Rappels

Histoire de l'appareil

Franchement déçu par le P-59 et ses performances très médiocres, l'USAAF se tourne vers Lockheed pour concevoir un avion de chasse propulsé par un unique réacteur Halford H-1B. Celui-ci accepte et initie le projet L-140, une extrapolation du L-133 abandonné quelques années plus tôt. L'USAAF accepte le projet en juin 1943 et passe un contrat en octobre 1943, avec une redoutable contrainte : le prototype doit voler dans 180 jours, exigence due à l'apparition du Me-262.

L'équipe placée sous la direction de Clarence "Kelly" Johnson, les fameux "Skunks Works", se met au travail dans le plus grand secret et réussit son pari. Le XP-80 "Lulu Belle" fait ses premiers essais au sol après 143 jours, en décembre 1943, mais un problème technique dû au réacteur endommage le prototype. Le premier vol a lieu le 8 janvier 1944 aux mains de Milo Burcham, vol au cours duquel il n'hésite pas à se lancer dans des acrobaties à faible altitude ! Il sera le premier avion américain à dépasser les 800 km/h en palier au cours des essais.

Le L-141, développé comme solution de rechange alors qu'Allison rencontrait des problèmes avec la mise au point du réacteur H-1B, est un P-80 agrandi et conçu autour du General Electric I-40, le futur J33 construit par Allison. Celui-ci a donné naissance à 2 prototypes. Le monoplace, nommé "Grey Ghost" du fait de sa peinture grise, a volé le 10 juin 1944. Le biplace, surnommé "Silver Ghost" en raison de son absence de livrée, en août. On se rendit rapidement compte que la peinture altérait les performances et on opta pour la fameuse livrée "alu" caractéristique du début de la guerre froide. Les essais menés avec les bidons en bout d'ailes montrent que ceux-ci n'ont aucune incidence sur la trainée.

13 YP-80A, les appareils de présérie, furent commandés en mars 1944 et livrés en septembre de la même années. Mais 5 d'entre eux furent perdus au cours des essais, principalement à cause d'erreurs humaines. L'un d'eux causa la mort de Milo Burcham le 20 octobre 1944.
2 d'entre eux furent envoyés en Italie et 2 autres en Angleterre début 1945, mais ne virent pas le combat aérien, cloués au sol à la suite d'un accident.

La première commande concernait 1000 appareils, et un avenant prévoyait 2500 exemplaires supplémentaires. La fin de la seconde guerre mondiale fera baisser le nombre total de commandes.

Le P-80A, équipé d'aérofreins ventraux, entra en service en février 1945 au sein du 42nd Fighter Group. Leur carrière fut émaillée de nombreux accidents et leurs performances tout-à-fait médiocres. Richard Bong lui-même, alors pilote d'essai chez Lockheed, se tua à bord d'un P-80 le 6 août 1945. Une trentaine de P-80 furent envoyés dans le Pacifique, mais trop tard pour participer au conflit contre le Japon. Il fut construit à 524 exemplaires. Les 344 premiers exemplaires étaient des Block-1-LO propulsés par un J33-GE-11 de 1746 kgp. Les 180 suivants, étaient des Block-5-LO équipés d'un J33-A-17 de 1814 kgp. Les livraisons se terminèrent en décembre 1945.

152 appareils seront construits pour des missions de reconnaissance sous la dénomination RF-80A (Block-15-LO), auquel il faut ajouter 66 F-80A modifiés. Ils dérivaient du XF-14, un YP-80A transformé, qui s'était écrasé le 6 décembre 1944.

Le P-80B entra en service en mars 1947, il était équipé d'un siège éjectable, d'un radio-compas, et d'une injection d'eau-méthanol servant à augmenter la puissance du réacteur. Le F-80B a des ailes plus fines et plus résistantes, et peut emporter des conteneurs de roquettes. 240 exemplaires furent construits, dont 209 Block-1-LO et 31 Block-5-LO. L'un d'entre eux fut modifié en P-80R pour battre un record de vitesse, ce qui fut fait le 19 juin 1947 lorsqu'Albert Boyd franchit les 1000 km/h.

Le P-80C vola en mars 1948, il se caractérisait par une version plus puissante du J-33. Il fut construit à 927 exemplaires, dont 129 F-80A convertis au standard F-80C Block-11-LO. 50 d'entre eux furent cédés à l'US Navy sous la dénomination TO-1, puis TV-1 à partir de 1950. Ils furent utilisés au sein du VF-52 et du VMF-311.

76 F-80A, RF-80A et F-80C furent modifiés en RF-80C pour la reconnaissance. 75 appareils furent convertis en drônes sous l'appellation QF-80C dans les années 1950.

Sa version biplace TF-80C donnera naissance au fameux T-33 et au F-94 Starfire, que nous développons par ailleurs. C'est à partir de la mi-juin 1948 que le P-80 sera renommé F-80.
Au total, ce sont 1714 P-80 sans compter les prototypes, qui seront construits jusqu'en 1950. Le prix unitaire revenait approximativement à 100 000 dollars 1947. En juillet 1948, 16 F-80 du 56th Fighter Group ont effectué la traversée de l'Atlantique d'ouest en est.

Le F-80C a servi pendant la guerre de Corée, où il effectuera 15000 sorties en 4 mois. Mais l'arrivée du MiG-15, malgré une victoire contre cet appareil en novembre 1950, l'a rendu complètement obsolète. Il revendique 17 victoires air-air et 24 avions détruits au sol, dont 6 MiG, pour la perte de 277 appareils dont 14 abattus par l'ennemi. Dès lors, il sera cantonné aux missions d'attaque au sol et à la reconnaissance.

Retiré des premières lignes dans les années 1950, il sera finalement réformé en 1958. Il connaitra une seconde jeunesse en Amérique latine jusqu'en 1974, date à laquelle les derniers F-80 chiliens seront définitivement retirés du service. A part 32 F-80A vendus au Brésil, les livraisons concernaient surtout des F-80C :  18 au Chili, 15 en Colombie (dont 9 s'écraseront), 18 en Equateur, 14 au Pérou et autant à l'Uruguay. Cuba devait également en recevoir 13, mais l'arrivée au pouvoir de Castro fit annuler la commande.

Versions référencées

  • Lockheed XP-80 : Prototype motorisé par un Halford H.1B. 1 exemplaire.
  • Lockheed XP-80A : Prototypes motorisés par un Allison J33. 2 exemplaires.
  • Lockheed YP-80A : Version de présérie. 12 exemplaires.
  • Lockheed F-80A P-80A : Version de série initiale. 524 exemplaires.
  • Lockheed DF-80A : Version de contrôle de drones-cibles basée sur le F-80A.
  • Lockheed RF-80A : Version de reconnaissance basée sur le F-80A. 152 exemplaires neufs et 66 F-80A modifiés.
  • Lockheed F-80B P-80B : Version équipée d'un siège éjectable. 240 exemplaires.
  • Lockheed F-80C P-80C : Version améliorée. 798 exemplaires neufs et 129 F-80A modifiés.
  • Lockheed RF-80C : Version de reconnaissance basée sur le F-80C. 76 exemplaires modifiés.
  • Lockheed P-80R : Version modifiée pour battre des records de vitesse. 1 exemplaire.
  • Lockheed QF-80 : Version dronisée basée sur des P-80 déclassés. 75 exemplaires.
  • Lockheed TO-1 : Version du F-80C destinée à l'US Navy. 50 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Lockheed F-80C P-80C voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 7 646 kg (16 856 lbs)
  • Masse à vide : 3 819 kg (8 420 lbs)
  • Surface alaire : 22,07 m² (237,56 sq. ft)
  • Hauteur : 3,43 m (11,253 ft)
  • Envergure : 11,81 m (38,747 ft)
  • Longueur : 10,49 m (34,416 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 1 931 km (1 200 mi, 1 043 nm)
  • Plafond opérationnel : 14 021 m (46 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 23,3 m/s (76,444 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 966 km/h (600 mph, 521 kts)
  • Charge alaire, à vide : 173,051 kg/m² (35,444 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 346,432 kg/m² (70,955 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Allison J33-A-35
  • Puissance unitaire : 2 449 kgp (24 kN, 5 400 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - supprimé après changements du code sportif 4

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture
picture

Forum

Sujet complet »
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 12/03/2010 11:50 Clansman

Vigi a écrit

Clansman a écrit

Tout-à-fait exact, le T-33 mérite une fiche à lui tout seul. :)

Ben, c'est si gentiment proposé…on va pas refuser !

Quel dévouement Clans'. :mrgreen:

Ohh, t'as le temps de voir venir ! :mrgreen:
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 12/03/2010 06:24 Ex-Hurricane
Richard Bong, premier as américain est tombé aux commandes d'un Shooting Star.
Ca craignait un peu à l'époque……

http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Bong
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 23:30 Vigi

Clansman a écrit

Tout-à-fait exact, le T-33 mérite une fiche à lui tout seul. :)

Ben, c'est si gentiment proposé…on va pas refuser !

Quel dévouement Clans'. :mrgreen:
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 21:44 ciders
Nous parlons bien ici de P-80 et de F-80, et non de T-33 ou d'AT-33. Ces deux appareils sont assez proches, mais en même temps ils constituent deux modèles distincts. 8)
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 14:24 Clansman
La coquille est corrigée, merci. :)

Je ne comprends pas bien… Le premier vol a-t-il lieu en décembre 43 ou en janvier 44 ?

Les 2, en fait. Le proto a volé en décembre 43, ça c'est très mal passé, mais j'ai des versions contradictoires sur l'accident. Le vol de janvier 44 semble être le 1er vol officiel, pour la propagande. On parle même d'un 2e proto. :?

EDIT : m.. j'ai mal lu, en décembre 43 c'était des essais au sol. Faut dire que certaines sources sont passablement vagues et embrouillées. D'où l'intérêt de mettre les projets de fiche sur le forum avant la mise en ligne définitive. Et d'en discuter.

XP-80A désigne à la fois un monoplace et un biplace ? Ce n'est pas très courant

Je suis d'accord, mais apparemment ici c'était le cas. Y'a eu juste 2 XP-80A : un mono et un bi.

Si je me souviens bien, les premiers biplaces F-80 étaient des biplaces côte-à-côte, donc avec très peu de place pour les pilotes…

Ah bon ? Ca je savais pas. :)
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 19:52 Polo

Ciders a écrit

Pour la Yougoslavie, la fiche anglophone de Wikipedia a l'air assez complète. Il semble que les Yougoslaves n'en aient jamais reçu. Ils ont en revanche été pourvus en F-86 Sabre et en F-84 Thunderjet.

Clansman a écrit

Il y a aussi une rumeur qui veut que la Yougoslavie en avait, mais j'ai rien trouvé de probant…

Les rumeurs sont bel et bien exact, la force aérienne yougoslave a aligner entre 1953 et 1984 pas moins de 70 T-33 A et 30 RT-33 A, Ciders Wikipédia mentionne bien la Yougoslavie comme utilisateur aussi bien en français que en anglais :roll:

Les F-86 ont servis de 1961 à 1974 et les F-84 de 1953 à 1974 également, voila pour les infos.

Polo
Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 14:13 Clansman
Je continue ma tournée des vieilles casseroles. :mrgreen: Aujourd'hui, le P-80. 8-)



Franchement déçu par le P-59 et ses performances très médiocres, l'USAAF se tourne vers Lockheed pour concevoir un avion de chasse propulsé par un unique réacteur Halford H-1B. Celui-ci accepte et initie le projet L-140, une extrapolation du L-133 abandonné quelques années plus tôt. L'USAAF accepte le projet en juin 1943 et passe un contrat en octobre 1943, avec une redoutable contrainte : le prototype doit voler dans 180 jours, exigence due à l'apparition du Me-262.

L'équipe placée sous la direction de Clarence "Kelly" Johnson, les fameux "Skunks Works", se met au travail dans le plus grand secret et réussit son pari. Le XP-80 "Lulu Belle" fait ses premiers essais au sol après 143 jours, en décembre 1943, mais un problème technique dû au réacteur endommage le prototype. Le premier vol a lieu le 8 janvier 1944 aux mains de Milo Burcham, vol au cours duquel il n'hésite pas à se lancer dans des acrobaties à faible altitude ! Il sera le premier avion américain à dépasser les 800 km/h en palier au cours des essais.

Le L-141, développé comme solution de rechange alors qu'Allison rencontrait des problèmes avec la mise au point du réacteur H-1B, est un P-80 agrandi et conçu autour du General Electric I-40, le futur J-33. Celui-ci a donné naissance à 2 prototypes, les XP-80A. Le monoplace, nommé "Grey Ghost" du fait de sa peinture grise, a volé le 10 juin 1944. Le biplace, surnommé "Silver Ghost" en raison de son absence de livrée, en août. On se rendit rapidement compte que la peinture altérait les performances et on opta pour la fameuse livrée "alu" caractéristique du début de la guerre froide.
Les essais menés avec les bidons en bout d'ailes montrent que ceux-ci n'ont aucune incidence sur la trainée.

13 YP-80A, les appareils de présérie, furent commandés en mars 1944 et livrés en septembre de la même années. Mais 5 d'entre eux furent perdus au cours des essais, principalement à cause d'erreurs humaines. L'un d'eux causa la mort de Milo Burcham le 20 octobre 1944.
2 d'entre eux furent envoyés en Italie et 2 autres en Angleterre début 1945, mais ne virent pas le combat aérien, cloués au sol à la suite d'un accident.

La première commande concernait 1000 appareils, et un avenant prévoyait 2500 exemplaires supplémentaires. La fin de la seconde guerre mondiale fera baisser le nombre total de commandes. Le P-80A, équipé d'aérofreins ventraux, entra en service en 1945 au sein du 42nd Fighter Group. Leur carrière fut émaillée de nombreux accidents et leurs performances tout-à-fait médiocres. Richard Bong lui-même, alors pilote d'essai chez Lockheed, se tua à bord d'un P-80 le 6 août 1945.
Une trentaine de P-80 furent envoyés dans le Pacifique, mais trop tard pour participer au conflit contre le Japon. Il fut construit à 917 exemplaires. 113 appareils seront construits pour des missions de reconnaissance sous la dénomination RF-80A.

Le P-80B entra en service en mars 1947, il était équipé d'un siège éjectable, d'un radio-compas, et d'une injection d'eau-méthanol servant à augmenter la puissance du réacteur. Le F-80B a des ailes plus fines et plus résistantes, et peut emporter des conteneurs de roquettes. 240 exemplaires furent construits. L'un d'entre eux fut modifié en P-80R pour battre un record de vitesse, ce qui fut fait le 19 juin 1947 lorsqu'Albert Boyd franchit les 1000 km/h.

Le P-80C vola en mars 1948, il se caractérisait par une version plus puissante du J-33. Il fut construit à 799 exemplaires, dont 76 furent modifiés en RF-80C pour la reconnaissance. 50 d'entre eux furent cédés à l'US Navy sous la dénomination TO-1, puis TV-1 à partir de 1950. Ils furent utilisés au sein du VF-52 et du VMF-311.
75 appareils furent convertis en drônes sous l'appellation QF-80C dans les années 1950.
Sa version biplace donnera naissance au fameux T-33 et au F-94 Starfire, que nous développons par ailleurs. C'est à partir de la mi-juin 1948 que le P-80 sera renommé F-80.
Au total, ce sont 1714 P-80, toutes versions confondues, qui seront construits jusqu'en 1950. Le prix unitaire revenait approximativement à 100 000 dollars 1947. En juillet 1948, 16 F-80 du 56th Fighter Group ont effectué la traversée de l'Atlantique d'ouest en est.


Le F-80C a servi pendant la guerre de Corée, où il effectuera 15000 sorties en 4 mois. Mais l'arrivée du MiG-15, malgré une victoire contre cet appareil en novembre 1950, l'a rendu complètement obsolète. Il revendique 17 victoires air-air et 24 avions détruits au sol, dont 6 MiG, pour la perte de 277 appareils dont 14 abattus par l'ennemi. Dès lors, il sera cantonné aux missions d'attaque au sol et à la reconnaissance.

Retiré des premières lignes dans les années 1950, il sera finalement réformé en 1958. Il connaitra une seconde jeunesse en Amérique latine jusqu'en 1974, date à laquelle les derniers P-80 chiliens seront définitivement retirés du service. Ce furent surtout des F-80C qui furent vendus : 32 F-80A au Brésil, 18 au Chili, 15 en Colombie (dont 9 s'écraseront), 18 en Equateur, 14 au Pérou et autant à l'Uruguay. Cuba devait également en recevoir 13, mais l'arrivée au pouvoir de Castro fit annuler la commande.

P-80C

Dimensions
Longueur : 10,49 m
Envergure : 11,81 m
Hauteur : 3,43 m
Surface alaire : 22,07 m²

Masses
A vide : 3819 kg
maximale : 7646 kg

Motorisation
Moteur : 1 Allison J33-A-35
Poussée : 2400 kgP

Performances
Vitesse maximale : 965 km/h
Plafond : 14000 m
Distance franchissable : 1930 km

Equipage : 1 pilote

Armement : 6 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm, et 907 kg de charges offensive.

Pays utilisateurs : Brésil, Chili, Colombie, Equateur, Pérou, Uruguay, USA.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_P-80_Shooting_Star

http://www.avionslegendaires.net/lockheed-p-80-shooting-star.php

http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ever/Pages/f-80.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/P-80_Shooting_Star

http://www.aviastar.org/air/usa/lok_shooting.php
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 14:18 d9pouces
Je ne comprends pas bien… Le premier vol a-t-il lieu en décembre 43 ou en janvier 44 ?
Autre question bête : XP-80A désigne à la fois un monoplace et un biplace ? Ce n'est pas très courant :?

Si je me souviens bien, les premiers biplaces F-80 étaient des biplaces côte-à-côte, donc avec très peu de place pour les pilotes…

(petite coquille : aérofrein, et non aérofrain)
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 17:31 ciders
Les F-80B ne sont pas des conversions, mais des appareils neufs.

Pour la Yougoslavie, la fiche anglophone de Wikipedia a l'air assez complète. Il semble que les Yougoslaves n'en aient jamais reçu. Ils ont en revanche été pourvus en F-86 Sabre et en F-84 Thunderjet.
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 15:32 ciders
Tu peux ajouter que les premiers P-80A opérationnels l'ont été au sein du 42nd Fighter Group, mais qu'ils s'y sont révélés peu performants et assez accidentogènes. Que 16 F-80 du 56th Fighter Group ont effectué la traversée de l'Atlantique d'ouest en est en juillet 1948.

Le F-80B a des ailes plus fines et plus résistantes, et peut emporter des conteneurs de roquettes. Il en a été produit 240 exemplaires, avant l'arrivée du F-80C.

Concernant les pays qui l'ont utilisé, on retrouve en majorité des Etats d'Amérique du Sud. C'était la politique américaine dans les années 1950 : refourguer aux pays alliés des appareils ayant fait la guerre de Corée, périmés aux standards du temps mais très modernes pour l'Amérique du Sud. Souvent livrés avec des T-33 d'ailleurs, en remplacement de P-47D.. Seuls quelques pays jouent une autre musique, en achetant des Gloster Meteor voire des Vampire… mais reçoivent aussi parfois des P-80 en plus ( exemple du Brésil ). Guevara donne les informations suivantes :

- Brésil : 28 F-80A-10-LO en 1958 + 4 autres en 1960. Remplacés en 1973 par des EMB-126. A noter : seulement deux appareils perdus en service
- Chili : 18 F-80C-10-LO en 1957. Retirés du service en 1974
- Colombie : 15 F-80C livrés en 1955, tous retirés du service en 1966. Contrairement à leurs homologues brésiliens, ils ont connu beaucoup de problèmes et 9 appareils se sont écrasés
- Cuba : aurait dû recevoir 13 F-80C à partir de 1957. Vente annulée avec le changement de régime
- Equateur : 18 F-80C livrés en 1957, dont 2 comme réserves de pièces détachées. Retirés du service en 1974 ( 6 exemplaires avaient déjà été renvoyés aux USA en 1965 )
- Pérou : 14 F-80C livrés en 1958. Retirés du service en 1967
- Uruguay : 14 F-80C livrés en 1958. Retirés du service en 1971
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 23:16 Clansman

Ciders a écrit

Nous parlons bien ici de P-80 et de F-80, et non de T-33 ou d'AT-33. Ces deux appareils sont assez proches, mais en même temps ils constituent deux modèles distincts. 8)

Tout-à-fait exact, le T-33 mérite une fiche à lui tout seul. :)
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 11/03/2010 16:14 Clansman
Le F-80B a des ailes plus fines et plus résistantes, et peut emporter des conteneurs de roquettes. Il en a été produit 240 exemplaires, avant l'arrivée du F-80C.

Alors,le truc que j'ai pas compris, c'est si les F-80B étaient neufs ou s'il s'agissait de F-80A convertis. :?

Il y a aussi une rumeur qui veut que la Yougoslavie en avait, mais j'ai rien trouvé de probant…

J'rajoute le reste, merci Ciders. 8)
Re: Le P-80 "Shooting Star" à 16/09/2010 20:15 Clansman
L'étoile filante sur le site
Bogota à 20/02/2017 14:26 stanak
P-80C
ex FAC
Image
Re: Le P-80 "Shooting Star"/PIMA2013 à 27/10/2017 08:02 stanak
P-80B
USAF
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires