Rappels

Histoire de l'appareil

Durant les années 1920 et 1930, le domaine maritime n'eut pas bonne réputation en Union Soviétique. La notion même de maîtrise de la mer était considérée comme une idée bourgeoise. Les conséquences sur le développement de la marine soviétique furent importantes. Au déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale, Staline ne pouvait pas compter sur une flotte puissante. L'aéronavale soviétique était également peu développée.

Cependant, le peu d'attention accordée par les autorités au développement naval n'empêcha pas quelques réalisations, à partir de l'héritage de la Russie tsariste (qui avait produit quelques hydravions) et des demandes de la marine. Comme ce fut souvent le cas à cette époque, l'Union Soviétique fit appel à des entreprises étrangères. En 1928, un ingénieur français, Paul-Aimé Richard vint s'installer en Union Soviétique. Il dirigea durant deux années une équipe d'ingénieurs soviétiques, qui comprenait le jeune Georgui Beriev.

En 1932, Beriev, qui avait rejoint un nouveau bureau d'études à Moscou, proposa officiellement aux autorités soviétiques son projet d'hydravion. Ce dernier avait commencé à voler l'année précédente. L'appareil fut désigné MBR-2 (Morskoy Blizhnii Razvedchik, hydravion à court rayon d'action). Il suscita l'intérêt des décideurs et Beriev fut autorisé à lancer un programme d'essais. Celui-ci s'étant révélé concluant, la production en série fut lancée en 1934 à Taganrog, au bord de la mer Noire (usine qui existe toujours et où l'on produit désormais le Beriev Be-200). A cette occasion, Beriev fut nommé directeur d'un nouveau bureau d'études, qui prit son nom.

Le Beriev MBR-2 était un hydravion de conception très classique pour son temps. Il s'agissait d'un petit monoplan, entièrement construit en bois (à l'exception des surfaces de contrôle, en métal). Hydravion à coque, le MBR-2 flottait grâce à sa coque mais aussi grâce à deux flotteurs cylindriques montés aux deux extrémités de la voilure. Le cockpit, abritant l'unique pilote (parfois deux) était ouvert et situé à l'avant de la voilure. Il ne sera vitré que sur les versions ultérieures. Il n'y avait pas de train d'atterrissage, mais cela fut prévu. On imagina aussi installer des skis pour les manœuvres en terrain enneigé.

Pour propulser son appareil, Beriev n'installa qu'un seul moteur, situé bien au-dessus de la coque, juste à l'arrière du cockpit. Le prototype avait été équipé d'un moteur allemand, le BMW VI.Z, développant 500 ch. Les premiers appareils de série reçurent à la place le Mikulin M-17. Le M-17 dérivait directement du modèle BMW, mais il avait été modifié et poussé pour atteindre les 680 ch. Grâce à ce gain de puissance, le MBR-2 atteignait en pointe les 200 km/h. Par la suite, le MBR-2bis fut équipé d'un Mikulin AM.34NB de 860 ch, lui permettant de dépasser les 250 km/h. Tous ces moteurs entraînaient une hélice propulsive, implantée à l'arrière du moteur.

L'armement fut toujours très limité, le MBR-2 n'étant absolument pas conçu pour le combat. Les appareils de série furent pourvus de deux mitrailleuses légères, l'une implantée à l'avant du fuselage dans un espace ouvert (comme sur les Dornier Do-18 allemands) et l'autre à l'arrière (également dans un espace ouvert, une tourelle dorsale apparaissant ensuite). Elles étaient servies manuellement. En plus, le MBR-2 pouvait transporter une charge militaire maximale de 300 kg, comprenant généralement des charges anti-sous-marines ou des mines.

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, le MBR-2 était l'hydravion standard de la marine soviétique. Il était avant tout déployé en mer Baltique et en mer Noire, où il remplissait des missions de reconnaissance et de sauvetage en mer. Il fut rapidement engagé dans le conflit, et subit des pertes sensibles. En effet, le MBR-2 était une proie facile pour les chasseurs adverses, son armement réduit et sa vitesse insuffisante ne le protégeant en rien des attaques. Étant le seul matériel disponible alors, il continua cependant être produit en série.

Environ 1 500 Beriev MBR-2 sortirent de l'usine de Taganrog, jusqu'à ce que les Allemands s'en emparent en 1941. Ces appareils demeurèrent en ligne durant toute la guerre, et même au-delà. Les derniers MBR-2 encore en service survécurent jusqu'aux années 1970, dans des missions de service public (notamment la surveillance des zones de pêche côtières de l'Union Soviétique). L'OTAN lui attribua le code Mote. Quelques appareils auraient aussi été livrés à la Corée du Nord. Cinq exemplaires eurent une carrière différente, au sein des forces aériennes finlandaises après qu'ils eurent été capturés en 1941.

On distingue plusieurs versions du MBR-2, Beriev ayant continué de développer l'appareil après la sortie de la première génération.

Versions principales :

- MBR-2 (également connu sous la désignation MBR-2M-17) : version initiale de production.

- MBR-2bis : version améliorée, remotorisée avec un AM.34 de 860 ch, pourvue d'une tourelle dorsale et d'une dérive agrandie

- MP-1 : version civile du MBR-2, qui effectua son premier vol en mai 1933. Mise en ligne par l'Aeroflot, en configuration transport de passagers (6 à 8) ou de fret (MP-1T)

- MP-1bis : version civile du MBR-2bis ; un exemplaire emporta plusieurs records du monde dans sa catégorie en mai 1937

D'autres tentatives eurent lieu pour remotoriser le MBR-2, mais elles ne donneront pas lieu à une production en série.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Beriev MBR.2 : Version initiale de production, également connu sous la désignation MBR-2M-17.
  • Beriev MBR.2Bis : Version améliorée, remotorisée avec un AM.34 de 860 ch, pourvue d'une tourelle dorsale et d'une dérive agrandie
  • Beriev MP-1 : Version civile du MBR-2
  • Beriev MP-1T : Version cargo du MP-1.
  • Beriev MP-1Bis : Version civile du MBR.2

Beriev MBR.2Bis voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse normale au décollage : 4 245 kg (9 359 lbs)
  • Masse à vide : 2 718 kg (5 992 lbs)
  • Surface alaire : 26,85 m² (289,011 sq. ft)
  • Hauteur : 4,4 m (14,436 ft)
  • Envergure : 18,9 m (62,008 ft)
  • Longueur : 13,5 m (44,291 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 248 km/h (154 mph, 134 kts)
  • Distance franchissable : 1 450 km (901 mi, 783 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 000 m (19 685 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 3,83 m/s (12,566 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 275 km/h (171 mph, 148 kts)
  • Charge alaire, à vide : 101,229 kg/m² (20,733 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 158,101 kg/m² (32,382 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en V Mikouline AM-34N
  • Puissance unitaire : 634 kW (862 ch, 850 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Re: Beriev MBR-2 à 27/10/2011 18:09 ciders
Tss. Tu es vraiment mal luné ces temps-ci. ^^
Re: Beriev MBR-2 à 28/10/2011 13:10 Clansman
Ah bon ? :S

En même temps, certaines fiches d'Avions-légendaires sont vraiment mal écrites.
Re: Beriev MBR-2 à 28/10/2011 14:28 ciders
Je ne dis pas le contraire. Mais cette histoire de MBR-2 m'agace et j'aimerais bien y voir plus clair.

Je vais modifier ma fiche dans le sens du Wiki russe. On verra bien ce que ça donne.
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 21:12 Clansman
Bon, j'ai fait plusieurs essais sur internet, notamment en tapant "beriev mote".

En gros, Be-2 = Mote pour l'OTAN, on peut oublier. Seul une liste non officielle, multicopié-collée d'ailleurs, donne cette équivalence.

Le code OTAN "Mote" renvoie au MBR.2 que tu viens de faire. En tapant Beriev Mote, on se rend compte que c'est bien le MBR.2 qui revient le plus souvent. Mais manifestement, il n'a jamais été renommé Be-2.

Le KOR.1 a lui bel et bien été renommé Be-2. En revanche, l'OTAN ne lui a jamais donné un nom de code. Donc pas "Mote". Les photos montrent bien que le MBR2 et le KOR1 sont 2 appareils bien distincts.

Cela répond-il à tes questions ?
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 21:15 ciders
Et finalement, Garfield met des chaussettes de quelle couleur ? ^^

Ca recoupe à peu près ce que j'ai vu de mon côté. Comme souvent, il y a dû y avoir une mauvaise retranscription d'un traducteur anglais-français, ou un raccourci savant d'un ficheur, et ça a crée de la confusion.
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 21:23 Clansman
Garfield ? Des chaussettes roses à pois vert. Tu ne voulais pas vraiment le savoir, mais tant pis. :mrgreen:

Aeroflight le confirme aussi :

http://www.aeroflight.co.uk/aircraft/types/beriev-mbr-2.htm

Dans les versions (zone grisée), il dit que le Be-2 a été associé par erreur au MBR.2bis, et qu'en réalité il s'agit du KOR-1.

Je crois que la cause est entendue. Je fais le nécessaire dans l'interface.
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 21:33 ciders
Ne me dis pas que tu as déjà intégré la fiche sur le site… Si ? oO
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 21:39 Clansman
Le Be-2 "Mote" était déjà sur le site, de l'époque où tous les codes OTAN ont été entrés.

Autrement dit, j'ai rien fait, tout ce que j'ai à faire, c'est une correction et un copié-collé. :mrgreen:

La fiche sur le site

292e fiche, tu vois, elle date pas d'hier. ;)
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 22:49 ciders
Tu vas finir par faire le site à toi tout seul. :o
Re: Beriev MBR-2 à 14/11/2011 23:15 Jericho

ciders a écrit

Tu vas finir par faire le site à toi tout seul. :o

Ouais, faudrait pas le laisser s'erreinter à faire toutes les fiches seul…
Allez, puisque j'ai signé pour être contributeur, je m'engage pour faire au moins 1% des fiches sur les appareils! (avions et hélicos, bien sûr)

Si ça c'est pas de l'engagement… j'm'y connais pas! [/size:170jgcbk] :D
Re: Beriev MBR-2 à 15/11/2011 05:34 Trident
Il faudrait surtout une version anti trust dans le réglèment du site où Clans devra s'engager à laisser aux autres contributeurs 1% des fiches. :mrgreen:
Re: Beriev MBR-2 à 15/11/2011 08:47 Jericho

Trident a écrit

Il faudrait surtout une version anti trust dans le réglèment du site où Clans devra s'engager à laisser aux autres contributeurs 1% des fiches. :mrgreen:

Tu as raison, ne nous laissons pas faire!

Qu'est-ce qu'on peut exiger comme conditions de travail?


(mais va falloir se dépêcher avant qu'il les ait toutes finies…)[/size:3nhanb3o] :D
Re: Beriev MBR-2 à 16/11/2011 12:42 Clansman

Trident a écrit

Il faudrait surtout une version anti trust dans le réglèment du site où Clans devra s'engager à laisser aux autres contributeurs 1% des fiches. :mrgreen:

1% chacun ou 1% pour tous ? :mrgreen:
Re: Beriev MBR-2 à 16/11/2011 12:45 Jericho

Clansman a écrit

Trident a écrit

Il faudrait surtout une version anti trust dans le réglèment du site où Clans devra s'engager à laisser aux autres contributeurs 1% des fiches. :mrgreen:

1% chacun ou 1% pour tous ? :mrgreen:

Euh… j'ai promis de ne plus parler de ça… au moins pour aujourd'hui… [/size:24i7mx31] :bonnet:
Re: Beriev MBR-2 à 16/11/2011 13:13 Trident

Clansman a écrit

Trident a écrit

Il faudrait surtout une version anti trust dans le réglèment du site où Clans devra s'engager à laisser aux autres contributeurs 1% des fiches. :mrgreen:

1% chacun ou 1% pour tous ? :mrgreen:

C'est évident je crois …………….1% pour tous[/size:2786n12h] :bonnet:
Re: Beriev MBR-2 à 19/11/2011 17:12 touratier
Bonjour D'apres "crimso.msk.ru"
Le MBR 2 DE 1935 EST AUSSI LE mp 1
le plan 3 vues est different de celui de "aviastar"
version differente
Re: Beriev MBR-2 à 19/11/2011 17:26 touratier
Re Bonjour
et sur "airwar.ru" je trouve le BE2 aussi KOR 1 de 1936

2 avions bien differents !
Ces sites Russe sont bien…….mais en Russe
Bye

Ps Je suis nouveau, retraité de l'aeronautique
J'habite a Montauban 82000.
Re: Beriev MBR-2 à 19/11/2011 18:05 ciders
Si le site est russophone, ça ne pose pas encore trop de problèmes. Avec un bon dictionnaire à portée de main, ça reste traduisible dans les grandes lignes.

Merci du tuyau ! :)
Re: Beriev MBR-2 à 19/11/2011 21:51 d9pouces
(bienvenue, au passage ! )

ciders > tu as suffisamment de souvenirs de russe, ou c'est parce que tu passes par Google Translate ?
Re: Beriev MBR-2 à 19/11/2011 21:54 ciders
Mon russe universitaire ne me permet plus grand chose. Je passe par mes deux dictionnaires, mais surtout par une application de Mozilla dont je pense le plus grand bien (ImTranslator).

Après, pour rentrer dans les détails, c'est souvent trop juste (et dans ce cas, je passe par des sites anglophones, voire germanophones). Pour récupérer des données techniques, ça peut suffire.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires