Rappels

Informations techniques

Version initiale du projet.

Éléments de reconnaissance

Monoplan, Empennage bipoutre, Monoréacteur, Cockpit fermé

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Charge utile et armement

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Exemplaires construits

  • Aucun exemplaire n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
De Havilland, Projets divers à 16/05/2019 14:06 Jericho
DH-107 : Projet de chasseur britannique de la fin des années 1940.
De configuration bipoutre, comme le DH-100 Vampire, il est possible qu’il ait servi au développement du DH-112 Venom.

DH-111 : Voir fiche spécifique du de Havilland DH-106 Comet.

DH-117 : Voir fiche spécifique.

DH-127 : Projet d’ADAV supersonique britannique des années 1960, destiné à l’attaque et à la reconnaissance aérienne.
L’étude de ce projet débute en 1961, afin de répondre à l’exigence OR.346. Le DH-127 est un avion supersonique à décollage et atterrissage verticaux muni d’ailes en Delta, mais sans empennages horizontaux. Il est propulsé par deux turboréacteurs Rolls-Royce RB.168 Spey et deux réacteurs de sustentation Rolls-Royce RB.162 situés à l’avant du poste de pilotage.

DH-128 : Projet dérivé du DH-127.

DH.129 : Voir fiche spécifique.

DH GOR.339 project : Voir fiche spécifique.


Source principale:
British Secret Projects - Jet Bombers Since 1949; BUTTLER Tony,Midland Publishing.

British Secret Projects - Jet Fighters Since 1950; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
Re: De Havilland Projets divers / Hawker Siddeley Hatfield à 16/05/2019 22:33 Jericho
De Havilland DH.117 :

Projet d’intercepteur biplace britannique des années 1950à propulsion mixte, réacteurs et moteur-fusée.

C’est pour répondre à la spécification F.155T réclamant un intercepteur capable de voler à Mach2 que le constructeur aéronautique britannique De Havilland lance l’étude du DH.117 à partir d’octobre 1955.
L’avion est de construction entièrement métallique, principalement en alliages d’aluminium avec certaines pièces exposées à de hautes températures fabriquées en acier ou en titane. Son fuselage est de section ovale avec, à l’avant, un nez de grande taille pour abriter le radar de recherche et de tir. Les deux membres d’équipage sont installés sur des sièges éjectables en tandem dans le cockpit. Le pilote protégé par une verrière munie de montants métalliques, alors que le navigateur installé en place arrière ne bénéficie que de deux fenêtres latérales de forme ovale. Les ailes, en position médiane, sont effilées et possèdent un léger dièdre négatif. Elles sont équipées de becs de bord d’attaque et de volets. Des réservoirs de carburant supplémentaires largables peuvent être installés à leurs extrémités. L’empennage cruciforme est en flèche. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable. Les deux turboréacteurs De Havilland Gyron Junior sont situés côte à côte, au-dessous des ailes. Les entrées d’air, de forme semi-circulaire et munies de souris permettant de réguler l’apport d’air selon l’altitude, sont installées de chaque côté de l’appareil, dans sa moitié inférieure. Les tuyères des réacteurs sont situées un peu derrière les bords de fuite des ailes. Le moteur-fusée De Havilland Spectre est installé à l’arrière du fuselage, sa tuyère se trouvant juste sous la dérive.

De Havilland considère que le développement d’un système d’arme complet répondant aux exigences de la RAF serait impossible dans les délais impartis. Par conséquent, c’est le missile Blue Jay Mk.4 qui est sélectionné pour équiper le DH.117. Bien qu’il ne soit pas entièrement autonome, c’est un missile qui a de fortes probabilités d’atteindre sa cible. Deux de ces engins sont donc emportés sous les ailes.

Grâce à la quantité de carburant emporté en interne et dans les réservoirs largables en bout d’ailes, ainsi que le moteur-fusée permettant d’accélérer et de monter rapidement, le DH.117 doit pouvoir effectuer une interception à vitesse supersonique dans un rayon de 510km de la base après un temps de patrouille de 40 minutes, soit nettement plus que selon les spécifications. De plus, malgré une charge alaire importante, la puissance de ses réacteurs et du moteur-fusée lui permet de décoller sur une distance comparable aux autres appareils.

Il est prévu de construire deux prototypes, sans équipements, dans le département expérimental de De Havilland pour les faire voler en décembre 1958 et juin 1959. Par la suite, en cas de sélection par le ministère britannique, douze exemplaires de préproduction peuvent être construits pour voler entre octobre 1959 et juin 1961. La première machine de production est prévue pour janvier 1962, avec une entrée en service dans l’année. Des concurrents pour l’exigence F.155T, ce serait l’appareil le plus rapidement développé et prêt au service.

Durant les mois d’évaluation, le développement de l’appareil continue. Au dernier moment, juste avant la proclamation des résultats, De Havilland fait une nouvelle proposition avec un DH-117 enfin muni d’un système d’interception entièrement automatique incluant un radar amélioré et des missiles plus performants, une cellule plus résistante et contenant une plus grande proportion d’acier, des moteurs plus puissants et la possibilité d’utiliser une catapulte au décollage et des brins d’arrêts à l’atterrissage.

Malheureusement pour De Havilland, la nouvelle proposition n’est pas prise en compte, car jugée déloyale envers les autres concurrents qui auraient également pu proposer des améliorations à leurs projets. L’évaluation finale des différents projets place le DH-117 en quatrième position, derrière ceux d’Armstrong-Whitworth, de Fairey et de Vickers. La demande d’intégrer également les missiles Red Hebe, qui n’a pas été pris en compte par De Havilland de crainte de trop dégrader les performances de son appareil, semble avoir pesé lourd dans la décision finale. Le projet est alors abandonné, avant même la construction des prototypes.


Caractéristiques prévues:
Equipage : 2
Longueur : 20,3m
Envergure : 11,6m
Surface alaire : 41,8m2
Masse en charge : 23’213kg
Masse maximale au décollage : 24’845kg
Volume de carburant total : 11’980L
Points d’attache : 2

Moteurs :
Deux turboréacteurs De Havilland Gyron Junior de 53,3kN (5’430kgp) de poussée unitaire et un moteur-fusée De Havilland Spectre Spe.5 de 44,4kN (4’530kgp)

Performances estimées :
Vitesse max haute altitude: Mach 2.35
Vitesse ascensionnelle : 187m/s
Plafond opérationnel : 18’288m

Armement :
Deux missiles air-air De Havilland Blue Jay Mk.4.


Source principale:
British Secret Projects - Jet Fighters Since 1950; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
Re: De Havilland Projets divers / Hawker Siddeley Hatfield à 17/05/2019 08:51 Jericho
De Havilland DH.127 :

Le De Havilland DH.127 est un projet de bombardier ADAV supersonique, biplace en tandem, muni d’ailes hautes en Delta, d’une dérive en flèche, d’un train d’atterrissage tricycle escamotable et propulsé par quatre réacteurs.

C’est pour répondre à l’OR.346, réclamant un chasseur-bombardier à décollage vertical supersonique pouvant opérer depuis le pont d’un porte-avion, que le constructeur Britannique De Havilland étudie le DH.127 à partir de 1961. Cet appareil, qui est conçu pour opérer à partir des bâtiments du type Ark Royal, est un biplace en tandem. Ses ailes en Delta sont en position haute avec un léger dièdre négatif. La dérive de grande taille est en flèche, mais l’appareil est démuni d’empennage horizontal. Le train d’atterrissage tricycle s’escamote dans le fuselage. Deux entrées d’air semi-circulaires munies de souris mobiles, situées de part et d’autre du fuselage, alimentent les deux turboréacteurs Rolls-Royce RB.198 Spey installés côte-à-côte à l’arrière de la cellule. Ces moteurs sont équipés de déviateurs de jet permettant d’orienter le flux vers le bas durant les phases de décollage, d’atterrissage et de vol stationnaire. Pour que la poussée de sustentation soit suffisante, deux autres réacteurs RB.162 sont installés à l’avant du poste de pilotage, dans le nez. Ce dernier, de grande taille, peut également abriter un radar de recherche et de navigation. Une soute ventrale permet d’emporter la plupart des armements prévus.

Prévu initialement pour des missions de bombardement, le DH.127 est muni de réservoirs de carburant volumineux. Son rayon d’action est de 1’579km avec une bombe nucléaire de 907kg, voire même 2’780km avec des réservoirs supplémentaires sous les ailes. Il peut également emporter 8 bombes de 454kg, dont quatre dans la soute et les autres sous les ailes, à 1’668km. Sa vitesse de croisière serait de Mach 0.9 dans ces différentes configurations.

Pour les missions air-air, le DH.127 peut emporter quatre missiles air-air Red-Top, ou éventuellement son successeur. Il peut être rapidement équipé ainsi et, en décollant sur alerte, il devrait être capable d’intercepter un objectif volant à Mach3 à 24’000m à 185km du porte-avion duquel il a décollé. En cas de patrouille aérienne, il peut croiser durant près de 4h près du porte-avion.

Suite à diverses modifications, l’appareil est redésigné DH.128. De Havilland travaille également sur des missiles air-sol guidés par TV qui permettraient de diminuer la vulnérabilité des bombardiers tout en augmentant la précision des frappes.

Avec le lancement du projet NBMR.3 (NATO Basic Military Requirement 3), le gouvernement demande à la Navy de rechercher un appareil commun avec la RAF. Le P.1154 est préféré aux autres mais ne satisfait pas la Navy qui décide de faire cavalier seul, mais c’est déjà trop tard pour le projet DH.127/DH.128 qui est définitivement abandonné.


Versions :
DH.127 : Désignation du projet de base concernant un chasseur-bombardier ADAV embarqué à capacité nucléaire.

DH.128 : Nouvelle désignation du DH.127 suite à diverses modifications.


Caractéristiques et performances prévues :
Equipage : 2
Longueur : 18,3m
Envergure : 10,1m
Surface alaire : 52,1m2
Masse maximale au décollage : 25’402kg
Capacité des réservoirs de carburant internes : 10’867L
Capacité maximale en carburant : 19’915L
Moteurs : deux Rolls-Royce RB.198 Spey d’une poussée unitaire de 49,2kN (5’015kgp) à sec et 82,9kN (8’450kgp) avec postcombustion et deux RB.162 d’une poussée unitaire de 19,6kN (2’000kgp).
Vitesse max haute altitude: Mach 2.5
Vitesse de croisière : Mach 0.9
Rayon d’action avec carburant interne : 1’668km
Rayon d’action avec carburant interne et externe : 2’780km
Distance de décollage : 0m
Distance d’atterrissage : 0m
Armement : en air-sol : 1 bombe nucléaire de 907kg, ou 8 bombes de 454kg, ou 4 missiles air-sol Bullbup ou RG.10 ; en air-air : 4 missiles air-air Red-Top.


Source principale:
British Secret Projects - Jet Fighters Since 1950; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
British Secret Projects - Jet Bombers Since 1950; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
Re: De Havilland Projets divers / Hawker Siddeley Hatfield à 17/05/2019 08:56 Jericho
De Havilland DH.129 :

Projet d’avion de transport tactique ADAC britannique des années de la fin des années 1950 et début 1960.

À la fin des années 1950 et début de la décennie suivante, De Havilland étudie la conception d’un avion de transport tactique capable de décoller et d’atterrir à la verticale. Ce projet désigné DH.129 est renommé HS.129 au cours de son développement, suite au rachat de De Havilland par Hawker Siddeley. L’avion possède un fuselage de section circulaire, avec, à l’avant, un poste de pilotage muni de vitres d’assez grande dimension. La soute est adaptée pour le transport de passagers, de blessés sur civière ou du matériel. À l’arrière, une grande porte de soute peut s’abaisser afin de servir de rampe, permettant ainsi de charger et décharger l’appareil plus rapidement, et faciliter également l’emport de charges volumineuses. Deux autres portes, situées sur le côté gauche du fuselage, permettent également d’accéder au poste de pilotage et à la soute. Les ailes, en flèche, sont en position haute et sont équipées de volets à simple fente et d’un système antigivrage. L'empennage, également en flèche, est en "T". Le train d’atterrissage tricycle est escamotable. Il est constitué d’un train avant muni de roues en diabolo qui prend place sous le nez, et de deux jambes principales munies chacune de deux roues en tandem qui prennent place dans un carénage profilé situé à la base du fuselage, sous les ailes.

La propulsion du HS.129 est assurée par deux turboréacteurs Rolls Royce Spey situés dans des nacelles sous les ailes. Deux autres nacelles, de plus grandes dimensions et contenant chacune huit turboréacteurs Rolls-Royce RB.162 installés à l’horizontale, sont également situées sous les ailes. Pour les phases de vol vertical, le décollage et l’atterrissage, des panneaux situés du côté intérieur de ces nacelles s’ouvrent pour alimenter en air les RB.162. Leur flux est expulsé, du côté extérieur de la nacelle, au travers de buses orientables qui permettent d’offrir une poussée sustentatrice et de faciliter le contrôle de l’appareil durant les vols verticaux ou à faible vitesse. Cette configuration permet de diminuer les risques d’ingestion de matériaux soufflés lors des évolutions près du sol.

Malheureusement, bien que cette poussée soit dirigée vers le bas grâce aux buses de sortie, elle n’est finalement pas assez importante pour décoller à la verticale. Par conséquent, le HS.129 est un avion à décollage court. Des buses d’éjection situées sous le nez et à l’arrière du fuselage permettent d’améliorer le contrôle de l’avion en tangage.

Le projet est finalement abandonné au cours des années 1960, avant qu’un prototype ne soit construit.


Versions :
DH.129 : Première désignation d’un avion de transport tactique ADAC motorisé par 18 turboréacteurs.

HS.129 : Nouvelle désignation du projet après le rachat de De Havilland par Hawker Siddeley.



Moteurs :
Deux Rolls Royce Spey et seize turbopropulseurs Rolls-Royce RB.162 de sustentation.

Armement :
Sans.


Liens internet :
http://modernwartech.blog.hu/2016/10/09/vtol_60_6_resz_a_dornier_do_31_es_tarsai
http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,634.0/all.html%20
Re: De Havilland Projets divers / Hawker Siddeley Hatfield à 17/05/2019 09:03 Jericho
De Havilland GOR.339 project :

Projet non numéroté de bombardier supersonique embarqué à capacité nucléaire britannique des années 1950.

C’est pour répondre à l’exigence GOR.339 que le bureau d’étude De Havilland de Christchurch commence l’étude d’un projet non numéroté. Le dessin de ce projet, qui est habituellement désigné De Havilland GOR.339, est présenté pour la première fois le 23 décembre 1957. Le fuselage, étroit, est de section ovale. Le poste de pilotage accueille le pilote et le navigateur sur deux sièges éjectables en tandem. Les ailes en flèche, en position haute, sont munies de becs de bord d’attaque, de volets et d’ailerons soufflés. Elles sont équipées d’un dispositif leur permettant de faire varier leur incidence jusqu’à 8° et elles supportent également les nacelles contenant les deux turboréacteurs Rolls-Royce RB.142R. Leur surface a été déterminée afin d’obtenir une charge alaire modérée en charge, permettant d’offrir un confort de pilotage plus important à très basse altitude. L’empennage en flèche est cruciforme, le stabilisateur horizontal monobloc a un dièdre positif. Le train d’atterrissage est constitué d’une jambe avant munie de deux roues en diabolo et d’un train principal arrière de quatre roues. Deux petits trains d’atterrissages, tous deux équipés de deux petites roues en diabolo, sont également installées dans les nacelles-moteur. Une soute à bombe ventrale permet d’emporter une bombe atomique Red Beard, ou deux bombes de 454kg, voire des roquettes. Quatre autres bombes de 454kg peuvent être emportées sous le fuselage et les ailes. L’appareil n’est pas équipé d’un radar dans le nez, bien qu’il puisse aisément contenir une antenne de 76cm de diamètre, mais des systèmes de navigation et de reconnaissance photographiques.

Si nécessaire, il est possible d’adapter un moteur-fusée De Havilland Spectre à l’arrière du fuselage pour améliorer les performances au décollage et en montée.

Le rayon d’action avec le carburant interne est de 1’100km, il lui faut donc emporter des réservoirs de carburant externes pour atteindre les 1’850km exigés. Une perche de ravitaillement en vol, située sur la droite du nez, permet également d’augmenter la distance franchissable en cas de besoin.

Selon De Havilland, si le contrat est conclu à l’automne 1958, l’appareil pourrait entrer en service au début de l’année 1965.

Les nombreuses propositions répondant à l’exigence GOR.339 sont évaluées. Il semblerait que si le projet de De Havilland de Christchurch a été écarté, c’est plus par méfiance vis-à-vis de ce bureau d’étude qui est déjà engagé sur des projets civils, dont le DH.121, et qui pourrait ne pas pouvoir développer dans les temps son projet. De plus, selon certains, le niveau des ateliers de Christchurch est inférieur sur de nombreux points à ceux de Hatfield. Le projet est donc abandonné.


Caractéristiques prévues :
Equipage : 2
Longueur : 20,6m
Envergure : 10,4m
Surface alaire : 40,9m2
Masse en charge : 22’113kg
Masse maximale au décollage : 27’397kg
Volume de carburant interne total : 17’011L
Points d’attache externes : 4

Moteurs :
Deux turboréacteurs Rolls-Royce RB.142R d’une poussée unitaire de 62,2kN (6’340kgp) à sec et 99,6kN (10’150kgp) avec postcombustion. Eventuellement un moteur-fusée De Havilland Spectre de 66,7kN (6’800kgp).

Performances estimées :
Vitesse max haute altitude: Mach 2.0
Vitesse max basse altitude: Mach 1.04
Vitesse ascensionnelle : 170m/s
Plafond opérationnel : 18’288m
Altitude opérationnelle maximale : 24’384m
Rayon d’action avec carburant interne : 1’100km
Rayon d’action avec carburant interne et externe: 1’850km

Armement :
1 bombe atomique Red Beard, ou 2 bombes de 454kg, ou 14 roquettes de 76mm, ou 84 roquettes de 50,8mm en soute. 2 bombes de 454kg sous fuselage (de chaque côté de la soute). 2 bombes de 454kg, ou 12 roquettes de 76mm, ou 74 roquettes de 50,8mm sous les ailes.


Source principale:
British Secret Projects - Jet Bombers Since 1949; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
Répondre aux messages »

Comparaison

Comparer avec :
Texte de , créé le May 16, 2019, 10:11 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires