Rappels

Histoire de l'appareil

La société SIPA (Société Industrielle pour l'Aéronautique) fut créée en 1938. Lors de l'Occupation, elle fut chargée de concevoir l'Ar-396, le successeur de l'Ar-96. Il s'agit d'un appareil d'entraînement de conception et de maintenance simples. Il est donc construit en bois, et équipé d'un Renault 12S00 de 580 ch, la version française de l'Argus 411.

Les études commencèrent en 1943, mais n'aboutirent pas avant la Libération. La SIPA continua le travail sur l'appareil qui fut désormais nommé S-10, et dont la structure contient aussi du métal.

Le prototype effectue son vol inaugural le 29 décembre 1945 à Bourges aux mains de Launay. L'appareil se revèle bon et seule l'hélice est à changer.

5 appareils de présérie et 30 S-10 de série sont construits entre 1945 et 1946, avec une hélice Ratier à trois pales et à pas variable. Il entre en service à Cognac, et est destiné l'entraînement avancé des pilotes. Il prend place après le Tiger Moth dans le cursus. Ils serviront aussi à Salon-en-Provence, jusqu'en 1956 et seront remplacés par les MS-733.

Le S.11 vole pour la première fois le 4 juillet 1946. Il se distingue par une verrière coulissante. 50 exemplaires seront construits, puis 54 supplémentaires pour remplacer les pertes. Ces appareils, dotés de nouveaux équipements et de système électriques, sont appelés S.111. Leur production se terminera en 1950 du fait du déménagement de la SIPA.

Le S.12 est de construction entièrement métallique, en duralumin, à la demande de l'armée de l'air. Il est propulsé par un 12S-02 de 600 ch. Le premier vol a lieu le 18 mai 1951. 52 exemplaires sont construits et commencent à être livrés en 1952.

Le S.121 apparaîtra en 1954. La section centrale du fuselage, qui était en acier, est désormais en duralumin. Il est équipé d'un radiocompas, destiné à l'entraînement à la navigation. Il est construit à 48 exemplaires jusqu'en 1958.

Bien que le Sipa S.10 et ses dérivés soient d'abord destinés à l'entraînement, la guerre d'indépendance en Algérie rendit nécessaire l'étude d'une version d'appui-feu.

Le S.111A (pour Armé) est un S.111 modifié, équipé de 2 mitrailleuses MAC 34/39 de 7.7 mm, 4 lance-roquettes Matra 14 pour roquettes T10, et de 4 lance-bombes Schloss 50 modifiés pour 1 bombe de 50kg ou 4 de 10kg antipersonnelles. Son prototype, le S.111 n°110, est testé au CEV de mars à mai 1956. 34 S.111 seront modifiés.

Le S.12 se voit lui aussi armé et transformé en S.12A. Le prototype, le S.12 n°15, est testé au CEV en juin 1956. 18 S.12 seront modifiés.

Tous les S.111A et S.12A seront déployés en Algérie, où, malgré une vitesse réduite de 15 km/h, se révéleront plus maniables que les T-6 et les MS-733. Ils y effectueront des missions de reconnaissance et d'appui au sol, au sein par exemple de l'EALA 1/71 basée à Gafsa dans le sud Tunisien. Ils seront cependant remplacés dès 1957, à cause de l'insuffisance de leur moteur, trop fragile.

Versions référencées

  • SIPA S-10 : Version initiale de série, 35 exemplaires dont 5 de présérie.
  • SIPA S-11 : Version à verrière coulissante. 50 exemplaires.
  • SIPA S-111 : Version améliorée du S-11, 54 exemplaires.
  • SIPA S-111A : Version armée du S-111, 34 S-111 modifiés.
  • SIPA S-12 : Version entièrement métallique, 52 exemplaires.
  • SIPA S-121 : Version destinée à l'entraînement à la radio-navigation, 48 exemplaires.
  • SIPA S-12A : Version armée du S-12, 18 S-12 modifiés.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

SIPA S-10 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 071 kg (4 566 lbs)
  • Masse à vide : 1 679 kg (3 702 lbs)
  • Surface alaire : 18,3 m² (196,98 sq. ft)
  • Hauteur : 2,45 m (8,038 ft)
  • Envergure : 11 m (36 ft)
  • Longueur : 9,32 m (30,577 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 600 km (373 mi, 324 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 000 m (26 247 ft)
  • Vitesse maximale HA : 370 km/h (230 mph, 200 kts)
  • Charge alaire, à vide : 91,749 kg/m² (18,792 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 113,169 kg/m² (23,179 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Renault 12S-00
  • Puissance unitaire : 427 kW (580 ch, 572 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
SIPA S-10 à 26/03/2011 14:28 Clansman
La société SIPA (Société Industrielle pour l'Aéronautique) fut créée en 1938. Lors de l'Occupation, elle fut chargée de concevoir l'Ar-396, le successeur de l'Ar-96. Il s'agit d'un appareil d'entraînement de conception et de maintenance simples. Il est donc construit en bois, et équipé d'un Renault 12S00 de 580 ch, la version française de l'Argus 411.

Les études commencèrent en 1943, mais n'aboutirent pas avant la Libération. La SIPA continua le travail sur l'appareil qui fut désormais nommé S-10, et dont la structure contient aussi du métal.

Le prototype effectue son vol inaugural le 29 décembre 1945 à Bourges aux mains de Launay. L'appareil se revèle bon et seule l'hélice est à changer.

5 appareils de présérie et 30 S-10 de série sont construits entre 1945 et 1946, avec une hélice Ratier à trois pales et à pas variable. Il entre en service à Cognac, et est destiné l'entraînement avancé des pilotes. Il prend place après le Tiger Moth dans le cursus. Ils serviront aussi à Salon-en-Provence, jusqu'en 1956 et seront remplacés par les MS-733.

Le S.11 vole pour la première fois le 4 juillet 1946. Il se distingue par ne verrière coulissante. 50 exemplaires seront construits, puis 54 supplémentaires pour remplacer les pertes. Ces appareils, dotés de nouveaux équipements et de système électriques, sont appelés S.111. Leur production se terminera en 1950 du fait du déménagement de la SIPA.

Le S.12 est de construction entièrement métallique, en duralumin, à la demande de l'armée de l'air. Il est propulsé par un 12S-02 de 600 ch. Le premier vol a lieu le 18 mai 1951. 52 exemplaires sont construits et commencent à être livrés en 1952.

Le S.121 apparaîtra en 1954. La section centrale du fuselage, qui était en acier, est désormais en duralumin. Il est équipé d'un radiocompas, destiné à l'entraînement à la navigation. Il est construit à 48 exemplaires jusqu'en 1958.

Bien que le Sipa S.10 et ses dérivés soient d'abord destinés à l'entraînement, la guerre d'indépendance en Algérie rendit nécessaire l'étude d'une version d'appui-feu.

Le S.111A (pour Armé) est un S.111 modifié, équipé de 2 mitrailleuses MAC 34/39 de 7.7 mm, 4 lance-roquettes Matra 14 pour roquettes T10, et de 4 lance-bombes Schloss 50 modifiés pour 1 bombe de 50kg ou 4 de 10kg antipersonnelles. Son prototype, le S.111 n°110, est testé au CEV de mars à mai 1956. 34 S.111 seront modifiés.

Le S.12 se voit lui aussi armé et transformé en S.12A. Le prototype, le S.12 n°15, est testé au CEV en juin 1956. 18 S.12 seront modifiés.

Tous les S.111A et S.12A seront déployés en Algérie, où, malgré une vitesse réduite de 15 km/h, se révéleront plus maniables que les T-6 et les MS-733. Ils y effectueront des missions de reconnaissance et d'appui au sol, au sein par exemple de l'EALA 1/71 basée à Gafsa dans le sud Tunisien. Ils seront cependant remplacés dès 1957, à cause de l'insuffisance de leur moteur, trop fragile.




http://membres.multimania.fr/avionsfrancais/sipa/sipa.html

http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-20607309.html

http://www.aviafrance.com/s-i-p-a-s-10-aviation-france-1471.htm

http://www.aviafrance.com/s-i-p-a-s-11-aviation-france-9672.htm

http://www.aviafrance.com/s-i-p-a-s-111-aviation-france-9673.htm

http://www.aviafrance.com/s-i-p-a-s-12-aviation-france-1331.htm

http://www.aviafrance.com/s-i-p-a-s-121-aviation-france-9674.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Arado_Ar_96#Variants

http://www.aviastar.org/air/france/sipa_s-12.php

http://www.frenchwings.net/algeria/gallery/thumbnails.php?album=33
Re: SIPA S-10 à 28/03/2011 16:52 Clansman
Le S-10 sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires