Avion d'entraînement de base » Morane-Saulnier MS.733 Alcyon

Image du Morane-Saulnier MS.733 Alcyon RuthAS

Rappels

Description

A la fin des années 1940, la France, alors en pleine reconstruction de ses forces aériennes, chercha à se procurer un nouvel appareil d’entraînement de base. Des constructeurs français furent démarchés en ce sens. En 1949, Morane-Saulnier, grande entreprise aéronautique française, connue notamment pour ses chasseurs employés au cours de la Seconde Guerre Mondiale, proposa un prototype, baptisé MS.730-01.

Il s’agissait d’un monoplan, à ailes basses et train d’atterrissage fixe. La motorisation, assurée par un Mathis 8G-20 huit cylindres inversés de 180 chevaux ne parut pas suffisante aux militaires. Aussi, les ingénieurs remplacèrent-ils ce moteur par un Argus As 10 (le même moteur qui équipait un grand nombre d’appareils légers de fabrication allemande, notamment le Fieseler Fi 156 Storch) de 240 chevaux.

Le nouveau prototype baptisé MS.731 vola en novembre 1949, et fut bientôt suivi, début 1951, par deux prototypes MS.732. Les MS.732 se distinguaient surtout par un train d’atterrissage escamotable. Le 16 avril 1951, le premier de six appareils de présérie, le MS.733-01, effectua son premier vol.

L’Alcyon (désignation de l’Armée de l’Air) connut un succès certain. Pourvu d’une instrumentation très complète (émetteur-récepteur VHF, radio-compas, horizon artificiel…), son cockpit offrait également une bonne visibilité à l’équipage. Ses qualités lui ouvrirent également les portes du marché civil, Morane-Saulnier en développant une version civile très appréciée des aéroclubs. Une grande partie des pilotes civils français furent, jusqu’aux années 1970, formés sur des MS.733. Ainsi, en 1955, la compagnie aérienne Air France loua à l’Etat cinq Alcyon pour former ses officiers navigateurs et radionavigants. Certains appareils sont d’ailleurs toujours en état de voler et font le bonheur des visiteurs de meetings.

Un peu plus de 200 unités furent produites, 145 allant à l’Armée de l’Air et 40 à l’Aéronavale. Cette dernière reçoit ses premiers appareils en 1957. Quinze appareils seront par la suite vendus au Cambodge. Les Alcyon, non-armés à l’origine, seront engagés en Algérie, à partir de 1956. Baptisés MS.733A, ils effectueront notamment des missions d’attaque au sol, étant généralement armés de mitrailleuses MAC 34T de 7,5 mm, de paniers lance-roquettes T-10 et de bombes antipersonnel. En 1956, une EALA (escadrille d’avions légers d’appui) de l’Aviation Légère de l’Armée de l’Air reçut des Alcyon en remplacement de ses MS.500 Criquet. Les Alcyon furent en mars 1956 rassemblés au sein du GALA 70 (groupe d’aviation léger d’appui), basé à La Réghaia en Algérie : ce groupe était constitué de trois escadrilles, deux de combat et une d’entraînement. Plusieurs appareils de cette version furent plus tard cédés au Maroc.

Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Morane-Saulnier MS.730 : Prototype ayant volé en 1949
  • Morane-Saulnier MS.731 : MS.730 remotorisé par un Salmson.
  • Morane-Saulnier MS.732 : Prototype motorisé par un Salmson 8 AS de 240 ch.
  • Morane-Saulnier MS.733 : Version de série.
  • Morane-Saulnier MS.733A : Version armée du MS.733
  • Morane-Saulnier MS.735 : Version plus puissante, moteur de 310 ch.

Aperçu : Morane-Saulnier MS.733 voir la fiche complète

Caractéristiques
  • Longueur :
    9,34 m (30,64 ft)
  • Envergure :
    11,29 m (37,04 ft)
  • Hauteur :
    3,46 m (11,35 ft)
  • Surface alaire :
    20,4 m² (219,6 sq. ft)
  • Masse à vide :
    1 262 kg (2 782 lbs)
  • Masse maxi au décollage :
    1 670 kg (3 682 lbs)
Performances
  • Vitesse maximale HA :
    240 km/h (149 mph, 130 kts)
  • Plafond opérationnel :
    4 800 m (15 748 ft)
  • Endurance maximale :
    4 h 0 min
Motorisation
  • 1 Potez 6D30
    Puissance unitaire :
    177 kW (240 ch, 237 hp)

Vidéos

 

Images

  Image   Image  Morane-Saulnier MS.733 Alcyon français Morane-Saulnier MS.733 Alcyon cambodgien Morane-Saulnier MS.733 Alcyon par Clansman