Histoire de l'appareil

Dans les années 1960, l'apparition de sous-marins soviétiques à propulsion nucléaire rendait caduc la plupart des moyens de détections de l'US Navy, y compris le S-2 Tracker. L'US Navy réfléchissa à un successeur à partir de 1964 et lança le programme VSX en 1966. Lockheed s'associa à LTV, plus expérimenté que Lockheed en avions embarqués, afin d'affronter Grumman. Univac Federal Systems s'occupait des outils de détection des sous-marins. Leur S-3 remporta le contrat en août 1969. 6 prototypes et 2 cellules destinées aux essais statiques.

Le premier des YS-3A effectua son vol inaugural le 21 janvier 1972, avec John Christiansen et Lyle Scheafer aux commandes. Les essais se déroulèrent bien et un premier contrat de production fut signé dès avril. 2 prototypes supplémentaires furent construits. Les essais embarqués se déroulèrent en novembre 1973 et l'appareil prit le nom de Viking.

Le S-3A Viking entra en service au sein de la VS-41 le 20 février 1974, à NAS North Island à San Diego, en Californie. En 1977, il fut déclaré opérationel avec la VS-21.

Le S-3 fut conçu pour être compact, et non pour posséder de hautes performances. Sa silhouette est donc classique. Les premiers S-3A étaient pourvus de TF34-2, moins fiables que les TF34-400 qui les remplaçeraient. Ceux-ci sont en outre plus économiques. Il emporte 4 membres d'équipage, avec à l'arrière du pilote et du copilote un opérateur des capteurs (SENSO) et un coordinateur tactique (TACCO). Ils disposent tous 4 de sièges éjectables Escapac E-1 de type zéro-zéro. Il est ravitaillable en vol et son train d'atterrissage, conçu par LTV, dérive du A-7 pour le train avant et du F-8 pour le train principal.

Il emporte un radar Texas Instruments AN/APS-116 de détection maritime, avec une portée de 150 miles, un FLIR Texas Instruments OR-89, un MAD Texas Instruments AN/ASQ-81, un ordinateur Univac AN/AYK-10, un système de CME IBM AN/ALR-47 et 60 bouées sonores.

Il est dépourvu d'armement fixe, mais peut emporter 1815 kg de charge utile (charges de profondeur, mines, bombes, torpilles) dans 2 soutes. Il dispose aussi de 2 points d'emport d'une capacité de 680 kg chacun (roquettes, bombes à sous-munitions, bidons de 1135 litres).

Le S-3 se révéla largement supérieur à son prédécesseur le S-2 : il pouvait couvrir une zone trois fois plus importante, emporter deux fois plus de charge de guerre, avait une avionique plus efficace. Malgré tout, son encombrement était à peine supérieur et il se montra un avion facile à piloter. 187 exemplaires furent construits jusqu'en 1978.

Lockheed essaya de le vendre à l'export, notamment en Allemagne et au Japon, mais sans succès. Il proposa par contre d'autres versions : le KS-3A, l'US-3A et l'ES-3A Sea Shadow. Il fut également modernisé au standard S-3B (120 exemplaires entre 1987 et 1994).

Le S-3B fut utilisé lors de la guerre du golfe en 1991, à la fois pour des missions de ravitaillement en vol que pour des missions de frappe au sol ou en mer (radar, DCA, navires côtiers, dont un fut même coulé à l'aide… d'un panier de ravitaillement en vol, largué par erreur en même temps que les bombes). Le S-3 fut également déployé dans les Balkans et en Afghanistan, en 2001 et 2002. C'est un S-3B qui a emmené George W. Bush sur l'USS Abraham Lincoln en 2003.

Le S-3 acquit une réputation de fiabilité et d'adaptation à de nombreuses missions, d'où son surnom de "couteau suisse de la Navy". L'appareil devint trop vieux et l'US Navy ne voulut pas moderniser une nouvelle fois son électronique, ce qui explique son retrait du service en février 2009. De façon générale, le S-3 n'a pas de remplaçant pour le rôle très particulier de chasse aux sous-marins, à part le SH-60B.

4 appareils sont conservés pour patrouiller la zone de tir de missiles à Hawaï, afin de s'assurer qu'il n'y a pas de trafic civil. Le S-3, par ses performances et systèmes électroniques, est une excellente plate-forme pour ce genre de missions. Le tout dernier S-3 construit (mis au standard S-3B) a été cédé à la NASA en 2004. Rééquipé avec un radar météorologique entre autres, il sera utilisé encore pendant de longues années.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation

Versions référencées

  • Lockheed YS-3A : Prototypes. 8 exemplaires.
  • Lockheed S-3A : Version de série. 187 exemplaires.
  • Lockheed ES-3A Sea Shadow : Version de renseignement électronique du S-3A. 16 exemplaires modifiés.
  • Lockheed KS-3A : Version de ravitaillement en vol du S-3A. 1 exemplaire modifié.
  • Lockheed US-3A : Version utilitaire du S-3A. 6 exemplaires modifiés.
  • Lockheed S-3B : Version modernisée du S-3A. 120 exemplaires modifiés.
  • Lockheed KS-3B : Projet de version de ravitaillement en vol du S-3B.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Lockheed S-3A voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 23 831 kg (52 539 lbs)
  • Masse à vide : 12 057 kg (26 581 lbs)
  • Surface alaire : 56 m² (598 sq. ft)
  • Hauteur : 6,98 m (22,9 ft)
  • Envergure : 20,97 m (68,8 ft)
  • Longueur : 16,276 m (53,4 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 648 km/h (403 mph, 350 kts)
  • Vitesse de décrochage : 180 km/h (112 mph, 97 kts)
  • Rayon d'action : 5 121 km (3 182 mi, 2 765 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 466 m (40 900 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 26 m/s (85 ft/s)
  • Mach maximal HA : Mach 0,79
  • Vitesse maximale BA : 793 km/h (493 mph, 428 kts)
  • Charge alaire, à vide : 217,023 kg/m² (44,45 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 428,959 kg/m² (87,858 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs General Electric TF34-GE-2
  • Puissance unitaire : 4 207 kgp (41 kN, 9 275 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
à 07/12/2006 13:55 Ex-fernandel
Effectivement si les S-3 sont sur le pont, ça ne change rien au chmilblic.

Mais en vol, en patrouille ASM, auraient ils repéré le SM chinois avant qu'il soit à porté de tir? On en sait rien.

Mais si j'étais commandement de la Force du pacifique je me poserais des questions et je ne me contenterais surement pas d'un "[i:508a4]C'est pas du jeu, on était pas en exercice ASM c'est pour ça qu'on l'a pas vu venir le Yellow Submarine[/i:508a4]"
à 07/12/2006 13:58 Pilou
Le problème est différent du sujet du topic, à savoir des Viking, dans ce cas, c'est simplement qu'ils n'ont pas été assez prudents ou que tout simplement, le sous-marin a déjoué les systèmes de défense du groupe aéronaval.
Mais c'est un sujet autrement plus vaste que la question du S-3 Viking :wink:
à 07/12/2006 14:50 Ex-fernandel
Au vu de l'incident, je dis juste que si j'étais dans les mocassins de l'amiral je me poserais la question de moderniser le S-3 ou en tout cas de développer un nouveau support de lutte ASM à aile fixe (pourquoi pas le Osprey).

Je ne pense pas que ce soit plus hors-sujet que tous les messages demandant que le Tomcat reprenne du service.
à 07/12/2006 18:38 Pilou

fernandel a écrit

Au vu de l'incident, je dis juste que si j'étais dans les mocassins de l'amiral je me poserais la question de moderniser le S-3 ou en tout cas de développer un nouveau support de lutte ASM à aile fixe (pourquoi pas le Osprey).

Je ne pense pas que ce soit plus hors-sujet que tous les messages demandant que le Tomcat reprenne du service.[/quote:edb93]

Ben dans ce contexte-ci, je pense que ça l'est. Le S-3 Viking aurait été utile après avoir détecté le sous-marin, donc trop tard.
A moins que tu ne veuilles qu'il y ait toujours au moins un Viking en vol pour détecter les sous-marins pouvant causer du tort à un groupe aéronaval…
à 07/12/2006 19:15 Ex-tomcat101
c'est peut etre un peu bête ce que je vais dire mais j'ai la cruelle impression que la navy est entrain de sacrifier son efficacité au profit de la simplicité et de l'argent…
supprimer les Tomcat, Viking et Prowler…pourquoi ne pas carrément supprimer les portes avions tout simplement si ils n'ont plus leur efficacité?

pour revenir à l'idée de reprendre les Viking dans l'aéronavale, je suis totalement pour! ceux-ci seconderaient parfaitement les Atlantique 2 basés à terre!

(et remplaceraient avantageusement les breguet Alizés…) [/size:83239] :lol:

cela nous permettrait d'avoir un ASM moderne embarqué en somme!
à 07/12/2006 19:18 Ex-Masséna
Il y a bien des amiraux qui veulent des E2C Hawkeye en vol en permence autour du porte-avions, alors pourquoi pas un Viking? :lol:
à 07/12/2006 19:25 Ex-Totor Le Blero
Eh bien, c'est peut-être du a l'autonomie du Viking.
Mais vu que la dernière flotille a été dissoute cet été, ça va être compliqué d'en mettre ne serait-ce qu'un en l'air…
à 09/12/2006 21:26 Ex-sylvain
Le retrait des S 3 a ete anticipé car étant agé ils coutaient chers à l'usage.
Il est vrai que la Navy est en train de faire des économies à droite et à gauche, quitte à sacrifier son éfficacité.
Un retour des S 3 est impossible vue que toute les flottilles sont dissoute.
Ca sera les SH 60B qui les releveront pour les missions ASM, avec l'autonomie que l'on sait….
à 10/12/2006 18:16 ogotaï
d'autant que les P-8 remplaceraient plutôt les P-3 Orion que les S-3 viking.
Ou alors il va falloir faire un peu de place dans les hangars des P.A. :wink:
Re: S-3 viking à 29/09/2007 01:35 Pilou
Lockheed Martin touts overland surveillance role for surplus S-3B Vikings[/url:7e2df]
Re: S-3 viking à 13/02/2008 21:54 Ex-osorno
nouvelle carriere pour le S 3.
la nasa l a modifie, systemes de communications et radars, pour mener des etudes sur la securites des operations aeriennes.
http://www.aerocontact.com/news/ac_news_art.php?ID=06228
Re: S-3 viking à 15/09/2011 12:35 Clansman
Dans les années 1960, l'apparition de sous-marins soviétiques à propulsion nucléaire rendait caduc la plupart des moyens de détections de l'US Navy, y compris le S-2 Tracker. L'US Navy réfléchissa à un successeur à partir de 1964 et lança le programme VSX en 1966. Lockheed s'associa à LTV, plus expérimenté que Lockheed en avions embarqués, afin d'affronter Grumman. Univac Federal Systems s'occupait des outils de détection des sous-marins. Leur S-3 remporta le contrat en août 1969. 6 prototypes et 2 cellules destinées aux essais statiques.

Le premier des YS-3A effectua son vol inaugural le 21 janvier 1972, avec John Christiansen et Lyle Scheafer aux commandes. Les essais se déroulèrent bien et un premier contrat de production fut signé dès avril. 2 prototypes supplémentaires furent construits. Les essais embarqués se déroulèrent en novembre 1973 et l'appareil prit le nom de Viking.

Le S-3A Viking entra en service au sein de la VS-41 le 20 février 1974, à NAS North Island à San Diego, en Californie. En 1977, il fut déclaré opérationel avec la VS-21.

Le S-3 fut conçu pour être compact, et non pour posséder de hautes performances. Sa silhouette est donc classique. Les premiers S-3A étaient pourvus de TF34-2, moins fiables que les TF34-400 qui les remplaçeraient. Ceux-ci sont en outre plus économiques. Il emporte 4 membres d'équipage, avec à l'arrière du pilote et du copilote un opérateur des capteurs (SENSO) et un coordinateur tactique (TACCO). Ils disposent tous 4 de sièges éjectables Escapac E-1 de type zéro-zéro. Il est ravitaillable en vol et son train d'atterrissage, conçu par LTV, dérive du A-7 pour le train avant et du F-8 pour le train principal.

Il emporte un radar Texas Instruments AN/APS-116 de détection maritime, avec une portée de 150 miles, un FLIR Texas Instruments OR-89, un MAD Texas Instruments AN/ASQ-81, un ordinateur Univac AN/AYK-10, un système de CME IBM AN/ALR-47 et 60 bouées sonores.

Il est dépourvu d'armement fixe, mais peut emporter 1815 kg de charge utile (charges de profondeur, mines, bombes, torpilles) dans 2 soutes. Il dispose aussi de 2 points d'emport d'une capacité de 680 kg chacun (roquettes, bombes à sous-munitions, bidons de 1135 litres).

Le S-3 se révéla largement supérieur à son prédécesseur le S-2 : il pouvait couvrir une zone trois fois plus importante, emporter deux fois plus de charge de guerre, avait une avionique plus efficace. Malgré tout, son encombrement était à peine supérieur et il se montra un avion facile à piloter. 187 exemplaires furent construits jusqu'en 1978.

Lockheed essaya de le vendre à l'export, notamment en Allemagne et au Japon, mais sans succès. Il proposa par contre d'autres versions.

L'US-3A, destiné au transport de passagers, fit l'objet d'une première version, entièrement reconstruite et capable de transporter 30 passagers. L'US Navy préféra un appareil plus petit et sans trop de modifications. Un des YS-3A servit de prototype et vola pour la première fois dans une telle configuration le 2 juillet 1976. Malgré la préférence accordée au C-2, 6 appareils furent convertis à ce standard.

Le KS-3A, dévolu au ravitaillement en vol, pouvait emporter 16588 litres de carburant. Là encore, un YS-3A fut modifié et vola en 1983. La version ne connut pas le succès en tant que telle, mais les S-3 servirent au ravitaillement en vol gràce à un panier D-704 à partir de 1984.

Dès 1977, Lockheed proposa une variante de renseignement électronique du Viking. Celui-ci n'intéressa la Navy que 10 ans plus tard, et un contrat fut signé en 1989 pour convertir 16 S-3A en ES-3A "Sea Shadow". Le MAD et le lanceur de bouées furent enlevés,le radar fut remplacé par un AN/APS-137(V)1 et le FLIR par un Texas Instrument OR-263 plus fiable. 60 antennes furent installées.

Un YS-3A modifié servit de prototype et vola avec des antennes, et un ballast à la place du système électronique. Le premier ES-3A vola le 15 mai 1991. Les livraisons durèrent de 1993 à 1994. Plus lourd et moins aérodynamique à cause de ses antennes, il volait nettement moins vite. Les Shadows furent retirés du service dès 1999. En effet, un programme JASF (Joint Airborne SIGINT Family) commun aux 3 armes devait voir le jour, ce qui signifiait qu'il faudrait améliorer les ES-3A pour les rendre compatibles à ce programme. L'US Navy décida de s'épargner cette dépense en retirant l'ES-3A du service, mais le JASF ne vit jamais le jour.

Dès 1981, il fut question de moderniser les S-3A dans le cadre du programme WSIP (Weapon Systems Improvement Program). L'avionique et les armes étaient concernés. 2 appareils modifiés servirent de prototypes au S-3B, qui vola pour la première fois le 13 septembre 1984. La première machine convertie fut livrée en décembre 1987. 119 appareils furent convertis jusqu'en 1994.

Extérieurement, rien ne distingue le S-3B du S-3A. Mais le S-3B récupère le radar, le FLIR et le AN/ALR-76 de l'ES-3A, un récepteur de données des bouées sonores AN/ARR-78, un ordinateur de traitement des signaux AN/UYS-1 Proteus, un système JTIDS (Joint Tactical Information Datalink System), 2 lance-leurres AN/ALE-39 de 30 cartouches chacun. Il était aussi équipé de missiles AGM-84A Harpoon, placés sous les points d'emport. Quelques S-3B pouvaient également emporter des missiles AGM-65F, la version anti-navale du Maverick.

Le S-3B fut utilisé lors de la guerre du golfe en 1991, à la fois pour des missions de ravitaillement en vol que pour des missions de frappe au sol ou en mer (radar, DCA, navires côtiers, dont un fut même coulé à l'aide… d'un panier de ravitaillement en vol, largué par erreur en même temps que les bombes). Le S-3 fut également déployé dans les Balkans et en Afghanistan, en 2001 et 2002. C'est un S-3B qui a emmené George W. Bush sur l'USS Abraham Lincoln en 2003.

Lockheed proposa, sans succès, des versions telles que le KS-3B de ravitaillement en vol et une variante de veille aérienne. Cela dit, le S-3 acquit une réputation de fiabilité et d'adaptation à de nombreuses missions, d'où son surnom de "couteau suisse de la Navy". L'appareil devint trop vieux et ne voulut pas moderniser une nouvelle fois son électronique, ce qui explique son retrait du service en février 2009. De façon générale, le S-3 n'a pas de remplaçant pour le rôle très particulier de chasse aux sous-marins, à part le SH-60B.

4 appareils sont conservés pour patrouiller la zone de tir de missiles à Hawaï, afin de s'assurer qu'il n'y a pas de trafic civil. Le S-3, par ses performances et systèmes électroniques, est une excellente plate-forme pour ce genre de missions. Le tout dernier S-3 construit (mis au standard S-3B) a été cédé à la NASA en 2004. Rééquipé avec un radar météorologique entre autres, il sera utilisé encore pendant de longues années.


La fiche sur le site


http://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_S-3_Viking

http://www.avionslegendaires.net/lockheed-s-3-viking.php

http://tomcat85.free.fr/S-3_Viking.php

http://wair.fr/retrait-des-s-3-viking-de-lus-navy-997

http://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_S-3_Viking

http://www.lockheedmartin.com/products/s3/index.html

http://www.vectorsite.net/avs3.html

http://www.theaviationzone.com/factsheets/s3.asp

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=162
Re: S-3 viking à 17/09/2011 17:36 Nanimo
Le passage "L'appareil devint trop vieux et ne voulut pas moderniser une nouvelle fois son électronique" m'a fait sourire, imaginant l'avion vieux et fatigué, refusant qu'on l'emm… avec des mises à jour :mrgreen:
Re: S-3 viking à 18/09/2011 11:22 Clansman
C'est exactement ça, en fait. :mrgreen:

Je crois que j'ai oublié un mot quelque part, je corrige ça. :mrgreen:

Merci ! ;)

EDIT : la fiche du site a directement été corrigée, pas le texte du forum. Je rajoute aussi ton commentaire dans les perles. :mrgreen:
Pima (AZ, USA) à 08/06/2013 09:55 stanak
S-3B
US Navy
Image
Re: S-3 viking à 10/06/2013 21:23 d9pouces
Belle photo d'un sympathique appareil ! Je me demande s'il manque à l'US Navy…
Re: S-3 viking à 03/07/2013 20:16 Nico2
L'appareil fétiche de GW Bush en tant que commander in chief ^^ :hehe:
Re: S-3 viking à 08/07/2013 21:04 d9pouces
À cause de la pinup sous le cockpit ?
Re: S-3 viking à 08/07/2013 21:31 Nico2
Ça aurait pu, avant qu'il ne devienne un born again, et alors qu'il n'était qu'un skirt chaser :D

Non en fait, je pensais à la fameuse mise en scène du 1er mai 2003, avec l'arrivée de GW Bush sur le CVN-72 Abraham Lincoln, à bord d'un S-3 Viking dans le rôle de Navy One (il est rare que cet indicatif serve).

Le tout pour proclamer "Mission accomplie" à propos du conflit irakien.

Grandiose. :)

Cf. ce lien, pour rappel.
Re: S-3 viking à 08/07/2013 22:40 d9pouces
Je ne connaissais pas l'histoire, merci :)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires