AviationsMilitaires

Quelques photos

Une fiche au hasard

Blériot XI

Origines

En décembre 1908, une section « réservée aux choses de l’air » est créée dans le cadre du salon de l'automobile au Grand Palais à Paris. Le constructeur, Louis Blériot, y présente deux avions : le prototype du Blériot X, un biplan biplace imité de l’appareil des frères Wright et un petit monoplan le Blériot XI, issue des évolutions du prototype Blériot VIII de 1908. Abandonnant le X qui ne volera donc jamais, Blériot investit dans le type XI en prenant à contre pied la grande majorité des autres constructeurs de l’époque pour qui le biplan est la seule solution satisfaisante.

Le fuselage du Blériot XI a été dessiné par Raymond Saulnier. Il est à la fois léger mais également assez robuste pour permettre, par la suite, de nombreuses évolutions ...

Lire la fiche »

Dernièrement sur le forum…

Re: Korea People's Air Force - Corée du Nord à 29/06/2016 00:11 Jericho
Faudra me les préprentrer sur le site pour que je puisse les ajouter à l'orbat, parce qu'Air Koryo ça m'étonnerait pas que ça serve aux forces aériennes nord-coréennes de temps en temps


On sait qu'Air Koryo sert aux forces aériennes nord-coréennes, on en a de fortes présomptions ou on imagine? :interr:

Quand aux fiches, il va falloir attendre encore un petit peu avant de les avoir... ;)
Re: les nouvelles de la base aérienne 105 à 28/06/2016 23:23 pacific231
B747-400 4X-ICC Cargo Air Lines
picture
picture
picture
picture
picture

64-GD
picture
Re: Aeronautica Militare Italiana - Italie à 28/06/2016 22:19 Jericho
Ah ? C'est plus un projet ?


En tous cas, on trouve des images du M-346 présenté avec les armes qu'il serait capable d'emporter. Par contre, c'est vrai que je ne sais pas où ils en sont, s'ils attendent d'avoir de la demande pour finir de mettre au point cette version ou si elle est déjà dans les cartons.
Re: Aeronautica Militare Italiana - Italie à 28/06/2016 17:23 Clansman
Ah ? C'est plus un projet ?
Re: L'actualité des forces navales à 28/06/2016 16:16 Paxwax
STX Offshore & Shipbuilding, qui est le propriétaire coréen des chantiers navals de St-Nazaire, va probablement vendre lesdits chantiers très rapidement (sous 3 mois). Or, ce sont les seuls chantiers français qui maitrisent la technologie permettant de construire de gros navires. Comprendre: les seuls en France capables de construire nos porte-avions et BPCs.

Source:
Les Echos
Mer et Marine (attention: si vous suivez ce lien, ça consomme 1 article d'un crédit de 4 articles gratuits par mois... Ensuite vous devrez payer).

Un peu de contexte, pour ceux qui veulent aller plus loin: Les anciens Chantiers de l'Atlantique sont aujourd'hui possédés à 66.5% par le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding, et à 33% par l'état français. Or, STX vient d'être placé par un tribunal de Corée du Sud en redressement judiciaire, à la suite de pertes monumentales. St-Nazaire n'est pas coupable, vu que c'est l'une des rares perles du groupe STX à avoir réussi son retour à la compétitivité, avec un carnet de commandes aujourd'hui très bien fourni (14 paquebots géants, les créneaux de livraisons du chantier sont saturés jusqu'en... 2022 :shock: ). Mais vu leur niveau d'endettement, les coréens de STX n'ont plus le choix: ils doivent vendre des actifs pour se renflouer et espérer repartir dans leur fief coréen. Etant un de leurs rares chantiers encore rentables, St-Nazaire est l'un des seuls dont la vente pourrait leur apporter suffisamment de cash pour rembourser une partie sérieuse de leurs dettes. Vu que le tribunal coréen a donné 3 mois à STX pour présenter un plan de redressement crédible, STX doit vendre St-Nazaire sous 3 mois. Problème: à qui? 1) Il y a les chinois. Sauf que l'objectif des chinois est de piller la technologie pour apprendre à le faire chez eux, puis de fermer le chantier européen. Apparemment, l'état français (qui en tant qu'actionnaire à 33.5% des chantiers de St-Nazaire dispose d'une minorité de blocage) interdira une vente à la Chine. Problème: pour pouvoir user de sa minorité de blocage, l'état doit mettre sur la table un prix au moins égal à celui des chinois. Vu que les chinois ont de l'argent, tout ça pourrait donc coûter cher. 2) Il y a l'italien Fincantieri. Ce serait un actionnaire très sérieux et professionnel. Problème: ces 2 dernières années ont été dures: Fincantieri affiche 180 millions d'€ de déficits, il n'a probablement plus les sous pour s'offrir St-Nazaire. 3) Il y a les chantiers navals Genting (Hong Kong), un groupe privé. Problème: Hong Kong étant dépendant de Pékin, la technologie sera-t-elle pillée de la même façon que par les chinois "continentaux"? Genting a récemment racheté 3 chantiers navals allemands (Warnemünde, Wismar et Stralsun) à Nordic Yards, et le pillage n'a pas eu lieu, Genting semble vouloir développer ces chantiers... Mais c'est un risque, la technologie de St-Nazaire étant bien plus unique que celle de ces 3 chantiers allemands.. 4) Il y a l'état français/la région Pays de la Loire. Problème: ce serait une nationalisation. C'est mal vu par l'UE (quoique là, vu que c'est militairement stratégique, on aurait le droit quand même). Et ça coûte cher au contribuable. Et l'état n'est pas expert ès technologie navale, donc l'actionnaire ne saurait pas être très présent sur les décisions stratégiques d'ordre technique (gros investissements...). Avantage: le retour à la compétitivité des chantiers de l'Atlantique, en perdition il y a seulement 4 ans, est affiché comme une des principales réussites industrielles du gouvernement Hollande. En période électorale, c'est un symbole fort (un peu comme les Rafales), et l'Elysée serait donc prêt à assumer leur retour sous contrôle français. 5) Il y a DCNS, potentiellement... Sauf que DCNS est controlé par Thalès, et derrière Thalès: Dassault. Et que DCNS/Dassault ne sont pas intéressés pour investir dans le secteur pas très rentable de la construction navale civile (le civil étant de très loin l'essentiel de l'activité de St-Nazaire). Comme DCNS dépend quand même des Chantiers de l'Atlantique, qui sont un de ses gros fournisseurs, l'entreprise serait quand même prête à mettre quelques millions pour une participation minoritaire, histoire de s'assurer de la stabilité de son fournisseur.
Aller au forum »