Rappels

Histoire de l'appareil

L'USAF avait constaté, lors de la guerre de Corée, la nécessité de posséder un bombardier tactique à hautes performances et capable d'opérer par tout-temps, afin de remplacer le B-26 Invader. Après un appel d'offres où figurait la version terrestre de l'A-3 Skywarrior, étudiée par Ed Heinemann, elle déclara cet appareil vainqueur en novembre 1951. Cela donna le B-66 Destroyer.

5 A3D furent modifiés directement en RB-66A de présérie, sans prototype. En effet, l'USAF pensa qu'il suffisait simplement de retirer les attributs habituels d'un avion embarqué. Elle exigeait cependant que l'appareil soit capable de voler à basse altitude, soit équipé de réacteurs Allison J71 et de sièges éjectables, conçus par AMI (Aircraft Mechanics Inc). L'aile elle-même fut redessinée. Le développement de l'appareil lui-même échut à John C. Buckwalter. Un contrat de production fut signé en décembre 1952.

Le RB-66A, désigné Model 1326 chez Douglas, vola le 28 juin 1954 aux mains de George R. Jansen, mais le premier vol révéla des dysfonctionnements. Le programme fut cependant maintenu, les problèmes corrigés, et les essais se montrèrent concluants. Il était équipé pour faire de la reconnaissance tout-temps.

Le RB-66B, ou Douglas Model 1329, vola en mars 1955 et entra en service le 1er février 1956. Il fut construit à 145 exemplaires et était équipé de réacteurs J71-A-13. Il était spécialisé dans la reconnaissance photo de nuit et fut le premier à prendre le nom de "Destroyer".

Le B-66B (ou Douglas Model 1327A) vola peu après. Construit à 72 exemplaires (soit 69 de moins que prévu), c'est l'unique version de bombardement tactique. Il emportait 6804 kg de bombes et était équipé d'un radar de bombardement K-5 et d'un autre radar APS-27. Le RB-66B comme le B-66B étaient équipés d'une perche de ravitaillement en vol.

Le RB-66C vola dès le 29 octobre 1955 et fut construit à 36 exemplaires. Il était équipé de réacteurs J71-A-11 ou A-13 et de pods en bout d'ailes contenant des antennes de détection et emportait 7 membres d'équipages, dont 4 officiers de guerre électronique dans une soute réaménagée et pressurisée. Il était spécialement dédié à la guerre électronique.

Un B-66B et un RB-66B furent convertis en NB-66 pour participer aux essais du radar du F-111.

Le WB-66D, un appareil destiné à la recherche météorologique, fut construit à 36 exemplaires. Il vola le 26 juin 1957 et les livraisons furent terminées en 1958. Le cockpit avait été aménagé pour installer 2 observateurs et il était équipé de réacteurs J71-A-13. 2 d'entre eux furent convertis dans le cadre du programme X-21 en 1963. Ils furent retirés dans le milieu des années 1960.

Les RB-66C participèrent à la crise de Cuba en 1962, puis à la guerre du Vietnam. Il y effectuèrent 35000 missions. L'un d'eux inspira le livre et le film Bat 21, qui raconte le sauvetage de l'unique survivant du crash. 

Il fut construit à 294 exemplaires (342 étaient prévus au départ) et fut retiré du service à partir de 1973, les EB-66 en 1978. De fait, il ne fut jamais employé comme bombardier, mais uniquement dans des rôles de reconnaissance et de guerre électronique.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Douglas B-66B : Version de bombardement tactique. 72 exemplaires.
  • Douglas EB-66B : Version de guerre électronique basée sur le B-66B.
  • Douglas EB-66C : Version de guerre électronique basée sur le RB-66C.
  • Douglas EB-66E : Version améliorée du l'EB-66B.
  • Douglas NB-66B : Désignation d'1 B-66B et d'1 RB-66B utilisés pour des essais en vol.
  • Douglas RB-66A : Version de reconnaissance photographique servant de présérie. 5 exemplaires.
  • Douglas RB-66B : Version améliorée du RB-66A dotée de réacteurs J71-A-13. 145 exemplaires.
  • Douglas RB-66C : Version de renseignement électronique du RB-66B. 36 exemplaires.
  • Douglas WB-66D : Version de reconnaissance météorologique. 36 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Douglas B-66B voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 38 000 kg (83 776 lbs)
  • Masse à vide : 19 300 kg (42 549 lbs)
  • Surface alaire : 72,5 m² (780,384 sq. ft)
  • Hauteur : 7,2 m (23,622 ft)
  • Envergure : 22,1 m (72,507 ft)
  • Longueur : 22,9 m (75,131 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 1 500 km (932 mi, 810 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 000 m (39 370 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 25 m/s (82 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 1 020 km/h (634 mph, 551 kts)
  • Charge alaire, à vide : 266,207 kg/m² (54,524 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 524,138 kg/m² (107,352 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Allison J71-A-11
  • Puissance unitaire : 4 587 kgp (45 kN, 10 113 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Douglas B-66 Destroyer à 15/07/2010 09:40 Clansman
L'USAF avait constaté, lors de la guerre de Corée, la nécessité de posséder un bombardier tactique à hautes performances et capable d'opérer par tout-temps, afin de remplacer le B-26 Invader. Après un appel d'offres où figurait la version terrestre de l'A-3 Skywarrior, étudiée par Ed Heinemann, elle déclara cet appareil vainqueur en novembre 1951. Cela donna le B-66 Destroyer.

5 A3D furent modifiés directement en RB-66A de présérie, sans prototype. En effet, l'USAF pensa qu'il suffisait simplement de retirer les attributs habituels d'un avion embarqué. Elle exigeait cependant que l'appareil soit capable de voler à basse altitude, soit équipé de réacteurs Allison J71 et de sièges éjectables. L'aile elle-même fut redessinée. Le développement de l'appareil lui-même échut à John C. Buckwalter. Un contrat de production fut signé en décembre 1952.

Le RB-66A, désigné Model 1326 chez Douglas, vola le 28 juin 1954 aux mains de George R. Jansen, mais le premier vol révéla des dysfonctionnements. Le programme fut cependant maintenu, les problèmes corrigés, et les essais se montrèrent concluants. Il était équipé pour faire de la reconnaissance tout-temps.

Le RB-66B, ou Douglas Model 1329, vola en mars 1955 et entra en service le 1er février 1956. Il fut construit à 145 exemplaires et était équipé de réacteurs J71-A-13. Il était spécialisé dans la reconnaissance photo de nuit et fut le premier à prendre le nom de "Destroyer".

Le B-66B (ou Douglas Model 1327A) vola peu après. Construit à 72 exemplaires (soit 69 de moins que prévu), c'est l'unique version de bombardement tactique. Il emportait 6804 kg de bombes et était équipé d'un radar de bombardement K-5 et d'un autre radar APS-27. Le RB-66B comme le B-66B étaient équipés d'une perche de ravitaillement en vol.

Le RB-66C vola dès le 29 octobre 1955 et fut construit à 36 exemplaires. Il était équipé de réacteurs J71-A-11 ou A-13 et de pods en bout d'ailes contenant des antennes de détection et emportait 7 membres d'équipages, dont 4 officiers de guerre électronique dans une soute réaménagée et pressurisée. Il était spécialement dédié à la guerre électronique.

Un B-66B et un RB-66B furent convertis en NB-66 pour participer aux essais du radar du F-111.

Le WB-66D, un appareil destiné à la recherche météorologique, fut construit à 36 exemplaires. Il vola le 26 juin 1957 et les livraisons furent terminées en 1958. Le cockpit avait été aménagé pour installer 2 observateurs et il était équipé de réacteurs J71-A-13. 2 d'entre eux furent convertis dans le cadre du programme X-21 en 1963. Ils furent retirés dans le milieu des années 1960.

Les RB-66C participèrent à la crise de Cuba en 1962, puis à la guerre du Vietnam. Il y effectuèrent 35000 missions. 39 appareils furent abattus par des missiles sol-air. L'un d'eux inspira le livre et le film Bat 21, qui raconte le sauvetage de l'unique survivant du crash. En 1966, 13 B-66B furent convertis en EB-66B et 52 RB-66B en EB-66E, avec des CME mises à jour pour se défendre de la menace sol-air ou air-air. Les 36 RB-66C furent renommés EB-66C la même année.

Il fut construit à 294 exemplaires (342 étaient prévus au départ) et fut retiré du service à partir de 1973, les EB-66 en 1975. De fait, il ne fut jamais employé comme bombardier, mais uniquement dans des rôles de reconnaissance et de guerre électronique.

B-66B

Dimensions
Longueur : 22,9 m
Envergure : 22,1 m
Hauteur : 7,2 m
Surface alaire : 72,5 m²

Masses
A vide : 19300 kg
maximale : 38000 kg

Motorisation
Moteur : 2 Allison J71-A-11
Poussée : 90 kN

Performances
Vitesse maximale : 1020 km/h
Plafond : 12000 m
Distance franchissable : 3000 km

Equipage : 3 personnes

Armement : 2 canons de 20 mm, 6804 kg de charges offensives.

Pays utilisateurs : USA



http://fr.wikipedia.org/wiki/Douglas_RB-66_B

http://www.avionslegendaires.net/douglas-a-3-skywarrior.php

http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ever/Pages/A-3/a-3%20et%20b-66.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Douglas_B-66_Destroyer

http://www.aviastar.org/air/usa/douglas_b-66.php

http://www.globalsecurity.org/wmd/systems/b-66.htm

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=278

http://www.vectorsite.net/avskywar.html#m6

http://www.b66.info/

Bon, pas ma meilleure fiche, mais c'est difficile de trouver du consistant dessus. :mrgreen:
Re: Douglas B-66 Destroyer à 12/09/2010 13:42 Clansman
Le B-66 en ligne
B-66/Pima (AZ, USA) à 10/06/2013 11:32 stanak
WB-66D
ex US Air Force
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires