Rappels

Histoire de l'appareil

Quand l'Italie entre en guerre en juin 1940, son potentiel aérien est énorme. Officiellement, la Regia Aeronautica possède 3296 appareils, dont 1160 chasseurs. Mais en réalité, seuls 1796 avions sont opérationnels, dont 594 chasseurs " bons de guerre ". Or, la Regia dispose avant tout de trois types de chasseurs : le CR.42 biplan et les monoplans Fiat G.50 et Macchi C.200. Ceux-ci sont dépassés.

La faiblesse des appareils italiens est essentiellement motrice. L'infrastructure industrielle n'a pas été en mesure de réediter les exploits des hydravions italiens des années 1920. Les moteurs en étoile du C.200 et du G.50, des Fiat de 870 ch, sont très insuffisants. A la même époque, un Bf 109 dispose de 1000 ch, un Spitfire de 1175, un Hurricane de 1300. Les moteurs en étoile italiens sont trop faibles et, comble de malchance, l'Italie ne dispose pas de moteurs en étoile efficaces. Aussi, quand la Regia lance ses appareils dans la bataille, ils sont surclassés.

L'Italie était consciente du problème. Le 10 août 1940, deux mois après son entrée en guerre, une solution potentielle effectua son premier vol : le C.202 Folgore.

A force de ténacité, les Italiens réussirent à convaincre l'Allemagne de lui fournir un appui technique. Un premier essai, avec un Re.2000 motorisé par le DB.601A du Bf 109 s'étant révélé très positif, l'Italie obtint une licence de fabrication de ce moteur en novembre 1939. La firme Alfa-Romeo fut chargé de la production. La production n'avait pas vraiment démarré en août 1940. Aussi, Mario Castoldi, qui avait conçu le C.200 Saetta, fit venir un moteur d'Allemagne et le monta dans une cellule de C.200, avec un train escamotable vers l'intérieur et une aile basse. Le C.202 Série 1 était né. Il était entièrement métallique, seules les gouvernes étant entoilées.

Devant la nécessité d'améliorer rapidement les moyens de la Regia, les C.202 entrèrent rapidement en production. A partir de mai 1941, les Folgore sortirent d'usine et furent immédiatement envoyés au front. La première unité équipée fut le 1er Stormo d'Udine, qui fut transférée en Libye en novembre. Par la suite, 45 squadriglie en reçurent, au sein des Stormi 1, 2, 3, 4, 51, 52, 53 et 54. Les Folgore furent engagés sur tous les fronts où oeuvra la Regia, notamment en Afrique du Nord et sur le Front de l'Est.

En tout, onze séries de Folgore furent lancés, pratiquement sans modifications. Environ 1200 à 1500 appareils furent produits, dont 392 par Macchi, le reste par la firme Breda et SAI Ambrosini. Vers la fin du conflit face à Mussollini, les Folgore étaient mis en ligne pour intercepter les bombardiers alliés qui menaient des raids meutriers sur le sol italien. Les Folgore survécurent à l'armistice et combattirent aussi bien dans l'AMI alliée que pour le compte de la République Sociale Italienne pro-allemande.

Au combat, le C.202 se révéla bien supérieur aux autres chasseurs italiens engagés jusqu'alors. Des performances intéressantes en termes de montée ascensionnelle en firent un intercepteur efficace. Il était assez rapide et manœuvrable pour se mesurer à la chasse alliée. On a souvent comparé les performances du Folgore à celles du Spitfire Mk.5, dont il était l'égal à basse altitude. Il se montra supérieur au Curtiss P-40, au Hawker Hurricane, au P-39 Airacobra et tenait la comparaison même face au P-38 Lightning.

Malheureusement, son seul point faible était très handicapant. L'armement du Folgore était trop juste pour rivaliser à armes égales avec un Spitfire ou un P38. Des tentatives furent faites, notamment en ajoutant des mitrailleuses légères dans les ailes, à partir de la série VI. Mais le Folgore n'emportait pas de canons (un seul appareil reçut deux canons de 20 mm, à titre expérimental) et son efficacité en pâtit, notamment contre les bombardiers.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Macchi C.202 : Version de base.
  • Macchi C.202AS : équipé de filtres à sable.
  • Macchi C.202CB : chasseur bombardier. Dans cette version, le C.202 pouvait emporter deux bombes légères, ou deux réservoirs supplémentaires.
  • Macchi C.202D : radiateur modifié.
  • Macchi C.202R : appareil de reconnaissance photographique

Macchi C.202 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 930 kg (6 460 lbs)
  • Masse à vide : 2 490 kg (5 490 lbs)
  • Surface alaire : 16,8 m² (180,834 sq. ft)
  • Hauteur : 3,5 m (11,483 ft)
  • Envergure : 10,58 m (34,711 ft)
  • Longueur : 8,85 m (29,035 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 610 km (379 mi, 329 nm)
  • Plafond opérationnel : 11 500 m (37 730 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 18,1 m/s (59,383 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 600 km/h (373 mph, 324 kts)
  • Charge alaire, à vide : 148,214 kg/m² (30,357 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 174,405 kg/m² (35,721 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en V Alfa Romeo RA.1000 RC 411
  • Puissance unitaire : 791 kW (1 075 ch, 1 060 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Macchi C.202 à 16/06/2007 21:50 ciders
Un autre appareil italien, qui méritait mieux.

[u:efb69][b:efb69]Le Macchi C.202 Folgore :[/b:efb69][/u:efb69]

[u:efb69][b:efb69]Historique :[/b:efb69][/u:efb69]

Quand l'Italie entre en guerre en juin 1940, son potentiel aérien est énorme. Officiellement, la Regia Aeronuatica possède 3296 appareils, dont 1160 chasseurs. Mais en réalité, seuls 1796 avions sont opérationnels, dont 594 chasseurs " bons de guerre ". Or, la Regia dispose avant tout de trois types de chasseurs : le CR.42 biplan et les monoplans Fiat G.50 et Macchi C.200. Ceux-ci sont dépassés.

La faiblesse des appareils italiens est essentiellement motrice. L'infrastructure industrielle n'a pas été en mesure de réediter les exploits des hydravions italiens des années 1920. Les moteurs en étoile du C.200 et du G.50, des Fiat de 870 ch, sont très insuffisants. A la même époque, un Bf 109 dispose de 1000 ch, un Spitfire de 1175, un Hurricane de 1300. Les moteurs en étoile italiens sont trop faibles et, comble de malchance, l'Italie ne dispose pas de moteurs en étoile efficaces. Aussi, quand la Regia lance ses appareils dans la bataille, ils sont surclassés.

L'Italie était consciente du problème. Le 10 août 1940, deux mois après son entrée en guerre, une solution potentielle effectua son premier vol. Le C.202 Folgore.

A force de ténacité, les Italiens réussirent à convaincre l'Allemagne de lui fournir un appui technique. Un premier essai, avec un Re.2000 motorisé par le DB.601A du Bf 109 s'étant révélé très positif, l'Italie obtint une licence de fabrication de ce moteur en novembre 1939. La firme Alfa-Romeo fut chargé de la production. La production n'avait pas vraiment démarré en août 1940. Aussi, Mario Castoldi, qui avait conçu le C.200 Saetta, fit venir un moteur d'Allemagne et le monta dans une cellule de C.200, avec un train escamotable vers l'intérieur et une aile basse. Le C.202 Série 1 était né. Il était entièrement métallique, seules les gouvernes étant entoilées.

Devant la nécessité d'améliorer rapidement les moyens de la Regia, les C.202 entrèrent rapidement en production. A partir de mai 1941, les Folgore sortirent d'usine et furent immédiatement envoyés au front. La première unité équipée fut le 1er Stormo d'Udine, qui fut transférée en Libye en novembre. Par la suite, 45 squadriglie en reçurent, au sein des Stormi 1, 2, 3, 4, 51, 52, 53 et 54. Les Folgore furent engagés sur tous les fronts où oeuvra la Regia, notamment en Afrique du Nord et sur le Front de l'Est.

En tout, onze séries de Folgore furent lancés, pratiquement sans modifications. Environ 1200 à 1500 appareils furent produits, dont 392 par Macchi, le reste par la firme Breda et SAI Ambrosini. Vers la fin du conflit face à Mussollini, les Fologre étaient mis en ligne pour intercepter les bombardiers alliés qui menaient des raids meutriers sur le sol italien. Les Folgore survécurent à l'armistice et combatirent aussi bien dans l'AMI alliée que pour le compte de la République Sociale Italienne pro-allemande.

Au combat, le C.202 se révéla bien supérieur aux autres chasseurs italiens engagés jusqu'alors. Des performances intéressantes en termes de montée ascensionnelle en firent un intercepteur efficace. Il était assez rapide et manoeuvrable pour se mesurer à la chasse alliée. On a souvent comparé les performances du Folgore à celles du Spitfire Mk.5, dont il était l'égal à basse altitude. Il se montra supérieur au Curtiss P40, au Hawker Hurricane, au P43 Airacobra et tenait la comparaison même face au P38 Lightning. Malheureusement, son seul point faible était très handicapant. L'armement du Folgore était trop juste pour rivaliser à armes égales avec un Spitfire ou un P38. Des tentatives furent faites, notamment en ajoutant des mitrailleuses légères dans les ailes, à partir de la série VI. Mais le Folgore n'emportait pas de canons ( un seul appareil reçut deux canons de 20 mm, à titre expérimental ) et son efficacité en pâtit, notamment contre les bombardiers.

[u:efb69]Variantes :[/u:efb69]

C.202AS : équipé de filtres à sable.

C.202CB : chasseur bombardier. Dans cette version, le C.202 pouvait emporter deux bombes légères, ou deux réservoirs supplémentaires.

C.202R : appareil de reconnaissance photographique

C.202D : radiateur modifié

Au moins un appareil fut capturé par les Américains en 1943 et transféré pour évaluation à Wright-Patterson Field, dans l'Ohio.

[u:efb69][b:efb69]Caractéristiques : [/b:efb69][/u:efb69]

Nota : ce sont celles du Macchi C.202 Série IX

[u:efb69]Type : [/u:efb69]

Chasseur monoplace

[u:efb69]Moteur :[/u:efb69]

Un Alfa-Romeo RA.1000 RC 411 à 12 cylindres en V inversé de 1075 ch

[u:efb69]Performances :[/u:efb69]

Vitesse maximale : 600 km/h à 6000 mètres
Temps de montée à 5000 mètres : 4 mn 36 s
Plafond pratique : 11500 mètres
Distance franchissable : 610 km

[u:efb69]Poids :[/u:efb69]

A vide : 2490 kg
Maximal au décollage : 2930 kg

[u:efb69]Dimensions :[/u:efb69]

Envergure : 10,58 m
Longueur : 8,85 m
Hauteur :3,50 m
Surface alaire : 16,80 mètres carrés

[u:efb69]Armement :[/u:efb69]

2 mitrailleuses Breda-SAFAT dans le nez ( 360 coups par mitrailleuse )
2 mitrailleuses de 7,7 mm dans les ailes ( sur certains appareils, 500 coups par mitrailleuse )
Deux bombes de 50, 100 ou 160 kg
Deux réservoirs auxiliaires de 100 litres
Re: Macchi C.202 à 28/08/2012 16:36 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires