Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Attaque au sol, Chasse
  • Constructeur : drapeau Ikarus
  • 158 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

La Yougoslavie avait eu, pendant l'entre deux-guerres, une industrie aéronautique tout-à-fait correcte, donnant entre autres l'Ikarus IK-3. Mais la seconde guerre mondiale et l'occupation nazie la stoppèrent brutalement. Lorsque la paix revint, l'industrie dut repartir de zéro, de même que la force aérienne.

Afin de rééquiper rapidement l'armée de l'air yougoslave, Tito demanda à Ikarus, alors intégrée à une société étatique, de fournir un nouveau chasseur. L'équipe réunie autour de Ljubomir Ilic, Kosta Sivcev, Slobodan Zrnic et Svetozar Popovic, qui avait déjà conçu l'IK-3, se remit au travail.

La structure du nouvel appareil, le S-49A, était en métal, en l'occurrence le fuselage était fait de tubes d'acier soudé recouvert d'alliage léger à l'avant, et de toile à l'arrière. Les ailes étaient recouvertes de bois contreplaqué. Le S-49A était équipé d'un moteur Klimov VK-105PF-2 de 1260 ch, à 12 cylindres et refroidi par liquide. Il était armé d'un canon de 20mm tirant à travers le moyeu d'hélice et de deux mitrailleuses de 12.7 mm placées dans le capot-moteur. Il pouvait alors évoluer à 550 km/h.

Il est difficile de se prononcer exactement sur l'aide soviétique. Le moteur, un Klimov, est évidemment russe et la silhouette rappelle fortement le Yak-9. Des ingénieurs, des plans, seraient arrivés dès après la seconde guerre mondiale, mais il semble que les ingénieurs yougoslaves aient tentés de concevoir et construire l'avion avec le minimum d'aide soviétique. Tito décida en 1948 de suivre une politique communiste, certes, mais en dehors des recommandations de Staline. Celui-ci se fâcha alors tout rouge et suspendit toute aide, y compris les pièces détachées nécessaire au S-49A (moteur et armes).

Le prototype vola en juin 1949, après la décision de Tito. Le S-49A fut construit à 45 exemplaires et équipa 2 escadrons de chasse au début de 1950.

Après la suspension de l'aide soviétique, la priorité fut de trouver d'abord un nouveau moteur, sans quoi la flotte resterait clouée au sol. Un S-49B équipé du moteur DB-605, d'ailleurs disponible en grande quantité à l'époque, fut envisagé. Mais la solution n'était paraît-il pas viable sur le long terme.

La Yougoslavie, forte de sa neutralité, se tourna vers le moteur français Hispano-Suiza HS 12Z-17 de 1500 ch à refroidissement par liquide. Elle acheta également des canons MG-151 allemands de 20 mm et de mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm. Ces équipements allaient fournir la base du S-49C. Celui-ci était désormais de construction entièrement métallique, en alliage léger et à revêtement travaillant. Il voyait son nez allongé et sa verrière redessinée, son empennage réduit, son train renforcé. Des points d'emport sous voilure lui permettait d'emporter 4 bombes de 25 ou 50 kg ou 4 roquettes de 87 ou 127 mm. L'appareil atteignait 630 km/h. La nouvelle firme Soko, basée à Mostar fabriquait les ailes et les empennages.

Le prototype du S-49C effectua son vol inaugural fin 1951 et entra en service début 1952. Les derniers exemplaires produits bénéficiaient d'une verrière surélevée et d'un empennage plus grand que celui du S-49A. 112 exemplaires furent construits et restèrent en service jusqu'en 1961.

Le S-49, construit en tout à 158 exemplaires, ne connut jamais le baptême du feu. Il fut certainement un bon avion à hélices, et permit à l'industrie aéronautique yougoslave de se remettre sur ses rails. Las, c'était l'heure du jet et l'appareil fut dépassé très rapidement, pour mieux sombrer dans l'oubli.

Versions référencées

  • Ikarus S-49A : Version motorisée par un Klimov, 45 exemplaires.
  • Ikarus S-49B : Version motorisée par un DB-605.
  • Ikarus S-49C : Version définitive, propulsée par un Hispano-Suiza. 112 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Ikarus S-49C voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 568 kg (7 866 lbs)
  • Masse à vide : 2 818 kg (6 213 lbs)
  • Surface alaire : 16,65 m² (179,219 sq. ft)
  • Hauteur : 2,9 m (9,514 ft)
  • Envergure : 10,3 m (33,793 ft)
  • Longueur : 9,06 m (29,724 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 690 km (429 mi, 373 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 000 m (32 808 ft)
  • Vitesse maximale HA : 628 km/h (390 mph, 339 kts)
  • Charge alaire, à vide : 169,249 kg/m² (34,665 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 214,294 kg/m² (43,891 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en V Hispano-Suiza 12Z-17
  • Puissance unitaire : 1 119 kW (1 521 ch, 1 500 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Ikarus S-49 à 09/02/2011 23:30 Clansman
La Yougoslavie avait eu, pendant l'entre deux-guerres, une industrie aéronautique tout-à-fait correcte, donnant entre autres l'Ikarus IK-3. Mais la seconde guerre mondiale et l'occupation nazie la stoppèrent brutalement. Lorsque la paix revint, l'industrie dut repartir de zéro, de même que la force aérienne.

Afin de rééquiper rapidement l'armée de l'air yougoslave, Tito demanda à Ikarus, alors intégrée à une société étatique, de fournir un nouveau chasseur. L'équipe réunie autour de Ljubomir Ilic, Kosta Sivcev, Slobodan Zrnic et Svetozar Popovic, qui avait déjà conçu l'IK-3, se remit au travail.

La structure du nouvel appareil, le S-49A, était en métal, en l'occurrence le fuselage était fait de tubes d'acier soudé recouvert d'alliage léger à l'avant, et de toile à l'arrière. Les ailes étaient recouvertes de bois contreplaqué. Le S-49A était équipé d'un moteur Klimov VK-105PF-2 de 1260 ch, à 12 cylindres et refroidi par liquide. Il était armé d'un canon de 20mm tirant à travers le moyeu d'hélice et de deux mitrailleuses de 12.7 mm placées dans le capot-moteur. Il pouvait alors évoluer à 550 km/h.

Il est difficile de se prononcer exactement sur l'aide soviétique. Le moteur, un Klimov, est évidemment russe et la silhouette rappelle fortement le Yak-9. Des ingénieurs, des plans, seraient arrivés dès après la seconde guerre mondiale. Mais Tito décida en 1948 de suivre une politique communiste, certes, mais en dehors des recommandations de Staline. Celui-ci se fâcha tout rouge (normal pour un communiste) et suspendit toute aide, y compris les pièces détachées nécessaire au S-49A (moteur et armes).

Le prototype vola en juin 1949, après la décision de Tito. Le S-49A fut construit à 45 exemplaires et équipa 2 escadrons de chasse au début de 1950.

Après la suspension de l'aide soviétique, la priorité fut de trouver d'abord un nouveau moteur, sans quoi la flotte resterait clouée au sol. Un S-49B équipé du moteur DB-605, d'ailleurs disponible en grande quantité à l'époque, fut envisagé. Mais la solution n'était paraît-il pas viable sur le long terme.

La Yougoslavie, forte de sa neutralité, se tourna vers le moteur français Hispano-Suiza HS 12Z-17 de 1500 ch à refroidissement par liquide. Elle acheta également des canons MG-151 allemands de 20 mm et de mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm. Ces équipements allaient fournir la base du S-49C. Celui-ci était désormais de construction entièrement métallique, en alliage léger et à revêtement travaillant. Il voyait son nez allongé et sa verrière redessinée, son empennage réduit, son train renforcé. Des points d'emport sous voilure lui permettait d'emporter 4 bombes de 25 ou 50 kg ou 4 roquettes de 87 ou 127 mm. L'appareil atteignait 630 km/h. La nouvelle firme Soko, basée à Mostar fabriquait les ailes et les empennages.

Le prototype du S-49C effectua son vol inaugural fin 1951 et entra en service début 1952. Les derniers exemplaires produits bénéficiaient d'une verrière surélevée et d'un empennage plus grand que celui du S-49A. 112 exemplaires furent construits et restèrent en service jusqu'en 1961.

Le S-49, construit en tout à 158 exemplaires, ne connut jamais le baptême du feu. Il fut certainement un bon avion à hélices, et permit à l'industrie aéronautique yougoslave de se remettre sur ses rails. Las, c'était l'heure du jet et l'appareil fut dépassé très rapidement, pour mieux sombrer dans l'oubli.


http://www.avionslegendaires.net/ikarus-s-49.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Ikarus_S-49

Le Grand livre des chasseurs/William Green et Gordon Swanborough.
Re: Ikarus S-49 à 10/02/2011 09:10 ciders
Je n'avais jamais, mais alors jamais entendu parler de cet appareil. :shock:
Re: Ikarus S-49 à 10/02/2011 13:09 Clansman
Wow, j'ai appris quelque chose à Ciders. :bonnet:

Le S-49 sur le site
Re: Ikarus S-49 à 10/02/2011 16:29 ciders
Ma réputation de maître des brouettes européennes orientales va en prendre un coup certain. :bonnet:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires