Rappels

Histoire de l'appareil

Dès les années 1930, les États-Unis prévoyaient un conflit dans le Pacifique contre le Japon, ce qui nécessiteraient des avions à long rayon d'action. Un des appareils alors envisagé devait pouvoir localiser, attaquer les cargos ennemis dans le but de détruire la logistique adverse, clé des conflits futurs. L'idée d'en faire un hydravion, qui aurait pour terrain d'opérations l'Océan Pacifique tout entier, s'imposa d'elle-même.

L'US Navy demanda aux constructeurs Consolidated, Martin et Douglas de concevoir un tel appareil dès octobre 1933, pouvant remplacer les P2Y et P3M. De tels appareils devaient être multimissions. Consolidated proposa le Model 28 ou P3Y, une évolution de ses modèles précédents XPY-1 et P2Y conçue par Isaac Macklin Laddon. Douglas proposa le XP3D-1, mais ce dernier ne fut pas retenu parce que le P3Y semblait moins cher.

Le Consolidated 28 disposait d'une aile parasol, de flotteurs en bout d'ailes rétractables, d'une dérive simple cruciforme et cantilever, et, dans l'ensemble, d'une aérodynamique plus soignée, lui donnant une vitesse plus grande que ses prédécesseurs.

Le prototype XP3Y-1, doté de moteurs Pratt & Whitney R-1830-54 de 825 hp, vola le 28 mars 1935. Il pouvait emporter 2000 livres de charge offensive et était défendu par 4 mitrailleuses M2. Se montrant suffisamment performant, l'US Navy demanda de faire de ce pur patrouilleur maritime un avion de lutte anti-navires.

En octobre 1935, Consolidated le remotorisa avec des R-1830-64 de 900 hp. C'est alors qu'il reçut la désignation PBY (Patrol Bomber Y, Y pour Consolidated). L'appareil reçut également une dérive redessinée. Le prototype du XPBY-1 vola sous cette forme le 19 mai 1936. La deuxième commande en série fut passée le 25 juillet.

Le PBY entra en service en octobre 1936, au sein de la VP-11 de l'US Navy. A la mi-1938, 14 squadrons étaient opérationnels. Le Royaume-Uni s'intéressa au PBY dès juillet 1939, et le surnomma Catalina. La RAF (ou plus exactement le Coastal Command) reçut 109 Catalina I (proche du PBY-5, motorisés par 2 R-1830-S1C3-G de 1200 hp et recevant de l'armement britannique), 225 Catalina IB (PBY-5B), 6 Catalina II, 50 Catalina IIA (Catalina II construits par Vickers-Canada) et d'autres. Le Canada opéra, entre autres, 14 Catalina IA. La France commanda 30 exemplaires début 1940, mais ils ne purent être reçus avant la bataille de France. Les Pays-Bas commandèrent 48 exemplaires pour leur force aérienne des Indes néerlandaises. Bon nombre de ces pays cherchaient désespérement un patrouilleur maritime.

Le Catalina fut d'abord employé dans le Pacifique, parce qu'avec le B-17 il était un des rares appareils à disposer du rayon d'action nécessaire. Il fut déployé jusque dans l'Océan indien. Il servit tout d'abord à la lutte anti sous-marine. 40 U-boots furent détruits sans pertes, malgré la présence de Flak sur certains sous-marins. Le 31 juillet 1943, un Catalina brésilien détruisit un U-Boot.

Il accomplit des exploits en tant que patrouilleur maritime, comme repérer le Bismarck le 26 mai 1941 ou la flotte japonaise juste avant la bataille de Midway. Il servit également lors d'opérations de nuit, et participa à la destruction de convois japonais en 1943 et 1944, dans ses versions équipées d'un MAD et en larguant des mines.

Enfin, et surtout, il resta dans les mémoires comme un appareil de recherche et de sauvetage. 56 marins de l'USS Indianapolis lui doivent la vie. Il conservera cette mission bien après la guerre. Dès 1943, il eut également un rôle de transport commercial avec Qantas : il emportait des passagers, du fret, et même des valises diplomatiques.

Le Catalina fut également utilisé par l'Afrique du Sud, la marine argentine, Le Brésil, le Chili, la Chine nationaliste, la Colombie, la marine cubaine, le Danemark, l'Equateur, la marine française, l'Indonésie, l'Islande, Israël, la marine japonaise, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Paraguay, le Pérou, les Philippines, la république dominicaine, la Suède (3 Tp-47, utilisés à partir de 1947. Ils furent équipés d'un radar PS-19/A et un fut abattu par les Soviétiques en juin 1952), et peut-être l'Uruguay.

Plus de 4000 exemplaires (4051 estimés) furent construits entre 1936 et 1945, ce qui en fait l'hydravion le plus construit au monde. L'US Navy le retira du service le 3 janvier 1957. L'OA-10 fut utilisé par le SAC en 1946 et 1947. Il souffrit cependant d'une certaine vulnérabilité due à sa lenteur et son manque de protection (blindage, réservoirs auto-obturants). Un Catalina (dans sa version PBY-6A) fut utilisé par Jacques-Yves Cousteau dans ses opérations de plongée. Son fils Philippe fut tué dans l'accident de celui-ci. Plus de 80 Catalina ont survécu aujourd'hui, dont plus de 20 sont toujours en état de vol. Certains servirent même à la lutte contre les incendies.

Versions référencées

  • Boeing PB2B-1 Catalina IVB : Désignation des PBY-1 construits par Boeing. 67 exemplaires.
  • Boeing PB2B-2 Catalina VI : PBN construit par Boeing (67 exemplaires).
  • Canadian Vickers Catalina IIA : Catalina II construit au Canada.
  • Canadian Vickers PBV-1A Canso A : PBY-5A construit par Canadian Vickers.
  • Consolidated Catalina I : Version britannique proche du PBY-5.
  • Consolidated Catalina IA : 14 Canso utilisés par le Canada.
  • Consolidated Catalina II : Equipement légèrement différent, 6 exemplaires.
  • Consolidated GST : Version construite en URSS.
  • Consolidated OA-10 : Désignation du PBY-5A au sein de l'USAAF.
  • Consolidated OA-10A : PBV en service dans l'USAAF.
  • Consolidated PBY-1 : 1ere version de série, construite de septembre 1936 à juin 1937 à 60 exemplaires.
  • Consolidated PBY-2 : Le PBY-2 voyait son fuselage renforcé, et la structure de sa partie arrière légèrement modifiée. Il fut construit de mai 1937 à février 1938 à 50 exemplaires.
  • Consolidated PBY-3 : Le PBY-3 fut motorisé avec des moteurs R-1830-66 plus puissants (1000 hp). Il fut construit de novembre 1936 à août 1938, à 66 exemplaires.
  • Consolidated PBY-4 : Le PBY-4 était propulsé par des R-1830-72 de 1050 hp, et comportait d'autres améliorations comme l'introduction du plexiglas. Il fut construit à 33 exemplaires de mai 1938 à juin 1939.
  • Consolidated PBY-5A Catalina IIIA : Version amphibie.
  • Consolidated PBY-5B Catalina IB : 225 exemplaires pour la RAF.
  • Consolidated PBY-5 Catalina IVA : Le PBY-5 fut la première version construite en grande série.
  • Consolidated PBY-6A : Dernière version construite.
  • Consolidated Tp 47 : Désignation du Catalina en Suède.
  • Consolidated XP3Y-1 : Prototype, un exemplaire.
  • Consolidated XPBY-1 : Prototype XP3Y-1 remotorisé avec des R-1830-64 plus puissants.
  • Naval Aircraft Factory PBN-1 Catalina V : PBY-5 construit par l'US Navy.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Consolidated PBY-5A Catalina IIIA voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 16 066 kg (35 420 lbs)
  • Masse à vide : 9 485 kg (20 910 lbs)
  • Surface alaire : 130 m² (1 400 sq. ft)
  • Hauteur : 6,431 m (21,1 ft)
  • Envergure : 32 m (104 ft)
  • Longueur : 19,46 m (63,845 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 201 km/h (125 mph, 109 kts)
  • Distance franchissable : 4 056 km (2 520 mi, 2 190 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 816 m (15 800 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 5,1 m/s (16,732 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 315 km/h (196 mph, 170 kts)
  • Charge alaire, à vide : 72,922 kg/m² (14,936 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 123,525 kg/m² (25,3 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 moteurs à cylindres en étoile Pratt & Whitney R-1830-92 Twin Wasp
  • Puissance unitaire : 895 kW (1 217 ch, 1 200 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 2

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Consolidated PBY Catalina à 03/08/2012 11:29 Clansman
Dès les années 1930, les Etats-Unis prévoyaient un conflit dans le Pacifique contre le Japon, ce qui nécessiteraient des avions à long rayon d'action. Un des appareils alors envisagé devait pouvoir localiser, attaquer les cargos ennemis dans le but de détruire la logistique adverse, clé des conflits futurs. L'idée d'en faire un hydravion, qui aurait pour terrain d'opérations l'Océan Pacifique tout entier, s'imposa d'elle-même.

L'US Navy demanda aux constructeurs Consolidated, Martin et Douglas de concevoir un tel appareil dès octobre 1933, pouvant remplacer les P2Y et P3M. De tels appareils devaient être multimissions. Consolidated proposa le Model 28 ou P3Y, une évolution de ses modèles précédents XPY-1 et P2Y conçue par Isaac Macklin Laddon. Douglas proposa le XP3D-1, mais ce dernier ne fut pas retenu parce que le P3Y semblait moins cher.

Le Consolidated 28 disposait d'une aile parasol, de flotteurs en bout d'ailes rétractables, d'une dérive simple cruciforme et cantilever, et, dans l'ensemble, d'une aérodynamique plus soignée, lui donnant une vitesse plus grande que ses prédécesseurs.

Le prototype XP3Y-1, doté de moteurs Pratt & Whitney R-1830-54 de 825 hp, vola le 28 mars 1935. Il pouvait emporter 2000 livres de charge offensive et était défendu par 4 mitrailleuses M2. Se montrant suffisamment performant, l'US Navy demanda de faire de ce pur patrouilleur maritime un avion de lutte anti-navires.

En octobre 1935, Consolidated le remotorisa avec des R-1830-64 de 900 hp. C'est alors qu'il reçut la désignation PBY (Patrol Bomber Y, Y pour Consolidated). L'appareil reçut également une dérive redessinée. Le prototype du XPBY-1 vola sous cette forme le 19 mai 1936. La deuxième commande en série fut passée le 25 juillet.

Le PBY entra en service en octobre 1936, au sein de la VP-11 de l'US Navy. A la mi-1938, 14 squadrons étaient opérationnels. Le Royaume-Uni s'intéressa au PBY dès juillet 1939, et le surnomma Catalina. La RAF (ou plus exactement le Coastal Command) reçut 109 Catalina I (proche du PBY-5, motorisés par 2 R-1830-S1C3-G de 1200 hp et recevant de l'armement britannique), 225 Catalina IB (PBY-5B), 6 Catalina II, 50 Catalina IIA (Catalina II construits par Vickers-Canada) et d'autres. Le Canada opéra, entre autres, 14 Catalina IA. La France commanda 30 exemplaires début 1940, mais ils ne purent être reçus avant la bataille de France. Les Pays-Bas commandèrent 48 exemplaires pour leur force aérienne des Indes néerlandaises. Bon nombre de ces pays cherchaient désespérement un patrouilleur maritime.

Le Catalina fut d'abord employé dans le Pacifique, parce qu'avec le B-17 il était un des rares appareils à disposer du rayon d'action nécessaire. Il fut déployé jusque dans l'Océan indien. Il servit tout d'abord à la lutte anti sous-marine. 40 U-boots furent détruits sans pertes, malgré la présence de Flak sur certains sous-marins. Le 31 juillet 1943, un Catalina brésilien détruisit un U-Boot.

Il accomplit des exploits en tant que patrouilleur maritime, comme repérer le Bismarck le 26 mai 1941 ou la flotte japonaise juste avant la bataille de Midway. Il servit également lors d'opérations de nuit, et participa à la destruction de convois japonais en 1943 et 1944, dans ses versions équipées d'un MAD et en larguant des mines.

Enfin, et surtout, il resta dans les mémoires comme un appareil de recherche et de sauvetage. 56 marins de l'USS Indianapolis lui doivent la vie. Il conservera cette mission bien après la guerre. Dès 1943, il eut également un rôle de transport commercial avec Qantas : il emportait des passagers, du fret, et même des valises diplomatiques.

Le Catalina fut également utilisé par l'Afrique du Sud, la marine argentine (18 PBY-5A de 1946 à 1970), Le Brésil (31 exemplaires de 1943 à 1982), le Chili (6 PBY-5 et 6 OA-10A de 1943 à 1981, 3 PBY-6A), la Chine nationaliste (15 PBY-5A de 1954 à 1956), la Colombie (13 PBY-5A de 1946 à 1976), la marine cubaine (7 exemplaires de 1952 à 1961), le Danemark (8 Canso A et 8 PBY-6A), l'Equateur (2 PBY-5A), la marine française (43 PBY-5A de 1943 à 1971), l'Indonésie (6 PBY-5A de 1948 à 1976), l'Islande (1 PBY-6A de 1955 à 1963), Israël (3 PBY-5A de 1951 à 1956), la marine japonaise (2 PBY-6A de 1956 à 1960), le Mexique (6 PBY-5 au sein de la Marine entre 1945 et 1979), la Nouvelle-Zélande (56 PBY-5 et PB2B-1 de 1942 à 1953), la Norvège (6 PBY-5A de 1953 à 1961), le Paraguay (3 PBY-5A furent commandés en 1955, 1 s'écrasa : les deux autres furent utilisés en 1955 et 1956), le Pérou (3 PBY-5A et 4 OA-10A de 1947 à 1973), les Philippines (3 PBY-5A), la république dominicaine (6 OA-10A), la Suède (3 Canadian-Vickers Canso, désignés Tp-47, utilisés à partir de 1947. Ils furent équipés d'un radar PS-19/A et un fut abattu par les Soviétiques en juin 1952), et peut-être l'Uruguay.

Plus de 4000 exemplaires (4051 estimés) furent construits entre 1936 et 1945, ce qui en fait l'hydravion le plus construit au monde. L'US Navy le retira du service le 3 janvier 1957. L'OA-10 fut utilisé par le SAC en 1946 et 1947. Il souffrit cependant d'une certaine vulnérabilité due à sa lenteur et son manque de protection (blindage, réservoirs auto-obturants). Un Catalina (dans sa version PBY-6A) fut utilisé par Jacques-Yves Cousteau dans ses opérations de plongée. Son fils Philippe fut tué dans l'accident de celui-ci. Plus de 80 Catalina ont survécu aujourd'hui, dont plus de 20 sont toujours en état de vol. Certains servirent même à la lutte contre les incendies.


Versions :

Le PBY-1 fut construit de septembre 1936 à juin 1937 à 60 exemplaires. Boeing en construisit sous la désignation PB2B-1, qui furent livrés à la RAF (Catalina IVB), à l'Australie et au Canada à partir de 1939.

Le PBY-2 voyait son fuselage renforcé, et la structure de sa partie arrière légèrement modifiée. Il fut construit de mai 1937 à février 1938 à 50 exemplaires.

Le PBY-3 fut motorisé avec des moteurs R-1830-66 plus puissants (1000 hp). Il fut construit de novembre 1936 à août 1938, à 66 exemplaires.

Le PBY-4 était propulsé par des R-1830-72 de 1050 hp, et comportait d'autres améliorations comme l'introduction du plexiglas. Il fut construit à 33 exemplaires de mai 1938 à juin 1939.

Le PBY-5 fut la première version construite en grande série. Il disposait de moteurs R-1830-82, ou -92, tous deux de 1200 hp. Ses réservoirs étaient en partie auto-obturants et en tout cas plus grands. 984 exemplaires furent construits de septembre 1940 à juillet 1943, dont un à la Nouvelle-Orléans. Un fut vendu à l'US Coast Guards, 93 à la RAF sous l’appellation Catalina IVA.

Plusieurs centaines d'exemplaires furent construits en URSS sous la désignation GST, pour "Gydro Samoliot Transportnyi", pour le compte de la marine soviétique. 3 appareils avaient été livrés et le GST entra en service fin 1939. Il était motorisé par 2 Shvetsov M-62 (900 ch) ou ASh-62IR (1000 chevaux). Un exemplaire, atterrit à Chypre en novembre 1941, fut probablement réutilisé par la RAF. Les Catalina soviétiques furent nommés Mop par l'OTAN après la guerre.

La Naval Aircraft Factory, une usine créée par l'US Navy à Philadelphia, construisit le PBY-5 avec certaines modifications notamment aérodynamiques. Ils furent désignés PBN-1. 155 exemplaires furent livrés à la RAF sous la désignation Catalina V et 138 à la marine soviétique.

Boeing construisit le PBN sous la désignation PB2B-2 à 67 exemplaires. La plupart furent livrés à la RAF sous la désignation Catalina VI, certains à l'Australie.

Le PBY-5A était propulsé par 2 R-1830-92 de 1200 hp et avait la particularité d'être amphibie (son train d'atterrissage tricycle et rétractable était activé hydrauliquement). Son prototype, le XPBY-5A, était un PBY-4 modifié qui vola en novembre 1939. 803 exemplaires furent construits d'octobre 1941 à janvier 1945. Son armement fut amélioré en cours de production, mais il introduisait un poste de mitrailleur de queue. L'US Coast Guards acquit un exemplaire, la RAF sous la désignation Catalina IIIA (12 exemplaires), et l'USAAF 105 exemplaires sous la désignation OA-10. Les 58 exemplaires survivants reçurent la désignation A-10 en 1948.

Le PBY-5A fut également construit sous la désignation PBV par Canadian Vickers à 380 exemplaires. 150 furent livrés au Canada (Canso-A) et le reste à l'USAAF (OA-10A : les survivants reçurent la désignation A-10A en 1948).

Le PBY-6A disposait des mêmes moteurs que le PBY-5A, et d'une aile renforcée, d'un empennage agrandi, de même qu'un radar sous radôme. 175 exemplaires furent construits de janvier à mai 1945, dont 21 ou 48 furent versés à la marine soviétique. 75 exemplaires furent livrés à l'USAAF sous la désignation OA-10B : ils furent désignés A-10B en 1948. Un exemplaire fut utilisé par l'USCG pour le transport de VIP sous la désignation PBY-6AG.







http://fr.wikipedia.org/wiki/Consolidated_PBY_Catalina

http://www.avionslegendaires.net/consolidated-pby-catalina.php

http://www.netmarine.net/aero/aeronefs/catalina/index.htm

http://www.ffaa.net/seaplanes/catalina/catalina_fr.htm

http://cansonet.free.fr/

http://en.wikipedia.org/wiki/Consolidated_PBY_Catalina

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_PBY_Catalina_operators

http://en.wikipedia.org/wiki/PBY_Catalina_survivors

http://www.aviastar.org/air/usa/cons_catalina.php

http://www.warbirdalley.com/cat.htm

http://www.pby.com/
Re: Consolidated PBY Catalina à 03/08/2012 11:46 Jericho
Merci pour la fiche de ce magnifique appareil.

Une petite photo de qualité médiocre en attendant celles de nos photographes… ;)

[attachment=0:2hqflvt1]<!– ia0 –>PBY Catalina Sion2011.JPG<!– ia0 –>[/attachment:2hqflvt1]
Re: Consolidated PBY Catalina à 03/08/2012 13:19 Clansman
La fiche sur le site

Je trouve bizarre que la Suisse n'en ai pas acheté pour patrouiller au-dessus du Léman. :mrgreen:

Elle est pas mal, ta photo.
Re: Consolidated PBY Catalina à 03/08/2012 14:42 Jericho

Clansman a écrit

Je trouve bizarre que la Suisse n'en ai pas acheté pour patrouiller au-dessus du Léman. :mrgreen:
Sur le Léman, c'était risqué: on n'a des voisins peu arrangeant… D'ici à ce qu'ils demandent des compensations financières à chaque fois que le Catalina glisse le bout de son aile au dessus de leurs eaux… :bonnet:

Mais en appuis des sous-marins de montagne, voui, pourquoi pas. :D


Clansman a écrit

Elle est pas mal, ta photo.
Merci.

Tiens, je viens de remarquer que tu n'as pas parlé du PBY Catalina corse: le Catalina "Bella-tchitchi"… :bonnet:
Re: Consolidated PBY Catalina à 03/08/2012 15:03 glwpatton

Jericho a écrit

Tiens, je viens de remarquer que tu n'as pas parlé du PBY Catalina corse: le Catalina "Bella-tchitchi"… :bonnet:

Chut ! Ne le dérange pas pendnat sa sieste !
Bella-tchitchi, pas Clans ! (quoi que !)
:mrgreen:
Re: Consolidated PBY Catalina à 03/08/2012 15:40 stanak
PBY-5 Catalina de 1941, RNLAF colors
Image

PBV-1A Canso de 1944, US Navy colors
Image
Hatzerim AB 2014 à 18/05/2014 17:07 stanak
PBY-5A
3 exemplaires en service de 1951 à 1956
Image
Re: Consolidated PBY Catalina à 19/05/2014 22:14 Nico2
Même les israéliens… :)
Re: Consolidated PBY Catalina à 21/07/2016 11:20 fanaviation
L'ENCYCLOPEDIE ILLUSTREE DE L’AVIATION AIRCRAFT N°28 PBY CATALINA

[Pièces-jointes supprimées]
Re: Consolidated PBY Catalina à 24/07/2016 10:05 Nico2
Désolé mais conformément au règlement du forum et aux règles afférentes aux droits d'auteur, nous ne pouvons laisser publier directement sur le forum le contenu d'un ouvrage non libre de droit.
Re: Consolidated PBY Catalina à 20/11/2016 07:59 stanak
PBY-5A
ex Spanish AF
Image
oublié dans les pays utilisateurs

1 exemplaire utilisé de 1949 à 1954

En 1942, un PBY de l'US Air Force a atterri par erreur dans le Sahara espagnol.
En 1949, le ministre de l'Air Eduardo Gonzalez Gallarza a ordonné son transfert dans la Force aérienne.
Il a servi à Matacán et Pollença jusqu'en 1954.
Re: Consolidated PBY Catalina/Pima à 23/04/2018 19:34 stanak
Canso A
ex RCAF
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires