Rappels

Histoire de l'appareil

Dans les années 1960, la force aérienne chinoise disposait de chasseurs supersoniques comme le MiG-19 (J-6) et le MiG-21 (J-7). Mais l'absence d'avion d'entraînement supersonique se faisait sentir. Il n'est pas avéré que Mikoyan ait développé la version biplace du MiG-19 (le MiG-19UTI), et si c'est le cas, elle aurait été construite à peu d'exemplaires.

C'est pour cela que Shenyang développa une version biplace du J-6 qu'elle produisait déjà. Le premier vol eut lieu en novembre 1970 et les livraisons commencèrent en janvier 1972.

Informations techniques

Éléments de reconnaissance

Biplace en tandem

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 8 932 kg (19 692 lbs)
  • Hauteur : 3,88 m (12,746 ft)
  • Envergure : 9 m (30 ft)
  • Longueur : 12,915 m (42,372 ft)

Équipage

  • Équipage : 2

Pays exploitant actuellement cet appareil

Charge utile et armement

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Exemplaires construits

  • Aucun exemplaire n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Shenyang J-6 à 12/05/2010 21:40 ciders
Après le MiG-19, son petit frère chinois, le Shenyang J-6, plus connu à l'Ouest sous sa dénomination F-6.



En 1949, l'arrivée des communistes au pouvoir en Chine continentale permit un rapprochement durable entre l'Union Soviétique et la nouvelle Chine populaire. Durant une dizaine d'années, Moscou soutint fortement, et par divers biais, la reconstruction du pays et notamment, le développement de son secteur militaire. La construction aéronautique chinoise, jusque-là quasi inexistante, connut une forte croissance. Les Soviétiques fournirent des avions, mais aussi une importante assistance technique, en envoyant des machines, des plans et des techniciens. Tous ces efforts permirent à la Chine de constituer une industrie notable, capable de construire de quoi équiper ses forces aériennes.

A la fin des années 1950, la coopération sino-soviétique s'accrut encore. L'Union Soviétique décida d'accorder à la Chine des licences de production pour plusieurs types d'appareils. A la fin de l'année 1957 ( on parle aussi du début de 1958 ), la Chine reçut la licence du MiG-19, en l'occurence de la version MiG-19P. Dès 1959, les premiers exemplaires produits dans une nouvelle usine, située à Shenyang, en Mandchourie, effectuaient leurs premiers vols. Cependant, malgré l'assistance soviétique, les ingénieurs chinois se retrouvèrent confrontés à d'importantes difficultés. Les premiers J-6 de série étaient peu fiables et peu performants. La PLAAF refusa de les prendre en compte avant qu'ils ne soient modifiés. Mais entretemps, la contexte géopolitique avait changé. La rupture entre l'Union Soviétique et la Chine, en 1961, entraîna la fin des fournitures soviétiques et le rappel des ingénieurs et techniciens. Du jour au lendemain, les Chinois furent dépourvus de toute aide. Pendant plusieurs années, ils tâtonnèrent, progressant à partir des plans achetés aux Soviétiques et apprenant sur le tas. Finalement, ce ne fut que vers 1964 que la PLAAF put prendre en compte ses premiers appareils réellement utilisables.

Naturellement, le J-6 est très proche du MiG-19, dont il constitue au départ une simple production sous licence. Comme le Farmer soviétique, le J-6 est un chasseur à voilure en flèche, avec une importante surface alaire et une voilure implantée en position moyenne-basse. Une unique entrée d'air frontale à double entrée approvisionnait deux turboréacteurs Wopen WP-6, des Toumansky RD-9BF soviétiques également produits sous licence. L'armement était également similaire, essentiellement à base de canons de calibre 30 mm. Des points d'emport sous voilure permettaient également l'emport d'une petite charge militaire extérieure. L'avionique était cependant très réduite.

Une fois que les Chinois eurent assimilés les techniques de production et d'entretien du J-6, ils purent lancer le développement de nouvelles versions du J-6, plus modernes et plus performantes.

Versions principales :

- J-6A ( Dongfeng-103, également connu comme Type 59A ; contrairement à ce que cela peut paraître, il a volé près d'un an avant le J-6 ) : équivalent chinois du MiG-19P ; pourvu d'un radar RP-1 de faible portée et de deux canons de 30 mm ; exporté sous la désignation F-6A
- J-6 ( Dongfeng-102, également connu comme Type 59 ) : équivalent chinois du MiG-19S, issu d'une première tentative de production en série ; armé de trois canons de 30 mm
- J-6B ( Dongfeng-105, également connu comme Type 59B ) : équivalent chinois du MiG-19PM, construit par Nanchang, armé d'une paire de missiles PL-1 ( AA-1 Alkali soviétiques ), mais donnant lieu à de nombreux problèmes ; 19 exemplaires produits
- J-6C : chasseur de jour, inspiré a priori du MiG-19SF ; dispose d'un parachute de freinage monté sous la queue ; exporté sous la désignation F-6C
- J-6I, J-6II et J-6III : prototypes non entrés en production
- JJ-6 : variante biplace conçue pour l'entraînement des pilotes ; fuselage allongé de 84 cm, aérodynamique améliorée, cockpit en tandem pour un pilote et un instructeur, un unique canon de 30 mm et une plus grande contenance en carburant ; exporté sous la désignation FT-6 ; environ 264 exemplaires produits
- JZ-6 : variante spécifiquement dédiée à la reconnaissance ( il a aussi existé trois séries de J-6 de chasse convertis ), développée en 1976 ; possède une baie rétractable contenant des équipements de reconnaissance et deux canons de 30 mm ; équipait encore 4 régiments indépendants de la PLAAF dans les années 1990 ; a priori, tous retirés du service en 2005

Une fois que la Chine eut maîtrisé les techniques de production et d'entretien du J-6, elle en fit un de ses principaux appareils de première ligne. Les chiffres de production sont assez incertains, mais la plupart des sources donnent une fourchette, de 3000 à 5000 exemplaires sortis des usines chinoises, essentiellement celles de Guizhou, de Nanchang et surtout de Shenyang. Les chaînes furent stoppées en 1981, tandis que les J-6 encore en service étaient progressivement affectés à l'instruction puis retirés des escadrilles, entre les années 1980 et les années 2000. Il semble qu'à l'heure actuelle, tous les exemplaires de la PLAAF et de la PLANAF ( acronyme anglophone pour désigner la marine de guerre chinoise ) aient été ferraillés ou plus sûrement placés en réserve.

Outre les appareils employés par ses unités, la Chine réserva une partie de la production pour l'exportation. Tous les Etats ou presque qui furent à un moment ou un autre alignés sur la politique chinoise reçurent des J-6 ( dans ce cas, désignés F-6 ). Le Pakistan reçut ses premiers appareils dès le début des années 1960 ( d'autres sources indiquent l'année 1965 ), et les engagea à plusieurs reprises contre l'Inde. Il semble qu'ils obtinrent une demie-douzaine de victoires confirmées durant le conflit de 1971, dont une aux dépens d'un MiG-21. Au moins un F-6 ( peut-être deux ) furent en retour abattus et plusieurs autres détruits au sol ou lors de tirs fratricides. Les pilotes pakistanais revendiquèrent aussi plusieurs victoires contre des appareils soviétiques, durant le conflit afghan. Le Pakistan a reçu un total de 253 appareils, les derniers étant retirés en 2002. D'anciens Etats pro-soviétiques reçurent également des F-6, après avoir choisi Pékin contre Moscou : les F-6 somaliens se firent tailler en pièces durant la Guerre de l'Ogaden ( 1978 ), soit dominés dans les airs, soit détruits au sol. L'Albanie reçut également des F-6, parfois moins perfectionnés que les MiG-19 livrés auparavant par l'Union Soviétique, et qui s'avérèrent incapables de contrer les MiG-21 yougoslaves qui venaient régulièrement pénétrer l'espace aérien albanais. Les Irakiens et les Iraniens se firent livrer à leur tour des J-6, à l'occasion de la Première Guerre du Golfe ( 1980-1988 ), et les employèrent tous deux dans des missions d'attaque au sol. On peut évoquer enfin les F-6 cambodgiens, capturés au sol par l'armée vietnamienne en 1978. A l'heure actuelle, il semble que seuls trois Etats continuent d'aligner des J-6/F-6 : la Corée du Nord, l'Iran et le Myanmar. La plupart des autres utilisateurs ont remisé leurs appareils avant 2005.

A partir du J-6, la Chine développa directement le Q-5 Fantan d'attaque au sol, et s'en inspira pour produire plusieurs prototypes, tel le Nanchang J-12.


Caractéristiques :

Type : chasseur
Premier vol : 19 décembre 1958 ( J-6A )
Entrée en service : 1961 ( J-6A )

Version : J-6C

Motorisation : 2 turboréacteurs Wopen WP-6, de 3250 kgp de poussée unitaire avec postcombustion

Vitesse maximale : Mach 1,45 ( à 11000 m )
Vitesse ascensionnelle : 9145 m/mn
Plafond pratique : 17900 m
Distance franchissable maximale : 2200 km
Rayon d'action de combat : 640-685 km

Masse à vide : 5760 kg
Masse maximale au décollage : 10000 kg

Envergure : 9,20 m
Hauteur : 3,88 m
Longueur : 12,6 m ( 14,9 m avec le tube Pitot )
Surface alaire : 25 mètres carrés

Armement :
- 3 canons Type 30-1 de calibre 30 mm ( 60 obus chacun )
- non déterminé avec certitude ( logiquement, 4 pylones avec 500 kg de charge maximale )

Pays utilisateurs : Albanie, Bangladesh, Cambodge, Chine, Corée du Nord, Egypte, Irak, Iran, Myanmar, Pakistan, Somalie, Soudan, Tanzanie, Vietnam du Nord, Zambie



Sources :

Le numéro 352 de la revue française Air Fan, avec un article de l'ami FF consacré à la force aérienne albanaise, doit figurer en première ligne de cette rubrique. Donc voilà. :p

Ensuite :

- http://www.sinodefence.com/airforce/fighter/j6.asp
- http://en.wikipedia.org/wiki/Shenyang_J-6
- http://www.lesavions.net/index.php?option=com_content&view=article&id=799:shenyang-j-6-et-q-5-mig-19-a-chinoise&catid=14:focus
- http://www.vectorsite.net/avmig15_3.html#m5
- http://www.vectorsite.net/avmig15_3.html#m5
- http://www.aerospaceweb.org/aircraft/fighter/mig19/
Re: Shenyang J-6 à 12/05/2010 22:31 Clansman
LE PORTEFEUILLE DE CLANSMAN SE SITUE DANS SA POCHE AVANT-GAUCHE !

Mais comment tu sais ça, toi ?
Re: Shenyang J-6 à 12/05/2010 22:34 ciders
Crénom de nom de nom de nom, *** *** **************** !

Mon édit vient d'y passer. Le texte et les variantes ! A cause d'un clic foireux !

Clans, je dois tuer quelqu'un. Es-tu volontaire ? :help:
Re: Shenyang J-6 à 12/05/2010 22:36 PCmax

ciders a écrit

Crénom de nom de nom de nom, *** *** **************** !

Mon édit vient d'y passer. Le texte et les variantes ! A cause d'un clic foireux !

C'est ballot ça ! :mrgreen:
Re: Shenyang J-6 à 12/05/2010 22:50 ciders
Les tuer ! Les tuer tous les deux !

Ensuite, nous prenons le Prrrécieux…

Et NOUS devenons le Maître !



PCMax, je te hais. :bonnet:
Re: Shenyang J-6 à 12/05/2010 23:33 Clansman
Clans, je dois tuer quelqu'un. Es-tu volontaire ?

Nan, mais ma copine l'est. :bonnet:

Ben merde, c'est con. Tu les sauvegarde pas quelque part avant de les lancer ? Moi, c'est ce que je fais. :S
Re: Shenyang J-6 à 13/05/2010 15:56 ciders
Négatif. J'ouvre le topic et je le bosse en direct.

Je finis ça ce soir.
Re: Shenyang J-6 à 21/06/2010 11:33 ciders
Si j'en crois A&C numéro 2223, la PLAAF viendrait de retirer ses derniers J-6 du service. Il ne devait pas en rester beaucoup, si ce n'est pour mener des essais en vol, à moins qu'il ne s'agisse des J-6 de reconnaissance.
Re: Shenyang J-6 à 03/01/2011 22:21 Clansman
Le J-6 en ligne

Il ne reste plus que la PLANAF a en posséder encore, des JJ-6 à priori. Par contre, es-tu sûr que le Zimbabwe en a eu ? Ca paraît logique à priori, mais malgré tout je n'ai rien trouvé nulle part à ce sujet.
Re: Shenyang J-6 à 03/01/2011 22:24 ciders
Tu veux dire la Zambie non ?
Re: Shenyang J-6 à 03/01/2011 22:26 Clansman
Tu avais entré le Zimbabwe. Mais apparemment, la Zambie a effectivement reçu des F-6, si j'en crois WAF.
Re: Shenyang J-6 à 03/01/2011 22:31 ciders
J'ai dû me planter alors pour le Zimbabwé. Pour la Zambie tu me mets le doute.

Dès que le deuxième tome d'African MiGs sortira (dans un an au mieux), j'irais vérifier.
Re: Shenyang J-6 à 04/01/2011 09:41 Clansman
Ben j'ai remplacé le Zimbabwe par la Zambie, on verra plus tard si c'est vraiment vrai. :)
Re: Shenyang J-6 à 09/06/2017 15:43 Ansierra117
Je vous présente le Shenyang B-6 ou J-6W :


Ayant à sa disposition une flotte de plusieurs centaines de Mikoyan-Gourevitch MiG-19 et Shenyang J-6 aussi obsolètes qu'antédiluviens, la People's Liberation Army Air Force (PLAAF) entreprend à partir du milieu des années 2000 d'en convertir une partie en drone.

Désigné B-6 (ou J-6W), il ne semble pas avoir été conçu pour servir de cible d'entraînement. Sa capacité à transporter une paire de bombes lisses de 250 kg sous ses ailes suggère qu'il est potentiellement utilisé comme drone d'attaque au sol "low-cost", voire comme missile de croisière. Par ailleurs, il est à noter que le système de guidage des appareils intègre un autodirecteur radar passif…peut-être pour pouvoir mener des missions antiradar.

Une fois le processus de "dronisation" achevé, le "nouvel" appareil perd ses deux canons de 30 mm, son siege éjectable et un certain nombre d'équipements additionnels liés au pilotage. A la place sont installés des systèmes de contrôle de vol à distance, de navigation et de conduite de tir, ainsi qu'une liaison de données.

Des rumeurs font également état du développement d'une version améliorée, totalement dépourvue de cockpit. Des images parues sur les réseaux sociaux chinois accréditent cette thèse.

La flotte de B-6, forte d'environ 200 appareils, serait basée dans le sud-est du pays, face à Taiwan, dont elle pourrait saturer les defenses antiaériennes.
Re: Shenyang J-6/Taiwan à 13/01/2019 12:05 stanak
J-6
ex PLAAF
Image

JZ-6
ex PLAAF
Image

deux défections
Re: Shenyang J-6 à 30/09/2019 18:28 Badger16

Ansierra117 a écrit

Je vous présente le Shenyang B-6 ou J-6W :


Ayant à sa disposition une flotte de plusieurs centaines de Mikoyan-Gourevitch MiG-19 et Shenyang J-6 aussi obsolètes qu'antédiluviens, la People's Liberation Army Air Force (PLAAF) entreprend à partir du milieu des années 2000 d'en convertir une partie en drone.

Désigné B-6 (ou J-6W), il ne semble pas avoir été conçu pour servir de cible d'entraînement. Sa capacité à transporter une paire de bombes lisses de 250 kg sous ses ailes suggère qu'il est potentiellement utilisé comme drone d'attaque au sol "low-cost", voire comme missile de croisière. Par ailleurs, il est à noter que le système de guidage des appareils intègre un autodirecteur radar passif…peut-être pour pouvoir mener des missions antiradar.

Une fois le processus de "dronisation" achevé, le "nouvel" appareil perd ses deux canons de 30 mm, son siege éjectable et un certain nombre d'équipements additionnels liés au pilotage. A la place sont installés des systèmes de contrôle de vol à distance, de navigation et de conduite de tir, ainsi qu'une liaison de données.

Des rumeurs font également état du développement d'une version améliorée, totalement dépourvue de cockpit. Des images parues sur les réseaux sociaux chinois accréditent cette thèse.

La flotte de B-6, forte d'environ 200 appareils, serait basée dans le sud-est du pays, face à Taiwan, dont elle pourrait saturer les defenses antiaériennes.

C'est pas bête du tout après tout, ils ont des zincs en état de vol, les envoyer avec un pilote serait du suicide, alors autant en faire des drones bombardiers dont le retour à la base n'est pas obligatoire… S'il revient, jackpot, s'il ne revient pas, il aura rempli sa mission (ou tenté de le faire) pour moins cher qu'un missile de croisière!
Et au pire de pire, ils peuvent être remplis d'explosifs et envoyés comme drones kamikazes/missiles de croisières pilotés, comme une version XXIe siècle du vieux missile de croisière soviétique pour Tu-16 et 95 dont j'ai oublié le nom (Raduga?) et qui est en fait un MiG-15 kamikaze sans pilote.
Re: Shenyang J-6 à 01/10/2019 14:16 Clansman
du vieux missile de croisière soviétique pour Tu-16 et 95 dont j'ai oublié le nom (Raduga?) et qui est en fait un MiG-15 kamikaze sans pilote.

AS-1 Kennel. ;)

https://fr.wikipedia.org/wiki/KS-1_Komet
Répondre aux messages »

Comparaison

Comparer avec :
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:57 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires