Rappels

Histoire de l'appareil

En 1926, l'Armée de l'Air lança le programme C1 destiné à lui procurer un chasseur léger. Dewoitine proposa son D.27, un chasseur monoplan à aile parasol. Bien que reprenant la structure de ses modèles précédents, il se distinguait par une aérodynamique soignée. Il était propulsé par un Hispano-Suiza 12Mb de 500 cv, à 12 cylindres en V, et était armé de deux mitrailleuses synchronisées de 7,7 mm.

Mais en janvier 1927, Dewoitine fit faillite et il s'installa en Suisse. La firme EKW s'occupa de la construction du prototype, qui prit l'air le 3 juin 1928. La Suisse procéda à l'évaluation du prototype fin 1928 en même temps que son concurrent, l'AC-1 d'Alfred Comte.

Fin 1929, ils furent adoptés par la Suisse comme avion de chasse. Une présérie de 5 exemplaires fut commandée à EKW sous la désignation D.27 III, avec une dérive arrondie et une surface alaire réduite de 0,45 mètres carrés. Les livraisons commencèrent en 1930, et furent suivies par une deuxième série de 15 en 1931, puis de 45 exemplaires en 1932. 65 appareils de série plus le prototype furent donc livrés à la force aérienne suisse.

En 1932, ils reçurent des carénages de roues, tandis que le moteur Hispano-Suiza 12Mc, plus puissant, remplaça momentanément le Mb. Ils restèrent en première ligne jusqu'en 1940. Ils furent alors relégués à l'entraînement avant d'être ferraillés en 1944.

Quand à Dewoitine, il avait refondé sa société en France dès mars 1928. Une vingtaine de D.27 y furent construits. Le premier, désigné D.272, était motorisé par un HS 12Jb de 400 cv et servait à des démonstrations acrobatiques. Marcel Doret s'illustra sur un D.27 en voltige. Le deuxième était équipé de mitrailleuses Darne de 7,7 mm et fut évalué par l'Armée de l'Air à Villacoublay dès le 28 mai.

Le 29 novembre 1929, l'Armée de l'Air commanda les 2 avions de présérie plus 3 (rejoints plus tard par un quatrième) avions de série. Ils devaient être assemblés par Lioré & Olivier. Ils se déclinaient en D.271 (moteur HS 12Hb de 500 ch) et D.273 (moteur Gnome-Rhone Jupiter VII de 425 ch). Ils devaient entrer en service au sein des Forces Aériennes Terrestres, mais ne furent finalement pas adoptés.

Une version renforcée, nommée D.53, entra en service au sein de l'Aéronavale. Construite à 8 exemplaires, elle fut utilisée pour divers tests (notamment moteurs) par la flottille 7C1 sur le Béarn.

A la fin de l'année 1929, 3 exemplaires avaient été commandés par la Roumanie (utilisés de 1929 à 1931), 4 autres par la Yougoslavie (dont 2 devaient être assemblés par Zmaj : ils furent en service de 1929 à 1935). L’Argentine en aurait aussi eu un exemplaire. Enfin, on prétend que les républicains espagnols en reçurent 2 ou 3 exemplaires en 1936, qui se battirent avec succès contre les CR.32 italiens. Sans doute furent-ils confondus avec d'autres Dewoitine, 510 ou 372.

Un seul exemplaire a survécu et est exposé au musée des forces aériennes suisses. Un autre est en cours de restauration. Quand au D.27 présenté par l'association Jean Salis, il s'agit en réalité d'un D 26, peint aux couleurs du D 27 présenté par Marcel Doret.

Versions référencées

  • Dewoitine D.27 : Prototypes et avions de présérie.
  • Dewoitine D.271 : Moteur HS 12Hb de 500 ch.
  • Dewoitine D.272 : Moteur HS 12Jb de 400 cv.
  • Dewoitine D.273 : Moteur Gnome-Rhone Jupiter VII de 425 ch.
  • Dewoitine D.53 : Version utilisée par l'Aéronavale. 7 ou 8 exemplaires.
  • EKW D.27 III : Version de série pour la Suisse, 65 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

EKW D.27 III voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 415 kg (3 120 lbs)
  • Masse à vide : 1 038 kg (2 288 lbs)
  • Surface alaire : 17,55 m² (188,907 sq. ft)
  • Hauteur : 2,78 m (9,121 ft)
  • Envergure : 10,3 m (33,793 ft)
  • Longueur : 6,56 m (21,522 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 425 km (264 mi, 229 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 300 m (27 231 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 10 m/s (33 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 298 km/h (185 mph, 161 kts)
  • Charge alaire, à vide : 59,145 kg/m² (12,114 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 80,627 kg/m² (16,514 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en V Hispano-Suiza 12Mb
  • Puissance unitaire : 368 kW (500 ch, 493 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Dewoitine D.27 à 03/10/2012 19:39 stanak
Chasseur de construction française d'avant guerre

Équipa principalement la force aérienne suisse (66 exemplaires) qui l'utilisa en première ligne jusqu'en 1940

Image
Re: Dewoitine D.27 à 04/10/2012 00:12 cachée dans les pins
j'ai toujours dit que les rondeurs, bien portées, ça peut-être plaisant

même ses roues font envie.. :oui:
Re: Dewoitine D.27 à 04/10/2012 08:46 Jericho

cachée dans les pins a écrit

j'ai toujours dit que les rondeurs, bien portées, ça peut-être plaisant

même ses roues font envie.. :oui:
C'est exact, je l'ai toujours trouvé… à croquer! ;)
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 08:52 Clansman
En 1926, l'Armée de l'Air lança le programme C1 destiné à lui procurer un chasseur léger. Dewoitine proposa son D.27, un chasseur monoplan à aile parasol. Bien que reprenant la structure de ses modèles précédents, il se distinguait par une aérodynamique soignée. Il était propulsé par un Hispano-Suiza 12Mb de 500 cv, à 12 cylindres en V, et était armé de deux mitrailleuses synchronisées de 7,7 mm.

Mais en janvier 1927, Dewoitine fit faillite et il s'installa en Suisse. La firme EKW s'occupa de la construction du prototype, qui prit l'air le 3 juin 1928. La Suisse procéda à l'évaluation du prototype fin 1928 en même temps que son concurrent, l'AC-1 d'Alfred Comte.

Fin 1929, ils furent adoptés par la Suisse comme avion de chasse. Une présérie de 5 exemplaires fut commandée à EKW sous la désignation D 27 III, avec une dérive arrondie et une surface alaire réduite de 0,45 mètres carrés. Les livraisons commencèrent en 1930, et furent suivies par une deuxième série de 15 en 1931, puis de 45 exemplaires en 1932. 65 appareils de série plus le prototype furent donc livrés à la force aérienne suisse.

En 1932, ils reçurent des carénages de roues, tandis que le moteur Hispano-Suiza 12Mc, plus puissant, remplaça momentanément le Mb. Ils restèrent en première ligne jusqu'en 1940. Ils furent alors relégués à l'entraînement avant d'être ferraillés en 1944.

Quand à Dewoitine, il avait refondé sa société en France dès mars 1928. Une vingtaine de D 27 y furent construits. Le premier, désigné D 272, était motorisé par un HS 12Jb de 400 cv et servait à des démonstrations acrobatiques. Marcel Doret s'illustra sur un D 27 en voltige. Le deuxième était équipé de mitrailleuses Darne de 7,7 mm et fut évalué par l'Armée de l'Air à Villacoublay dès le 28 mai.

Le 29 novembre 1929, l'Armée de l'Air commanda les 2 avions de présérie plus 3 (rejoints plus tard par un quatrième) avions de série. Ils devaient être assemblés par Lioré & Olivier. Ils se déclinaient en D 271 (moteur HS 12Hb de 500 ch) et D 273 (moteur Gnome-Rhone Jupiter VII de 425 ch). Ils devaient entrer en service au sein des Forces Aériennes Terrestres, mais ne furent finalement pas adoptés.

Une version renforcée, nommée D 53, entra en service au sein de l'Aéronavale. Construite à 8 exemplaires, elle fut utilisée pour divers tests (notamment moteurs) par la flottille 7C1 sur le Béarn.

A la fin de l'année 1929, 3 exemplaires avaient été commandés par la Roumanie (utilisés de 1929 à 1931), 4 autres par la Yougoslavie (dont 2 devaient être assemblés par Zmaj : ils furent en service de 1929 à 1935). L’Argentine en aurait aussi eu un exemplaire. Enfin, on prétend que les républicains espagnols en reçurent 2 ou 3 exemplaires en 1936, qui se battirent avec succès contre les CR.32 italiens. Sans doute furent-ils confondus avec d'autres Dewoitine, 510 ou 372.

Un exemplaire des force aériennes suisse a survécu et est toujours en état de vol au sein de l'association Jean-Baptiste Salis.




http://fr.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.27

http://www.avionslegendaires.net/dewoitine-d-27.php

http://www.airbil.com/ajbs/musee/museepagehtml/Dewoitine-D-27Html/Dewoitine-D-27-Historique.htm

http://www.aviafrance.com/dewoitine-d-27-iii-aviation-france-5972.htm

http://lescasquesdecuir.com/col-d27.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.27

http://www.aviastar.org/air/france/dewoitine_d-27.php

http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_dewoitine_d27_en.php
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 11:46 stanak
et là, je me demande à quoi peut bien correspondre la déco du D-27 n°290 ci dessus ?! :interr:
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 13:51 JFF

stanak a écrit

et là, je me demande à quoi peut bien correspondre la déco du D-27 n°290 ci dessus ?! :interr:

la décoration de l'avion de Doret

(en réalité il s'agit d'un D 26, sur la photo, avec un moteur en étoile)
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 14:08 stanak
possible, mais il est déclaré au registre de l'aviation civil comme D27-SA (ceci dit, année de construction 1901 :roll: )
il pourrait être aussi le D-273, le Gnome Rhône Jupiter VI étant un moteur en étoile.
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 14:39 JFF
voila ce que j'ai trouvé sur le site de "les Casques de cuir", le site de l'amicale JB Salis (le propriétaire de l'avion) :
"Ce Dewoitine D27 est un authentique. Il a été construit par la société Dewoitine en 1929. Il était alors équipé d’un moteur Gnome & Rhone Jupiter VII de 425cv. Il fut ensuite équipé, en 1930, d’un moteur Hispano-Suiza de 500cv puis en 1949, il reçu un moteur Pratt & Whitney 985 de 450 cv. Il porte le numéro de série 290. Il fit partie des avions construits pour l’armée suisse. Il servit plus particulièrement pour l’entraînement au combat aérien. A cet effet, une mitrailleuse photographique fut installée sur le plan de chacun des deux avions. En 1948, après une carrière bien remplie, il fut cédé à l’Aéro-Club de Suisse pour le remorquage de planeur. Il a été acquis ensuite par Jean Salis."

Ca ne simplifie pas la donne, il pourrait être un D 273 (avec le Jupiter en étoile), mais je n'ai pas connaissance d'une quelconque cession de D 273 aux forces helvétiques. De plus, il existe un risque de confusion entre un D 27-III et un D 273.
Ce qui me fait pencher pour un D 26 est son numéro : 290, dans la série des D 26 suisses (280/282 /284/286/ U-288), alors que les numérotation des D-27 sont plus bas (220/222/257)
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 15:08 Clansman
La fiche sur le site

Mouis, je sais pas trop. Sur le site Aviafrance, on voit une photo d'un D-27 III, on voit bien que c'est un moteur en ligne. Le D-27 de Stanak, ainsi que le texte de Salis, me fait aussi penser à un D 273. Mais dans ce cas, quel rapport avec la Suisse ? :S
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 16:22 Jericho
Je ne suis pas sûr que ça vous avance, mais j'ai essayé de chercher quelques infos.
1) Visiblement, la Suisse n'a jamais reçu de D273… à moins que vous ne parliez de ce qui est désigné en Suisse par D27 III?
2) Le D26 immatriculation militaire 290 (U290 à partir de 1934), serait un des deux D26-1 que les Troupes d'Aviations ont reçu, équipés à l'origine de moteurs Qc Wright9 fabriqués sous licence par Hispano-Suiza (9-cylindres en étoile refroidis par air de 300 ch).
3) Les numéros d'immatriculations militaires n'étaient pas forcément le numéro de série de l'appareil: le D26 numéro de série 276 porte l'immatriculation 284…

Je pencherai néanmoins sur un D26, à moins que son train d'atterrissage ait été lui aussi modifié: sur les D26, les deux supports latéraux soutenant le train d'atterrissage ont une épaisseur égale, sur le D27, celui de devant est plus épais… comme celui de cette photo.

EDIT: Je continue à vous embêter, mais je viens de trouver une liste (datant de 2002!) des D27 (tous ferraillés sauf un ou deux dans des musées) et des D26 restants. Parmis ceux-ci encore en état de vol, il y a :
"D.26 Old Flying Machine Company, Duxford, Angleterre. moteur Pratt & Whitney. Cet avion porte les couleurs du seul et unique D.27 (D.530) français piloté par Marcel Doret. Cet avion a été modifié avec un moteur qui ne correspond pas à l’histoire de l’avion. Beaucoup de pièces manquantes ont été remplacées par des pièces modernes."
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 16:51 Clansman
Bon ben c'est plus clair, en fait. C'est un D.26 suisse déguisé en D.27 français (celui de Marcel Doret). Je comprends mieux pour la date de 1948.

Merci bcp Jericho !
Re: Dewoitine D.27 à 08/10/2012 16:56 Jericho

Clansman a écrit

Bon ben c'est plus clair, en fait. C'est un D.26 suisse déguisé en D.27 français (celui de Marcel Doret). Je comprends mieux pour la date de 1948.

Merci bcp Jericho !
De rien, ça m'intrigait aussi… ;)

Les explications sur le site "lescasquesdecuir.com" ne sont pas très claires. Ils parlent de D27 suisses (chasseurs) et d'avions d'entrainement (D26)… :S


EDIT:
Moi, j'vous dis, faut faire confiance à notre Maestro JFF… une fois de plus il avait raison! ;)

JFF a écrit

la décoration de l'avion de Doret

(en réalité il s'agit d'un D 26, sur la photo, avec un moteur en étoile)
:bieres:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires