AviationsMilitaires

Quelques photos

Une fiche au hasard

Latécoère 298

Avant la Seconde Guerre Mondiale, les hydravions connaissaient un véritable âge d'or. Utilisés sur les lignes aériennes les plus prestigieuses, symboles de luxe et de confort, ils attiraient aussi l'attention par les exploits de certains pilotes amateurs de records. Mais les hydravions n'étaient pas uniquement destinés aux civils. Toutes les forces aériennes d'importance mettaient en œuvre ce type d'appareil, à partir de navires de guerre ou de bases aéronavales.

La France était l'un des pays les plus en pointe dans le domaine de la conception et de la construction d'hydravions, notamment grâce à l'entreprise Latécoère, qui devait être l'un des leaders en la matière jusqu'au milieu des années 1950. Latécoère fournissait d'ailleurs depuis plusieurs années la composante aéronavale de la marine française, et avait aussi effectué quelques ventes à des ...

Lire la fiche »

Dernièrement sur le forum…

Re: ST Aeropace Skyblade à 26/04/2015 19:30 Jericho
Merci Clansman !
Re: Musée central des forces aériennes de la Fédération Russ à 26/04/2015 14:45 Clansman
Le controversé Mikoyan-Gourevitch MiG-105 "Spiral", l'ajoutera-t-on ou pas?


Bah, on a bien le X-15... Je ferais la fiche un peu plus tôt que prévu, on avisera à ce moment-là. 8-)
Re: ST Aeropace Skyblade à 26/04/2015 14:25 Clansman
La fiche sur le site
ST Aeropace Skyblade à 26/04/2015 11:33 Jericho
Les ST Aeropace Skyblade sont des drones de reconnaissance tactique propulsés par un moteur à pistons ou électrique, volant de façon autonome et retransmettant en direct les images au poste de contrôle au sol.

Le premier Skyblade construit par l’entreprise Singapourienne, et développé avec l’aide de la DSO (Defense Science Organisation National Laboratories), est resté au stade du prototype. Le Skyblade II, propulsé par un moteur à pistons, a effectué plusieurs essais. Transportable en pièces détachées, il peut être rapidement monté pour être engagé sur le terrain. Prêt à être construit en série pour équiper les forces armées de Singapour, c’est finalement le Skyblade III qui lui est préféré. Equipé d’un moteur électrique, moins bruyant, cette version est également équipée d’un système électro-optique plus performant. Les informations sont retransmises en direct au poste de contrôle au sol. Comme le Skyblade II, il est lancé à la main ou à l’aide d’une catapulte à élastique située sur une petite rampe de lancement et l’atterrissage se fait à basse vitesse, après avoir gonflé un coussin d’air. Désirant mettre au point un drone possédant une autonomie et un rayon d’action plus important, ST Aeropace met au point le Skyblade IV. Nettement plus grand, il est aussi de conception très différente. Il est équipé d’ailes hautes, de dérives en "V", d’une hélice propulsive et des patins lui servent de train d’atterrissage. Il est catapulté depuis une rampe de lancement et est récupéré à l’aide d’un filet vertical ou en déployant un parachute. Si les premières versions avaient un rayon d’action d’environ 8km, le Skyblade IV peut s’éloigner d’une centaine de kilomètres de la station de contrôle située dans un véhicule ou une remorque. Une version améliorée du Skyblade III est développée sous l’appellation de Skyblade 360. Un peu plus grande et plus lourde, elle a un rayon d’action de 15km et une autonomie de 3 à 6 heures, selon si elle est munie de batteries traditionnelles ou de piles à combustible.

Les Skyblade III et IV sont en service au sein des forces armées de Singapour, le Skyblade 360 devrait entrer en service prochainement.
Versions :

Skyblade I : Version de reconnaissance tactique restée au stade de prototype, développée en collaboration avec DSO (Defense Science Organisation National Laboratories)

Skyblade II : Version améliorée de reconnaissance aérienne, propulsée par un moteur à pistons situé au-dessus des ailes et actionnant une hélice quadripale. Le fuselage cylindrique, équipé à l’avant d’une bulle en verre par laquelle filme la caméra TV ou IR, est situé sous les ailes. Les empennages horizontaux et la dérive sont fixés à l’extrémité d’une poutre de queue. Entièrement développé par ST Aerospace, le Skyblade II n’a jamais été fabriqué en série.

Skyblade III : Version de reconnaissance tactique munie d’un moteur électrique. Développé en collaboration avec DSO (Defense Science Organisation National Laboratories), ce drone est directement dérivé du Skyblade II. Le fuselage cylindrique, qui est équipé à l’avant d’une sphère mobile munie d’une caméra TV ou IR, est suspendu sous un axe. Sur ce dernier, on y trouve l’hélice bipale à l’avant, puis les ailes et enfin, à son extrémité, la dérive et l’empennage horizontal. Les ailes, qui sont droites, ont un dièdre positif sur une partie de leur longueur. Le drone est lancé à la main ou à l’aide d’une catapulte à élastique depuis une petite rampe de lancement. Il se pose à basse vitesse après avoir gonflé un coussin d’air pour amortir le choc avec le sol. Il est entièrement autonome durant le vol et transmet en temps réel les images filmées depuis une hauteur de 90 à 450 mètres au-dessus du sol. Une équipe de deux personnes suffit à l’engager. Il serait en service au sein des forces armées de Singapour depuis 2010 ou 2011.

Skyblade IV : Version de reconnaissance tactique munie d’un moteur à pistons entrainant une hélice propulsive, d’ailes hautes droites, d’un empennage en "V" et d’une tourelle stabilisée sous le fuselage contenant les caméras TV et IR. Un radar SAR (radar à synthèse d’ouverture) peut également être installé dans le fuselage. Nettement plus grand que les autres appareils de la "famille Skyblade", ce drone décolle d’une rampe de lancement munie d’une catapulte. L’atterrissage se fait en le prenant dans un filet vertical ou en déployant un parachute de récupération, un train d’atterrissage composé de deux arceaux terminés par des patins permet d’amortir le choc au moment du contact avec le sol. Le premier vol a lieu en 2010 et il est livré aux forces armées de Singapour à la fin de 2012 ou en 2013. Divers essais sont également effectués en Australie et en Afrique du Sud.

Skyblade 360 : Version améliorée du Skyblade III, elle a effectué son premeir vol en mai 2011. Comme le Skyblade III, il est constitué d’un axe muni d’une hélice bipale à l’avant, des ailes, droites avec un dièdre positif sur une partie de leur longueur, et des empennages à l’arrière. Le fuselage, qui est fixé à cet axe au niveau des ailes, est équipé à l’avant d’une tourelle contenant la caméra TV ou IR. Comme le Skyblade III, il décolle lancé à la main ou à l’aide d’une catapulte à élastique installée sur une petite rampe de lancement. Durant le vol, le drone est autonome, pouvant transmettre les images filmées en temps réel dans un rayon de 15km, tout en évoluant jusqu’à une hauteur de 900 mètres/sol. Il se pose après avoir gonflé un coussin gonflable pour amortir le choc avec le sol. Il devrait pouvoir être introduit au sein des forces armées de Singapour en 2014 ou 2015.
Utilisateurs militaires :

Singapour : Des Skyblade III et IV sont en service au sein des forces armées, le Skyblade 360 devrait bientôt entrer en service.
Caractéristiques Skyblade II :

Longueur : 1,2m Envergure : 1,8m
Moteurs :

Un moteur à piston.
Performances :

Vitesse max : 130km/h Vitesse de décrochage : 33km/h Endurance : 2h Rayon d’action : 8km
Armement :

Sans.

**************************************************
Caractéristiques Skyblade III :

Longueur : 1,4m Envergure : 2,6m Masse maximale au décollage : 5,0kg Points d’attache : 0
Moteurs :

Un moteur électrique.
Performances :

Vitesse de croisière : 65km/h Endurance : 1h Rayon d’action : 8km
Armement :

Sans.

**************************************************
Caractéristiques Skyblade IV :

Longueur : 2,4m Envergure : 3,7m Masse maximale au décollage : 70kg Charge utile : 12kg Points d’attache : 0
Moteurs :

Un moteur à pistons d’environ 10 à 14cv.
Performances :

Vitesse max : 148km/h Vitesse de croisière : 93km/h Plafond opérationnel : 4’572m Endurance : 12h Rayon d’action : 100km
Armement :

Sans.

**************************************************
Caractéristiques Skyblade 360 :

Longueur : 1,8m Envergure : 3,0m Masse maximale au décollage : 9,0kg Points d’attache : 0
Moteurs :

Un moteur électrique alimenté par des batteries classiques ou à combustible.
Performances :

Endurance : 3h (6h avec des piles à combustible) Rayon d’action : 15km
Armement :

Sans.
Liens internet :

http://en.wikipedia.org/wiki/ST_Aerospace_Skybladehttps://www.staero.aero/www/keyoffering ... DAwMDAwMTghttps://www.staero.aero/www/keyoffering ... DAwMDAwMTkhttp://www.flightglobal.com/news/articl ... ir-368261/http://www.ainonline.com/aviation-news/ ... latest-uavhttp://www.ainonline.com/aviation-news/ ... t-and-besthttp://mikeshouts.com/skyblade-iii-mini ... o-service/http://www.stengg.com/files/pdf/press_r ... _final.pdfhttp://en.ruvsa.com/catalog/skyblade_iv/http://en.ruvsa.com/catalog/skyblade_iii/http://www.aex.ru/news/2012/2/24/92995/
Re: Musée central des forces aériennes de la Fédération Russ à 25/04/2015 22:45 Ansierra117
picture

Mil Mi-2 "Hoplite"
picture

Mil Mi-6AYA "Hook-D"
picture

Le même mais "les yeux dans les yeux"
picture

Mil Mi-6VKP "Hook-B". J'ai pu parfois trouver sur internet "Mi-6VZKP", cependant je n'ai aucune idée de ce à quoi pourrait correspondre le "Z" donc j'ai décidé de le laisser tomber pour m'en tenir à la version "classique"
Aller au forum »