Rappels

Histoire de l'appareil

Avion de transport à ailes basses, empennage en T, train d’atterrissage tricycle, propulsé par deux turboréacteurs situés de chaque côté de l’arrière du fuselage et pouvant emporter, selon la version, jusqu’à 85 passagers.

Désirant un appareil complémentaire à son F.27, Fokker lance en 1960 l’étude d’un appareil propulsé par turboréacteurs. Il était prévu de faire un appareil de 44 sièges, mais rapidement, les calculs ont démontrés que pour être rentable, il fallait au minimum 60 sièges. De plus, les compagnies aériennes ont fait pression pour un appareil pouvant transporter plus de passagers, avec une répartition des sièges en 2+3 autour du couloir central.

La première annonce officielle sur la conception de l’appareil est faite au Salon de Hanovre, le 28 avril 1962. Les premiers dessins montrent des ailes droites et un train d’atterrissage avant munis de deux roues en tandem, une configuration abandonnée par la suite pour des roues en diabolo.
Pour le propulser, c’est des turboréacteurs Bristol Siddeley BS.75 qui sont prévus, mais au final l’appareil est équipé de deux Rolls-Royce RB183-2 Spey de 3’294kgp chacun.

Fokker lance un concours au sein de l’entreprise pour trouver un nom à son nouvel appareil, c’est ainsi que le nom de « Fellowship » lui a été trouvé.

La fabrication du premier prototype débute en 1964.
Il prend l’air pour la première fois le 9 mai 1967 à 5h19, à l’aéroport de Schiphol. L’équipage est constitué des pilotes d’essais Jas Moll et Abe van der Schraaf et de l'ingénieur de vol Kees Dik. L’immatriculation de l’appareil est PH-JHG, les trois dernières lettres ont été choisies selon les initiales de la dessinatrice en chef de Fokker, le Dr J.H. Greidanus.
Le 3 août 1967, c’est le second prototype (PH-WEV) qui fait son premier vol, suivit du troisième prototype (PH-MOL) le 20 octobre de la même année.
Au total, les trois prototypes effectuent un programme de vol de 615 heures, plus encore 165 heures pour les certifications.

Le comportement de l’appareil est très satisfaisant de même que ses performances. Il reçoit sa certification européenne le 24 février 1969 et le mois suivant sa certification américaine.

Les commandes arrivent rapidement, mais en petites quantités.

Plusieurs entreprises collaborent à la fabrication du F28. Fokker fabrique le nez, le fuselage central et la structure des ailes. MBB et Fokker-VFM fabriquent l’avant et l’arrière du fuselage, ainsi que la queue de l’appareil. Short Brothers fabrique le revêtement des ailes. L’assemblage final de l’appareil étant fait aux Pays-Bas, à l’aéroport de Schiphol. Les gouvernements néerlandais et allemands prennent également part économiquement au projet.

Les différentes versions ont toutes en commun le fuselage pressurisé de 3,10 mètres de large et 2,02 mètres de haut.

L’empennage en forme de T permet de libérer l’arrière du fuselage pour y installer les deux réacteurs Rolls Royce Spey. Ces derniers sont démunis d’inverseurs de poussée, ce qui permet de diminuer la consommation de carburant et surtout de diminuer les coûts d’entretient.
L’installation des moteurs très en arrière permet de diminuer le bruit dans la cabine tout en permettant de placer les ailes, possédant une très légère flèche, en position basse. Elles sont également munies de dégivreurs à air chaud sur leurs bords d’attaque.
De puissants aérofreins sont situés de chaque côté à l’extrémité arrière du fuselage.
Le train d’atterrissage est de type tricycle. Le train avant se rétracte à l’avant du fuselage alors que le train principal prend place dans les ailes.
Les commandes de vols sont entièrement assistées.
Un APU (unité de puissance auxiliaire) a été monté dans l’arrière du fuselage pour obtenir suffisamment de puissance électrique pour le démarrage des moteurs, ainsi que pour la pression hydraulique et la climatisation lorsque l’appareil est au sol.

La plupart des versions se différencient entre elles par la longueur de leurs fuselages. Certaines versions, les Mk500 et 600 ont une envergure plus importante, avec des becs de bord d’attaque sur toute leur longueur, mais elles ont été rapidement abandonnées.

Des versions équipées d’une seconde porte large de 2,49 mètres pour le chargement de fret, située juste en arrière de la porte d’entrée des passagers, sont également proposées. Elles sont désignées par un « C ».

Pour d’autres clients, Fokker développe un système de palettes, plus étroites, permettant d’être chargées par la porte d’accès des passagers.

Un certain nombre de ces Fokker F28 sont aménagés pour le transport de hautes personnalités.

Un de ces appareils VIP, propriété du gouvernement argentin, s’est posé le 28 juillet 1973 près de la base argentine de Marambio, devenant ainsi le premier jet à se poser sur le continent antarctique, par une température relativement clémente de -23°C. Mais ce n’était qu’un test : le 10 août suivant l’appareil a réédité cette performance, avec cette fois-ci le président argentin et certains de ses ministres à bord. C’était la première fois qu’un chef d’état se posait sur ce continent.

Les chaines de production du F.28 sont modifiées à partir de 1986, afin de fabriquer la nouvelle version, le F.28-0100, qui sera renommé plus tard Fokker 100. En tout, 243 F.28 sont fabriqués, la plupart pour des compagnies aériennes civiles.
Durant leurs carrières, les Fokker F.28 ont été victimes de 17 accidents, dont 14 mortels.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Fokker F28-1000 : Version dotée de 2 turboréacteurs Rolls Royce RB.183-2 Spey de 4465 kgp chacun.
  • Fokker F28-1000C : Version cargo du F28-1000. 4 exemplaires.
  • Fokker F28-2000 : Fuselage allongé.
  • Fokker F28-3000 : Cockpit modernisé, intérieur réaménagé.
  • Fokker F28-3000C : Version cargo du F28-3000.
  • Fokker F28-4000 : deux réacteur Rolls Royce RB183 Spey 555-15 de 4’485 kgp.
  • Fokker F28-5000 : Envergure plus grande, jamais fabriqué.
  • Fokker F28-6000 : deux Rolls Royce RB183 Spey 555-15H.
  • Fokker F28-6600 : Version rallongée du F28-6000.
  • Fokker FH.228 : Version 50 sièges propulsée par deux turboréacteurs Rolls Royce RB.203 Trent de 4’536kgp. Proposée aux USA en collaboration avec l’entreprise Fairchild Hiller, deux prototypes volent en 1967, mais le projet est abandonné en 1968.
  • Fokker F28 COD : Projet d’appareil embarqué pour remplacer les Grumman C-2A Greyhound.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Fokker F28-4000 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 33 000 kg (72 753 lbs)
  • Surface alaire : 78,97 m² (850,026 sq. ft)
  • Hauteur : 8,47 m (27,789 ft)
  • Envergure : 25,07 m (82,251 ft)
  • Longueur : 29,62 m (97,178 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 670 km/h (416 mph, 362 kts)
  • Vitesse de croisière maximum : 843 km/h (524 mph, 455 kts)
  • Distance franchissable : 2 590 km (1 609 mi, 1 398 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 839 m (28 999 ft)
  • Charge alaire, au décollage : 417,88 kg/m² (85,589 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 turbofans Rolls-Royce RB183-2 Spey Junior Mk 155-15P
  • Puissance unitaire : 4 491 kgp (44 kN, 9 900 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Fokker F28 « Fellowship » à 07/06/2012 10:01 Jericho
Avion de transport à ailes basses, empennage en T, train d’atterrissage tricycle, propulsé par deux turboréacteurs situés de chaque côté de l’arrière du fuselage et pouvant emporter, selon la version, jusqu’à 85 passagers.

Désirant un appareil complémentaire à son F.27, Fokker lance en 1960 l’étude d’un appareil propulsé par turboréacteurs. Il était prévu de faire un appareil de 44 sièges, mais rapidement, les calculs ont démontrés que pour être rentable, il fallait au minimum 60 sièges. De plus, les compagnies aériennes ont fait pression pour un appareil pouvant transporter plus de passagers, avec une répartition des sièges en 2+3 autour du couloir central.

La première annonce officielle sur la conception de l’appareil est faite au Salon de Hanovre, le 28 avril 1962. Les premiers dessins montrent des ailes droites et un train d’atterrissage avant munis de deux roues en tandem, une configuration abandonnée par la suite pour des roues en diabolo.
Pour le propulser, c’est des turboréacteurs Bristol Siddeley BS.75 qui sont prévus, mais au final l’appareil est équipé de deux Rolls-Royce RB183-2 Spey de 3’294kgp chacun.

Fokker lance un concours au sein de l’entreprise pour trouver un nom à son nouvel appareil, c’est ainsi que le nom de « Fellowship » lui a été trouvé.

La fabrication du premier prototype débute en 1964.
Il prend l’air pour la première fois le 9 mai 1967 à 5h19, à l’aéroport de Schiphol. L’équipage est constitué des pilotes d’essais Jas Moll et Abe van der Schraaf et de l'ingénieur de vol Kees Dik. L’immatriculation de l’appareil est PH-JHG, les trois dernières lettres ont été choisies selon les initiales de la dessinatrice en chef de Fokker, le Dr J.H. Greidanus.
Le 3 août 1967, c’est le second prototype (PH-WEV) qui fait son premier vol, suivit du troisième prototype (PH-MOL) le 20 octobre de la même année.
Au total, les trois prototypes effectuent un programme de vol de 615 heures, plus encore 165 heures pour les certifications.

Le comportement de l’appareil est très satisfaisant de même que ses performances. Il reçoit sa certification européenne le 24 février 1969 et le mois suivant sa certification américaine.

Les commandes arrivent rapidement, mais en petites quantités.

Plusieurs entreprises collaborent à la fabrication du F28. Fokker fabrique le nez, le fuselage central et la structure des ailes. MBB et Fokker-VFM fabriquent l’avant et l’arrière du fuselage, ainsi que la queue de l’appareil. Short Brothers fabrique le revêtement des ailes. L’assemblage final de l’appareil étant fait aux Pays-Bas, à l’aéroport de Schiphol. Les gouvernements néerlandais et allemands prennent également part économiquement au projet.

Les différentes versions ont toutes en commun le fuselage pressurisé de 3,10 mètres de large et 2,02 mètres de haut.

L’empennage en forme de T permet de libérer l’arrière du fuselage pour y installer les deux réacteurs Rolls Royce Spey. Ces derniers sont démunis d’inverseurs de poussée, ce qui permet de diminuer la consommation de carburant et surtout de diminuer les coûts d’entretient.
L’installation des moteurs très en arrière permet de diminuer le bruit dans la cabine tout en permettant de placer les ailes, possédant une très légère flèche, en position basse. Elles sont également munies de dégivreurs à air chaud sur leurs bords d’attaque.
De puissants aérofreins sont situés de chaque côté à l’extrémité arrière du fuselage.
Le train d’atterrissage est de type tricycle. Le train avant se rétracte à l’avant du fuselage alors que le train principal prend place dans les ailes.
Les commandes de vols sont entièrement assistées.
Un APU (unité de puissance auxiliaire) a été monté dans l’arrière du fuselage pour obtenir suffisamment de puissance électrique pour le démarrage des moteurs, ainsi que pour la pression hydraulique et la climatisation lorsque l’appareil est au sol.

La plupart des versions se différencient entre elles par la longueur de leurs fuselages. Certaines versions, les Mk500 et 600 ont une envergure plus importante, avec des becs de bord d’attaque sur toute leur longueur, mais elles ont été rapidement abandonnées.

Des versions équipées d’une seconde porte large de 2,49 mètres pour le chargement de fret, située juste en arrière de la porte d’entrée des passagers, sont également proposées. Elles sont désignées par un « C ».

Pour d’autres clients, Fokker développe un système de palettes, plus étroites, permettant d’être chargées par la porte d’accès des passagers.

Un certain nombre de ces Fokker F28 sont aménagés pour le transport de hautes personnalités.

Un de ces appareils VIP, propriété du gouvernement argentin, s’est posé le 28 juillet 1973 près de la base argentine de Marambio, devenant ainsi le premier jet à se poser sur le continent antarctique, par une température relativement clémente de -23°C. Mais ce n’était qu’un test : le 10 août suivant l’appareil a réédité cette performance, avec cette fois-ci le président argentin et certains de ses ministres à bord. C’était la première fois qu’un chef d’état se posait sur ce continent.

Les chaines de production du F.28 sont modifiées à partir de 1986, afin de fabriquer la nouvelle version, le F.28-0100, qui sera renommé plus tard Fokker 100. En tout, 243 F.28 sont fabriqués, la plupart pour des compagnies aériennes civiles.
Durant leurs carrières, les Fokker F.28 ont été victimes de 17 accidents, dont 14 mortels.


Versions :

F.28-1000 : Le prototype vole pour la première fois le 9 mai 1967, propulsé par 2 turboréacteurs Rolls Royce RB.183-2 Spey de 4’465kgp chacun. D’une longueur de 27,40 mètres et avec une masse maximale au décollage de 28’123kg, l’appareil peut emporter jusqu’à 65 passagers sur 1900 kilomètres. 97 appareils fabriqués.

F.28-1000C : Version cargo du F.28-1000 équipé d’une porte facilitant le chargement d’objet volumineux, même motorisation et même dimensions. Premier vol le 26 novembre 1973, 4 appareils fabriqués.

F.28-2000 : Premier vol le 28 avril 1971. Le fuselage est allongé (29,61 mètres), permettant l’emport de 79 passagers sur 1350 kilomètres. 9 appareils fabriqués.

F.28-3000 : Fuselage identique à la version F.28-1000, mais le cockpit est modernisé et l’aménagement intérieur revu. L’envergure est augmentée et la voilure renforcée. Motorisé par le réacteur Rolls Royce RB183 Spey 555-15 de 4’485kgp, plus silencieux. Il peut transporter jusqu’à 65 passagers. Il effectue sont premier vol le 1er mars 1977, 17 appareils fabriqués.

F.28-3000C : Version cargo du F.28-3000 équipé d’une porte facilitant le chargement d’objet volumineux, même motorisation et même dimensions, premier vol le 2 mai 1978. 2 appareils fabriqués.

F.28-4000 : Premier vol le 20 octobre 1976, il bénéficie du fuselage allongé du F.28-2000. L’envergure est augmentée et la voilure renforcée. Le cockpit est modernisé et l’aménagement intérieur revu. Motorisé par le réacteur Rolls Royce RB183 Spey 555-15 de 4’485kgp. Il peut transporter jusqu’à 85 passagers. 112 appareils fabriqués.

F.28-5000 : Version améliorée de la version F.28-1000. Les ailes ont une envergure plus importante et sont munies de becs de bord d’attaque améliorant les performances de décollage et d’atterrissage. Motorisé par des réacteurs Rolls Royce RB183 Spey 555-15H, il peut transporter jusqu’à 65 passagers. Aucun appareil fabriqué.

F.28-6000 : Premier vol le 10 juillet 1975, c’est une version améliorée de la version F.28-2000. Les ailes ont une envergure plus importante et sont munies de becs de bord d’attaque améliorant les performances de décollage et d’atterrissage. Motorisé par des réacteurs Rolls Royce RB183 Spey 555-15H, il peut transporter jusqu’à 79 passagers. 2 appareils fabriqués.

F.28-6600 : Version rallongée du F.28-6000, proposée à des compagnies aériennes japonaises. Le fuselage d’une longueur de 31,82 mètres peut accueillir jusqu’à 100 passagers. Jamais commandé.

F.28 COD : Projet d’appareil embarqué pour remplacer les Grumman C-2A Greyhound. Dérivé du F.28-5000, sa structure et son train d’atterrissage sont largement renforcés et il est équipé de moteurs plus puissants. Egalement proposé comme citerne volante, il est finalement écarté en faveur d’une version améliorée du C-2.

FH.228 : Version 50 sièges propulsée par deux turboréacteurs Rolls Royce RB.203 Trent de 4’536kgp. Proposée aux USA en collaboration avec l’entreprise Fairchild Hiller, responsable du montage. Deux prototypes prennent l’air en 1967, mais le projet est abandonné l’année suivante.


Utilisateurs militaires :
Algérie : 2 F.28-3000C à partir de 1978, plus en service.
Argentine : 6 F.28 à partir de 1976 au sein des forces aériennes, encore en service.
Benin : ? F.28-4000, plus en service.
Cambodge : ?
Côte d’Ivoire : 2 F.28-4000, plus en service.
Colombie : 1 F.28-1000 et 1 F.28-3000 encore en service dans les forces aériennes.
Equateur: Forces aériennes / Edit: 1 F.28-4000 jusqu'en 2011 ou 2012.
Gabon : 1 F.28-1000C dans les forces aériennes.
Ghana : 1 F.28-3000, encore en service dans les forces aériennes.
Indonésie : 5 F.28 pour les forces aériennes.
Malaysie : 2 F.28, 1 encore en service dans les forces aériennes.
Pays-Bas : Royal Netherland Air Force, 1 F.28 à partir de 1972.
Pérou : Forces aériennes, 4 F.28 à partir de 1975.
Philippines : un F.28 comme appareil présidentiel, nommé "Kalayaan".
Tanzanie : 1 F.28-3000 comme appareil gouvernemental, plus en service.
Togo : 2 F-28-1000 dans les forces aériennes comme appareil gouvernemental et de transport.


Caractéristiques F.28-4000:
Longueur : 29,62m
Envergure : 25,07m
Hauteur : 8,47m
Surface alaire : 78,97m2
Masse maximale au décollage : 33000kg
Equipage : 2 (un pilote et un copilote)
Nombres de places : 79-85

Moteurs :
2 turboréacteurs Rolls-Royce RB183-2 Spey Mk555-15P.

Performances :
Vitesse de croisière maximum: 843km/h
Vitesse de croisière économique : 670km/h
Plafond opérationnel : 8839m
Distance franchissable : 2590km

Armement :
Aucun.

Liens internet :
http://en.wikipedia.org/wiki/Fokker_F28_Fellowship
http://www.airliners.net/aircraft-data/stats.main?id=219
http://www.lesavions.net/index.php?option=com_content&view=article&id=475:fokker-f-28-fellowship&catid=13:liste
http://www.civilaviation.eu/Fokker/F-28.htm
http://www.dutch-aviation.nl/index5/Civil/index5-2%20F28.html
Re: Fokker F28 « Fellowship » à 07/06/2012 12:53 Jericho
La fiche sur le site.
Re: Fokker F28 « Fellowship » à 07/06/2012 18:32 Cinétic

Jericho a écrit

F.28 COD : Projet d’appareil embarqué pour remplacer les Grumman C-2A Greyhound. Dérivé du F.28-5000, sa structure et son train d’atterrissage sont largement renforcés et il est équipé de moteurs plus puissants. Egalement proposé comme citerne volante, il est finalement écarté en faveur d’une version améliorée du C-2.

Ca m'a surpris, il était pas navalisé quand même?
Re: Fokker F28 « Fellowship » à 07/06/2012 20:04 Jericho
Beh… si normalement, il aurait dû être navalisé. :fou:

Mais je n'ai trouvé ni photo ni information sur d'éventuels tests d'appontage, les tests semblent n'avoir été fait que sur terre… :S
Re: Fokker F28 « Fellowship » à 07/06/2012 21:24 JFF
Concernant l'Equateur, 1 F 28-4000 HC-BMD de TAME "Transportes Aereos Militares Ecuatorianos", la filiale de transport civil de la force aérienne. Les appareils de TAME appartiennent à la force aériennes, les équipages techniques aussi, mais les équipages commerciaux sont civils. Je pense qu'il a du être remplacé en 2011 - 2012 par les ERJ 195.
Re: Fokker F28 « Fellowship » à 07/06/2012 21:28 Jericho

JFF a écrit

Concernant l'Equateur, 1 F 28-4000 HC-BMD de TAME "Transportes Aereos Militaires Ecuatorianos", la filiale de transport civil de la force aérienne. Les appareils de TAME appartiennent à la force aériennes, les équipages techniques aussi, mais les équipages commerciaux sont civils. Je pense qu'il a du être remplacé en 2011 - 2012 par les ERJ 195.
Merci, c'est sympa!
Je n'avais rien trouvé de précis pour ce pays! Je changerai dès que possible sur la fiche du site! :oui:

Edit:
Voilà, c'est corrigé. Encore merci de ton aide! ;)

Et merci à Clansman pour les z'images! :D
Re: Fokker F28 « Fellowship » à 08/06/2012 11:33 Clansman
De rien !
Rionegro 2015 à 04/08/2015 07:32 stanak
F28-1000
Colombian air force
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires