Rappels

Histoire de l'appareil

En 1941, le P-43 Lancer était au bout de son potentiel et manifestement dépassé. Alexander Kartveli, un immigré géorgien qui fuyait le communisme, se lança dans une version améliorée, l'AP-10 (désignation interne), motorisé par un Allison V-1710 et armé de 8 mitrailleuses de 12,7 mm. L'USAAC se montra intéressée et le désigna XP-47.

Cependant, la guerre en Europe montra que le XP-47, ainsi que le XP-47A qui suivit. Kartveli proposa donc un appareil entièrement nouveau et beaucoup plus grand, en juin 1940. L'USAAC le commanda en septembre sous la désignation XP-47B.

Cet appareil était de construction entièrement métallique, disposait d'ailes elliptiques, de réservoirs de carburant auto-obturants avec une capacité de 1155 l et d'un moteur Pratt & Whitney R-2800 de 2000 hp, activant une hélice quadripale. Les 8 mitrailleuses de 12,7 mm étaient conservées et étaient alimentées par 350 cartouches chacune. Quand au pilote, il disposait d'un cockpit confortable, ayant même l'air conditionné.

Le XP-47B vola le 6 mai 1941 avec Lowry P. Brabham aux commandes. Il dépassa les 400 mph (663 km/h) à basse altitude, et atteignit l'altitude de 4600 mètres en 5 minutes. Il fut perdu par accident le 8 août 1942. Bien que très performant et bien armé, quelques modifications furent nécessaires, notamment au niveau de la verrière et de la tendance aux armes à s'enrayer.

Le P-47C fut le premier à être engagé en opération, en Grande-Bretagne en 1942. La première mission de guerre, le 10 mars 1943, fut un échec à cause de radios défaillantes. La première victoire fut obtenue le 15 avril sur un Fw 190. Les missions d'escorte commencèrent le 17 août et les P-47 firent la preuve de leur supériorité, avec 19 victoires pour 3 pertes. Dès 1943, il fut envoyé en Italie et dans le Pacifique. En 1944, à part l'Alaska, il était partout où était engagé l'USAAF.

Il effectua 746000 sorties, dont 423435 rien qu'en Europe, soit plus que les P-38, 40 et 51 réunis. Dans la période critique entre janvier et mai 1944, le P-47 cassera les reins de la Luftwaffe et abattra près de 900 appareils sur 1983. Il engrangera 3752 victoires, et 3499 exemplaires seront perdus pour tout type de raisons.

S'il fut finalement remplacé par le P-51 dans les missions d'escorte, il se montrera brillant en attaque au sol : après le Débarquement, il revendiquera 86000 wagons, 9000 locomotives, 6000 blindés et 68000 camions. Le P-47 était particulièrement robuste et encaissait bien. De plus, les pilotes avaient de grandes chances de s'en sortir sans dommage en cas d'atterrissage sur le ventre.

Il resta en service au sein de l'USAAF jusqu'en 1949 (il prit la désignation F-47 en 1948), fut utilisé en 1946 et 1947 par le SAC et jusqu'en 1953 par l'ANG. Bien que plus robuste que le P-51, et malgré le souhait des pilotes, il ne fut pas déployé en Corée.

Le P-47 fut également utilisé par la RAF (240 P-47B, surnommés Thunderbolt I, et 590 P-47D-25 à verrière en bulle, surnommés Thunderbolt II). Il servit essentiellement à l'attaque au sol, puis fut déployé en Birmanie contre les Japonais en 1944. Ils furent utilisés jusqu'en octobre 1946.

Le Brésil utilisa 67 P-47D, dont 48 furent déployés lors de la Campagne d'Italie. Le 1º Grupo de Aviação de Caça effectua 445 missions de novembre 1944 à mai 1945, avec 15 appareils et 5 pilotes perdus. Ils furent conservés jusqu'en 1958.

Le Mexique déploya des P-47D au sein du Escuadrón Aéreo de Pelea 201, de mars 1945 à la fin de la guerre, dans les Philippines. 791 missions furent effectuées sans aucune perte. Il reçut 78 exemplaires, utilisés jusqu'en 1962.

La France reçut 446 P-47D à partir de 1943. Elle les utilisa lors de la Libération, en Allemagne, et furent réutilisés lors de la guerre d'Algérie. Elle les garda jusqu'en 1961.

203 P-47D furent envoyés à l'URSS. Les premiers exemplaires furent reçus en mars 1944, testés en vol et jugés supérieurs à tous les appareils du front russe à haute altitude. Les pilotes apprécièrent le confort, la visibilité, la facilité de pilotage, la fiabilité des armes et la finition. En revanche, ils jugèrent sa stabilité et son accélération assez faibles. Malgré ses qualités, il ne fut guère employé au combat, mais plutôt dans des unités d'entraînement, ou affecté à la défense des principales villes à l'arrière du front. Il fut peu utilisé pour l'attaque au sol, rôle plutôt dévolu à l'Il-2. A la fin de la guerre, il en restait 188.

La Luftwaffe captura au moins un P-47 capturé le 7 novembre 1943.

Après guerre, l'Italie reçut 174 P-47D, livrés entre 1947 et 1950. Jugés trop lourds, il ne fut guère apprécié malgré sa vitesse et sa charge utile. 102 P-47D et 70 P-47N furent également livrés à la Chine. Ils servirent lors de la guerre civile et 5 P-47D au moins furent capturés par les communistes. 42 P-47N firent le trajet jusqu'à Taïwan en 1952.

Le P-47 fut également livré après-guerre à des pays d'Amérique Latine : Bolivie (P-47D de 1949 à 1973), Chili (24 P-47D de 1947 à 1959), Colombie (35 P-47D de 1947 à 1956), Cuba (29 P-47D de 1952 à 1961), République Dominicaine (25 P-47D de 1952 à 1957), Equateur (21 P-47D de 1947 à 1966), Nicaragua (8 P-47N de 1954 à 1963), Pérou (56 P-47D de 1947 à 1966).

D'autres pays reçurent des P-47 : l'Iran (160 P-47D de 1948 à 1959), le Portugal (50 P-47D de 1952 à 1956), la Turquie (180 P-47D de 1948 à 1954) et la Yougoslavie (133 exemplaires de 1952 à 1961).

Le Salvador, le Honduras, les Philippines auraient reçus des P-47.

15678 exemplaires furent produits jusqu'en octobre 1945. Des milliers d'autres étaient commandées, puis furent annulés avec la fin de la guerre. Au moins 16 exemplaires sont en état de vol, et au moins 8 en restauration. De nombreux exemplaires sont exposés, y compris en Amérique latine ou au musée du Bourget.

Versions référencées

  • Republic XP-47 : Premier prototype.
  • Republic XP-47A : Second prototype.
  • Republic P-47B : Version de série de base. 171 exemplaires.
  • Republic RP-47B : Version de reconnaissance basée sur le P-47B. 1 exemplaire.
  • Republic P-47C : Version améliorée au fuselage allongé et doté d'un moteur R-2800-21. 602 exemplaires.
  • Republic P-47D : Version de série améliorée progressivement par Block de production. 12602 exemplaires.
  • Republic XP-47E : Prototype basé sur un P-47B modifié avec un moteur R-2800-59.
  • Republic XP-47F : Prototype basé sur un P-47B modifié avec une aile à profil laminaire.
  • Curtiss P-47G : Désignation des P-47D construits par Curtiss. 354 exemplaires.
  • Republic XP-47H : Prototypes basés sur deux P-47D modifiés avec un moteur Chrysler IV-2220-11 (16 cylindres).
  • Republic XP-47J : Prototype au fuselage plus léger motorisé par un R-2800-57(C) de 2800hp et armé de 6 mitrailleuses.
  • Republic XP-47K : Prototype basé sur un P-47D modifié avec une verrière en bulle qui sera installée sur les P-47D-25.
  • Republic XP-47L : Prototype basé sur un P-47D modifié avec des réservoirs supplémentaires.
  • Republic P-47M : Version à haute performance conçue pour rivaliser avec les Me 262 et V1. 134 exemplaires.
  • Republic P-47N : Version d'escorte à haute altitude. 1816 exemplaires.
  • Republic Thunderbolt Mk I : Désignation des P-47D dotés d'une verrière classique dans la RAF. 240 exemplaires.
  • Republic Thunderbolt Mk II : Désignation des P-47D-25 dans la RAF. 590 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Republic P-47D voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 7 938 kg (17 500 lbs)
  • Masse à vide : 4 536 kg (10 000 lbs)
  • Surface alaire : 28 m² (300 sq. ft)
  • Hauteur : 4,51 m (14,8 ft)
  • Envergure : 12,466 m (40,9 ft)
  • Longueur : 11,003 m (36,1 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 1 287 km (800 mi, 695 nm)
  • Distance de convoyage : 2 897 km (1 800 mi, 1 564 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 106 m (43 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 15,9 m/s (52,165 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 697 km/h (433 mph, 376 kts)
  • Charge alaire, à vide : 162,747 kg/m² (33,333 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 284,808 kg/m² (58,333 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Pratt & Whitney R-2800-59
  • Puissance unitaire : 1 890 kW (2 570 ch, 2 535 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
à 25/01/2007 11:32 Ex-redflag
on sent la passion qui transpire!
merci pour tous ces renseignements très intéressants. :wink:
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 25/01/2007 12:45 stanak

Thunderbolt47 a écrit

Les Forces aériennes françaises libres reçurent elles, quatre cent quarante sept P-47D, qui servaient encore pendant le début la guerre d'Algérie.[/quote:95d5f]
Les groupes FAFL n'ont jamais reçu de P-47 !!
Seuls certains groupes issus d'Afrique du Nord en ont recu (ex-Vichy).

Le premier groupe français a être transformé sur P-47 fut le GC 2/5 Lafayette, qui commença sa transformation en avril 1944. Puis, ce fut le tour du GC 2/3 Dauphiné, GC 1/4 Navarre, GC 1/5 Champagne, GC 3/3 Ardennes et du GC 3/6 Roussillon.
à 25/01/2007 18:15 Ex-redge
Un lien pour toi, d'autres mordus du P47

http://genso.9online.fr/accueil.htm

Et on peut voir qu'il existe pas mal de sites sur cet avion mytique.
Allez, bon surf :wink:
à 25/01/2007 18:31 little boy
eh bien. :shock:

il y en a qui maîtrise leur sujet. 8)
un bon descriptif que voilà. :D
à 26/01/2007 10:01 Guns
Oui Sonny, je me souviens que les Russes avaient pu obtenir quelques exemplaires…
à 26/01/2007 10:07 Guns
Avant, Sonny. Avec les fameux convois qui les ravitaillaient par la Mer du Nord et de Spitzberg.
à 26/01/2007 10:16 Guns
Oui, mais chut…

Les Américains ne voulaient pas qu'on le sache, et les Russes non plus… pour des raisons que tu peux bien imaginer. :lol:
à 26/01/2007 17:42 Ex-gillouf1
Pour rester dans le domaine général (livraison d'appareils Américains aux Russes), et hors sujet (sorry :siffle: ), il y a un très bon article dans le dernier "ciel de guerre", consacré à la 2ème partie de la campagne de Aléoutiennes. Ils y expliquent comment les Russes venaient chercher "leur" avions en Alaska, et le périple qu'ils avaient à accomplir pour rentrer chez eux…Y'a qu'a regarder une carte pour en avoir froid dans le dos…

@+
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 03/12/2011 15:26 touratier
Bonjour à tous Et bien voici le xp 47
A la prochaine fois….et bon week end
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 03/12/2011 17:10 jeliot
Il ressemble pas du tout au p-47 :shock: Ils l'ont sacrément modifier par la suite.
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 04/12/2011 09:57 touratier
Bonjour Jeliot
Et le xp 47 b Double Twister
Connaissez vous ?
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 04/12/2011 15:39 touratier
Re bonjour
Je trouve juste le xp 47 b avec son drole de cockpit d'origine
Alors, je partage………….
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 12/09/2012 12:44 Clansman
Dommage, Thunderbolt n'a pas rejoint. Ce qui oblige à faire une autre fiche que la sienne, pourtant bien foutue.



En 1941, le P-43 Lancer était au bout de son potentiel et manifestement dépassé. Alexander Kartveli, un immigré géorgien qui fuyait le communisme, se lança dans une version améliorée, l'AP-10 (désignation interne), motorisé par un Allison V-1710 et armé de 8 mitrailleuses de 12,7 mm. L'USAAC se montra intéressée et le désigna XP-47.

Cependant, la guerre en Europe montra que le XP-47, ainsi que le XP-47A qui suivit. Kartveli proposa donc un appareil entièrement nouveau et beaucoup plus grand, en juin 1940. L'USAAC le commanda en septembre sous la désignation XP-47B.

Cet appareil était de construction entièrement métallique, disposait d'ailes elliptiques, de réservoirs de carburant auto-obturants avec une capacité de 1155 l et d'un moteur Pratt & Whitney R-2800 de 2000 hp, activant une hélice quadripale. Les 8 mitrailleuses de 12,7 mm étaient conservées et étaient alimentées par 350 cartouches chacune. Quand au pilote, il disposait d'un cockpit confortable, ayant même l'air conditionné.

Le XP-47B vola le 6 mai 1941 avec Lowry P. Brabham aux commandes. Il dépassa les 400 mph (663 km/h) à basse altitude, et atteignit l'altitude de 4600 mètres en 5 minutes. Il fut perdu par accident le 8 août 1942. Bien que très performant et bien armé, quelques modifications furent nécessaires, notamment au niveau de la verrière et de la tendance aux armes à s'enrayer.

Le P-47C fut le premier à être engagé en opération, en Grande-Bretagne en 1942. La première mission de guerre, le 10 mars 1943, fut un échec à cause de radios défaillantes. La première victoire fut obtenue le 15 avril sur un Fw 190. Les missions d'escorte commencèrent le 17 août et les P-47 firent la preuve de leur supériorité, avec 19 victoires pour 3 pertes. Dès 1943, il fut envoyé en Italie et dans le Pacifique. En 1944, à part l'Alaska, il était partout où était engagé l'USAAF.

Il effectua 746000 sorties, dont 423435 rien qu'en Europe, soit plus que les P-38, 40 et 51 réunis. Dans la période critique entre janvier et mai 1944, le P-47 cassera les reins de la Luftwaffe et abattra près de 900 appareils sur 1983. Il engrangera 3752 victoires, et 3499 exemplaires seront perdus pour tout type de raisons.

S'il fut finalement remplacé par le P-51 dans les missions d'escorte, il se montrera brillant en attaque au sol : après le Débarquement, il revendiquera 86000 wagons, 9000 locomotives, 6000 blindés et 68000 camions. Le P-47 était particulièrement robuste et encaissait bien. De plus, les pilotes avaient de grandes chances de s'en sortir sans dommage en cas d'atterrissage sur le ventre.

Il resta en service au sein de l'USAAF jusqu'en 1949 (il prit la désignation F-47 en 1948), fut utilisé en 1946 et 1947 par le SAC et jusqu'en 1953 par l'ANG. Bien que plus robuste que le P-51, et malgré le souhait des pilotes, il ne fut pas déployé en Corée.

Le P-47 fut également utilisé par la RAF (240 P-47B, surnommés Thunderbolt I, et 590 P-47D-25 à verrière en bulle, surnommés Thunderbolt II). Il servit essentiellement à l'attaque au sol, puis fut déployé en Birmanie contre les Japonais en 1944. Ils furent utilisés jusqu'en octobre 1946.

Le Brésil utilisa 67 P-47D, dont 48 furent déployés lors de la Campagne d'Italie. Le 1º Grupo de Aviação de Caça effectua 445 missions de novembre 1944 à mai 1945, avec 15 appareils et 5 pilotes perdus. Ils furent conservés jusqu'en 1958.

Le Mexique déploya des P-47D au sein du Escuadrón Aéreo de Pelea 201, de mars 1945 à la fin de la guerre, dans les Philippines. 791 missions furent effectuées sans aucune perte. Il reçut 78 exemplaires, utilisés jusqu'en 1962.

La France reçut 446 P-47D à partir de 1943. Elle les utilisa lors de la Libération, en Allemagne, et furent réutilisés lors de la guerre d'Algérie. Elle les garda jusqu'en 1961.

203 P-47D furent envoyés à l'URSS. Les premiers exemplaires furent reçus en mars 1944, testés en vol et jugés supérieurs à tous les appareils du front russe à haute altitude. Les pilotes apprécièrent le confort, la visibilité, la facilité de pilotage, la fiabilité des armes et la finition. En revanche, ils jugèrent sa stabilité et son accélération assez faibles. Malgré ses qualités, il ne fut guère employé au combat, mais plutôt dans des unités d'entraînement, ou affecté à la défense des principales villes à l'arrière du front. Il fut peu utilisé pour l'attaque au sol, rôle plutôt dévolu à l'Il-2. A la fin de la guerre, il en restait 188.

La Luftwaffe captura au moins un P-47 capturé le 7 novembre 1943.

Après guerre, l'Italie reçut 174 P-47D, livrés entre 1947 et 1950. Jugés trop lourds, il ne fut guère apprécié malgré sa vitesse et sa charge utile. 102 P-47D et 70 P-47N furent également livrés à la Chine. Ils servirent lors de la guerre civile et 5 P-47D au moins furent capturés par les communistes. 42 P-47N firent le trajet jusqu'à Taïwan en 1952.

Le P-47 fut également livré après-guerre à des pays d'Amérique Latine : Bolivie (P-47D de 1949 à 1973), Chili (24 P-47D de 1947 à 1959), Colombie (35 P-47D de 1947 à 1956), Cuba (29 P-47D de 1952 à 1961), République Dominicaine (25 P-47D de 1952 à 1957), Equateur (21 P-47D de 1947 à 1966), Nicaragua (8 P-47N de 1954 à 1963), Pérou (56 P-47D de 1947 à 1966).

D'autres pays recçurent des P-47 : l'Iran (160 P-47D de 1948 à 1959), le Portugal (50 P-47D de 1952 à 1956), la Turquie (180 P-47D de 1948 à 1954) et la Yougoslavie (133 exemplaires de 1952 à 1961).

Le Salvador, le Honduras, les Philippines auraient reçus des P-47.

15678 exemplaires furent produits jusqu'en octobre 1945. Des milliers d'autres étaient commandées, puis furent annulés avec la fin de la guerre. Au moins 16 exemplaires sont en état de vol, et au moins 8 en restauration. De nombreux exemplaires sont exposés, y compris en Amérique latine ou au musée du Bourget.


Versions :

171 P-47B furent construits, le premier apparaissant en mai 1942. Il fut décliné en RP-47B de reconnaissance (un exemplaire), en XP-47E (moteur R-2800-59, un exemplaire, ne fut pas construit en série) et en XP-47F (aile à profil laminaire, un exemplaire).

Le P-47C lui succèda et fut commandé à 602 exemplaires. Le premier fut livré au 56th Fighter Group en septembre 1942. Il fut suivi par le P-47D, construit lui à 12602 exemplaires. Cette version connut plusieurs blocs de production.

Jusqu'à présent, le P-47 avait une verrière classique, avec un dos dit "razorback" qui laissait une faible visibilité vers l'arrière. Ce sont les britanniques, qui, avec leur verrière en bulle montée sur le Typhoon, apportèrent la solution. Celle-ci fut adoptée par les Américains pour leurs P-51 et P-47. Un P-47D fut modifié en XP-47K, tandis qu'un autre P-47D fut transformé en XP-47L avec plus de carburant. Ces 2 modifications entraînèrent un nouveau block de production du P-47D, le -25. Ils commencèrent à être livrés en mai 1944.

Le P-47G est un P-47D construit par Curtiss à 354 exemplaires.

2 versions expérimentales virent le jour : le XP-47H doté d'un moteur Chrysler IV-2220-11 (16 cylindres), construit à 2 exemplaires, et le XP-47J (fuselage plus léger, Pratt & Whitney R-2800-57(C) pouvant monter à 2800 hp, 6 mitrailleuses), qui effectua son premier vol fin novembre 1943 et atteignit la vitesse de 813 km/h en palier en août 1944.

Le P-47M était une version à haute performance, conçue pour se frotter aux Me 262 et V1. 4 P-47D furent convertis en YP-47M et 130 P-47M furent construits. Ils disposaient d'un moteur R-2800-57(C) à injection d'eau et turbocompresseur GE CH-5.

Le P-47N fut conçu comme escorteur du B-29, avec une capacité en carburant accrue, une nouvelle aile, et un moteur R-2800-77(C). Un YP-47M fut converti en prototype du P-47N et un second YP-47N vola en septembre 1944. 18016 exemplaires de cette dernière versions furent produits.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Republic_P-47_Thunderbolt

http://www.avionslegendaires.net/republic-p-47-thunderbolt.php

http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-le-republic-f-47-p-47-thunderbolt-57229479.html

<!– l –><a class="postlink-local" href="http://forum.aviationsmilitaires.net/viewtopic.php?f=37&t=479">viewtopic.php?f=37&t=479</a><!– l –>

<!– l –><a class="postlink-local" href="http://forum.aviationsmilitaires.net/viewtopic.php?f=37&t=652">viewtopic.php?f=37&t=652</a><!– l –>

http://en.wikipedia.org/wiki/Republic_P-47_Thunderbolt

http://militaryhistory.about.com/od/worldwariiaircraft/p/p47.htm

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=76

http://www.warbirdalley.com/p47.htm

http://www.aviastar.org/air/usa/republic_thunderbolt.php
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 12/09/2012 14:25 Clansman
La fiche sur le site
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 12/09/2012 16:16 stanak
P-47D
Image
un avion qui est parti en 2007 aux US malheureusement
Re: Le Thunderbolt, ma passion à 12/09/2012 16:40 Clansman
Hop, rajouté. Merci !
Re: Republic P-47 Thunderbolt à 21/07/2016 11:26 fanaviation
L'ENCYCLOPEDIE ILLUSTREE DE L’AVIATION AIRCRAFT N°9 THUNDERBOLT P-47

[Pièces-jointes supprimées]
Re: Republic P-47 Thunderbolt à 24/07/2016 10:07 Nico2
Désolé mais conformément au règlement du forum et aux règles afférentes aux droits d'auteur, nous ne pouvons laisser publier directement sur le forum le contenu d'un ouvrage non libre de droit.
Bogota à 17/02/2017 19:32 stanak
P-47D
ex FAC
Image
Museo Militar de Aviacion, Santa Lucia à 28/05/2017 11:11 stanak
P-47D
ex FAM
Image
25 utilisés après guerre jusqu'à la fin des années 50
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires