Rappels

Histoire de l'appareil

Le Curtiss SB2C Helldiver était un bombardier monoplan en piqué embarqué de l'US Navy lors de la seconde guerre mondiale. Il ne doit pas être confondu avec son prédécesseur, le SBC Helldiver, qui était un biplan.

En 1938, l'US Navy demanda un remplaçant au SBD Dauntless et au SB2U Vindicator : cet appareil devait être monoplan, biplace, embarqué, emporter une charge utile de 1000 livres en soute, et être capable de bombardement en piqué. Il devait être motorisé par un R-2600 et 2 appareils devaient tenir sur un seul ascenseur de porte-avions. Brewster proposa le XSB2A-1 Buccaneer et Curtiss le XSB2C-1, conçu par l'équipe formée autour de Raymond C. Blaylock. Le SB2C fut nommé Helldiver en hommage à son prédécesseur, le SBC biplan.

Les deux appareils furent commandés en série en mai 1939, mais le Helldiver semblait plus moderne que son concurrent, du moins en apparence, et fut déclaré vainqueur. Mais les essais en soufflerie, en février 1940, montrèrent des vices de conception : le professeur Otto C. Koppen aurait dit, en voyant la dérive trop petite, "qu'il faudrait être fou pour le construire en série".

Le Helldiver effectua son vol inaugural le 18 décembre 1940. Cependant, il avait des défauts : une piètre tenue en vol et une structure trop fragile. La stabilité longitudinale posera toujours problème et la vitesse de décrochage était trop élevée. Les ailerons répondaient mal. Malgré de tels défauts, et la guerre devenant imminente, il fut commandé en grande série le 29 novembre 1940 sans même être évalué en vol.

Le 8 février 1941, le prototype s'écrasa après une panne moteur. Le programme étant bien avancé, Curtiss fut chargé de réparer le prototype en y apportant des modifications (fuselage allongé, dérive agrandie, ajout d'un pilote automatique) et il reprit l'air le 20 octobre 1941.

Les livraisons à l'US Navy devaient commencer en décembre 1941, et l'USAAF avait commandé 900 exemplaires d'une version terrestre, l'A-25A "Shrike", en voyant le succès apparent du Ju-87 Stuka. Mais le 21 décembre 1941, le prototype fut définitivement perdu, l'aile se brisant en vol lors d'un test en piqué. Son pilote, B.T. Hulse, s'en sortit sain et sauf.

Le premier exemplaire de série sortit d'usine en juin 1942 et vola pour la première fois le 30. En comparaison, le TBF Avenger venait d'être déployé au combat alors que le programme n'avait été lancé qu'en 1940, deux ans après le SB2C Helldiver. De plus, L'US Navy réclama pas moins de 880 modifications avant de le prendre en compte, mais cela entraîna une augmentation du poids de 42% et rendit l'appareil sous-motorisé. L'appareil ne pouvant être allongé, la seule possibilité était d'agrandir la dérive pour améliorer la stabilité.

Les livraisons commencèrent en décembre 1942 au squadron VS-9, et il fut peu apprécié par ses équipages dès le départ. Certains commandants de porte-avions, comme Joseph J. Clark qui commandait le Yorktown, suggérèrent d'annuler purement et simplement le programme. Il fut surnommé "the Beast" (la bête), "Big-Tailed Beast" voire "Son of a Bitch Second Class" ! Par certains côtés, il s'avérait inférieur au Dauntless, l'appareil qu'il devait remplacer.

Plusieurs versions se succédèrent : le SB2C-1 initial, le SB2C-3, le SB2C-4 et la version finale, le SB2C-5. Le SB2C-2 resta à l'état de prototype et le SB2C-6 ne fut pas construit.

Des 900 A-25A, seuls quelques uns furent conservés par l'USAAF pour des missions secondaires, comme le remorquage de cibles. Leur livraison commença fin 1943, mais l'USAAF n'avait plus besoin d'un bombardier en piqué. 410 furent transférés à l'US Marines (qui les utilisa pour l'entrainement sous la désignation SB2C-1A, mais pas au combat), 270 à l'US Navy et 10 à l'Australie (qui les conserva de 1943 à 1946). La Fleet Air Arm reçut 26 SB2C-1C "Helldiver I" construits par CCF pour évaluation, mais le rejeta car jugé inapte aux opérations. Une commande de 450 exemplaires fut annulée et les Britanniques ne l'employèrent jamais au combat. Après guerre, il fut vendu aux forces aériennes de Grèce et d'Italie et aux marines française, portugaise et thaïlandaise.

Sa première mission de guerre à grande échelle remontait au 11 novembre 1943, contre les installations japonaises de Rabaul au sein du squadron VB-17. Lors de la bataille de la mer des Philippines, le 20 juin 1944, 43 Helldiver sur 51 furent perdus à cause de leur manque d'autonomie en une seule mission. Ils participèrent cependant aux batailles du golfe de Leyte, d'Iwo Jima, d'Okinawa, des îles Ryukus et d'Honshu. Ils contribuèrent à la destruction des cuirassés Mushashi et Yamato.

Il semble tout de même que malgré toutes ses difficultés et défauts, qu'il fut l'appareil qui détruisit le plus de navires japonais pendant la guerre. Les critiques concernaient principalement les premières versions, les dernières éliminant les défauts majeurs. 44 victoires aériennes furent revendiquées pour 17 pertes en combat aérien.

Même si les diverses versions qui se succédèrent permirent d'améliorer l'appareil, il était de toute façon dépassé par le F6F Hellcat ou le F4U Corsair qui emportaient une charge équivalente. Le bombardement en piqué était un concept dépassé par l'apparition des roquettes plus précises, et le Helldiver fut le dernier avion conçu comme bombardier en piqué. Il fut retiré du service de l'US Navy en 1947, des unités de réserve en 1950.

La Grèce employa 42 SB2C-5 Helldiver lors de la guerre civile fin 1949. La mitrailleuse arrière fut démontée pour emporter davantage de charge utile (il n'y avait pas d'opposition aérienne), et ils furent modifiés pour opérer à terre. Ils furent retirés du service entre 1953 et 1957, après avoir servi à des missions photographiques.

La marine française utilisa 110 SB2C-5 (dont 10 comme réserve de pièces détachées) d'avril 1950 à septembre 1958, remplaçant ses vieux Dauntless. Ils furent déployés en Indochine de 1951 à 1954, sur les portes-avions Arromanches, Bois-Belleau et Lafayette, et équipèrent les flottilles 3F, 4F et 9F. Ils attaquèrent les troupes vietnamiennes lors de la bataille de Dien Bien Phu sans se préoccuper de la puissante défense anti-aérienne. Dien Bien Phu fut la dernière mission de guerre du Helldiver. Il fut remplacé par des Avenger.

La marine portugaise utilisa 24 SB2C-5 de 1950 à 1952, plus 14 SB2C-4 servant de réserve de pièces détachées. 6 survivants furent transféré à la force aérienne en 1952. La Thaïlande reçut en tout et pour tout 6 SB2C-5 Helldiver. D'abord affectés à la marine, ils furent transférés à la force aérienne après une tentative de coup d'état en 1951. Ils prirent peut-être part à la guerre d'Indochine contre le Viet Minh. La force aérienne italienne le conserva jusqu'en 1959.

Curtiss produisit 6006 exemplaires, Fairchild of Canada en produisit 300 sous la désignation SBF et Canadian Car Foundry production construisit 834 SBW. Le total atteignit 7140 exemplaires. Un seul exemplaire (un SB2C-5) est actuellement en état de vol et appartient à la Commemorative Air Force. La Grèce, la Thaïlande et le NASM exposent chacun un SB2C-5. 2 A-25A, un SB2C-3 et un SB2C-4 sont en cours de restauration.

Avant-guerre, Curtiss avait une excellente réputation comme constructeur d'avions. Mais avec le SB2C, il se montra dépassé. Guy Vaughn, le président de Curtiss, reconnut que le Helldiver fut sa plus lourde croix à porter lors de la guerre… Cet échec, ajouté à ses difficultés à passer à l'ère du jet, allait sonner le glas de ses activités aéronautiques. Dès 1948, la branche aéronautique de Curtiss fut vendue à North American.

Versions référencées

  • Curtiss XSB2C-1 : Prototype, un exemplaire. Il était armé de 2 mitrailleuses sous capot.
  • Curtiss SB2C-1 : Version initiale de série. 200 exemplaires construits par Curtiss, ainsi que 50 par Fairchild Canada (SBF-1) et 38 par CCF (SBW-1).
  • Curtiss SB2C-1C : Version apparue en 1943. 778 exemplaires construits par Curtiss, 28 exemplaires construits par CCF (SBW-1B).
  • Curtiss XSB2C-2 : Version hydravion apparue en 1942, un exemplaire
  • Curtiss SB2C-3 : Version produite début 1944. 1112 exemplaires construits par Curtiss, 150 par Fairchild Canada (SBF-3) et 413 par CCF (SBW-3).
  • Curtiss SB2C-4 : Version apparue à la mi-1944 avec une structure renforcée, des freins de piqué perforés.
  • Curtiss SB2C-5 : Dernière version produite, apparue en février 1945. 970 exemplaires produits par Curtiss, 85 exemplaires par CCF (SBW-5).
  • Curtiss XSB2C-6 : 2 SB2C-3 remotorisés avec un Pratt & Whitney R-2800-28 Double Wasp de 2100 hp. Le fuselage fut également allongé. Cependant, cette version ne fut pas produite en série.
  • Curtiss A-25A Shrike : Version terrestre du SB2C-1 pour l'USAAF, 900 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Curtiss SB2C-4 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 7 537 kg (16 616 lbs)
  • Masse à vide : 4 784 kg (10 547 lbs)
  • Surface alaire : 39 m² (422 sq. ft)
  • Hauteur : 4,02 m (13,2 ft)
  • Envergure : 15,21 m (49,9 ft)
  • Longueur : 11,217 m (36,8 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 254 km/h (158 mph, 137 kts)
  • Distance franchissable : 1 875 km (1 165 mi, 1 012 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 870 m (29 100 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 9,1 m/s (29,856 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 475 km/h (295 mph, 256 kts)
  • Charge alaire, à vide : 122,026 kg/m² (24,993 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 192,243 kg/m² (39,374 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Wright R-2600-20
  • Puissance unitaire : 1 417 kW (1 926 ch, 1 900 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture
picture

Forum

Sujet complet »
Curtiss SB2C Helldiver à 09/09/2014 07:48 Clansman
Le Curtiss SB2C Helldiver était un bombardier monoplan en piqué embarqué de l'US Navy lors de la seconde guerre mondiale. Il ne doit pas être confondu avec son prédécesseur, le SBC Helldiver, qui était un biplan.

En 1938, l'US Navy demanda un remplaçant au SBD Dauntless et au SB2U Vindicator : cet appareil devait être monoplan, biplace, embarqué, emporter une charge utile de 1000 livres en soute, et être capable de bombardement en piqué. Il devait être motorisé par un R-2600 et 2 appareils devaient tenir sur un seul ascenseur de porte-avions. Brewster proposa le XSB2A-1 Buccaneer et Curtiss le XSB2C-1, conçu par l'équipe formée autour de Raymond C. Blaylock. Le SB2C fut nommé Helldiver en hommage à son prédécesseur, le SBC biplan.

Les deux appareils furent commandés en série en mai 1939, mais le Helldiver semblait plus moderne que son concurrent, du moins en apparence, et fut déclaré vainqueur. Mais les essais en soufflerie, en février 1940, montrèrent des vices de conception : le professeur Otto C. Koppen aurait dit, en voyant la dérive trop petite, "qu'il faudrait être fou pour le construire en série".

Le Helldiver effectua son vol inaugural le 18 décembre 1940. Cependant, il avait des défauts : une piètre tenue en vol et une structure trop fragile. La stabilité longitudinale posera toujours problème et la vitesse de décrochage était trop élevée. Les ailerons répondaient mal. Malgré de tels défauts, et la guerre devenant imminente, il fut commandé en grande série le 29 novembre 1940 sans même être évalué en vol.

Le 8 février 1941, le prototype s'écrasa après une panne moteur. Le programme étant bien avancé, Curtiss fut chargé de réparer le prototype en y apportant des modifications (fuselage allongé, dérive agrandie, ajout d'un pilote automatique) et il reprit l'air le 20 octobre 1941.

Les livraisons à l'US Navy devaient commencer en décembre 1941, et l'USAAF avait commandé 900 exemplaires d'une version terrestre, l'A-25A "Shrike", en voyant le succès apparent du Ju-87 Stuka. Mais le 21 décembre 1941, le prototype fut définitivement perdu, l'aile se brisant en vol lors d'un test en piqué. Son pilote, B.T. Hulse, s'en sortit sain et sauf.

Le premier exemplaire de série sortit d'usine en juin 1942 et vola pour la première fois le 30. En comparaison, le TBF Avenger venait d'être déployé au combat alors que le programme n'avait été lancé qu'en 1940, deux ans après le SB2C Helldiver. De plus, L'US Navy réclama pas moins de 880 modifications avant de le prendre en compte, mais cela entraîna une augmentation du poids de 42% et rendit l'appareil sous-motorisé. L'appareil ne pouvant être allongé, la seule possibilité était d'agrandir la dérive pour améliorer la stabilité.

Les livraisons commencèrent en décembre 1942 au squadron VS-9, et il fut peu apprécié par ses équipages dès le départ. Certains commandants de porte-avions, comme Joseph J. Clark qui commandait le Yorktown, suggérèrent d'annuler purement et simplement le programme. Il fut surnommé "the Beast" (la bête), "Big-Tailed Beast" voire "Son of a Bitch Second Class" ! Par certains côtés, il s'avérait inférieur au Dauntless, l'appareil qu'il devait remplacer.

Plusieurs versions se succédèrent : le SB2C-1 initial, le SB2C-3, le SB2C-4 et la version finale, le SB2C-5. Le SB2C-2 resta à l'état de prototype et le SB2C-6 ne fut pas construit.

Des 900 A-25A, seuls quelques uns furent conservés par l'USAAF pour des missions secondaires, comme le remorquage de cibles. Leur livraison commença fin 1943, mais l'USAAF n'avait plus besoin d'un bombardier en piqué. 410 furent transférés à l'US Marines (qui les utilisa pour l'entrainement sous la désignation SB2C-1A, mais pas au combat), 270 à l'US Navy et 10 à l'Australie (qui les conserva de 1943 à 1946). La Fleet Air Arm reçut 26 SB2C-1C "Helldiver I" construits par CCF pour évaluation, mais le rejeta car jugé inapte aux opérations. Une commande de 450 exemplaires fut annulée et les Britanniques ne l'employèrent jamais au combat. Après guerre, il fut vendu aux forces aériennes de Grèce et d'Italie et aux marines française, portugaise et thaïlandaise.

Sa première mission de guerre à grande échelle remontait au 11 novembre 1943, contre les installations japonaises de Rabaul au sein du squadron VB-17. Lors de la bataille de la mer des Philippines, le 20 juin 1944, 43 Helldiver sur 51 furent perdus à cause de leur manque d'autonomie en une seule mission. Ils participèrent cependant aux batailles du golfe de Leyte, d'Iwo Jima, d'Okinawa, des îles Ryukus et d'Honshu. Ils contribuèrent à la destruction des cuirassés Mushashi et Yamato.

Il semble tout de même que malgré toutes ses difficultés et défauts, qu'il fut l'appareil qui détruisit le plus de navires japonais pendant la guerre. Les critiques concernaient principalement les premières versions, les dernières éliminant les défauts majeurs. 44 victoires aériennes furent revendiquées pour 17 pertes en combat aérien.

Même si les diverses versions qui se succédèrent permirent d'améliorer l'appareil, il était de toute façon dépassé par le F6F Hellcat ou le F4U Corsair qui emportaient une charge équivalente. Le bombardement en piqué était un concept dépassé par l'apparition des roquettes plus précises, et le Helldiver fut le dernier avion conçu comme bombardier en piqué. Il fut retiré du service de l'US Navy en 1947, des unités de réserve en 1950.

La Grèce employa 42 SB2C-5 Helldiver lors de la guerre civile fin 1949. La mitrailleuse arrière fut démontée pour emporter davantage de charge utile (il n'y avait pas d'opposition aérienne), et ils furent modifiés pour opérer à terre. Ils furent retirés du service entre 1953 et 1957, après avoir servi à des missions photographiques.

La marine française utilisa 110 SB2C-5 (dont 10 comme réserve de pièces détachées) d'avril 1950 à septembre 1958, remplaçant ses vieux Dauntless. Ils furent déployés en Indochine de 1951 à 1954, sur les portes-avions Arromanches, Bois-Belleau et Lafayette, et équipèrent les flottilles 3F, 4F et 9F. Ils attaquèrent les troupes vietnamiennes lors de la bataille de Dien Bien Phu sans se préoccuper de la puissante défense anti-aérienne. Dien Bien Phu fut la dernière mission de guerre du Helldiver. Il fut remplacé par des Avenger.

La marine portugaise utilisa 24 SB2C-5 de 1950 à 1952, plus 14 SB2C-4 servant de réserve de pièces détachées. 6 survivants furent transféré à la force aérienne en 1952. La marine thaïlandaise employa 6 SB2C-5 de 1951 à 1955. Ils prirent peut-être part à la guerre d'Indochine contre le Viet Minh. La force aérienne italienne le conserva jusqu'en 1959.

Curtiss produisit 6006 exemplaires, Fairchild of Canada en produisit 300 sous la désignation SBF et Canadian Car Foundry production construisit 834 SBW. Le total atteignit 7140 exemplaires. Un seul exemplaire (un SB2C-5) est actuellement en état de vol et appartient à la Commemorative Air Force. La Grèce, la Thaïlande et le NASM exposent chacun un SB2C-5. 2 A-25A, un SB2C-3 et un SB2C-4 sont en cours de restauration.

Avant-guerre, Curtiss avait une excellente réputation comme constructeur d'avions. Mais avec le SB2C, il se montra dépassé. Guy Vaughn, le président de Curtiss, reconnut que le Helldiver fut sa plus lourde croix à porter lors de la guerre… Cet échec, ajouté à ses difficultés à passer à l'ère du jet, allait sonner le glas de ses activités aéronautiques. Dès 1948, la branche aéronautique de Curtiss fut vendue à North American.


Versions :

XSB2C-1 : prototype, un exemplaire. Il était armé de 2 mitrailleuses sous capot.

SB2C-1 : Version initiale de série. 200 exemplaires construits par Curtiss, ainsi que 50 par Fairchild Canada (SBF-1) et 38 par CCF (SBW-1).

Cette version ne vit pas le combat et fut reléguée à l'entraînement. D'après certains, elle ne fut acceptée que parce que le retard du programme commençait à prendre une tournure politique. Il est propulsé par un Wright R-2600-8 Double Cyclone de 1700 hp et peut emporter une bombe de 1000 livres en soute. Il est armé de 4 mitrailleuses Browning de 12,7 mm dans les ailes et d'une 5e mitrailleuse Browning en place arrière. Des réservoirs auto-obturants, un blindage, des points d'emport sous les ailes pour une charge de profondeur de 150 kg furent rajoutés plus tard. Une mitrailleuse jumelée de 7,62 mm remplaça la mitrailleuse en place arrière.

A-25A : Version terrestre du SB2C-1 pour l'USAAF, 900 exemplaires. 210 exemplaires furent conservés par l'USAAF, 410 transférés aux Marines (SB2C-1A), 270 à l'US Navy et 10 à la force aérienne australienne.

SB2C-1C : Version apparue en 1943. 778 exemplaires construits par Curtiss, 28 exemplaires construits par CCF (SBW-1B).

26 SBW-1B furent évalués par la Fleet Air Arm qui le jugea "déplaisant". Cette version emportait plus de carburant et deux canons de 20 mm (400 obus chacun) remplaçaient les mitrailleuses dans les ailes. Elle pouvait emporter une torpille Mk 13-2, même si ce fut rarement le cas en pratique. Ce fut la première version à être employée au combat. Le SB2C-1 fut produit jusqu'au printemps 1944.

XSB2C-2 : Version hydravion apparue en 1942, un exemplaire.

Un des premiers SB2C-1 de série fut modifié en hydravion et une série de 350 exemplaires fut envisagée. Mais les priorités changèrent et la commande ne fut jamais passée.

SB2C-3 : Version produite début 1944. 1112 exemplaires construits par Curtiss, 150 par Fairchild Canada (SBF-3) et 413 par CCF (SBW-3).

Le prototype XSB2C-3 était un Helldiver de série remotorisé avec un R-2600-20 Double Cyclone de 1900 hp, actionnant une hélice quadripale. Le surcroit de puissance visait à compenser le poids excessif. La plupart des SB2C-3 étaient équipés d'un radar ASB à large bande, et la variante SB2C-3E du radar plus performant AN/APS-4, centimétrique. Le SB2C-3 s'avéra plus satisfaisant que le SB2C-1, qu'il remplaça sur les chaines de montage au printemps 1944.

SB2C-4 : Version apparue à la mi-1944 avec une structure renforcée, des freins de piqué perforés. 2045 exemplaires construits par Curtiss, ce qui en fait la version la plus produite du Helldiver. Elle pouvait emporter 8 roquettes HVAR de 5 pouces (127 mm) et un radar ASB en standard. Corrigeant la plupart des défauts du Helldiver, elle fut plus populaire auprès des équipages.

La variante SB2C-4E emportait un radar AN/APS-4. On ignore si Curtiss en construisit et si oui, combien, mais Fairchild Canada en construisit 100 (SBF-4E) et CCF 270 (SBW-4E). Par contre, ils ne construisirent pas de SB2C-4.

SB2C-5 : Dernière version produite, apparue en février 1945. 970 exemplaires produits par Curtiss, 85 exemplaires par CCF (SBW-5).

2 SB2C-4 furent modifiés en prototypes XSB2C-5 avec davantage de carburant. D'autres modifications furent implémentées. 2500 exemplaires supplémentaires avaient été commandés, mais furent annulés à la fin de la guerre.

XSB2C-6 : 2 SB2C-3 remotorisés avec un Pratt & Whitney R-2800-28 Double Wasp de 2100 hp. Le fuselage fut également allongé. Cependant, cette version ne fut pas produite en série.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Curtiss_SB2C_Helldiver

http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/curtiss-sb2c-helldiver/

http://indochine1940-1975.over-blog.com/article-curtiss-sb2c-helldiver-61689953.html

http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-curtiss-sb2c-5-helldiver-francais-115399318.html

http://les-avions-de-legende.e-monsite.com/pages/les-bombardiers/les-bombardiers-americains/curtiss-sb2c-helldiver.html


http://en.wikipedia.org/wiki/Curtiss_SB2C_Helldiver

http://www.airvectors.net/avsbd.html#m6

http://www.historynet.com/curtiss-sb2c-helldiver-the-last-dive-bomber.htm

http://militaryhistory.about.com/od/worldwariiaircraft/p/World-War-Ii-Curtiss-Sb2c-Helldiver.htm

http://www.sb2chelldiver.com/

http://airandspace.si.edu/collections/artifact.cfm?object=nasm_A19610118000

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=265

http://www.warbirdalley.com/sb2c.htm

http://acepilots.com/planes/helldiver.html
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 09/09/2014 18:01 Clansman
La fiche sur le site

Ben dis donc, je m'attendais pas à un tel ratage au départ, et après tout ce que j'ai lu, j'ai été surpris de lire que malgré tout, ce fut celui qui coula le plus de navires japonais. :shock:

Comme quoi, il faut pas désespérer du F-35. :mrgreen:
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 10/09/2014 10:09 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site

Ben dis donc, je m'attendais pas à un tel ratage au départ, et après tout ce que j'ai lu, j'ai été surpris de lire que malgré tout, ce fut celui qui coula le plus de navires japonais. :shock:
Merci pour cette fiche.
C'était courant, à l'époque, de redonner le même nom sans même rajouter un chiffre ensuite ("II" par exemple)?

Clansman a écrit

Comme quoi, il faut pas désespérer du F-35. :mrgreen:
L'espoir est bien la seule chose qui permet de maintenir ce programme, et encore… :roll:
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 10/09/2014 11:08 Clansman
C'était courant, à l'époque, de redonner le même nom sans même rajouter un chiffre ensuite ("II" par exemple)?

Je dirais que non, mais j'ai l'impression que Curtiss a utilisé plusieurs fois la dénomination "Hawk" pour ses chasseurs de l'entre-deux-guerre…
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 10/09/2014 11:31 Tyreann
Et tous ses dérivés - Skyhawk, Kittyhawk, Warhawk… Moi j'm'y suis perdu !
Houston TX 2014 à 13/11/2014 11:23 stanak
Curtiss SB2C-5 Helldiver
US Navy
Image

ps: un L en trop à Helldiver sur le site
http://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/984.html
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 13/11/2014 12:00 Clansman
Ah OK merci, je m'occuperai de tout ce soir !
Re: Houston TX 2014 à 13/11/2014 13:35 Jericho

stanak a écrit

Curtiss SB2C-5 Helldiver
US Navy
Magnifique, merci.


stanak a écrit

ps: un L en trop à Helldiver sur le site
http://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/984.html
Ah ben oui, visiblement deux "L" lui suffisent pour voler… :mrgreen:
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 13/11/2014 20:20 Nico2
Magnifique, encore.

L'état de préservation de ces appareils est remarquable.
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 14/11/2014 07:48 Tandure
J'ai toujours aimé cet avion.
On ne distingue pas bien le marquage sur le capot moteur, t'aurais pas mieux? :mrgreen:
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 14/11/2014 11:37 stanak
mais euh … :hehe:
Re: Curtiss SB2C Helldiver/Thailande à 06/02/2018 22:16 stanak
SB2C-5
ex RTAF
Image
les 6 de la RTAF et les 6 de la Thai navy sont les mêmes !
suite à la tentative de coup d'état de 1951 (un des 12)
tous les avions de la navy ont été transférés à la RTAF
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 07/07/2018 14:38 Clansman
les 6 de la RTAF et les 6 de la Thai navy sont les mêmes !
suite à la tentative de coup d'état de 1951 (un des 12)
tous les avions de la navy ont été transférés à la RTAF

Hop, précisé aussi bien dans le texte que dans la liste des pays utilisateurs.

Par contre, j'veux pas faire mon Perceval mais j'ai pas compris (un des 12) : y'a eu 12 coups d'état ? :mrgreen:
Re: Curtiss SB2C Helldiver à 07/07/2018 21:21 Cinétic

Clansman a écrit

les 6 de la RTAF et les 6 de la Thai navy sont les mêmes !
suite à la tentative de coup d'état de 1951 (un des 12)
tous les avions de la navy ont été transférés à la RTAF

Hop, précisé aussi bien dans le texte que dans la liste des pays utilisateurs.

Par contre, j'veux pas faire mon Perceval mais j'ai pas compris (un des 12) : y'a eu 12 coups d'état ? :mrgreen:

Oui depuis 1937 12 coups d'états et 7 tentatives :o

la liste
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:54 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires