Rappels

Histoire de l'appareil

Le Seabird SB7L-360 "Seeker" est un avion léger biplace d’observation, à ailes hautes, monomoteur avec hélice propulsive et train d’atterrissage classique.

En 1982, Don Adams, un vétéran de la RAAF et son fils Peter Adams sont persuadés que la plupart des missions qu’effectuent les hélicoptères d’observation pourraient être effectuées par un avion léger offrant une excellente visibilité et capable de voler à basse vitesse, pour un prix moins élevé et une autonomie supérieure.

En 1983, ils fondent l’entreprise Seabird Aviation Australia Pty Limited dans laquelle ils construisent des avions sous licence. En parallèle, l’étude d’un avion léger d’observation aux capacités de décollage et d’atterrissage courts est lancée.

Ils choisissent une configuration monoplace avec une cabine dégagée pour offrir un maximum de visibilité. Les ailes sont en position hautes et le moteur est installé à l’arrière avec une hélice propulsive. Pour éviter une collision de cette dernière avec le sol, le moteur est surélevé et une poutre de queue est fixée en position basse, munie d’un empennage horizontal et d’une dérive à son extrémité. L’appareil est désigné SB4 "Rouseabout" et effectue son premier vol en 1983. Quatre appareils sont construits, dont trois vendus à des clients privés.

En 1985, commence l’étude du SB5 "Sentinel", qui reprend la configuration générale du SB4, mais avec un poste de pilotage biplace côte à côte et de grandes surfaces vitrées permettant une très bonne visibilité vers l’avant et les côtés. Les ailes sont agrandies et son train d’atterrissage classique facilite son utilisation à partie de pistes sommairement aménagées. Le premier des trois prototypes effectue son premier vol le 1er octobre 1989, mais le programme prend du retard, car les moteurs choisis qui sont de conceptions récentes ne reçoivent pas leurs certifications.

Seabird se tourne alors vers un moteur déjà disponible, mais plus lourd, ce qui oblige à agrandir la cellule et augmenter encore l’envergure. Deux nouveaux prototypes sont construits, le SB7L-235 muni d’un Lycoming O-235 de 88 kW (120 cv) et le SB7L-360 muni d’un Lycoming O-360-B2C de 134 kW (182 cv).

Le SB7L-235 fait son premier vol le 6 Juin 1991 et reçoit sa certification le 12 Mars 1993, avec une masse maximale au décollage de 850 kg.
Le SB7L-360 effectue également son premier vol en 1993, avant de recevoir sa certification avec une masse maximale au décollage de 897 kg en janvier 1994. En 1995, le "Seeker" reçoit son certificat de production et sa certification FAA en mars 1999.

La structure de la cabine est en tubes d’acier, le reste de la cellule est en aluminium et fibres de verre. Le cockpit est muni de deux sièges anti-crash côte à côte. Les instruments de vol, compatibles avec l’utilisation de lunettes de vision nocturne, sont réunis sur une console centrale. La visibilité est excellente vers l’avant et les côtés grâce à de grandes surfaces vitrées semblables à celle rencontrées sur les hélicoptères. Un système de climatisation permet son utilisation dans les régions désertiques.

L’équipage possède suffisamment de place pour s’équiper de parachutes de secours, voir même de gilet de sauvetage. Les ailes droites, munies d’un léger dièdre, sont en positions hautes pour ne pas générer d’angles morts. Elles disposent d’un point d’attache sous chacune d’elles pour installer un réservoir de carburant supplémentaire. Le moteur, situé assez haut à l’arrière du cockpit est un moteur à piston Lycoming actionnant une hélice bipale propulsive. Les réservoirs de carburant ont une capacité totale de 184 L, dont 172 L utilisables. Une poutre de queue fixée au bas de la cabine en terminée par la dérive et l’empennage horizontal. Le train d’atterrissage fixe est de type classique. Le "Seeker" peut être équipé de capteurs électro-optiques et infrarouges installés dans une tourelle sous le fuselage.

De nombreuses démonstrations sont effectuées en Océanie et en Asie, montrant l’utilité de l’appareil pour des forces de police, des entreprises privées ou l’armée. Malgré ces efforts, Seabird Aviation ne reçoit aucune commande et doit trouver un partenaire à l’étranger. En décembre 2003, un contrat de collaboration est signé avec le KADDB (King Abdullah II Design and Development Bureau) jordanien. Cet accord comprend le développement d’un avion d’observation léger pouvant être utilisé par des pays du Proche-Orient et les Etats du Conseil de coopération du Golfe.

La filiale Seabird Aviation Jordan L.L.C est créée afin de représenter l’entreprise au Moyen-Orient et en Afrique, et assembler les appareils sur place. L’appareil développé est un "Seeker" légèrement modifié désigné "Seeker 2".

Ses ailes sont munies d’un point d’attache sous voilure pouvant recevoir un réservoir de carburant supplémentaire ou une charge offensive. Les empennages horizontaux sont équipés d’un aileron vertical à leurs extrémités. Les images enregistrées par les capteurs électro-optiques et IR peuvent être envoyées en temps réel à une station au sol et il est également possible d’installer un éjecteur de paillettes et de leurres thermiques, afin de protéger l’appareil d’un éventuel tir de missile sol-air.

Cette version désignée SB7L-360A2 est équipée d’un moteur Lycoming IO-390-A1B6 de 157 kW (212 cv) et possède une masse maximale au décollage de 925 kg.

Ses missions principales sont l’observation, la photographie aérienne, la surveillance des frontières, de pipeline, de centrales électriques ou d’autres infrastructures stratégiques. Il peut patrouiller durant quatre heures avec le plein en interne, voir même sept heures avec la capacité maximale en carburant en vitesse de croisière économique.

En 2004, la Jordanie achète six appareils et, la même année, l’US Air Command en achète deux pour la force aérienne irakienne. La Tanzanie disposerait d'au moins un appareil (immatriculé JW9704 et basé à Dar-es-Salaam), il y aurait également des exemplaires aux Émirats Arabes Unis et en Azerbaïdjan.

Une ligne de production est également ouverte par Seabird American Aviation Inc. en 2006, à Albuquerque au Nouveau-Mexique.

Une version modernisée du "Seeker 2" est proposée avec un cockpit muni d’écrans multifonctions, d’un nouveau système de navigation, d’un gestionnaire de programmes et de deux alternateurs permettant l’utilisation de capteurs plus performants. Cette version désignée SB7L-360A3 est équipée d’un moteur Lycoming IO-390-A1B6 de 157 kW (212 cv).

Un "Seeker" entièrement automatisé est actuellement à l’étude. Il devrait pouvoir prendre l’air, se diriger vers une zone ou un objectif à surveiller, puis revenir et atterrir de façon autonome après avoir effectué sa mission.

Un nouvel appareil désigné SB9 "Stormer" attend des fonds pour finir son développement. Bien que gardant les lignes générales du "Seeker 2", ses dimensions sont entre 40 et 50% plus importantes. Il est muni d’un cockpit biplace en tandem blindé et sa motorisation est garantie par un turbopropulseur de 750 cv. Conçu pour effectuer des misions de reconnaissance armée et d’appuis au sol, il devrait être équipé d'un canon en tourelle sous le nez et emporter jusqu’à 1’000 kg d’armement sous les ailes, avec une autonomie de 4 heures.

Le SB10 de tourisme et de liaison devrait garder la même structure générale que le SB9, mais avec une cabine plus vaste permettant le transport de quatre à six personnes.


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Seabird SB10 : Projet d'une version de tourisme.
  • Seabird SB4 Rouseabout : Premier appareil d’observation développé par Seabird.
  • Seabird SB5 Sentinel : Même configuration générale que le SB4, mais avec un poste de pilotage biplace côte à côte.
  • Seabird SB7L-235 Seeker : Prototype équipé d’un Lycoming O-235 de 88 kW (120 cv), sa masse maximale au décollage est de 754 kg.
  • Seabird SB7L-360 : Prototype motorisé par un Lycoming O-360-B2C.
  • Seabird SB7L-360A Seeker 2 : Version à la MTOW de 925 kg motorisée par un Lycoming O-360-B2C.
  • Seabird SB7L-360A-2 : Version motorisée par un Lycoming IO-390-A1A6 de 213 cv.
  • Seabird SB7L-360A-3 : Version à l’avionique modernisée dotée d'écrans multifonctions.
  • Seabird SB7L-360B : Version produite sous licence en Jordanie.
  • Seabird SB9 Stormer : Projet d'une version agrandie et capable d'attaque au sol.
  • Seabird Seeker Floatplane : Etude d’une version munie de flotteurs Aerocet 2200 lui permettant de se poser sur l’eau par temps calme.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Seabird SB7L-360A Seeker 2 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse normale au décollage : 906 kg (1 997 lbs)
  • Masse à vide : 590 kg (1 301 lbs)
  • Hauteur : 2,5 m (8,2 ft)
  • Envergure : 11,095 m (36,4 ft)
  • Longueur : 7 m (23 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 208 km/h (129 mph, 112 kts)
  • Vitesse de décrochage : 89 km/h (55 mph, 48 kts)
  • Distance de décollage : 264 m (866 ft)
  • Distance d'atterrissage : 198 m (650 ft)
  • Facteur de charge maximal : 3,8 G
  • Facteur de charge minimal : 1,52 G
  • Endurance maximale : 7,25 h
  • Distance franchissable : 832 km (517 mi, 449 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 572 m (15 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 4,79 m/s (15,715 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 246 km/h (153 mph, 133 kts)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Lycoming O-360-B2C
  • Puissance unitaire : 119 kW (162 ch, 160 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Seabird SB7L-360 "Seeker" à 17/03/2014 12:29 Jericho
Le Seabird SB7L-360 "Seeker" est un avion léger biplace d’observation, à ailes hautes, monomoteur avec hélice propulsive et train d’atterrissage classique.

En 1982, Don Adams, un vétéran de la RAAF et son fils Peter Adams sont persuadés que la plupart des missions qu’effectuent les hélicoptères d’observation pourraient être effectuées par un avion léger offrant une excellente visibilité et capable de voler à basse vitesse, pour un prix moins élevé et une autonomie supérieure. En 1983, ils fondent l’entreprise Seabird Aviation Australia Pty Limited dans laquelle ils construisent des avions sous licence.
En parallèle, l’étude d’un avion léger d’observation aux capacités de décollage et d’atterrissage courts est lancée.
Ils choisissent une configuration monoplace avec une cabine dégagée pour offrir un maximum de visibilité. Les ailes sont en position hautes et le moteur est installé à l’arrière avec une hélice propulsive. Pour éviter une collision de cette dernière avec le sol, le moteur est surélevé et une poutre de queue est fixée en position basse, munie d’un empennage horizontal et d’une dérive à son extrémité. L’appareil est désigné SB4 "Rouseabout" et effectue son premier vol en 1983. Quatre appareils sont construits, dont trois vendus à des clients privés.

En 1985, commence l’étude du SB5 "Sentinel", qui reprend la configuration générale du SB4, mais avec un poste de pilotage biplace côte à côte et de grandes surfaces vitrées permettant une très bonne visibilité vers l’avant et les côtés. Les ailes sont agrandies et son train d’atterrissage classique facilite son utilisation à partie de pistes sommairement aménagées. Le premier des trois prototypes effectue son premier vol le 1er octobre 1989, mais le programme prend du retard, car les moteurs choisis qui sont de conceptions récentes ne reçoivent pas leurs certifications.

Seabird se tourne alors vers un moteur déjà disponible, mais plus lourd, ce qui oblige à agrandir la cellule et augmenter encore l’envergure. Deux nouveaux prototypes sont construits, le SB7L-235 muni d’un Lycoming O-235 de 88kW (120cv) et le SB7L-360 muni d’un Lycoming O-360-B2C de 134kW (182cv).

Le SB7L-235 fait son premier vol le 6 Juin 1991 et reçoit sa certification le 12 Mars 1993, avec une masse maximale au décollage de 850kg.
Le SB7L-360 effectue également son premier vol en 1993, avant de recevoir sa certification avec une masse maximale au décollage de 897kg en janvier 1994. En 1995, le "Seeker" reçoit son certificat de production et sa certification FAA en mars 1999.

La structure de la cabine est en tubes d’acier, le reste de la cellule est en aluminium et fibres de verre. Le cockpit est muni de deux sièges anti-crash côte à côte. Les instruments de vol, compatibles avec l’utilisation de lunettes de vision nocturne, sont réunis sur une console centrale. La visibilité est excellente vers l’avant et les côtés grâce à de grandes surfaces vitrées semblables à celle rencontrées sur les hélicoptères. Un système de climatisation permet son utilisation dans les régions désertiques. L’équipage possède suffisamment de place pour s’équiper de parachutes de secours, voir même de gilet de sauvetage. Les ailes droites, munies d’un léger dièdre, sont en positions hautes pour ne pas générer d’angles morts. Elles disposent d’un point d’attache sous chacune d’elles pour installer un réservoir de carburant supplémentaire. Le moteur, situé assez haut à l’arrière du cockpit est un moteur à piston Lycoming actionnant une hélice bipale propulsive. Les réservoirs de carburant ont une capacité totale de 184L, dont 172L utilisables. Une poutre de queue fixée au bas de la cabine en terminée par la dérive et l’empennage horizontal. Le train d’atterrissage fixe est de type classique. Le "Seeker" peut être équipé de capteurs électro-optiques et infrarouges installés dans une tourelle sous le fuselage.

De nombreuses démonstrations sont effectuées en Océanie et en Asie, montrant l’utilité de l’appareil pour des forces de police, des entreprises privées ou l’armée.
Malgré ces efforts, Seabird Aviation ne reçoit aucune commande et doit trouver un partenaire à l’étranger. En décembre 2003, un contrat de collaboration est signé avec le KADDB (King Abdullah II Design and Development Bureau) jordanien. Cet accord comprend le développement d’un avion d’observation léger pouvant être utilisé par des pays du Proche-Orient et les Etats du Conseil de coopération du Golfe.
La filiale Seabird Aviation Jordan L.L.C est créée afin de représenter l’entreprise au Moyen-Orient et en Afrique, et assembler les appareils sur place. L’appareil développé est un "Seeker" légèrement modifié désigné "Seeker 2".
Ses ailes sont munies d’un point d’attache sous voilure pouvant recevoir un réservoir de carburant supplémentaire ou une charge offensive. Les empennages horizontaux sont équipés d’un aileron vertical à leurs extrémités. Les images enregistrées par les capteurs électro-optiques et IR peuvent être envoyées en temps réel à une station au sol et il est également possible d’installer un éjecteur de paillettes et de leurres thermiques, afin de protéger l’appareil d’un éventuel tir de missile sol-air.

Cette version désignée SB7L-360A2 est équipée d’un moteur Lycoming IO-390-A1B6 de 157kW (212cv) et possède une masse maximale au décollage de 925kg.

Ses missions principales sont l’observation, la photographie aérienne, la surveillance des frontières, de pipeline, de centrales électriques ou d’autres infrastructures stratégiques. Il peut patrouiller durant quatre heures avec le plein en interne, voir même sept heures avec la capacité maximale en carburant en vitesse de croisière économique.

En 2004, la Jordanie achète six appareils et, la même année, l’US Air Command en achète deux pour la force aérienne Iraquienne.

Une ligne de production est également ouverte par Seabird American Aviation Inc. en 2006, à Albuquerque au Nouveau-Mexique.

Une version modernisée du "Seeker 2" est proposée avec un cockpit muni d’écrans multifonctions, d’un nouveau système de navigation, d’un gestionnaire de programmes et de deux alternateurs permettant l’utilisation de capteurs plus performants. Cette version désignée SB7L-360A3 est équipée d’un moteur Lycoming IO-390-A1B6 de 157kW (212cv).

Un "Seeker" entièrement automatisé est actuellement à l’étude. Il devrait pouvoir prendre l’air, se diriger vers une zone ou un objectif à surveiller, puis revenir et atterrir de façon autonome après avoir effectué sa mission.

Un nouvel appareil désigné SB9 "Stormer" attend des fonds pour finir son développement. Bien que gardant les lignes générales du "Seeker 2", ses dimensions sont entre 40 et 50% plus importantes. Il est muni d’un cockpit biplace en tandem blindé et sa motorisation est garantie par un turbopropulseur de 750cv. Conçu pour effectuer des misions de reconnaissance armée et d’appuis au sol, il devrait être équipé d'un canon en tourelle sous le nez et emporter jusqu’à 1’000kg d’armement sous les ailes, avec une autonomie de 4 heures.
Le SB10 de tourisme et de liaison devrait garder la même structure générale que le SB9, mais avec une cabine plus vaste permettant le transport de quatre à six personnes.


Versions :
SB4 "Rouseabout": Premier appareil d’observation développé par Seabird. C’est un monoplace à aile haute et hélice propulsive, muni d’une poutre de queue supportant les empennages. Premier vol en 1983, quatre appareils sont construits, dont trois vendus à des clients privés.

SB5 "Sentinel": Même configuration générale que le SB4, mais avec un poste de pilotage biplace côte à côte, son étude commence en 1985.
De grandes surfaces vitrées permettent une très bonne visibilité vers l’avant et les côtés. Les ailes sont agrandies et pour faciliter son utilisation à partie de pistes sommairement aménagées, il est équipé d’un train d’atterrissage classique. Le premier prototype, désigné SB-5N, effectue son premier vol le 1er octobre 1989 avec un moteur Norton NR642. Au moment de faire voler son deuxième prototype, Seabird Aviation apprend que le moteur ne sera pas construit en série. Ce deuxième prototype sera utilisé pour des essais au sol et c’est avec un moteur Emdair 112CF que le SB-5E prend l’air le 11 janvier 1991. Malheureusement, ce moteur ne recevra pas non plus les certifications nécessaires pour sa production en série. Avec ces importants retards, Seabird est obligé de se tourner vers un moteur plus lourd, mais déjà en production et facilement disponible.
La cellule est allongée et élargie pour intégrer un moteur Lycoming, les ailes sont agrandies et Les réservoirs de carburant sont 50% plus volumineux pour permettre la même autonomie aves ces moteurs plus gourmands. Deux nouveaux prototypes sont construits, le SB7L-235 muni d’un O-235 de 88kW (120cv) et le SB7L-360 muni d’un O-360-B2C de 134kW (182cv).

SB7L-235 "Seeker": Prototype équipé d’un Lycoming O-235 de 88kW (120cv), sa masse maximale au décollage est de 754kg.

SB7L-360 "Seeker": Prototype motorisé par un Lycoming O-360-B2C de 134kW (182cv) détarré à 125kW avec un faible taux de compression permettant l’utilisation de carburant pour automobiles. Sa masse maximale au décollage est de 897kg.

SB7L-360A "Seeker 2": Propulsé par un moteur Lycoming O-360-B2C, sa masse maximale au décollage est de 925kg. Première version de série.

SB7L-360A-2 "Seeker 2": Version motorisée par un Lycoming IO-390-A1A6 de 157kW (213cv). Le cockpit est équipé d’écrans multifonctions, les ailes sont modifiées et sont équipées de volets à fentes et de générateur de vortex, de même que les empennages horizontaux. Sa masse maximale au décollage est de 974kg.

SB7L-360A-3 "Seeker 2": version à l’avionique modernisée avec écrans multifonctions système de contrôle électronique du moteur Lycoming IO-390A1A6 ou A1B6 de 157kW (213cv). Sa masse maximale au décollage est de 974kg.

SB7L-360B : Version produite en Jordanie.

Seeker Floatplane: Etude d’une version munie de flotteurs Aerocet 2200 lui permettant de se poser sur l’eau par temps calme.


Utilisateurs militaires :
Irak : 2 appareils au sein de la force aérienne depuis 2004.

Jordanie : 6 appareils au sein de la force aérienne.


Caractéristiques SB7L-360A:
Equipage : 2
Longueur : 7,01m
Envergure : 11,07m
Hauteur : 2,49m
Diamètre de l’hélice : 1,77cm
Masse à vide : 610kg
Masse maximale au décollage : 925kg
Capacité en carburant : 180L

Moteurs :
Un moteur à piston Lycoming O-360-B2C de 119kW (162cv) actionnant une hélice bipale.

Performances SB7L-360A :
Vitesse max basse altitude: 246km/h
Vitesse de croisière : 194km/h
Vitesse d’observation minimale : 121km/h
Vitesse de décrochage : 89km/h
Vitesse ascensionnelle : 4,79m/s
Plafond opérationnel : 4’572m
Endurance max : 7h15
Distance franchissable max: 880km
Distance de décollage : 264m
Distance d’atterrissage : 198m
Facteurs de charge limite : +3,8 / -1,52G

Armement :
Deux points d’attache sous voilure pour emporter éventuellement des mitrailleuses en nacelle ou des paniers à roquettes.


Liens internet :
http://seekeraircraft.com/?page_id=8
http://en.wikipedia.org/wiki/Seabird_Seeker
http://www.seabirdaviation.com.au/pages/index.php?page=seeker-2
http://www.flightglobal.com/news/articles/seabird-prepares-to-remodel-seeker-patrol-aircraft-352560/
http://www.flightglobal.com/news/articles/flight-test-seabird-aviation-seeker-no-place-to-hide-202829/
http://www.spyflight.co.uk/seeker.htm
http://www.utility-aircraft.com/planes/seabird2007.htm
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/sb7l-360.htm
http://www.casa.gov.au/wcmswr/_assets/main/casadata/cota/download/va502.pdf
http://www.flightglobal.com/FlightPDFArchive/1991/1991%20-%200579.PDF
http://www.wescam.com/wp-content/uploads/Aero_28_Seeker_V2.pdf
http://www.seabirdaviation.com.au/pages/index.php?page=sb9-stormer
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 18/03/2014 08:10 Clansman
La fiche sur le site
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 18/03/2014 09:18 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci Clansman!
Comme tu l'as placée sur le site, ça me va parfaitement bien: les SB4 et SB5 prennent pas trop de place dans les versions, mais ils apparaissent quand-même. ça peut éventuellement faire connaître le site à un internaute cherchant des infos sur ces appareils… pour autant que quelqu'un s'y intéresse un jour. :D
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 18/03/2014 10:47 Clansman
En tout cas, c'était intéressant de connaître la genèse de cet appareil pas très connu. :)
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 18/03/2014 21:58 Nico2
Grâce à vous, je découvre une tonne d'appareils méconnus.
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 18/03/2014 22:49 Jericho

Nico2 a écrit

Grâce à vous, je découvre une tonne d'appareils méconnus.
Tssss! Si tu avais bien lu cette fiche, tu te serais rendu compte que la masse maximale du "Seeker 2" n'est que de 974kg! :p

Mais je te remercie quand même! ;)
Mois aussi j'en découvre beaucoup. D'ailleurs c'est amusant de choisir au pif des appareils pour faire leur fiche et de les découvrir au fil de ses recherches: des flops inexpliqués aux réussites inespérées… :hehe:
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 15:26 ciders
Un participant au forum Acig.org vient d'indiquer la présence en Tanzanie d'au moins un appareil de ce type, immatriculé JW9704. Il serait basé à Dar-es-Salaam.
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 15:45 Jericho
Au sein de la force aérienne?
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 17:16 ciders
Au vu de l'immatriculation, oui.
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 20:37 Jericho
Merci pour l'info. J'avoue qu'en faisant ma fiche, ils semblaient déjà avoir plusieurs clients potentiels (la Tanzanie, l'Azerbaïdjan et les EAU entres autres) en 2010. Mais étaient-ils militaires ou civils? Et je n'ai rien trouvé concernant des achats plus récemment.
C'est une bonne nouvelle pour eux, à rajouter sur le site.
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 21:01 Clansman
J'ai rajouté la Tanzanie, les EAU semblent aussi un opérateur potentiel (à confirmer).
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 21:43 Jericho

Clansman a écrit

J'ai rajouté la Tanzanie, les EAU semblent aussi un opérateur potentiel (à confirmer).
Ce qui m'embête, c'est que je ne trouve rien sur le net, même pas une photo. Quand aux EAU, ça m'étonne qu'ils se contentent d'un Seeker, alors qu'ils ont largement les moyen de prendre mieux et plus cher (ce qu'ils font d'ordinaire).
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 21:56 Clansman
Oui enfin les EAU ont aussi des AT-802 pour la lutte anti-guérilla, hein… Quand aux photos d'appareils tanzaniens…
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 22:47 Jericho

Clansman a écrit

Oui enfin les EAU ont aussi des AT-802 pour la lutte anti-guérilla, hein…
L'AT-802 est l'appareil idéal pour la recherche d'objectif, un avion qui a du nez!

Clansman a écrit

Quand aux photos d'appareils tanzaniens…
Tu n'iras tout de même pas jusqu'à dire qu'il faut que je recherche plutôt des croquis?

En Tanzanie, avec la quantité de touristes pour les safaris, par exemple, ce ne serait pas si étonnant d'en voir apparaitre un…
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 02/04/2014 23:05 ciders
Les touristes ne se rendent pas sur les bases aériennes locales. Cela dit, il y a des photos qui apparaissent de temps à autre. Je vais attendre de voir si Acig en sort une.
Re: Seabird SB7L-360 "Seeker" à 03/04/2014 08:51 Jericho

ciders a écrit

Les touristes ne se rendent pas sur les bases aériennes locales.
Non, je suis entièrement d'accord avec toi, mais c'est des appareils destinés à voler bas et reativement lentement. En plus, ils ont une forme assez particulière: tout ce qu'il faut pour attirer l'attention et donner l'envie de prendre une photo.

ciders a écrit

Cela dit, il y a des photos qui apparaissent de temps à autre. Je vais attendre de voir si Acig en sort une.
Volontier. Mais en ce qui concerne la Tanzanie, je veux bien le croire, même sans image, si un appareil a été vu et qu'en plus l'immatriculation est donnée. ;)
C'est juste que moi, en faisant cette fiche, je n'ai rien trouvé de concret sur le net.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires