Rappels

Histoire de l'appareil

En juin 1956, l'US Army lança la spécification TS145, destiné à lui procurer le futur remplaçant de son L-19 Bird Dog. L'appareil devait être biplace, équipé de 2 turbopropulseurs, capable d'opérer à partir de petits terrains peu aménagés et par tous les temps. De surcroît, il devait être plus rapide, blindé et armé par rapport au L-19, qui venait de prouver sa vulnérabilité en Corée. Le futur appareil aurait pour missions l'observation, le réglage d'artillerie, le ravitaillement en urgence, la liaison. La spécification ayant été élaborée en collaboration avec la Navy, l'appareil devait en plus être capable d'opérer à partir de porte-avions d'escorte et de repérer des cibles navales. Les Marines, contactés, suggérèrent même d'en faire un hydravion capable d'opérer sur les plages.

Grumman remporta le marché le 31 décembre 1956 avec son G-134, conçu par Mike Pelehach. Mais l'appareil, alors désigné OF-1, fit des mécontents, voire des jaloux. L'US Air Force argua de son aspect armé pour essayer de couler le projet. La Navy s'en désintéressa. Les Marines trouvaient son électronique trop sophistiquée et se retirèrent du projet en janvier 1958. L'Army tint bon, et garda l'appareil tel quel, avec de l'armement et des bidons largables, contenant des fournitures pour ses soldats. Quand aux capteurs, dont le radar à balayage latéral, ils permettaient une réelle avancée, notamment en comparant deux vues du terrain à quelques minutes d'intervalle, ce qui permettait de repérer les cibles mobiles.

Le prototype YAO-1 effectua son vol inaugural le 14 avril 1959 à Bethpage, avec comme pilote Ralph D. Donnell. 9 prototypes furent commandés en mars 1957, et construits, et prirent la désignation YOV-1A en 1962. Il se caractérise par une verrière bombée offrant un bon champ de vision, des moteurs situés sur les ailes afin d'augmenter la portance, 3 dérives afin de compenser le couple des turbopropulseurs (sans quoi une dérive unique aurait du avoir une hauteur de près de 6 mètres). Il dispose de sièges éjectables Martin-Baker, d'un habitacle blindé contre les petits calibres.

Le Mohawk fut présenté à l'Allemagne et à la France, et aurait pu être construit sous licence par Bréguet (avec des turbopropulseurs De Havilland Gnome). Le Bréguet Atlantic aurait alors été construits sous licence de son côté. Mais finalement, ni la France ni l'Allemagne ne donnèrent suite.

Un unique prototype d'une variante modernisée, l'OV-1E, fut construit, mais cette version n'eut pas de suite. Grumman proposa également le G-134E quadrimoteur et doté de capacité ADAV, sans succès. De même, le G-134R, une version biplace en tandem, fut repoussée face à l'OV-10 Bronco. Cependant, en 2011, une nouvelle version destinée à la lutte contre la guérilla est à l'étude, proposée par Alliant Techsystems. Il est équipé notamment d'un FLIR et d'une mitrailleuse M230.

L'OV-1 Mohawk fut déployé au Vietnam dès septembre 1962. 6 OV-1A furent engagés par le 23rd Special Warfare Aviation Detachment, et en 6 mois d'opérations, effectuèrent 785 missions et perdirent 2 appareils. En 1964, des OV-1B, C et JOV-1A les rejoignirent. Au total, 65 appareils furent perdus, dont un par victoire aérienne.

Il fut aussi déployé en Amérique latine, en Corée, en Europe et lors de la guerre du Golfe, en 1991. Un seul appareil, un RV-1D, fut perdu à cause d'une tempête de sable. L'OV-1 fut versé à l'ANG à partir de 1972. Les OV-1 furent retirés d'Europe à partir de 1992 et définitivement remplacé par l'E-8 ou les satellites le 21 septembre 1996.

380 exemplaires furent construits, certains volent toujours grâce à des collectionneurs privés ou des fondations. D'autres sont exposés.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation 

Versions référencées

  • Grumman YOV-1A : Prototypes. 9 exemplaires.
  • Grumman OV-1A : Version de série initiale. 64 exemplaires.
  • Grumman JOV-1A : Version armée de l'OV-1A. 54 exemplaires modifiés.
  • Grumman OV-1B : Version dotée du radar à balayage latéral AN/ASP-94. 101 exemplaires.
  • Grumman OV-1C : Version dotée du capteur infrarouge AN/AAS-14. 133 exemplaires.
  • Grumman RV-1C Quick Look : Version de renseignement électronique basée sur l'OV-1C. 2 exemplaires modifiés.
  • Grumman OV-1D : Version améliorée et modulable avec le radar AN/ASP-94 ou le capteur AN/AAS-14. 37 exemplaires neufs et 82 modifiés.
  • Grumman RV-1D Quick Look II : Version de renseignement électronique basée sur l'OV-1D. 31 exemplaires modifiés.
  • Grumman OV-1E : Version modernisée du Mohawk. 1 exemplaire.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Grumman OV-1D voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 8 214 kg (18 109 lbs)
  • Masse à vide : 5 468 kg (12 054 lbs)
  • Surface alaire : 33 m² (360 sq. ft)
  • Hauteur : 3,9 m (12,8 ft)
  • Envergure : 15 m (48 ft)
  • Longueur : 12 m (41 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 333 km/h (207 mph, 180 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 724 km/h (450 mph, 391 kts)
  • Vitesse de décrochage : 135 km/h (84 mph, 73 kts)
  • Distance franchissable : 1 519 km (944 mi, 820 nm)
  • Plafond opérationnel : 7 620 m (25 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 17,5 m/s (57,415 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 491 km/h (305 mph, 265 kts)
  • Charge alaire, à vide : 163,48 kg/m² (33,483 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 245,599 kg/m² (50,303 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 turbopropulseurs Lycoming T53-L-701
  • Puissance unitaire : 1 044 kW (1 419 ch, 1 400 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 6

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Grumman OV-1 Mohawk à 20/09/2011 12:33 Clansman
En juin 1956, l'US Army lança la spécification TS145, destiné à lui procurer le futur remplaçant de son L-19 Bird Dog. L'appareil devait être biplace, équipé de 2 turbopropulseurs, capable d'opérer à partir de petits terrains peu aménagés et par tous les temps. De surcroît, il devait être plus rapide, blindé et armé par rapport au L-19, qui venait de prouver sa vulnérabilité en Corée. Le futur appareil aurait pour missions l'observation, le réglage d'artillerie, le ravitaillement en urgence, la liaison. La spécification ayant été élaborée en collaboration avec la Navy, l'appareil devait en plus être capable d'opérer à partir de porte-avions d'escorte et de repérer des cibles navales. Les Marines, contactés, suggérèrent même d'en faire un hydravion capable d'opérer sur les plages.

Grumman remporta le marché le 31 décembre 1956 avec son G-134, conçu par Mike Pelehach. Mais l'appareil, alors désigné OF-1, fit des mécontents, voire des jaloux. L'US Air Force argua de son aspect armé pour essayer de couler le projet. La Navy s'en désintéressa. Les Marines trouvaient son électronique trop sophistiquée et se retirèrent du projet en janvier 1958. L'Army tint bon, et garda l'appareil tel quel, avec de l'armement et des bidons largables, contenant des fournitures pour ses soldats. Quand aux capteurs, dont le radar à balayage latéral, ils permettaient une réelle avancée, notamment en comparant deux vues du terrain à quelques minutes d'intervalle, ce qui permettait de repérer les cibles mobiles.

Le prototype YAO-1 effectua son vol inaugural le 14 avril 1959 à Bethpage, avec comme pilote Ralph D. Donnell. 9 prototypes furent commandés en mars 1957, et construits, et prirent la désignation YOV-1A en 1962. Il se caractérise par une verrière bombée offrant un bon champ de vision, des moteurs situés sur les ailes afin d'augmenter la portance, 3 dérives afin de compenser le couple des turbopropulseurs (sans quoi une dérive unique aurait du avoir une hauteur de près de 6 mètres). Il dispose de sièges éjectables Martin-Baker, d'un habitacle blindé contre les petits calibres.

La première version de série fut l'AO-1AF (future OV-1A) : destinée à la reconnaissance photographique de jour et à l'entraînement (avec ses doubles commandes), elle fut commandée à 35 exemplaires le 9 avril 1958. La production commença en octobre 1959 et le premier exemplaire vola le 20 avril 1960. Au total, 64 exemplaires furent construits. Les 3 premiers exemplaires disposaient d'un système KS-61. A partir du 19e exemplaire, elle emportait une caméra KA-30, une caméra KA-60, 52 cartouches éclairantes. Elle entra en service en 1961, au sein de la 7th Army à Sandhofen Airfield, près de Mannheim en Allemagne. Elle effectua une tournée de présentation, dans l'espoir de ventes à l'export. L'Allemagne et la France furent un temps intéressés, mais les tests tournèrent court. La France l'évalua en 1963, et bien qu'une construction sous licence par Bréguet fut envisagée, en échange des plans de l'Atlantic, la tentative n'eut pas de suite.

54 OV-1A furent portés au standard JOV-1A, une version de reconnaissance armée et équipée de 4 points d'emport supplémentaires, pour un total de 6 et une capacité d'emport de 1815 kg. Elle emportait des nacelles de mitrailleuses XM-14, des paniers de roquettes LAU-3/3A ou LAU-52A, des bidons supplémentaires.

Le 13 septembre 1960, fut livrée la version AO-1BF (future OV-1B). Elle était équipée d'un radar à balayage latéral AN/ASP-94, contenu dans une nacelle de 5,5 m en fibre de verre, installée sous le fuselage, et fut construite à 101 exemplaires. Elle disposait d'une envergure accrue d'1,83 m, mais les aérofreins et les doubles commandes disparaissaient. Ces appareils commencèrent leur carrière en patrouillant le long de la zone démilitarisée de la Corée. En 1966, le radar fut remplacé par la version AN/ASP-94C, plus fiable.

L'AO-1CF (futur OV-1C) avait une capacité de reconnaissance infrarouge, avec son détecteur AN/AAS-14. Le premier appareil fut livré le 28 février 1961. Mais cette version fut, pour un temps, la dernière à être produite, à 133 exemplaires tout de même. Les compromis qui menèrent au design de l'OV-1 furent tels que le coût du programme avait explosé, menant à une controverse, à l'arrêt des commandes en 1964, et donna même lieu à une directive, en 1965, interdisant l'emploi d'avions par l'US Army. Ce furent ses succès au Vietnam qui permirent d'arrondir les angles et de relancer les commandes dès 1966. Cette année, l'AN/AAS-14 fut remplacé par l'AN/AAP-14A et la caméra KA-30 par une KA-76. 5 OV-1C ont été portés au standard JOV-1A (ou JOV-1C ?).

L'OV-1D fut la dernière version produite, avec 37 exemplaires neufs construits jusqu'en décembre 1970. Elle avait des moteurs T53-L-701A plus puissants (1400 ch), une avionique modernisée, pouvait changer ses capteurs infrarouges AN/AAS-24 contre le radar à balayage latéral AN/APS-94D en une heure et emporter 700 kg de charges. Le premier des 4 prototypes (des appareils modifiés et nommé YOV-1D) avait volé en août 1968 aux mains de Bill McFarlane. 82 autres appareils, dont 63 OV-1C jusqu'en 1981 et 17 OV-1B jusqu'en 1987 furent convertis à ce standard. L'OV-1D fit également l'objet d'un programme de modernisation, Block Improvement Program. Il consistait à rajouter la durée de vie de la cellule à 5000 heures, à moderniser l'avionique, et éventuellement à changer les moteurs pour des Lycoming T55-L-7 de 1 825 hp. Le premier OV-1D modernisé vola en juin 1988.

Il fut également vendu à Israël (2 OV-1D en 1974, qui furent employés pour des missions secrètes et depuis remplacés par des drones) et à l'armée argentine, qui reçut 25 OV-1D à partir du 24 décembre 1992. Intégrés à l'escuadron 601, il en reste 8, et un seul en état de vol. Un accident en 2006 cloua la flotte au sol et cet appareil sert à l'entraînement. De plus, les pièces détachées deviennent rares et chères. Cependant, les appareils pourraient être remis en service grâce à Mohawk Technologies, l'offre étant actuellement étudiée. 7 OV-1D auraient également été vendus à la Corée du Sud.

Deux versions de reconnaissance électronique virent également le jour : le RV-1C (2 OV-1C modifiés à la fin des années 1960, équipés du AN/APQ-142 afin de localiser les radars soviétiques et appelés Quick Look), et le RV-1D (31 OV-1D modifiés entre 1977 et 1984, équipés de l'AN/ALQ-133 et appelés Quick Look II).

Un unique prototype d'une variante modernisée, l'OV-1E, fut construit, mais cette version n'eut pas de suite. Grumman proposa également le G-134E quadrimoteur et doté de capacité ADAV, sans succès. De même, le G-134R, une version biplace en tandem, fut repoussée face à l'OV-10 Bronco. Cependant, en 2011, une nouvelle version destinée à la lutte contre la guérilla est à l'étude, proposée par Alliant Techsystems. Il est équipé notamment d'un FLIR et d'une mitrailleuse M230.

L'OV-1 Mohawk fut déployé au Vietnam dès septembre 1962. 6 OV-1A furent engagés par le 23rd Special Warfare Aviation Detachment, et en 6 mois d'opérations, effectuèrent 785 missions et perdirent 2 appareils. En 1964, des OV-1B, C et JOV-1A les rejoignirent. Au total, 65 appareils furent perdus, dont un par victoire aérienne.

Il fut aussi déployé en Amérique latine, en Corée, en Europe et lors de la guerre du Golfe, en 1991. Un seul appareil, un RV-1D, fut perdu à cause d'une tempête de sable. Il fut versé à l'ANG à partir de 1972. Les OV-1 furent retirés d'Europe à partir de 1992 et définitivement remplacé par l'E-8 ou les satellites le 21 septembre 1996.

380 exemplaires furent construits, certains volent toujours grâce à des collectionneurs privés ou des fondations. D'autres sont exposés.


La fiche sur le site

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grumman_OV-1_Mohawk

http://www.avionslegendaires.net/grumman-ov-1-mohawk.php

http://jn.passieux.free.fr/html/Mohawk.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Grumman_OV-1_Mohawk

http://www.warbirdalley.com/ov1.htm

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=269

http://www.globalsecurity.org/intell/systems/ov-1.htm

http://www.aviastar.org/air/usa/grumman_mohawk.php

http://www.ov-1.com/
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 20/09/2011 20:53 d9pouces
Du coup, il n'était pas du tout armé ? Est-ce une des raisons à son remplacement par les OV-10 ?


Au fait, pourquoi V-1 ? Le V veut dire vertical, non ?
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 21/09/2011 09:46 Clansman
Excepté le JOV-1A, il était faiblement armé. Plusieurs raisons à cela :

* le fait que ce n'est pas son rôle, la mission d'un avion d'observation est de repérer les cibles et de préparer l'attaque au sol. Toute proportion gardée, c'est comme si on demandait à un AWACS d'emporter toute une batterie de Phoenix. :mrgreen:
* le poids des capteurs, en particulier le SLAR AN/ASP-94. Avec sa nacelle de 5,5 m (t'as sûrement déjà vu des photos), on devait déjà être dans les 700 kg à vue de nez, c'est pas rien.
* il emportait des bricoles, genre roquettes fumigènes pour le marquage des cibles. C'est ça, son rôle.

Est-ce une des raisons à son remplacement par les OV-10 ?
Euh, rien vu de tel. Il a eu une belle carrière de 36 ans dans l'US Army, et ce sont plutôt les satellites et l'E-8, volant à une altitude confortable, qui l'ont remplacé. En revanche, sa complexité, dûe à des demandes de conception difficilement conciliables, devait en faire un appareil fragile à sa manière.

Au fait, pourquoi V-1 ? Le V veut dire vertical, non ?
Là, c'est la colle, c'est une question que je me suis longtemps posée, j'espèrais trouver la réponse mais non. Je pense qu'il faut chercher la signification du V ailleurs.

J'émets l'hypothèse suivante : ce serait en réalité un U, pour Utility, mais transformé en V parce que OU-1, ça rend pas terrible. Peut-être est-ce même imprononcable en américain, allez savoir.
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 21/09/2011 10:04 Jericho
En regardant dans mes vieux bouquins, ils parlent toujours d'un avion fait dès le début pour l'observation visuelle, dans lequel il excellait, puis photographique. Les versions suivantes avec d'autres matériels électroniques…
Serait-il possible que le "V" vienne de "Visual"? Je sais que c'est un peu capilotracté, mais c'est le seul semblant d'explication que je vois…
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 21/09/2011 10:45 Clansman
Ca peut être ça, en effet. Cela dit, les précédents de la série O (O-1, 2 et 3), étaient uniquement versés dans l'observation visuelle…

Rajout d'une source :

http://vectorsite.net/avmohawk.html
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 21/09/2011 13:36 Jericho
Dans un autre de mes livres, il parlent de "Vecteur de reconnaissance aérienne"…

Ce qui est aussi un peu étrange, c'est qu'il y a les versions OV-1A –> OV-1D d'observation, ça c'est OK. Mais lorsque l'appareil est transformé pour d'autres missions, le "O" change, ce qui est normal, mais il garde le "V":
RV-1C, RV-1D et EV-1E de reconnaissance électronique…
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 21/09/2011 18:36 Nanimo
le V correspond (dans la "nouvelle" notation) en général à des véhicules V/STOL (qui peuvent décoller à la verticale ou sur de très petites distances).

Vu la phrase "capable d'opérer à partir de petits terrains peu aménagés" j'ai pensé que ça venait de là.
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 21/09/2011 18:44 Jericho

Nanimo a écrit

le V correspond (dans la "nouvelle" notation) en général à des véhicules V/STOL (qui peuvent décoller à la verticale ou sur de très petites distances).

Vu la phrase "capable d'opérer à partir de petits terrains peu aménagés" j'ai pensé que ça venait de là.

Si les STOL sont compris dans les "V", c'est certainement ça. En tous cas je ne vois pas d'autres explications vraiment crédibles…
Merci.
Pima (AZ, USA) à 08/06/2013 08:55 stanak
OV-1C "Dirty Dawg"
US Army
Image
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 08/06/2013 10:11 Clansman

Jericho a écrit

Nanimo a écrit

le V correspond (dans la "nouvelle" notation) en général à des véhicules V/STOL (qui peuvent décoller à la verticale ou sur de très petites distances).

Vu la phrase "capable d'opérer à partir de petits terrains peu aménagés" j'ai pensé que ça venait de là.

Si les STOL sont compris dans les "V", c'est certainement ça. En tous cas je ne vois pas d'autres explications vraiment crédibles…
Merci.

Tiens, en passant par là, je confirme : la lettre V est spécifique aux STOL en général (OV-1, OV-10, UV-18 (DHC-6)…
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 19/06/2016 10:45 stanak
OV-1D de 1968
US Army colors (avec des torpilles ?!, pour couler des chars amphibies :) )
Image
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 19/06/2016 11:44 d9pouces
Ne serait-ce pas plutôt des bombes à sous-munitions, un peu comme des Rockeye ?
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 20/06/2016 09:24 Jericho
Le fait qu'il semble y avoir une connexion avec l'appareil à l'arrière de la "bombe-torpille" et qu'à l'avant cela semble être un système destiné à générer de l'électricité, j'ai creusé un peu et je pense que ça pourrait être un "Flash pod" pour la photographie aérienne… qu'en pensez-vous?
Image1
Image2
Re: Grumman OV-1 Mohawk à 20/06/2016 12:03 stanak
tout à fait ça :costaud:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires