Rappels

Histoire de l'appareil

A l'automne 1943, Iliouchine réfléchit à un successeur au Li-2, la copie locale du DC-3. Le projet était une initiative d'Iliouchine, et non une commande de l’État. Il reprenait la configuration du Li-2 dans ses grandes lignes (bimoteur, ailes basses, empennages classiques et structure métallique), mais avec un train tricycle et non plus classique. Cela permettait une meilleure visibilité au sol ou à l'atterrissage.

Les caractéristiques attendues étaient les suivantes : fuselage pressurisé accueillant 29 passagers, vitesse de croisière de 400 km/h et autonomie de 5000 km. 2 moteurs M-88B, ceux de l'Il-4, étaient prévus. De plus, l'appareil devait pouvoir opérer dans les conditions difficiles de l'URSS. Mais elles furent revues à la baisse lors de l'étude : les M-88B furent remplacés par des ACh-31 diesel de 1500 ch, le fuselage ne fut plus pressurisé et le nombre de sièges tomba à 27.

Le vol inaugural eut lieu le 15 août 1945. Les moteurs furent de nouveau échangés, cette fois contre des Shvetsov ASh-82FN. L'avion vola avec ces moteurs pour la première fois le 9 janvier 1946. L'appareil rencontra un bon nombre de problèmes au cours de ses essais, dont une sous-motorisation, des vibrations, et l'usage de magnésium près des moteurs entraîna des incendies. Après un crash, des alliages d'aluminium furent utilisés. Une fois ces problèmes réglés, l'appareil se révéla bon pour une production en série, qui démarra en 1946.

Le fuselage de l'appareil était suffisamment grand pour envisager d'emporter 32 soldats ou parachutistes, voire autant de passagers dans une version civile. Mais Aeroflot limita le nombre de sièges à 21, voire 18, ce qui le rendait peu rentable. Son équipage, lui, était de 4 personnes.

Il fut dévoilé le 1er mai 1947, lors du défilé au-dessus de la Place Rouge à Moscou. L'OTAN le surnomma "Coach". Les tests furent terminés le 20 du même mois, et Aeroflot le mit en service dès le mois de juin. Sa carrière internationale commença en 1948, lorsqu'il relia Moscou à Sofia. Il eut pour destination Paris à partir de 1954.

Il servit sur la ligne la plus étendue en URSS : celle entre Moscou et Khabarovsk (à 800 km de Vladivostok), ce qui représente 8500 km, soit 28 heures de vol, avec 5 escales pour ravitaillement. A partir de 1956, des Il-12 ravitaillèrent des expéditions en Antarctique. Aeroflot le retira du service dans les années 1970. Entretemps, il a été vendu à des compagnies comme LOT (dès 1948), Czech Airlines, TAROM et la CAAC.

Il en existe 4 variantes : l'Il-12A, version de base dont la configuration passagers était de 27 sièges. Elle était disponible en 6, 11, 16, 18, 21 et 32 sièges.

L'Il-12B était pourvu d'un système de dégivrage plus performant. Il apparut dès 1948.

L'Il-12D était la version militaire, vendue dès 1948 à la force aérienne soviétique. Elle emportait 38 parachutistes ou 3700 kg de fret. Elle se caractérisait par une double porte cargo à l'avant gauche du fuselage, ainsi que des mitrailleuses.

L'Il-12T était la version destinée aux opérations en milieu polaire, avec une grande porte cargo sur le côté gauche du fuselage.

L'Il-12 servit au sein de la VVS et de la marine soviétique. Des exemplaires furent vendus à l'armée chinoise. La Chine utilisa 42 Il-12, dont des avions de ligne de la CAAC, lors du pont aérien entre 1950 et 1951 vers Lhassa lors du rattachement du Tibet à la Chine. La Chine le retira en 1986.

663 Il-12 furent construits (dont 250 civils, selon certaines sources) jusqu'en 1953. 11 exemplaires furent perdus par accidents. Un Il-12 de la marine soviétique eut le douteux privilège d'avoir été le dernier avion abattu lors de la guerre de Corée, et ce par un F-86. C'était le 27 juillet 1953 et cela entraîna la mort des 21 personnes à bord.

L'Il-12 fut le premier d'une lignée d'avions de transport civil conçus et construits par Iliouchine. Il servira de base au Il-14, plus abouti.

Versions référencées

  • Iliouchine Il-12A : Version de base.
  • Iliouchine Il-12B : Version améliorée destinée à des compagnies aériennes extra-nationales.
  • Iliouchine Il-12D : Version de transport militaire.
  • Iliouchine Il-12T : Version modifiée pour opérer en milieu polaire.

Iliouchine Il-12B voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 17 250 kg (38 030 lbs)
  • Masse à vide : 11 045 kg (24 350 lbs)
  • Surface alaire : 103 m² (1 109 sq. ft)
  • Hauteur : 8,07 m (26,476 ft)
  • Envergure : 31,7 m (104,003 ft)
  • Longueur : 21,31 m (69,915 ft)

Performances

  • Endurance maximale : 4,5 h
  • Distance franchissable : 1 500 km (932 mi, 810 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 500 m (21 325 ft)
  • Vitesse maximale HA : 407 km/h (253 mph, 220 kts)
  • Charge alaire, à vide : 107,233 kg/m² (21,963 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 167,476 kg/m² (34,302 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 moteurs à cylindres en étoile Shvetsov ASh-82FN
  • Puissance unitaire : 1 380 kW (1 876 ch, 1 850 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Il-12 Coach à 04/03/2012 21:35 Clansman
A l'automne 1943, Iliouchine réfléchit à un successeur au Li-2, la copie locale du DC-3. Le projet était une initiative d'Iliouchine, et non une commande de l'Etat. Il reprenait la configuration du Li-2 dans ses grandes lignes (bimoteur, ailes basses, empennages classiques et structure métallique), mais avec un train tricycle et non plus classique. Cela permettait une meilleure visibilité au sol ou à l'atterrissage.

Les caractéristiques attendues étaient les suivantes : fuselage pressurisé accueillant 29 passagers, vitesse de croisière de 400 km/h et autonomie de 5000 km. 2 moteurs M-88B, ceux du Il-4, étaient prévus. De plus, l'appareil devait pouvoir opérer dans les conditions difficiles de l'URSS. Mais elles furent revues à la baisse lors de l'étude : les M-88B furent remplacés par des ACh-31 diesel de 1500 ch, le fuselage ne fut plus pressurisé et le nombre de sièges tomba à 27.

Le vol inaugural eut lieu le 15 août 1945. Les moteurs furent de nouveau échangés, cette fois contre des Shvetsov ASh-82FN. L'avion vola avec ces moteurs pour la première fois le 9 janvier 1946. L'appareil rencontra pas mal de problèmes au cours de ses essais, dont une sous-motorisation, des vibrations, et l'usage de magnésium près des moteurs entraîna des incendies. Après un crash, des alliages d'aluminium furent utilisés. Une fois ces problèmes réglés, l'appareil se révéla bon pour une production en série, qui démarra en 1946.

Le fuselage de l'appareil était suffisamment grand pour envisager d'emporter 32 soldats ou parachutistes, voire autant de passagers dans une version civile. Mais Aeroflot limita le nombre de sièges à 21, voire 18, ce qui le rendait peu rentable. Son équipage, lui, était de 4 personnes.

Il fut dévoilé le 1er mai 1947, lors du défilé au-dessus de la Place Rouge à Moscou. L'OTAN le surnomma "Coach". Les tests furent terminés le 20 du même mois, et Aeroflot le mit en service dès le mois de juin. Sa carrière internationale commença en 1948, lorsqu'il relia Moscou à Sofia. Il eut pour destination Paris à partir de 1954.

Il servit sur la ligne la plus étendue en URSS : celle entre Moscou et Khabarovsk (à 800 km de Vladivostok), ce qui représente 8500 km, soit 28 heures de vol, avec 5 escales pour ravitaillement. A partir de 1956, des Il-12 ravitaillèrent des expéditions en Antarctique. Aeroflot le retira du service dans les années 1970. Entretemps, il a été vendu à des compagnies comme LOT (dès 1948), Czech Airlines, TAROM et la CAAC.

Il en existe 4 variantes : l'Il-12A, version de base dont la configuration passagers était de 27 sièges. Elle était disponible en 6, 11, 16, 18, 21 et 32 sièges.

L'Il-12B était pourvu d'un système de dégivrage plus performant. Il apparut dès 1948.

L'Il-12D était la version militaire, vendue dès 1948 à la force aérienne soviétique. Elle emportait 38 parachutistes ou 3700 kg de fret. Elle se caractérisait par une double porte cargo à l'avant gauche du fuselage, ainsi que des mitrailleuses.

L'Il-12T était la version destinée aux opérations en milieu polaire, avec une grande porte cargo sur le côté gauche du fuselage.

L'Il-12 servit au sein de la VVS et de la marine soviétique. Des exemplaires furent vendus à l'armée chinoise. La Chine utilisa 42 Il-12, dont des avions de ligne de la CAAC, lors du pont aérien entre 1950 et 1951 vers Lhassa lors du rattachement du Tibet à la Chine. La Chine le retira en 1986.

663 Il-12 furent construits (2 à 3000 exemplaires, dont 250 civils, selon certaines sources) jusqu'en 1953. 11 exemplaires furent perdus par accidents. Un Il-12 de la marine soviétique eut le douteux privilège d'avoir été le dernier avion abattu lors de la guerre de Corée, et ce par un F-86. C'était le 27 juillet 1953 et cela entraîna la mort des 21 personnes à bord.

L'Il-12 fut le premier d'une lignée d'avions de transport civil conçus et construits par Iliouchine. Il servira de base au Il-14, plus abouti.


La fiche sur le site


http://fr.wikipedia.org/wiki/Iliouchine_Il-12

http://jn.passieux.free.fr/html/Il12.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Ilyushin_Il-12

http://www.oldprops.ukhome.net/IL14.htm

http://www.globalsecurity.org/military/world/russia/il-12.htm

http://www.aviastar.org/air/russia/il-12.php

http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_il12_en.php

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraft_genericsearch=Ilyushin%20Il-12

http://jetphotos.net/showphotos.php?aircraft=Ilyushin%20IL-12
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires