Rappels

Histoire de l'appareil

En 1947, les tensions entre l'URSS et l'Occident montèrent d'un cran et décidèrent Supermarine à proposer à la RAF une version améliorée, à aile en flèche, de l'Attacker. Plusieurs appareils de démonstration furent construits avant d'aboutir à une formule figée : le Supermarine 541.

Celui-ci effectua son premier vol le 1er août 1951 et fut suivi par un second prototype, le 18 juillet 1952. Les essais montrèrent rapidement qu'il avait de qui tenir : les vols transsoniques ne furent atteints qu'avec peine, et il se révélait dangereux au-delà de 7500 m, ce qui est gênant pour un intercepteur. Le 26 septembre 1953, Mike Lightow battit le record de vitesse à basse altitude avec 735 mph, mais ne le conserva qu'une journée.

Le premier appareil de série décolle dès le 25 août 1952 et les premiers Swift F.1 entrèrent en service en 1954. 20 exemplaires furent construits, mais seuls 9 entrèrent en service, les autres servant aux essais. Ils furent suivis par la version F.2 à corde allongée (16 exemplaires furent construits et disposaient de 2 canons supplémentaires), et équipèrent tous deux le squadron 56.

Le F.3, équipé d'un Avon RA7R de 4310 kgp avec postcombustion, fut construit à 25 exemplaires, mais ne servit qu'à l'instruction au sol : sa postcombustion était inutilisable au-delà de 20000 pieds… Le F.4, pourvu d'un stabilisateur mobile, avait le même problème de post-combustion et ne fut construit qu'à 8 exemplaires.

Tous ces appareils étaient peu performants particulièrement en altitude, quasiment inaptes à mener des missions d'interception, et peu aimés des pilotes. La RAF le jugea inapte au service et tout juste bon à décorer les hangars. Ces versions de chasse furent très rapidement remplacés, le 15 mars 1955, notamment par des… Meteor.

Finalement, on décida d'en faire une version de reconnaissance, le FR.5 ou Type 549, qui avait le mérite d'utiliser le point fort du Swift : le vol à basse altitude. Le premier exemplaire, un F.1 modifié, effectua son vol inaugural en mai 1955. Il fut suivi par un autre prototype, un F.4 modifié. Construit à 102 exemplaires (dont 39 F.4 directement construits au standard FR.5, et 4 F.4 convertis), il entra en service en décembre 1955 afin de remplacer les Meteor PR.9. Il fut déployé en Allemagne fédérale, au Moyen-Orient, en Asie et à Suez en 1956. Il sera finalement retiré du service en 1962, remplacé par le Hunter FR.10. Il était équipé de 3 caméras Vinten F95, placées dans un nez allongé, et fut le seul à laisser un bon souvenir à ses pilotes. De fait, il remporta plusieurs compétitions.

Le PR.6, un projet d'avion de reconnaissance à haute altitude et désarmé, fut annulé. Le F.7 (ou Supermarine 552), équipé uniquement de missiles Fireflash, ne fut construit qu'à 14 exemplaires, dont 2 prototypes. Ces prototypes volèrent en 1956, les exemplaires en 1957. Ils furent retirés du service dès 1958.

Il ne fut produit qu'à 183 exemplaires, prototypes inclus, et, bien qu'il fut le premier appareil à ailes en flèche de la RAF, ne laissa franchement pas un souvenir impérissable, malgré quelques records de vitesse d'ailleurs brièvement conservés.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Supermarine 510 : Prototype du Swift doté d'un train classique. 1 exemplaire.
  • Supermarine 517 : Second prototype du Swift équipé d'un stabilisateur d'incidence variable.
  • Supermarine 528 : Troisième prototype du Swift.
  • Supermarine 535 : Prototype doté d'un train tricycle basé sur un Supermarine 528 modifié.
  • Supermarine 541 : Dernier prototype du Swift servant d'appareil de présérie.
  • Supermarine Swift F.1 : Version initiale de série, 20 exemplaires.
  • Supermarine Swift F.2 : Version équipée de 2 canons supplémentaires, 16 exemplaires.
  • Supermarine Swift F.3 : Version équipée de PC, 25 exemplaires.
  • Supermarine Swift F.4 : Variante avec un empennage horizontal entièrement mobile, 8 exemplaires.
  • Supermarine Swift FR.5 : Version de reconnaissance, 102 exemplaires dont 2 prototypes et 4 appareils modifiés.
  • Supermarine Swift F.7 : Variante équipée de missiles, n'entra pas en service. 14 exemplaires dont 2 prototypes.
  • Short PD.10 : Etude effectuée à partir de juillet 1953 pour équiper une cellule de Supermarine Swift avec des ailes isocliniques, afin d’étudier le comportement de ces dernières à grande vitesse et haute altitude.
  • Supermarine 520 : Projet de conversion en chasseur opérationnel du second Supermarine 510.
  • Supermarine 531 : Projet concernant différentes modifications à apporter sur les Supermarine 510 et 528.
  • Supermarine 532 : Voir fiche spécifique du Swift, projet d’une version équipée d’un réacteur Ghost.
  • Supermarine 542 : Désignation d'usine d'un développement du Swift.
  • Supermarine 546 : Désignation d'usine du Swift F.4 .
  • Supermarine 547 : Version biplace du Swift pour l’entrainement et la chasse de nuit.
  • Supermarine 548 : Projet d’une version navale du Swift.
  • Supermarine 549 : Désignation d'usine du Swift FR.5.
  • Supermarine 550 : Désignation d'usine du projet Swift PR.6.
  • Supermarine 551 : Désignation d'usine du Swift F.2.
  • Supermarine 552 : Désignation d'usine du Swift F.7.
  • Supermarine 557 : Désignation d'usine d'une version d’entrainement du Swift.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Supermarine Swift FR.5 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 9 381 kg (20 682 lbs)
  • Masse à vide : 6 094 kg (13 435 lbs)
  • Surface alaire : 30,5 m² (328,299 sq. ft)
  • Hauteur : 4,02 m (13,189 ft)
  • Envergure : 9,85 m (32,316 ft)
  • Longueur : 12,88 m (42,257 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 1 014 km (630 mi, 547 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 960 m (45 800 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 74,5 m/s (244,423 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 1 147 km/h (713 mph, 620 kts)
  • Charge alaire, à vide : 199,803 kg/m² (40,923 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 307,574 kg/m² (62,996 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Rolls-Royce Avon 114
  • Puissance unitaire : 3 255 kgp (32 kN, 7 175 lbf), 4 286 kgp (42 kN, 9 450 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Supermarine Swift à 05/05/2010 10:24 Clansman
En 1947, les tensions entre l'URSS et l'Occident montèrent d'un cran et décidèrent Supermarine à proposer à la RAF une version améliorée, à aile en flèche, de l'Attacker. Plusieurs appareils de démonstration furent construits avant d'aboutir à une formule figée : le Supermarine 541.

Celui-ci effectua son premier vol le 1er août 1951 et fut suivi par un second prototype. Les essais montrèrent rapidement qu'il avait de qui tenir : les vols transsoniques ne furent atteints qu'avec peine, et il se révélait dangereux au-delà de 7500 m, ce qui est génant pour un intercepteur.

Le premier appareil de série décolle dès le 25 août 1952 et les premiers Swift F Mark I entrèrent en service en 1954. 18 exemplaires furent construits. Ils furent suivis par les versions F II (ils avaient 2 canons supplémentaires et furent construits à 16 exemplaires), et équipèrent tous deux le squadron 56. Le FIII avec postcombustion fut construit à 25 exemplaires, mais ne servit qu'à l'instruction. Le FIV, qui avaient des améliorations aérodynamiques, ne fut construit qu'à 9 exemplaires.

Tous ces appareils étaient peu performant, quasiment inaptes à mener des missions d'interception, et peu aimés des pilotes. Ces versions de chasse furent très rapidement remplacés, dès 1956, notamment par des… Meteor.

Finalement, on décida d'en faire une version de reconnaissance, le FR 5, qui avait le mérite d'utiliser le point fort du Swift : le vol à basse altitude. Le premier exemplaire effectua son vol inaugural en mai 1955. Il fut déployé en Allemagne fédérale, et à Suez en 1956. construit à 62 exemplaires, il sera finalement retiré du service en 1962. Il était équipé de 3 caméras F95.

Le PR6, un projet d'avion de reconnaissance sans armes, a été annulé et le FMark 7, équipé de missiles Fireflash, ne fut construit qu'à 14 exemplaires.

Il ne fut produit qu'à 197 exemplaires et, bien qu'il fut le premier appareil à ailes en flèche de la RAF, ne laissa franchement pas un souvenir impérissable, malgré quelques records de vitesse battus et brièvement conservés.

Swift FR Mark 5

Dimensions
Longueur : 12,88 m
Envergure : 9,85 m
Hauteur : 4,02 m
Surface alaire : 30,5 m²

Masses
A vide : 6094 kg
maximale : 9381 kg

Motorisation
Moteur : 1 Rolls-Royce Avon RA.7R/114
Poussée : 4200 kgP avec PC

Performances
Vitesse maximale : 1148 km
Plafond : 13960 m
Distance franchissable : 1014 km

Equipage : 1 pilote

Armement : 2 canons ADEN de 30 mm, charge offensive sous voilure

Pays utilisateurs : Grande-Bretagne

http://www.avionslegendaires.net/supermarine-swift.php

http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ever/Pages/swift.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Supermarine_Swift

http://www.thunder-and-lightnings.co.uk/swift/history.php

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=358

http://www.vectorsite.net/avsuper.html#m2
Re: Supermarine Swift à 27/09/2010 13:20 Clansman
Le Swift sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:54 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires