Rappels

Histoire de l'appareil

Le Seeker est un drone de reconnaissance et de surveillance du territoire conçu et construit par Denel Dynamics (anciennement Kentron), une firme sud-africaine.

C'est un drone doté d'une endurance de 9 heures et d'une autonomie de 200 km.

La force aérienne sud-africaine ressentit le besoin d'un drone de reconnaissance en 1982 à cause de ses nombreuses opérations. Elle utilisait alors le Gharra, un système d'intérim, au sein du squadron n°10 basé à AFB Potchefstroom.

Le premier système Seeker 1 était basé sur des drones Seeker 2D de reconnaissance et Seeker-P d'entraînement : il fut livré à la force aérienne sud-africaine en 1985/1986 pour évaluation, et fut déployé en opération pour la première fois en Angola en 1987/1988, lors de l'Operation Moduler pour évaluation opérationnelle pendant un mois.

3 appareils furent perdus lors de l'évaluation : le Seeker se montra bien plus discret et somme toute plus efficace que le Mirage F1 ou le Buccaneer. En effet, 16 ou 17 SA-8 furent nécessaires pour abattre un seul Seeker, tandis que les informations qu'il transmettait étaient cruciales. Le squadron n°10 fut démantelé le 31 mars 1991 et les appareils transférés au Directorate Operational Support and Intelligence System, qui les opère à la fois pour le compte de Denel et pour le compte de la force aérienne.

Le Seeker fut par exemple utilisé lors des élections de 1994, ou encore contre les braconniers de rhinocéros dans le parc national Kruger. Les drones Seeker 2D furent tous modifiés au standard Seeker 2E, les modifications portant sur les ailes (flaps et réservoirs intégraux), un moteur Limbach et de meilleures performances. Le Seeker 2E fut introduit en 1995.

Plusieurs versions ont été construites, dont le Seeker II et le Seeker 400. L'Algérie a acquis 20 Seeker II, dont il reste entre 6 et 8 exemplaires en service.

Le Seeker 400 fut dévoilé lors de l'African Aerospace and Defence Exhibition en 2008. Il est conçu pour emporter de l'armement, en particulier le missile léger Impi spécialement conçu pour lui par Denel. Ce missile, d'une portée de 10 km, a été dévoilé en maquette en 2010. Son premier vol était alors prévu pour 2012.

Le Seeker 400 est de 30% plus grand que le Seeker II et dispose d'une charge utile de 100 kg. 2 missiles Mokopa, Impi ou 2 réservoirs de carburant peuvent être emportés sous voilure. Il sert à localiser et désigner des cibles, au réglage d'artillerie, peut accomplir des missions de patrouille maritime ou de surveillance des frontières, voire de renseignement ou de brouillage électronique.

Un système est composé de 4 à 6 drones, d'un MCU (mission control unit) servant à contrôler le drone, et d'un TCU (tracking and communication unit) à laquelle il peut transmettre des images du champ de bataille en temps réel. Le TCU doit être installé à 200 mètres du MCU pour bénéficier du meilleur rendu des communications. Le TGCS (tactical ground control station) pourra combiner les fonctions du MCU et du TCU.

Il peut opérer de jour comme de nuit grâce à son équipement, dont un appareil photographique et une caméra infrarouge. On peut y installer un capteur électro-optique Zeiss LEO III, un radar à synthèse d'ouverture, un détecteur d'émissions radars, un radar maritime, etc…

Le Seeker 400 est propulsé par un moteur de 63.4 kW. Il peut voler à 18000 pieds, pendant 16 heures. Sa vitesse maximale est de 222 km/h. Son autonomie de mission est de 250 km, mais peut passer à 750 km si un TGCS déployé plus en avant prends le relais.

En avril 2013, l'Arabie saoudite a dévoilé son intérêt pour le Seeker 400, après le refus des États-Unis de lui vendre des Predator ou des Reaper. L'Arabie saoudite serait donc le client de lancement du Seeker 400. Son but est de contrer les menées terroristes ou de faire pièce à l'Iran.

Enfin, une version réduite, le Seeker-S, a été dévoilée en 2012, date prévue de son premier vol. Il doit emporter 3 kg de charge utile, avoir une endurance de 6 heures pour une autonomie de 100 km. Version à coûts réduits, elle est plus adaptée au marché civil.

Versions référencées

  • Denel Seeker 400 : Version actuellement en production, pouvant être armée.
  • Denel Seeker I : Version initiale de série.
  • Denel Seeker II : Version améliorée, sans doute introduite en 1995.
  • Denel Seeker-P : Version d'entraînement.
  • Denel Seeker-S : Version réduite pour le marché civil.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Denel Seeker I voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 280 kg (617 lbs)
  • Masse à vide : 180 kg (397 lbs)
  • Envergure : 7 m (23 ft)
  • Longueur : 4,5 m (14,764 ft)

Performances

  • Vitesse de patrouille : 130 km/h (81 mph, 70 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 222 km/h (138 mph, 120 kts)
  • Rayon d'action : 200 km (124 mi, 108 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 096 m (20 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 5,08 m/s (16,667 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 194 km/h (121 mph, 105 kts)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Limbach L550E
  • Puissance unitaire : 37,7 kW (51,258 ch, 50,557 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Denel Seeker à 15/02/2014 07:05 Clansman
Le Seeker est un drone de reconnaissance et de surveillance du territoire conçu et construit par Denel Dynamics (anciennement Kentron), une firme sud-africaine.

C'est un drone de 19 pieds d'envergure, doté d'une endurance de 9 heures et d'une autonomie de 200 km. Il emporte 40 kg de charge utile.

La force aérienne sud-africaine ressentit le besoin d'un drone de reconnaissance en 1982 à cause de ses nombreuses opérations. Elle utilisait alors le Gharra, un système d'intérim, au sein du squadron n°10 basé à AFB Potchefstroom.

Le premier système Seeker 1 était basé sur des drones Seeker 2D de reconnaissance et Seeker-P d'entraînement : il fut livré à la force aérienne sud-africaine en 1985/1986 pour évaluation, et fut déployé en opération pour la première fois en Angola en 1987/1988, lors de l'Operation Moduler pour évaluation opérationnelle pendant un mois.

3 appareils furent perdus lors de l'évaluation : le Seeker se montra bien plus discret et somme toute plus efficace que le Mirage F1 ou le Buccaneer. En effet, 16 ou 17 SA-8 furent nécessaires pour abattre un seul Seeker, tandis que les informations qu'il transmettait étaient cruciales. Le squadron n°10 fut démantelé le 31 mars 1991 et les appareils transférés au Directorate Operational Support and Intelligence System, qui les opère à la fois pour le compte de Denel et pour le compte de la force aérienne.

Le Seeker fut par exemple utilisé lors des élections de 1994, ou encore contre les braconniers de rhinocéros dans le parc national Kruger. Les drones Seeker 2D furent tous modifiés au standard Seeker 2E, les modifications portant sur les ailes (flaps et réservoirs intégraux), un moteur Limbach et de meilleures performances. Le Seeker 2E fut introduit en 1995.

Plusieurs versions ont été construites, dont le Seeker II et le Seeker 400. L'Algérie a acquis 20 Seeker II, dont il reste entre 6 et 8 exemplaires en service.

Le Seeker 400 fut dévoilé lors de l'African Aerospace and Defence Exhibition en 2008. Il est conçu pour emporter de l'armement, en particulier le missile léger Impi spécialement conçu pour lui par Denel. Ce missile, d'une portée de 10 km, a été dévoilé en maquette en 2010. Son premier vol était alors prévu pour 2012.

Le Seeker 400 est de 30% plus grand que le Seeker II et dispose d'une charge utile de 100 kg. 2 missiles Mokopa, Impi ou 2 réservoirs de carburant peuvent être emportés sous voilure. Il sert à localiser et désigner des cibles, au réglage d'artillerie, peut accomplir des missions de patrouille maritime ou de surveillance des frontières, voire de renseignement ou de brouillage électronique.

Un système est composé de 4 à 6 drones, d'un MCU (mission control unit) servant à contrôler le drone, et d'un TCU (tracking and communication unit) à laquelle il peut transmettre des images du champ de bataille en temps réel. Le TCU doit être installé à 200 mètres du MCU pour bénéficier du meilleur rendu des communications. Le TGCS (tactical ground control station) pourra combiner les fonctions du MCU et du TCU.

Il peut opérer de jour comme de nuit grâce à son équipement, dont un appareil photographique et une caméra infrarouge. On peut y installer un capteur électro-optique Zeiss LEO III, un radar à synthèse d'ouverture, un détecteur d'émissions radars, un radar maritime, etc…

Le Seeker 400 est propulsé par un moteur de 63.4 kW. Il peut voler à 18000 pieds, pendant 16 heures. Sa vitesse maximale est de 222 km/h. Son autonomie de mission est de 250 km, mais peut passer à 750 km si un TGCS déployé plus en avant prends le relais.

En avril 2013, l'Arabie saoudite a dévoilé son intérêt pour le Seeker 400, après le refus des Etats-Unis de lui vendre des Predator ou des Reaper. L'Arabie saoudite serait donc le client de lancement du Seeker 400. Son but est de contrer les menées terroristes ou de faire pièce à l'Iran.

Enfin, une version réduite, le Seeker-S, a été dévoilée en 2012, date prévue de son premier vol. Il doit emporter 3 kg de charge utile, avoir une endurance de 6 heures pour une autonomie de 100 km. Version à coûts réduits, elle est plus adaptée au marché civil.



http://en.wikipedia.org/wiki/Denel_Dynamics_Seeker

http://www.saairforce.co.za/the-airforce/aircraft/160/seeker-1

http://www.airforce-technology.com/projects/seeker-400-uav/

http://freebeacon.com/armed-and-dangerous/

http://www.suasnews.com/2012/03/12967/denel-dynamics-touts-south-african-uav-expertise/

http://www.unmanned.co.uk/autonomous-unmanned-vehicles/uav-data-specifications-fact-sheets/seeker-400-unmanned-aerial-vehicle-uav-specifications/
Re: Denel Seeker à 15/02/2014 08:00 Clansman
La fiche sur le site
Re: Denel Seeker à 23/02/2014 21:01 Cinétic
Juste histoire d'être cohérent avec les unités de mesure entre les différents appareils, au lieu de 19 pieds d'envergure, j'aurais mis 5,79 mètres.
C'est plus simple si on veut comparer ;)
Re: Denel Seeker à 24/02/2014 07:46 Clansman
Merci, tu as raison, je vais corriger ça directement sur la fiche du site.

Mais ça s'explique par le fait que je garde les mesures telles que je les trouve, après, le site fait lui-même la conversion. :)

EDIT : en fait non, les données issues de Wikipédia sont en contradiction avec celles fournies par le site sur la force aérienne sud-africaine. J'ai conservé les données de cette dernière et gardé uniquement les données recoupées.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:54 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires