des enseignements de la guerre du Vietnam. Ils possédaient également un apex dorsal important et des entrées d'air arrondies. Les essais montrèrent cependant une insuffisance, dont une distance de décollage de 2600 m, une vitesse de 1500 km/h et une distance franchissable de 4000 km.

Neufs autres appareils, destinés à l'entraînement des pilotes, suivirent en 1971 et 1972. Ils furent nommés Tu-22M1. Ils possédaient une cellule plus résistante et disposaient d'une perche de ravitaillement en vol escamotable. Le premier d'entre eux vola le 28 juillet 1971 et furent testés jusqu'en 1975. Les résultats étaient légèrement meilleurs, mais pas encore suffisants. Les Tu-22M0 et M1 sont tous deux surnommés Backfire-A par l'OTAN, qui les découvrit en 1970 grâce à un satellite.

Le Tu-22M2 fut la première version produite en série, et vola le 7 mai 1973. Le fuselage agrandi permettait d'emporter 4 personnes placées sur des sièges éjectables KT-1, les ailes furent également allongées. Il était équipé de réacteurs NK-22 et d'un parachute de freinage. Ses entrées d'air sont rectangulaires. C'est le premier bombardier soviétique à posséder un radar de suivi de terrain et des contre mesures électroniques. Enfin, son train d'atterrissage était logé dans les ailes plutôt que dans des carénages.

Son armement consistait, soit en 3 missiles air-surface Kh-22M ou Kh-22P (AS-4 Kitchen), un logé dans une nacelle ventrale et deux sous les ailes, soit en 24 tonnes de bombes ou mines, disposées sous 4 points d'emports. Il peut emporter 9 bombes de 250 kg sous chaque râtelier, mais aussi des bombes de 500 jusqu'à 3000 kg. Il s'avéra plus performant que le Tu-22 et ayant une meilleure visibilité, mais le confort et la fiabilité laissait encore à désirer. Afin de respecter les accords SALT, sa perche de ravitaillement en vol fut supprimée, mais elle peut être facilement remontée. Cela a soulevé pas mal de controverses, l'URSS le considérant comme un bombardier tactique à moyenne portée et les USA comme un bombardier stratégique à portée intercontinentale.

Il entra en service en juillet 1974 au sein du 185 GvTBAP de Poltava, en remplacement des Tu-16 et fut nommé Backfire-B par l'OTAN. Il équipa également le 840 TBAP, le 1225 et le 1229 TBAP. 211 exemplaires furent construits jusqu'en 1983. Il fut surnommé Dvoika (Deuce) par ses équipages.
Les Tu-22M2Ye résultent du rééquipement de plusieurs Tu-22M2 avec des réacteurs NK-23 plus puissants. Un Tu-22M2 fut converti en Tu-22MP de guerre électronique, mais ne fut pas produit en série. Cependant, il en aurait existé 2 ou 3 exemplaires. Un Tu-22M2, rebaptisé Tu-22M2-E, servit de banc d'essai volant au NK-25 en 1974.

Le Tu-22M3 vola pour la première fois le 20 juin 1977. Il était équipé de réacteurs NK-25 plus puissants de 25000 kgp, alimentés par une entrée d'air similaire à celle du MiG-25. Son aile fut modifiée, sa tourelle de queue était équipée d'un canon GSh-23 de 23mm contrôlé par un radar d’ alerte et de contrôle de tir PRS-4 Krypton "Boxtail" et alimenté par 600 obus. Il pouvait emporter les 3 missiles Kh-22, ou, à la place, 6 missiles Kh-15P (AS-16 Kickback) montés sur un lanceur rotatif en soute.

Enfin, son nez redessiné logeait un nouveau radar Leninets PN-AD, un système de navigation et d'attaque NK-45 et un système OPB-15T de guidage de bombes. Ses capacités d'attaque à basse altitude s'en trouvaient améliorée. Sa structure fut complètement modifiée afin d'alléger l'appareil et le rendre plus aérodynamique, donc plus rapide. Toutes ces modifications furent portées sur le premier prototype du Tu-22M1.

268 Tu-22M3 furent construits. Il entra en service en 1981 au sein des 840 TBAP et 185 GvTBAP, remplaçant le Tu-22M2, et fut baptisé Backfire-C par l'OTAN. Ses équipages, eux, le nommait "Troika" (Trio).

Un Tu-22M3 fut converti en Tu-22MR de reconnaissance, équipés d'un radar à vision latérale Shompol, pour le compte de l'aéronavale soviétique. Il vola le 6 décembre 1985 et s'écrasa. Un deuxième prototype fut construit, mais le manque de budgets et la chute de l'URSS mirent fin au programme. Cependant, certaines sources parlent d'une douzaine d'exemplaires. Un Tu-22M3, rebaptisé Tu-22M3-LL, fut affecté au TsaGi et vola à partir de 1993.

Le Tu-22M fut engagé pour la première fois en Afghanistan en 1987. Son rôle semble cependant avoir été marginal, mais aucun appareil ne fut perdu. Il sera également engagé en Tchétchénie en 1994, lors des bombardements de Grozny, ainsi qu'en Géorgie en 2008, où l'un d'eux fut abattu par des tirs sol-air.

497 exemplaires furent construits de 1967 à 1993 à Kazan. La complexité technique de l'appareil, tant pour la construction que pour la maintenance, firent que les efforts de prolonger la production échouèrent. Il servit aussi bien au sein de l'armée de l'air soviétique comme bombardier tactique qu'au sein de l'aéronavale soviétique dans un rôle de surveillance maritime. Le Pentagone le présenta comme une menace sérieuse malgré son rayon d'action relativement limité.

De fait, il fut souvent comparé au B-1, mais le Tu-22M est plus un bombardier tactique que stratégique, bien plus dédié à la lutte anti-navire qu'à la frappe nucléaire à long rayon d'action. De fait, son histoire est une longue lutte pour atteindre les spécifications exigées par l'armée rouge, notamment en terme de vitesse, qui ne furent jamais vraiment remplies.

Lors de l'éclatement de la Russie, il en restait environ 370 exemplaires en service. L'Ukraine en récupéra 63.  Elle les ferrailla de 2002 à 2004, sauf 3 conservés et exposés. Il ne fut jamais exporté, mais l'Inde aurait loué 4 Tu-22M3 en 2001 pour des missions Patmar.

La Chine fut intéressée dès 1993 par le Tu-22M, mais les négociations ont échouées et elle en possède pas. L'Iran en aurait acheté 7, ce qui est plus que douteux. Quand aux appareils stationnés en Biélorussie, ils furent rapatriés en 1994.

Il en reste 162 opérationnels actuellement, plus 93 en réserve. Cependant, des programmes de modernisations, comme l'installation d'un système de ciblage automatique SVP-24 en 2009, lui permettront de rester en service encore quelques années.

Les Tu-22M effectuèrent leurs premières missions de guerre en Syrie, peu après les attentats à Paris du 13 novembre 2015. Conjointement avec les Tu-95MS et les Tu-160, ils larguèrent notamment des missiles de croisières afin de frapper Daech.

Versions référencées

  • Tupolev Tu-22M0 (OTAN : KAZ-A/Backfire-A) : Prototypes. 9 exemplaires et 1 cellule d'essais statique.
  • Tupolev Tu-22M1 (OTAN : Backfire-A) : Version de présérie. 9 exemplaires.
  • Tupolev Tu-22M2 (OTAN : Backfire-B) : Version de série initiale. 211 exemplaires.
  • Tupolev Tu-22M2Ye (OTAN : Backfire-B) : Version du Tu-22M2 remotorisée avec des NK-23 plus puissants.
  • Tupolev Tu-22M3 (OTAN : Backfire-C) : Version de série modernisée. 268 exemplaires.
  • Tupolev Tu-22M3M : Version modernisée du Tu-22M3.
  • Tupolev Tu-22MP : Projet de version de guerre électronique.
  • Tupolev Tu-22MR (OTAN : Backfire-D) : Version de reconnaissance dotée d'un radar SLAR Shompol et d'équipements ELINT.
  • Tupolev Tu-26 : Désignation longtemps accordée par l'OTAN au Backfire.

Tupolev Tu-22M3 (OTAN : Backfire-C) voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 126 000 kg (277 783 lbs)
  • Masse à vide : 58 000 kg (127 868 lbs)
  • Surface alaire : 183,6 m² (1 976,254 sq. ft)
  • Hauteur : 11,05 m (36,253 ft)
  • Envergure maximale : 34,28 m (112,467 ft)
  • Envergure minimale : 23,3 m (76,444 ft)
  • Longueur : 42,4 m (139,108 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 2 410 km (1 498 mi, 1 301 nm)
  • Distance franchissable : 7 000 km (4 350 mi, 3 780 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 300 m (43 635 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 15 m/s (49 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 2 327 km/h (1 446 mph, 1 256 kts)
  • Charge alaire, au décollage : 686,275 kg/m² (140,56 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, à vide : 315,904 kg/m² (64,702 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Kuznetsov NK-25
  • Puissance unitaire : 25 000 kgp (245 kN, 55 116 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Forum

Sujet complet »
Tu-22M Backfire à 16/07/2010 13:59 Clansman
Le Tu-22 Blinder avait tellement déçu par ses piètres performances que Tupolev se mit rapidement à étudier un successeur. Les forces aériennes, elles, misaient avant tout sur un appareil destiné à contrer les forces navales ennemies, supersonique et à grand rayon d'action, et capable de changer facilement d'équipements en fonction des missions, comme la lutte anti-navire, la reconnaissance ou la guerre électronique. L'aspect stratégique était devenu secondaire du fait de l'apparition des missiles balistiques.

En 1965, le projet retenu fut le Samolet 145, qui reprenait des éléments du Tu-22, du Tu-98, avec une aile à flèche variable qui répondait également aux exigences de l'armée de l'air quand au régime subsonique et transsonique à basse altitude, ainsi qu'à des vitesses de décollage et d'atterrissage adaptés à des terrains peu ou mal préparés. Le projet fut officiellement lancé en 1967, avec les spécifications suivantes : l'appareil devait atteindre 2300 km/h, et avoir une autonomie de 7000 km sans ravitaillement en vol.

Bien que le projet n'avait plus rien à voir avec le Tu-22, A. N. Tupolev le proposa aux soviétiques comme étant le Tu-22M (pour Modernizirovannyï), afin de leur faire croire qu'il ne s'agissait que d'une modification du Blinder, donc que le projet lui-même serait moins cher. Les Soviétiques eux-même réutilisèrent cette dénomination dans les négociations. Les Occidentaux crurent longtemps qu'il portait la dénomination Tu-26, qui est complètement fausse. Une blague au sein du bureau d'étude disait qu'on avait conservé du fuselage du Tu-22 originel que l'axe longitudinal…

L'appareil avait donc un fuselage élargi, des ailes dont la flèche adopte 4 positions : 20°, 30°, 50° et 60°. Les réacteurs sont placés dans le fuselage, à l'arrière, et sont alimentées par des entrées d'air variables très à l'avant. Enfin, l'habitacle est redessiné. Il était propulsés par des NK-144-22 de 20000 kgp. L'ensemble du projet fut alors confié à D. S. Markov.

Le premier appareil 45-01 ou Tu-22KM fut construit à partir de décembre 1967, et effectua son premier vol le 30 août 1969 aux mains de V. P. Borissov. Il est suivi par 9 autres prototypes, dont un réservé aux essais statiques, tous baptisés Tu-22M0 et sortis d'usine en 1972. Ils furent livrés au 43 TsBP i PLS le 9 février 1973. Ils possédaient des brouilleurs dans un carénage caudal, qui seront remplacés par un canon à la lumière des enseignements de la guerre du Vietnam. Ils possédaient également un apex dorsal important et des entrées d'air arrondies. Les essais montrèrent cependant une insuffisance, dont une distance de décollage de 2600 m, une vitesse de 1500 km/h et une distance franchissable de 4000 km.

Neufs autres appareils, destinés à l'entraînement des pilotes, suivirent en 1971 et 1972. Ils furent nommés Tu-22M1. Ils possédaient une cellule plus résistante et disposaient d'une perche de ravitaillement en vol escamotable. Le premier d'entre eux vola le 28 juillet 1971 et furent testés jusqu'en 1975. Les résultats étaient légèrement meilleurs, mais pas encore suffisants. Les Tu-22M0 et M1 sont tous deux surnommés Backfire-A par l'OTAN, qui les découvrit en 1970 grâce à un satellite.

Le Tu-22M2 fut la première version produite en série, et vola le 7 mai 1973. Le fuselage agrandi permettait d'emporter 4 personnes placées sur des sièges éjectables KT-1, les ailes furent également allongées. Il était équipé de réacteurs NK-22 et d'un parachute de freinage. Ses entrées d'air sont rectangulaires. C'est le premier bombardier soviétique à posséder un radar de suivi de terrain et des contre mesures électroniques. Enfin, son train d'atterrissage était logé dans les ailes plutôt que dans des carénages. Son armement consistait, soit en 3 missiles air-surface Kh-22M ou Kh-22P (AS-4 Kitchen), un logé dans une nacelle ventrale et deux sous les ailes, soit en 24 tonnes de bombes ou mines, disposées sous 4 points d'emports. Il peut emporter 9 bombes de 250 kg sous chaque râtelier, mais aussi des bombes de 500 jusqu'à 3000 kg. Il s'avéra plus performant que le Tu-22 et ayant une meilleure visibilité, mais le confort et la fiabilité laissait encore à désirer. Afin de respecter les accords SALT, sa perche de ravitaillement en vol fut supprimée, mais elle peut être facilement remontée. Cela a soulevé pas mal de controverses, l'URSS le considérant comme un bombardier tactique à moyenne portée et les USA comme un bombardier stratégique à portée intercontinentale.
Il entra en service en juillet 1974 au sein du 185 GvTBAP de Poltava, en remplacement des Tu-16 et fut nommé Backfire-B par l'OTAN. Il équipa également le 840 TBAP, le 1225 et le 1229 TBAP. 211 exemplaires furent construits jusqu'en 1983. Il fut surnommé Dvoika (Deuce) par ses équipages.
Les Tu-22M2Ye résultent du rééquipement de plusieurs Tu-22M2 avec des réacteurs NK-23 plus puissants. Un Tu-22M2 fut converti en Tu-22MP de guerre électronique, mais ne fut pas produit en série. Cependant, il en aurait existé 2 ou 3 exemplaires. Un Tu-22M2, rebaptisé Tu-22M2-E, servit de banc d'essai volant au NK-25 en 1974.

Le Tu-22M3 vola pour la première fois le 20 juin 1977. Il était équipé de réacteurs NK-25 plus puissants de 25000 kgp, alimentés par une entrée d'air similaire à celle du MiG-25. Son aile fut modifiée, sa tourelle de queue était équipée d'un canon GSh-23 de 23mm contrôlé par un radar d’ alerte et de contrôle de tir PRS-4 Krypton "Boxtail" et alimenté par 600 obus. Il pouvait emporter les 3 missiles Kh-22, ou, à la place, 6 missiles Kh-15P (AS-16 Kickback) montés sur un lanceur rotatif en soute. Enfin, son nez redessiné logeait un nouveau radar Leninets PN-AD, un système de navigation et d'attaque NK-45 et un système OPB-15T de guidage de bombes. Ses capacités d'attaque à basse altitude s'en trouvaient améliorée. Sa structure fut complètement modifiée afin d'alléger l'appareil et le rendre plus aérodynamique, donc plus rapide. Toutes ces modifications furent portées sur le premier prototype du Tu-22M1.
268 Tu-22M3 furent construits. Il entra en service en 1981 au sein des 840 TBAP et 185 GvTBAP, remplaçant le Tu-22M2, et fut baptisé Backfire-C par l'OTAN. Ses équipages, eux, le nommait "Troika" (Trio).

Un Tu-22M3 fut converti en Tu-22MR de reconnaissance, équipés d'un radar à vision latérale Shompol, pour le compte de l'aéronavale soviétique. Il vola le 6 décembre 1985 et s'écrasa. Un deuxième prototype fut construit, mais le manque de budgets et la chute de l'URSS mirent fin au programme. Cependant, certaines sources parlent d'une douzaine d'exemplaires. Un Tu-22M3, rebaptisé Tu-22M3-LL, fut affecté au TsaGi et vola à partir de 1993.

Le Tu-22M fut engagé pour la première fois en Afghanistan en 1987. Son rôle semble cependant avoir été marginal, mais aucun appareil ne fut perdu. Il sera également engagé en Tchétchénie en 1994, lors des bombardements de Grozny, ainsi qu'en Géorgie en 2008, où l'un d'eux fut abattu par des tirs sol-air.

497 exemplaires furent construits de 1967 à 1993 à Kazan. La complexité technique de l'appareil, tant pour la construction que pour la maintenance, firent que les efforts de prolonger la production échouèrent. Il servit aussi bien au sein de l'armée de l'air soviétique comme bombardier tactique qu'au sein de l'aéronavale soviétique dans un rôle de surveillance maritime. Le Pentagone le présenta comme une menace sérieuse malgré son rayon d'action relativement limité. De fait, il fut souvent comparé au B-1, mais le Tu-22M est plus un bombardier tactique que stratégique, bien plus dédié à la lutte anti-navire qu'à la frappe nucléaire à long rayon d'action. De fait, son histoire est une longue lutte pour atteindre les spécifications exigées par l'armée rouge, notamment en terme de vitesse, qui ne furent jamais vraiment remplies.

Lors de l'éclatement de la Russie, il en restait environ 370 exemplaires en service. L'Ukraine en récupéra 29, et se sépara de son dernier exemplaire en 2004. Il ne fut jamais exporté, mais l'Inde aurait loué 4 Tu-22M3 en 2001 pour des missions Patmar.
La Chine fut intéressée dès 1993 par le Tu-22M, mais les négociations ont échouées et elle en possède pas. L'Iran en aurait acheté 7, ce qui est plus que douteux. La Biélorussie en aurait récupéré 52 lors de l'éclatement de l'URSS, mais ce n'est pas confirmé non plus.

Il en reste 162 opérationnels actuellement, plus 93 en réserve. Cependant, des programmes de modernisations, comme l'installation d'un système de ciblage automatique SVP-24 en 2009, lui permettront de rester en service encore quelques années.

Tu-22M3

Dimensions
Longueur : 42,4 m
Envergure : de 23,3 m à 34,28 m
Hauteur : 11,05 m
Surface alaire : de 175,8 m² à 183,6 m²

Masses
A vide : 58000 kg
maximale : 126000 kg

Motorisation
Moteur : 2 Kuznetsov NK-25 avec PC
Poussée : 490 kN

Performances
Vitesse maximale : 2327 km/h
Plafond : 13300 m
Distance franchissable : 7000 km

Equipage : 4 : 1 pilote, 1 copilote, 1 bombardier, 1 opérateur CME

Armement : un canon GSh-23 de 23 mm, 24000 kg de charges offensives.

Pays utilisateurs : Russie, Ukraine.


<!– m –><a class="postlink" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-22M">http://fr.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-22M</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.red-stars.org/spip.php?article83">http://www.red-stars.org/spip.php?article83</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.avions-militaires.net/fiches/tu22m.php">http://www.avions-militaires.net/fiches/tu22m.php</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.avionslegendaires.net/tupolev-tu-26-backfire.php">http://www.avionslegendaires.net/tupole … ckfire.php</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ever/Pages/tu-22m.htm">http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ev … tu-22m.htm</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.krasnayazvezda.com/VVS/appareils/avions/tu22m.html">http://www.krasnayazvezda.com/VVS/appar … tu22m.html</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://en.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-22M">http://en.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-22M</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.milavia.net/aircraft/tu-22m/tu-22m.htm">http://www.milavia.net/aircraft/tu-22m/tu-22m.htm</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.globalsecurity.org/wmd/world/russia/tu-22m.htm">http://www.globalsecurity.org/wmd/world … tu-22m.htm</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.aerospaceweb.org/aircraft/bomber/tu22m/">http://www.aerospaceweb.org/aircraft/bomber/tu22m/</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.fas.org/nuke/guide/russia/bomber/tu-22m.htm">http://www.fas.org/nuke/guide/russia/bomber/tu-22m.htm</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.globalaircraft.org/planes/tu-22m_backfire.pl">http://www.globalaircraft.org/planes/tu-22m_backfire.pl</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.combataircraft.com/aircraft/btu22m.aspx">http://www.combataircraft.com/aircraft/btu22m.aspx</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://warfare.ru/?catid=257&linkid=1618">http://warfare.ru/?catid=257&linkid=1618</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.enemyforces.net/aircraft/tu22m.htm">http://www.enemyforces.net/aircraft/tu22m.htm</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.ausairpower.net/APA-Backfire.html">http://www.ausairpower.net/APA-Backfire.html</a><!– m –>

<!– m –><a class="postlink" href="http://www.vectorsite.net/avtu22.html">http://www.vectorsite.net/avtu22.html</a><!– m –>

Sacré gros morceau… Un appareil qui me plaît bien, dans sa version M3. :)
Re: Tu-22M Backfire à 16/07/2010 14:34 ciders
Je confirme pour la Chine : ils ont essayé d'obtenir des Tu-22M3 pour remplacer leurs vieux H-6, mais ils n'y sont pas parvenus. Ils ont donc choisi de moderniser leurs H-6. Pour l'Iran… si ils avaient eu des Backfire, ils les auraient exposé à la première occasion. Aucune information sérieuse n'a semble t-il filtré sur la possibilité d'en trouver en Iran.

Pour le Bélarus, j'ai un doute. Ils ne leur auraient pas servi à grand chose, et auraient coûté des milliards. De surcroît, l'exportation n'était pas possible, tous les services secrets majeurs surveillant les éventuels acheteurs. Si le Bélarus a eu des Tu-22M en stock, il paraît probable qu'ils aient été détruits ou revendus à la Russie.
Re: Tu-22M Backfire à 16/07/2010 15:20 Clansman
Les Biélorusses les auraient récupérés lors de l'éclatement de l'URSS. Mais en fait, je n'ai trouvé que très peu de sources qui en parlaient.
Re: Tu-22M Backfire à 21/07/2010 12:02 ciders
J'ai trouvé de quoi satisfaire ta curiosité Clans. J'ai dégoté le numéro d'août 2006 d'Air Forces Monthly, où l'on peut lire un article sur la force aérienne du Bélarus et un autre sur les Tu-22M en service en Ukraine.

Concernant le Bélarus, il y avait effectivement, avant 1991, plusieurs unités de Tu-22M déployées localement. La 46ème Armée Aérienne disposait de 5 régiments ( 170 appareils ) : les régiments basés à Bobruysk et Orsha mettaient en ligne 37 Tu-22M3 et 25 Tu-16K ( bombardiers ), ceux de Machulishchi et Baranovichi se partageant de leur côté 66 Tu-22K ( bombardiers ). Enfin, à Zyabrovka, les Soviétiques avaient déployé 29 Tu-22R et 13 Tu-16R ( reconnaissance ).

En 1994, après la signature d'un accord entre le gouvernement du Bélarus et le gouvernement russe, tous ces appareils ont été repatriés en Russie, le Bélarus ne conservant que les appareils des unités de chasse et d'attaque, plus les hélicoptères et les autres types d'appareils non stratégiques.

En Ukraine, tous les Tu-22M2 et Tu-22M3 encore en ligne ont été démolis à partir de juin 2002, à l'exception de 3 appareils ( 2 Tu-22M3 et 1 Tu-22M2 ) conservés pour exposition. Un total de 43 Tu-22M3 et 17 Tu-22M2, soit 60 appareils, est passé ainsi de service actif à ferraille. Ces chiffres correspondent au nombre de Tu-22M déployés avant 1991 en Ukraine, soit 45 Tu-22M3 ( 2 régiments : le 185ème régiment de bombardiers lourds de la Garde et le 260ème régiment de bombardiers lourds ) et 18 Tu-22M2 ( une formation dépendant de la Flotte de la Mer Noire )
Re: Tu-22M Backfire à 29/09/2010 15:11 Clansman
Le Tu-22M sur le site
Re: Tu-22M Backfire à 18/12/2013 21:17 d9pouces
Comme on parlait récemment de missiles nucléaires russes actuels :
Voilà quelques photos actuelles de Tu-22M, avec des AS-4 Kitchen (un gros missile air-sol, pouvant être équipé d'une charge nucléaire dans sa version Kh-22N)
<!– m –><a class="postlink" href="http://russianplanes.net/ID126476">http://russianplanes.net/ID126476</a><!– m –>

Note : ce sont peut-être des Kh-32, une version modernisée.
Re: Tu-22M Backfire à 27/07/2015 15:08 Ansierra117
Tu-22M3M :

Le Tupolev Tu-22M3M est une version modernisée du Tu-22M3 le dotant d’une nouvelle avionique, d’un radar Novella-45 et intégrant le missile de croisière Kh-55 de 350km de portée. Les systèmes de désignation sont également l’objet d’une mise à niveau. Le rayon d’action est quant à lui porté à 2410km grâce au remplacement des réservoirs par de plus gros.

Le premier appareil a été admis au service actif le 3 février 2012.

A l’horizon 2020 les forces aériennes russes escomptent disposer de 30 Tu-22M3M modernisés.
Re: Tu-22M Backfire à 29/07/2015 16:36 d9pouces
J'avais entendu parler d'un Tu-22M5 pour remplacer les Tu-22M3. Quelle est la différence avec le Tu-22M3M, du coup ?

Merci pour l'info, en tout cas !
Re: Tu-22M Backfire à 29/07/2015 23:49 Ansierra117
Je pense que c'est soit une erreur de désignation soit une petite ugrade qui avec la M4 ont été rassemblées dans la M3M
Re: Tu-22 Blinder à 04/11/2016 18:41 stanak
Tu-22M-0
ex Soviet AF
Image

Tu-22M-2
ex Ukraine AF
Image

Tu-22M-3
ex Ukraine AF
Image
présent au RIAT en 1998 :o
Re: Tu-22 Blinder à 04/11/2016 20:25 d9pouces
Uniquement le dernier était présent au RIAT 98, j'imagine ?

Jolies photos, en tout cas. Le M-2 est le plus beau des trois, je trouve.
Re: Tu-22M Backfire à 05/11/2016 11:49 Clansman
Je crois qu'on s'était trompé de Tu-22.

Le M-2 est le plus beau des trois, je trouve.

J'aime bien les entrées d'air du M3, mais je préfère le nez du M2. Egalité donc… :D
Re: Tu-22M Backfire à 05/11/2016 12:03 d9pouces
Je voulais dire M3, OTAN pour moi !
Re: Tu-22M Backfire à 20/11/2016 14:49 Nico2
Très belle brochette, merci beaucoup Stanak ! :)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires