Rappels

Histoire de l'appareil

Le CK-1 n'est pas un drone récent. Bien au contraire. Il est issu du Lavochkine La-17 soviétique, un modèle de cible volante motorisée, dont plusieurs exemplaires avaient été fournis à la PLAAF à la fin des années 1950. Les La-17 étaient conçus pour servir à l'entraînement des unités de défense antiaérienne mais aussi des pilotes de chasse.

La rupture politique avec l'Union Soviétique, au début des années 1960, empêcha la Chine d'en recevoir de nouveaux exemplaires. Les ingénieurs de la PLAAF, puis de l'institut aéronautique de Nanchang se consacrèrent alors à démonter et étudier l'engin, afin d'en lancer la production en Chine. Ils s'inspirèrent aussi des évolutions soviétiques du La-17. Le programme pâtit sérieusement, comme beaucoup d'autres, de la désorganisation entraînée par la Révolution Culturelle de 1966, et il fallut attendre mars 1977 pour que les premiers exemplaires de série du CK-1 soient déclarés opérationnels.

Extérieurement, le CK-1 ressemble très largement au La-17. Le fuselage est plutôt rond et mince, et se termine à l'avant par un nez en pointe, et à l'arrière par une dérive rectangulaire. Les ailes sont droites. La motorisation est assurée par un unique turboréacteur WP-6, le même qui équipe les J-6 (MiG-19), monté sous le fuselage. Deux points d'emport sous la voilure permettent le transport d'une petite charge utile.

Le CK-1 n'est pas lancé à partir d'un avion porteur, mais directement du sol, via une rampe de lancement spéciale, et d'un train d'atterrissage tricycle qui se détache après le décollage. Après avoir terminé sa mission, le drone se posait sur le ventre, ce qui au mieux endommageait l'appareil. Afin de réduire les coûts et de pouvoir réutiliser les CK-1, on les équipa d'un parachute. La propulsion fut également améliorée, par l'adjonction de fusées réduisant la course de décollage. Divers équipements étaient montés à bord, dont un pilote automatique (un pilotage depuis le sol étant également possible).

On distingue plusieurs autres versions du CK-1 :

- CK-1A : utilisée dans le cadre du programme nucléaire chinois, cette version était pourvue de récupérateurs d'échantillons ; elle a servi notamment dans le désert du Lob Nor, lors d'essais nucléaires.

- CK-1B : variante dédiée à des missions à basse altitude, notamment pour l'entraînement des unités de la défense antiaérienne.

- CK-1C : variante beaucoup plus agile que les précédentes, au fuselage renforcé pour supporter ces nouvelles contraintes.

- CK-1E : variante dédiée à des missions à très basse altitude, et supposées simuler les trajectoires de missiles de croisière.

Les drones CK-1 sont toujours utilisés par la Chine. Ils n'ont, semble t-il, jamais été exportés.

Versions référencées

  • Nankin CK-1 : Version de base.
  • Nankin CK-1A : Utilisée dans le cadre du programme nucléaire chinois, cette version était pourvue de récupérateurs d'échantillons ; elle a servi notamment dans le désert du Lob Nor, lors d'essais nucléaires.
  • Nankin CK-1B : Variante dédiée à des missions à basse altitude, notamment pour l'entraînement des unités de la défense antiaérienne.
  • Nankin CK-1C : Variante beaucoup plus agile que les précédentes, au fuselage renforcé pour supporter ces nouvelles contraintes.
  • Nankin CK-1E : Variante dédiée à des missions à très basse altitude, et supposées simuler les trajectoires de missiles de croisière.
  • Shenyang BA-5 : Désignation militaire du CK-1.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Nankin CK-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse à vide : 2 000 kg (4 409 lbs)
  • Hauteur : 2,96 m (9,711 ft)
  • Envergure : 7,5 m (24,606 ft)
  • Longueur : 8,44 m (27,69 ft)

Performances

  • Endurance maximale : 1 h
  • Distance franchissable : 600 km (373 mi, 324 nm)
  • Plafond opérationnel : 18 000 m (59 055 ft)
  • Vitesse maximale HA : 900 km/h (559 mph, 486 kts)

Motorisation

  • 1 réacteur Shenyang WP-6
  • Puissance unitaire : 2 495 kgp (24 kN, 5 500 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
CK-1 à 24/06/2010 23:12 PCmax

ciders a écrit

La Chine possède des drones…
Personnellement, je ferais les fiches des principaux modèles chinois quand l'interface concoctée par d9 sera pleinement opérationnelle. Mais je peux vous présenter certains modèles, pour vous donner une idée sur le sujet.

Zut, et moi qui voulais me lancer dans les fiches de drônes chinois ! Allez, je te les laisse ! :D
Re: Les drones chinois à 24/06/2010 23:16 ciders
Je crois qu'il y a bien assez de drones chinois pour qu'on s'en occupe tous les deux PCMax. ;)

Et puis, je peux me contenter des drones les moins usités, si tu le souhaites. Les casseroles mitées, c'est ma spécialité. :mrgreen:
Re: Les drones chinois à 25/06/2010 11:16 Clansman
Ce topic pourra aussi servir si, d'aventure, on entend parler de drones chinois dans les publications spécialisées ou dans l'actualité. Et si en plus, Clans me donne sa permission, alors là… :bonnet:

Ca devrait être interdit de parler de drones sur ce forum. :mrgreen:
Re: Les drones chinois à 25/06/2010 14:47 ciders
Je prends ça pour un oui. Merci Clans. :bonnet:

A la demande générale, un autre modèle chinois, cette fois de l'armée de l'air : le CK-1 ( Chang Kong 1 ).

Le CK-1 n'est pas un drone récent. Bien au contraire. Il est issu du Lavochkine La-17 soviétique, un modèle de cible volante motorisée, dont plusieurs exemplaires avaient été fournis à la PLAAF à la fin des années 1950. Les La-17 étaient conçus pour servir à l'entraînement des unités de défense antiaérienne mais aussi des pilotes de chasse. La rupture politique avec l'Union Soviétique, au début des années 1960, empêcha la Chine d'en recevoir de nouveaux exemplaires. Les ingénieurs de la PLAAF, puis de l'institut aéronautique de Nanchang se consacrèrent alors à démonter et étudier l'engin, afin d'en lancer la production en Chine. Ils s'inspirèrent aussi des évolutions soviétiques du La-17. Le programme pâtit sérieusement, comme beaucoup d'autres, de la désorganisation entraînée par la Révolution Culturelle de 1966, et il fallut attendre mars 1977 pour que les premiers exemplaires de série du CK-1 soient déclarés opérationnels.

Extérieurement, le CK-1 ressemble très largement au La-17. Le fuselage est plutôt rond et mince, et se termine à l'avant par un nez en pointe, et à l'arrière par une dérive rectangulaire. Les ailes sont droites. La motorisation est assurée par un unique turboréacteur WP-6, le même qui équipe les J-6 ( MiG-19 ), monté sous le fuselage. Deux points d'emport sous la voilure permettent le transport d'une petite charge utile. Le CK-1 n'est pas lancé à partir d'un avion porteur, mais directement du sol, via une rampe de lancement spéciale, et d'un train d'atterrissage tricycle qui se détache après le décollage. Après avoir terminé sa mission, le drone se posait sur le ventre, ce qui au mieux endommageait l'appareil. Afin de réduire les coûts et de pouvoir réutiliser les CK-1, on les équipa d'un parachute. La propulsion fut également améliorée, par l'adjonction de fusées réduisant la course de décollage. Divers équipements étaient montés à bord, dont un pilote automatique ( un pilotage depuis le sol étant également possible ).

On distingue plusieurs autres versions du CK-1 :

- CK-1A : utilisée dans le cadre du programme nucléaire chinois, cette version était pourvue de récupérateurs d'échantillons ; elle a servi notamment dans le désert du Lob Nor, lors d'essais nucléaires
- CK-1B : variante dédiée à des missions à basse altitude, notamment pour l'entraînement des unités de la défense antiaérienne
- CK-1C : variante beaucoup plus agile que les précédentes, au fuselage renforcé pour supporter ces nouvelles contraintes
- CK-1E : variante dédiée à des missions à très basse altitude, et supposées simuler les trajectoires de missiles de croisière

Les drones CK-1 sont toujours utilisés par la Chine. Ils n'ont, semble t-il, jamais été exportés.

Caractéristiques :

Envergure : 7,5 m
Hauteur : 2,95 m
Longueur : 8,43 m
Surface alaire : inconnue

Masse à vide : 2 000 kg
Masse maximale au décollage : inconnue ; mais l'emport de carburant est de 600 kg ( 820 pour les CK-1B et C, grâce à des réservoirs auxiliaires )

Motorisation : 1 turboréacteur WP-6, d'une puissance de 24,5 kN, sans postcombustion

Plafond pratique : 18 000 m

Autonomie à haute altitude : entre 45 et 60 minutes
Autonomie à basse altitude : 70 minutes
Rayon d'action : 600 km
Vitesse maximale : environ 900 km/h



On distingue bien, sur cette vue de profil, le train largable et les formes générales du CK-1
Re: CK-1 à 25/04/2014 11:43 Clansman
Pour rappel, donc, la fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires