Histoire de l'appareil

Le P.166 est un avion utilitaire léger, à ailes hautes en "mouette", motorisé par deux turbopropulseurs.

En 1955, Piaggio se lance dans le développement d’un remplaçant à son P.136 "Royal Gull", un hydravion à ailes hautes pouvant transporter jusqu’à cinq personnes.

L’équipe d’ingénieur qui se lance dans le projet reprend quelques caractéristiques intéressantes du P.136 sous la direction des ingénieurs en chef Giovanni Casiraghi et Alberto Faraboschi.

Le P.166, bien que n’étant pas un hydravion, est équipé également d’ailes hautes en "mouette", dégageant de la place autour de l’appareil et facilitant l’accès à la porte de chargement latérale. Des réservoirs en bout d’ailes sont installés afin d’augmenter l’autonomie de l’appareil.
Les turbopropulseurs sont eux aussi munis d’hélices propulsives situées à l’arrière des ailes, permettant de diminuer les désagréments sonores aux six à huit passagers pouvant prendre place dans la cabine.
Le train d’atterrissage tricycle est escamotable. Le train principal se repliant vers le haut pour se loger sur les côtés du fuselage. Sa robustesse, conjuguée à la configuration des ailes et des propulseurs, permettent des décollages et des atterrissages sur des pistes peu préparées.

Le premier prototype effectue son premier vol le 26 novembre 1957 sur l'aéroport de Villanova d'Albenga avec le pilote d'essai de Piaggio, Aldo Gasperi, aux commandes. Rapidement le prototype, qui est immatriculé I-PIAK, fait preuve d’une excellente maniabilité.

En juillet 1958, il reçoit sa certification internationale.

Le bureau d’étude développe une version à la cellule renforcée munie d’une porte cargo. Cette version désignée P.166M est capable de transporter un réacteur Bristol Siddeley Orpheus utilisés par les FIAT G-91R en usage dans l’Aeronautica Militare Italiana.
Cette dernière commande alors 51 de ces appareils.

Le P.166B "Portofino" est proposé ensuite avec une motorisation plus puissante, une cabine permettant de transporter 10 passagers et un nez allongé pouvant emporter plus d’avionique. Il effectue son premier vol le 27 mars 1962. Six exemplaires seulement seront fabriqués.

Voulant disposer d’un appareil à la cabine plus vaste, Piaggio développe le P.166C le 2 octobre 1964. Il possède des carénages sous le fuselage pour y loger le train d’atterrissage principal, ce qui permet de dégager de la place pour emporter 12 passagers. Une solution vite abandonnée, car boudée par les clients et seulement deux appareils sont produits.

La South African Air Force, à la recherche d’un appareil de patrouille maritime est intéressée par le P.166.
Piaggio propose le P.166S qui possède un nez plus long que le P.166B "Portofino", une porte de chaque côté pour accéder au poste de pilotage, des réservoirs d’extrémité de voilure au volume augmenté de 320 litres chacun, permettant un net accroissement de son endurance. Le premier appareil effectue son premier vol en octobre 1968 et il est certifié l’année suivante. La SAAF commande 20 P.166S qui sont rapidement livrés en pièces détachées et assemblés sur place.
Ils y sont désignés sous l’appellation d’"Albatross".

Ce sont les versions BL-2, DL-2 et DL-3 qui sont conçues ensuite, avec différentes motorisations. Ils sont utilisés comme avion d’entrainement bimoteur ou avion d’affaire, ainsi que pour les patrouilles maritime, les liaisons, la reconnaissance aérienne et le transport de matériel, de passagers ou de blessés.

Aux USA, Northrop Aircraft a utilisé durant 25 ans, pour transporter son personnel, trois Piaggio P.166! Et ceci, sans problèmes de maintenance et avec une grande fiabilité.

L’entreprise américaine Piper, intéressée par le P.166, propose à Piaggio une coproduction de l’appareil. Après l’étude de la proposition, Piaggio fini par refuser. Il aurait fallu produire rapidement 300 cellules, quantité trop importante pour l’entreprise.

Piaggio Aero a mis au point une mise à niveau pour ses P.166 permettant à leurs utilisateurs de les utiliser durant encore quelques années. Cette MLU comprend l’installation de turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6A-121 de 615cv permettant d’augmenter la masse maximale au décollage à 4500kg. La cabine, dont tous les matériaux sont certifiés anti-feu, dispose d’un chauffage et un système de climatisation amélioré. L’avionique est modernisée, comprenant, entre autre, un pilote automatique et un correcteur d’assiette électrique sur les trois axes.

En Italie, la version P.166 DP1-VMA conçu pour la surveillance maritime est adoptée au sein de l’AMI. Elle comprend, un système de gestion des missions et une console tactique entièrement intégrée dans le poste de pilotage. Il est possible de gérer les images prises par les caméras UV/IR, de même que les images du radar météo et de recherche captées sur 360°.


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Piaggio P.166 : Version de base propulsée par deux turbopropulseurs Lycoming GSO- 480-BIC6 de 320 cv, pouvant transporter de 6 à 8 passagers ; 64 appareils construits.
  • Piaggio P.166AL1 : 1ere version de série, moteurs Lycoming GSO-480-B1C6 de 340 hp. 29 exemplaires.
  • Piaggio P.166B "Portofino" : Version propulsée par deux turbopropulseurs Lycoming IGSO-540-A1C de 380 cv.
  • Piaggio P.166BL2 : Version motorisée par deux turbopropulseurs Lycoming IGSO-540-A1H de 380 cv.
  • Piaggio P.166BL3 : Version motorisée par deux turbopropulseurs Lycoming LTP 101-600 de 600 cv.
  • Piaggio P.166CL2 : Version avec des carénages externes pour le train d'atterrissage.
  • Piaggio P.166DL3 : Moteurs AVCO-Lycoming LTP 101-700A1-A de 559 cv.
  • Piaggio P.166DL-3 APH : Version utilisée par l’AMI et équipée d’instruments de reconnaissance aérienne.
  • Piaggio P.166DL-3 GDF : Version utilisée par la Guarda di Finanza pour la lutte contre la contrebande.
  • Piaggio P.166DL-3 SEM : Version utilisée par les gardes-côtes italiens pour la surveillance maritime écologique.
  • Piaggio P.166DL-3 SEM-A : Version utilisée par les gardes-côtes italiens pour la formation des équipages.
  • Piaggio P.166DLR-MAR : Version de patrouille maritime.
  • Piaggio P.166DP1 : Version MLU développée entre 1998 et 2004.
  • Piaggio P.166DP1-VMA : Version MLU des appareils de la Guardia di Finanza.
  • Piaggio P.166M : Version destinée à la force aérienne italienne.
  • Piaggio P.166S Albatross : Version de patrouille maritime destinée à la SAAF. 20 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Piaggio P.166DP1-VMA voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 500 kg (9 921 lbs)
  • Masse à vide : 2 688 kg (5 926 lbs)
  • Surface alaire : 26,6 m² (286,32 sq. ft)
  • Hauteur : 5 m (16 ft)
  • Envergure : 14,69 m (48,196 ft)
  • Longueur : 11,88 m (38,976 ft)

Performances

  • Distance de décollage : 747 m (2 451 ft)
  • Distance d'atterrissage : 655 m (2 149 ft)
  • Endurance maximale : 5,166 h
  • Rayon d'action : 1 695 km (1 053 mi, 915 nm)
  • Plafond opérationnel : 7 315 m (23 999 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 540 m/s (1 772 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 407 km/h (253 mph, 220 kts)
  • Charge alaire, à vide : 101,053 kg/m² (20,697 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 169,173 kg/m² (34,649 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6A-121
  • Puissance unitaire : 458 kW (623 ch, 614 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Piaggio P.166 à 21/03/2012 11:38 Jericho
Le P.166 est un avion utilitaire léger, à ailes hautes en "mouette", motorisé par deux turbopropulseurs.

En 1955, Piaggio se lance dans le développement d’un remplaçant à son P.136 "Royal Gull", un hydravion à ailes hautes pouvant transporter jusqu’à cinq personnes.

L’équipe d’ingénieur qui se lance dans le projet reprend quelques caractéristiques intéressantes du P.136 sous la direction des ingénieurs en chef Giovanni Casiraghi et Alberto Faraboschi.

Le P.166, bien que n’étant pas un hydravion, est équipé également d’ailes hautes en "mouette", dégageant de la place autour de l’appareil et facilitant l’accès à la porte de chargement latérale. Des réservoirs en bout d’ailes sont installés afin d’augmenter l’autonomie de l’appareil.
Les turbopropulseurs sont eux aussi munis d’hélices propulsives situées à l’arrière des ailes, permettant de diminuer les désagréments sonores aux six à huit passagers pouvant prendre place dans la cabine.
Le train d’atterrissage tricycle est escamotable. Le train principal se repliant vers le haut pour se loger sur les côtés du fuselage. Sa robustesse, conjuguée à la configuration des ailes et des propulseurs, permettent des décollages et des atterrissages sur des pistes peu préparées.

Le premier prototype effectue son premier vol le 26 novembre 1957 sur l'aéroport de Villanova d'Albenga avec le pilote d'essai de Piaggio, Aldo Gasperi, aux commandes. Rapidement le prototype, qui est immatriculé I-PIAK, fait preuve d’une excellente maniabilité.

En juillet 1958, il reçoit sa certification internationale.

Le bureau d’étude développe une version à la cellule renforcée munie d’une porte cargo. Cette version désignée P.166M est capable de transporter un réacteur Bristol Siddeley Orpheus utilisés par les FIAT G-91R en usage dans l’Aeronautica Militare Italiana.
Cette dernière commande alors 51 de ces appareils.

Le P.166B "Portofino" est proposé ensuite avec une motorisation plus puissante, une cabine permettant de transporter 10 passagers et un nez allongé pouvant emporter plus d’avionique. Il effectue son premier vol le 27 mars 1962. Six exemplaires seulement seront fabriqués.

Voulant disposer d’un appareil à la cabine plus vaste, Piaggio développe le P.166C le 2 octobre 1964. Il possède des carénages sous le fuselage pour y loger le train d’atterrissage principal, ce qui permet de dégager de la place pour emporter 12 passagers. Une solution vite abandonnée, car boudée par les clients et seulement deux appareils sont produits.

La South African Air Force, à la recherche d’un appareil de patrouille maritime est intéressée par le P.166.
Piaggio propose le P.166S qui possède un nez plus long que le P.166B "Portofino", une porte de chaque côté pour accéder au poste de pilotage, des réservoirs d’extrémité de voilure au volume augmenté de 320 litres chacun, permettant un net accroissement de son endurance. Le premier appareil effectue son premier vol en octobre 1968 et il est certifié l’année suivante. La SAAF commande 20 P.166S qui sont rapidement livrés en pièces détachées et assemblés sur place.
Ils y sont désignés sous l’appellation d’"Albatross".

Ce sont les versions BL-2, DL-2 et DL-3 qui sont conçues ensuite, avec différentes motorisations. Ils sont utilisés comme avion d’entrainement bimoteur ou avion d’affaire, ainsi que pour les patrouilles maritime, les liaisons, la reconnaissance aérienne et le transport de matériel, de passagers ou de blessés.

Aux USA, Northrop Aircraft a utilisé durant 25 ans, pour transporter son personnel, trois Piaggio P.166! Et ceci, sans problèmes de maintenance et avec une grande fiabilité.

L’entreprise américaine Piper, intéressée par le P.166, propose à Piaggio une coproduction de l’appareil. Après l’étude de la proposition, Piaggio fini par refuser. Il aurait fallu produire rapidement 300 cellules, quantité trop importante pour l’entreprise.

Piaggio Aero a mis au point une mise à niveau pour ses P.166 permettant à leurs utilisateurs de les utiliser durant encore quelques années. Cette MLU comprend l’installation de turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6A-121 de 615cv permettant d’augmenter la masse maximale au décollage à 4500kg. La cabine, dont tous les matériaux sont certifiés anti-feu, dispose d’un chauffage et un système de climatisation amélioré. L’avionique est modernisée, comprenant, entre autre, un pilote automatique et un correcteur d’assiette électrique sur les trois axes.

En Italie, la version P.166 DP1-VMA conçu pour la surveillance maritime est adoptée au sein de l’AMI. Elle comprend, un système de gestion des missions et une console tactique entièrement intégrée dans le poste de pilotage. Il est possible de gérer les images prises par les caméras UV/IR, de même que les images du radar météo et de recherche captées sur 360°.


Versions :
P.166: Version de base propulsée par deux turbopropulseurs Lycoming GSO-480-BIC6 de 320cv, pouvant transporter de 6 à 8 passagers ; 64 appareils construits.

P.166 B "Portofino": Version propulsée par deux turbopropulseurs Lycoming IGSO-540-A1C de 380cv. Le nez est allongé. 6 appareils construits, dont 5 exportés.

P.166 C: Version avec des carenages sous le fuselage permettant d’y loger le train d’atterrissage principal, afin de gagner de la place dans la cabine pour y transporter 12 passagers.

P.166 M: Version propulsée par deux turbopropulseurs Lycoming GSO-480 de 320cv destinée à l’Aeronautica Militare Italiana. La cabine est renforcée, pouvant transporter un réacteur Orpheus équipant les G-91R. 51 appareils commandés.

P.166 S "Albatross": Version de patrouille maritime destinée à la South African Air Force. Le nez est rallongé, les réservoirs en bout d’ailes agrandis, 20 appareils fabriqués.

P.166 BL2: Version motorisée par deux turbopropulseurs Lycoming IGSO-540-A1H de 380cv.

P.166 BL3: Version motorisée par deux turbopropulseurs Lycoming LTP 101-600 de 600cv.

P.166 DLR-MAR: Version de patrouille maritime.

P.166 DL-3: Version équipée de deux turbopropulseurs AVCO-Lycoming LTP 101-700A1-A de 559cv et l’équipement est modernisé. 1er vol le 3 juin 1976, ils sont fabriqués entre 1976 et 1991.

P.166 DL-3 APH: version utilisée par l’AMI et équipée d’instruments de reconnaissance aérienne.

P.166 DL-3 SEM: Version utilisée par les gardes-côtes italiens pour la surveillance maritime écologique.

P.166 DL-3 SEM-A: Version utilisée par les gardes-côtes italiens pour la formation des équipages.

P.166 DL-3 GDF: Version utilisée par la Guarda di Finanza pour la lutte contre la contrebande.

P.166 DP1: Version MLU développée entre 1998 et 2004. La propulsion est remplacée par deux turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6-A121 de 615cv. La masse maximale au décollage est augmentée, l’avionique est modernisée et le confort intérieur amélioré.

P.166 DP1-VMA: Version MLU des appareils de la Guardia di Finanza. La propulsion est remplacée par deux turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6-A121 de 615cv. La masse maximale au décollage est augmentée, l’avionique comprend un système de gestion des missions et une console tactique permettant de gérer les images prises par les caméras UV/IR, de même que les images du radar météo et de recherche captées sur 360°. 6 appareils en cours de transformation.


Utilisateurs militaires :
Afrique du Sud : 20 P.166S en 1970, plus en service.
Italie : 53 P.166 de diverses versions.
Somalie : 3 P.166

Caractéristiques (DP1):
Longueur : 11.88m
Envergure : 14.69m
Hauteur : 5.0m
Surface alaire : 26,6m2
Masse à vide : 2688kg
Masse maximale au décollage : 4500kg
Masse de carburant maximum : 1129kg
Hauteur de la cabine : 1,76m
Largeur de la cabine : 1,57m
Longueur de la cabine : 3,05m

Moteurs :
2 Pratt & Whitney PT6A-121 de 458kW (615cv).

Performances :
Vitesse max haute altitude: 407km/h
Vitesse ascensionnelle : 540m/s
Plafond opérationnel : 7315m
Rayon d’action maximum : 1695km
Endurance : 5h10’
Distance de décollage à charge maximale : 747m
Distance d’atterrissage à charge maximale : 655m

Armement :
Sans.

Liens internet:
http://it.wikipedia.org/wiki/Piaggio_P.166
http://en.wikipedia.org/wiki/Piaggio_P.166
http://www.p166.com/
http://www.piaggioaero.com/#/it/prodotti/p166
http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_p166_en.php
http://www.aeronautica.difesa.it/MUSEOVDV/COLLEZIONE_AEROMOBILI/HANGARSKEMA/Pagine/PiaggioP166.aspx
Re: Piaggio P.166 à 21/03/2012 14:08 Jericho
La fiche sur le site
Re: Piaggio P.166 à 21/03/2012 14:33 Clansman
Avec l'iconographie qui va bien. :D
Re: Piaggio P.166 à 21/03/2012 14:47 Jericho
Quelle rapidité, merci! ;)

Heu… rassures-moi: tu les a déjà toutes sous le coude et tu les sors au fur et à mesure, c'est bien ça? :interr:
Re: Piaggio P.166 à 21/03/2012 15:42 Clansman
Presque, il suffit de retourner sur tes sources wiki pour les photos, sur le site de Richard Ferrière pour les plans 3 vues (ou sur wiki aussi) et de faire une recherche vidéo sur google. Avec un peu de pratique, ça prend que quelques secondes à chaque fois.

Si tu veux le faire toi-même un jour, pas de problème je te montre. :D
Re: Piaggio P.166 à 21/03/2012 16:06 Jericho

Clansman a écrit



Si tu veux le faire toi-même un jour, pas de problème je te montre. :D

Euh… je crois que j'ai déjà suffisamment de mal sans ça: je squatte déjà la Help-Line des contributeurs… :bonnet:

Un jour, peut-être, ça pourrait être intéressant aussi. :oui:
RIAT 2014 à 17/09/2014 16:25 stanak
P-166C Italian AF colors
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires