Rappels

Histoire de l'appareil

En 1966, l'appareil de voltige et d'entraînement le plus célèbre et le plus répandu était le Stampe. Mais celui-ci était déjà ancien. L'ingénieur Auguste Mudry décida de concevoir un dérivé du Super Emeraude, dessiné par Claude Piel. L'appareil fut baptisé CP-100 et 2 prototypes furent construits. Le premier s'écrasa malheureusement, tuant ses 2 pilotes d'essais. Le 2e prototype fut détruit pour les besoins de l'enquête, qui innocenta l'appareil.

Mudry construisit alors un 3e prototype, auquel il donna le nom de CAP 10, CAP signifiant "Constructions Aéronautiques Parisiennes". La société s'appelera Avions Mudry, celui-ci déménageant en Normandie.

L'appareil, immatriculé F-WOPX, effectue son premier vol le 22 août 1968 entre les mains de Gérard Tahon. Les essais durèrent jusqu'en septembre 1970.

Il s'agit d'un appareil en bois, à train classique, biplace côte-à-côte. Il est particulièrement adapté au vol dos, grâce à un moteur Lycoming équipé d'un système d'injection et d'un système de lubrification adaptés.

La version de série, appelée Cap-10B, fut produite de 1970 à 2002 à 282 exemplaires. La dérive a été agrandie, une quille ventrale rajoutée, le carénage du moteur a été redessiné, le système de lubrification modifié et l'ergonomie revue. L'appareil, au départ, avait un facteur de charge +6/-4.5 G, mais qui est limité depuis la fin des années 1990 à +5/-3,5 G. Son taux de roulis est de 120°/s.

Si l'appareil est d'abord destiné à un usage civil, il a intéressé l'armée de l'air et la Marine nationale comme avion d'entraînement. L'armée de l'air en commanda 28 exemplaires en 1970, qui entrèrent en service au GE 315, à l'École de Voltige Aérienne de Salon-de-Provence et à l'École des Moniteurs à Clermont-Ferrand. 28 autres exemplaires suivirent.

La Marine commanda 6 exemplaires d'une version spéciale, le CAP-10S, qui entrèrent en service en 1980 et sont toujours en service aujourd'hui. Ils sont entrés en service au sein du SIV (Section d'Initiation au Vol) à Fréjus-Saint-Raphaël, puis équipèrent l'escadrille 51S à Rochefort-Sur-Mer. Aujourd'hui, ils équipent l'EIP 50S à Lanvéoc-Poulmic et permettent d'évaluer et de sélectionner les élèves de l'Aviation navale. Il fut également exporté au Mexique (20 exemplaires), en Corée du Sud, au Maroc et en Australie, dans les 3 armes pour cette dernière.

Le Cap-10 sera repris par la société APEX lorsque la société Mudry cessa ses activités. Elle a lancé une nouvelle version, le Cap-10C, qui est en production depuis 2007. Son aile possède un longeron doublé de lames en carbone, lui permettant un taux de roulis de 180°/s. Son facteur de charge est celui du CAP-10B au début de sa carrière. Depuis la faillite d'Apex, les droits de production de pièces détachées sont revenus à Dyn'Aviation.

Plus de 300 exemplaires ont été construits, ce qui est un succès mondial pour un appareil de cette classe. Il donna également naissance à une prolifique lignée, dont le CAP-232, un avion de voltige.

Versions référencées

  • Mudry CAP-10B : 1ere version de série, 282 exemplaires.
  • Mudry CAP-10C : Nouvelle version, avec des ailes en carbone.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Mudry CAP-10B voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 830 kg (1 830 lbs)
  • Masse à vide : 540 kg (1 190 lbs)
  • Surface alaire : 10,85 m² (116,788 sq. ft)
  • Hauteur : 2,55 m (8,366 ft)
  • Envergure : 8,06 m (26,444 ft)
  • Longueur : 7,16 m (23,491 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 250 km/h (155 mph, 135 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 340 km/h (211 mph, 184 kts)
  • Vitesse de décrochage : 85 km/h (53 mph, 46 kts)
  • Distance de décollage : 450 m (1 476 ft)
  • Distance d'atterrissage : 600 m (1 969 ft)
  • Endurance maximale : 3,5 h
  • Distance franchissable : 1 000 km (621 mi, 540 nm)
  • Plafond opérationnel : 5 500 m (18 045 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 6,005 m/s (19,7 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 270 km/h (168 mph, 146 kts)
  • Charge alaire, à vide : 49,77 kg/m² (10,194 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 76,498 kg/m² (15,668 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Lycoming AEIO-360-B2F
  • Puissance unitaire : 134 kW (182 ch, 180 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Mudry Cap-10 à 24/03/2011 15:23 Clansman
J'aborde une nouvelle phase : les avions d'entraînement de base. Et on commence par le Cap-10. :bonnet:


En 1966, l'appareil de voltige et d'entraînement le plus célèbre et le plus répandu était le Stampe. Mais celui-ci était déjà ancien. L'ingénieur Auguste Mudry décida de concevoir un dérivé du Super Emeraude, dessiné par Claude Piel. L'appareil fut baptisé CP-100 et 2 prototypes furent construits. Le premier s'écrasa malheureusement, tuant ses 2 pilotes d'essais. Le 2e prototype fut détruit pour les besoins de l'enquête, qui innocenta l'appareil.

Mudry construisit alors un 3e prototype, auquel il donna le nom de CAP 10, CAP signifiant "Constructions Aéronautiques Parisiennes". La société s'appelera Avions Mudry, celui-ci déménageant en Normandie.

L'appareil, immatriculé F-WOPX, effectue son premier vol le 22 août 1968 entre les mains de Gérard Tahon. Les essais durèrent jusqu'en septembre 1970.

Il s'agit d'un appareil en bois, à train classique, biplace côte-à-côte. Il est particulièrement adapté au vol dos, grâce à un moteur Lycoming équipé d'un système d'injection et d'un système de lubrification adaptés.

La version de série, appelée Cap-10B, fut produite de 1970 à 2002 à 282 exemplaires. La dérive a été agrandie, une quille ventrale rajoutée, le carénage du moteur a été redessiné, le système de lubrification modifié et l'ergonomie revue. L'appareil, au départ, avait un facteur de charge +6/-4.5 G, mais qui est limité depuis la fin des années 1990 à +5/-3,5 G. Son taux de roulis est de 120°/s.

Si l'appareil est d'abord destiné à un usage civil, il a intéressé l'armée de l'air et la Marine nationale comme avion d'entraînement. L'armée de l'air en commanda 28 exemplaires en 1970, qui entrèrent en service au GE 315, à l'École de Voltige Aérienne de Salon-de-Provence et à l'École des Moniteurs à Clermont-Ferrand. 28 autres exemplaires suivirent.

La Marine commanda 6 exemplaires d'une version spéciale, le CAP-10S, qui entrèrent en service en 1980 et sont toujours en service aujourd'hui. Ils sont entrés en service au sein du SIV (Section d'Initiation au Vol) à Fréjus-Saint-Raphaël, puis équipèrent l'escadrille 51S à Rochefort-Sur-Mer. Aujourd'hui, ils équipent l'EIP 50S à Lanvéoc-Poulmic et permettent d'évaluer et de sélectionner les élèves de l'Aviation navale. Il fut également exporté au Mexique (20 exemplaires), en Corée du Sud, au Maroc et en Australie, dans les 3 armes pour cette dernière.

Le Cap-10 sera repris par la société APEX lorsque la société Mudry cessa ses activités. Elle a lancé une nouvelle version, le Cap-10C, qui est en production depuis 2007. Son aile possède un longeron doublé de lames en carbone, lui permettant un taux de roulis de 180°/s. Son facteur de charge est celui du CAP-10B au début de sa carrière. Depuis la faillite d'Apex, les droits de production de pièces détachées sont revenus à Dyn'Aviation.

Plus de 300 exemplaires ont été construits, ce qui est un succès mondial pour un appareil de cette classe. Il donna également naissance à une prolifique lignée, dont le CAP-232 qui est désormais employé par l'EVAA/GI 312.


Bon, le Cap-10 à l'export, j'ai des doutes. :S


http://fr.wikipedia.org/wiki/Cap_10

http://www.avionslegendaires.net/mudry-cap-10.php

http://deltaecho.free.fr/cap10/index.htm

http://www.netmarine.net/aero/aeronefs/cap10/index.htm

http://rafaero.free.fr/cap10.html

http://www.aeropassion.fr/6.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Mudry_CAP_10
Re: Mudry Cap-10 à 24/03/2011 18:07 masterwings29
Je fait assez régulièrement de la voltige sur cet appareil (avec mon père), et je peux vous assurer que ça change du DR400 ou du C172 :mrgreen: …non sérieusement il envoie du pâté alors que son moteur ne fait que 180 chevaux :shock: (autant que le plus puissant DR400 de l'aéroclub)
Re: Mudry Cap-10 à 24/03/2011 18:19 Clansman
non sérieusement il envoie du pâté alors que son moteur ne fait que 180 chevaux

Je peux rajouter ça dans la fiche ? :mrgreen:
Re: Mudry Cap-10 à 24/03/2011 18:49 masterwings29
Si tu enlèves le "il envoie du pâté" tu peux à mon avis :p
Re: Mudry Cap-10 à 25/03/2011 12:51 Clansman
Le Cap-10 sur le site

Il aurait été vendu au Maroc, au Mexique, à la Corée du Sud et à l'Australie, vous avez des infos ?
Re: Mudry Cap-10 à 25/03/2011 21:48 Cinétic
Pour l' Australie, ils sont au Basic Flying Training School basé a Tamworth, NSW (YSTW)
Pour le Maroc j'ai trouvé que les avions de la Marche Verte, leur patrouille acrobatique en CAP232

source:scramble
Re: Mudry Cap-10 à 28/03/2011 15:25 Niko
Il y a une erreur en fin de fiche. Le CAP-232 n'est plus utilisé par l'Armée de l'Air suite à l'accident qui a couté la vie au Capitaine Delorme en 2005.

C'est maintenant l'Extra 330SC et Extra 330LC qui est en service à l'EVAA.

Image
Re: Mudry Cap-10 à 28/03/2011 16:16 Clansman
OK, je corrige ça.
Re: Mudry Cap-10 à 24/04/2011 22:59 2000-5
Aujourd'hui j'ai fais ma 1ere séance de voltige sur Cap-10 et franchement c'était génial ! :ange:
Ca change du Jodel D113 , un trés bon avion de 1ère impression , je n'imaginais pas que la voltige était aussi "violente " :evil: . +4.3g et -3.3g , le pire c'est quand meme les négatifs en virage dos :bonnet: . Hate de remettre ça ! :D
Re: Mudry Cap-10 à 24/04/2011 23:05 d9pouces
Pour le CAP-232, il s'agit d'un problème structurel sur l'aile, me semble-t-il. Et il aura signé la fin de l'aventure CAP :(
Mudry Cap-10 de la Marine à 25/04/2011 09:06 stanak
Image
Image
Re: Mudry Cap-10 à 25/04/2011 10:54 Flavien

d9pouces a écrit

Pour le CAP-232, il s'agit d'un problème structurel sur l'aile, me semble-t-il. Et il aura signé la fin de l'aventure CAP :(

Il y a le même risque sur le CAP10. En fait, un mécanicien m'avait parlé de souci une fois une fois, le problème est que le point d'ancrage de la ceinture inguinale est sur le longeron de l'aile. Donc le souci est que, ci l'aile durant une aile évolution vient à se désolidariser de l'appareil, t'as même pas le temps de tourner l'araignée que la ceinture, avec la puissance transmise par l'aile, t'as coupé en deux… C'est notamment ce qui est arrivé au pilote de l'armée de l'Air.


Belle la photo du 215 Stanak :)

PS: pour les CAP de la Marine, c'est un moteur Lycoming 4 cylindres à plat de 5.9L développant 182cv. C'est sûr que comparé à un DR400 ça envoie ;)
Re: Mudry Cap-10 à 27/10/2011 12:59 jet26
Bonjour
Je recherche le nom de l'indicatif radio de l'escadron Gévaudan de l'EFIPN d'Avord qui volait dans les années 80 sur Cap10B.

Merci.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires