Rappels

Histoire de l'appareil

Au milieu des années 1960, le principal appareil d’attaque en ligne au sein des forces aériennes soviétiques était le Su-7 Fitter, à voilure en flèche. Bien que très apprécié de ses pilotes, il ne convenait pas totalement aux missions que lui avaient assignés les militaires soviétiques. Ses performances médiocres au décollage et à l’atterrissage ne permettaient pas son emploi au plus près d’un front éventuel, et sa charge utile était bien trop réduite. L’emploi de fusées d’appoint constitua une solution intérimaire, mais les Soviétiques se rendirent vite à l’évidence. Il fallait améliorer le concept.

Aussi, au milieu des années 1960, le bureau d’études Sukhoï décida de retravailler sur le Su-7, en faisant usage d’une technologie relativement récente à l’Est, la flèche variable. Le 2 août 1966, un Su-7BM modifié effectua son premier vol, avant d’être officiellement dévoilé au meeting aérien de Domodevo, dans la banlieue de Moscou, en 1967. Ce prototype, baptisé S-22I (désignation OTAN : Fitter-B), se distinguait du Su-7 par une voilure à flèche variable, mais uniquement sur les parties extérieures. Dans la pratique, seul les panneaux d’ailes les plus éloignés du fuselage pivotaient. Toutefois, cette évolution se révéla une complète réussite.

Désigné Su-17 par les Soviétiques, le nouvel appareil reprenait un grand nombre des caractéristiques de son prédécesseur, plus un grand nombre de modifications et d’améliorations qui le rendirent beaucoup plus efficace. Comme le Su-7, le Su-17 était monoplace. Son entrée d’air nasale alimentait un unique réacteur, un Lyulka AL-21F-3, plus puissant que l’AL-7F du Su-7. Deux excroissances prolongeait le nez : un tube Pitot et surtout une perche alimentant en mesures un système de contrôle de tir ASP-5ND. Le cône dépassant légèrement le nez du Su-17 abritant un radar multimode SRD-5M (désignation OTAN : High Fix). Le train d’atterrissage fut encore renforcé, pour faciliter les opérations sur des terrains sommaires. La nouvelle voilure permit des performances beaucoup plus importantes. Le rayon d’action au combat augmenta nettement : avec deux tonnes de charge externe, le Su-17 (Fitter-C) disposait de 630 kilomètres d’autonomie, tandis que le plus récent Su-22MK (Fitter-K) était capable de franchir 1100 kilomètres.

Au total, en plus des deux canons NR-30 du Su-7, le Su-17 disposait de plusieurs pylônes d’emport (jusqu’à 10 sur les versions les plus récentes), capables de porter près de 4 tonnes de charge. Comme sur le Su-7, l’armement se composait essentiellement de paniers lance-roquettes (les UV-16-57 étant avantageusement remplacés par des UV-32-57 de capacité supérieure), de bombes lisses FAB-250 et FAB-500 ou de bombes moins conventionnelles (BETAB antipistes, OFAB à fragmentation, RPK à sous-munitions, ZAB incendiaires). Des canons UPK-23 pouvaient en outre être montés en pods. Enfin, pour sa propre défense, le Su-17 pouvait emporter des missiles air-air courte portée, en général des R-13 (AA-2 Atoll) ou des R-60 (AA-8 Aphid).

Versions emblématiques :

- Su-17 (Fitter-B) : Su-7U modifié, pourvu du Lyulka AL-7F du Su-7, produit de 1969 à 1973 ; connu aussi sous la désignation soviétique S-32 ; livrés à l’Égypte en 1971 sous la désignation Su-17K.

- Su-17M (Fitter-C) : première variante majeure en production, pourvue du AL-21F-3 et du système de navigation et d’attaque SRD-5M ; produit de 1972 à 1975 ; exporté en Egypte, mais aussi en Pologne et en Syrie.

- Su-17M2 (Fitter-D) : variante améliorée, offrant plus de visibilité au pilote et un équipement électronique supérieur ; produit de 1974 à 1977.

- Su-17UM (Fitter-E) : biplace d’entraînement, basé sur le Su-17M2 ; produit de 1976 à 1978 ; exporté, notamment au Pérou, sous la désignation Su-22U ; désignation soviétique, S-52U.

- Su-17UM3 (Fitter-G) : biplace d’entraînement, basé sur le Su-17M3 ; produit de 1978 à 1982 ; exporté sous les désignations Su-22UM3 (équipé d'un R-29) et Su-22UM3K (équipé d'un AL-21) ; désignation soviétique, S-52U.

- Su-17M3 (Fitter-H) : développé à partir de Su-17UM, mais avec de l’équipement en plus à la place du passager ; reçoit des pylônes pour missiles air-air et un désignateur de cibles laser ; exporté sous les désignations Su-22M2 et Su-22M3 ; désignation soviétique, S-52.

- Su-17M4 (Fitter-K) : version finale de production, produite entre 1981 et 1990 ; exportée sous la désignation Su-22M4.

La production débuta dès 1969 et prit fin en 1990. Les premiers exemplaires furent déclarés opérationnels en 1971. Après l’Union Soviétique, d’autres pays reçurent des Su-17, souvent pour remplacer des MiG-17 ou des Su-7. Au sein du Pacte de Varsovie, la Pologne fut la première à en recevoir, du fait de sa plus grande fiabilité politique aux yeux des Soviétiques. Ce pays fut un des plus importants utilisateurs de Su-17, avec près de 140 exemplaires, dont les derniers sont encore en service.

L’Union Soviétique fut naturellement le principal client de Sukhoï. Elle engagea plusieurs dizaines de ces appareils dans le conflit en Afghanistan, conflit où plusieurs appareils furent abattus par la résistance locale. Plus récemment, des exemplaires yéménites furent semble t-il eux aussi descendus par les rebelles du nord du pays. De manière générale, les Su-17 ont participé à plusieurs conflits : les exemplaires irakiens furent engagés contre l’Iran puis contre les forces alliées en 1991 (ironiquement, une partie d’entre eux devait rallier l’Iran, où ils sont encore en service), les exemplaires libyens contre les Etats-Unis lors des incidents autour du golfe de Syrte (deux Fitter-J furent abattus par une patrouille de Grumman F-14 le 19 août 1981) et les exemplaires égyptiens contre Israël (guerre de Kippour, 1973).

Les appareils péruviens servirent à deux reprises contre l’Equateur, en 1981 puis en 1995 : lors de ce dernier conflit, le 10 février 1995, un groupe constitué par deux A-37 Dragonfly et deux Su-22 péruviens rencontra, au retour d’une mission de bombardement, deux Mirage F-1 équatoriens, bientôt rejoints par deux Kfir. Les deux Su-22 furent descendus par les F-1.

Au total, près de 2900 exemplaires (2867 très exactement) sortirent des chaînes de montage, toutes versions confondues. Un certain nombre sont toujours en service, même si la majorité finit actuellement sa carrière opérationnelle. D’autres (comme les exemplaires péruviens) sont stockés. Les appareils de l’Union Soviétique restèrent dans les Etats où ils étaient basés avant 1991. La Russie s’en sépara en 1998.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Sukhoï Su-17 S-32 (OTAN : Fitter-B) : 1ere version produite, basée sur le Su-7U.
  • Sukhoï Su-17K (OTAN : Fitter-B) : Version export du Su-17.
  • Sukhoï Su-17KG : Un unique prototype, utilisant le désignateur laser Prozhektor-1 avec les Kh-25 et Kh-29L
  • Sukhoï Su-17M S-32M (OTAN : Fitter-C) : 1ere version construite en grande série.
  • Sukhoï Su-20 S-32MK (OTAN : Fitter-C) : Version d'exportation du Su-17M, construite à 136 exemplaires.
  • Sukhoï Su-17R : Version de reconnaissance. peu d'exemplaires.
  • Sukhoï Su-20R : Version de reconnaissance du Su-20, utilisant un pod KKR-1.
  • Sukhoï Su-17M2 S-32M2 (OTAN : Fitter-D) : Version au nez allongé de 38 cm.
  • Sukhoï Su-22 S-32M2K : Version destinée uniquement à l'exportation, son moteur R-29BS-300 s'avérant trop gourmand.
  • Sukhoï Su-17M2D S-32M2D (OTAN : Fitter-D) : Prototype utilisant un moteur R29B-300, afin de laisser les Al-21F-3 au Su-24.
  • Sukhoï Su-22M2 (OTAN : Fitter-D) : Version au nez allongé afin d'améliorer la visibilité.
  • Sukhoï Su-17UM S-52U (OTAN : Fitter-E) : Version biplace d'entraînement.
  • Sukhoï Su-22U S-52UK (OTAN : Fitter-E) : Version d'exportation du Su-17UM.
  • Sukhoï Su-17M3 S-52 (OTAN : Fitter-H) : Version basée sur le Su-17UM, à l'autonomie rallongée.
  • Sukhoï Su-22M S-52K (OTAN : Fitter-F) : Première version d'exportation du Su-17M3
  • Sukhoï Su-22R : Version de reconnaissance utilisant la nacelle KKR-1.
  • Sukhoï Su-22M3 S-52M3K (OTAN : Fitter-J) : Version export du Su-17M3, dotée de son équipement électronique complet.
  • Sukhoï Su-17M3R S-52R (OTAN : Fitter-H) : Version de reconnaissance du Su-17M3, équipée d'un pod KKR-1T ou d'un KKR-2.
  • Sukhoï Su-22M3R : Version de reconnaissance du Su-22M3, permettant d'utiliser le KKR-1T.
  • Sukhoï Su-17UM3 S-52UM3 (OTAN : Fitter-G) : Version biplace du Su-17M3.
  • Sukhoï Su-22UM3 S-52UM3K (OTAN : Fitter-G) : Première version d'exportation du Su-17UM3, motorisée par le R29BS-300. Seulement 9 exemplaires produits.
  • Sukhoï Su-22UM3K S-52UM3K (OTAN : Fitter-G) : Nouvelle version d'exportation du Su-17UM3, équipé de l'AL-21F3 enfin disponible en grandes quantités.
  • Sukhoï Su-17M4 S-54 (OTAN : Fitter-K) : Dernière version à être produite, très améliorée au niveau de l'avionique.
  • Sukhoï Su-17M4R S-54R (OTAN : Fitter-K) : Comme les versions précédentes, il s'agit de la version de reconnaissance du -M4, utilisant un pod KKR-1/54.
  • Sukhoï Su-22M4 S-54K (OTAN : Fitter-K) : Version d'exportation du Su-17M4, différant par l'IFF et quelques systèmes électroniques.
  • Sukhoï Su-22M5 : Projet de modernisation du Su-22M4, avec cockpit équipé d'écrans, d'une avionique franco-russe et d'une perche de ravitaillement.
  • Sukhoï Su-17M6 S-56 : Projet de Su-17 utilisant le moteur AL-31F du Su-27. Il n'a finalement pas été construit.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Sukhoï Su-17M4 S-54 (OTAN : Fitter-K) voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Flèche minimale des ailes : 30 °
  • Flèche maximale des ailes : 63 °
  • Voie : 3,83 m (12,566 ft)
  • Empattement : 5,247 m (17,215 ft)
  • Envergure de l'empennage : 4,65 m (15,243 ft)
  • Allongement, ailes déployées : 4,86
  • Allongement, ailes repliées : 2,88
  • Masse maxi au décollage : 19 400 kg (42 770 lbs)
  • Masse normale au décollage : 16 400 kg (36 156 lbs)
  • Masse à vide : 10 880 kg (23 986 lbs)
  • Surface alaire : 38,5 m² (414,411 sq. ft)
  • Hauteur : 5,12 m (16,798 ft)
  • Envergure maximale : 13,68 m (44,882 ft)
  • Envergure minimale : 10,02 m (32,874 ft)
  • Longueur : 19,02 m (62,402 ft)

Performances

  • Vitesse de décollage : 360 km/h (224 mph, 194 kts)
  • Vitesse d'atterrissage : 285 km/h (177 mph, 154 kts)
  • Distance d'atterrissage : 1 100 m (3 609 ft)
  • Distance franchissable : 1 150 km (715 mi, 621 nm)
  • Plafond opérationnel : 15 200 m (49 869 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 230 m/s (755 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 1 400 km/h (870 mph, 756 kts)
  • Vitesse maximale HA : 1 860 km/h (1 156 mph, 1 004 kts)
  • Charge alaire, au décollage : 503,896 kg/m² (103,206 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 425,974 kg/m² (87,246 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, à vide : 282,597 kg/m² (57,881 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Lyulka AL-21F3
  • Puissance unitaire : 7 787,971 kgp (76,4 kN, 17 169,552 lbf), 11 192,661 kgp (109,8 kN, 24 675,613 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Un Su-22 yéménite s'écrase le 19 février 2013

    • Lieu : Sana'a (drapeau Yémen, 15° 21’ 15”N, 44° 12’ 19”E)
    • Nombre de victimes : 12
    Un avion militaire yéménite de type SU-22 s'est écrasé sur un immeuble dans un quartier résidentiel de Sana'a, tuant au moins douze civils au sol alors qu'il effectuait une mission de routine Le pilote s'est éjecté et a survécu à l'accident.
  • Crash volontaire d'un Su-22 libyen le 23 février 2011

    Alors que la mission du capitaine Attia Abdel Salem al Abdali et de son copilote Ali Omar Gaddafi était de bombarder les rebelles, ils ont préféré s'éjecter près de la ville d'Ajdabia après leur décollage de Benghazi.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 13/07/2010 16:30 ciders
Gros coup de vernis sur la fiche du Su-7. :)
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 02/01/2011 19:04 Clansman
Le Su-17 est sur le site

Ca manque un peu de précision sur le détail des versions employées par tel ou tel pays. :S
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 02/01/2011 22:02 d9pouces
Malheureusement, c'est souvent assez difficile de trouver la bonne version, les sources ne sont pas toujours très rigoureuses.
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 02/01/2011 22:17 ciders
Sans parler des versions export légèrement moins performantes que les versions soviétiques, plus les conversions ultérieures…

A titre d'exemple, voilà ce que dit Tom Cooper au sujet des Fitter angolais :

- livraison de 10 Su-20M et de 2 Su-22UM-3K en 1984
- livraison de 14 Su-22 en 1989 (version non précisée)
- livraison de 10 Su-22M4K et de 2 Su-22UM-3K ex-slovaques en 1996
- livraison d'un nombre indeterminé de Su-22 ex-bélarusses en 1998
- livraison de 4 Su-22M4K et de 1 Su-22UM-3K ex-slovaques en 2001

Les listes de codes connus font état de 53 appareils, toutes versions confondues.
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 02/01/2011 22:51 d9pouces
Voir les versions d'exportation identiques aux versions russes, mais portant quand même un nom différent :bonnet:
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 03/01/2011 15:30 Clansman
Son prédécesseur est aussi sur le site
Sukhoï Su-22UM3 à 27/03/2012 16:34 stanak
Image
Image
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 03/01/2013 20:23 d9pouces
En lisant mon bouquin sur Sukhoï, j'ai vu qu'il parlait du Su-7U et du Su-7UMK.
Du coup, je me demande si le Su-7UM existe vraiment, d'autant que le Su-7U est déjà basé sur le Su-7BM (avec quelques trucs tirés du BKL).
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 03/01/2013 20:38 ciders
Su-7UM ? Tu l'as lu sur ma fiche ? ^^
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 03/01/2013 20:43 d9pouces
Il est tout de même enregistré comme version :] Et plusieurs sources en parlent également (notamment airliners)
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 06/10/2016 08:24 Clansman
Le Su 100LDU :

A la fin des années 1960, Sukhoï était impliqué dans un projet ambitieux, l'avion "100" plus connu sous le nom de T-4. Cet appareil devait être un bombardier supersonique, rien moins que la réponse soviétique au XB-70.

Sukhoï utilisa des bancs d'essais pour certains composants du futur appareil. Un Su-7U de série (biplace donc) fut ainsi mis à contribution pour tester les commandes de vol électro-hydrauliques. Baptisé Su 100LDU (acronyme russe pour Véhicule à Contrôles Configurés), il fut également doté de plans canards delta et d'un système destiné à accroître automatiquement la stabilité longitudinale.

En interne, il était également désigné S-22PDS. L'exemplaire était codé 08 et avait pour numéro de série 0408 (8e exemplaire du 4e lot de production).

Il vola pour la première fois en 1968 et fut testé jusqu'en 1972 par Igor Volk, pilote du centre d'essais en vol de Gromov et futur cosmonaute. Le T-4 fut annulé le 22 janvier 1974. A cette date, depuis 1973 en fait, le Su 100LDU servait déjà à expérimenter les commandes de vol électriques du futur Su-27, et à tester les plans canards de façon plus générale. L'apport au programme T-4 avait de toute façon été marginale. Dès 1974, il fut cloué au sol, la cellule ayant supporté de forts facteurs de charge (jusqu'à 10,5 G et -6G).


http://prototypes.free.fr/t6/t6-8.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Sukhoi_Su-7#Variants

http://www.ussr-airspace.com/index.php?main_page=product_info&cPath=28_39_38_97&products_id=1536

http://ourairports.biz/?p=6512

http://www.sukhoi.org/eng/planes/museum/su7/

https://issuu.com/jeanlulu/docs/-aviation--soviet-x-planes--yefim-gordon---bill-gu/174

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=cs&u=http://ruslet.webnode.cz/technika/ruska-technika/letecka-technika/p-o-suchoj/a100ldu/&prev=search

http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-ussrrussia/ussr-russia-v/
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 06/10/2016 08:41 Clansman
La fiche sur le site
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 06/10/2016 09:02 Jericho
Et Clans', tu es sûr que ton Su 100 est bien à sa place dans ce topic nommé "du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22"… :p :bonnet:

Sérieusement, merci pour cette fiche, encore un avion expérimental que je ne connaissais pas… ça devient désespérant! :mrgreen:
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 07/10/2016 07:57 Clansman
Lis ça comme un su-10-0. :mrgreen:

Moi non plus je le connaissais pas. Je suis tombé dessus par hasard en faisant d'autres fiches…
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 07/10/2016 08:42 Jericho

Clansman a écrit

Lis ça comme un su-10-0. :mrgreen:
Ah ben là, je suis d'accord! :mrgreen:


Clansman a écrit

Moi non plus je le connaissais pas. Je suis tombé dessus par hasard en faisant d'autres fiches…
C'est ça le bonheur de faire des fiches d'avions expérimentaux, c'est pareil pour moi: je fais une fiche et je découvre des évolutions dérivées et des concurrents qui ne sont pas répertoriés… du coup j'en ai quatre ou cinq de plus à faire. :shock:

Le côté positif, c'est qu'on avance… malgré le but qui s'éloigne. :bonnet:
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 07/10/2016 12:03 Clansman
Gloups.
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 02/11/2016 17:29 stanak
Su-17M3
ex Soviet AF
Image

Su-20
ex Ukraine AF
Image
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 05/11/2016 10:15 d9pouces
Merci pour la fiche sur le 100LDU =)
Je ne savais pas qu'il avait été utilisé pour le Su-27, je ne connaissais que son apport pour le T4.

Faut être courageux pour encaisser 10G/-6G dans ce genre d'appareils, quand même :shock:
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 07/11/2016 11:36 stanak
Su-7BM
ex Soviet AF
Image
Re: La saga Fitter : du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22 à 08/11/2016 08:46 Clansman
Faut être courageux pour encaisser 10G/-6G dans ce genre d'appareils, quand même

J'sais pas si c'était voulu, les sources ne m'ont pas donné cette impression…
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires