Rappels

Histoire de l'appareil

Dans les années 1960, la firme HFB (Hamburger Flugzeugbau) conçut un avion d'affaires. Celui-ci, doté de deux réacteurs à l'arrière du fuselage et d'une dérive en T, se caractérisait essentiellement par sa voilure en flèche inversée de 15°. L'emplanture des ailes étant placée à l'arrière, cela permettait d'agrandir la cabine, prévue pour une dizaine de passagers, entre 7 et 12. Un bidon était installé au bout de chaque aile.

Sa construction était entièrement métallique. La cabine, large de 2,06 m, est accessible par une porte à l'avant gauche, séparée en 2 parties. La partie basse contient un escalier. Les commandes de vol sont manuelles, les aérofreins, placés sur et sous les ailes, à commandes hydrauliques. Le train d'atterrissage, tricycle, s'escamote entièrement dans le fuselage. La roulette avant est orientable.

L'appareil effectua son vol inaugural le 21 avril 1964. Une partie des essais se déroula en Espagne, afin de bénéficier du temps plus clément. Le prototype V1 fut perdu lors d'un essai en vrille le 12 mai 1965, tuant le pilote d'essais en chef de la HFB. L'accident fut imputé à la dérive et entraîna des modifications. Un deuxième prototype, V2, fut construit et vola le 19 octobre 1964.

L'appareil ne fut vendu qu'à 45 exemplaires, dont les 15 premiers furent pourvus de réacteurs CJ610-1 de 1294 kgp, dépourvus d'inverseurs de poussée. Les 20 suivants reçurent des CJ610-5 de 1340 kgp, et les derniers des CJ610-9 de 1406 kgp. Ils furent essentiellement vendus à des hommes d'affaires, ainsi qu'à Midwest Air Charter aux USA. La production démarra en mai 1965 et le premier appareil de série vola le 2 février 1966. La certification intervint en 1967, la première livraison en mars 1968. En 1969, HFB fut absorbé par MBB, qui se chargea de l'entretien et de la remise à niveau des équipements. MBB se détourna du marché civil, très concurrencé, pour se tourner vers le marché militaire. Il proposa des versions d'évacuation sanitaire, de liaison, de transport civil, d'entraînement, de calibration radar, mais en vain.

Son échec fut certainement dû à la fois à la forme inhabituelle de ses ailes et de la concurrence du Mystère 20, du DH-125 ou des premiers Learjet. Il fut malgré tout le premier avion d'affaires allemand à être construit en série, ses congénères étant restés au stade de projets. La production se termina en 1973.

La Luftwaffe en reçut 16 exemplaires, commandés en 1963. 2 appareils furent évalués en 1966 par le Est61 à Oberpfaffenhoffen. Elle en utilisa 2 versions : l'une pour le transport de VIP au sein de la Flugbereitschaft (6 exemplaires, livrés à partir de 1969). L'autre à l'entraînement à la guerre électronique au sein de la 3e escadrille du régiment de chasseurs-bombardiers JaBoG 32, basé à Lechfeld. C'étaient les 8 derniers exemplaires construits, WN1058 à 1065. Ils furent livrés entre août 1976 et avril 1982. Ils furent surnommés Nasenbär (nasique) à cause de la forme caractéristique du radôme du nez, aplati en dessous. Cette version disposait de 3 radômes : un dans le nez, un sous le ventre vers l'emplanture des ailes, et un sous la dérive, ainsi que de nombreuses antennes.

Sur les 47 appareils produits (2 prototypes et 45 appareils de série), 9 furent perdus par accidents, dont 6 mortels. Mais la quasi-totalité est imputée aux pilotes. La Luftwaffe retira son dernier exemplaire du service le 24 juin 1994. L'un de ces appareils est exposé au Musée du Bourget, un autre au musée aéronautique de Berlin-Gatow. Le 5e appareil de série est actuellement restauré pour être remis en état de vol.

Versions référencées

  • HFB 320 ECM : Version servant à l'entraînement à la guerre électronique, 8 exemplaires.
  • HFB 320M : Version de transport VIP pour la Luftwaffe, 6 exemplaires.
  • HFB 320 : Version de base, servant de jet d'affaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

HFB 320 ECM voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 9 199 kg (20 280 lbs)
  • Masse à vide : 5 425 kg (11 960 lbs)
  • Surface alaire : 30,1 m² (323,994 sq. ft)
  • Hauteur : 4,9 m (16,076 ft)
  • Envergure : 14,49 m (47,539 ft)
  • Longueur : 16,61 m (54,495 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 2 414 km (1 500 mi, 1 303 nm)
  • Plafond opérationnel : 11 600 m (38 058 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 21,6 m/s (70,866 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 825 km/h (513 mph, 445 kts)
  • Charge alaire, à vide : 180,233 kg/m² (36,915 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 305,615 kg/m² (62,595 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs General Electric CJ610-9
  • Puissance unitaire : 1 406 kgp (14 kN, 3 100 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
HFB-320 Hansa Jet à 01/08/2011 11:57 Clansman
Dans les années 1960, la firme HFB (Hamburger Flugzeugbau) conçut un avion d'affaires. Celui-ci, doté de deux réacteurs à l'arrière du fuselage et d'une dérive en T, se caractérisait essentiellement par sa voilure en flèche inversée de 15°. L'emplanture des ailes étant placée à l'arrière, cela permettait d'agrandir la cabine, prévue pour une dizaine de passagers, entre 7 et 12. Un bidon était installé au bout de chaque aile.

Sa construction était entièrement métallique. La cabine, large de 2,06 m, est accessible par une porte à l'avant gauche, séparée en 2 parties. La partie basse contient un escalier. Les commandes de vol sont manuelles, les aérofreins, placés sur et sous les ailes, à commandes hydrauliques. Le train d'atterrissage, tricycle, s'escamote entièrement dans le fuselage. La roulette avant est orientable.

L'appareil effectua son vol inaugural le 21 avril 1964. Une partie des essais se déroula en Espagne, afin de bénéficier du temps plus clément. Le prototype V1 fut perdu lors d'un essai en vrille le 12 mai 1965, tuant le pilote d'essais en chef de la HFB. L'accident fut imputé à la dérive et entraîna des modifications. Un deuxième prototype, V2, fut construit et vola le 19 octobre 1964.

L'appareil ne fut vendu qu'à 45 exemplaires, dont les 15 premiers furent pourvus de réacteurs CJ610-1 de 1294 kgp, dépourvus d'inverseurs de poussée. Les 20 suivants reçurent des CJ610-5 de 1340 kgp, et les derniers des CJ610-9 de 1406 kgp. Ils furent essentiellement vendus à des hommes d'affaires, ainsi qu'à Midwest Air Charter aux USA. La production démarra en mai 1965 et le premier appareil de série vola le 2 février 1966. La certification intervint en 1967, la première livraison en mars 1968. En 1969, HFB fut absorbé par MBB, qui se chargea de l'entretien et de la remise à niveau des équipements. MBB se détourna du marché civil, très concurrencé, pour se tourner vers le marché militaire. Il proposa des versions d'évacuation sanitaire, de liaison, de transport civil, d'entraînement, de calibration radar, mais en vain.

Son échec fut certainement dû à la fois à la forme inhabituelle de ses ailes et de la concurrence du Mystère 20, du DH-125 ou des premiers Learjet. Il fut malgré tout le premier avion d'affaires allemand à être construit en série, ses congénères étant restés au stade de projets. La production se termina en 1973.

La Luftwaffe en reçut 16 exemplaires, commandés en 1963. 2 appareils furent évalués en 1966 par le Est61 à Oberpfaffenhoffen. Elle en utilisa 2 versions : l'une pour le transport de VIP au sein de la Flugbereitschaft (8 exemplaires, livrés à partir de 1969). L'autre à l'entraînement à la guerre électronique au sein de la 3e escadrille du régiment de chasseurs-bombardiers JaBoG 32, basé à Lechfeld. C'étaient les 8 derniers exemplaires construits, WN1058 à 1065. Ils furent livrés entre août 1976 et avril 1982. Ils furent surnommés Nasenbär (nasique) à cause de la forme caractéristique du radôme du nez, aplati en dessous.

Sur les 47 appareils produits (2 prototypes et 45 appareils de série), 9 furent perdus par accidents, dont 6 mortels. Mais la quasi-totalité est imputée aux pilotes. La Luftwaffe retira son dernier exemplaire du service le 24 juin 1994. L'un de ces appareils est exposé au Musée du Bourget, un autre au musée aéronautique de Berlin-Gatow. Le 5e appareil de série est actuellement restauré pour être remis en état de vol.


La fiche sur le site


http://fr.wikipedia.org/wiki/HFB_320_Hansajet

http://www.lesavions.net/index.php?option=com_content&task=view&id=46&Itemid=1

http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/index.php?option=com_content&view=article&id=104:mbb-hfb-320-hansa-nd1024-d-carq&catid=43:tarmac&Itemid=54

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=de&u=http://www.hansajet.de/&ei=r2U2TpnXOYil-gbH3vn8DA&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=4&ved=0CEkQ7gEwAw&prev=/search%3Fq%3Dhfb-320%26hl%3Dfr%26biw%3D1912%26bih%3D942%26prmd%3Divns

http://en.wikipedia.org/wiki/HFB-320_Hansa_Jet

http://www.aviastar.org/air/germany/mbb-320.php

http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_hfb320_en.php

http://jetphotos.net/showphotos.php?aircraft=MBB%20HFB-320%20Hansa-Jet
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires