Rappels

Histoire de l'appareil

Dans les années 1930, la majorité des forces aériennes passaient du biplan au monoplan. Mais en ce qui concernait les chasseurs monomoteurs, ça se traduisait par une diminution de l'autonomie. Goering réclama, via le RLM, un chasseur multirôle appelé Kampfzerstörer, avec une grande autonomie et une soute interne. L'appareil devait être triplace, bimoteur, entièrement métallique et être armé de canons.

7 firmes furent contactées, mais seuls trois répondirent : Focke-Wulf avec son Fw 57, Henschel avec son Hs 124 et Messerschmitt avec le Bf 110. Messerschmitt n'installa pas de soute interne, mais son projet était supérieur à ses concurrents en terme de vitesse, d'autonomie et de puissance de feu. Fin 1935, le Bf 110 se présentait comme un appareil de construction semi-monocoque, pourvu de deux dérives et de deux moteurs DB 600A. Messerschmitt l'emporta sur ses concurrents et plusieurs prototypes furent commandés.

Le Bf 110 effectua son vol inaugural le 12 mai 1936 entre les mains de Rudolf Opitz. Il s'avéra que si le Bf 110 était plus rapide que les spécifications l'exigeaient, il n'était pas assez maniable, et les DB 600 pas très fiables. Malgré tout, 4 machines de présérie A-0 furent commandées : la première fut livrée en janvier 1937.

La livraison des DB 600 fut soumise à des aléas et le moteur fut temporairement remplacé par des Jumo 210G pour les versions A et B, reconnaissables à leurs grands radiateurs sous les nacelles et entrées en service en 1937. Mais le Bf 110 s'en trouvait sous-motorisé et ses performances s'en ressentait. Fin 1938, le moteur DB 601 améliora les performances des Bf 110, dont le radiateur fut déplacé sous les ailes. Cela donna naissance à la version C.

Le Bf 110 connut son baptême du feu lors de la campagne de Pologne, où il surclassa sans peine les chasseurs polonais dépassés et cloués au sol. Il se distingua dans son rôle premier, l'escorte des bombardiers, lors de l'attaque de Varsovie. La première victime française des Bf 110 fut un MS 406 le 23 novembre 1939, au-dessus de Verdun. D'autres avions français, dont un Curtiss Hawk, allaient suivre pendant la drôle de guerre. Le 18 décembre, 11 Wellington sur 22 furent abattus par des Bf 110 lors d'un raid sur Wilhelmshaven. C'eut pour résultat pour la RAF d'abandonner les raids de jour et pour la Luftwaffe de montrer qu'elle disposait d'un excellent intercepteur.

Le Bf 110 fut particulièrement impliqué dans l'opération Weserübung, l'invasion du Danemark et de la Norvège. 25 chasseurs danois furent détruits au sol, et un Fokker D.XXI en vol. Ils se frottèrent aux Gloster Gladiator norvégiens et durent aider à sécuriser l'aéroport d'Oslo-Fornebu. Le manque d'autonomie constaté à l'occasion de ces batailles allait conduire à la version D. Le 13 juin 1940, des Bf 110 abattirent en quelques minutes 8 Skuas qui essayaient de s'en prendre au Scharnhorst.

En mai 1940, 145 Bf 110 étaient disponibles pour l'attaque sur la Hollande. 26 appareils hollandais furent détruits au sol, et du 11 au 13 mai, le ZG 26 pouvait revendiquer la plupart des 82 victoires aériennes au-dessus de la Belgique. Le 15 mai, le ZG 2 en revendiquait 66. L'opération Paula, le 5 juin 1940, visait à éliminer ce qui restait de l'Armée de l'Air française. Elle se conclua par la perte de 101 appareils allemands, dont seulement 4 Bf 110. Jusq'à présent, les pertes du Bf 110 avaient été relativement légères.

Dès le printemps 1940, un pilote de Bf 109 avait mis en garde contre la vulnérabilité des Bf 110 face à des chasseurs monomoteurs plus agiles, particulièrement ceux des Britanniques. De fait, un combat simulé entre un Bf 110 et un Bf 109E s'était terminé à l'avantage de ce dernier. 9 Bf 110 avaient été abattus le 15 mai 1940 par les Hurricane de la RAF. Et 5 autres par les Bf 109 suisses défendant leur espace aérien. Au total, 60 Bf 110 furent abattus lors de la campagne à l'Ouest.

Les défauts du Bf 110 furent pleinement révélés lors de la bataille d'Angleterre : 237 exemplaires étaient disponibles au début, et 223 furent abattus. Le neveu de Goering, Hans-Joachim, fut tué le 11 juillet 1940 alors qu'il pilotait un Bf 110 du ZG 76. Le 15 août, 30 Bf 110 furent abattus. En septembre, 15 Bf 110 étaient abattus par jour. Malgré sa vitesse, sa puissance de feu et son autonomie, il souffrait d'un manque d'accélération et de maniabilité, ainsi que de sa taille qui en faisait une cible visible de loin. Il fut donc retiré de ce front.

C'est à bord d'un Bf 110D que Rudolf Hess, le secrétaire du parti nazi, fit le trajet d'Augsburg à l'Ecosse dans l'espoir de rencontrer le duc d'Hamilton et de conclure un accord de paix avec l'Angleterre. Ses motivations font toujours l'objet d'un débat. Quand au Bf 110, qui s'est écrasé, un de ses moteurs est exposé dans un musée d'Ecosse.

En 1941, la production du Bf 110 était en baisse, dans l'attente de son remplaçant le Me 210. 2 versions apparurent cette année-là, les Bf 110E et F. Les Bf 110D et E furent déployés dans la campagne des Balkans. Les combats contre les Bf 109… yougoslaves, cette fois, tournèrent à l'avantage des derniers une fois de plus. 12 Bf 110 furent perdus au-dessus de la Crète.

12 Bf 110 furent envoyés en Irak lors de l'insurrection anti-anglaise, en mai 1941. Dès le 26, plus aucun n'était en état de vol. Un exemplaire fut capturé par les Britanniques, remis en condition et surnommé "Belle of Berlin". Il fut testé, mais s'écrasa au Soudan alors qu'il rejoignait l'Afrique du Sud.

Il fut également déployé en Afrique du Nord, notamment pour des missions d'attaque au sol. Les pertes furent grandes en combat aérien. C'est en mai 1941, il y accomplit ses premières missions de chasse de nuit.

51 exemplaires furent engagés lors de l'opération Barbarossa. Utilisés au début pour des missions d'attaque au sol par ailleurs réussies, ils furent de moins en moins nombreux en 1942. Ils furent d'abord relégués à des missions de reconnaissance, puis rejoignirent l'Allemagne afin de participer à la défense du Reich.

En juin 1942, apparaissait la version G, conçue pour pallier l'échec du Me 210 et dotée de moteurs DB 605. Dans la défense du Reich, il servit d'abord avec succès comme intercepteur de bombardier, grâce à sa puissance de feu. Mais face aux chasseurs d'escorte tels que les P-51, il devint de nouveau vulnérable après 1943.

En revanche, son nez pouvait accueillir un radar FuG 202/220 Lichtenstein et le système Schräge Musik, consistant en deux canons MG FF/M de 20 mm montés à l'arrière du cockpit vers le haut et actionnés par une cellule photo-électrique, se montra particulièrement efficace : cela donna naissance à la version Bf 110G-4. Les opérations commencèrent en août 1943. Les Bf 110 revendiquèrent 123 victoires sur les 1179 bombardiers envoyés une nuit sur Hambourg. La RAF faillit ne pas s'en relever, mais les pertes de Bf 110 furent lourdes à partir de 1944, notamment du fait des opérations de jour. De plus, la RAF introduisit des contre-mesures électroniques comme le brouillage grâce à leurs Mosquito.

La Luftwaffe ne fut pas l'unique utilisatrice du Bf 110 : 2 Bf 110G-2 (ou G-4) furent cédés à la Croatie en février 1945, qui eut une force aérienne indépendante de 1941 à 1945. Un des Bf 110 fut détruit au sol et l'autre replié en Autriche en mai 1945. Il fut livré à la Hongrie, à l'Italie et à la Roumanie. L'URSS captura et réutilisa quelques Bf 110.

6170 exemplaires furent construits : 3 survécurent et sont désormais exposés dans des musées. Un Bf 110G-4 est exposé à Londres. Un Bf 110 est exposé à Berlin et un troisième dans un musée privé du Danemark.

Le Bf 110 est certainement un des avions de combat les plus réputés de la Luftwaffe de la seconde guerre mondiale. Il fut le premier ou un des premiers chasseurs multimoteurs. Mais il essuya peut-être les plâtres et en tout état de cause, souffrit d'un manque de successeur. Il fut donc produit jusqu'à la fin. Il fut excellent dans des rôles de chasse de nuit, d'interception de bombardiers, à la rigueur dans l'attaque au sol et la reconnaissance, mais il n'était pas fait pour la chasse pure ou l'escorte de bombardiers en dépit de son autonomie.

Versions référencées

  • Messerschmitt Bf 110A-0 : Présérie de 4 exemplaires, moteurs Jumo 210G.
  • Messerschmitt Bf 110B-0 : Présérie avec moteurs Jumo 210G.
  • Messerschmitt Bf 110B-1 : Armement de 4 MG 17 de 7,92 mm et 2 canons MG FF de 20 mm dans le nez.
  • Messerschmitt Bf 110B-2 : Version de reconnaissance, dépourvue de canons.
  • Messerschmitt Bf 110B-3 : Version d'entraînement. Certains B-1 furent convertis en B-3.
  • Messerschmitt Bf 110C-0 : Version pourvue de moteurs DB 601. 10 machines de présérie.
  • Messerschmitt Bf 110C-1 : Moteurs DB 601 B-1.
  • Messerschmitt Bf 110C-2 : Radio FuG 10 remplaçant la FuG III.
  • Messerschmitt Bf 110C-3 : Canons MG FF/M remplaçant les MG FF.
  • Messerschmitt Bf 110C-4 : Blindage renforcé pour l'équipage.
  • Messerschmitt Bf 110C-5 : Version de reconnaissance dérivée de la C-4.
  • Messerschmitt Bf 110C-6 : Version expérimentale pourvue d'un canon supplémentaire MK 101 de 30 mm. Moteurs DB 601P.
  • Messerschmitt Bf 110C-7 : Chasseur-bombardier équivalent au C-4/B, avec des moteurs DB 601P.
  • Messerschmitt Bf 110D-0 : Version à très long rayon d'action, souvent basée en Norvège.
  • Messerschmitt Bf 110D-1 : Bf 110C doté d'un réservoir ventral de 1200 litres appelé Dackelbauch.
  • Messerschmitt Bf 110D-2 : Version pourvue de réservoirs largables de 300 litres sous les ailes et d'un point d'emport central pour bombe ETC 500 de 500 kg.
  • Messerschmitt Bf 110D-3 : Version emportant un radeau de secours dans une queue allongée. Emportait des réservoirs largables de 300 ou 900 litres.
  • Messerschmitt Bf 110E-0 : Version à la structure renforcée, pouvant emporter jusqu'à 1200 kg de charge offensive.
  • Messerschmitt Bf 110E-1 : Version de série basée sur la E-0, avec des moteurs DB 601P.
  • Messerschmitt Bf 110E-2 : Version dotée d'une extension de fuselage comme la D-3, moteurs DB 601P.
  • Messerschmitt Bf 110E-3 : Version de reconnaissance.
  • Messerschmitt Bf 110F-1 : Structure renforcée, blindage supplémentaire, moteurs DB 601F de 1350 cv.
  • Messerschmitt Bf 110F-2 : Version souvent utilisée contre les bombardiers lourds alliés.
  • Messerschmitt Bf 110F-3 : Version de reconnaissance.
  • Messerschmitt Bf 110F-4 : Première version conçue pour la chasse de nuit.
  • Messerschmitt Bf 110G-0 : Version basée sur la F, avec des moteurs DB 605B de 1475 cv et des dérives agrandies.
  • Messerschmitt Bf 110G-2 : Chasseur-bombardier souvent utilisé pour l'interception des bombardiers.
  • Messerschmitt Bf 110G-3 : Version de reconnaissance. 172 exemplaires.
  • Messerschmitt Bf 110G-4 : Version de chasse de nuit équipée du radar FuG 202/220 Lichtenstein et éventuellement du système Schräge Musik.
  • Messerschmitt Bf 110H : Dernière version basée sur la G. Est restée au stade de prototype.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Messerschmitt Bf 110G-2 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 7 790 kg (17 174 lbs)
  • Masse à vide : 5 600 kg (12 346 lbs)
  • Surface alaire : 38,8 m² (417,64 sq. ft)
  • Hauteur : 3,3 m (10,827 ft)
  • Envergure : 16,3 m (53,478 ft)
  • Longueur : 12,3 m (40,354 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 450 km/h (280 mph, 243 kts)
  • Distance franchissable : 1 200 km (746 mi, 648 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 000 m (39 370 ft)
  • Vitesse maximale HA : 595 km/h (370 mph, 321 kts)
  • Charge alaire, à vide : 144,33 kg/m² (29,561 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 200,773 kg/m² (41,122 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 moteurs à cylindres en V Daimler-Benz DB 605B
  • Puissance unitaire : 1 085 kW (1 475 ch, 1 455 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 07:09 Clansman
Dans les années 1930, la majorité des forces aériennes passaient du biplan au monoplan. Mais en ce qui concernait les chasseurs monomoteurs, ça se traduisait par une diminution de l'autonomie. Goering réclama, via le RLM, un chasseur multirôle appelé Kampfzerstörer, avec une grande autonomie et une soute interne. L'appareil devait être triplace, bimoteur, entièrement métallique et être armé de canons.

7 firmes furent contactées, mais seuls trois répondirent : Focke-Wulf avec son Fw 57, Henschel avec son Hs 124 et Messerschmitt avec le Bf 110. Messerschmitt n'installa pas de soute interne, mais son projet était supérieur à ses concurrents en terme de vitesse, d'autonomie et de puissance de feu. Fin 1935, le Bf 110 se présentait comme un appareil de construction semi-monocoque, pourvu de deux dérives et de deux moteurs DB 600A. Messerschmitt l'emporta sur ses concurrents et plusieurs prototypes furent commandés.

Le Bf 110 effectua son vol inaugural le 12 mai 1936 entre les mains de Rudolf Opitz. Il s'avéra que si le Bf 110 était plus rapide que les spécifications l'exigeaient, il n'était pas assez maniable, et les DB 600 pas très fiables. Malgré tout, 4 machines de présérie A-0 furent commandées : la première fut livrée en janvier 1937.

La livraison des DB 600 fut soumise à des aléas et le moteur fut temporairement remplacé par des Jumo 210G pour les versions A et B, reconnaissables à leurs grands radiateurs sous les nacelles et entrées en service en 1937. Mais le Bf 110 s'en trouvait sous-motorisé et ses performances s'en ressentait. Fin 1938, le moteur DB 601 améliora les performances des Bf 110, dont le radiateur fut déplacé sous les ailes. Cela donna naissance à la version C.

Le Bf 110 connut son baptême du feu lors de la campagne de Pologne, où il surclassa sans peine les chasseurs polonais dépassés et cloués au sol. Il se distingua dans son rôle premier, l'escorte des bombardiers, lors de l'attaque de Varsovie. La première victime française des Bf 110 fut un MS 406 le 23 novembre 1939, au-dessus de Verdun. D'autres avions français, dont un Curtiss Hawk, allaient suivre pendant la drôle de guerre. Le 18 décembre, 11 Wellington sur 22 furent abattus par des Bf 110 lors d'un raid sur Wilhelmshaven. C'eut pour résultat pour la RAF d'abandonner les raids de jour et pour la Luftwaffe de montrer qu'elle disposait d'un excellent intercepteur.

Le Bf 110 fut particulièrement impliqué dans l'opération Weserübung, l'invasion du Danemark et de la Norvège. 25 chasseurs danois furent détruits au sol, et un Fokker D.XXI en vol. Ils se frottèrent aux Gloster Gladiator norvégiens et durent aider à sécuriser l'aéroport d'Oslo-Fornebu. Le manque d'autonomie constaté à l'occasion de ces batailles allait conduire à la version D. Le 13 juin 1940, des Bf 110 abattirent en quelques minutes 8 Skuas qui essayaient de s'en prendre au Scharnhorst.

En mai 1940, 145 Bf 110 étaient disponibles pour l'attaque sur la Hollande. 26 appareils hollandais furent détruits au sol, et du 11 au 13 mai, le ZG 26 pouvait revendiquer la plupart des 82 victoires aériennes au-dessus de la Belgique. Le 15 mai, le ZG 2 en revendiquait 66. L'opération Paula, le 5 juin 1940, visait à éliminer ce qui restait de l'Armée de l'Air française. Elle se conclua par la perte de 101 appareils allemands, dont seulement 4 Bf 110. Jusq'à présent, les pertes du Bf 110 avaient été relativement légères.

Dès le printemps 1940, un pilote de Bf 109 avait mis en garde contre la vulnérabilité des Bf 110 face à des chasseurs monomoteurs plus agiles, particulièrement ceux des Britanniques. De fait, un combat simulé entre un Bf 110 et un Bf 109E s'était terminé à l'avantage de ce dernier. 9 Bf 110 avaient été abattus le 15 mai 1940 par les Hurricane de la RAF. Et 5 autres par les Bf 109 suisses défendant leur espace aérien. Au total, 60 Bf 110 furent abattus lors de la campagne à l'Ouest.

Les défauts du Bf 110 furent pleinement révélés lors de la bataille d'Angleterre : 237 exemplaires étaient disponibles au début, et 223 furent abattus. Le neveu de Goering, Hans-Joachim, fut tué le 11 juillet 1940 alors qu'il pilotait un Bf 110 du ZG 76. Le 15 août, 30 Bf 110 furent abattus. En septembre, 15 Bf 110 étaient abattus par jour. Malgré sa vitesse, sa puissance de feu et son autonomie, il souffrait d'un manque d'accélération et de maniabilité, ainsi que de sa taille qui en faisait une cible visible de loin. Il fut donc retiré de ce front.

C'est à bord d'un Bf 110D que Rudolf Hess, le secrétaire du parti nazi, fit le trajet d'Augsburg à l'Ecosse dans l'espoir de rencontrer le duc d'Hamilton et de conclure un accord de paix avec l'Angleterre. Ses motivations font toujours l'objet d'un débat. Quand au Bf 110, qui s'est écrasé, un de ses moteurs est exposé dans un musée d'Ecosse.

En 1941, la production du Bf 110 était en baisse, dans l'attente de son remplaçant le Me 210. 2 versions apparurent cette année-là, les Bf 110E et F. Les Bf 110D et E furent déployés dans la campagne des Balkans. Les combats contre les Bf 109… yougoslaves, cette fois, tournèrent à l'avantage des derniers une fois de plus. 12 Bf 110 furent perdus au-dessus de la Crète.

12 Bf 110 furent envoyés en Irak lors de l'insurrection anti-anglaise, en mai 1941. Dès le 26, plus aucun n'était en état de vol. Un exemplaire fut capturé par les Britanniques, remis en condition et surnommé "Belle of Berlin". Il fut testé, mais s'écrasa au Soudan alors qu'il rejoignait l'Afrique du Sud.

Il fut également déployé en Afrique du Nord, notamment pour des missions d'attaque au sol. Les pertes furent grandes en combat aérien. C'est en mai 1941, il y accomplit ses premières missions de chasse de nuit.

51 exemplaires furent engagés lors de l'opération Barbarossa. Utilisés au début pour des missions d'attaque au sol par ailleurs réussies, ils furent de moins en moins nombreux en 1942. Ils furent d'abord relégués à des missions de reconnaissance, puis rejoignirent l'Allemagne afin de participer à la défense du Reich.

En juin 1942, apparaissait la version G, conçue pour pallier l'échec du Me 210 et dotée de moteurs DB 605. Dans la défense du Reich, il servit d'abord avec succès comme intercepteur de bombardier, grâce à sa puissance de feu. Mais face aux chasseurs d'escorte tels que les P-51, il devint de nouveau vulnérable après 1943.

En revanche, son nez pouvait accueillir un radar FuG 202/220 Lichtenstein et le système Schräge Musik, consistant en deux canons MG FF/M de 20 mm montés à l'arrière du cockpit vers le haut et actionnés par une cellule photo-électrique, se montra particulièrement efficace : cela donna naissance à la version Bf 110G-4. Les opérations commencèrent en août 1943. Les Bf 110 revendiquèrent 123 victoires sur les 1179 bombardiers envoyés une nuit sur Hambourg. La RAF faillit ne pas s'en relever, mais les pertes de Bf 110 furent lourdes à partir de 1944, notamment du fait des opérations de jour. De plus, la RAF introduisit des contre-mesures électroniques comme le brouillage grâce à leurs Mosquito.

La Luftwaffe ne fut pas l'unique utilisatrice du Bf 110 : 2 Bf 110G-2 (ou G-4) furent cédés à la Croatie en février 1945, qui eut une force aérienne indépendante de 1941 à 1945. Un des Bf 110 fut détruit au sol et l'autre replié en Autriche en mai 1945. Il fut livré à la Hongrie, à l'Italie et à la Roumanie. L'URSS captura et réutilisa quelques Bf 110.

6170 exemplaires furent construits : 3 survécurent et sont désormais exposés dans des musées. Un Bf 110G-4 est exposé à Londres. Un Bf 110 est exposé à Berlin et un troisième dans un musée privé du Danemark.

Le Bf 110 est certainement un des avions de combat les plus réputés de la Luftwaffe de la seconde guerre mondiale. Il fut le premier ou un des premiers chasseurs multimoteurs. Mais il essuya peut-être les plâtres et en tout état de cause, souffrit d'un manque de successeur. Il fut donc produit jusqu'à la fin. Il fut excellent dans des rôles de chasse de nuit, d'interception de bombardiers, à la rigueur dans l'attaque au sol et la reconnaissance, mais il n'était pas fait pour la chasse pure ou l'escorte de bombardiers en dépit de son autonomie.

Versions :

A-0 : Présérie de 4 exemplaires, moteurs Jumo 210G.
B-0 : Présérie avec moteurs Jumo 210G.
B-1 : Armement de 4 MG 17 de 7,92 mm et 2 canons MG FF de 20 mm dans le nez.
B-2 : Version de reconnaissance, dépourvue de canons.
B-3 : Version d'entraînement. Certains B-1 furent convertis en B-3.

C-0 : Version pourvue de moteurs DB 601. 10 machines de présérie. 1ere série construite en grande quantité. 4 Bf 110C furent reçus par la Roumanie.
C-1 : Moteurs DB 601 B-1.
C-2 : Radio FuG 10 remplaçant la FuG III.
C-3 : Canons MG FF/M remplaçant les MG FF. 3 furent livrés à l'Italie en 1943.
C-4 : Blindage renforcé pour l'équipage. La sous-variante C-4/B emportait 2 points d'emport pour bombes ETC 250 de 250 kg et des moteurs DB 601 Ba.
C-5 : Version de reconnaissance dérivée de la C-4, dépourvue de canons mais emportant des appareils photographiques Rb 50/30 et dotée de moteurs DB 601P.
C-6 : Version expérimentale pourvue d'un canon supplémentaire MK 101 de 30 mm. Moteurs DB 601P.
C-7 : Chasseur-bombardier équivalent au C-4/B, avec des moteurs DB 601P.

D-0 : Version à très long rayon d'action, souvent basée en Norvège. L'ajout d'un réservoir ventral réduisit fortement les performances et la maniabilité et cette version ne fut guère appréciée, sans compter que le réservoir explosait parfois en vol à cause du froid.
D-1 : Bf 110C doté d'un réservoir ventral de 1200 litres appelé Dackelbauch.
D-2 : Version pourvue de réservoirs largables de 300 litres sous les ailes et d'un point d'emport central pour bombe ETC 500 de 500 kg.
D-3 : Version emportant un radeau de secours dans une queue allongée. Emportait des réservoirs largables de 300 ou 900 litres.

E-0 : Version à la structure renforcée, pouvant emporter jusqu'à 1200 kg de charge offensive. Moteurs DB 601B. 856 Bf 110E furent construits entre août 1940 et janvier 1942, mais cette version fut considérée comme lente et répondant mal aux commandes.
E-1 : Version de série basée sur la E-0, avec des moteurs DB 601P.
E-2 : Version dotée d'une extension de fuselage comme la D-3, moteurs DB 601P.
E-3 : Version de reconnaissance.

F-1 : Structure renforcée, blindage supplémentaire, moteurs DB 601F de 1350 cv. 512 Bf 110F furent construits de décembre 1941 et décembre 1942, et semble avoir eu la préférence des pilotes en terme de maniabilité.
F-2 : Version souvent utilisée contre les bombardiers lourds alliés.
F-3 : Version de reconnaissance.
F-4 : Première version conçue pour la chasse de nuit.

G-0 : Version basée sur la F, avec des moteurs DB 605B de 1475 cv et des dérives agrandies. 6 exemplaires construits en juin 1942. La version G-1 ne fut pas construite. Les autres versions furent construites entre décembre 1942 et avril 1945.
G-2 : Chasseur-bombardier souvent utilisé pour l'interception des bombardiers. Était équipé de 4 roquettes Werfer-Granate 21 de 21 cm très encombrantes ou des R4M, ou, pour la sous-variante G-2/R-1, du canon BK 37 de 37 mm. 797 exemplaires. 6 furent livrés à la Hongrie en 1943.
G-3 : Version de reconnaissance. 172 exemplaires.
G-4 : Version de chasse de nuit équipée du radar FuG 202/220 Lichtenstein et éventuellement du système Schräge Musik. 2293 exemplaires. 12 furent livrés à la Hongrie et utilisés de 1944 à 1945. Au moins 2 furent livrés à l'Italie. 10 furent reçus par la Roumanie. C'est un G-4 endommagé qui atterrit un jour en Suisse et fut interné. Les Allemands proposèrent une dizaine de Bf 109G-6 en échange de la destruction de l'appareil, alors très secret. Les Suisses acceptèrent le marché mais prirent le temps d'examiner le Bf 110. Les Bf 109 promis, eux, s'avérèrent en bout de potentiel…

H : Dernière version basée sur la G. Est restée au stade de prototype.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Messerschmitt_Bf_110

http://www.avionslegendaires.net/messerschmitt-bf-110.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Messerschmitt_Bf_110

http://en.wikipedia.org/wiki/Messerschmitt_Bf_110_operational_history

http://www.aviation-history.com/messerschmitt/bf110.html

http://www.aviastar.org/air/germany/me-110.php
Re: Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 07:59 PCmax

Clansman a écrit

.. 9 Bf 110 avaient été abattus le 15 mai 1940 par les Hurricane de la RAF. Et 5 autres par les Bf 109 suisses défendant leur espace aérien.

Tiens, je savais pas que les Suisses avaient descendu des Bf 110.
Re: Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 09:49 Clansman
La fiche sur le site

Tiens, je savais pas que les Suisses avaient descendu des Bf 110.

Ouais, on en apprend des trucs, sur ce forum. :D
Re: Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 11:42 Jericho
J'ai un bouquin là dessus, ces combats aériens, c'était un peu croix noires contre croix blanches.

Jusqu'en juin 1940, c'était assez chaud: au mois de mai et début juin, la chasse suisse avait descendu cinq He-111 et deux Bf110.
Le 8 juin, 28 Bf110 entrent sur le territoire suisse, et trois de ces appareils attaquent un C-35 (biplan d'observation), allant jusqu'à mitrailler sa carcasse et ses occupants au sol. Suite à cette provocation, une quinzaine de Bf109 suisses prennent l'air. Bilan final de cette journée: 1 C-35 détruit et 1 Bf-109 endommagé (2 morts et un blessé) côté suisse contre 3 Bf110 (2 morts et 4 blessés) côté allemand.

C'est suite à ces évènements que des pressions ont été faites sur le gouvernement suisse, le menaçant d'un conflit ouvert. La lutte était de toute façon inégale (environ 200 appareils pour lutter contre les 1500 chasseurs de la Luftwaffe), et comme à la fin juin 1940 il n'y avait presque plus rien de libre autour de la Suisse, la chasse helvétique a reçu l'ordre de ne plus attaquer des appareils isolés sur le chemin du retour… jusqu'en 1943. :S
Re: Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 12:30 PCmax
OK. Merci pour ces précisions Jéricho. ;)
Re: Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 12:44 Jericho
De rien. C'est la seule période vraiment intéressante concernant les troupes d'aviations suisses… Et heureusement aussi…

Par contre, c'est vrai que les allemands ont toujours envoyés des bimoteurs, donc des Bf110, pour chercher le combat. Choix pratique pour éviter les tirs fraticides des deux côtés, surtout que les appareils suisses n'ont été munis des bandes de neutralité que vers la fin de la guerre.
Re: Messerschmitt Bf 110 à 30/10/2012 21:18 ciders
A noter que les Potez français bimoteurs (notamment les 631) furent eux aussi dotés d'une bande blanche d'identification de chaque côté du fuselage, à partir du 24 mai 1940, pour éviter toute confusion avec les Bf 110… et les tirs fratricides (il y en eut).
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires