Rappels

Histoire de l'appareil

Le P2V Neptune fut conçu lors de la seconde guerre mondiale, à l'initiative de Lockheed, afin de proposer un remplaçant à ses PV-1 Hudson. Le futur appareil devait être plus grand, emporter plus de charge utile, être plus facile à construire et à entretenir. L'étude commença dès septembre 1941 et mena au V-146. Il fut le premier avion conçu expréssement pour la lutte anti sous-marine. Mais le programme n'avait pas une importance prioritaire et 2 prototypes, désignés XP2V-1, ne furent commandés que le 4 septembre 1944 par l'US Navy.

Le vol inaugural eut lieu le 17 mai 1945. Le 2e prototype vola peu après, et l'appareil révéla d'excellentes performances et une grande maniabilité. Quand à la facilité d'entretien, elle était respectée : un changement de moteur prenait 30 minutes. La production en série démarra en 1946. C'était un appareil à ailes médianes, disposant d'un radar en position ventrale. Il possédait également 6 mitrailleuses Browning de 12,7 mm disposées dans 3 tourelles, dans le nez, dorsale et en queue de l'appareil.

Il entra en service au sein de l'US Navy en mars 1947, et remplaça les PV-1 Ventura et PV-2 Harpoon. Equipés de bouées sonores et d'un MAD, il travaillait en coopération avec les destroyers, en repérant pour eux les sous-marins ennemis. La première version de série était le P2V-1, construit à 15 exemplaires. Ils restaient très proches des prototypes.

Le 3e appareil de série, nommé The Turtle, fut sélectionné afin de battre un record d'endurance à des fins publicitaires. Il décolla le 9 septembre 1946 d'Australie, avec un équipage composé de 4 hommes et… d'un kangourou. Il rejoignit les Etats-Unis 55 h et 17 mn plus tard, après un vol sans escale de 18083 km. L'appareil fut plus tard connu sous le nom de Truculent Turtle.

Le P-2 fut retiré de l'US Navy en 1978, remplacé par le P-3 Orion. Une variante de transport, le C-139, fut envisagée mais ne fut jamais réalisée. 1188 exemplaires furent construits, dont 20 appareils au moins sont exposés. Depuis, plusieurs appareils sont utilisés dans la lutte contre les incendies en Amérique du Nord. Ils disposent de 2400 gallons de retardant et pourraient être remplacés par des Dash-8.

Versions référencées

  • Kawasaki P-2J : Version japonaise, construite à 89 exemplaires.
  • Lockheed AP-2E : Version utilisée par l'US Army pour des missions ELINT.
  • Lockheed AP-2H : Version gunship, 4 exemplaires.
  • Lockheed C-139 : Désignation envisagée pour une version de transport, non construite.
  • Lockheed CP-122 : Désignation canadienne du P2V-7, 25 exemplaires.
  • Lockheed DP-2E P2V-5FD : Version contrôlant des drones-cibles.
  • Lockheed EP-2E P2V-5FE : Version très peu connue. Emportait sans doute des équipements de guerre électronique ou de veille aérienne.
  • Lockheed LP-2J P2V-7LP : Version dotée de skis, 4 exemplaires.
  • Lockheed MP-2F P2V-6M : Version équipée du missile AQM-41 Petrel. 16 exemplaires.
  • Lockheed Neptune MR.1 : Désignation des P2V-5 utilisés par le Coastal Command. 52 exemplaires.
  • Lockheed NP-2H : Appareil unique, destiné à la reconnaissance de nuit.
  • Lockheed OP-2E : 12 P2V-5F modifiés pour des missions de guerre électronique.
  • Lockheed P-2D P2V-4 : 4e version de série, 52 exemplaires.
  • Lockheed P-2E P2V-5 : 1ere version à être exportée. 424 exemplaires.
  • Lockheed P-2F P2V-6 : Version équipée du radar APS-70, 83 exemplaires.
  • Lockheed P-2G P2V-6F : Version du P-2F équipée de réacteurs J34.
  • Lockheed P-2H P2V-7 : Ultime version construite par Lockheed. 359 exemplaires au total.
  • Lockheed P2V-1 : 1ere version de série, 14 exemplaires.
  • Lockheed P2V-2 : 2e version de série avec des moteurs plus puissants. 81 exemplaires.
  • Lockheed P2V-2N Polar Bear : Version du P2V-2 équipée de skis, 2 P2V-2 modifiés.
  • Lockheed P2V-2S : Un P2V-2 qui servit à tester le radar APS-20.
  • Lockheed P2V-3 : 3e version de série, avec des moteurs encore plus puissants. 53 exemplaires.
  • Lockheed P2V-3B : Version équipée du radar de bombardement ASB-1, 16 appareils modifiés.
  • Lockheed P2V-3C : Version embarquée, 12 appareils modifiés.
  • Lockheed P2V-3W : Version équipée du radar APS-20, 30 exemplaires.
  • Lockheed P2V-3Z : Version de transport VIP. 2 appareils modifiés.
  • Lockheed P2V-5F : Version équipée de 2 réacteurs J34. Désigné P-2E après 1962.
  • Lockheed P2V-7B : Version destinée aux Pays-Bas. 15 exemplaires plus tard modifiés en SP-2H.
  • Lockheed RB-69A : Version utilisée officiellement par l'USAF, en réalité par la CIA. 7 exemplaires.
  • Lockheed SP-2E P2V-5F : Version équipée du sonar Julie-Jezebel.
  • Lockheed SP-2H P2V-7S : Version dotée d'équipements supplémentaires, dont le sonar Julie/Jezebel.
  • Lockheed TP-2F P2V-6T : Variante d'entraînement.
  • Lockheed XP2V-1 : Prototypes, 2 exemplaires.

Lockheed P-2H P2V-7 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 36 240 kg (79 895 lbs)
  • Masse à vide : 22 650 kg (49 935 lbs)
  • Surface alaire : 93 m² (1 000 sq. ft)
  • Hauteur : 8,961 m (29,4 ft)
  • Envergure : 31,425 m (103,1 ft)
  • Longueur : 27,981 m (91,8 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 333 km/h (207 mph, 180 kts)
  • Distance franchissable : 3 541 km (2 200 mi, 1 912 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 828 m (22 400 ft)
  • Vitesse maximale HA : 584 km/h (363 mph, 315 kts)
  • Charge alaire, à vide : 243,804 kg/m² (49,935 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 390,081 kg/m² (79,895 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Westinghouse J34-WE-34
  • Puissance unitaire : 1 478,084 kgp (14,5 kN, 3 258,619 lbf)
  • 2 moteurs à cylindres en étoile Wright R-3350-32W
  • Puissance unitaire : 2 759 kW (3 751 ch, 3 700 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 1

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Lockheed P2V Neptune à 25/08/2011 12:41 Clansman
Le P2V Neptune fut conçu lors de la seconde guerre mondiale, à l'initiative de Lockheed, afin de proposer un remplaçant à ses PV-1 Hudson. Le futur appareil devait être plus grand, emporter plus de charge utile, être plus facile à construire et à entretenir. L'étude commença dès septembre 1941 et mena au V-146. Il fut le premier avion conçu expréssement pour la lutte anti sous-marine. Mais le programme n'avait pas une importance prioritaire et 2 prototypes, désignés XP2V-1, ne furent commandés que le 4 septembre 1944 par l'US Navy.

Le vol inaugural eut lieu le 17 mai 1945. Le 2e prototype vola peu après, et l'appareil révéla d'excellentes performances et une grande maniabilité. Quand à la facilité d'entretien, elle était respectée : un changement de moteur prenait 30 minutes. La production en série démarra en 1946. C'était un appareil à ailes médianes, disposant d'un radar en position ventrale. Il possédait également 6 mitrailleuses Browning de 12,7 mm disposées dans 3 tourelles, dans le nez, dorsale et en queue de l'appareil.

Il entra en service au sein de l'US Navy en mars 1947, et remplaça les PV-1 Ventura et PV-2 Harpoon. Equipés de bouées sonores et d'un MAD, il travaillait en coopération avec les destroyers, en repérant pour eux les sous-marins ennemis.

Le 3e appareil de série, nommé The Turtle, fut sélectionné afin de battre un record d'endurance à des fins publicitaires. Il décolla le 9 septembre 1946 d'Australie, avec un équipage composé de 4 hommes et… d'un kangourou. Il rejoignit les Etats-Unis 55 h et 17 mn plus tard, après un vol sans escale de 18083 km. L'appareil fut plus tard connu sous le nom de Truculent Turtle.

La première version de série était le P2V-1, construit à 15 exemplaires. Ils restaient très proches des prototypes. Le 5e exemplaire servit de prototype à la variante P2V-2, équipée de moteurs R-3350-24W à injection d'eau de 2500 hp, de fusées JATO et d'un nez allongé de 76 cm. Cette version prit l'air le 17 janvier 1947. Cette deuxième série fut construite à 81 exemplaires et fut livrée de 1947 à juillet 1948. 2 P2V-2 furent convertis en P2V-2N "Polar Bear" destinés à l'exploration polaire et équipés de skis. 1 autre P2V-2 testa le radar APS-20 et fut désigné P2V-2S. 3 autres exemplaires furent modifiés pour accomplir des missions de cartographie.

Le P2V-3, construit à 53 exemplaires, était équipé de moteurs R-3350-26W de 3200 hp, qui lui donnaient une vitesse de pointe de 545 km/h. Il vola pour la première fois le 6 août 1948 et les livraisons durèrent jusqu'en janvier 1950. 30 appareils supplémentaires, désignés P2V-3W, étaient équipés du radar APS-20 pour remplir des missions de veille aérienne, voire, en secret, des missions de renseignement électronique. L'un d'eux fut descendu par les MiG le 6 novembre 1951, non loin de Vladivostok.

Afin de disposer de bombardiers nucléaires, l'US Navy modifia 11 P2V-2 et 1 P2V-3 en P2V-3C afin de les faire décoller d'un porte-avions. En 1948, les premiers tests de décollage eurent lieu grâce à 8 fusées JATO. Ceux-ci ne pouvaient cependant pas apponter, et auraient du revenir à terre ou amerrir à proximité d'un navire. Ils furent rapidement remplacés par l'AJ Savage.

16 P2V-3C et W furent équipés du radar de bombardement ASB-1 et désignés P2V-3B. Enfin, 2 P2V-3, convertis pour le transport de VIP en zone de combat, reçurent la désignation P2V-3Z. Ils étaient fortement blindés et furent utilisés lors de la guerre de Corée.

Le P2V-4 était la première version à recevoir des réservoirs en bout d'ailes. Le redar APS-20 fit partie de l'équipement standard et il était équipé de Wright R-3350-30W de 3750 hp. Elle vola pour la première fois le 14 novembre 1949 et fut construite à 52 exemplaires. Elle fut désigné P-2D en 1962.

Le P2V-5 (futur P-2E), lui, disposait d'une tourelle Emerson dans le nez, ainsi que d'équipements ASW et ECM (dont AN/ALR-3). Les derniers modèles, d'un MAD AN/ASQ-8 situé dans la queue. Il vola pour la première fois le 29 décembre 1950 et 424 exemplaires furent construits. Il fut également équipé des radars APS-8, ou 31, et 20. Le P2V-5F (futur P-2E) disposait de 2 réacteurs d'appoint Westinghouse J34-WE-34 de 1540 kgp, qui augmentaient les performances au décollage et la charge utile. Le P2V-5FD (futur DP-2E) servait à contrôler des drones-cibles et emportait 2 Firebee. Il resta en service jusque dans les années 1970. Le P2V-5FE (futur EP-2E) était peut-être équipé de système ELINT, et le P2V-5FS (futur SP-2E) du sonar Julie-Jezebel. Plusieurs P2V-5 furent abattus : le 18 janvier 1953 dans le détroit de Formose, le 4 janvier 1954 sur la côte mandchoue, le 4 septembre 1954 dans la mer du Japon, le 22 juin 1955 dans le détroit de Béring.

L'US Army utilisa aussi des AP-2E (P2V-5F transformés) pour des missions ELINT/SIGINT au sein du 1st Radio Research Company, basé à Cam Ranh Bay. 12 OP-2E (des P2V-5F très modifiés et équipés d'un MAD et d'un APS-20) furent également utilisés pour des missions de guerre électronique dans le cadre de l'opération Igloo White, entre 1968 et 1973. Ils furent déployés au-dessus de la piste Ho Chi Minh par l'US Navy.

La Royal Air Force acquit 52 P2V-5, utilisés entre 1952 et 1957 par le Coastal Command en attendant l'entrée en service du Shackleton. Désignés Neptune MR1, ils furent également utilisés pour des tests de veille aérienne. 8 exemplaires furent cédés à l'Argentine, d'autres aux Pays-Bas, au Portugal, au Brésil (14 exemplaires) et à l'Australie.

La marine argentine l'utilisa de 1958 à 1982. Ils furent utilisés lors du conflit du Beagle (avec le Chili en 1978) et lors de la guerre des Malouines en 1982. Les 2 derniers exemplaires encore en service effectuèrent de la reconnaissance au profit des Super-Etendard, et permirent notamment la victoire contre le Sheffield. Le manque de pièces de rechange obligea l'Argentine à les remplacer par des C-130 avant même la fin de la guerre. Le Chili aurait utilisé 4 SP-2E dans les années 1970.

Le P2V-6 (futur P-2F) était capable de larguer des mines et était équipé du radar APS-70. 83 exemplaires furent construits en 1952 et 1953. Le P2V-6B était capable de lancer le missile Fairchild AQM-41 Petrel (à l'époque désigné AUM-N-2). 16 exemplaires furent modifiés en P2V-6M (futur MP-2F). Le P2V-6F (futur P-2G) était la variante équipée des réacteurs J34. Enfin, le P2V-6T (futur TP-2F) était une variante d'entraînement, dépourvue d'armement.

Le P2V-7 fut la dernière variante. Il disposa de moteurs R-3350-32W de 4000 hp, des réacteurs montés dès l'usine et non plus rajoutés sur le terrain, d'une canopée améliorée, et très rapidement du MAD et du nez vitré. Il revenait au radar APS-20. 311 exemplaires furent construits à partir de 1954, plus 48 par Kasawaki. Il se déclina en P2V-7B (15 exemplaires destinés à la marine hollandaise), en P2V-7LP (4 exemplaires dotés de skis), en P2V-7S (avec des équipements supplémentaires, dont le système Julie/Jezebel). Le P2V-7 devint P-2H, le P2V-7LP fut désigné LP-2J, le P2V-7S devint SP-2H.

En 1954, la CIA obtint 5 P2V-7 neufs et 2 d'occasion dans le cadre du projet Cherry. Ceux-ci, modifiés par les Skunks Works, furent désignés RB-69A (P2V-7U pour Lockheed) et remplirent des missions ELINT sous les cocardes de l'USAF. Ils étaient équipéd du radar SLAR Westinghouse APQ-56, du radar APQ-24 et de bien d'autres systèmes. 2 autres P2V-7 et un P2V-5 furent acquis afin de combler les pertes. Les tests eurent lieu en 1955 et 1956, et 2 appareils furent utilisés en Allemagne jusqu'en 1963. En décembre 1957, les 5 autres furent transférés à Taïwan qui les utilisa jusqu'en juin 1964. Les 5 appareils furent perdus, parfois par accident mais souvent abattus.

Enfin, le NP-2H, un exemplaire unique, était un P-2H modifié dans le cadre du projet Muddy Hill pour des missions de reconnaissance de nuit. Equipé d'un FLIR et d'un radar de suivi de terrain entre autres, il accomplit plusieurs dizaines de missions pour le compte de la CIA. Il conduisit à la version AP-2H (4 exemplaires), qui fut employée comme version gunship au Vietnam par l'US Navy.

L'Australie et les Pays-Bas reçurent des P2V-7 (Les Pays-Bas avaient modifiés leurs P2V-7B en SP-2H, et reçurent 4 autres SP-2H d'occasion), qui furent remplacés par des P-3 dans les années 1970. Le Canada acquis 25 P2V-7, désignés CP-122, en 1955. Il les remplaça par le CP-107 Argus en 1968.

La France utilisa des P2V-7 jusqu'en 1984. Ses derniers exemplaires étaient en service en Polynésie, au sein de la flottille 12S.

Le Japon le fit construire sous licence par Kasawaki sous la dénomination P-2J, ou P2V-Kai (Kai pour kaizen, modification). L'étude de cette version commença en 1961, et le premier vol eut lieu en 1966. 89 exemplaires furent construits et livrés jusqu'en 1979. Ils bénéficiaient d'améliorations telles que le radar AN/APS-80, les turbopropulseurs T64-IHI-10 de 2850 hp et pouvaient voler à 650 km/h. Il resta en service de 1966 à 1996.

Le P-2 fut retiré de l'US Navy en 1978, remplacé par le P-3 Orion. Une variante de transport, le C-139, fut envisagée mais ne fut jamais réalisée. 1188 exemplaires furent construits, dont 20 appareils au moins sont exposés. Depuis, plusieurs appareils sont utilisés dans la lutte contre les incendies en Amérique du Nord. Ils disposent de 2400 gallons de retardant et pourraient être remplacés par des Dash-8.


La fiche sur le site


http://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_P-2_Neptune

http://www.avionslegendaires.net/lockheed-p2v-neptune.php

http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/index.php?option=com_content&view=article&id=216:lockheed-p2v-7-qneptuneq-nd148335&catid=43:tarmac&Itemid=54

http://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_P-2_Neptune

http://www.vectorsite.net/avp2v.html

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=514

http://www.warbirdalley.com/p2v.htm
Pima (AZ, USA) à 13/05/2013 07:38 stanak
Re: Lockheed P2V Neptune à 13/05/2013 21:13 Nico2
Quel régal ces photos, mais quel régal. :)

Pendant un prochain séjour aux USA, je crois qu'il y a certains lieux que je vais cibler :mrgreen: .
Kanoya (JPN) 2013 à 07/07/2013 20:14 stanak
P2V-7 (L-826/P-2H)
ex JMSDF
Image
Image
64 importés des US
Re: Lockheed P2V Neptune à 07/07/2013 20:19 Nico2
J'adore ces comparatifs photos US / Japon :)
Kanoya (JPN) à 19/04/2017 20:50 stanak
Lockheed (Kawasaki) P-2J (L-726)
ex JMSDF
Image
Image
82 P-2J fabriqués sous licence dont 4 convertis en UP-2J
42 exportés pour l'US Navy désignés P2V-7
Re: Lockheed P2V Neptune à 19/04/2017 21:10 ciders
Intéressante prise de vue. On a presque l'impression d'avoir un zoom sur un diorama très détaillé.
Re: Lockheed P2V Neptune à 19/04/2017 23:55 Ansierra117
Et quelle livrée !!!!
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires