Informations techniques

Version bimoteur bien adaptée à la reconnaissance maritime et aux luttes anti-navire et anti-submersible. Équipée de quatre points d’attache sous les ailes et d’un lanceur rotatif dans le fuselage, elle est capable d’emporter jusqu’à 1’050 kg de charge utile.

Armement : Missiles air-surfaces (par exemple jusqu’à 8 Namrod), bombes lisses ou guidées, bouées acoustiques (24) et torpilles.

Deux moteurs de 116 cv chacun.

Éléments de reconnaissance

Aile en flèche, Biplan en tandem, Aile à dièdre positif, 1 dérive, Dérive en flèche, 2 quilles ventrales, Sans empennage horizontal, Train rétractable, Train tricycle, Hélice tractrice, Nacelles sous les ailes, Bimoteur, Hélice bipale, Sans cockpit

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 000 kg (4 409 lbs)
  • Masse à vide : 950 kg (2 094 lbs)
  • Surface alaire : 24,3 m² (261,563 sq. ft)
  • Hauteur : 4,38 m (14,37 ft)
  • Envergure : 17,53 m (57,513 ft)
  • Longueur : 11,13 m (36,516 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 120 km/h (75 mph, 65 kts)
  • Vitesse de décrochage : 90 km/h (56 mph, 49 kts)
  • Distance de décollage : 120 m (394 ft)
  • Distance d'atterrissage : 120 m (394 ft)
  • Vitesse de croisière maximum : 200 km/h (124 mph, 108 kts)
  • Endurance maximale : 100 h
  • Plafond opérationnel : 8 000 m (26 247 ft)
  • Charge alaire, à vide : 39,095 kg/m² (8,007 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 82,305 kg/m² (16,857 lbs/sq. ft)

Pays exploitant actuellement cet appareil

Charge utile et armement

  • Charge utile : 1 050 kg (2 315 lbs)
  • Nombre de points d'emport : 4

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Exemplaires construits

  • Aucun exemplaire n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Forum

Sujet complet »
ADCOM Yahbon United 40 à 19/12/2014 09:45 Jericho
L’Adcom Yahbon United 40 est un drone de reconnaissance aérienne à longue endurance, muni de deux paires d’ailes, d’un train d’atterrissage tricycle escamotable et, selon les versions, d’un ou de deux moteurs hybrides.

Depuis quelques années, l’entreprise Adcom Systems (Advanced Communications Research and Development Center Systems) basée à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis (EAU), développe des drones de reconnaissance performants. Parmi ceux-ci, on trouve le drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) Yahbon United 40.

La structure du fuselage est en matériaux composites et en fibres de verre. Sa forme est particulière avec un nez assez élevé supportant une première paire d’ailes en position haute, puis une partie plus basse avec la seconde paire d’ailes implantée en position médiane, et pour finir le cône de queue un peu plus élevé avec l’hélice propulsive pour le modèle monomoteur. Il est équipé d’une dérive, mais ne possède pas d’empennages horizontaux. Le train d’atterrissage tricycle est entièrement escamotable. La propulsion de la version de base est assurée par un moteur hybride proposant 116cv en thermique et jusqu’à 87cv en énergie électrique.
L’équipement de reconnaissance consiste en une nacelle sphérique contenant des caméras TV et IR, ainsi que d’un télémètre et désignateur laser, et en un radar à ouverture de synthèse (SAR) qui sont installés dans deux plateformes gyro-stabilisées. Le drone est également équipé d’un système de navigation GPS et d’un radar d’évitement d’obstacles.
Les charges sont emportées sur quatre points d’attache sous les ailes arrières capables de supporter 100 kg chacun. Les charges consistent en des missiles air-surface, des bombes lisses ou guidées, des bouées acoustiques ou des torpilles.
Les dimensions de l’United 40 sont une envergure de 20 mètres et une longueur de 11,13 mètres. Il est capable, grâce à sa faible consommation, d’effectuer des vols durant 120 heures.
Les informations sont retransmises en direct à la station de guidage au sol. La grande automatisation du vol de l’United 40 permet à un seul opérateur de piloter et traiter les informations de deux drones. Avec quatre postes d’opérateurs, chaque station de guidage peut donc guider jusqu’à huit drones simultanément.

Une version bimoteur est dévoilée en 2007. Désignée United 40 block5, les principales différences extérieures visibles sont les nacelles installées sous les ailes antérieures pour y abriter les moteurs et les ailes postérieures avec leurs extrémités relevées, formant ainsi des ailerons. Cette version, plus lourde, permet d’emporter une charge offensive plus importante, d’avoir un plafond opérationnel supérieur, mais son autonomie n’est plus que d’une centaine d’heure.
Cette version, qui dispose également de quatre points d’attache sous les ailes, est équipée d’un lanceur rotatif contenant six compartiments installé dans le fuselage. Les charges consistent en des missiles air-surface, des bombes lisses ou guidées, des bouées acoustiques ou des torpilles. Jusqu’à 24 sondes acoustiques peuvent être lancées par le lanceur multiple.

Parmi les missions qui peuvent lui être confiées, il y a naturellement la reconnaissance aérienne, l’observation d’ouvrages sensibles et des frontières, la désignation de cibles, les attaque air-sol, anti-navires et anti-submersibles, le relais de communication et éventuellement l’espionnage électronique avec un équipement adéquat.

Plusieurs pays se sont intéressés à ces appareils, dont les EAU, l’Algérie, l’Italie et la Russie. Selon certaines sources, au moins deux appareils ont été discrètement achetés par le ministère de la défense russe.
Peu d’informations ont filtré, mais officiellement, en 2014, trois clients ont déjà signés des contrats et devraient être livrés d’ici fin 2015.


Versions :
United 40 : Version monomoteur hybride équipée de quatre points d’attache sous les ailes et pouvant emporter une charge utile de 980 kg.

United 40 Block5 : Version bimoteur bien adaptée à la reconnaissance maritime et aux luttes anti-navire et anti-submersible. Équipée de quatre points d’attache sous les ailes et d’un lanceur rotatif dans le fuselage, elle est capable d’emporter jusqu’à 1’050 kg de charge utile.


Utilisateurs militaires :
EAU : Au moins cinq exemplaires prévus, pas encore livrés.

Russie : Deux exemplaires au minimum, à confirmer.


Caractéristiques Adcom Yahbon United 40 :
Longueur : 11,13 m
Envergure : 20,0 m
Hauteur : 4,38 m
Surface alaire : 24,3 m2
Masse à vide : 520 kg
Masse maximale au décollage : 1’500 kg
Charge utile : 980 kg
Volume du réservoir de carburant : 900 L
Points d’attache extérieurs : 4

Moteur :
Un moteur hybride offrant une puissance maximale de 197 cv (116 cv en thermique et 81 cv en électrique).

Performances :
Vitesse de croisière : 75 à 220 km/h
Vitesse de décrochage : 50 km/h
Plafond opérationnel : 7’000 m
Endurance : 120 h
Distance de décollage : 120 m
Distance d’atterrissage : 120 m

Armement :
Missiles air-surfaces, bombes lisses ou guidées, bouées acoustiques et torpilles.


* * * * * * * * * * *


Caractéristiques Adcom Yahbon United 40 Block5:
Longueur : 11,13 m
Envergure : 17,53 m
Hauteur : 4,38 m
Surface alaire : 24,3 m2
Masse à vide : 950 kg
Masse maximale au décollage : 2’000 kg
Charge utile : 1’050 kg
Volume du réservoir de carburant : 1’400 L
Points d’attache extérieurs : 4
Distance de décollage : 120 m
Distance d’atterrissage : 120 m

Moteurs :
Deux moteurs de 116 cv chacun.

Performances :
Vitesse de croisière : 120 à 200 km/h
Vitesse de décrochage : 90 km/h
Plafond opérationnel : 8’000 m
Endurance : +100 h

Armement :
Missiles air-surfaces (par exemple jusqu’à 8 Namrod), bombes lisses ou guidées, bouées acoustiques (24) et torpilles.


Liens internet :
http://www.adcom-systems.com/ENG/UAV/YAHBON-United40/Overview.html
http://www.adcom-systems.com/ENG/UAV/YAHBON-United40block5/Overview.html
http://www.janes.com/article/34018/russia-delays-testing-of-uae-s-united-40-block-5-uav
http://www.defensenews.com/article/20131118/DEFREG04/311180014/With-Adcom-Drone-UAE-Makes-Big-Export-Push
http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=1197
http://osimint.com/2013/02/22/uae-adcom-systems-testing-locations/
http://rpdefense.over-blog.com/tag/united%2040/
Re: ADCOM Yahbon United 40 à 19/12/2014 10:25 glwpatton
Alors Jerico, on boit du chocolat chaud ?
:mrgreen:


design original avec ses paires d'ailes !
Re: ADCOM Yahbon United 40 à 19/12/2014 11:21 Jericho

glwpatton a écrit

Alors Jerico, on boit du chocolat chaud ?
:mrgreen:
Voui, mais plus de cette marque… :D
Re: ADCOM Yahbon United 40 à 19/12/2014 18:45 Clansman
La fiche sur le site

Impressionnant le bidule quand même, et à plus d'un titre : on revient au biplan, mais en affichant une centaine d'heures d'endurance. Qui dit mieux à part des ballons stratosphériques comme le Phantom Eye ? En plus, il peut enlever 3 fois son poids en version monomoteur, c'est pas mal. :shock:

1 ou 2 trucs m'ont paru bizarre quand même : la version initiale est créditée de la même distance d'atterrissage que la distance de décollage : j'ai toujours, mais alors toujours, constaté une distance d'atterrissage largement inférieure à celle du décollage. :S

La version bimoteur me semble vraiment moins performante que la version monomoteur : elle pèse 2 fois plus lourd (ça je peux le comprendre) mais elle n'emporte plus que 2 fois son poids : sa masse à vide plus la charge utile, carburant compris. Manifestement, il faut choisir entre l'un et l'autre, ou faire un compromis. :S

Et j'ai aussi du mal à comprendre pourquoi un engin 2 fois plus lourd, même avec plus de motorisation, a exactement la même distance de décollage : l'histoire m'apprend que de toute façon, elle augmente. :shock:
Re: ADCOM Yahbon United 40 à 19/12/2014 21:24 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci Clansman.


Clansman a écrit

Impressionnant le bidule quand même, et à plus d'un titre : on revient au biplan, mais en affichant une centaine d'heures d'endurance. Qui dit mieux à part des ballons stratosphériques comme le Phantom Eye ? En plus, il peut enlever 3 fois son poids en version monomoteur, c'est pas mal. :shock:
J'ai relu plusieurs fois les chiffres, tellement ça me semblait étrange qu'ils aient réussi un appareil avec de telles performances.


Clansman a écrit

1 ou 2 trucs m'ont paru bizarre quand même : la version initiale est créditée de la même distance d'atterrissage que la distance de décollage : j'ai toujours, mais alors toujours, constaté une distance d'atterrissage largement inférieure à celle du décollage. :S
En fait, mes chiffres ne sont pas très justes: il est écrit qu'ils n'ont besoin que d'une piste de 120m de long pour décoller et atterrir. Du coup, j'ai considéré ces 120m un peu une distance max sur laquelle ils sont capables de décoller et atterrir. Mais on peut enlever, c'est vrai que c'est peut-être 100m ou 119,8m. :?


Clansman a écrit

La version bimoteur me semble vraiment moins performante que la version monomoteur : elle pèse 2 fois plus lourd (ça je peux le comprendre) mais elle n'emporte plus que 2 fois son poids : sa masse à vide plus la charge utile, carburant compris. Manifestement, il faut choisir entre l'un et l'autre, ou faire un compromis. :S
Elle semble surtout destinée à la marine et elle a plusieurs avantages: plus de puissance et surtout ce système de lanceur rotatif dans le fuselage. Et 100 heures de missions, c'est pas rien… ;)


Clansman a écrit

Et j'ai aussi du mal à comprendre pourquoi un engin 2 fois plus lourd, même avec plus de motorisation, a exactement la même distance de décollage : l'histoire m'apprend que de toute façon, elle augmente. :shock:
Je vais rechercher où j'ai trouvé ces deux infos. C'est peut-être comme pour ma première remarque: ils sont capables de décoller et atterrir sur des pistes de 120m. Le block5, j'ai trouvé l'info "the aircraft is capable of taking off and landing on runways as short as 120 meters", je vais essayer de trouver pour l'autre.
En ce qui me concerne, la même distance ne me choque pas. S'ils avaient la même puissance, mais un était plus lourd, OK. Mais là, le plus lourd est aussi près de 20% plus puissant, on peut imaginer qu'il accélère aussi plus vite. Et quand on voit les vitesses croisière et de décrochage, ils n'ont pas besoin d'aller très vite pour décoller… :hehe:

Pis si tu as envie d'être surpris, compare les distances de décollages de deux avions français assez récents:
un monomoteur d'environ 11 tonnes au décollage qui a besoin de 500m pour prendre l'air et
un bimoteur d'environ 16 tonnes au décollage qui n'a besoin que de 400m…
C'est le Mirage 2000 et le Rafale, mais j'aurais aussi pu utiliser le Mirage III (avec ses 8 tonnes, il avait besoin du double des deux autres pour décoller).
Je sais que ces exemples sont un peu capilotractés, mais je voulais te surprendre… ;)
Répondre aux messages »

Comparaison

Comparer avec :
Texte de , créé le Dec. 19, 2014, 5:54 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires